Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 01:30

MARDI 19 JUIN 2012 (BAYONNE)

HOMMAGE AU CAMARADE ANTIFASCISTE "KEPA"

L-19.06.12-SousPréfecture Baiona-11Le mardi 19 Juin 2012, quelques personnes solidaires ont répondu présent à l'appel lancé par le Comité pour un SRI de Baiona pour réaliser un rassemblement d'1 heure devant la Sous-Préfecture de l'Etat français à Bayonne en commémoration à la journée internationaliste de Solidarité avec les Antifascistes et Révolutionnaires en prison et en hommage au "Camarade Kepa" du PCE(r) assassiné le 19 Juin 1981 à 15 heures, au 90° jour de la Grève de la Faim collective menée par les prisonnier(ère)s politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI contre l'Extermination lente en prison et la Dispersion. (Plus d'infos) cliquer.

Accompagnée de la diffusion de la lettre d'Enrike KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique du PCE(r) et des GRAPO intitulée "Par cohérence et dignité, Mr. le Ministre" publiée le jour-même dans le quotidien basque "GARA", la déclaration suivante des Comités pour un SRI a été lue :

Resistencia"Dans cette période de déchaînement d'une Répression sans limite dans tout les États capitalistes : la Criminalisation des idées et l'étouffement de la plus minime Liberté d'Expression est devenue un fait quotidien. Nous la vivons d'une façon démesurée dans n'importe quelle localité du Pays Basque, dans les États français et espagnol comme dans toute cette Europe forteresse; et nous savons qu'il en est ainsi ailleurs pour les peuples du monde entier.

Ici, les listes de prisonniers et prisonnières politiques, de dizaines de milliers de réprimé(e)s s'allongent encore avec l'arrivée incessante de prisonniers et prisonnières de la Classe ouvrière dont ceux et celles qui occupent des lieux vides, des antisystème, des militant(e)s contre le TGV... Aujourd'hui, plus que jamais, il est nécessaire de revendiquer la Solidarité avec les prisonniers et prisonnières politiques que le Capitalisme sauvage et l'Impérialisme assassin jette par flots dans toutes les prisons, casernes et commissariats. Avec ce rassemblement, nous déclarons ensemble toute notre Solidarité à l'occasion de cette Journée Internationale de l'homme et de la femme Antifasciste et Révolutionnaire en prison."

I-19.06.12-SousPréfecture Baiona-9

31° ANNIVERSAIRE DE LA MORT EN GREVE DE LA FAIM DU "CAMARADE KEPA" (20.06.2012) Comité pour un SRI (Catalogne) Le 19 Juin 1981, Juan José Crespo Galende, un militant PCE(r) âgé de 28 ans et habitant de la localité de Las Karreras (Bizkaia), meurt après 90 jours en Grève de la Faim collective contre le Programme d'Extermination des prisonnier(ère)s politiques dans la prison d'Herrera de la Mancha à Madrid. Après ses funérailles, de nombreuses personnes ont été détenues au cours de manifestations de protestation. Le livre "Combattant contre l'Injustice, herri baten urguilua” (en castillan et basque) est édité en 2006, lors du 25° anniversaire de sa mort. Kepa, tu es une semence de Liberté !!!

 

COMBIEN SOMMES-NOUS?

(Resistencia Nº51, Septembre 2000. Par J. AGIRRE)

KEPA (livre dessins Arenas)En Juin, le supplément dominical du quotidien "El Mundo" commençait son intoxication en évoquant la réception d'Aurora, Lago et Hierro par 200 personnes, à Vigo (Galice), une réunion qui, selon ce que disait cet énergumène de plumitif, n'était ni clandestine, ni vraiment publique. Le chiffre coïncide avec celui d'une autre réunion en Catalogne où un camarade, récemment sorti de prison, avait parlé devant un groupe équivalent.

Pour moi 200 personnes c'est beaucoup. Peut-être que le plumitif du quotidien "El Mundo" donne ce chiffre comme symbole de marginalité mais j'insiste 200 personnes c'est beaucoup. Durant la "Décade Infâme" c'était un triomphe de réunir 6 personnes pour causer, il est arrivé que l'on en trouve qu'une seule; nous courrions derrière les gens et c'était difficile de les réunir et de les faire s'arrêter un moment pour nous écouter. Il(elle)s étaient las et non sans raison. La "Décade Infâme" est aussi appelée l'époque du désenchantement. Personne ne nous a expliqué que pour qu'il y ait désenchantement il fallait d'abord qu'il y ait enchantement, en réalité nous n'avons jamais été enchantés mais trompé(e)s. C'est pourquoi le désenchantement fut en réalité une désillusion.

ouvrierQue faire lorsque tou(te)s ceux/celles qui sont autour de toi te trompent ? Eh bien tu rentres chez toi. Dans les années 80 : il n'y avait pas moyen de faire sortir les gens de chez eux. Nous, les Justes, allions aux manifestations pour tenir la pancarte. Dans les années 70 : les pancartes étaient accrochées à de grands piquets pour être vues; dans les années 80 : elles descendirent à la hauteur du sol parce que ce n'était pas nécessaire d'en faire plus.

Quand tou(te)s se terraient dans leur maison la conséquence était évidente : tous les coups de bâton étaient pour nous. C'était bien simple pour la Police car nous étions toujours les mêmes, aux mêmes endroits, disant la même chose. Il y n'avait pas deux solutions : on t'attrapait 100 fois, tu entrais et tu sortais des commissariats de manière routinière, habitué/e aux bastonnades comme si c'était naturel.

(1ère Guerre Mondiale Impérialiste. 1914-1917)

Ouvrières dans l'Industrie d'Armement de l'Etat français Impérialiste

(1ère guerre mondiale) Ouvrières dans l'Industri-copie-1Évidemment, cela ne pouvait pas durer longtemps. À la fin des années 80 : on a commencé à sentir un petit changement; quelques personnes nous posaient des question. Nous qui étions accoutumé(e)s au néant absolu, au vide le plus effrayant, nous étions capables de détecter (précisément pour cela) ces changements minimes de cycle. Enfin quelqu'un commençait à se poser de questions ! Cela ne voulait pas dire que quelqu'un commençait à penser : le pire était qu'ils ne nous posaient pas de questions directes. La question la plus commune était : «Comment se fait-il que vous suiviez la même voie après tous les coups de bâton qu'ils vous ont mis dans les côtes, et après tous les changements dans le pays ces dernier temps ?». La vérité étant que, moi au moins, je n'étais pas préparée à ce type de question. Qu'il(elle)s me posent des questions sur la stratégie, la tactique, les exportations de Capital, la négation de la négation !

combien sommes-nousQuand STALINE parlait de "Bolcheviks de fer", j'avais compris que (maintenant, je sais que je me trompais) pour cela il était indispensable de faire abstraction de notre sensibilité. Comment survit-on quand tou(te)s vous tournent le dos? Franchement je l'ignore, j'étais tellement dans le bain que je ne prenais pas le temps de me poser ce type de questions. Ce serait effrayant si tu te posais ce type de questions. Je me souvenais de Martín LUNA (1), de EIZAGUIRRE (2), de "Kepa" (3), l'image souriante de Valen (4) m'a réveillée bien des nuits plus tard.

Maintenant, j'y pense et il me paraît terrible que nous ayons subi tout cela comme si c'était absolument normal. Du moins, pour moi, tout cela me paraissait normal comme s'il y avait un scénario écrit d'avance. Peut-être parce que je passais une partie du temps au commissariat entre coups et menaces de Mort avec le revolver sur la nuque et le flic tirant avec le cran de sécurité enclenché. Je pensais toujours qu'une fois il oublierait de mettre la sécurité et que ma cervelle finirait collée au mur sale de la cellule et que la stratégie et la tactique, l'exportation du Capital, et la négation de la négation finiraient ainsi, dans cette crasse.

combien sommes-nous-2Je n'ai jamais eu peur mais il n'y a là aucun mérite parce qu'en vérité je n'ai pas eu le temps d'y penser. Tu sortais de ta dernière détention et il y avait toujours quelque chose à faire : une protestation à diffuser, une manifestation à suivre et ainsi jour après jour. J'ai toujours pensé aujourd'hui nous sommes 4 personnes, avant nous étions 4 millions : c'est peut-être une question de chance; aujourd'hui c'est la malchance, ensuite viendra la bonne et nous serons à nouveau 4 millions.

BARRIONUEVO (5) me procura une première joie. En 1985 : dans une entrevue à l'hebdomadaire "Tiempo", il a dit que les GRAPO (Groupes de Résistance Antifascistes Premier Octobre 1975) étaient une douzaine d'activistes et je dis étaient parce que ceux/celles-là on les compte avec le Parti. Ce fut un ballon d'oxygène qui m'aida dans la traversée du désert. Je me rappelais immédiatement que le Parti Communiste de Chine fut fondé par 11 personnes, une de moins que nous. Naturellement nous n'atteindrons jamais 40 millions de militant(e)s comme eux/elles mais nous avançons sans aucun doute: nous étions un de plus au commencement, nous avons noté cette petite Histoire (nous venons de publier un livre sur cette Histoire).

(Juin 2012. Oviedo, Asturies) Grève Générale

des ouvrier(ère)s en lutte dans les Mines (État espagnol)

oviedo1Oui je me rends compte que la bonne chance tarde à venir, que tout est désespérément lent. Mais il est normal que la réalité ne comble pas mes désirs parce que je voudrais la Révolution demain et je me rends compte que ce n'est pas possible que l'Histoire a son rythme propre et que ce rythme n'a rien à voir avec le mien. Ni avec le mien, ni avec celui de personne; c'est à dire non plus avec celui de Gonzalez (PSOE : Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol), d'Aznar (PP : Parti Populaire, d'Extrême-Droite Fasciste), de n'importe quel voleur. De même que malgré ma volonté, la Révolution ne peut pas avoir lieu demain, eux/elles non plus ne pourront pas l'éviter après-demain. L'Histoire est un objectif qui échappe à la main des un(e)s et des autres.

Pour une amatrice de comptabilité comme moi, ces chiffres ne peuvent pas m'échapper : nous sommes en l'année 2000 et 200 personnes viennent rendre hommage ou écouter le discours d'une ex-prisonnière. Dans mon compte de pertes et profits, il n'y a pas de place pour les nombres de plus de trois chiffres, aussi j'en ai acheté un autre qui en contiendra des centaines. Je suis convaincue que ces livres de comptabilité resteront trop petits, il en manquera des milliers.

(Juin 2012. Asturies et Léon) Grève Générale

des ouvrier(ère)s en lutte dans les Mines (État espagnol)

Lucha-de-mineros-en-asturiasIl n'y a aucune autre Organisation qui réunit ce nombre de personnes pour un fait de cette nature. Nous autres, nous n'appelons pas à voter ni à aller au Parlement. Nous appelons à Lutter, et quand tu t'affrontes à eux/elles, il(elle)s te mettent le revolver sur la nuque. Mais malgré tout, il(elle)s viennent nous écouter parce que nous, oui, nous avons quelque chose à dire, une expérience à raconter. Ce n'est pas que nous soyons les meilleur(e)s, ni même que nous soyons bon(ne)s sinon que nous sommes uniques. Il n'y a personne d'autre. Non pas parce que les autres se soient seulement rendu(e)s mais parce que après s'être rendu(e)s il(elle)s ont disparu(e)s. Seule reste la momie d'Izquierda Unida (Gauche unie) grâce à la respiration assistée et au sérum intraveineux qu'ils lui injectent depuis le budget de l'État et des banques.

Parlant de nombre je dirai que nous avons imprimé 3000 exemplaires de "l'Histoire du PCE(r) et des GRAPO" et que nous avons loué une pièce pour les ranger car nous pensions que nous ne réussirions jamais à les vendre. Aujourd'hui heureux est celui qui en conserve un exemplaire parce que c'est un bijou de collection qui se valorisera avec le temps. Dans une bibliothèque il se détache entre les dictionnaires et les collections bien reliées que personne ne lit jamais. Quand quelqu'un vient chez toi et voit le livre, il attire de suite son attention, il/elle te le demande pour le lire et ne te le rend jamais parce que lorsque tu lui redemandes il/elle ne l'a plus, il/elle l'a prêté à un ami.

NOTES.

(1) Juan Martín LUNA : ouvrier communiste andalou et militant du PCE(r).

(2) Francisco Javier MARTÍN EIZAGUIRRE : secrétaire général du PCE(r) mort le 28 juin 1979 assassiné à Paris par l'exercice de la Terreur des États français et espagnol.

(3) "Camarade Kepa" : José CRESPO GALENDE.

(4) Valen : Valentín BENITO IÑIGO, ouvrier émigré au Pays Basque avec sa famille et militant des GRAPO mort à l'âge de 21 ans, le 7 avril 1993 : assassiné par la Police de l'État Fasciste espagnol au cours d'une action de réappropriation financière contre un fourgon blindé à Zaragoza avec d'autres Camarades.

(5) José BARRIONUEVO PEÑA : Ministre de l'Intérieur du Gouvernement PSOE*-GAL de l'État espagnol Monarco-Fasciste. *Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol l'un des principaux protagoniste du Programme de Guerre Sale (ou Terreur d'Etat) exercé au moyen de groupes de mercenaires assassins comme le GAL (Groupe Antiterroriste de Libération) et d'autres sigles au service de cette politique...

M-19.06.12-SousPréfecture Baiona-12

HOMMAGE AU "CAMARADE KEPA" (18.06.2012) Comités pour un SRI (État espagnol) Pour cette journée de l'Antifasciste et Révolutionnaire prisonnier/ère : nous rendons hommage au "Camarade Kepa" : José CRESPO GALENDE du PCE(r) (Parti Communiste d'Espagne reconstitué le 8 Juin 1975). Nous ne t'oublions pas ! L'un de ses Camarades se souvient de lui en ces termes : "Il me revient en mémoire ces inénarrables et émouvants rendez-vous à 5 heures du matin dans chacune des localités de Meatzaldea pour distribuer la propagande du Parti, faire des peintures contre la Police, vendre la presse aux portes des usines ou... conspirer. Toi, Kepa, abordant la région de Margen Izquierda (1), de bas en haut, en expliquant patiemment la tâche révolutionnaire. Cette époque était celle d'une grande activité militante, de nombreux débats avec les ouvrier(ère)s, de contacts avec des personnes d'autres Organisations...

KEPATu étais très aimé et tu étais respecté parce que tu étais «Très communiste», Kepa ! Grâce à ton immense travail politique, nous avons pu connaître l'idéologie de la faucille et du marteau, de la dignité, de l'amour et de la force. Tu portais l'espoir en abondance : du fait d'être comme les fourmis, petites et discrètes mais gigantesques dans leurs diverses tâches.

Tu es devenu un membre du Comité National d'Euskadi (2) du PCE(r) chargé de la presse et de la propagande, en déployant une grande activité. Pour ce travail politique, tu as été détenu mais alors -comme aujourd'hui- les Tribunaux Fascistes t'ont collé sur le dos «la militance armée» (le stylo les atteint autant que le fusil !) et en plus de t'avoir torturé, il(elle)s se sont gavé d'un Procès-Farce avec une condamnation astronomique en prison.

kepa10La prison est devenue immense avec des personnes comme Toi. Tellement amoureux des montagnes, de la mer et des gens humbles et combatifs. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques en son entier a été blessé du fait que l'État espagnol ait tenté de nous mettre dans le troupeau des mort(e)s, en s'accordant totalement par cela avec le prototype de "paix" défendu alors. Les imbéciles !!! Il(elle)s n'apprendront donc jamais que les êtres libres le sont autant dans la rue que derrière des centaines de murs de ciment et de barreaux d'acier !!!

En Décembre 1979 : 5 dirigeants des GRAPO ont accomplit le 1er devoir de tout/e prisonnnier/ère et ils se sont évadés de la Prison de Zamora. Des pointes acérées nous sont tombées dessus durant la brutale Répression mise en oeuvre dans les sinistres Prisons d'Herrera de la Mancha et de Puerto. Depuis le 1er jour et durant une année : ce furent des coups, des mitards, le dénuement intégral, l'Isolement total, les Insultes, le Nazisme, les fouilles, la censure absolue de toute communication (visites au parloir, téléphone et courrier), des ampoules de 25 watts en guise de lumière...

kepa8Et comme si cela ne suffisait pas, le Montage politique du Coup d'État militaire du 23 février 1981 (3) a surgit... Alors, une nouvelle fois, nous avons fait face avec toutes nos armes : les Grèves de la Faim pour obliger le Gouvernement et son chef : GALAVÍS (4) à reculer dans sa politique d'Extermination.

La tactique que nous avons employée a été celle de nous mettre en Grève de la Faim chaque semaine 2 prisonnier(ère)s ensemble. Le premier qui l'a commencé c'était Toi. Il ne pouvait pas en être autrement. Tu étais un flot de courage, d'amour et d'engagement.

kepa11Ce 14 mars 1981 : tu savais que le compte à rebours commençait... jusqu'à la Victoire ou la Mort ! Mais ta décision a été un fruit mûr et parfait, un exemple pour nous tou(te)s qui l'avons continuée.

Ce furent 4 mois de famine terrible, de violence inouïe de la part du Gouvernement "Socialiste", des flics, des gardien(ne)s de prisons et de certain(e)s médecins. Un silence total et complice de leurs médias de Contrôle informatif. Mais aussi de Borroka (Lutte) dans les rues, de coups tenaces de la part de la Guérilla (GRAPO : Groupes de Résistance Antifascistes Premier Octobre 1975). Tandis que le tic-tac de l'horloge s'égrenait seconde après seconde...

Les dernières paroles que tu as prononcées à notre avocat Juanma, quelques jours avant ton assassinat par l'État espagnol, résonnent toujours dans mes oreilles : «Les Fascistes ne cèdent pas, c'est vrai ? Alors : Grève de la soif et jusqu'à la mort !».

Ce 19 Juin 1981 : ton coeur énorme d'homme bon a cessé de battre. Les murs de la Prison d'Herrera de la Mancha ont tremblés, les rues de tellement de villes et villages ont pleuré et les honnêtes gens ont continué à Lutter car tu es un exemple de Lutte et de Résistance.

Nous avons fait cesser -tu as fait cesser !- le Régime d'Extermination de la Prison d'Herrera et les Communes de prisonnier(ère)s politiques ont surgit... L'État Terroriste espagnol n'a pas réussi à nous arracher les meilleurs fruits de ces Peuples avec la Prison, l'Exil et la Déportation... ou la Mort. Mais il a trouvé et il trouvera toujours la Lutte et la Résistance en face de lui."

NOTES.

(1) Margen Izquierda (ou Ibai-Ezkerraldea, en basque) : région de localités minières et très industrialisées située sur la rive gauche du Grand-Bilbo en Bizkaia, au Pays Basque.

(2) Euskadi : (ou Euskal Herria) Pays Basque.

(3) 23 Février 1981 : pseudo Coup d'État militaire fomenté par l'État espagnol pour protéger ses intérêts et rendre Légal le Régime Monarco-Fasciste.

(4) Enrique GALAVIS REYES (1979-1982) : Ministre de l'Intérieur du Gouvernement PSOE-GAL* de l'État espagnol. *Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol : l'un des protagoniste de l'exercice de la Terreur d'État au travers notamment du GAL (Groupe Antiterroriste de Libération) et autres sigles de mercenaires à la solde du Fascisme.

N-19.06.12-SousPréfecture Baiona-12

NI OUBLI, NI RÉCONCILIATION !

(ANTORCHA, N°7, Février 2000)

chiens se serrant la mainLes faits importants demeurent toujours dans la Mémoire des Peuples et tôt ou tard ces souvenirs remontent à la surface malgré l'oubli et la peur du Pouvoir. C'est ce qui arrive actuellement pour les bestialités commises par les Fascistes durant et surtout après la Guerre de Résistance Antifasciste de 1936. Regardez comme les nouveaux Falangistes (1), les Psoistes (2), les Carrillistes (3) s'efforcent obstinément de cacher, en vain aujourd'hui, ces horreurs au nom de la "Transition Démocratique" dans les librairies, les universités, les pages de presse et jusque dans les cinémas. La barbarie qui s'est abattue sur la terre et les peuples d'Espagne, après la déroute des Forces Populaires et Antifascistes est devenu un thème usuel.

pancartaarenasIl est clair que nous n'avons pas l'ingénuité de croire qu'il s'est éveillé chez les intellectuel(le)s du Régime un irrésistible "Amour de la Vérité". C'est la crise qui les affecte tou(te)s qui a fait surgir inopinément ces épisodes qu'il(elle)s croyaient enterré(e)s pour toujours. Mais même ainsi il(elle)s ne reconnaissent pas l'évidence et une fois renversés les tabous que le Régime avait imposé, tou(te)s s'empressent de détourner l'attention, d'édulcorer le message; il en résulte que l'on doit se souvenir mais pour oublier, pour pardonner et pour atteindre une véritable Réconciliation.

Mourir pour survivreNous devons reconnaître que la chose n'est pas facile pour ces canailles "néo-réconciliatrices". Où cacher les 200.000 fusillé(e)s avec la même proportion de morts de faim et de maladie, les 300.000 à 500.000 emprisonné(e)s, les 700.000 ancien(ne)s combattant(e)s enfermé(e)s dans les camps de concentration? Comment taire le million d'exilé(e)s dont beaucoup finirent dans les camps d'Extermination Nazis où plus de 10.000 furent assassiné(e)s? Hé bien, maintenant il(elle)s prétendent que le peuple "s'est réconcilié" avec toute cette Horreur, qu'il remercie la Monarchie imposée par FRANCO (4), qu'il oublie les années pendant lesquelles chaque famille, du fond de l'Espagne, gardait la mémoire de ses "paseados", fusillé(e)s, emprisonné(e)s, torturé(e)s, disparu(e)s, dans un Silence justifié par la Peur.

semente de liberdade 17 xuc3b1o 1981Les académiciens nous disent et les humanitaires nous répètent que toute cette Histoire fut : «Une douleur inévitable provoquée par les excès des deux parties» pendant que l'Église demande : «Le pardon de Dieu» pour tou(te)s victimes et bourreaux. Peut-être ce vain bavardage va-t-il faire taire les cris des milliers d'hommes et de femmes humilié(e)s et torturé(e)s par les bandes Falangistes dans les postes militaires et les commissariats? Va-t-on réintégrer les 300.000 licencié(e)s parmi lesquel(le)s 7.000 maître(sse)s d'école? Et maintenant que nous parlons de restitution : que va-t-il se passer avec les libertés volées? Leur "Réconciliation" va-t-elle nous ramener les milices ouvrières et paysannes, l'expropriation des latifundistes et des entreprises monopolistiques, l'amnistie des prisonnier(ère)s politiques, les authentiques libertés démocratiques votées par le peuple le 16 février 1936? En somme, vont-il(elle)s nous rendre la République populaire?

liberté arenasQuand ce collaborateur des tortionnaires qu'est le Juge GARZON (5) annonce la fausse inculpation des Dictateurs du cône Sud-Américain, tou(te)s ces "apôtres de la vérité" donnent leur Amen démocratique. Que se passe-t-il pour nos VIDELA (6) et PINOCHET (7)? Si au Chili il y eut, selon Amnesty International, 3.197 mort(e)s et disparu(e)s entre 1973 et 1990, que faudrait-t-il faire pour "notre" million d'assassiné(e)s? C'est un fait qui ne résiste à aucune comparaison et qu'ils se sont chargés de garder secret : l'orgie de sang à laquelle se sont livrés FRANCO, la Légion, la Falange et les propriétaires terrien(ne)s n'a eu ni précédent ni modèle dans l'Histoire de l'Occident. Aucune Dictature qui vint par la suite, pas même les Nazi(e)s en leur temps, ne se livrèrent contre leur propre peuple aux sauvageries que perpétuèrent les Fascistes espagnol(e)s ! Et il(elle)s n'ont jamais été puni(e)s !

Nous ne pouvons pas oublier, nous ne pouvons pas nous réconcilier, nous ne vendrons pas notre silence contre les miettes de leur sale Démocratie ! Les causes de l'origine du soulèvement des militaires contre la République, la défense des intérêts des grands Monopoles sont toujours présents et le bain de sang dans lequel il(elle)s noyèrent le désir de Liberté de toute une Classe et des peuples continue à nous menacer pour peu que nous tentions de résister à l'Exploitation à laquelle ils nous soumettent. Nous devons être prêt(e)s.

NOTES.

(1) Falangistes : ceux/celles de la Falange espagnole des JONS, un parti politique fasciste créé en 1933 par Diego PRIMERO DE RIVERA.

(2) Psoistes : ceux/celles du PSOE (Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol) protagoniste de la Terreur d'État à l'encontre de toute Opposition sociale et politique gênant les intérêts du Monopolisme Capitaliste.

FRANCO :

(3) Carrilistes : ceux/celles du PCE (Parti Communiste d'Espagne) devenu Réformiste et Eurocommuniste (Anticommuniste) par la mise en oeuvre notamment de Santiago CARILLO, son secrétaire général (1960-1982) promouvant "la Réconciliation Nationale" (avec le Régime Fasciste) et la "Transition Démocratique" (Légalisation du Régime Fasciste)...

(5) Baltazar GARZON REAL : magistrat instructeur du Tribunal d'Exception de l'Audiencia Nacional (continuité du Tribunal de l'Ordre Public franquiste)

(3) Jorge Rafael VIDELA : Commandant en chef de l'Armée argentine et auteur d'un Coup d'Etat avec l'instauration d'un Régime Fasciste dictatorial (1976-1983)

(4) Augusto PINOCHET UGARTE : Commandant en chef de l'Armée chilienne et auteur d'un Coup d'Etat contre le Gouvernement de coalition de Salvador ALLENDE (Unité Populaire) avec l'instauration d'un Régime Fasciste dictatorial (1976-1983)

C-19.06.12-SousPréfecture Biaona-3

ESPAGNE 1936-2012 : UNE GUERRE SALE (TERREUR D'ÉTAT) PERMANENTE 

La Guerre Sale dans l'État espagnol

- À partir de 1936 : le Terrorisme d'État est mis en oeuvre par les Fascistes dans les zones prises sous leurs bottes et à partir d'Avril 1939 : dans tout l'État espagnol. Parmi d'autres aberrations, 60.000 personnes civiles ont été fusillées, poignardées ou exécutées et plusieurs centaines de milliers d'autres ont été incarcérées : c'est l'holocauste espagnol. Plus de 150.000 victimes civiles sont mortes aux mains des Fascistes.

23F. El boca a boca- Camps de concentration : coordonnés par le SCPM (Service de Colonies Pénitentiaires Militarisées), dépendant de l'État Major de l'Armée : 700.000 prisonnier(ère)s. Les prisonnier(ère)s politiques sont utilisé(e)s systématiquement comme esclaves; il(elle)s meurent des conditions de vie et de travail extrêmement mauvaises auxquels on les soumet. De même que leurs homologues Nazis, les Camps d'Extermination Franquistes étaient des Centres destinés fondamentalement et presque exclusivement à la pure et simple exécution des prisonnier(ère)s.

- Jusqu'au 27 septembre 1975 : Peines de Mort, exécution par fusillades d'hommes et de femmes révolutionnaires...

- En 1974 et jusqu'en 1982 : la Guerre Sale s'articule entre les divers corps répressifs "Légaux" et leurs effets de sigles : Alianza Apostólica Anticomunista (AAA "Triple A" : Alliance Apostolique Anticommuniste), Antiterrorismo ETA (ATE : Antiterrorisme ETA), Grupos Armados Españoles (GAE : Groupes Armés Espagnols), Guerrilleros de Cristo Rey (Guérilleros du Christ Roi), Batallón Vasco Español (BVE : Bataillon Basco-Espagnol), Comandos Antimarxistas (Commandos Antimarxistes)... Le service secret SECED (Service Central de Documentation) a la tutelle des attentats avec de l'argent et les mains libres pour agir.

- De 1983 à 1987 : les Grupos Antiterroristas de Liberación (GAL : Groupes Antiterroristes de Libération) assassinent, séquestrent et torturent avec une totale liberté de mouvements et d'Impunité. La tutelle est située au Ministère de l'Intérieur.

- Depuis 1988 : aucun sigle n'est plus revendiqué ni assumé. La tutelle revient au Ministère de l'Intérieur. Dernier cas mortel : Jon ANZA, un militant basque d'ETA.

- De 1936 à 2012 : l'Armée, la Police, la Guardia Civil de l'État espagnol... ne sont toujours pas épurées, ni mises en Procès pour l'Holocauste espagnol mais seulement promues, protégées et glorifiées.

(19.06.12-gallarta)anniversaire mort de Kepa-copie-1

Partager cet article

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTES EN PRISON
commenter cet article

commentaires

DYNAMIQUE DE BAIONA

jpg-SR BAIONA-okPLUS D'INFOS (cliquer)

SOLIDARITÉ PCE(r), GRAPO ET SRI!

 AMNISTIE TOTALE !!!

SANS CONDITIONS !

AMNISTIA TOTALE

2013 : ADRESSES

COLLECTIF DES PRESXS DU PCE(r), GRAPO ET SRI

(2013) PRESXS-adresses

ENCORE 1 PROCÈS-FARCE !!!

PROCES FARCE 13.09.2012 (arenas)-azkPROCES FARCE 13.09.2012 (victoria)-azkMADRID, LE 13 SEPT 2012 :

PITOYABLE TRAGI-COMÉDIE !!!

Audios du dernier Procès-Farce contre "Arenas" et Victoria Gómez. Il n'y a rien de mieux pour rompre la Guerre Sale déployée contre le PCE(r) qui tente de le relier au faux amalgame criminalisateur : PCE(r)-GRAPO... que d'écouter leurs propre paroles. Quand "Arenas" parle sur la politique la Juge l'interrompt et l'expulse. L'avocat de la Défense rompt avec des données tranchantes et sans appel les inventions mises dans les Dossiers judiciaires pour impliquer "Arenas" dans les GRAPO.

  NI OUBLI, NI PARDON !

ABELARDOLIBERTÉ POUR LE COLLECTIF

DES PRESXS POLITIQUES

DU PCE(r), DES GRAPO ET DU SRI

DONT LE CAMARADE ARENAS!

camarade ARENAS

République Populaire

CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ AVEC LES PRESXS MALADES

PRESXS MALADESPLUS D'INFOS (cliquer)

7 PRES@S DU COLLECTIF DES COMMUNISTES, ANTIFASCISTES ET SOLIDAIRES DU PCE(R), DES GRAPO ET DU SRI ONT DE GRAVES MALADIES INCURABLES ET ILS/ELLES SONT SÉQUESTRÉ/ES DE FACTO. NOUS EXIGEONS LEUR MISE EN LIBERTÉ IMMÉDIATE!

1-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE-azk

MONTRE  TA SOLIDARITÉ !

IMPRIME LA CARTE ET ENVOIE-LA !

COPIE-LA ET FAIS-LA CIRCULER !

1bis-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE

12-Enrike KUADRA ETXEANDIA-GRAPO

Enrique KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique des GRAPO. Né à Barakaldo (Bizkaia, Pays Basque) le 9 juin 1950. Militant des GRAPO et Historique militant du PCE(r), âgé de 62 ans. En prison 2 fois (22 ans au total). Sauvagement torturé. Mis une nouvelle fois en prison en 1995 : il est devenu gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Daroca (Zaragoza). Opéré d'un cancer à la prostate. Prisión de Daroca Ctra. Nombrevilla 50360 Daroca (Zaragoza)

1-Manuel PEREZ MARTINEZ-PCE(r)-fr

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, prisonnier politique du PCE(r). Né à Melilla le 1er novembre 1944. Secrétaire Général du PCE(r), âgé de 68 ans. En prison 3 fois (19 ans au total). Toujours en situation d'Isolement extrême. Mis une nouvelle fois en prison 2000 : il est devenu un malade chronique. Actuellement, il se trouve dans la Prison de Castellón II. Il souffre de graves problèmes occulaires, de cataractes, migraine chronique, de rhumes continuels qui le maintiennent prostré, d'une hernie du hiatus et de plusieurs maux associés. Prisión de C.P. Castellón II 12140 Albocasser 

11-MARIA JOSE BAÑOS-GRAPO-fr

María José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO. Née dans le Sud-Est de l'État français le 11 novembre 1964. Militante des GRAPO âgée de 48 ans. 18 ans en prison. Mise en prison en 2002 : elle est devenue encore plus gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Valencia II. Foie dans un très mauvais état. VIH. Elle a besoin d'une déviation coronaire. Fortement médicalisée. Prisión de Picassent-Valencia II - a.c. 1002, 46225 PICASSENT (Valencia).

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)

Manuel ARANGO RIEGO, prisonnier politique du PCE(r). Né à Villaseca de Laciana (León) le 12 décembre 1948. Historique militant du PCE(r), âgé de 64 ans. Il a été plus de 20 ans en clandestinité après avoir été détenu et incarcéré à de nombreuses occasions et blessé par les tirs de la Police lors de l'une d'entre elles. Mis en prison une nouvelle fois en 2007 : il est devenu gravement malade. Il est actuellement dans la Prison de Zuera (Zagazoza). Dans cette prison, il manque de physiothérapeute et de plusieurs médicaments dont il a besoin. Il a une sciatique chronique qui l'oblige à marcher en étant aidé; arthrose générale; hépatite chronique avec perte de masse hépatique. Ulcère duodénal chronique car il a été emputé de l'intestin grêle. Hypermédicalisé. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza).

2-ISABEL APARICIO-PCE(r)-fr

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, prisonnière politique du PCE(r). Née à Madrid le 2 février 1954. Militante du PCE(r), âgée de 58 ans. En prison 2 fois (9 ans au total). Incarcérée en 2007 : elle est devenue gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Zuera (Zaragoza). Arthrose générale, ostéoporose, hernies lombaires et discales, sinusite chronique, elle a besoin de plusieurs opérations. Récemment opérée de cataractes aux 2 yeux. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza). 

21-Paco CELA SOANE-PCE(r)Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r). Né à Verin (Ourense) le 29 octobre 1958. Militant du PCE(r), âgée de 56 ans. En prison depuis 26 ans, en 3 fois. Incarcéré en 2007: il est gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Picassent (Valencia). Diabète très problématique. Jusqu'en novembre 2010, il a eu besoin de 5 injections d'insuline par jour. Prisión de Picassent -Valencia II. ac 1002. 46225 PICASSENT (Valencia).

4-Résister c'est vaincre-fr3-adosB

HOMMAGES DÉC 2014

NI OUBLI,NI PARDON! 

xc-29 AOUT 2013 VIGO

BIOGRAPHIE (Lire) 

au-(05.12.1982)-JUAN MARTIN LUNA-PCE(r)NI OUBLI,NI PARDON!

ACTE DE SOLIDARITÉ

ÉLECTIONS BOURGEOISES :

BOYCOTT !!!

LA LUTTE EST DANS LA RUE PAS AU PARLEMENT-2

Lutte et organise-toi avec le SRI ! A l'école, université, usine, entreprise, quartier : partout tu peux Lutter pour abolir le Capitalisme et l'Exploitation de Classe en oeuvrant pour  LA RÉVOLUTION SOCIALISTE afin d'abolir définitivement toute Classe et Exploitation par LE COMMUNISME ! ET N'OUBLIE PAS LA SOLIDARITÉ AVEC LES ANTIFASCISTES ET COMMUNISTES EN PRISON : DEDANS ET DEHORS FACE A LA RÉPRESSION   !

  

  PREKARIOEN GAUA

CONTRE L'EXPLOITATION

Pour l'Unité des prolétaires

jpeg-xuria-KARTELA 08.12.2012-azk

  SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2012

(à partir de 18h.  23bis Rue des Tonneliers. BAYONNE)

(plus d'infos) et Gadafiste Brothers

PHOTOS DE LA SOIRÉE

jpeg-IMP+WEB-rouge-AFFICHE NUIT DES PRECAIRES-BAIPRESOAK KALERA !

PRESOAK ETXERAT !

PRESOAK KALERA

SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012 (BAIONA)

(15h30. Place des Basques)

Manifestation pour la liberté

des prisonnier-ère-s politiques basques

  Aux personnes qui ont Lutté

et qui Luttent contre le Fascisme...

LUCHA ANTIFA

VENDREDI 9 NOVEMBRE 2012

(18h30. Place Louis XIV. ST-JEAN-DE-LUZ)

JOURNÉE INTERNATIONALE : NUIT DE CRISTAL

Rassemblement contre le Fascisme : sexisme,

discriminations et racisme... (plus d'infos)

(9 NOV) KRISTALL NACHT 1938-2012-azk

  ZYED ET BOUNA

NI OUBLI, NI PARDON !

Zyed et BounaLUTTE CONTRE LE NON-LIEU ! (plus d'infos)

 

 

presosenferGrève de la Faim de Solidarité avec Iosu 

Dans les États français et espagnol : plus de 250 prisonnier(ère)s politiques sont en Lutte ouverte avec des Grèves de la Faim, refus des conditions de détention, protestations...

Le prisonnier politique des GRAPO : Enrike Kuadra Etxeandia s’est mis en Grève de la Faim illimitée en Solidarité avec la Grève de la Faim de Iosu Uribetxeberria Bolinaga, un prisonnier politique basque gravement malade en phase terminale dans la prison de Daroca à Zaragoza. Une Grève de la Faim de Solidarité a aussi été commencée par les militants des GRAPO : Nacho Varela Gómez (prison de Puerto I) et Marcos Martín Ponce (prison de Morón de la Frontera, Sevilla). Les autres prisonnier(êre)s du Collectif des prisonnier(ère)s poltiques du PCE(r), GRAPO et SRI informé(e)s rejoignent aussi cette Grève...

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIER(ERE)S POLITIQUES !!!

Si l'Etat espagnol a concédé la "Liberté" conditionnelle à Iosu : celle-ci n'est toujours pas effective. En Italie et depuis le Secours Rouge International : des messages et des cartes de dénonciation de cette situation sont envoyées au Ministre de l'Intérieur  de l'État espagnol à Madrid.

Appel du Comité pour un SRI (Italie) : L'Etat espagnol laisse mourir en prison un prisonnier politique malade en phase terminale. Iosu Uribetxeberria Bolinaga est atteint d'un cancer maintenant en phase terminale. Selon les médecins de la prison elle-même, il ne dispose que d'une chance de 10% de vivre encore une autre année. Néanmoins, les "Autorités" refusent de lui concéder la Liberté et désormais 7 autres personnes de plus sont en prison car elles ont participé à une Marche de Solidarité pour Iosu lequel est incarcéré suite à l'accusation d'avoir tué un employé de la prison... Dans les Etats espagnols, français et turc : plus de 500 personnes sont en Grève de la Faim pour réclamer la liberté de ce prisonnier politique gravement malade. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques Antifascistes espagnol(e)s (1) souscrit à cette grève illimitée. Quiconque veut se solidariser avec Iosu peut envoyer une carte ou un télégramme au Ministre de l'Intérieur de l'État espagnol. Pour le texte il suffit de mettre : «NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ IMMÉDIATE DE Iosu Uribetxeberria Bolinaga» (N'oubliez de mettre la signature et le nom de l'expéditeur/trice !)" (1) PCE(r), GRAPO et SRI

IOSU ASKATULeçon de dessin. (Nizar Qabbani, poète syrien) Mon enfant pose en face de moi sa boîte de peintures et il me demande de lui dessiner un oiseau. Je trempe le pinceau dans la couleur grise et je dessine un carré avec des fermetures et des barreaux. Ses yeux se remplissent d’obscurité : “Mais... c’est une prison, papa ! Tu ne sais pas dessiner un oiseau ? Et je lui dis : “Mon enfant, pardonne-moi... J’ai oublié la forme des oiseaux.” Mon enfant pose alors en face de moi son carnet de dessin et il me demande de lui dessiner un épis de blé. Je prend la plume et je dessine une arme à feu. Mon enfant se moque de mon ignorance et il s’exclame : “Papa ! Tu ne connais pas la différence entre un épis de blé et une arme à feu ?“. Je lui dis : “Mon enfant, oui j’ai connu les formes des épis de blé, celle de la miche de pain, celle de la rose mais dans cette époque très dure que nous vivons actuellement les arbres de la forêt se sont unis à la Résistance pour Lutter.(…)”

Dessin d'AURORA(Juin 2012)(Juin 2012) Dessin d'Aurora Cayetano 

prisonnière politique du PCE(r) en Prison

  

  

(gorria)Résistance-1

(TOULOUSE) : PROCES-FARCE ! Face à la Répression de l'Etat français Solidarité avec le CREA (OKUPA) RÉSISTER C'EST VAINCRE ! (plus d'infos) SOLIDARITÉ !

21 JUIN 2012

JEUDI 21 JUIN 2012 (PARIS) (19H) RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRISON DE LA SANTÉ Concert de dénonciation contre la Terreur d'État Plus d'infos (cliquer)

 

lamine-diengmanifestation-lamine-dieng-2011-avenue-gambettaNI OUBLI ! NI PARDON ! lamIne dieng, Un ouvrier assassinÉ par la Police de l'État français MARCHE COMMÉMORATIVE À PARIS (14h) Samedi 16 Juin 2012 (Plus d'infos)

vérité et justice pour ali ziri-2NI OUBLI ! NI PARDON ! ALI ZIRI, Un ouvrier assassinÉ le 9 Juin 2009 par la Police de l'État français Rassemblement À Argenteuil (14h30) Samedi 9 Juin 2012 (Plus d'infos)

LIBERTÉ POUR DENIZ

VENDREDI 25 MAI 2012 (NUREMBERG, ALLEMAGNE)15H RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CONTRE LE PROCES-FARCE DE DENIZ : UN ANTIFASCISTE (plus d'infos)

 

jpeg-A3 AFFICHE 19-20 MAI 2012-azk

OU SONT-ILS ? OU SONT-ELLES ? CONTRE LA TERREUR D'ETAT SEMAINE CONTRE LES DISPARITIONS POLITIQUES (17-31 MAI 2012)  

Organisée par l'ICAD-Section française PLUS D'INFOS (cliquer)

euskal presoak euskal herriraJEUDI 31 MAI 2012 (devant la mairie de BAIONA) Jour du Procès en appel à Paris (19 H) RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC JON KEPA PAROT prisonnier politique basque d'ETA PRIS EN OTAGE PAR L'ÉTAT FRANCAIS DEPUIS 23 ANS

jpeg-(09.05.1976) ULRIKE MEINHOFazkPlus d'infos (en cours rédaction)

IBAI ASKTATU-1

IBAI ASKTATU-2 IBAI ASKATU ! GUK ZUREKIN ! LIBERTÉ POUR IBAI PEÑA BALANZATEGUI ! ON EST AVEC TOI ! EUROAGINDUEI EZ !  Plus d'infos  et Lutte Antifasciste  (Originaire de Gasteiz et réfugié politique à Baiona.Transféré en Juin 2012 de la prison de Seysses dans l'État français à celle de Soto del Real dans l'État espagnol) Pour lui écrire : IBAI PEÑA BALANZATEGUI - MADRID-V SOTO DEL REAL CENTRO PENITENCIARIO - CARRETERA COMARCAL 611 - 28.791 SOTO DEL REAL (MADRID) ESPAÑA.

 

 

 

HOMMAGE A LA CAMARADE YASEMIN DU MLKP

Yasemin Yoldas-3

La "Camarade Yasemin" du MLKP est morte le 9 février 2012

en luttant contre l'Etat turc fasciste

pour la révolution socialiste et le Communisme

en Turquie et au Kurdistan

PLUS D'INFOS (cliquer)

HOMMAGE, GRÈVE DE LA FAIM ET DÉTENTION

SOLIDARITÉ AVEC MANUEL ARANGO RIEGO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

LE 19 OCTOBRE 2011

FIN DE LA PROTESTATION AVEC

GRÈVE DE LA FAIM

DEPUIS LE 16 SEPTEMBRE 2011

CONTRE LE DÉNI DE LA CONDITION DE PRISONNIER/ÈRE POLITIQUE ET DE MILITANCE

MIS EN OEUVRE PAR L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE ET L'ÉTAT ESPAGNOL

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)-castLA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME ! ÉCRIS-LUI !

Prision de C.P. Madrid VI - Aranjuez

C.P. Madrid VI 28300 Aranjuez (Madrid)

02.10.11-im1(lettre interceptée)

  11 OCTOBRE 2011 (BAIONA). DIFFUSION DE 300 TRACTS SRI* À DES PROLÉTAIRES DURANT UNE MANIFESTATION NATIONALE DANS L'ÉTAT FRANÇAIS CONTRE LA PRÉCARITÉ.

* En Solidarité avec la Grève de la Faim du Camarade Manuel Arango Riego, Prisonnier Politique du PCE(r) et pour rappeler l'existence de la Lutte dans les prisons du Collectif des presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI.

BLOG(Manif 10oct2011)TRACT SRI-jpeg DÉTENTION ET MISE EN "LIBERTÉ" AVEC CHARGES

DE PABLO HASÉL, RAPPEUR DE 22 ANS 

LIBERTÉ POUR CE CAMARADE SOLIDAIRE ET COMBATIF!

pablo Liberté !LIBERTÉ IMMÉDIATE DE PABLO HASÉL !

Il est Communiste, les terroristes c'est vous.

SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASÉL !

-COMMUNIQUÉ DE PABLO HASÉL

ET CAMPAGNE DE SOUTIEN

logo-radio-clash

RADIO CLASH DE LIMOGES

-Émission du 4 octobre 2011

-Émission du 11 octobre 2011

-Emission du 18 octobre 2011