Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 07:00

BRUXELLES, LE 15 DÉCEMBRE 2011

DÉCLARATION PUBLIQUE FACE À LA DEMANDE D'EXTRADITION DE MIGUEL ANGEL PEÑA MORENO DEPUIS LA BELGIQUE JUSQU'AU CHILI

créer le pouvoir populaire GANE - MIGUEL PEÑA MORENO

 

(GRUPO DE APOYO NO A LA EXTRADICION)

Groupe d'Appui Non à l'Extradition

de Miguel Peña Moreno

 

MIGUEL ANGEL PEÑA MORENO EST MENACÉ D’UNE EXTRADITION IMMINENTE VERS LE CHILI.

Il faut empêcher ce crime

Monsieur Miguel Angel Peña Moreno –un ressortissant chilien habitant en Belgique– est recherché par la Justice chilienne. Celle-ci l’accuse d’être mêlé à un attentat ayant coûté la vie au principal mentor idéologique du Régime Pinochet : le sénateur d’extrême droite Jaime Guzmán.

FPMRCette action avait été menée et revendiquée, en avril 1991, par une organisation de Résistance à la dictature de Pinochet, le Front Patriotique Manuel Rodríguez (le FPMR) (1), contre l'un des acteurs-clé de la dictature pinochettiste. Jaime Guzmán était, en effet, le concepteur principal de la Constitution frauduleuse de 1980 (la Loi fondamentale qui aura permis à Augusto Pinochet de légitimer sa politique de Terreur…).

Membre de l’Opus Dei et admirateur du général Franco, Jaime Guzmán (ami personnel d’Augusto Pinochet sur qui il avait une grande influence) avait été l’un des membres fondateurs des Milices Fascistes "Patria y Libertad" pendant la période présidentielle de Salvador Allende. De surcroît, Guzmán avait pu être désigné sénateur grâce aux distorsions provoquées par le système binominal qu’il avait lui-même conçu pendant le Régime militaire; cette manipulation légale lui a ainsi permis d’être élu avec 17% de voix contre Ricardo Lagos qui en avait recueilli 31%.

 

Les faits et le contexte historique

Miguel Angel Peña Moreno-2Miguel Peña est issu d’un milieu défavorisé. Très tôt, il a subi les conséquences économiques et répressives de la dictature. Tout comme de nombreux jeunes, il a résisté à l’arbitraire du régime et voulu apporter un élan d’espoir, de justice et de liberté à l’ensemble de la société chilienne. Son engagement dans la lutte contre le Régime dictatorial lui a valu d’être fait prisonnier et torturé en 1984 par la CNI (la Central Nacional de Informaciones, un des appareils de répression de la dictature) (2) et ensuite en 1986 par la DIPOLCAR (la Dirección de Inteligencia Policial de Carabineros – la police militarisée chilienne) (3). Ces faits figurent dans les registres de la Vicaría de la Solidaridad (une instance de l’église catholique chargée d’observer le respect des Droits humains fondamentaux). Durant la journée de manifestation, à l’occasion d’anniversaire du coup d’État, le 11 septembre 1986, il fut blessé par balles par des agents de sécurité en civil (cet acte répressif figure dans les Annales de la PDI, Policía de Investigaciones de Chile – la PJ chilienne).

miguel angel pena morenoSe sachant poursuivi et recherché par la Justice chilienne, Miguel Peña s’est réfugié en Belgique en 1998, où il a introduit une demande de reconnaissance au titre de réfugié politique.

Trois ans plus tard, Miguel a été inculpé par la Justice chilienne, au motif qu’il était la personne ayant procuré la voiture utilisée lors de l’attentat contre Guzmán. Or non seulement Monsieur Peña a toujours contesté cette accusation mais il continue à dénoncer les nombreuses irrégularités de l’enquête judiciaire chilienne qui menèrent à inculper trois personnes différentes, lors de procès successifs, pour ce même fait. Malgré ces dénégations, le Juge spécial Mario Carroza de la Cour d’Appel de Santiago décide le 31 août dernier la demande d’extradition de Miguel Peña Moreno. Le Procureur de la Cour Suprême de Santiago a approuvé cette demande d’extradition vers le Chili le 28 septembre ; et une seconde instance de la même Cour Suprême vient d’avaliser définitivement cette décision le 26 octobre 2011.

 

Le cadre juridique institutionnel tel qu’il prévaut au Chili

La Constitution de 1980 (édictée par la dictature militaire sans la moindre norme garantissant une réelle expression de la volonté populaire) est toujours d’application au Chili. Pourtant, c’est cette Constitution qui a continué à déterminer l’itinéraire politique de la société et le cours des événements après la fin de la dictature (en 1989). À partir de 1990, cette Constitution illégitime a ainsi corseté toutes les institutions du pays, conservant son essence autoritaire et antidémocratique, malgré l’organisation d’élections. Les quelques modifications réalisées ne changent rien d’essentiel à cet état des choses.

Junte de PINOCHETLa liste de jugements arbitraires rendus par la Justice chilienne étant très longue, nous nous en tiendrons aux plus récents. Selon le Rapport 2011 de l’association "Human Rights Watch", jusqu’en juin 2010, 292 ex-militaires et collaborateurs civils de la dictature ont été condamnés pour des délits tels que disparitions forcées, exécutions extrajudiciaires et torture. En août 2010 moins du tiers de ces condamnés purgeaient leurs peines car la Cour Suprême a régulièrement appliqué son pouvoir discrétionnaire pour les réduire.

Le 29 septembre 2011, le Juge spécial Mario Carroza a refusé la demande de la famille de Salvador Allende de juger le Général Mario López Tobar de la FACH (4) qui a pourtant reconnu avoir attaqué le palais présidentiel de La Moneda le 11 septembre 1973 avec comme résultat la mort du Président du Chili. C’est ce même Juge spécial qui demande aujourd’hui l’extradition de Miguel Peña vers le Chili. Ce même 29 septembre 2011, la Cour Suprême de Justice a confirmé l’acquittement par la Cour d’Appel de Valparaíso de dix-neuf des vingt-neufs marins accusés d’avoir torturé et assassiné le prêtre anglo-chilien Michael Woodward en 1973…

D’un côté, il y a donc une série de militaires et de civils jugés et condamnés pour assassinats et disparitions et qui n’ont fait aucun jour de prison ou très peu; de l’autre, il y a la réalité de Répression et de Discrimination subie par des centaines de prisonnier(ère)s politiques, militant(e)s anti-dictature, défenseur(euse)s des Droits humains, de la Justice sociale et des Peuples indigènes.

La grève de la faim restant l’arme ultime pour faire valoir ses droits, en 2005, 26 prisonnier(ère)s politiques n’ont pu retrouver leur liberté qu’après 74 jours de grève de la faim. Malgré le fait qu’il s’agissait de civil(e)s, ces personnes avaient néanmoins été jugées par la Justice militaire et la Loi Antiterroriste leur fut appliquée. Cette législation avait été instaurée en 1984 en pleine dictature: elle reste pourtant toujours d’application. De ce fait, les conditions de détention infrahumaines auxquelles il(elle)s furent soumis(e)s sont à comparer avec la sollicitude à laquelle ont droit les quelques rares militaires et collaborateurs civils condamnés à purger leurs peines: pour eux sont réservées des prisons dorées (comme par exemple Punta Peuco).

Sans oublier que les prisonnier(ère)s politiques sont, eux/elles, soumis(e)s à de mauvais traitements (y inclus la Torture) et qu’il(elle)s n’ont pas pu bénéficier de procès impartiaux ni d’une Défense juridique équitable. Cas récent : quatorze jeunes, accusé(e)s d’avoir placé des bombes. Suite à une grève de la faim, il(elle)s ont été libéré(e)s après avoir passé un an en prison. Le Procureur a essayé de les condamner pour association de malfaiteurs sans jamais arriver à prouver l’existence d’un quelconque « réseau »; or, il s’agit là d’un des dossiers les plus polémiques de ces dernières années car les avocats ont pu prouver qu’il y avait eu, de la part de l’accusation, fabrication manifeste de fausses preuves. L’illégalité de la majorité des soi-disant preuves avancées par le Procureur ayant été clairement démontrée, les parlementaires Hugo Gutiérrez et Sergio Aguiló ont demandé la démission du Ministre de l’Intérieur Rodrigo Hinzpeter et du Procureur (en charge du procès de ces quatorze jeunes) pour « participation à la fabrication de faux »…

 

La justice chilienne et le droit international

drapeau mapucheCes vingt dernières années, les Rapports de multiples organismes de défense des droits de l’Homme ont, de manière récurrente, condamné l’État chilien pour le caractère arbitraire et partial de sa Justice, spécialement dans les affaires à connotation politique. De leur côté, les porte-parole des Nations Unies et de la Cour Interaméricaine des Droits Humains ont recommandé des réformes afin d’adapter le cadre juridique interne pour qu’il se conforme à l’Ordre juridique international. Il faut aussi dénoncer l’application systématique et à tort de la Loi Antiterroriste qui criminalise les Mouvements sociaux et les revendications légitimes des communautés indigènes. La volonté de l’État chilien de ne pas changer sa politique répressive étant avérée, la Cour Interaméricaine des Droits Humains a pris, en août 2011, une importante décision : elle entend juger le Chili dont l’application de la Loi Antiterroriste aux Mapuche se traduit par le recours à des témoins masqués (anonymes soudoyés ou menacés), par l’usage de constructions accusatoires fantaisistes de la part des Procureurs et par la violation systématique du Droit à la présomption d’innocence.

 

La justice internationale et le refus de l’extradition

Le cadre juridique institutionnel existant au Chili a déjà été étudié par d’autres États dans le cas de demandes d’extraditions pour des faits à connotation politique. Dans tous ces dossiers, les extraditions ont été refusées par les divers États sollicités. En cause: l’absence de garanties conduisant à des jugements équitables étant donné l’usage de la Loi Antiterroriste, les limitations et restrictions du Droit à la défense et l’importance des peines imposées par l’État chilien.

où sont-il(elle)sL’asile politique octroyé à Patricio Ortíz en Suisse en 2005, à Claudio Molina en Argentine en 2002 et à Galvarino Apablaza en Argentine en 2010, illustre bien cette situation. Tous les trois sont d’anciens militants du FPMR et sont l’objet de mandats extraditionnels demandés par le Chili.

Précision importante: Galvarino Apablaza était accusé d’avoir été l’auteur intellectuel de l’attentat contre Jaime Guzmán, la même affaire pour laquelle est poursuivi aujourd’hui Miguel Peña. Or, l’accusation portée à l’encontre de G. Apablaza peut être considérée comme beaucoup plus grave que celle à l’encontre de Miguel. Pourtant G. Apablaza a obtenu l’asile politique en Argentine malgré la gravité de l’accusation dont il a été l’objet et malgré sa qualité de fondateur du Frente Patriótico Manuel Rodríguez. Constatant qu’entre la date de l’obtention de son statut de réfugié politique et aujourd’hui, la Justice chilienne n’a pas surmonté son manque d’impartialité, ce cas constitue un précédent à considérer.

 

Le Chili n’est toujours pas un État de Droit

chili-2L’existence d’un système juridique toujours fondé sur l’idéologie d’un Régime militaire (lequel pérennise l’application de la Loi Antiterroriste et n’assure pas le Droit à la défense ni les normes d’un juste procès) nous font affirmer que les conditions ne sont pas remplies pour que Miguel Peña puisse bénéficier d’un procès correct, impartial, équitable. Nous avons donc de très sérieuses raisons de nous inquiéter pour son intégrité physique et morale.

Nous craignons aussi que son arrestation soit utilisée comme monnaie d’échange contre l’acquittement des assassins et tortionnaires du passé.

Si Miguel Peña est extradé vers le Chili, il sera jugé selon des lois mises en place sous un Régime d’exception par le sénateur Jaime Guzman afin de pérenniser la dictature militaire et réprimer le peuple chilien. C’est-à-dire que la Justice chilienne sera juge et partie contre une personne innocente.

Ces dernières années, un mouvement de solidarité pour la défense des Droits humains au Chili s’est formé en Belgique, comme dans d’autres pays européens. Miguel a activement participé à ce mouvement en faisant (entre autres) partie des grévistes de la faim qui, lors de l’arrestation de Pinochet à Londres, ont demandé son extradition vers l’Espagne. Extradition qui n’a pas eu lieu, le dictateur ayant été renvoyé vers le Chili où il ne fut ni jugé ni condamné. Jamais.

EL PUEBLO POBLADORL’engagement politique et social de Miguel dans un contexte historique déterminé, peut être assimilé à l’engagement des Résistant(e)s européen(e)s face au Régime Nazi.

Se sachant poursuivi et recherché par la Justice chilienne, Miguel s’est réfugié en Belgique il y a déjà 13 ans où il a demandé l’asile politique sans réponse positive à ce jour. Malgré les difficultés liées à son statut précaire, il a pu développer chez nous une vie sociale, professionnelle et affective normale, s’intégrant de manière transparente (5) à la société belge.

Au vu de tous ces éléments ci-dessus évoqués, nous demandons aux autorités compétentes d’octroyer l’asile politique à Miguel Peña car nous reconnaissons en lui un Résistant à la dictature. Tout comme les milliers d’exilé(e)s politiques accueilli(e)s par la Belgique durant «les années Pinochet» ou comme les dizaines de prisonnier(ère)s politiques, arrivé(e)s au début des années 90, dont les peines de prison furent changées en peine d’exil. Nous appelons tous les défenseurs des Causes justes à se solidariser avec notre ami et camarade en danger d’extradition."

DEHORS<Dehors les Milices des rues ! Seul le Peuple aide le Peuple !

Il reste à créer de la Solidarité, des Communes, des Comités de réappropiation, des assemblées de quartier, des Travaux volontaires, des Centres d'approvisionnement>

 .

NON À L'EXTRADITION DE MIGUEL AU CHILI !

REFUGIÉ POLITIQUE MAINTENANT !"


NOTES. (1) FPMR (Frente Patriótico Manuel Rodríguez) : Front Patriotique Manuel Rodríguez fondé le 14 décembre1983 au Chili contre la Dictature militaire du Gouvernement de Pinochet. Ce groupe guerrilero d'idéologie Marxiste-Léniniste a pris le nom du héros de l'indépendance chilienne : Manuel Rodríguez Erdoíza. Il agit au sein de la Politque de Rébellion Populaire des Masses, impulsé notamment par le Parti Communistedu Chili.

(2) CNI (Central Nacional de Informaciones) : Centrale Nationale d'Informations créé en 1977 par le Régime Militaire de Pinochet après la dissolution de l'Organisme d'Intelligence précédent la DINA (Direction d'Intelligence Nationale) et au service du Programme de la Terreur d'Etat contre le Peuple; Ce Programme a été conçu et exporté par l'Etat français au moyen de son "École française des Escadrons de la Mort" née lors du soulèvement de l'Indochine contre la Guerre coloniale et Impérialiste menée par l'Etat français.

(3) DIPOLCAR (Dirección de Inteligencia Policial de Carabineros) : Direction d'Intelligence Policière des Carabiniers créée en 1990 et lié au Département des Affaires Intérieures de l'Etat chilien. Divisée en départements depuis 2002 : Informations (auparavant Analyses), Sécurité Institutionnelle (auparavant "ContreIntelligence"), Enseignement et Soutien (auparavant "Intelligence") et Coordination des sections DIPOLCAR.

(4) FACH (Fuerza Aérea de Chile) : Force Aérienne du Chili.

(5) La dynamique SRI de Baiona déclare ne pas savoir ce que peut être une Vie "normale" et "transparente" et en refuser la justification pour toute personne accusée d'avoir des activités politiques de Résistance face au Fascisme intrinsèque à l'actuel dernier stade du Capitalisme : le Monopolisme, autrement dit l'Impérialisme.

 

PLUS D'INFOS

- DOSSIER AMERIQUE LATINE

DU SECOURS ROUGE APAPC (BELGIQUE)

- FPMR

Partager cet article

Repost 0
Published by sribaiona - dans ANTIFASCISME
commenter cet article

commentaires

DYNAMIQUE DE BAIONA

jpg-SR BAIONA-okPLUS D'INFOS (cliquer)

SOLIDARITÉ PCE(r), GRAPO ET SRI!

 AMNISTIE TOTALE !!!

SANS CONDITIONS !

AMNISTIA TOTALE

2013 : ADRESSES

COLLECTIF DES PRESXS DU PCE(r), GRAPO ET SRI

(2013) PRESXS-adresses

ENCORE 1 PROCÈS-FARCE !!!

PROCES FARCE 13.09.2012 (arenas)-azkPROCES FARCE 13.09.2012 (victoria)-azkMADRID, LE 13 SEPT 2012 :

PITOYABLE TRAGI-COMÉDIE !!!

Audios du dernier Procès-Farce contre "Arenas" et Victoria Gómez. Il n'y a rien de mieux pour rompre la Guerre Sale déployée contre le PCE(r) qui tente de le relier au faux amalgame criminalisateur : PCE(r)-GRAPO... que d'écouter leurs propre paroles. Quand "Arenas" parle sur la politique la Juge l'interrompt et l'expulse. L'avocat de la Défense rompt avec des données tranchantes et sans appel les inventions mises dans les Dossiers judiciaires pour impliquer "Arenas" dans les GRAPO.

  NI OUBLI, NI PARDON !

ABELARDOLIBERTÉ POUR LE COLLECTIF

DES PRESXS POLITIQUES

DU PCE(r), DES GRAPO ET DU SRI

DONT LE CAMARADE ARENAS!

camarade ARENAS

République Populaire

CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ AVEC LES PRESXS MALADES

PRESXS MALADESPLUS D'INFOS (cliquer)

7 PRES@S DU COLLECTIF DES COMMUNISTES, ANTIFASCISTES ET SOLIDAIRES DU PCE(R), DES GRAPO ET DU SRI ONT DE GRAVES MALADIES INCURABLES ET ILS/ELLES SONT SÉQUESTRÉ/ES DE FACTO. NOUS EXIGEONS LEUR MISE EN LIBERTÉ IMMÉDIATE!

1-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE-azk

MONTRE  TA SOLIDARITÉ !

IMPRIME LA CARTE ET ENVOIE-LA !

COPIE-LA ET FAIS-LA CIRCULER !

1bis-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE

12-Enrike KUADRA ETXEANDIA-GRAPO

Enrique KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique des GRAPO. Né à Barakaldo (Bizkaia, Pays Basque) le 9 juin 1950. Militant des GRAPO et Historique militant du PCE(r), âgé de 62 ans. En prison 2 fois (22 ans au total). Sauvagement torturé. Mis une nouvelle fois en prison en 1995 : il est devenu gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Daroca (Zaragoza). Opéré d'un cancer à la prostate. Prisión de Daroca Ctra. Nombrevilla 50360 Daroca (Zaragoza)

1-Manuel PEREZ MARTINEZ-PCE(r)-fr

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, prisonnier politique du PCE(r). Né à Melilla le 1er novembre 1944. Secrétaire Général du PCE(r), âgé de 68 ans. En prison 3 fois (19 ans au total). Toujours en situation d'Isolement extrême. Mis une nouvelle fois en prison 2000 : il est devenu un malade chronique. Actuellement, il se trouve dans la Prison de Castellón II. Il souffre de graves problèmes occulaires, de cataractes, migraine chronique, de rhumes continuels qui le maintiennent prostré, d'une hernie du hiatus et de plusieurs maux associés. Prisión de C.P. Castellón II 12140 Albocasser 

11-MARIA JOSE BAÑOS-GRAPO-fr

María José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO. Née dans le Sud-Est de l'État français le 11 novembre 1964. Militante des GRAPO âgée de 48 ans. 18 ans en prison. Mise en prison en 2002 : elle est devenue encore plus gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Valencia II. Foie dans un très mauvais état. VIH. Elle a besoin d'une déviation coronaire. Fortement médicalisée. Prisión de Picassent-Valencia II - a.c. 1002, 46225 PICASSENT (Valencia).

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)

Manuel ARANGO RIEGO, prisonnier politique du PCE(r). Né à Villaseca de Laciana (León) le 12 décembre 1948. Historique militant du PCE(r), âgé de 64 ans. Il a été plus de 20 ans en clandestinité après avoir été détenu et incarcéré à de nombreuses occasions et blessé par les tirs de la Police lors de l'une d'entre elles. Mis en prison une nouvelle fois en 2007 : il est devenu gravement malade. Il est actuellement dans la Prison de Zuera (Zagazoza). Dans cette prison, il manque de physiothérapeute et de plusieurs médicaments dont il a besoin. Il a une sciatique chronique qui l'oblige à marcher en étant aidé; arthrose générale; hépatite chronique avec perte de masse hépatique. Ulcère duodénal chronique car il a été emputé de l'intestin grêle. Hypermédicalisé. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza).

2-ISABEL APARICIO-PCE(r)-fr

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, prisonnière politique du PCE(r). Née à Madrid le 2 février 1954. Militante du PCE(r), âgée de 58 ans. En prison 2 fois (9 ans au total). Incarcérée en 2007 : elle est devenue gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Zuera (Zaragoza). Arthrose générale, ostéoporose, hernies lombaires et discales, sinusite chronique, elle a besoin de plusieurs opérations. Récemment opérée de cataractes aux 2 yeux. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza). 

21-Paco CELA SOANE-PCE(r)Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r). Né à Verin (Ourense) le 29 octobre 1958. Militant du PCE(r), âgée de 56 ans. En prison depuis 26 ans, en 3 fois. Incarcéré en 2007: il est gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Picassent (Valencia). Diabète très problématique. Jusqu'en novembre 2010, il a eu besoin de 5 injections d'insuline par jour. Prisión de Picassent -Valencia II. ac 1002. 46225 PICASSENT (Valencia).

4-Résister c'est vaincre-fr3-adosB

HOMMAGES DÉC 2014

NI OUBLI,NI PARDON! 

xc-29 AOUT 2013 VIGO

BIOGRAPHIE (Lire) 

au-(05.12.1982)-JUAN MARTIN LUNA-PCE(r)NI OUBLI,NI PARDON!

ACTE DE SOLIDARITÉ

ÉLECTIONS BOURGEOISES :

BOYCOTT !!!

LA LUTTE EST DANS LA RUE PAS AU PARLEMENT-2

Lutte et organise-toi avec le SRI ! A l'école, université, usine, entreprise, quartier : partout tu peux Lutter pour abolir le Capitalisme et l'Exploitation de Classe en oeuvrant pour  LA RÉVOLUTION SOCIALISTE afin d'abolir définitivement toute Classe et Exploitation par LE COMMUNISME ! ET N'OUBLIE PAS LA SOLIDARITÉ AVEC LES ANTIFASCISTES ET COMMUNISTES EN PRISON : DEDANS ET DEHORS FACE A LA RÉPRESSION   !

  

  PREKARIOEN GAUA

CONTRE L'EXPLOITATION

Pour l'Unité des prolétaires

jpeg-xuria-KARTELA 08.12.2012-azk

  SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2012

(à partir de 18h.  23bis Rue des Tonneliers. BAYONNE)

(plus d'infos) et Gadafiste Brothers

PHOTOS DE LA SOIRÉE

jpeg-IMP+WEB-rouge-AFFICHE NUIT DES PRECAIRES-BAIPRESOAK KALERA !

PRESOAK ETXERAT !

PRESOAK KALERA

SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012 (BAIONA)

(15h30. Place des Basques)

Manifestation pour la liberté

des prisonnier-ère-s politiques basques

  Aux personnes qui ont Lutté

et qui Luttent contre le Fascisme...

LUCHA ANTIFA

VENDREDI 9 NOVEMBRE 2012

(18h30. Place Louis XIV. ST-JEAN-DE-LUZ)

JOURNÉE INTERNATIONALE : NUIT DE CRISTAL

Rassemblement contre le Fascisme : sexisme,

discriminations et racisme... (plus d'infos)

(9 NOV) KRISTALL NACHT 1938-2012-azk

  ZYED ET BOUNA

NI OUBLI, NI PARDON !

Zyed et BounaLUTTE CONTRE LE NON-LIEU ! (plus d'infos)

 

 

presosenferGrève de la Faim de Solidarité avec Iosu 

Dans les États français et espagnol : plus de 250 prisonnier(ère)s politiques sont en Lutte ouverte avec des Grèves de la Faim, refus des conditions de détention, protestations...

Le prisonnier politique des GRAPO : Enrike Kuadra Etxeandia s’est mis en Grève de la Faim illimitée en Solidarité avec la Grève de la Faim de Iosu Uribetxeberria Bolinaga, un prisonnier politique basque gravement malade en phase terminale dans la prison de Daroca à Zaragoza. Une Grève de la Faim de Solidarité a aussi été commencée par les militants des GRAPO : Nacho Varela Gómez (prison de Puerto I) et Marcos Martín Ponce (prison de Morón de la Frontera, Sevilla). Les autres prisonnier(êre)s du Collectif des prisonnier(ère)s poltiques du PCE(r), GRAPO et SRI informé(e)s rejoignent aussi cette Grève...

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIER(ERE)S POLITIQUES !!!

Si l'Etat espagnol a concédé la "Liberté" conditionnelle à Iosu : celle-ci n'est toujours pas effective. En Italie et depuis le Secours Rouge International : des messages et des cartes de dénonciation de cette situation sont envoyées au Ministre de l'Intérieur  de l'État espagnol à Madrid.

Appel du Comité pour un SRI (Italie) : L'Etat espagnol laisse mourir en prison un prisonnier politique malade en phase terminale. Iosu Uribetxeberria Bolinaga est atteint d'un cancer maintenant en phase terminale. Selon les médecins de la prison elle-même, il ne dispose que d'une chance de 10% de vivre encore une autre année. Néanmoins, les "Autorités" refusent de lui concéder la Liberté et désormais 7 autres personnes de plus sont en prison car elles ont participé à une Marche de Solidarité pour Iosu lequel est incarcéré suite à l'accusation d'avoir tué un employé de la prison... Dans les Etats espagnols, français et turc : plus de 500 personnes sont en Grève de la Faim pour réclamer la liberté de ce prisonnier politique gravement malade. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques Antifascistes espagnol(e)s (1) souscrit à cette grève illimitée. Quiconque veut se solidariser avec Iosu peut envoyer une carte ou un télégramme au Ministre de l'Intérieur de l'État espagnol. Pour le texte il suffit de mettre : «NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ IMMÉDIATE DE Iosu Uribetxeberria Bolinaga» (N'oubliez de mettre la signature et le nom de l'expéditeur/trice !)" (1) PCE(r), GRAPO et SRI

IOSU ASKATULeçon de dessin. (Nizar Qabbani, poète syrien) Mon enfant pose en face de moi sa boîte de peintures et il me demande de lui dessiner un oiseau. Je trempe le pinceau dans la couleur grise et je dessine un carré avec des fermetures et des barreaux. Ses yeux se remplissent d’obscurité : “Mais... c’est une prison, papa ! Tu ne sais pas dessiner un oiseau ? Et je lui dis : “Mon enfant, pardonne-moi... J’ai oublié la forme des oiseaux.” Mon enfant pose alors en face de moi son carnet de dessin et il me demande de lui dessiner un épis de blé. Je prend la plume et je dessine une arme à feu. Mon enfant se moque de mon ignorance et il s’exclame : “Papa ! Tu ne connais pas la différence entre un épis de blé et une arme à feu ?“. Je lui dis : “Mon enfant, oui j’ai connu les formes des épis de blé, celle de la miche de pain, celle de la rose mais dans cette époque très dure que nous vivons actuellement les arbres de la forêt se sont unis à la Résistance pour Lutter.(…)”

Dessin d'AURORA(Juin 2012)(Juin 2012) Dessin d'Aurora Cayetano 

prisonnière politique du PCE(r) en Prison

  

  

(gorria)Résistance-1

(TOULOUSE) : PROCES-FARCE ! Face à la Répression de l'Etat français Solidarité avec le CREA (OKUPA) RÉSISTER C'EST VAINCRE ! (plus d'infos) SOLIDARITÉ !

21 JUIN 2012

JEUDI 21 JUIN 2012 (PARIS) (19H) RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRISON DE LA SANTÉ Concert de dénonciation contre la Terreur d'État Plus d'infos (cliquer)

 

lamine-diengmanifestation-lamine-dieng-2011-avenue-gambettaNI OUBLI ! NI PARDON ! lamIne dieng, Un ouvrier assassinÉ par la Police de l'État français MARCHE COMMÉMORATIVE À PARIS (14h) Samedi 16 Juin 2012 (Plus d'infos)

vérité et justice pour ali ziri-2NI OUBLI ! NI PARDON ! ALI ZIRI, Un ouvrier assassinÉ le 9 Juin 2009 par la Police de l'État français Rassemblement À Argenteuil (14h30) Samedi 9 Juin 2012 (Plus d'infos)

LIBERTÉ POUR DENIZ

VENDREDI 25 MAI 2012 (NUREMBERG, ALLEMAGNE)15H RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CONTRE LE PROCES-FARCE DE DENIZ : UN ANTIFASCISTE (plus d'infos)

 

jpeg-A3 AFFICHE 19-20 MAI 2012-azk

OU SONT-ILS ? OU SONT-ELLES ? CONTRE LA TERREUR D'ETAT SEMAINE CONTRE LES DISPARITIONS POLITIQUES (17-31 MAI 2012)  

Organisée par l'ICAD-Section française PLUS D'INFOS (cliquer)

euskal presoak euskal herriraJEUDI 31 MAI 2012 (devant la mairie de BAIONA) Jour du Procès en appel à Paris (19 H) RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC JON KEPA PAROT prisonnier politique basque d'ETA PRIS EN OTAGE PAR L'ÉTAT FRANCAIS DEPUIS 23 ANS

jpeg-(09.05.1976) ULRIKE MEINHOFazkPlus d'infos (en cours rédaction)

IBAI ASKTATU-1

IBAI ASKTATU-2 IBAI ASKATU ! GUK ZUREKIN ! LIBERTÉ POUR IBAI PEÑA BALANZATEGUI ! ON EST AVEC TOI ! EUROAGINDUEI EZ !  Plus d'infos  et Lutte Antifasciste  (Originaire de Gasteiz et réfugié politique à Baiona.Transféré en Juin 2012 de la prison de Seysses dans l'État français à celle de Soto del Real dans l'État espagnol) Pour lui écrire : IBAI PEÑA BALANZATEGUI - MADRID-V SOTO DEL REAL CENTRO PENITENCIARIO - CARRETERA COMARCAL 611 - 28.791 SOTO DEL REAL (MADRID) ESPAÑA.

 

 

 

HOMMAGE A LA CAMARADE YASEMIN DU MLKP

Yasemin Yoldas-3

La "Camarade Yasemin" du MLKP est morte le 9 février 2012

en luttant contre l'Etat turc fasciste

pour la révolution socialiste et le Communisme

en Turquie et au Kurdistan

PLUS D'INFOS (cliquer)

HOMMAGE, GRÈVE DE LA FAIM ET DÉTENTION

SOLIDARITÉ AVEC MANUEL ARANGO RIEGO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

LE 19 OCTOBRE 2011

FIN DE LA PROTESTATION AVEC

GRÈVE DE LA FAIM

DEPUIS LE 16 SEPTEMBRE 2011

CONTRE LE DÉNI DE LA CONDITION DE PRISONNIER/ÈRE POLITIQUE ET DE MILITANCE

MIS EN OEUVRE PAR L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE ET L'ÉTAT ESPAGNOL

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)-castLA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME ! ÉCRIS-LUI !

Prision de C.P. Madrid VI - Aranjuez

C.P. Madrid VI 28300 Aranjuez (Madrid)

02.10.11-im1(lettre interceptée)

  11 OCTOBRE 2011 (BAIONA). DIFFUSION DE 300 TRACTS SRI* À DES PROLÉTAIRES DURANT UNE MANIFESTATION NATIONALE DANS L'ÉTAT FRANÇAIS CONTRE LA PRÉCARITÉ.

* En Solidarité avec la Grève de la Faim du Camarade Manuel Arango Riego, Prisonnier Politique du PCE(r) et pour rappeler l'existence de la Lutte dans les prisons du Collectif des presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI.

BLOG(Manif 10oct2011)TRACT SRI-jpeg DÉTENTION ET MISE EN "LIBERTÉ" AVEC CHARGES

DE PABLO HASÉL, RAPPEUR DE 22 ANS 

LIBERTÉ POUR CE CAMARADE SOLIDAIRE ET COMBATIF!

pablo Liberté !LIBERTÉ IMMÉDIATE DE PABLO HASÉL !

Il est Communiste, les terroristes c'est vous.

SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASÉL !

-COMMUNIQUÉ DE PABLO HASÉL

ET CAMPAGNE DE SOUTIEN

logo-radio-clash

RADIO CLASH DE LIMOGES

-Émission du 4 octobre 2011

-Émission du 11 octobre 2011

-Emission du 18 octobre 2011