Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 01:45

Lutte des mineurs-8

(Depuis Juin 2012...) Lutte des Mineurs

dans l'État  espagnol : Asturies, Leon, Galiza...

L'UNIQUE POÈME

DE LÉNINE

LENINE-1En Mai 1973, la Revue "CRISIS" publie pour la 1ère fois, en castillan, le texte complet de l'unique poème écrit par LÉNINE. La traduction est de Waldo Rojas lequel a utilisé la version française de Grégoire Alexinsky. Ce texte ne figure pas dans les Oeuvres Complètes de LÉNINE. Le poème a été écrit au cours du printemps 1907, année durant laquelle son auteur à vécu à Selvista, un petit village de Finlande. Là, il a pu se reposer après une année et demie d'intense activité politique presque toujours en clandestinité. Durant son séjour dans la petite localité finlandaise, il a maintenu de longues discussions sur la littérature révolutionnaire et la création poétique avec "Piotr Al", un alias utilisé par Grégoire Alexinsky, membre du Parti social-démocrate russe, député de Pétersburg à la Douma. Pour illustrer ces discussions, LÉNINE a écrit ce poème en 3 jours. Le travail que nous présentons aurait du être publié dans la revue "Ginebra Raduga" (Arc en ciel) dirigée par "Piotr Al" mais la publication a cessé de paraître avant d'inclure dans ses pages ce poème signé par "Un Russe"...

 

TUMULTUEUSE CETTE ANNÉE-LÀ.

LES OURAGANS LA SURVOLAIENT.

(Printemps 1907. Vladimir I. LÉNINE)

 

Le pays entier. Les gros nuages se déchaînaient,

La tempête se précipitait sur nous avec la grêle et le tonnerre.

Des blessures s'ouvraient

dans les champs et les petits villages sous les coups de fouet terrestres.

La foudre volait en éclat, les éclairs redoublaient de violence.

La chaleur brûlait sans pitié, les poitrines étaient opprimées

et le reflet des incendies éclairait

les ténèbres muettes des nuits sans étoiles.

Enfants ouvriers dans la Mine de La Union(date inconnue. État espagnol) Mine de La Union

 

Bouleversés, les éléments et les humains,

les coeurs opprimés par une inquiétude obscure

les poitrines haletaient dans l'angoisse,

sèches, les bouches se fermaient.

Des martyr(e)s par milliers sont mort(e)s dans les tempêtes sanglantes.

Mais il(elle)s n'ont pas souffert en vain avec leur couronne d'épines.

Dans le Règne du Mensonge et des ténèbres, parmi les esclaves hypocrites,

ceux/celles-là sont passé(e)s comme les torches de l'Avenir.

Avec un trait de Feu, avec un trait indélébile,

il(elle)s ont gravé devant nous : la Vie du Martyr/e

et dans la carte de la Vie, il(elle)s ont imprimé le sceau de l'Opprobe.

Les usines-bastions des bolchéviques(1917. URSS) Réunion d'ouvrier(ère)s bolchéviques dans une usine

 

Sous le joug de l'Esclavage et de la Honte des chaînes

le froid redoublait.

Les heures s'éteignent et elles tombent

prises par le vent, elles tourbillonnent dans une danse macabre.

Vient l'Automne gris et putride,

larmoyant de pluie, enseveli de boue noire.

 

Et pour les Humains, la Vie est devenue détestable et opaque.

Vie et Mort leur furent également insupportables,

la colère et l'angoisse les encerclaient sans trêve.

Leurs coeurs froids, vides et obscurs comme leur foyers.

Et bientôt, le Printemps !

Un Printemps en plein automne putréfié,

Le Printemps Rouge est descendu sur nous, beau et lumineux,

comme un présent des cieux au pays triste et misérable,

comme un messager de la Vie.

(14.03.1906-Etat français) catastrophes de Courrières Mi(10 mars 1906. État français) Catastrophe de la Mine Courrières : 1.099 Mineurs morts officiellement. La Lutte menée par les survivant(e)s et l'ensemble de la Classe ouvrière réussira à obtenir l'instauration du repos hebdomadaire...


Une aurore écarlate comme un matin de Mai

s'est levé dans le ciel terni et triste.

Le soleil rouge, scintillant, avec l'épée de ses rayons

a perforé les nuages et le linceul de la brume s'est effondré.

 

 

Comme le feu d'un phare dans l'abîme du Monde,

comme la flamme du sacrifice sur l'autel de la nature,

incendié pour l'éternité par une main inconnue,

il a apporté la Lumière aux peuples endormis.

 

Des Roses Rouges sont nées du sang ardent,

des fleurs de pourpre se sont ouvertes,

et sur les tombes oubliées

des couronnes de Gloire ont été tressées.

(1906-Etat français) Grève des Mineurs du Pas de Calais(1906. État français) Grève des Mineurs du Pas de Calais

Suivant l'Assaut de la Liberté,

et en brandissant le Drapeau Rouge,

une multitude semblables à des fleuves s'écoulait,

comme le Réveil des eaux avec le Printemps.

 

Les Étendards Rouges palpitaient dans le cortège,

l'Hymne sacré de la Liberté s'est élevé

et le peuple a chanté avec des larmes d'Amour

une marche funèbre pour ses Martyr(e)s.

 

C'était un peuple heureux,

son coeur débordait d'espérances et de rêves,

tou(te)s croyaient dans la Liberté à venir,

tou(te)s, depuis le/la plus ancien/ne jusqu'à l'adolescent/e.

 

Mais le Réveil suit toujours le rêve,

la Réalité n'a pas de pitié,

et après la béatitude des rêveries et l'ébriété

vient l'amère déception.

Révolution Russe de 1905-Le Dimanche Sanglant(1905. Russie) Le dimanche sanglant ou "Dimanche Rouge"

Manifestation d'ouvrier(ère)s violemment réprimée par l'Armée du Tsar.

Les Forces des Ténèbres s'accroupissent dans l'ombre

en rampant et sifflant dans la poussière.

Elles attendaient.

Et soudain, elles plongent leurs dents et leurs couteaux

dans les dos et les talons des Valeureux/euses.

 

Les ennemi(e)s du Peuple avec leurs bouches sales,

buvaient le sang chaud et pur

quand les Ami(e)s innocent(e)s de la Liberté

épuisé(e)s par de pénibles marches,

ont été pris(e)s par surprise, somnolant(e)s et désarmé(e)s.

 

Les jours de Lumière se sont estompés,

une série interminable de jours noirs les ont remplacés.

La Lumière de la Liberté et du Soleil se sont éteintes.

Un regard de serpent guette dans les Ténèbres.

(1905. St-Petersbourg, Russie) Le Dimanche sanglant(1905. Russie) Le dimanche sanglant ou "Dimanche Rouge"

Manifestation d'ouvrier(ère)s violemment réprimée par l'Armée du Tsar.


Les assassins crapuleux/euses, les Pogroms, la boue des dénonciations,

sont proclamés comme des actes de patriotisme,

et le Sombre Troupeau se réjouit

avec un cynisme sans limite.

 

Éclaboussé du sang des victimes de la Vengeance

mortes d'un Coup perfide

sans raison ni pitié

des victimes connues et inconnues.

 

Au milieu de vapeurs d'alcool, maudissant, montrant le poing

avec des bouteilles de vodka dans les mains : des multitudes de pourri(e)s.

 

Il(elle)s courent, comme des troupeaux de bêtes,

en faisant sonner les monnaies de la Trahison,

et il(elle)s dansent une danse des Pourri(e)s.

Catastrophe de Courrières - Découverte de victimes dans u(10 mars 1906. État français) Catastrophe de la Mine Courrières : 1.099 Mineurs morts officiellement. La Lutte menée par les survivant(e)s et l'ensemble de la Classe ouvrière réussira à obtenir l'instauration du repos hebdomadaire...


Mais Yemelia, le pauvre idiot,

que les bombes ont rendu plus fou et peureux, tremble comme un petit rat,

et sur son veston il met avec aplomb

l'insigne des 100 Sombres Troupeaux.

 

Le rire lugubre des hiboux et des chouettes

résonnent dans l'obscurité des nuits,

annonçant la Mort de la Liberté et de la Joie,

et un Hiver cruel avec la neige agitée

arrive du règne des glaces éternelles.

 

Avec ses neiges denses, semblables à un linceul blanc,

l'Hiver est revenu au grand pays.

Attachant le Printemps avec des chaînes de glace,

le Froid-Bourreau a été donné pour Mort avant son heure.

Avec des tâches de boue, par ici et par là, apparaissent

les petites îles noires des misérables petits villages ensevelis sous les neiges.

Lámina Por el cambio, ley de fugas Pour le "Changement" (Constitution de 1978) : Loi d'Évasion

Dessin du Camarade "VARGAS" du PCE(r)

mort par Extermination lente en "liberté" conditionnelle

après plus de 20 ans d'Isolement dans les prisons de l'État espagnol Fasciste


La Faim côtoie la Misère et le Froid pâlit

partout on s'abrite dans les demeures puantes.

Au travers de la plaine de neige sans fin,

au travers des steppes, sans mesure ni limite,

où en Été, le vent ardent apporte avec lui une chaleur torride,

de funestes bourrasques de neige vont et viennent comme de blancs rapaces.

La tempête hurle comme une bête sauvage au pelage emmêlé,

en se précipitant sur tout ce qui conserve une goutte de vie,

Et vole, avec fracas, comme un terrible serpent ailé,

Pour effacer de la face de la Terre tout signe de Vie.

 

La tempête fait fléchir les arbres, elle brise les bosquets,

Elle accumule la neige dans les montagnes gelées.

Les animaux se sont abrités dans leurs tanière.

Les sentiers ont disparu et le/la voyageur/euse est englouti/e sans laisser de trace.

Des Nazis assassinent Volodia Scherbatsevich et M. Bruskina(26 octobre 1941. Minsk, Biélorussie) Assassinat par les Nazis

de 2 communistes : les Camarades Maria "Masha" BRUSKINA

et Volodia SHCHERBATSEVICH

 

De maigres loup(ve)s accourent, affamé(e)s

et il(elle)s errent sur les pas de la Tempête,

féroces, il(elle)s s'arrachent la prise les un(e)s aux autres,

en hurlant à la Lune et tout ce qui vit tremble de Terreur.

 

La chouette rit, "l'esprit" du bois sauvage frappe des mains.

Saouls, les Sombres Démon(e)s tournent en tourbillon

et il(elle)s font claquer leurs lèvres avides : en sentant une grande Tuerie

et il(elle)s attendent le signal sanguinolent.

Le gel couvre tout, c'est la Mort de toutes parts, tout est rigide.

Toute Vie semble avoir disparue,

le monde entier est une fosse commune, une fosse unique.

Pas même l'ombre de la Vie libre et lumineuse.

Execution à Verdun lors des mutineries(1914-1918. 1ère Guerre Mondiale Impérialiste) Assassinats-Exécutions  

de mutins (des membres de la Classe ouvrière envoyé(e)s

comme chair à canon sur le Front)

par l'Armée de l'État français Impérialiste à Verdun

lors des mutineries de 1917 contre la Guerre

 

Mais il est encore trop tôt pour que la Nuit triomphe sur le Jour,

pour que la Tombe célèbre sa fête de Victoire sur la Vie...

Sous les cendres couve encore l'étincelle.

L'Étincelle que la Vie réanimera avec son Souffle.

 

La fleur de la Liberté brisée et déshonorée

a été foulée du pied et elle est Morte pour Toujours.

Les Sombres Troupeaux se réjouissent en voyant à terre le Monde de la Lumière,

mais dans la terre natale, le Fruit de cette fleur attend déjà dans le sous-sol.

 

Dans les entrailles de la Mère : le grain miraculeux

mystérieux se conserve invisible.

Il doit être alimenté par la Terre, il se réanimera dans la terre,

pour renaître à une nouvelle Vie.

(1911-USA) jeunes ouvriers dans les Mines(1911. USA) Mineurs

 

Le germe ardent de la nouvelle Liberté se lèvera,

il fera fondre l'écorce de glace, il la fera éclater,

il grandira et -Arbre gigantesque- il illuminera le monde avec son feuillage Rouge,

le monde entier surgira à sa Lumière et sous son nom il rassemblera tout les Peuples.

Aux armes, frères et soeurs ! Le bonheur est proche ! Courage ! Au combat ! En avant !

Réveillez vos esprits ! Expulsez de vos coeurs la Peur lâche et servile !

Resserrez vos rangs ! Tou(te)s uni(e)s contre les Tyrans et les Maîtres!

Le sort de la Victoire est entre vos puissantes mains de travailleur(euse)s !

Courage ! Le temps des malheurs passera vite !

Levez-vous ensemble comme une seule personne contre les Oppresseur(e)s de la Liberté !

Le Printemps arrivera... il se rapproche... il est déjà là.

La Liberté Rouge, tellement belle, chemine jusqu'à nous !

(19°Siècle-Etat français) enfants ouvriers mineurs

 (date inconnue. État français) Mineurs

Autocratie

Nationalisme

Orthodoxie

Tout cela a déjà démontré irréfutablement ses "hautes" vertus :

en leur nom on nous frappe, on nous frappe, on nous frappe,

jusqu'au sang lui-même.

On punissait les Moujiks,

on leur cassait les dents,

on enterrait les Humains dans les prisons, enchaîné(e)s

on saccageait, on assassinait,

pour notre Bien, selon la Loi,

pour la Gloire du Tsar et la Santé de l'Empire,

les serviteur(e)s du Tsar donnaient à boire aux bourreaux,

avec la vodka de l'État et le sang du Peuple

ses soldats offraient à leurs rapaces des corbeaux.

 

On donnait à boire aux exécuteur(trice)s des Hauts Ordres

on alimentait ses corbeaux avec des rapaces

avec les cadavres encore tièdes de leurs esclaves rebelles

et avec les cadavres dociles de leurs esclaves les plus fidèles.

 

Avec une oraison ardente, les serviteur(e)s du christ

offraient de l'eau bénite à une Forêt de Potences.

(1905 ou 1906) greve des mineurs et métallurgistes à Saul(1905 ou 1906, État français) Grève des Mineurs

dans le Bassin Minier de Longwy

 

Hourra ! Vive notre Tsar !

Avec leur noeud coulant bien saucissonné et mieux béni !

Vive le sbire du Tsar !

Avec son fouet, son sabre et son fusil !

Soldats, noyez vos remords

dans un petit verre de vodka !

Tirez, valeureux, sur les enfants et les femmes !

Tuez le plus grand nombre possible de vos frères et soeurs pour divertir le Puissant.

Et si ton propre père tombe sous tes balles,

qu'il se noie dans son sang, rejeté par ma main de Caïn !

Abruti/e par la vodka du Tsar,

tue ta propre mère, sans pitié !

Qui crains-tu ?

Pas les japonais que tu as devant toi.

Tu ne crains que tes proches, ta propre famille,

et ils sont totalement désarmés.

 

On te donne un Ordre, valet/servante du Tsar.

Sois comment avant une bête de charge, un/e esclave éternel/le,

sèche tes larmes avec ta manche

et frappe le sol avec ton front !

 

Oh, Peuple, fidèle, heureux Bien-aimé du Tsar jusqu'à la Mort,

supportes tout et obéit jusqu'à la Mort...

Et Feu ! Fouet ! Coups !

Dieu : il protège le peuple,

Puissant, majestueux !

(Révolution Russe) Destruction de la statue du Tsar

 (1917. St Petersbourg) Destruction de la statue du Tsar

par la Révolution Bolchévique

(Révolution Russe) Le Tsar tombé à terreQue notre Peuple règne, en faisant suer de Peur les Tsars !

 

Avec ses troupes sans Gloire

notre Tsar est déchaîné,

avec sa Meute de serviteurs/servantes méprisé(e)s

ses laquais font la fête

sans laver le sang de leurs mains.

Dieu : protège le Peuple

durant les Sombres jours !

Et toi : Peuple, protège le Drapeau Rouge !

 

Oppression sans limite !

Coups de la Police !

Tribunaux de sentences subites

comme les salves des mitraillettes !

Châtiments et exécutions par fusillades,

horribles Fôrets de Pendu(e)s

pour châtier vos rébellions !

 

Les prisons débordent,

les déporté(e)s souffrent infiniment,

les salves déchirent la nuit,

les charognards se sont rassasiés.

La douleur et la souffrance

s'étendent sur le pays natal.

Pas une famille loin de la souffrance !

Bolchévisme-Garde Rouge-La Classe ouvrière armée(1917. URSS) L'armée Rouge : la Classe ouvrière armée

 

Trinque avec tes bourreaux,

Despote, ton banquet est sanglant,

dévore, Vampire, la chair du Peuple,

avec tes chien(ne)s insatiables !

 

Sème, Despote, le Feu !

Monstre, boit notre sang !

Lève-toi, Liberté !

Flamboie, Drapeau Rouge !

 

Vengez-vous, châtiez,

torturez-nous une dernière fois !

L'heure du châtiment est proche !

Le Tribunal arrive. Sachez-le !

 

Pour la Liberté

Nous irons à la Mort, à la Mort,

nous prendrons le Pouvoir et la Liberté,

et la Terre sera au Peuple !

(Oct1934) Asturies-9

 (1934. Insurrection des Asturies, État espagnol) Mineurs


Dans le combat inégal

des victimes sans nombre sont tombé(e)s !

Pour le travail libre,

leurs regards flamboient de menaces.

Sonne jusqu'au ciel

éternel carillon du travail !

Frappe, Marteau, frappe pour Toujours.

Pan ! Pan ! Pan !

Marchez, marchez, paysan(ne)s !

Vous ne pouvez pas vivre sans la terre.

Vous écrasez les seigneurs,

ils vont encore vous opprimer longtemps ?

 

Marchez, marchez, étudiant(e)s !

Beaucoup d'entre vous seront fauché(e)s dans la Lutte.

Des Rubans Rouges envelopperont

les cercueils de ceux/celles qui seront tombé(e)s.

Marchez, marchez, les affamé(e)s !

Marchez les opprimé(e)s ! Marchez, les humilié(e)s,

vers la Vie Libre !

(Oct 1934-Asturies) manifestation ouvrière à Mieres(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

Manifestation ouvrière à Mières

 

Le Joug des Bêtes régnantes

c'est notre Honte.

Expulsons les rats de leurs terriers !

Au Combat, Prolétaire !

À bas tout les maux !

À bas le Tsar et son Trône !

L'Aurore de la Liberté étoilée brille déjà

et répand sa flamme.

 

(1934-Asturies) SRILes rayons de la Félicité et de la Vérité

apparaissent face aux yeux du Peuple.

Le Soleil de la Liberté

nous illuminera au travers des nuages.

 

La pourriture du Tsar,

"Sous les pattes des chevaux avec eux !"

dira la puissante voix du glas au Troupeau

glorifiant la Liberté.

Détruisons les voûtes des prisons.

La Juste Colère rugit,

le Drapeau de la Libération

conduit nos Combattant(e)s.

 

Torture, Okhrana*, 

(*Police politique secrète du Tsar)

fouet, Supplice, à bas !

Enlève tes chaînes, Combat d'Humains libres !

Mort aux Tyrans !

 

Extirpons à la racine

le Pouvoir de l'Autocratie.

Mourir pour la Liberté est un Honneur.

Vivre avec les chaînes, une Honte !

Mettons à terre l'Esclavage,

la Honte de la Servitude.

Oh, Liberté, donne la Terre et l'Indépendance !

1919 Erster Kongress der Komintern in Moskau

 

SOLIDARITÉ ACTIVE

AVEC LES MINEURS EN LUTTE

28-Manuel ARANGO RIEGO-militant du PCE(r)Lettre de Manuel Arango Riego

Prisonnier politique du PCE(r)

"(Prison de Zuera. Juin 2012) Cher(ère)s compagne(on)s : depuis cette nouvelle prison où ils m'ont conduit, notre soutien aux Luttes ouvrières et populaires continue. Nous, les communistes, sommes toujours coude à coude avec notre Classe.

Il n'y a pas de Trêve contre l'État Fasciste.

Il n'y a pas de Trêve contre l'Exploitation capitaliste.

Il n'y a pas de Trêve contre l'Impérialisme espagnol.

Recevez un fort Salut Révolutionnaire."

 

LE TEMPS DES DÉBUTANT(E)S

(1987) Extrait de l'ouvrage

"Dedans et Dehors : Résistance"

Textes et dessins réalisés par

le Collectif des prisonnier(ère)s politiques

du PCE(r), des GRAPO et du SRI

dans la prison de Soria (État espagnol)

(Depuis Juin 2012, État espagnol)

Grève et Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, Galiza...

(2012) Lutte des Mineurs en Asturies(Suite de 1/4) Jusqu'à ce qu'ils nous prennent par surprise, l'activité dans les rues était devenue fébrile. Les buvettes commencèrent à souffrir de l'assaut des femmes qui y allaient sur la défensive, opportunistes avec leur petits livrets bourrés de dettes et leurs grands sacs de toile et chaudrons faits de boîtes de conserves. Elles avaient bon espoir que les cantinier(ère)s se mettent du côté du peuple.

(date inconnue, État français) Mineurs

Enfant mineurDes rumeurs provenant de manoeuvres éloignées des baraquements, procuraient des nouvelles de croisements de coups avec les freins des wagons; transformés en une arme universelle, ces petits pieux taillés dans le chêne, durs comme le métal, étaient la nitrogène des surveillants. Ou bien, les nouvelles parlaient des rassemblements de Mineurs pleins de haine face aux lampisteries. Au cours de ces 1ers moments, quelqu'un a entendu des tirs éloignés du village qui ont dû sonner comme un coup de fouet dans la voûte céleste du bassin minier sans recevoir la réponse des regrettés signaux habituels.

Mon père racontait à la maison les 1ers affrontements à une heure à laquelle durant des années j'étais en train de travailler. Tout est devenu différent, il allait jusqu'à affuter les couteaux d'une façon spéciale dans les concavités lisses des vases en verre.

(URSS. Affiche soviétique, Mineurs.

"La dette du charbon doit être payée à notre pays")

(1930-URSS) Mineurs soviétiquesTout donnait la sensation d'avoir souffert d'une altération; jusqu'à la cuisine me semblait être une autre cuisine et la faim brûlait encore plus de Faim et plus rapidement pour nous ennuyer quand le froid arrivait. Ce mois-là, ma mère a dû employer toute sa force persuasive face au cantinier; c'est pourquoi, selon ce qu'ils disaient à la maison : le mieux c'était d'y aller la tête bien haute et en attaquant, ainsi, cela impressionnait. Et dans tout les cas, il faudrait attirer son attention et lui rappeller quand il a commencé avec 4 bouteilles au-dessus de 2 tableaux et les rares fois où on lui a signalé qu'il nous escroquait sur les litres et les kilos. Le transformateur des tibias croisés devint un centre occasionnel et singulier de quelques réunions clandestines, parmi ce murmure ronronnant de l'énergie électrique. Durant les 1ères réunions, le bruit était considérable, on jurait plus qu'on planifiait; chacun/e voulait régler ses propres comptes avec ceux/celles qu'il/elle haïssait parce que son heure était venue.

(1935. URSS) Le Mineur du Donbass :

Stakhanov et toute son équipe de Mineurs.

(1935-URSS) Le mineur du Donbass stakhanov et ses camaradesLes mort(e)s qu'on nous avait fait durant la Guerre et à des époques postérieures sortaient dans les réunions en clamant la vengeance dans les gorges de leurs parents. L'euphorie se notait dedans tandis que nous, les gamin(e)s, étions dehors, exalté(e)s de rendre public entre nous les conquêtes immédiates et concrètes lesquelles la plupart des fois ne l'avaient été que dans nos têtes mêlées à des maisons comme celles des contremaîtres, des pantalons bleus et chocolats, des ambulances extrêmement rapides...

Et pendant ce temps-là, qu'aurions-nous pu faire d'autre ? Pour l'instant, ne plus monter aux arbres ni se rouler dans les prairies avec l'exigence d'une extrême austérité. Aussi, nous vendions les coupons que nous donnait le curé chaque dimanche pour aller à ses sermons de 16 heures; ce curé ivrogne et maintenant coureur de jupons, toujours aigre et tueur durant la Guerre qui avec le baratin de ses coupons nous attirait à l'église. Avec ses coupons, pas moins de 40 à cause de son interminable quarantaine de sermons, nous pourrions voir un jour «La mer des plages» et revenir chargé(e)s de grands coquillages marins. Ceux/celles du 4ème barraquement, nous ne verrions pas la mer avant pas mal d'années, jamais personne n'est parvenu à réunir 40 coupons...

(date inconnue, État français)

Jeune Mineur ("caffu") après sa journée de travail

Jeune Mineur (caffu) après sa journée de travailLes Mineurs dans le transformateur. Nous au-dessus du siphon d'eau, en forme de réplique on faisait recours à tout un vaste répertoire de jurons divins et humains que nous avions appris depuis très petit(e)s. Jurer nous donnait de la force et de l'âge. On s'asseyait là, on parvenait à déduire plus ou moins le sens des conversations : elles tiraient sur pas mal de cantinier(ère)s comme si c'était une espèce de tribut porté sur eux/elles. On rompait les dos de Mineurs haletants par l'effort et on passait ensuite à la buvette des boules d'anis pour étancher sa soif.

Nous regardions depuis très longtemps les Guardias Civils de travers, depuis que la grand-mère, le mineur illustre et le banni nous instruisaient avec leurs explications; depuis qu'il(elle)s nous avaient parlé, par exemple, des «vestes», un euphémisme protecteur utilisé par le peuple pour désigner les coups et les tortures dans la caserne du crassier dominant.

«Un village avec une caserne de la Guardia Civil c'est comme ne pas avoir de village», nous assuraient-il(elle)s, «On ne peut pas se fier à eux, ils sont comme de la fausse monnaie dans les poches».

(1905-Etat français) greve du bassin de Longwy soupe commu(1905, État français) Soupes Communistes.

Grèves des Mineurs Bassin Minier de Longwy.

Bientôt, les Guardias Civils sont arrivés dans les baraquements et pour les mettre sur une fausse piste, les Mineurs du transformateur se sont assis sur les perrons des baraques en parlant des choses les plus banales, des abattages, de truites et de femmes. Ils sont venus avec les "naranjeros", ces mitraillettes à long canon plein d'une grande quantité de trou réfrigérants par lesquels nous, les gamin(e)s, pensions que devaient en sortir des balles en éventail comme s'il s'agissait d'une pompe à eau.

(1989. Russie et Ukraine dans une "URSS"

rongée depuis 1956 par le Réformisme et le Capitalisme)

Grève des Mineurs du Bassin Minier du Donbass

(1989-URSS) Grève des Mineurs du Kouzbass-2Cela faisait depuis plusieurs décennies que ne s'élaboraient plus des listes de revendications. Mais aussitôt le Soulèvement commencé, des listes apparurent dans chaque maison, dans chaque baraquement, dans chaque palier voisin. Des dizaines de listes, cette fois, plus de 1.000 listes d'1 milliard de long des Mineurs du village.

Les traîtres cessèrent de fréquenter les cantines et les rues du village. Ils arrivaient aux puits en faisant des détours compliqués par les crassiers pour éviter tout conflit; ils entraient furtivement, comme les loups, dans n'importe lequel des nouveaux puits.

La méfiance augmentait sans cesse, au moins dans le 4ème baraquement, contre les culs-béni(e)s, les pourri(e)s et les flemmard(e)s de réputation lesquel(le)s, selon l'opinion la plus répandue, avaient l'habitude d'être très fréquemment en contact avec les Guardias Civils.

(1907) soupes communistes des dockers de Nantes en greve(1907, État français) Soupes Communistes. Grève des Dockers de Nantes

 

L'inquiétude augmentait dans le village quand les 1ers Mineurs ont été conduits à la caserne de la Guardia Civil pour être interrogés, et là, en majorité, ils furent : «détruit(e)s sous les coups de fouets» puis pendu(e)s aux toits. Les femmes des Mineurs allaient et venaient d'un côté et de l'autre. Furieuses et avec leurs yeux pleins de haine, elles cherchaient les traîtres qu'elles ne trouvaient pas, elles se souvenaient de leurs mères qui par des cris dans les rues des baraquements juraient de leur couper la langue et les testicules quand elles les trouveraient; elles frappaient les culs-béni(e)s et détruisaient leurs vêtements tendus sur les cordes.

(Juillet 2012) Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Marche de la Grève des Mineurs

(11.07.2012-Madrid) répression de l'Etat espagnol contre lPour la 1ère fois, elle se virent ensemble, fondues dans un même désir, des femmes dont les Luttes étaient pratiquement aussi antiques que le jour où on est arrivé au bassin minier. Tout était résolu et déjà décidé et elles se dirigèrent furieuses jusqu'aux grandes demeures des Contremaîtres; là, elles rompirent leurs jardins et leurs ornements extérieurs, elles détruisirent les vitres et attaquèrent les grosses portes en jurant d'administrer d'imposantes raclées aux employé(e)s privilégié(e)s qui s'étaient réfugié(e)s dans leurs demeures.

1909 greve de Meru les femmes en tete de la manifestation d(1909. État français) Grève de Méru.

Colonne des Grévistes conduite par des ouvrières

La Haine se répandit entre les femmes des Mineurs et les femmes des Contremaîtres. Les «Grandes Dames» ont eu durant la Grève une vie de réclusion obligée, incapables de sortir sans escorte pour faire des courses, incapables de réaliser ces promenades de détentes en soirée et de se placer ensuite sur la terrasse du café de la Place qui n'a jamais eu de nom tout en caquetant des critiques. Désormais recluses, derrière leurs hautes fenêtres ébréchées, elles crachaient des phrases précipitées contre ce village de Mineurs : «soulard(e)s, rustres, vagabond(e)s et inciviques». Une fois la Grève terminée, les saints se mangeaient par poignées durant des sessions de communions intensives.

Lutte des mineurs-12(Depuis Juin 2012)  Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Grève et la Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, et Galiza...

 

(Octobre 1934. Insurrection des Asturies, État espagnol) Mineurs

(Oct1934) Asturies-8 Mineurs asturiensLe fantôme de la Faim commençait à galoper sur les corps secs et usés des Mineurs du village. Elle avait toujours galopé, quelques fois au trot accéléré et d'autres fois à un trot normal; la vérité c'est qu'elle n'était jamais restée tranquille depuis la Guerre. Et ce fut ainsi comment nous avons commencé une recherche frénétique pour la subsistance quotidienne, cherchant encore des centaines de fois dans les terres moissonnées, fouillant avec anxiété les «nids» de patates qui avaient échappé aux yeux des Maîtres de ces terres rampantes. Emporter avec soi le fond fermé d'une boîte de conserve devenait un événement pour la maison qui en avait la chance. La Mémoire Populaire sauva les plantes comestibles qui poussaient sauvages par les prairies, les sentiers ou les montagnes. Jusqu'alors, jamais autant d'arbres n'avaient été escaladés à la recherche de rachitiques fruits sylvestres.

g-lutte des mineurs

(Depuis Juin 2012, Etat espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

en Asturies, Léon, et Galiza...

Dans le moral des baraquements, dans leur vie qui n'avait déjà plus rien de quotidien, un esprit de vie commune que nous ignorions jusque-là a commencé à surgir. Avant, les rues étaient seulement remplies du brouhaha de quelques blagues des voisin(e)s, tandis que les attaques contre le brigandage de la Compagnie des Mines était réservé à l'intimité des cuisines. Maintenant, c'était l'inverse; les querelles et les bagarres avec les voisins se réglaient dans les cuisines, laissant aux rues des baraquements les attaques à la Compagnie et à la vie de pure humiliation dans laquelle on nous faisait vivre.

(Avril 1906-Etat français) suite à la catastrophe de cour

(Avril 1906. État français) Grève des Mineurs suite à la catastrophe

de la Mine Courrières : 1.099 Mineurs morts officiellement.

La Lutte menée par les survivant(e)s et l'ensemble de la Classe ouvrière

réussira à obtenir l'instauration du repos hebdomadaire...

 

(Depuis Juin 2012, État espagnol)   

Grève et la Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, et Galiza...

Mineur PiqueurL'illustre vieux Mineur et quelques autres qui étaient auparavant considéré(e)s comme de pauvres idéalistes faisaient maintenant l'objet d'une extrême attention et la bicoque du vieux fut l'objet de pas mal d'allers et venues. Le vieux Mineur n'avait jamais cru, comme tout le monde au fond, en la protection de Santa Barbara; et quand il(elle)s allaient le voir, il assurait que ceux/celles-ci se souvenaient de lui comme de «L'autre» sur son trône.

Depuis que la Grève avait donné le 1er signal sur la première cime, la grand-mère avait commencé à garder des choses qu'elle considérait compromettante, comme le cadre secret de son fils le milicien ou de petites conserves de patates pour les moments critiques; elle fit un petit inventaire pour donner leur dû à tou(te)s ceux/celles qu'elle haïssait; elle fit une provision de quantité suffisante de gaz et d'alcool à cause des menaces de ce médecin à l'attitude de Seigneur Féodal qui était venu; elle mis à disposition de toute la famille les longs couteaux des dépeçages qu'elle avait gardé dans de grossiers papiers huileux.

marche des Mineurs réprimée par la GC

(Juillet 2012) Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Marche des Mineurs...

 

Drapeau de la République Populaire révolutionnaire

de la Classe ouvrière et prolétaires des peuples dans l'État espagnol

republique-populaireElle semblait se préparer pour une longue Campagne. Son enthousiasme augmentait en se mettant au soleil, quand il la voyait contempler, immobile, regardant au loin, la montée escarpée par laquelle, 20 ans plus tôt, elle avait vu pour la dernière fois son fils monter et disparaître en direction du Front. Avec chaque Lutte, avec chaque petite manifestation de protestation, avec chaque parole d'encouragement d'une voisine, dans son coeur fatigué renaissait une espérance qui ne mourira jamais.

Nous, les gamin(e)s, ne comprenions pas comment la Guerre avait pu éclater une nouvelle fois, sans que nous ayons recueilli aucune espérance dans les conversations qui se faisaient dans chaque maison. Il était possible que la Grève vienne en marchant très lentement depuis les lointaines terres du Nord. Mais la Guerre, d'où venait-elle ?

Guardia Civil contre les Mineurs en Lutte

(Juillet 2012) Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Grève et la Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, et Galiza... 

Ces 1ères nuits, dans le silence de nos chambres, nous imaginions des séquences indescriptibles à voir, de nouveau, les Mineurs s'enfuyant dans les montagnes et occupant une autre fois les anciennes positions de tranchées édentées aux concavités en forme de tentes pierreuses. Ces tranchées dans lesquelles, malgré nos efforts notables, nous n'avons jamais été capables de trouver des restes rouillés de casques, balles ou de bombes.

Marche des Mineurs passant par Leon

(Depuis Juin 2012, État espagnol) Marche des Mineurs

depuis les  Asturies, Léon, Galiza...  

jusqu'au Gouvernement central Fasciste à Madrid

Dans ma Mémoire résonnaient les phrases récentes du Mineur du Nord. Les scènes de la Répression sur sa terre qu'il décrivait tellement clairement me produisaient des frissons de frayeur. Je voyais des Mineurs venus de là-bas, marcher de leurs villages avec les vêtements attachés sur leur dos, bannis ou conduits en direction de la Prison de la Capital. Quand il me rencontrait, il me demandait si j'avais dépensé les clous qu'il m'avait donné le 1er jour de Grève; il était euphorique et il m'a donné ces pesetas pour fêter le Réveil de no tre village. Les clous me servirent pour me souvenir de lui comme de l'un des meilleurs Grévistes que j'ai connu.

revolucion-asturiasLe Mineur du Nord banni par le Régime était petit, contrairement aux géants à l'astuce puissante que je m'étais imaginé; avec un béret penché sur le côté, des mains énormes et tranchées, un visage digne et plein de cicatrices bleues à cause des éclats du charbon lancé à grande vitesse et incandescentes par l'explosion du grisou, rougi par la respiration difficile de la silicose avancée, massacré par les Guardias Civils de sa terre dans de petites casernes et des chemins à l'écart : il était la force de la volonté personnifiée la plus grande que j'ai eu sous mes yeux.

Cette nuit, je l'ai écouté totalement absorbé, rivé au banc de la cuisine. Il planifiait la Grève avec ferveur et il buvait du vin. Sa Haine contre les briseurs de Grève frôlait le viscéral et chaque fois que sortait quelque chose sur eux dans la conversation, il promettait de «leur manger le foie» tandis que son visage se convulsionnait.

(Depuis Juin 2012,  État espagnol)

Grève et Lutte des Mineurs en Astu

ries, Léon et Galiza

"Si nos enfants sont affamé(e)s, le sang des vôtres coulera"

minerosIl buvait et buvait et il donnait des coups à mon père dans le dos, en lui manifestant combien la Mine était encore plus noire. Il montrait ses bras qu'il appelait ironiquement des petits bras et il se promettait sur la mère qui les avaient mis au monde de ne plus piquer dans la Mine même si lui et les siens devaient en manger le gravier de la route.

La grand-mère et lui s'entendaient à la perfection. Ils bouillaient de désirs de réaliser de grands combats animés et, pour la 1ère fois, j'ai entendu parler de la dynamite, de Contremaîtres et de Vigiles «imprimés» contre les toits en basalte obscur des Galeries de Mine. Cette dynamite dont il avait enseigné le maniement à ses enfants pour qu'ils deviennent des «braves» et c'est pourquoi ils leur faisait allumer les mèches et mettre les foudres de cuivre tandis qu'ils tremblaient. Ensuite, avec parcimonie, il faisaient sortir ses enfants du futur lieu de l'explosion en les ayant pris de leurs mains.

Cette nuit-là, nous avons accompagné le Mineur du Nord jusqu'au transformateur dans le cas où il y aurait quelque nouvelles et là, il a juré de nouveau et il nous a répété l'Histoire du gravier. Il a ajusté son béret jusqu'à le laisser de côté et il a commencé à se détendre en chantonnant les éternelles chansons, celles de sa terre remémorée.

(date inconnue, État espagnol)

Mineurs de la Mine El Pison en Asturies

(Asturies) E lPison 1934Avec les clous fortement serrés dans ma main, je pensais au gravier que nous devrions manger et aux «vestes» du gros caporal grossier qui rompait les dos des Mineurs à coups de Mausers. Je pensais à la fin de la longue attente de la grand-mère quand son fils le milicien serait de nouveau avec elle. Je conservais l'espoir que la Grève nous donnerait l'opportunité d'être dans les réunions du transformateur et de participer aux décisions des hommes.

On les a tous vu arriver en regardant le village comme s'il n'existait pas. Ils levaient les bras et ils se regardaient comme en se disant : c'est tout ce qu'il y a. Dès que le Mineur illustre les a vu, il a assuré que ce n'étaient pas des Légionnaires comme ceux du Passé mais qu'ils étaient d'une autre caste. C'étaient des Anti-Émeutes.

(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

 Mineurs asturiens insurgés

prisonniers politiques de la Guardia Civil espagnole

(Oct1934) Asturies-11Avec les fusils réglés sur leurs hanches, ils faisaient des roulades en visant jusqu'en haut des baraquements ou bien ils pratiquaient des gestes nerveux pour tirer jusqu'à des cibles imaginaires situées dans l'épaisseur de la montagne ou d'un danger signalé.

On a de nouveau pensé que les vieilles écoles de la Compagnie des Mines, celles qui avaient servi des décennies auparavant comme Camps de Concentration avec leurs cours et jardins barbelés, seraient de nouveau utilisées pour une nouvelle répétition de l'Histoire. Il serait possible que ceux/celles du 4ème baraquement, nous, les gamin(e)s d'aujourd'hui, devrions passer à la place de ceux/celles d'hier avec des bouteilles de conserves vides pour remplir la soupe des nouvelles troupes Fascistes et que, comme eux/elles, nous regardions une nouvelle fois affamé(e)s : les fumantes casseroles pendues à des trépieds énormes.

(1934. Léon, État espagnol) Mineur de Léon insurgé

prisonnier politique de la Guardia Civil espagnole

(oct 1934-Leon) bembibreDans cette Grève, l'Histoire ne s'est pas répétée sauf pour le fichage du village et le passage par la Caserne d'un nombre considérable de personnes, une nouvelle fois. Auparavant, ils ont parcouru, pas à pas, toutes les installations et les baraques pour les laisser dégagées. Ils nous voulaient tou(te)s dans les baraquements ou dans les bicoques quand la moitié d'entre nous rampaient dans les montagnes. Ils ont fouillé les archives et ils se sont arrêtés sur les noms des ancien(ne)s militant(e)s Antifascistes de l'époque de la Guerre, ceux/celles qui avaient réussi à se sauver des exécutions par fusillades dans les terrains vagues des campagnes de Campo Sagrado ou ceux/celles qui ont réussi à survivre durant des années à San Marcos, dans les oubliettes inondées d'eau pour ensuite revenir au village phtisiques ou estropié(e)s.

Ils les avaient tou(te)s fiché(e)s à un degré ou à un autre : les «blasphémateur(trice)s» récalcitrant(e)s contre les Hiérarchies Policières, ceux/celles qui avaient été soupçonné(e)s d'écraser les os d'un Vigile dans la noirceur d'une galerie de Mine, ceux/celles qui protestaient pour les crédits ou pour la maigreur des bons de charbon, ceux/celles qui refusaient le travail dominical instauré par Décret... Les femmes qui se battaient avec les femmes des Contremaîtres étaient fiché(e)s ou celles qui maintenaient des discussions animées avec les responsables de la coopérative, ceux/celles qui étaient en inimitié avec le curé et qui ne passaient pas par l'église lors des enterrements, ceux/celles qui préféraient payer les amendes plutôt que d'assister aux conférences Fascistes obligatoires.

(à partir de 1939, État espagnol)

Mine en Galiza exploitée par les Nazis durant le Régime Franquiste

Mine galicienne exploitée par les Nazis avec Camp de ConceLa nouvelle Caste a décidé de laisser le village encerclé définitivement, d'en faire une espèce de ghetto, et pour cela ils coupèrent avec leurs patrouilles tout les chemins et les ponts qui allaient jusqu'aux montagnes. Ils craignaient la montagne et c'est pourquoi ils coupèrent le village pour que personne ne puisse forcer la suite de la Grève lors de réunions secrètes dans l'épaisseur des chênes ou dans les galeries en ruines d'une Mine abandonnée. Depuis celle-ci, nous regardions le transformateur solitaire et la coopérative à moitié fermée qui nous abritaient déjà; la terrasse a de nouveau été fréquentée par les «Grandes Dames» des Contremaîtres. Ils ont transformé le village en un endroit vide, aussi vide que les toboggans qui ressemblaient à des rails sans la chair des wagons circulant de façon ininterrompue. La maigre ébullition cessa et les détonations de dynamite, les coups de sifflets des allemands ou le bruit métallique semblèrent rester immensément éloignés dans le temps. Le village ne semblait déjà plus être le village.

(Oct1934) Asturies-10(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

La Classe ouvrière en arme contre le Fascisme

La grand-mère gardait dans les recoins cachés son petit arsenal de longs couteaux. La Power résonnait durant les nuits de façon imperceptible pour ceux/celles des maisons collé(e)s matériellement à la lampe lumineuse; dès qu'il nous semblait entendre l'alarme de l'escalier nous éteignions le récepteur, ces planches usées par les frottements et la vieillesse des décennies devenaient un allié inappréciable avec leurs jointures sensible. On ne manquait pas de circuler sans s'arrêter et pas plus de 2 personnes parce qu'on circulait à peine.

mineros asturianos presos

(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

Mineurs asturiens prisonniers politiques par la Guardia Civil espagnole

 Les détenu(e)s sont arrivés ensanglanté(e)s comme des «esclaves africain(e)s» a informé la grand-mère et au siphon d'eau : un affrontement s'est engagé avec la Police Anti-Émeute. Le Mineur banni a été pris. Ceux/celles de son perron l'ont ensuite surnommé "le Masqué du 4ème baraquement" à cause des pansements qu'il avait sur tout le visage. Lui, regardait avec obsession vers la montagne coupée par les Anti-Émeutes où il avait sa petite portion de dynamite.

Il ne nous restait plus que les jardins potagers intérieurs pour y être poursuivi(e)s une fois et une autre fois, tandis que là, dans les jachères, il restait des petits fruits sylvestres et nous étions alors escortés par les patrouilles. Le transport par ces autobus ventrus avec galerie ne respectait pas la station. La Poste n'existait déjà plus.

(1939. État espagnol) Prisonnier(ère)s politiques républicain(e)s

dans un Camp de Concentration du Régime Franquiste de l'État espagnol

Prisioneros republicanos en un campo de concentración cerc La Centrale téléphonique avait cessé. Les commerces et les cantines finirent par fermer. Les pas des chaussures «basses» des gestionnaires de la Compagnie résonnaient sur les pavés de la rue principale; ils contemplaient, mi-désolé(e)s, mi-indigné(e)s, le cadre vide et la détérioration des installations. Les gens affirmaient qu'une petite cohorte de chefs bien sapés les accompagnait avec quelques agents de la Police Secrète d'allure Maure.

(Depuis Juin 2012, État espagnol)

Grève et Lutte des Mineurs en Asturies, Léon et Galiza

Lucha-de-mineros-en-asturias-6Depuis la fenêtre du 3° étage du barraquement, par cette fenêtre même d'ou la grand-mère a menacé de tirer plus d'une fois avec la vieille Power quand sortaient les discours du plus important bourreau du pays, il observait le désert de nos rues avec les fenêtres fermées, les rideaux tombés et les chiens de garde de même que lors des enterrements des mineurs. L'école du Falangiste était quasiment vide ce qui provoquait des accès d'histérie du Maître; seulement y assistaient les enfants des 30 Guardias Civils, quelques gamins des 13 cantiniers et ceux des 15 chefs. Les autres, les gamin(e)s des barraquements et des cabanes branlantes, nous étions occupé(e)s dans des recherches fébriles dans les carrés de jardins et dans les terrasses de montagne ou simplement impressionné(e)s face à la quiétude et à l'étrangeté de l'état du village, nous regardions avec nostalgie nos montagnes. Notre milieu le plus naturel où patrouillaient maintenant les Anti-Émeutes. Cependant, nous nous étions enflammé(e)s face à cette Bataille de Vérité, réelle et grandiose parce qu'il s'agissait de NOTRE Bataille et notre Guerre bien supérieure aux impressionantes Campagnes militaires que les livres officiels sortaient de l'Antiquité et que nous reproduisions parfois dans nos jeux parmi les nuages de poussière des énormes décharges de déchets. (...)

SUITE PARTIE 3/4 : cliquer

Minero Picador

Partager cet article

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article

commentaires

DYNAMIQUE DE BAIONA

jpg-SR BAIONA-okPLUS D'INFOS (cliquer)

SOLIDARITÉ PCE(r), GRAPO ET SRI!

 AMNISTIE TOTALE !!!

SANS CONDITIONS !

AMNISTIA TOTALE

2013 : ADRESSES

COLLECTIF DES PRESXS DU PCE(r), GRAPO ET SRI

(2013) PRESXS-adresses

ENCORE 1 PROCÈS-FARCE !!!

PROCES FARCE 13.09.2012 (arenas)-azkPROCES FARCE 13.09.2012 (victoria)-azkMADRID, LE 13 SEPT 2012 :

PITOYABLE TRAGI-COMÉDIE !!!

Audios du dernier Procès-Farce contre "Arenas" et Victoria Gómez. Il n'y a rien de mieux pour rompre la Guerre Sale déployée contre le PCE(r) qui tente de le relier au faux amalgame criminalisateur : PCE(r)-GRAPO... que d'écouter leurs propre paroles. Quand "Arenas" parle sur la politique la Juge l'interrompt et l'expulse. L'avocat de la Défense rompt avec des données tranchantes et sans appel les inventions mises dans les Dossiers judiciaires pour impliquer "Arenas" dans les GRAPO.

  NI OUBLI, NI PARDON !

ABELARDOLIBERTÉ POUR LE COLLECTIF

DES PRESXS POLITIQUES

DU PCE(r), DES GRAPO ET DU SRI

DONT LE CAMARADE ARENAS!

camarade ARENAS

République Populaire

CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ AVEC LES PRESXS MALADES

PRESXS MALADESPLUS D'INFOS (cliquer)

7 PRES@S DU COLLECTIF DES COMMUNISTES, ANTIFASCISTES ET SOLIDAIRES DU PCE(R), DES GRAPO ET DU SRI ONT DE GRAVES MALADIES INCURABLES ET ILS/ELLES SONT SÉQUESTRÉ/ES DE FACTO. NOUS EXIGEONS LEUR MISE EN LIBERTÉ IMMÉDIATE!

1-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE-azk

MONTRE  TA SOLIDARITÉ !

IMPRIME LA CARTE ET ENVOIE-LA !

COPIE-LA ET FAIS-LA CIRCULER !

1bis-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE

12-Enrike KUADRA ETXEANDIA-GRAPO

Enrique KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique des GRAPO. Né à Barakaldo (Bizkaia, Pays Basque) le 9 juin 1950. Militant des GRAPO et Historique militant du PCE(r), âgé de 62 ans. En prison 2 fois (22 ans au total). Sauvagement torturé. Mis une nouvelle fois en prison en 1995 : il est devenu gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Daroca (Zaragoza). Opéré d'un cancer à la prostate. Prisión de Daroca Ctra. Nombrevilla 50360 Daroca (Zaragoza)

1-Manuel PEREZ MARTINEZ-PCE(r)-fr

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, prisonnier politique du PCE(r). Né à Melilla le 1er novembre 1944. Secrétaire Général du PCE(r), âgé de 68 ans. En prison 3 fois (19 ans au total). Toujours en situation d'Isolement extrême. Mis une nouvelle fois en prison 2000 : il est devenu un malade chronique. Actuellement, il se trouve dans la Prison de Castellón II. Il souffre de graves problèmes occulaires, de cataractes, migraine chronique, de rhumes continuels qui le maintiennent prostré, d'une hernie du hiatus et de plusieurs maux associés. Prisión de C.P. Castellón II 12140 Albocasser 

11-MARIA JOSE BAÑOS-GRAPO-fr

María José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO. Née dans le Sud-Est de l'État français le 11 novembre 1964. Militante des GRAPO âgée de 48 ans. 18 ans en prison. Mise en prison en 2002 : elle est devenue encore plus gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Valencia II. Foie dans un très mauvais état. VIH. Elle a besoin d'une déviation coronaire. Fortement médicalisée. Prisión de Picassent-Valencia II - a.c. 1002, 46225 PICASSENT (Valencia).

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)

Manuel ARANGO RIEGO, prisonnier politique du PCE(r). Né à Villaseca de Laciana (León) le 12 décembre 1948. Historique militant du PCE(r), âgé de 64 ans. Il a été plus de 20 ans en clandestinité après avoir été détenu et incarcéré à de nombreuses occasions et blessé par les tirs de la Police lors de l'une d'entre elles. Mis en prison une nouvelle fois en 2007 : il est devenu gravement malade. Il est actuellement dans la Prison de Zuera (Zagazoza). Dans cette prison, il manque de physiothérapeute et de plusieurs médicaments dont il a besoin. Il a une sciatique chronique qui l'oblige à marcher en étant aidé; arthrose générale; hépatite chronique avec perte de masse hépatique. Ulcère duodénal chronique car il a été emputé de l'intestin grêle. Hypermédicalisé. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza).

2-ISABEL APARICIO-PCE(r)-fr

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, prisonnière politique du PCE(r). Née à Madrid le 2 février 1954. Militante du PCE(r), âgée de 58 ans. En prison 2 fois (9 ans au total). Incarcérée en 2007 : elle est devenue gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Zuera (Zaragoza). Arthrose générale, ostéoporose, hernies lombaires et discales, sinusite chronique, elle a besoin de plusieurs opérations. Récemment opérée de cataractes aux 2 yeux. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza). 

21-Paco CELA SOANE-PCE(r)Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r). Né à Verin (Ourense) le 29 octobre 1958. Militant du PCE(r), âgée de 56 ans. En prison depuis 26 ans, en 3 fois. Incarcéré en 2007: il est gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Picassent (Valencia). Diabète très problématique. Jusqu'en novembre 2010, il a eu besoin de 5 injections d'insuline par jour. Prisión de Picassent -Valencia II. ac 1002. 46225 PICASSENT (Valencia).

4-Résister c'est vaincre-fr3-adosB

HOMMAGES DÉC 2014

NI OUBLI,NI PARDON! 

xc-29 AOUT 2013 VIGO

BIOGRAPHIE (Lire) 

au-(05.12.1982)-JUAN MARTIN LUNA-PCE(r)NI OUBLI,NI PARDON!

ACTE DE SOLIDARITÉ

ÉLECTIONS BOURGEOISES :

BOYCOTT !!!

LA LUTTE EST DANS LA RUE PAS AU PARLEMENT-2

Lutte et organise-toi avec le SRI ! A l'école, université, usine, entreprise, quartier : partout tu peux Lutter pour abolir le Capitalisme et l'Exploitation de Classe en oeuvrant pour  LA RÉVOLUTION SOCIALISTE afin d'abolir définitivement toute Classe et Exploitation par LE COMMUNISME ! ET N'OUBLIE PAS LA SOLIDARITÉ AVEC LES ANTIFASCISTES ET COMMUNISTES EN PRISON : DEDANS ET DEHORS FACE A LA RÉPRESSION   !

  

  PREKARIOEN GAUA

CONTRE L'EXPLOITATION

Pour l'Unité des prolétaires

jpeg-xuria-KARTELA 08.12.2012-azk

  SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2012

(à partir de 18h.  23bis Rue des Tonneliers. BAYONNE)

(plus d'infos) et Gadafiste Brothers

PHOTOS DE LA SOIRÉE

jpeg-IMP+WEB-rouge-AFFICHE NUIT DES PRECAIRES-BAIPRESOAK KALERA !

PRESOAK ETXERAT !

PRESOAK KALERA

SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012 (BAIONA)

(15h30. Place des Basques)

Manifestation pour la liberté

des prisonnier-ère-s politiques basques

  Aux personnes qui ont Lutté

et qui Luttent contre le Fascisme...

LUCHA ANTIFA

VENDREDI 9 NOVEMBRE 2012

(18h30. Place Louis XIV. ST-JEAN-DE-LUZ)

JOURNÉE INTERNATIONALE : NUIT DE CRISTAL

Rassemblement contre le Fascisme : sexisme,

discriminations et racisme... (plus d'infos)

(9 NOV) KRISTALL NACHT 1938-2012-azk

  ZYED ET BOUNA

NI OUBLI, NI PARDON !

Zyed et BounaLUTTE CONTRE LE NON-LIEU ! (plus d'infos)

 

 

presosenferGrève de la Faim de Solidarité avec Iosu 

Dans les États français et espagnol : plus de 250 prisonnier(ère)s politiques sont en Lutte ouverte avec des Grèves de la Faim, refus des conditions de détention, protestations...

Le prisonnier politique des GRAPO : Enrike Kuadra Etxeandia s’est mis en Grève de la Faim illimitée en Solidarité avec la Grève de la Faim de Iosu Uribetxeberria Bolinaga, un prisonnier politique basque gravement malade en phase terminale dans la prison de Daroca à Zaragoza. Une Grève de la Faim de Solidarité a aussi été commencée par les militants des GRAPO : Nacho Varela Gómez (prison de Puerto I) et Marcos Martín Ponce (prison de Morón de la Frontera, Sevilla). Les autres prisonnier(êre)s du Collectif des prisonnier(ère)s poltiques du PCE(r), GRAPO et SRI informé(e)s rejoignent aussi cette Grève...

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIER(ERE)S POLITIQUES !!!

Si l'Etat espagnol a concédé la "Liberté" conditionnelle à Iosu : celle-ci n'est toujours pas effective. En Italie et depuis le Secours Rouge International : des messages et des cartes de dénonciation de cette situation sont envoyées au Ministre de l'Intérieur  de l'État espagnol à Madrid.

Appel du Comité pour un SRI (Italie) : L'Etat espagnol laisse mourir en prison un prisonnier politique malade en phase terminale. Iosu Uribetxeberria Bolinaga est atteint d'un cancer maintenant en phase terminale. Selon les médecins de la prison elle-même, il ne dispose que d'une chance de 10% de vivre encore une autre année. Néanmoins, les "Autorités" refusent de lui concéder la Liberté et désormais 7 autres personnes de plus sont en prison car elles ont participé à une Marche de Solidarité pour Iosu lequel est incarcéré suite à l'accusation d'avoir tué un employé de la prison... Dans les Etats espagnols, français et turc : plus de 500 personnes sont en Grève de la Faim pour réclamer la liberté de ce prisonnier politique gravement malade. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques Antifascistes espagnol(e)s (1) souscrit à cette grève illimitée. Quiconque veut se solidariser avec Iosu peut envoyer une carte ou un télégramme au Ministre de l'Intérieur de l'État espagnol. Pour le texte il suffit de mettre : «NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ IMMÉDIATE DE Iosu Uribetxeberria Bolinaga» (N'oubliez de mettre la signature et le nom de l'expéditeur/trice !)" (1) PCE(r), GRAPO et SRI

IOSU ASKATULeçon de dessin. (Nizar Qabbani, poète syrien) Mon enfant pose en face de moi sa boîte de peintures et il me demande de lui dessiner un oiseau. Je trempe le pinceau dans la couleur grise et je dessine un carré avec des fermetures et des barreaux. Ses yeux se remplissent d’obscurité : “Mais... c’est une prison, papa ! Tu ne sais pas dessiner un oiseau ? Et je lui dis : “Mon enfant, pardonne-moi... J’ai oublié la forme des oiseaux.” Mon enfant pose alors en face de moi son carnet de dessin et il me demande de lui dessiner un épis de blé. Je prend la plume et je dessine une arme à feu. Mon enfant se moque de mon ignorance et il s’exclame : “Papa ! Tu ne connais pas la différence entre un épis de blé et une arme à feu ?“. Je lui dis : “Mon enfant, oui j’ai connu les formes des épis de blé, celle de la miche de pain, celle de la rose mais dans cette époque très dure que nous vivons actuellement les arbres de la forêt se sont unis à la Résistance pour Lutter.(…)”

Dessin d'AURORA(Juin 2012)(Juin 2012) Dessin d'Aurora Cayetano 

prisonnière politique du PCE(r) en Prison

  

  

(gorria)Résistance-1

(TOULOUSE) : PROCES-FARCE ! Face à la Répression de l'Etat français Solidarité avec le CREA (OKUPA) RÉSISTER C'EST VAINCRE ! (plus d'infos) SOLIDARITÉ !

21 JUIN 2012

JEUDI 21 JUIN 2012 (PARIS) (19H) RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRISON DE LA SANTÉ Concert de dénonciation contre la Terreur d'État Plus d'infos (cliquer)

 

lamine-diengmanifestation-lamine-dieng-2011-avenue-gambettaNI OUBLI ! NI PARDON ! lamIne dieng, Un ouvrier assassinÉ par la Police de l'État français MARCHE COMMÉMORATIVE À PARIS (14h) Samedi 16 Juin 2012 (Plus d'infos)

vérité et justice pour ali ziri-2NI OUBLI ! NI PARDON ! ALI ZIRI, Un ouvrier assassinÉ le 9 Juin 2009 par la Police de l'État français Rassemblement À Argenteuil (14h30) Samedi 9 Juin 2012 (Plus d'infos)

LIBERTÉ POUR DENIZ

VENDREDI 25 MAI 2012 (NUREMBERG, ALLEMAGNE)15H RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CONTRE LE PROCES-FARCE DE DENIZ : UN ANTIFASCISTE (plus d'infos)

 

jpeg-A3 AFFICHE 19-20 MAI 2012-azk

OU SONT-ILS ? OU SONT-ELLES ? CONTRE LA TERREUR D'ETAT SEMAINE CONTRE LES DISPARITIONS POLITIQUES (17-31 MAI 2012)  

Organisée par l'ICAD-Section française PLUS D'INFOS (cliquer)

euskal presoak euskal herriraJEUDI 31 MAI 2012 (devant la mairie de BAIONA) Jour du Procès en appel à Paris (19 H) RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC JON KEPA PAROT prisonnier politique basque d'ETA PRIS EN OTAGE PAR L'ÉTAT FRANCAIS DEPUIS 23 ANS

jpeg-(09.05.1976) ULRIKE MEINHOFazkPlus d'infos (en cours rédaction)

IBAI ASKTATU-1

IBAI ASKTATU-2 IBAI ASKATU ! GUK ZUREKIN ! LIBERTÉ POUR IBAI PEÑA BALANZATEGUI ! ON EST AVEC TOI ! EUROAGINDUEI EZ !  Plus d'infos  et Lutte Antifasciste  (Originaire de Gasteiz et réfugié politique à Baiona.Transféré en Juin 2012 de la prison de Seysses dans l'État français à celle de Soto del Real dans l'État espagnol) Pour lui écrire : IBAI PEÑA BALANZATEGUI - MADRID-V SOTO DEL REAL CENTRO PENITENCIARIO - CARRETERA COMARCAL 611 - 28.791 SOTO DEL REAL (MADRID) ESPAÑA.

 

 

 

HOMMAGE A LA CAMARADE YASEMIN DU MLKP

Yasemin Yoldas-3

La "Camarade Yasemin" du MLKP est morte le 9 février 2012

en luttant contre l'Etat turc fasciste

pour la révolution socialiste et le Communisme

en Turquie et au Kurdistan

PLUS D'INFOS (cliquer)

HOMMAGE, GRÈVE DE LA FAIM ET DÉTENTION

SOLIDARITÉ AVEC MANUEL ARANGO RIEGO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

LE 19 OCTOBRE 2011

FIN DE LA PROTESTATION AVEC

GRÈVE DE LA FAIM

DEPUIS LE 16 SEPTEMBRE 2011

CONTRE LE DÉNI DE LA CONDITION DE PRISONNIER/ÈRE POLITIQUE ET DE MILITANCE

MIS EN OEUVRE PAR L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE ET L'ÉTAT ESPAGNOL

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)-castLA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME ! ÉCRIS-LUI !

Prision de C.P. Madrid VI - Aranjuez

C.P. Madrid VI 28300 Aranjuez (Madrid)

02.10.11-im1(lettre interceptée)

  11 OCTOBRE 2011 (BAIONA). DIFFUSION DE 300 TRACTS SRI* À DES PROLÉTAIRES DURANT UNE MANIFESTATION NATIONALE DANS L'ÉTAT FRANÇAIS CONTRE LA PRÉCARITÉ.

* En Solidarité avec la Grève de la Faim du Camarade Manuel Arango Riego, Prisonnier Politique du PCE(r) et pour rappeler l'existence de la Lutte dans les prisons du Collectif des presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI.

BLOG(Manif 10oct2011)TRACT SRI-jpeg DÉTENTION ET MISE EN "LIBERTÉ" AVEC CHARGES

DE PABLO HASÉL, RAPPEUR DE 22 ANS 

LIBERTÉ POUR CE CAMARADE SOLIDAIRE ET COMBATIF!

pablo Liberté !LIBERTÉ IMMÉDIATE DE PABLO HASÉL !

Il est Communiste, les terroristes c'est vous.

SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASÉL !

-COMMUNIQUÉ DE PABLO HASÉL

ET CAMPAGNE DE SOUTIEN

logo-radio-clash

RADIO CLASH DE LIMOGES

-Émission du 4 octobre 2011

-Émission du 11 octobre 2011

-Emission du 18 octobre 2011