Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 02:15

SOLIDARITÉ DE CLASSE

  Campagne antifasciste en Iparralde

"Avec la Solidarité pour drapeau"

 

  17 JUIN 2014. LANCEMENT DE LA CAMPAGNE

CONTRE L'IMPUNITÉ DE LA TERREUR

DE L'ÉTAT FRANÇAIS IMPÉRIALISTE

VOIR LA K BINE (vidéo) et VOIR Affiches

RÉSISTANCE POPULAIRE

"JOURNÉE ANTIFASCISTE 22 MARS 2014

"OFFENSIVE CONTRE L'IMPUNITÉ

DE LA RÉPRESSION ET TERREUR D'ÉTAT!"
1° PARTIE VOIR

1-VIDEO22mars14

Le 22 mars 2014 a eu lieu à Baiona et Kanbo (Pays Basque Nord) : le 2° Acte de la Campagne "Avec la solidarité pour drapeau" assumé par le Collectif indépendant des organisations antifascistes en Iparralde avec la réalisation d'une journée antifasciste contre les violences policières et la Terreur de l'État français. Une marche de solidarité a eu lieu avec une rencontre à la ZUP de Baiona, suivi d'une exposition antirépressive et d'1 rencontre/débat avec les témoignages de Ramata Dieng du Collectif Vies Volées et des rappeurs de Première Ligne: Skalpel, E.One et Akye... VOIR LE RÉCIT   ET LE LIVRET (en cours de rédaction) 

2° PARTIE VOIRPREMIÈRE LIGNE

3° PARTIE VOIR5-TESTIMONIOS(gaztexte kanbo22.03.14)

JOURNÉE ANTIFASCISTE 22 MARS 2014

EXPOSITION ANTIRÉPRESSIVE  VOIRb-EXPO22mars14

Le 22 mars 2014 a eu lieu à Baiona et Kanbo (Pays Basque Nord) : le 2° Acte de la Campagne "Avec la solidarité pour drapeau" assumé par le Collectif indépendant des organisations antifascistes en Iparralde avec la réalisation d'une journée antifasciste contre les violences policières et la Terreur de l'État français. À cette occasion, le Comité pour un SRI de Baiona a réalisé une exposition antirépressive en 2 volets: 1° Violence de Classe (portrait en fragments de l'État français impérialiste) 2° Pouvoir populaire.

"30 ANS DE PRISON ET DE RÉSISTANCE!"
1° PARTIE VOIR

1° PARTIE

Le 22 octobre 2013 a eu lieu à Baiona (Pays Basque Nord) : le 1° Acte de la Campagne "Avec la solidarité pour drapeau" avec la réalisation au Patxoki d'une soirée de solidarité avec Georges Abdallah, prisonnier politique communiste libanais des FARL, pris en otage depuis 30 ans par l'État français impérialiste. Exposition antirépressive sur Georges Abdallah et projection/débat du film de Samir Abdallah "Après la Guerre c'est encore la Guerre" (2008, Sud-Liban). Interventions du Comité pour SRI, du collectif de solidarité de Bordeaux, de Ipeh!-Ekaitza, de Gabi Mouesca responsable de Harrera et ex-prisonnier politique de IK pris en otage par l'État français durant 17 ans puis du Secours Rouge Arabe. VOIR LIVRET

2° PARTIE VOIR

2° PARTIE

3° PARTIE VOIR

3° PARTIE

"30 ANS DE PRISON ET DE RÉSISTANCE!"

SOLIDARITÉ GEORGES ABDALLAH

(Octobre 2013, Baiona) Construire la Résistance contre l'impérialisme... Rétrospective de la solidarité avec Georges Abdallah en 2013 au Pays Basque Nord.

  LA MÉMOIRE EST UNE ARME ! SEPT 2013

MINAGE DE PLOMB

(Septembre 2013, kalostrape. Baiona) Exposition résistante réalisée par Marie-Claire Cordat et Yann-Marc Rouillan, ex-prisonnier politique d'Action Directe pris en otage par l'État français durant plus de 20 ans et aujourd'hui en "liberté" conditionnelle...

  RÉSISTER C'EST VAINCRE ! JUILLET 2013

(juillet 2013) Exposition de rue "Ni oubli, Ni pardon"

RÉSISTER C'EST VAINCRE

(Juillet 2013. Baiona) Exposition résistante de rue réalisée par le Comité pour un SRI de Baiona.

ERRESISTENTZIA GARAIPENA DA !

(uztaila 2013) Kalea erakusketa

eus-RÉSISTER C'EST VAINCRE

 

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
23 juillet 2014 3 23 /07 /juillet /2014 01:20

POUR DES FÊTES POPULAIRES !

CULTURE PROLÉTAIRE

ET LUTTE DE CLASSEPASSE A LA RESISTANCE

is1-BAIONAko BESTAK 2014Ce samedi 26 juillet et dimanche 27 juillet 2014, un stand antifasciste sera réalisé sur la Place Patxa (11h-17h) dont du matériel diffusé par le Comité pour un SRI de Baiona. PASSE À LA RÉSISTANCE!

À l'occasion de ces fêtes mercantiles au service de la Réaction et du Fascisme, les organisations d'Iparralde participant à la campagne unitaire antifasciste locale "LA SOLIDARITÉ POUR DRAPEAU" lancent la diffusion d'affiches de dénonciation et son groupe d'alerte et d'information contre l'Impunité des violences policières et de la Terreur de l'État français...

LIRE L'APPEL lancé par le groupe d'Alerte et d'Information en Iparralde/Pays Basque Nord.

is2-BAIONAko BESTAK 2014

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 01:40

"RÉSISTER C'EST VAINCRE"

EXPOSITION DE RUE

RÉSISTER C'EST VAINCRE"VOIR" Musique: RPG7 "Pasate"

avec Pablo HASÉL

LIVRET DES COMITÉS POUR UN SRI

"LES PRISONNIER-ÈRE-S NOUS ÉCRIVENT

ET ILS PENSENT (version en français)

VERSION EN EUSKERA  "VOIR"

eus-RÉSISTER C'EST VAINCRESamedi 27 juillet 2013 "Fête Alternative" (Gazteak). Place Patxa du "Txiki Baiona"

Au fond, à droite Exposition de rue antirépressive "Résister c'est Vaincre"

GAZTEAK (SAMEDI)

Dimanche 28 juillet 2013 "Fête Alternative" (Presoak). Place Patxa du "Txiki Baiona"

À gauche, "Hommage à Clément" par des antifascistes (RASH et ANTIFA IPEH)

Au fond, à droite Exposition de rue antirépressive "Résister c'est Vaincre"

PRESOAK (DIMANCHE)

"Hommage au jeune antifasciste libertaire: Clément Méric "

Mural réalisé le samedi par des antifascistes  (RASH et ANTIFA IPEH)

MURAL ANTIFA(Hommage Clément)(01.08.2013. COMITÉ POUR UN SRI DE BAIONA)

LA POLICE ASSASSINEExposition de rue antirépressive "RÉSISTER C'EST VAINCRE" réalisée par le Comité pour un SRI de Baiona comme une contribution à la fête alternative (samedi 27 et dimanche 28 juillet 2013) et en résistance contre la fête officielle "Tiroir-Caisse/Défonce" imposée par la mairie UMP de Bayonne.

(2013. Melilla, Maroc) Ville à la frontière du bunker de Schengen

3-maroc-Après la dénonciation réalisée par un cadre de la mairie -le samedi matin, à 9 heures- lors du collage de l'exposition à côté de la Place Patxa du Petit Bayonne, 2 patrouilles différentes de Police (municipale et nationale) ont successivement interpellé et pris l'identité de la personne réalisant le collage, en étant visiblement en attente d'instructions de supérieurs. Pour l'instant, cela ne va pas plus loin.

1-maroc-

Au final, il est évident que c'est le contenu et l'acte politique qui sont mis en cause et non pas tant l'action de "collage sauvage" en tant que telle, volontairement réalisée hors des panneaux officiels dit "affichages libres". Oui, depuis 2010, le SRI de Baiona réalise un constant travail dans la rue d'information et de contribution à la Lutte de Classe...

Des murs muets sont une ville morte, la rue est à la classe ouvrière et aux prolétaires, là où la culture de classe surgit de la vie et de la lutte collective! NON! la rue n'est 2-maroc-pas la propriété des caméras de surveillance, ni des délateur-trice-s, des contrôle au faciès ou à la langue (euskera), des interpellations de personnes immigrées "sans-papiers" conduites de force au Centre de Rétention d'Hendaye, des forces répressives de l'État français impérialiste et de l'Europole et ni des fachos: elle doit être prise par la Résistance de Classe et redevenir vivante au travers de nombreuses formes...

PRISONS

Prison du Dedans et Prison du Dehors :

le Capitalisme-Monopoliste ou Impérialisme avec son industrie sécuritaire...

mur-israel

Mur de l'infâmie construit par l'État d'Israël

(1935) LA LUTTE CONTRE

LE FASCISME

DOIT ÊTRE CONCRÈTE

Extrait de la Déclaration de Georges DIMITROV au 7° Congrès de l'Internationale Communiste

Avant que tou-te-s soient libres, nous sommes tou-te-s emprisonné-e-s

Until-all-are-free-we-are-all-imprisoned"Il n'est point de caractéristique générale du fascisme, si juste qu'elle soit par elle-même, qui nous dispensera de la nécessité d'étudier concrètement et de prendre en considération les particularités du développement du fascisme et des formes diverses de la dictature fasciste dans les différents pays et aux différentes étapes. Dans chaque pays, il est nécessaire de scruter, d'étudier et de découvrir ce que le fascisme a de proprement national, de spécifiquement national, et d'établir, en conséquence, les méthodes et formes efficaces de lutte contre le fascisme.

ZONE DE RAFLESLénine nous mettait en garde avec insistance contre «la standardisation, l'ajustement mécanique, l'identification des règles tactiques, des règles de lutte». Cette indication est particulièrement vraie quand il s'agit de la lutte contre un ennemi qui exploite avec autant de raffinement, autant de jésuitisme les sentiments et les préjugés nationaux des masses ainsi que leurs inclinations anticapitalistes dans l'intérêt du grand Capital.

3-L'ÉTAT ASSASSINE.JPG

Un tel ennemi, il faut le connaître exacte m ent et sous toutes ses faces. Nous devons, sans le moindre retard, réagir contre ses manœuvres variées, déceler ses subterfuges, être prêts à riposter sur  n'importe quel terrain et à n'importe quel moment. Il ne faut avoir aucun scrupule à apprendre même de l'ennemi, si cela nous aide à lui tordre le cou plus vite et plus sûrement.

Ce serait une erreur grossière que d'établir un schéma général du développement du fascisme applicable à tous les pays et à tous les peuples. Un tel schéma ne nous serait d'aucun secours, il nous empêcherait au contraire de mener la lutte véritable. C'est ainsi qu'on en arrive au surplus, à rejeter sans distinction dans le camp du fascisme des couches de la population qui, à condition qu'on les aborde de façon judicieuse, peuvent être, à un certain stade de développement, engagées dans la lutte contre le fascisme, ou tout au moins neutralisées.

Marseille sticker FeuAuxCentresDeRetentionPrenons, par exemple, le développement du fascisme en France et en Allemagne. Certains communistes estiment qu'en France le fascisme ne peut en général se développer aussi facilement qu'en Allemagne. Qu'y a-t-il dans cette affirmation d'exact et qu'y a-t-il d'erroné? Il est exact que les traditions démocratiques n'étaient pas, en Allemagne, aussi profondément enracinées qu'elles le sont en France, dans ce pays qui, aux 18e et 19e siècles, est passé par plusieurs révolutions. Il est exact que la France est un pays qui a gagné la guerre et imposé le système de Versailles à d'autres pays; qu'en France il n'existe pas dans les masses ce sentiment national blessé qui a joué un rôle si important en Allemagne. Il est exact que les masses fondamentales de la paysannerie en France sont animées d'un état d'esprit républicain, antifasciste, surtout dans le Midi, à la différence de l'Allemagne où, dès avant l'arrivée du fascisme au pouvoir, une partie considérable de la paysannerie se trouvait sous l'influence des partis réactionnaires.

Marseille sticker FeuAuxCentresDeRetention-1Mais, en dépit des différences qui existent dans le développement du mouvement fasciste en France et en Allemagne, en dépit des facteurs qui mettent des entraves à l'offensive du fascisme en France, ce serait faire preuve de myopie que de ne pas voir la croissance ininterrompue, dans ce pays, du danger fasciste et de sous-estimer la possibilité d'un coup d'État fasciste. Il existe en France de nombreux facteurs qui, d'autre part, favorisent le développement du fascisme. N'oubliez pas que la crise économique commencée en France plus tard que dans les autres pays capitalistes, continue à s'approfondir et à s'aggraver, et cela facilite singulièrement le déchaînement de la démagogie fasciste.

no human being is ilegalLe fascisme français possède dans l'armée, parmi les officiers, de solides positions telles que les nationaux-socialistes n'en possédaient pas dans la Reichswehr avant leur arrivée au pouvoir. En outre, il n'y a peut-être pas de pays où la corruption du régime parlementaire ait pris des proportions aussi monstrueuses, et où elle ait provoqué une indignation des masses aussi grande qu'en France. C'est là- dessus, comme on sait, que les fascistes français spéculent démagogiquement dans leur lutte contre la démocratie bourgeoise. N'oubliez pas non plus que la crainte aiguë de la bourgeoisie française de perdre son hégémonie politique et militaire en Europe favorise également le développement du fascisme. Il s'ensuit que les succès du mouvement antifasciste en France, dont Thorez et Cachin nous ont parlé ici et dont nous nous réjouissons de tout notre cœur, ne sauraient encore être envisagés, loin de là, comme une preuve que les masses travailleuses ont réussi à barrer définitivement la route au fascisme.

silence-ici-on-rafle-xrousseIl faut, une fois de plus, souligner avec insistance toute l'importance des tâches de la classe ouvrière française dans la lutte contre le fascisme, tâches que j'ai déjà indiquées dans mon rapport. Il est dangereux également de se faire des illusions sur la faiblesse du fascisme dans d'autres pays où il ne dispose pas d'une large base de masse. Nous en avons des exemples tels ceux de la Bulgarie, de la Yougoslavie, de la Finlande, où le fascisme, tout en manquant de base large, n'en est pas moins arrivé au pouvoir en s'appuyant sur les forces armées de l'État, et où il a cherché ensuite à élargir sa base en se servant de l'appareil d'État.

Dutt avait raison d'affirmer qu'il existait dans nos rangs une tendance à considérer le fascisme «en général», sans tenir compte des particularités concrètes des mouvements fascistes dans les différents pays et en taxant à tort de fascisme toutes les mesures réactionnaires de la bourgeoisie, ou même en qualifiant tout le camp non communiste de camp fasciste. Loin de renforcer la lutte contre le fascisme, tout cela l'a, au contraire, affaiblie.

10.03.12-besancon-non-aux-expulsionsOr, il subsiste encore maintenant des vestiges de l'attitude schématique à l'égard du fascisme. N'est-ce pas une manifestation de cette attitude schématique que l'affirmation de certains communistes assurant que l'«ère nouvelle» de Roosevelt représente une forme encore plus nette, plus aiguë de l'évolution de la bourgeoisie vers le fascisme que, par exemple, le «gouvernement national» d'Angleterre? Il faut être aveuglé par une dose considérable de schématisme pour ne pas voir que ce sont justement les cercles les plus réactionnaires du Capital financier américain en train d'attaquer Roosevelt, qui représentent, avant tout, la force qui stimule et organise le mouvement fasciste aux États-Unis. Ne pas voir le fascisme réel prendre naissance aux États-Unis sous les phrases hypocrites de ces cercles en faveur de la «défense des droits démocratiques des citoyens américains», c'est désorienter la classe ouvrière dans la lutte contre son pire ennemi.

airfrance2Dans les pays coloniaux et semi-coloniaux se développent également, comme on l'a signalé dans la discussion, certains groupes fascistes, mais, évidemment, il ne peut y être question du même genre de fascisme que nous connaissons en Allemagne, en Italie et dans les autres pays capitalistes. Là, il faut étudier et peser les conditions économiques, politiques et historiques tout à fait particulières, qui font et feront prendre au fascisme des formes spéciales.

Certains communistes qui ne savent pas envisager concrètement les phénomènes de la réalité vivante et qui souffrent de paresse d'esprit, remplacent l'étude minutieuse et approfondie de la situation concrète et du rapport des forces de classe par des formules générales qui ne disent rien. Ils rappellent non point les tireurs d'élite qui frappent en plein but, mais ces "habiles" tireurs qui frappent systématiquement et infailliblement à côté du but et dont les coups portent tantôt plus haut, tantôt plus bas que le but, tantôt plus loin tantôt plus près de la cible. Eh bien! nous, nous voulons, en tant que militant-e-s communistes du mouvement ouvrier, en tant qu'avant-garde révolutionnaire de la classe ouvrière, être de vrais tireur-euse-s d'élite qui sans manquer un seul coup frappent en plein but."

Le Quart Etat (1901-Volpedo)

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 01:45

11.(1942-1943-Bataille de Stalingrad) armée rouge des ouvr(NOVEMBRE 1927) "Le caractère International

de la Révolution d'Octobre"

J. STALINE

"La Révolution d'Octobre se distingue de ces révolutions dans son principe. Elle se propose non pas de remplacer une forme d'exploitation par une autre forme d'exploitation, un groupe d'exploiteur(trice)s par un autre groupe d'exploiteur(trice)s mais de supprimer toute exploitation de l'humain par l'humain, de supprimer tous les groupes d'exploiteur(trice)s, quels qu'ils soient, d'instaurer la dictature du prolétariat, d'instaurer le pouvoir de la Classe la plus révolutionnaire parmi toutes les Classes opprimées qui ont existé jusqu'à ce jour, d'organiser une société nouvelle : la société socialiste sans Classes. C'est précisément pour cela que la victoire de la Révolution d'Octobre marque un tournant radical dans l'histoire de l'Humanité, un tournant radical dans les destinées historiques du capitalisme mondial, un tournant radical dans le mouvement de libération du prolétariat mondial, un tournant radical dans les procédés de lutte et les formes d'organisation, dans la manière de vivre et les traditions, dans la culture et l'idéologie des masses exploitées du monde entier. C'est là la raison pour laquelle la Révolution d'Octobre est une révolution d'ordre international, mondial."

1° photographie : (Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943) Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

1.(1942-1943-Bataille de Stalingrad) armée rouge des ouvr(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

(1917-2013... INTERNATIONAL)

HOMMAGE À LA LUTTE DE LA CLASSE OUVRIÈRE

10.(1942-1943-Bataille de Stalingrad) armée rouge des ouvr (Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

LECTURE PAR PABLO NERUDA DE SON POÈME "STALINGRADO"

6.(1942-1943-Bataille de Stalingrad) armée rouge des ouvri(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

UNE STALINGRAD DANS CHAQUE VILLE !

(RPG7. 2012)

   (URSS) GLOIRE À LA LUTTE
DES RÉVOLUTIONNAIRES SOVIÉTIQUES
e-prisonnier soviétique fouillé par les nazis avant d'êtParmi des milliers d'autres, prisonnier de Guerre révolutionnaire soviétique pris par les Nazis (Gestapo), fouillé en vue d'être sélectionné puis emmené vers I'Interrogatoire, la Torture et la Mort...(Images extraites d'un documentaire Nazi diffusé lors du Procès de Nuremberg)
f-prisonnier soviétique par les nazisg-prisonnier soviétique par les nazisCONTRE LE FASCISME ! 

SOCIALISME ET COMMUNISME OU BARBARIE !

a-prisonnier sovétique envoyé à la GestapoPrisonnier de Guerre révolutionnaire soviétique pris par les Nazis (Gestapo), fouillé en vue d'être sélectionné puis emmené vers I'Interrogatoire, la Torture et la Mort...(Images extraites d'un documentaire Nazi diffusé lors du Procès de Nuremberg)

"(...) Dans les camps des prisonnier(ère)s de Guerre du Front de l'Est, il y avait de petites équipes chargées de sélection dirigées par des officiers de la Gestapo dont le 1er devoir était de séparer, en fonction des ordres donnés, les prisonniers de Guerre devant être exécutés puis de les rapporter à la Gestapo... (...)" Extrait de la déclaration réalisée, le 8 février 1946, par le Général soviétique Roman RUDENKO représentant l'accusation de l'URSS contre les Nazis du Crime de Guerre Totale et contre l'Humanité au Procès-Farce de Nuremberg (20.11.1945-01.10.1946) contre les Nazis -dirigé par le Capitalisme-Monopoliste- s'appuyant sur des déclarations d'officiers Nazis, certains documents officiels et faits avérés obtenus avant et durant le Procès... Au final : une censure totale de la Réalité Historique -dont celle de la Lutte contre le Communisme menée par les alliés en accord avec le Fascisme- de ses véritables enjeux et Intérêts.

b-prisonnier soviétique envoyé à la Gestapod-prisonnier soviétique envoyé à la Gestapo

d-prisonniers soviétiques

LIBERTE ARENAS(01.01.2013. Laura. iparEH) 1917-2013... À ces hommes et femmes révolutionnaires soviétiques anonymes qui en tant que Communistes ont Lutté contre le Fascisme avec conséquence et qui jusqu'au bout ne se sont pas plié(e)s, ni mis(e)s à genou, ni renié, n'ont pas trahit leur Classe ni la Lutte : celle des Exploité(e)s du monde entier... Comme des milliers d'autres Gardes Rouges soviétiques, fait prisonnier(ère)s par les Nazis sur le front de l'Est, durant la 2° Guerre Mondiale Impérialiste, après avoir été désarmé(e)s et fouillé(e)s : il(e)s découvrent qu'il(elle)s sont filmé(e)s et, malgré la situation, il(elle)s choisissent de soutenir du regard -avec droiture, Dignité et Résistance- la caméra des Nazis qui les filment alors qu'il(elle)s savent être conduit à l'Interrogatoire, la Torture avec la Mort par le groupe de la Gestapo qui les encercle... Il(elle)s ne lâchent rien du regard, c'est étrange... certain(e)s sourient même face au Fascisme, face à la bête : en affirmant ainsi la Lutte, la Résistance, l'Existence Digne, l'Humanité Libre : à un tel point que ça en devient toujours plus dangereux pour l'ennemi de Classe (Nazi - Fascisme - CapitalismeMonopoliste : Impérialisme...); l'encerclement du groupe de la Gestapo se resserre autour d'eux/elles et les Nazis les regardent sans rien comprendre d'où vient cette Force qui leur échappe TOTALEMENT... Les regards de ces hommes et femmes prisonnier(ère)s sovIétiques parviennent à nous jusqu'à aujourd'hui : le Présent et l'Avenir sont à EUX/ELLES : ces hommes, femmes et enfants soviétiques, aux communistes et aux exploité(e)s du monde entier qui ont Lutté et Luttent pour briser nos chaînes de l'Exploitation... Au Collectif des Prisonnier(ère)s Politiques Communistes et Antifascistes du PCE(r), des GRAPO et du SRI !

Ni Oubli, ni Pardon : Toujours présent(e)s !

e-prisonniers soviétiques qui vont être exterminés par l

URSS : PRINCIPALE CIBLE DE LA 2° GUERRE MONDIALE IMPÉRIALISTE

VOIR L'HOMMAGE MUSICAL À LA LUTTE ANTIFASCISTE

DE L'URSS

(2013) PRESXS-adresses(ÉTAT ESPAGNOL) FOLIE PARANOÏAQUE

3 jours après sa sortie de prison : Marian Ruiz Villa, ex-prisonnière politique Antifasciste des GRAPO est une nouvelle fois détenue... puis remise en liberté le lendemain avec 1 mandat contre elle et 23 révolutionnaires.

L'ex-prisonnière politique Antifasciste des GRAPO : Marian Ruiz Villa sortie de prison le 23 décembre 2012, après avoir réalisé une condamnation de 10 ans. Le 26 décembre, en allant au commissariat de Leganes (Madrid) pour prendre sa carte d'identité : elle a été détenue et conduite aux cachots du Tribunal politique de l'Audiencia Nacional [héritier du Tribunal d'Ordre Public franquiste] où elle y est prisonnière. Son avocat, ses ami(e)s et proches se sont déplacés jusqu'à ce Tribunal d'Exception où il(elle)s ont trouvé le panorama suivant : un mandat du Juge Baltasar Garzón, semble-t-il égaré jusqu'à présent, qui accuse 23 personnes d'appartenance à bande armée et qui décrète la recherche et capture immédiate des militant(e)s suivants du SRI, PCE(r), GRAPO dont y compris contre 8 personnes qui sont déjà actuellement en prison : Marian Ruiz Villa, sortie de prison le 23 décembre 2012 après 10 ans d'incarcération. Josefa Alarcón Lapuente, absoute après avoir été un temps en prison. Victor Calcerrada Fornieles, dans la même situation. Anibal Saugar. Marcos Regueira. Fina García Aranburu, Javi García Victoria, Xoaquin Garrido González, Fernando Hierro Chomón, Antonio Lago Iglesias, Juan Carlos Matas : ex-prisonnier après de nombreuses années d'incarcération. 3 autres ex-prisonnier en France et en Espagne et ce qui est le plus fort, contre certain(e)s actuellement en prison : Mari Jose Baños Andujar, Ciete Calcerrada Fornieles, Aurora Caetano Navarro, Israel Clemente, Iolanda Fernández Caparrós, Juan García Martín, Marcos Martín Ponce et Carmen Muñoz Martínez.

1-JANVIER13-bis(28.12.2012. Comité pour un SRI de Catalunya) Marian Ruiz en liberté, 15 autres militant(e)s continuent d'être recherché(e)s pour être capturé(e)s par l'État espagnol.

On pourrait définir le fonctionnement du Tribunal d'Exception qui se fait appeler "Audiencia Nacional" de folie paranoiaque car il est dirigé par des Juges psychopathes, loins de toute logique et manquant de toute honte et décence... Il est évident que pour éprouver un peu de honte, il faudrait être démocrate et ces gens se trouvent à des années-lumières de l'être.

Le 27 décembre 2012, dans l'après-midi, finalement, Marian Ruiz Villa : prisonnière depuis 10 ans et sortie de prison depuis le dimanche 23 décembre 2012 sortait des cachots de l'Audiencia Nacional où elle a été conduite le mercredi 26 décembre 2012 lorsqu'elle est allée faire sa carte d'identité au Commissariat de Leganes (Madrid). À un tel niveau, l'Ordre de Recherche et de capture de 15 militant(e)s communistes et antifascistes continue d'être en vigueur au travers d'un ancien acte de l'ex-Juge GARZON, actuellement en tournée dans les Amériques. Selon ce que les avocat(e)s ont pu savoir, cet Ordre s'était égaré depuis un certain temps et, comme par magie : maintenant, il réapparaît.

Si nous n'étions pas à la date à laquelle nous sommes, nous dirions qu'il s'agit d'une plaisanterie... mais nous prenons trop en pleine poitrine ces sujets pour pouvoir blaguer. De telle sorte que le sujet est suffisamment sérieux pour être en alerte. Il est nécessaire que nous dénoncions tout l'arbitraire qui évidemment sera toujours utilisé à notre encontre. Un jour, cependant, nous retournerons l'omelette.

27.(1942-1943-Bataille de Stalingrad) Troupes soviétiques(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

(INTERNATIONAL) IL N'Y A PAS DE FORTERESSE QUI NE PEUT PAS ÊTRE PRISE PAR LES COMMUNISTES

asi se templo el acero(1934) "Et l'acier fut trempé" de Nikolai OSTROVSKI, communiste soviétique. Extraits. Tout ça c'est de l'héroïsme littéraire, petit frère ! Toujours et partout, chaque idiot/e peut se tirer une balle. C'est la sortie la plus lâche et la plus facile de la situation. Si c'est difficile pour toi de vivre, tire-toi une balle ! Mais, toi, as-tu tenté de vaincre cette vie ? As-tu tout fait pour rompre le cercle de fer ? (...) Apprends aussi à vivre quand la vie devient insuportable. Rends-la utile. (...) Le Parti et la Jeunesse [Communiste] m'ont éduqué 10 ans dans l'art de la Résistance et les paroles du Chef se réfèrent aussi à moi : «Il n'y a pas de forteresse qui ne peut pas être prise par les Bolchéviques» (...) Pavel avait choisi fermement le chemin par lequel il avait résolu de revenir dans les files des constructeur(trice)s de la nouvelle vie. (...) As-tu tout fait pour sortir de l'anneau de fer, pour revenir dans les files [communistes], pour rendre utile ta vie ? Et Pavel a répondu : «Oui, il me semble que j'ai tout fait!». (...) Son coeur battait très fort. Le rêve doré était devenu réalité : il avait rompu l'anneau de fer et une autre fois, avec une arme nouvelle, il revenait dans les files [communistes] et à la Vie.

32.(1944) Armée Rouge - Kerch est gratuiteCombat Antifasciste décisif de l'URSS.

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

L'ACIER SE GROUPE (1945)

Pablo Neruda, "Chant Général"

(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Habitant(e)s de Stalingrad.

16.(1942-1943-Bataille de Stalingrad) Civils dans StalingraJ'ai vu le mal et le méchant, ils n'étaient pas dans leurs tanières. La vilenie dans sa caverne, c'est bon pour les contes de fées. Les pauvres, une fois tombés dans les haillons, la mine de malheur, ont peuplé de sorcières le chemin. La vilenie, je l'ai trouvée assise aux Tribunaux, je l'ai vue siéger au Sénat, bien habillée et bien coiffée, elle détournait les débats et les idées en direction des portefeuilles. Le mal et le méchant sortaient du bain : ils étaient là reliés dans le beau cuir de leur satisfaction, absolument parfaits dans la douceur moelleuse de leur faux décor. J'ai vu le mal. Pour éloigner cette pustule, j'ai vécu avec les autres, j'ai ajouté des Vies à d'autres Vies, je me suis fait chiffre secret, métal sans nom, invincible Unité de peuple et de poussière. L'orgueilleux combattait farouche, en son coffre d'ivoire. La vilenie passa pareille au météore et dit : "C'est admirable. Quelle droiture solitaire ! Surtout, n'y touchez pas !". Le violent pris son alphabet et, à cheval sur son épée, il s'arrêta pérorer dans la rue déserte. Le méchant l'applaudit : "Bravo pour ton courage !" puis se rendit au Club y commenter l'exploit. Mais quand je me suis fait pierre et mortier, tour, acier, syllabe associée : quand dans mes mains j'ai serré celles de mon peuple avant d'aller me battre avec la mer entière; quand j'ai abandonné ma solitude et remisé mon orgueil au musée, ma vanité au dépôt des vieilles voitures, quand d'autres hommes, d'autres femmes et moi : nous avons fondé notre parti, quand nous avons organisé le métal de la pureté, alors le mal est venu dire : "Pas de pitié ! Qu'on les jette en prison ! Mort à ces misérables!" Mais il était trop tard : le mouvement de l'humain, mon parti, était le dur printemps invincible sous terre, l'espoir qui préparait le fruit général de demain."  20.(1942-1943-Bataille de Stalingrad) Infirmière militaire(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

(USA) "L'ANGOISSE ÉMOTIONELLE ME TUE

POUR CE QUE NOUS AVONS FAIT

ET CE QUE NOUS AVONS VU..."

Intereconomia : Monopole médiatique facho dans l'Etat espagnol :

Programmation infantile dans "Interéconomie" : KU-KUX... KLAN !

SOCIETE NAZIE(Lettre d'un lecteur. USA) : Aux USA, la mort a effectivement un prix, ou "Apocalypse Now. 2° partie" : «Ici, nous sommes ces 40 ex-combattants en Irak et Afghanistan à rendre les médailles que nous avons gagné pour les enfants mort(e)s». «Là-bas, nous tuons leurs habitant(e)s comme des chiens et comme des chiens, ils nous ont tué. Et en revenant à la maison, encore plus de compagnons se sont suicidés du fait de ne pas pouvoir supporter ici les cauchemars du champ de bataille. Un par jour, 365 par an». «De nombreux compagnons sont alcooliques ou toxicomanes. Personne ne supporte ce que nous avons fait là-bas». «L'angoisse émotionnelle me tue pour ce que nous avons fait et ce que nous avons vu»... Tout cela a été dit par des ex-Marines Yankis. Si vous habitiez aux USA, vous verriez qu'en Espagne ils n'ont rien inventé de nouveau quant à la poubelle informative. Ici, les télés locales religieuses sont une épidémie. Les périodiques -contrôlés par la CIA avant de sortir sur le Marché- les radios poubelle... Contre la plaie de la poubelle informative : une véritable contre-information ! Un salut.

30.(1942-1943-bataille de Stalingrad, combat dans une usine(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Dans l'usine "Octobre Rouge" : combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

(ÉTAT ESPAGNOL) VIVE LA LUTTE OUVRIÈRE !

(31.12.2012. Un lector de PRES.X.S des Comités pour un SRI) : Je suis un de plus de ceux/celles qui vous suivent au travers du web et je trouve impressionnant le travail que vous faites pour ne pas laisser dans l'Oubli les compagne(on)s qui avec leur vie Luttent pour nos droits chaque fois plus diminués. Je vous joins une petite pensée* que j'ai façonnée et la seule chose que je veux avec ça, c'est apporter quelque chose à votre Lutte. Sans plus, un salut : VIVE LA LUTTE OUVRIÈRE !

PRESXS*DIFFICILE

Difficile de comprendre,

difficile d'imaginer que

face aux barreaux

de vos cellules de prison

et aux menottes de vos poignets :

nous sommes les bénéficiaires

de vos victoires.

Difficile de comprendre,

difficile d'imaginer que

le Passé oublié volontairement

le Présent qui nous étouffe

sont le Futur de notre déshonneur.

Difficile de comprendre, difficile d'imaginer :

bien que seul(e)s en prison, vous vous distinguez dans la Lutte

dehors, vous avez des compagne(on)s qui crient

chaque fois avec plus de Force.

Difficile de comprendre, difficile d'imaginer :

plus que jamais, nous avons besoin de vous

votre Lutte doit être notre Lutte

votre Lutte est notre armure.

 Maria Ángeles Ruiz Villa, militante des GRAPO. Prisonnière politique depuis 10 ans. SORTIE le dimanche 23 décembre 2012  

à la prison de Acebuche (Alméria, Andalousie).

(27.12.12) SORTIE DE PRISON DE MARIAN

PAROLES D'UN CONSCIENTISÉ

MANIÈRES DE TUER. Il existe beaucoup de manières de tuer. Ils peuvent te planter 1 couteau dans le ventre, t'enlever le pain, ne pas te soigner d'une maladie, te mettre dans un mauvais logement, te torturer jusqu'à la Mort au moyen du Travail, t'emmener à la Guerre, etc. Seules peu de ces choses sont interdites dans notre ville. BERTOLD BRECHT (1898-1956) 

BERTOLD BRECHT(25.12.2012. Un Solidaire. EH) : Récemment, je discutais avec un très bon ami sur l'aspect curieux du processus qu'on vit et qui commence en prenant connaissance des écrits politiques et qui ensuite ne cesse pas. La vérité c'est que les premières fois où on a accès à ces écrits, la 1ère chose qui appelle l'attention c'est l'Histoire de leurs auteur(e)s et elle est prise non pas par le contenu de ces écrits sinon pour l'intérêt quasi fabuleux qui émane d'eux. Clandestinité, mille choses vécues, difficulté extrême pour leur élaboration du fait d'être réalisé sous la persécution : toutes ces choses sont celles qui attirent l'attention plus que le contenu lui-même.

Il se peut que cette vision soit motivée par la méconnaissance de la politique qui est inhérente à tout/e apprenti/e.

(27.12.12-SRIextremadura)-MarianMais soudain, un beau jour, tu te rends compte que ces papiers non seulement satisfont un intérêt que nous pourrions appeler de lecteur/trice compulsif/ve à la recherche d'aventures, sinon qu'ils t'offrent aussi des explications accompagnées d'une sécurité incroyable en les donnant sur tout ce qui te semble injuste et si tu ne comprends pas bien le pourquoi de leur existence étant donné le manque d'expérience politique, déjà mentionnée, tu le sens très profondément. À ce sentiment s'unit celui de vouloir le changer et c'est cela qui te fait passer de la 1ère phase (l'admiration littéraire) à la seconde : l'analyse politique. Tu passes alors à regarder des documents depuis une optique bien différente comme dans le cas des textes des gens sur lesquels les auteur(e)s disent se baser. Si ce processus est effectivement long et complexe, il est l'un des plus satisfaisant parce qu'il ne te PRESXS-2donne pas seulement l'instrument pour comprendre ce qui auparavant réveillait ta curisosité littéraire sinon parce que selon l'intensité et l'intérêt qu'on y met, tu peux parvenir à apprendre à utiliser cet instrument pour changer ce Système injuste basé sur l'exploitation de l'Humain par l'Humain. Jusqu'à ce qu'un jour tu rencontres beaucoup de pourquoi : tu rencontres la Cause de toute Injustice, tu comprends quel est le moteur de l'Histoire, tu vois très clairement le pourquoi de l'Oppression, l'intérêt de faire en sorte que nous ne prenions pas conscience, les raisons de l'État pour maintenir nos esprits apathiques : tu arrives à la conclusion que ce qu'on t'enseigne dans les Institutions Officielles est régit par cet Intérêt. Tu comprends la valeur et l'importance qu'a eu, qu'a et qu'aura toujours la Solidarité, l'importance inquestionnable du fait de s'organiser et se battre et une infinité d'autres choses encore.

0i-BREVE MEMOiIRE-HISTOIRE (SUBJECTIVE) DU 20° ET 21° SIEEt de la seconde phase tu passes, à la suite de tout ce qui a eu lieu auparavant, à la 3ème : l'intériorisation. Au début, cela peut sembler être la même chose que la compréhension, mais ce n'est pas le cas. La compréhension consiste à comprendre le pourquoi de ce qui arrive et qui ne te plaît pas. Ses raisons et ses fondements. Et aussi la forme pour le changer. Mais l'intériorisation apporte inévitablement tout prêt avec elle la mise en oeuvre des problèmes des Classes et des Masses populaires, tes problèmes. Cela implique de se sentir concerné par toute Injustice. Cela implique d'acquérir un niveau de conscience tel que celui-ci ne te permet pas de penser que tu puisses faire quelque chose pour ensuite ne pas le faire. Et à la fois quand tu le fais, tu te sens orgueilleux/euse de le faire et bien avec toi-même, du fait d'agir en conformité avec ce que tu pensais que tu devais faire. Une fois parvenu à cet état, il est très difficile de rester en marge et de ne pas agir contre l'Injustice. Il existe mille manières pour le faire et chacun/e verra laquelle laquelle est la plus adéquate à ses capacités. Là, JE vous invite à la lecture, la compréhension et l'intériorisation des textes politiques comme peuvent l'être par exemple les lettres de prisonnier(ère)s qui sont publiées sur ce blog [PRE.S.X.S] et si vous suivez ce procesus que je viens de décrire, vous recevrez ce qui peut être l'une des plus grandes satisfactions de votre vie. Note. Je profite de cet article pour donner la Bienvenue aux ex-prisonnières politiques : Carmen López Anguita et Marian Ruíz, récemment sorties de prison et pour leur souhaiter beaucoup de courage en ces fêtes et un 2013 Résistant et Combatif aussi bien au Collectif des prisonnier(ère)s politiques Communistes et Antifascistes qu'au Collectif des Prisonnier(ère)s Politiques Basques et aux prisonnier(ère)s sociaux en Résistance, tout comme à leurs proches et entourage social.

31.(1943-Bataille de Stalingrad) Usine Octobre Rouge(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Dans l'usine "Octobre Rouge" : combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques

2013 : FAIRE UN PAS EN AVANT...

1-SUR LA CRISE ET LA CHUTE DU SYSTEME CAPITALISTE(31.12.2012. Taeli Gómez Francisco) : Je souhaite un bon rêve tactique pour que cette année soit la fin de la Barbarie : mais un bon pas stratégique doit être d'ouvrir les yeux et de marcher jusqu'à l'obtenir. Un début intéressant c'est la décision de récupérer les prudents sauts qualitatifs en commençant par :

- Détruire les approches théorico-pratiques qui désagrègent notre Intérêt de Classe, pour récupérer notre essence humaine. MARX nous dit que celle-ci n'est pas quelque chose d'abstrait, d'inhérent à chaque individu : sa réalité c'est l'ensemble des relations sociales qui, comme telles, doivent être révolutionnées.

- Détruire les positions partielles, locales, environnementales, de genre et autres similaires pour construire des repositionnements totalisants qui rendent compte de l'unité de la Phase Supérieure du Capitalisme [l'Impérialisme].

- Détruire les manoeuvres qui rendent opératives les pratiques atomisées et diffuses pour construire le social non pas comme mouvement sinon comme activité transformatrice.

- Détruire la foi en l'inertie des avancées quantitatives et des sauts sans accumulation pour construire la décision d'oser réaliser des sauts qualitatifs, depuis la pratique. Et peut-être, cette année qui vient nous pourrons, d'une façon décidée, avancer un pas en avant...

19.(1942-1943-bataille de Stalingrad) Infanterie soviétiqu(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques

pavlichenko

1916. LES IRREMPLAÇABLES : LUDMILA MIJAILOVNA

(Extrait de "Brève Mémoire-Histoire (subjective) du 20° et 21° siècles" d'Erlantz CANTABRANA BERRIO, ex-prisonnier politique du SRI)

39.general ludmila M. PavlinchenkoPublié en 2006 dans : Antorcha.org, Kaosenlared, Lucha de Clases (Perou), Antifa (Alemagne) et dans le périodique du PC de Rusia (m-l).

Ludmila MIJAILOVNA PAVLICHENKO naît le 12 juillet 1916 à Belaya Tserkov (Ukraine). Très douée, elle étudie l'Histoire tout en travaillant dans un arsenal soviétique. Inscrite au club de tir de cette usine, elle se révèle très vite être une formidable tireuse, une qualité qui l'a rendue mondialement connue par la suite. Elle obtient la licence et se spécialise en Histoire à l'Université de Kiev. En juin 1941, l'Allemagne Nazie attaque l'URSS. Immédiatement, en tant que militante bolchévique : PAVLICHENKO s'inscrit comme volontaire pour participer à la Lutte. L'histoire de cette révolutionnaire mentionne une curiosité : à cause de son apparence plus proche d'un mannequin (grande, belle, coiffée, ongles vernis et vêtements soignés...) que d'une étudiante soviétique : l'officier chargé du recrutement la regardée avec une telle stupeur que pour être crue Ludmila a du sortir le carnet de tireuse experte et de militante du Parti. L'officier continuait d'être tellement surpris par son allure presque bourgeoise qu'il lui a recommandé de s'engager dans l'Unité médicale, ce que la révolutionnaire a refusé. Finalement, elle a été admise dans l'Armée Rouge, concrètement dans la 25° Division d'Infanterie, en tant que tireuse experte.

LUDMILA MIKHAJLOVNA PAVLICHENKO et son SVT-40

Ludmila MIJAILOVNA PAVLICHENKO, tireuse experte soviétique (309 Nazis)

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

L'URSS manquait presque de tout armement moderne à cause de la situation de conflit ouvert dans autant de Fronts à la fois, c'est pourquoi ils dotent Ludmila d'un fusil archiconnu : le Mosin-Nagant. Ce fusil historique qui a rendu tellement de nombreux services à la Révolution Soviétique n'était cependant pas du tout adéquat 4-ROSA SHANINA KRASAVITSA franc-tireuse soviétique avec 1pour le travail de tireur/euse d'élite car avec ses 123 centimètres de long (difficile à camoufler), son recul de tir est brutal (mise à découvert du tireur/euse) avec un nécessaire réarmement entre chaque tir (lent). Même ainsi, dès le 1er jour au Front, Ludmila est remarquée en tant que tireuse d'une énorme précision et stratégie. D'abord à Belyayevka puis à Odessa, en seulement 2 mois : elle occasionne 187 pertes à l'ennemi fasciste. Et il faut vraiment tenir compte du fait que le travail de ces tireur(euse)s d'élite consistait à éliminer de Hauts Gradés et des Officiers de l'ennemi tels que des Commandants Militaires, des Guides de mitrailleuses, des agents de liaison, etc.

Rosa SHANINA KRASAVITSA, tireuse experte soviétique (100 Nazis),

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

Femme soviétique, tireuse experte

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

franc-tireuse soviétique-zLeur réputation en tant que Anti-Nazi(e)s mortel(le)s commence à prendre un tel prestige que lorsqu'en septembre 1941 les Nazis roumains encerclent Odessa : l'Armée Rouge se retire en emmenant les francs-tireur(euse)s à Sébastopol car les Nazis les ont catalogué «Objectif numéro 1 à atteindre et éliminer». Pour protéger Sébastopol, 100.000 Combattant(e)s Rouges et les meilleur(e)s francs-tireur(euse)s soviétiques sont mis en garnison et en renfort. Les Nazis allemands et roumains ne connaissent aucune pitié. Ils bombardent la ville avec des projectiles de 7 tonnes ajoutés à des millions de bombes. Ils assassinent des enfants, des vieux/vieilles et des malades à la recherche d'information sur le lieu où sont positionné(e)s les terribles tireur(euse)s expertes en train de décimer leur chefs. Ludmila décide de changer d'arme, cette fois-ci, c'est une arme beaucoup plus adaptée pour des tâches de telle précision dans la ville encerclée. Ils la dotent d'un SVT 40, un fusil à répétition automatique. Elle passe nuit après nuit à surveiller, sans à peine dormir ni bouger un muscle, en étant embusquée entre les ruines des édifices car elle sait la responsabilité dont elle a la charge en faisant partie du groupe de plus haut rang de la glorieuse Armée Rouge et le plus haï par les Fascistes.

Rosa SHANINA KRASAVITSA, tireuse experte soviétique (100 Nazis)

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

40. franc-tireuse soviétiqueEn mai 1942, elle a déjà occasionné 257 pertes mortelles parmi les Hauts Responsables et combattants d'élite Nazis. Elle est promue lieutenant pour mérites de guerre et elle est citée dans le Rapport international des héros soviétiques du Front Méridional. Sa renommée la fait être de nouveau l'objectif le plus recherché par les Nazis qui cernent la ville. Plusieurs enfants sont torturé(e)s, assassiné(e)s et pendu(e)s par les Nazis à la recherche d'information pour la localiser. En juin 1942, déjà épuisée par autant de nuits de garde et avec 309 Hauts-Gradés Nazis abattus : elle est gravement blessée par l'éclat d'un mortier Fasciste qui explose très près d'elle. En tant qu'objectif prioritaire d'élimination par les Nazis : pour ne pas être capturée, elle est emmenée hors de Sébastopol en sous-marin. Quelques jours après, au début de juillet 1942, la ville tombe aux mains des Nazi(e)s et les scènes d'horreur (viols, tortures, égorgements...) deviennent l'unique réalité. Remise de ses blessures extrêmement graves mais sans pouvoir récupérer la visée et la précision antérieures, elle se consacre au travail de prosélytisme, propagande et organisation. On la déclare héros national soviétique. 

Yelisav et Amirovna, tireuses expertes soviétiques,

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

yelizav et amironova franc-tireuses soviétiquesElle reçoit une renommée internationale et elle voyage aux États-Unis pour participer à l'Assemblée Internationale des Étudiant(e)s célébrée à Washington. À New York, elle donne 5 meetings aux innombrables participant(e)s. Elle n'a pas caché un seul instant sa militance au PCUS (Parti Communiste de l'Union Soviétique) ni son énorme respect pour STALINE.

Des milliers de sympatisant(e)s Communistes et des militant(e)s de Gauches assistent à ces discussions. Y compris le chanteur Woody Guthrie a composé une chanson en son honneur laquelle a évidemment été censurée dans de nombreuses émissions yanquis. Elle dit ainsi : "Nous, on connaît bien la p'tite dame PAVLICHENKO. Son pays c'est l'URSS et sa vie : c'est la Lutte. On l'aimera toujours : 300 Nazis sont tombés sous son arme ! Son sourire brille comme le nouveau soleil du matin. 300 Nazis sont tombés sous son arme ! Dans la chaleur ou le froid de la neige : vous continuez de faire tomber les ennemis. Comme moi, ce monde aimera son doux visage car plus de 300 chiens Nazis sont morts sous son arme !"

Alya NIOURMIOUKHAMBETOVNA MOLDAGOULOVNA

tireuse experte soviétique (91 Nazis dont des combats rapprochés) 

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

ALYA NIOURMIOUKHAMBETOVNA MOLDAGOULOVA franc tireuse soviéJusqu'en 1945, elle continue à réaliser des discussions et de la propagande soviétique. Une fois la Guerre Mondiale finie et les nazi(e)s vaincu(e)s et expulsé(e)s des terres soviétiques : cette héros populaire revient chez elle. Elle consacre le reste de sa vie à exercer comme monitrice. Elle meurt à Moscou durant l'été 1974. Un assassin de la Division Azul (1) qui a combattu dans le Groupe d'élimination des francs-tireurs soviétiques dans la zone de Otenski et Possad, définissait ainsi son travail : "Les francs-tireurs étaient tous des militants du Parti, des fanatiques communistes qui pouvaient passer 24 heures allongés par terre sans bouger dans la neige ou dans la boue, à moins zéro, dans l'attente de nous tirer dessus. Et nous, nous étions là pour l'éviter, pour lutter contre STALINE et le Communisme. Et le pire c'est qu'il y avait aussi des femmes qui faisaient le même travail que les hommes (...). Une nuit, moi et un paysan qui était un peu timbré de la tête et qui a mal finit à son retour en Espagne, nous en avons encerclé un parce que nous l'avons entendu venir et ensuite nous l'avons vu. Ce souvenir n'est pas agréable car ce n'est pas la même chose de lui tirer dessus depuis la tranchée (...). Il ne portait pas de document d'identité, nous lui avons pris le fusil avec la mire, le bonnet et les bottes". Ce furent 1.600 hommes et femmes qui agirent en tant que tireur(euse)s expert(e)s dans l'Armée Rouge. Parmi les objectifs atteints : il y a eu y compris un Général du Haut État-Major Nazi en visite en Front, un avion tombé et presque 1.000 commandants et officiers nazis.

Femme soviétique, tireuse experte

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

franc-tireuse soviétiqueJe veux étendre ici l'hommage réalisé à Ludmila PAVLICHENKO en rappelant aussi les héros francs-tireurs soviétiques suivants : Nicolas ILYIN avec 505 Nazis morts, Ivan SIDORENKO avec 489, Ivan KUBELTINOV avec 456 et Vasili ZARITSEV avec 403 et dont la vie de franc-tireur soviétique a inspiré en 2001 le film : "Stalingrad. Ennemi aux portes" de Jean Jacques Annaud. Et les Camarades : Ana KOSTRYNA avec 387 Nazis morts, Natalia KOVSHOVA et Maria POLIVANOVA avec 298 Fascistes de Haut Rang exécutés dont parmi eux 5 tireurs d'élite Nazis du plus haut niveau, Inna MUDRETSOVA avec 141, Roza SHANINA avec 100, Lidia GUDOVANCHEVA avec 60...

Mais je dis : Femme entière

Mais je la nomme : Printemps

Mais je la vois : Compagne

Mais je la crie : Guérillera !

Daniel VIGLIETTI (Chanteur/compositeur uruguayen)

NOTES.

(1) Division Azul (Division Bleue) : la "250 Einheit spanischer Freiwilliger" de la Wehrmacht, plus connue comme "División Azul" (Blaue Division, en allemand) a été une unité espagnole de volontaires qui a servit entre 1941 et 1943 dans l'armée allemande Nazie durant la 2° Guerre Mondiale, principalement sur le Front Oriental contre l'Union Soviétique.

Klavdiya KALUGINA, tireuse experte

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

entrée en 1943, à 17 ans, dans l'Armée Rouge

des ouvrier(ère)s et paysan(ne)s soviétiques...

Klavdia Kalugina franc-tireuse soviétiqueMES POÈTES (Pablo Hasél)

Mes poètes favori(e)s sont ces personnes

qui avec leurs actes quotidiens

ont Lutté pour abattre cet Ordre de chaos criminel

et qui ne me parlent pas

des écrivain(e)s qui regardent seulement leur vanité

parce que leur littérature empeste le cul corrompu

et le sperme capitaliste,

l'imposture et la couardise individualiste.

 

Des millions d'hommes et de femmes

n'ont jamais écrit un poème avec un stylo

mais il(elle)s ont fait de leur quotidien : poésie

Et c'est celle-là qui me passionne,

pas celle d'un/e baveux/euse primé/e

qui fait une atteinte à la poésie

en soutenant cette dictature insensible.

 

Je vois beaucoup plus de poésie dans une banque en flamme

que dans un poème cursif chargé de métaphores,

Je vois beaucoup plus de poésie dans un/e opprimé/e se rebellant

que dans un prix Nobel vêtu/e d'étiquette

faisant le/la "gentil toutou" pour des monarques médiévaux,

Sofia "ZOSJA"  MICKIEWICZ, tireuse experte soviétique (26 Nazis) 

en Lutte contre le Fascisme et pour le Communisme

Sofia (Zosja) Mickiewicz franc-tireuse soviétiqueJe vois beaucoup plus de poésie dans la Justice poétique

d'un/e mauvais/e poète prétentieux/se qui a échoué

que dans ses carnets pleins de porcherie ennuyeuse

qui ne sert à rien d'autre que de tenter

de satisfaire son ego inutile.

 

La Poésie ce furent : MARX, ENGELS, LÉNINE, STALINE, MAO,

la Glorieuse Armée Rouge, les Guérillas d'Opprimé(e)s du monde entier

et tou(te)s ceux/celles qui ont la sensibilité

de se solidariser activement avec toute Cause juste.

 

C'est cette Poésie-là qui m'intéresse

car j'en ai déjà plein les couilles

d'autant de pédanterie qualifiée de sensibilité

face à celui/celle uniquement préoccupé/e

par ce qui tourne autour de son nombril.

 

Je vois toujours beaucoup de poésie dans le monde

et cela me maintient vivant

avec l'envie de faire de la poésie

pour remettre à leur place ces merdes

class="western"> en leur rappelant ceux et celles

qui furent les meilleur(e)s poètes

en donnant leur Vie pour la Révolution.

Soviétiques (bataille de Stalingrad)(Bataille de Stalingrad contre le Fascisme. 17.07.1942 - 02.02.1943)

Combattant(e)s de l'Armée Rouge

des Ouvrier(ère)s et Paysan(ne)s soviétiques.

LIRE LA SUITE 2/2 (en cours de rédaction...)

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 01:30

(4 SEPTEMBRE 1870) KARL MARX  

(suite de 3/4) "(...) L'Impérialisme est la forme la plus prostituée et en même temps la forme ultime de ce Pouvoir étatique que la Société Bourgeoise naissante avait commencé à créer comme moyen pour s'émanciper du Féodalisme et que la Société Bourgeoise adulte a finit par transformer en un moyen pour la mise en esclavage du travail par le Capital. (...)" (Extrait du Manifeste du Conseil Général de l'Association Internationale des Travailleur-euse-s (AIT) sur la Guerre Civile en France)

(depuis Juin 2912. Asturies) Lutte des Mineurs-8

    L’UNIVERS DU CHARBON

(Quand nous étions des gamin(e)s...)

Récit autobiographique de Manolo Arango,

prisonnier politique du PCE(r) 15.08.12-im2Mineurs : Il faut armer la Lutte !!!

 

(Février 2012. Prison d'Aranjuez, Lettre de Manolo) : “Nos familles sont arrivées dans cette vallée (Laciana) depuis les plus diverses parties de l’État espagnol. Depuis leur arrivée, leur rang le plus distinctif était d’appartenir à la Mine. Depuis le début. Pour les enfants des Mineurs (les gamin(e)s..) tout tournait autour du charbon : comme si l’origine de la Vie était le Charbon et non pas la Terre.

(Depuis Juillet 2012. État espagnol) : Grève et Lutte des Mineurs

(depuis Juin 2012) Lutte des Mineurs-6Le charbon nous unifiait tou(te)s, de même que la Lutte pour survivre contre l’Exploitation et l’Oppression intenses. Cela me permit de constater la Solidarité qui nous fondait tou(te)s : c’était la Solidarité de Classe. L’univers du charbon et la Solidarité de Classe furent le commencement de tout. En même temps, d’autres facteurs apparurent qui influencèrent mon enfance et adolescence. Avec les dures conditions de vie et de travail qui causaient de nombreux/euses mort(e)s et blessé(e)s de toutes sortes : il y avait la Répression.

Ce lieu ressemblait à un Camp de Concentration sans barbelés contrôlé par les Falangistes et les Cadres de la Compagnie minière. À une échelle inférieure, il y avait les charognards du syndicat vertical et les réseaux catholiques institutionnalisés. Et, contrôlant tout, la nombreuse garnison de la Guardia Civil située sur une butte dominante.

Un autre aspect qui m’a beaucoup influencé ce furent les 1ères Grèves Minières des années 60. C’étaient des Luttes à caractère semi-spontané qui se forgeaient dans les profondeurs des galeries minières ou dans les montagnes. Ces Luttes éclataient en réponse aux nombreux crimes déguisés en “accidents” du travail qui se succédaient sans cesse. Elles se réalisaient aussi pour des améliorations économiques, en défense des Mineurs réprimés et en soutien aux malades de la silicose avec les blessés de la Mine qui existaient en grand nombre dans les villages de la vallée. Cependant, ce qui conditionnait le plus mes pensées c’était le souvenir alimenté par ma famille et quelques Mineurs des épisodes de la Guerre Civil Révolutionnaire et ses conséquences.

(Années 80) Mineurs dans l'État français

(Années 1980. État français)Gueules NoiresJ’ai su qu’une partie de ma famille n’était pas revenue après les combats livrés depuis les rangs de l’Armée Républicaine au sein du Front des Asturies. Le souvenir toujours vif des tombé(e)s au combat est devenu pour moi un mélange de légende héroïque et à la fois d’amertume parce qu’il(elle)s n’étaient pas revenu(e)s et nous n’avons pas non plus vaincus.

Nous appartenions aux files des perdant(e)s de la Guerre ce qui nous était quotidiennement rappelé non seulement par nos pénibles conditions de vie et de travail sinon aussi par notre situation dans les écoles et la propagande Falangiste-Catholique. À cette époque, j’ai aussi appris l’existence des 100 fusillé(e)s dans les parcelles proches situées à Babia et dans la plaine de Campo-Sagrado. J’ai aussi eu connaissance des faits qui se sont déroulés à San Marcos –ce fameux édifice du 17° siècle situé dans la capitale du Leon- qui dans les années les plus immédiates de la Post-Guerre a été le lieu d’une Extermination physique d’innombrables Antifascistes.

(Depuis Juillet 2012. État espagnol) Grève et Lutte des Mineurs avec Marche Noire sur Madrid

(depuis Juin 2012 Mineurs Marche NoireAu cours des années 60, bien que les Luttes des Mineurs soient fréquentes, elles se sont avérées très vite insuffisantes : ce qui était conquis avec beaucoup de peine se perdait peu de temps après. De plus, le Régime Fasciste redoublait avec toute sorte de Répression, en tentant de faire en sorte qu’aucune idée Anti-Régime ne puisse être mise en pratique. Quand je suis parti de la Vallée, j’emportais avec moi plusieurs idées : la grande valeur de l’Unité combative de Classe, la nécessité du Communisme dont j’avais entendu parler mais dont j’ignorais le contenu excepté quelques traits généraux et, surtout, j’emportais le désir fortement ancré que la Guerre Civile recommence une nouvelle fois en donnant une continuité à celle existante plusieurs décennies auparavant.”

(depuis Juin 2012) Lutte des Mineurs-4(Depuis Juillet 2012. État espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

À TOUT LES MINEURS ET À MA VALLÉE

VERTE ET NOIRE (récit)

(Manuel Arango Riego.

D'une vaste collection de brefs récits...)

(Depuis Juillet 2012. État espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

(depuis Juin 2912. Asturies) Lutte des Mineurs-14(Août 2012. Prison d'Aranjuez) : "Au cours de ces 30 dernières années, j'ai lu de nombreuses fois que c'était la fin de la Mine du Charbon. Ils ont tenté tellement de fois d'en finir avec ce secteur productif que seules les Luttes des Mineurs les en ont empêché. Je pense que les Mineurs du Charbon sont les derniers exemples du Prolétariat classique avec ses formes de Lutte utilisant la maîtrise du terrain pour développer une sorte de Lutte de Guérillas avec le déploiement de sa légendaire solidarité, ses appels à l'emploi de la dynamite et à la transformation des grèves en une Lutte contre le Pouvoir politique existant. Cette année, ce dernier tente d'en finir définitivement avec ce secteur productif.

Peut-être que les Mineurs sont en train de livrer la dernière "Bataille des centaines" qu'il(elle)s ont livré durant plus d'un siècle d'existence. Les Mineurs et leurs familles résistent depuis des mois. Contre eux, comme toujours : il y a l'État Fasciste avec ses Mercenaires policiers, les mafias des Partis et des syndicats institutionnels. Contre les Mineurs, les mensonges et les chantages ont aussi été employés et orchestrés par ces mafias que sont aussi les médias  au service de l'État terroriste. En soutien avec les Mineurs en Lutte : on trouve la Solidarité de beaucoup de travailleur(euse)s de diverses parties de l'État, des associations démocratiques et Antifascistes et les organisations Révolutionnaires.

Alekseï Grigorievitch Stakhanov (1905-1977) : mineur soviétique exemplaire

originaire du Donbass une région minière

stakhanov4Et moi, d'ici, je contribue dans la mesure de mes possibilités à la Lutte des Mineurs, en envoyant des textes de soutien, en dénonçant les canailles de l'État espagnol et leurs partenaires d’escapades tout en dessinant la Résistance des Mineurs...

Mes vieux parents appartenant à des noyaux familiaux avec presque 100 ans de tradition minière, m'informent de ce qui se passe dans les Mines du León. Parfois, ils me racontent, heureux/euses, que les Mineurs se sont réellement tirés à la montagne et que de là ils punissent les Forces Répressives et qu'ils contrôlent des enclaves importantes. À d'autres occasions, ils me racontent les pénuries des Mineurs et que ceux-ci sont en train de préparer des Luttes chaque fois plus radicales.

MineurDurant ces moments-là, je me souviens de ma participation dans les Luttes Minières, il y a déjà pas mal d'années, quand j'élaborais des tracts revendicatifs et que j'assistais à des réunions clandestines dans l'épaisseur des montagnes. Je me souviens maintenant lorsque dans ma vallée une Organisation clandestine du PCE(r) (Parti Communiste d'Espagne, reconstitué le 8 Juin 1975) s'est créée au travers de cellules et de cercles; en même temps qu'ont surgis des noyaux du Secours Rouge, de l'Organisation Démocratique des Etudiant(e)s Antifascistes (ODEA) et y compris des guerriller@s pour les GRAPO (Groupe de Résistance Antifasciste Premier Octobre). Dans notre propagande communiste, des faits significatifs de toute cette activité révolutionnaire restent gravés, de même qu'ils ont été recueillis dans ce long texte intitulé “Muxivén” qui a été réalisé en prison dans les années 80. D'ici, je continuerai à appeler les Mineurs de toute part et ceux de ma verte vallée à continuer la Résistance organisée à tout prix."

(Depuis Juillet 2012. État espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

(depuis Juin 2012) Lutte des Mineurs-3

PASSAGES SUR LA DÉCOMPOSITION

DU CAPITALISME

Lettre de Manuel Arango Riego,

prisonnier politique du PCE(r)

 

(Depuis Juillet 2012. État espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

(depuis Juin 2912. Léon) Lutte des Mineurs-15(Avril 2012. Prison de Aranjuez) : "Nous échangeons de nombreuses lettres sur l'accélération de la décomposition du Système capitaliste, entre nous : les prisonnier(ère)s politiques communistes, tout comme avec les travailleur(euse)s qui nous écrivent là-dessus. Ce texte est conçu d'une façon synthétique pour exposer les aspects les plus importants de cette correspondance échangée. Des fronts s'ouvrent sans cesse pour le Capitalisme mais ils ne lui procurent pas les ressources nécessaires permettant d'affronter les nombreux et graves problèmes de toute sortes qui l'assaillent. Face à un panorama aussi noir, les apologistes autrefois si exultant(e)s du “Capitalisme éternel" se risquent à peine à balbutier quelques promesses de sauvetage de leur Système. Il y en a aussi de plus expéditif(ve)s qui réclament la nécessité urgente de «refonder le Capitalisme sur d'autres bases» car il(elle)s viennent à peine de reconnaitre que le Système capitaliste «présente une certaine décadence».

Affiche soviétique contre l'Impérialisme

imperialismo-historia

cadenas-chaînesComme l'ont signalé certains médias européens (dont y compris jusqu'à ceux/celles qui sont considéré(e)s "expert(e)s" en crise et perdu(e)s dans le marasme de leurs conceptions erronées et agonisantes par les échecs continuels) ont cherché l'explication sur les causes de leurs désastres rien de moins qu'en Karl MARX . Hormis le fait des crimes du Capitalisme mis à nu depuis leur genèse et la démonstration de l'inévitabilité de sa crise et de son impossible solution, ces "expert(e)s" n'ont trouvé dans les oeuvres de notre MARX que l'Historique sentence de mort de leur Système. Derrière tout cela, il ne reste qu'un grand fiasco historique de cette prétendue "Voie Militaire" promise par l'Impérialisme après la chute du fameux Mur de Berlin et de la fin du Bloc Socialiste; il existe encore quelques idéologues du Capitalisme qui n'arrivent pas à expliquer comment il fut possible qu'après l'effondrement du Camp Socialiste, la décomposition du Capitalisme ait connu précisément une grande accélération. C'est ainsi qu'il n'y a pas eu de telle "Voie Militaire" de même que ne s'est pas développé ce "Nouvel Ordre Mondial" proclamé au début des années 90 par les principaux Centres de décision de l'Impérialisme lequel est très vite devenu un désordre mondial dans un vaste entremêlement d'affrontements de toutes sortes.

OTAN / NATO = 4° REICH

4°REICHSur le terrain économique, toutes les tentatives pour freiner la crise se sont avérées inutiles. Dans la volumineuse poubelle de leurs échecs se trouvent : les "politiques économiques néolibérales", la dite "nouvelle économie", la stratégie des "économies soutenables", quelques autres "révolutions technologiques" censées agir comme "moteurs de la croissance", les "révolutions vertes", les "États-Providence à intensité variables", etc. Tout un méli-mélo de voies sans issue. L'Histoire du Capitalisme ne connaît pas un nombre aussi élevé de stratégies ou de politiques économiques mises en marche et échouées en un laps de temps aussi court comme cela s'est passé durant les années 90.

Cette prétendue étape ultra-Impérialiste que le Capitalisme pensait atteindre afin de prolonger son Système de Domination : ce plan planétaire visant à convertir le monde en une "Aire globale" contrôlée et pacifique au moyen de la stratégie de la tellement vantée et citée "Globalisation" a lui aussi volé en éclat suite à différentes sortes de crises, aux Guerres, rivalités et affrontements inter-Impérialistes.

Impérialisme : Il sort et il entre

ImpérialismeLes planificateur(trice)s du Capitalisme ont voulu altérer les Lois du développement historique en ignorant la phase Monopoliste-Impérialiste et comme l'a déjà signalé LÉNINE depuis plus d'1 siècle, il s'agit de la dernière phase de développement du Capitalisme et l'antichambre immédiate au Socialisme. Et c'est ainsi que la supposée "Ère de la Globalisation", non-viable depuis sa naissance, est devenue une Ère de la Panique. Nous sommes donc immergé(e)s dans un chaos très salutaire et une décomposition capitaliste mondiale concentrée dans un ensemble de crises (politiques, économiques, sociales, etc…) qui affectent la ligne de flottaison du Système capitaliste. Comme l'a ainsi caractérisé et analysé notre Secrétaire Général : Manuel Perez Martinez : c'est le cadre historique de "La crise et de l'effondrement du Système Capitaliste"(1) et il se présente dans une décadence et une décrépitude retentissantes.

C'est dans ce cadre historique de crises insolubles et de contradictions déchaînées où se sont développées 3 tendances que nous avons aussi abordé dans notre correspondance. D'une part : on trouve le développement des Guerres Impérialistes de Conquête et de saccage contre divers peuples déchaînées par les principales Puissances depuis la Guerre du Golfe en 1990 et visant une nouvelle répartition du monde. Ces Guerres Impérialistes en viennent à être une prise de positions des principales Puissances qui s'affrontent entre elles pour le Contrôle des matières premières, des aires d'influence, etc. Cette prise de positions peut déboucher dans l'affrontement militaire direct entre les grandes Puissances; dans ce cas, l'Impérialisme entraînerait toute la planète dans une nouvelle Guerre Mondiale, si auparavant une vaste et puissante réplique révolutionnaire ne l'en empêche.

(2012. Tchad) Interventions de l'État français Impérialiste

(Août 2004) soldats de l'État Français au TchadD'autre part : on trouve le développement accéléré de la Contrerévolution Fasciste et du Militarisme. Cette Contrerévolution Fasciste vise à augmenter le Saccage et l'Exploitation des travailleur(euse)s et à convertir les États en bagnes avec la proposition de barrer le chemin à toute Résistance et processus révolutionnaire; en même temps, elle vise à convertir le territoire lui-même en plateforme d'agression militaire contre d'autres peuples ce qui entraîne un processus de militarisation des ressources fondamentales de l'État et de la société. La réalité c'est que l'escalade Fasciste et les agressions militaires Impérialistes sont étroitement reliées, elles font partie d'une même stratégie.

Au côté des 2 tendances antérieures, un nouveau processus révolutionnaire est en plein développement qui prend forme au travers de diverses formes de Lutte dans plusieurs pays. Cette tendance a eu sa base de lancement après la déroute historique du Révisionnisme qui formait la Ligne politique officielle de l'ensemble du Bloc Socialiste disparu. En même temps, la Résistance ouvrière et populaire met le Capitalisme en grave difficultés : en lui présentant des batailles aussi bien dans les arrière-gardes des principales métropoles et dans les pays mis en esclavage par le sous-développement imposé, que dans les pays dominés par les interventions militaires impérialistes. Un autre trait important des temps qui courent c'est la réalité du fait que le "Tout-Puissant" Impérialisme a récolté de stridents échecs militaires dans des scénarios belliqueux précis ce qui a mis à découvert sa vulnérabilité.

(2012.Libye) Guerre Impérialiste de l'État français

(2012) Guerre Impérialiste de l'État français en Libye(Afrique 2012) Impérialisme de l'État français au Mali(2012. Mali) Lutte contre toute intervention Impérialiste dont celle de l'État français

 / CEBAO : Banque Centrale des États d'Afrique de l'Ouest

Au côté de tout ce qui a été exposé : il faut avoir présent le fait que le Fascisme et les Guerres Impérialistes s'inscrivent dans l'épuisement historique du Système Capitaliste; non seulement, ils sont incapables de perpétuer ce Système mais, en plus, avec leurs monstruosités de toutes sortes : ils déchaînent la Résistance chaque fois plus massive et décidée et réveillent les consciences des peuples entiers à la nécessité impérieuse d'en finir avec le Capitalisme. Et dans le cas de la Guerre Impérialiste, il est démontré que soit la Lutte révolutionnaire empêche cette Guerre, soit c'est la Guerre Impérialiste celle qui déchaîne la Révolution. C’est par là qu’avance le chemin du Futur.

 Armée de l'État espagnol Impérialiste

Armée de l'Etat espagnolCependant, pour que les processus révolutionnaires se développent, nous, les communistes nous savons que manquent les avant-gardes communistes. Si cela est une vérité irréfutable, le fait que sans Parti Communiste il n'y a pas de Révolution Socialiste en est une autre : c'est la condition historique indispensable pour abattre le Capitalisme et instaurer le nouveau système social, Socialiste. Il ne fait aucun doute que c'est dans ce cadre historique de décomposition accélérée du Capitalisme et de croissante Résistance ouvrière et populaire que doivent surgir de nouvelles avant-gardes communistes. En même temps, les véritables Partis Communistes déjà existants et forgés dans la Lutte la plus décidée disposent déjà des conditions historiques objectives nécessaires pour se renforcer continuellement.

(Depuis Juillet 2012. État espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

(15.06.2012-Asturies)-2Nous allons vers la Lutte de Classes plus vaste et acharnée, jusqu'à la Guerre totale. Ce à quoi elle s'affronte c'est à la fin définitive d'un système social, Capitaliste, et à la naissance d'un système social, Socialiste, qui ne peut s'implanter que sur les cendres de l'antérieur. Et, dans tout les cas, passera le temps qui passera, les communistes nous savons bien qu'on ne peut pas faire marcher l'Histoire en arrière (vers d'autres étapes déjà dépassées), on ne peut pas non plus la détenir et par conséquent le Triomphe Révolutionnaire et l'implantation d'un nouveau système social sont assurés"

Note. (1) Oeuvre du même titre publié dans la Collection “Templando el acero”.

Classe ouvrière révolutionnaire des peuples de l'URSS. urss "L'IMPÉRIALISME, STADE SUPRÊME

DU CAPITALISME"

(1916. ZURICH) V.I.LÉNINE

(Extrait) "(...) Il est douloureux de relire aujourd'hui, en ces jours de Liberté, ces passages de la brochure : mutilés, comprimés, serrés dans des tenailles de fer, écrits en pensant à la censure tsariste. Tout cela : pour dire que l'Impérialisme est l'antichambre de la Révolution Socialiste; le social-chauvinisme (socialisme dans les paroles et chauvinisme dans les faits) est une trahison complète du Socialisme, le passage total au côté de la Bourgeoisie : cette scission du Mouvement Ouvrier est liée aux conditions objectives de l'Impérialisme, etc... Dire tout cela m'a obligé à recourir à un langage "servil" (...)" Lire le texte en entier

 

(Extrait) "(...) En réalité, les multiples liens capitalistes par lesquels ces entreprises sont liées à la Propriété Privée quant aux moyens de production en général ont transformé cette construction en un moyen pour opprimer des milliers de millions d'êtres humains (dans les colonies et semicolonies), autrement dit, plus de la moitié de la population sur Terre dans les pays Dépendants et les esclaves salarié(e)s du Capital dans les pays "civilisés". (...)"

(2012) Mineur dans l'État espagnol

Minero-z(Extrait) "(...) La Propriété Privée fondée sur le travail du petit patron, la libre-concurence, la démocratie : toutes ces consignes au moyen desquelles les capitalistes et leurs médias trompent les ouvrier(ère)s et les paysan(ne)s appartiennent à un passé lointain. Le Capitalisme s'est transformé en un Système universel d'assujetissement colonial et d'étranglement financier de l'immense majorité de la population de la planète par une poignée de pays "avancés". La répartition de ce "butin" s'effectue entre 2 ou 3 puissances rapaces et armées jusqu'aux dents (Amérique du Nord, Angleterre, Japon...) qui dominent le monde et qui entraînent toute la planète dans leur Guerre pour la répartition de leur butin. (...)"

(Chili) Mineur(Extrait) "(...) Des dizaines de millions de cadavres et de mutilé(e)s, victimes de la Guerre -cette Guerre qui s'est faite pour décider quel groupe de voleur(euse)s financier(ère)s, l'anglais ou l'allemand, devait recevoir la plus grande partie du butin- et par dessus tout : ces 2 "traités de paix" font ouvrir les yeux -avec une vitesse inconnue jusque-là- à des millions et des dizaines de millions de personnes terrorisées, opprimées, dupées et trompées par la Bourgeoisie. À cause de la ruine mondiale qui est le produit de la Guerre : la crise révolutionnaire mondiale s'accroit et aussi longues et dures soient les vicissitudes qu'elle traverse : elle ne pourra finir que dans la Révolution Prolétaire et sa Victoire. (...)"

  Colon soumettant un homme à l'esclavage par la Force et la Terreur...

colon (Extrait) "(...) Cela se trouve précisément dans le parasitisme et dans la décomposition du Capitalisme, inhérents à sa phase historique supérieure, autrement dit à l'Impérialisme. Comme nous le démontrons dans cette brochure, le Capitalisme a maintenant détaché des pays (moins du 10° de la population de la Terre ou moins du 15°, en calculant "en gros") particulièrement riches et Puissants lesquels avec la simple augmentation de Capitaux saccagent tout dans le monde. L'exportation du Capital procure des revenus qui s'élèvent à 8 ou 10 mille millions de francs annuels, en accord avec les prix d'avant-Guerre et selon les statistiques bourgeoises d'alors. Naturellement, ces revenus sont maintenant beaucoup plus importants.

07 octobre 1976 -Ulrike meinhoff-3 (7 octobre 1976) Assassinat par l'État Impérialiste allemand

d'Ulrike Meinhof, prisonnière politique révolutionnaire de la RAF

(Fraction Armée Rouge) détenue dans une prison d'Extermination...

Il est évident qu'un supergain aussi gigantesque (obtenu par-dessus le gain que les capitalistes extraient des ouvrier(ère)s de leur "propre" pays) permet de corrompre les dirigeant(e)s ouvrier(ère)s et la couche supérieure de l'aristocratie ouvrière. Les capitalistes des pays "avancés" les corrompent et ils le font de mille manières directes et indirectes, ouvertes et cachées. Ce secteur d'ouvrier(ère)s embourgeoisé(e)s ou "d'aristocratie ouvrière", entièrement petit-bourgeois par son mode de vie, par ses salaires et par toute sa conception du monde est le principal soutien de la II° Internationale [devenue Réformiste]; et à présent, le principal soutien social (non militaire) de la bourgeoisie. Parce que ce sont de véritables agents de la Bourgeoisie au sein du Mouvement Ouvrier, des lieutenant(e)s-ouvrier(ère)s de la Classe des Capitalistes (labor lieutenants of the capitalist class), de véritables véhicules du Réformisme et du Chauvinisme. Dans la Guerre Civile entre le Prolétariat et la Bourgeoisie, inévitablement, un nombre considérable se place au côté de la Bourgeoisie, au côté des "versaillais(e)s" contre les "fédéré(e)s".

Sans avoir compris les racines économiques de ce phénomène, sans avoir réussi à voir son importance politique et sociale : il est impossible de réaliser le moindre pas vers l'accomplissement des tâches pratiques du Mouvement Communiste et de la Révolution Sociale qui s'approche. L'Impérialisme est l'antichambre de la Révolution Sociale du Prolétariat. Cela s'est confirmé à l'échelle mondiale en 1917. (...)"

EN MAINTENANCE

Impérialisme des États-Unis Nous sommes en maintenance

(en tuerie et mensonge). Pardon pour le dérangement.

(Extrait) "(...) le pacifisme et la «démocratie» en général n'ont pas la moindre prétention de Marxisme, mais (...) ils dissimulent la profondeur des contradictions de l'Impérialisme et l'inéluctabilité de la crise révolutionnaire que celui-ci engendre : ce sont des courants qui sont encore extrêmement répandus dans le monde entier. La Lutte contre de telles tendances est obligatoire pour le Parti du Prolétariat, lequel doit arracher à la Bourgeoisie les petit(e)s propriétaires trompé(e)s par celle-ci et les millions de travailleur(euse)s dont les conditions de vie sont plus ou moins petites-bourgeoises. (...)"

 

(Extrait) "(...) I. LA CONCENTRATION DE LA PRODUCTION ET LES MONOPOLES. (...) Des dizaines de milliers de grandes entreprises sont tout; les millions de petites entreprises ne sont rien. (...) Le Capital monétaire et les banques, comme nous le verrons rendent toujours plus écrasant cette Toute-Puissance d'une poignée de grandes entreprises et nous disons que, dans les faits, des millions de petits et moyens "patrons" avec y compris une partie des grands patrons sont complètements soumis à quelques centaines de financiers millionnaires. (...)"

  L'ÉTAT ET LA RÉVOLUTION 

"(...) Un nouveau processus commence d'avancée de l'Idéologie Prolétaire ou Communiste, de réorganisation du Mouvement Ouvrier et Populaire et des Partis Communistes.(...)"

Lettre de Lucio García Blanco,

prisonnier politique du PCE(r)

3-LUCIO GARCIA BLANCO-PCE(r)-fr(Prison de Topas, 9 septembre 2012) : “La question c'est qu'il faut comprendre le caractère de la définition du Prolétariat pour MARX dans un sens purement économique : par le rôle que celui-ci joue dans la Production comme producteur de marchandises mais aussi dans un sens social et politique : par son caractère d'exploité/e et de salarié/e ainsi qu'en tant que porte-drapeau de la Lutte pour une nouvelle société. Si MARX se centre sur la 1ère vision c'est pour expliquer le Mode de Production capitaliste. C'est pourquoi il faut dire que tout/e travailleur/euse qui a des conditions de travail et de vie similaires à celles du Prolétariat et qui, en plus, assume ses valeurs, ses principes et ses objectifs de Classe est lui/elle-même un Prolétaire. Par ses racines et sa condition d'intellectuel : MARX est lui-même un bourgeois. Cependant, la réalité c'est qu'il a assumé un mode de vie prolétaire, il est passé par la faim et de nombreuses calamités et il a oeuvré et lutté pour les objectifs du Prolétariat : ce qui l'a fait devenir l'un d'entre eux/elles.

(Octobre 1936.Barcelona, Catalogne) "Les ouvrier(ère)s révolutionnaires

espagnol(e)s félicitent la République Soviétique

à l'occasion du 19° anniversaire de la Révolution d'Octobre"

pancartarusoLe sujet c'est d'élucider en des termes généraux si le Système Capitaliste a évolué vers une prolétarisation majeure en général ou si, au contraire, il a évolué vers le développement de la Bourgeoisie dans ses diverses couches. Là aussi, il convient de prendre en compte le fait que les conditions de vie d'un/e ouvrier/ère et d'un/e bourgeois/e ne sont pas les mêmes à l'époque où nous sommes -celle de la dernière phase du Capitalisme- qu'à celle du siècle dernier lorsque les forces productives étaient à peine développées. Aujourd'hui, les besoins basiques d'une personne sont plus importants dont y compris ceux de n'importe quel/le travailleur/euse mais cela ne le/la sépare pas de sa Classe.

VLADIMIR iLLICH LÉNINE

(1er Mai 1919. Moscou) LénineOui, il est bien-sûr évident que le travail dans les usines a diminué en même temps qu'une prolétarisation générale s'est produite : celle des agriculteurs et des couches de la petite et moyenne bourgeoisie avec pour conséquence une diminution du secteur fondamental. Combien de personnes contrôlent les 35 entreprises principales de l'IBEX [Indice de la Bourse de l’État espagnol] ? Seulement quelques familles [Une vingtaine… ]. Et le secteur salarié dont l'immense majorité peut être considérée comme prolétaire a augmenté et il continue à se développer. Par leur condition de vie, le plus d'1 million d'autonomes [dans l'État espagnol] peuvent aussi être considéré(e) comme des prolétaires.

Beaucoup de médecins, de professeur(e)s d'enseignement, d'ingénieur(e)s, etc... lesquel(les avaient auparavant un mode de vie bourgeois sont aujourd'hui plus semblables à des ouvrier(ère)s d'une usine. Beaucoup de personnes du Secteur des Services qui avaient auparavant une forme de travail et de vie un peu spéciale travaillent aujourd'hui d'une façon semblable à celle qui se fait dans une chaîne d'usine de voitures, ou comme par exemple dans les Mac Donalds et d'autres chaînes similaires qui comptent des centaines de milliers de travailleur(euse)s. Là, le nombre des travailleur(euse)s s'est concentré dans moins d'entreprises. Pratiquement tout(e)s les travailleur(euse)s sont des prolétaires, bien qu'il(elle)s ne produisent pas de marchandises.

(1973. État français) Mineurs-Forage pour placer les bato(1973. État français) Mineurs en train de forer

Avec le développement du Capitalisme, le Secteur Tertiaire tend à croître bien qu'il ne soit pas très étendu dans les pays dans lesquels il est encore implanté. Ensuite, il existe des pays comme l'Allemagne où le Secteur Secondaire, l'Industrie, ont un poids plus important qu'en Espagne, par exemple. Le secteur Tertiaire, ou les Services, ne génère pas de Plus-Value mais il s'approprie d'une partie de celle générée dans les autres Secteurs. Et il existe des pays qui se consacrent déjà presque complètement au Secteur des Services, ou le Tourisme, en absorbant une partie de la Plus-Value des autres pays, au travers des personnes qui les visitent. Je pense que la Grèce est l'un de ces pays.

(2012. Côte d'Ivoire) Guerre Impérialiste 

(Côte d'Ivoire) Guerre ImpérialisteD'autre part, il est aussi certain que le panorama des usines et des entreprises en général a beaucoup changé. En réalité, elles se sont beaucoup dispersées et elles ont réduit le nombre des ouvrier(ère)s tout en introduisant des divisions entre les salarié(e)s fixes et les intérimaires, entre ceux/celles qui travaillent pour l'entreprise mère et ceux/celles qui sont sous contrat en sous-traitance : cela crée une certaine compétence et de la division. Mais cela affecte surtout les revendications concrètes pour les améliorations de travail et économiques, sans avoir d’incidence sur la Conscience de Classe. Ensuite, les grands quartiers jouent un rôle différent, en concentrant la multitude des travailleur(euse)s et cela est favorable dans tout les sens du terme.

(25.09.2012. Etat espagnol) Répression de manifestant-e-s(2012. État espagnol) Répression d'une manifestation

contre la Crise devant le Palais de la Moncloa

Les changements dans la structure capitaliste n'ont pas fait disparaître le Prolétariat sinon qu'au contraire, ils ont prolétarisé la majorité de la société. À l'heure actuelle, la richesse est chaque fois plus concentrée dans moins de mains tandis que les conditions de vie et de travail de la grande majorité des travailleur(euse)s continuent à se détériorer. Mais les conditions objectives sont une chose et les conditions subjectives en sont une autre.

A propos de ces dernières [les conditions subjectives] c'est là où a eu lieu un recul des positions prolétaires et communistes au niveau mondial, produit en premier lieu par l'oeuvre du Révisionnisme et aussi par tout l’échec de beaucoup de Partis Communistes avec celui de tout le Bloc Socialiste : ce qui a conduit à une apogée de la contre-révolution mondiale et une avancée certaine de l'Idéologie Bourgeoise dont y compris celle du Fascisme, en même temps qu'une grande confusion et désorganisation du côté du Prolétariat. Là, il faudrait analyser aussi les aspects concrets de chaque pays; dans le nôtre, la Réforme politique, l'étape de l'argent facile et la promotion de la Consommation.

URSS. Classe ouvrière et paysan(ne)s révolutionnaires construisant le Socialisme

urss-7Mais il est évident que cette étape est déjà finie avec le visible effondrement du Capitalisme dû à sa crise générale d'épuisement. Un nouveau processus commence d'avancée de l'Idéologie Prolétaire ou Communiste, de réorganisation du Mouvement Ouvrier et Populaire et des Partis Communistes. Bien-sûr, comme nous partons de positions très défavorables : ce processus va être assez lent. Il est aussi logique qu'existe en ce moment une certaine confusion idéologique et politique. Néanmoins, l'idée s'impose déjà que le Capitalisme est épuisé et que le Marxisme gagne des positions. On parle beaucoup d'un automne chaud à venir : il est probable qu'il en soit ainsi et, de plus, les élections d'Euskal Herria et de Galiza peuvent aussi laisser un panorama compliqué pour l'État espagnol. Dans cette dernière nationalité [Galiza], on dit qu'il pourrait y avoir une abstention proche de 50%."

(2012. Afrique) Guerre Impérialiste de l'État français e(2012. Afrique) Interventions de l'État français Impérialiste

LETTRE de Xaime Simón Quintela

PRISONNIER POLITIQUE DES GRAPO

18bis-XAIME SIMON-GRAPO (27 ANS DE PRISON)(20 Juillet 2012. Prison de Herrera de la Mancha) : “Tout ce qui reluit n'est pas d'or" dit le refrain. Cela vient à propos de la mobilisation "très massive" des syndicats de fonctionnaires. Et je dis que tout ce qui reluit n'est pas de l'or car y compris les pompiers et les chauffeur(e)s de taxi peuvent en arriver à être traités de "violent(e)s" et "traité(e)s comme des "terroristes" par la presse et le Gouvernement. Donc, attention, au sein d'un secteur social aussi vaste que celui des fonctionnaires : il va y avoir des strates qui se radicalisent et confluent avec la Classe ouvrière et les peuples travailleurs en Lutte contre les politiques répressives et spoliatrices. Et il faut voir de quelles démonstrations sont capables ces strates. Elles sont très radicales. Pouvoir de convocation et d'influence... Par les temps qui courent, les fioritures ne sont pas permises face aux médias.

1-lutte de classeEt tout cela à pour fonction d'ajouter tout fonctionnaire autour des syndicats officiels. Soit cela est atteint, soit cela finit comme en Grèce. Tout cela n'est que pure façade : on voit la consigne maximale prise par les temps qui courent : ne pas donner une mauvaise image de l'État espagnol à l'étranger ou dans le monde (Mondial de football), donner de la Puissance à la "Marque Espagne", etc. Si la stabilité perdure, les aides viendront; en cas contraire, cela supposera ce qui est en train de se passer en Grèce : à savoir que l'UE (Union Européenne) s'en fiche de sa sortie de l'Union économique et de sa noyade. Ce ne serait déjà plus la même chose si l'Italie et l'Espagne partaient en eau de boudin parce que cela supposerait la fin de l'UE.

Insurreccion por el comunismo-azkC'est pourquoi le fonctionnariat et l'aristocratie ouvrière doivent être bien ficelés car ils sont la base sociale du Régime. S'ils restaient sans elle, combien ce serait plus facile pour la Classe ouvrière et les travailleur(euse)s des peuples de l'État espagnol, tout. Mais vraiment : TOUT. Selon moi, l'essence des relations sociales n'a pas changée. La principale contradiction continue d'être celle de l'affrontement de la Bourgeoisie avec le Prolétariat; de plus, l'actuelle situation de crise conduit les salarié(e)s à la Misère, ce qui les rapproche du prolétariat dans la coïncidence des intérêts. Je pense qu'il existe effectivement une population suffisamment propice à être influencée par la conscience politique de la Classe ouvrière.

ZONE FCFA (Franc des Colonies Françaises d'Afrique)

Zone-FCFATu dis que le Secteur Primaire est en train de disparaître à marche forcée. Il est certain que, par exemple, ils veulent réduire la Mine à sa plus minime expression, comme ils l'ont fait auparavant avec le Secteur Naval. Ces "excédents" vont engrosser les enfants du chômage mais il ne fait aucun doute que ces chômeur(euse)s sont l'Armée de la Révolution en réserve.

Le problème c'est que le Secteur le plus conscient et le plus organisé de la Révolution : le Prolétariat -l'Avant-Garde de la Classe ouvrière- ne passe pas par ses meilleurs moments. Nous sommes très faibles organiquement et nous ne pouvons pas réaliser toutes les tâches que la Lutte Révolutionnaire exige en cette période actuelle. La propagande est dans le même état : elle n'a pas perdu vie quant à son contenu politique. Ce qui a varié, ce sont les instruments. Pour être plus précis, il ne fait aucun doute que les nouvelles technologies sont importantes cependant elles ne sont pas le “tótem revolutum". Face à la façon dont le Régime s'est armé pour mettre en oeuvre la Répression contre tout ce qui à l'odeur de l'Antisystème, les méthodes traditionnelles ne doivent pas être rejetées : la clandestinité, les assemblées, les comités. Si tu veux mettre en oeuvre une Lutte de façon décidée et conséquente : tu dois avoir une maîtrise de la situation à tout moment, tu dois savoir manoeuvrer les temps et les formes.

(MAROC) Politique coloniale de l'État français impérialiste

CONGO-Colonialisme de l'Etat françaisIl faut voir les choses dans leur contexte. Les changements ou transformations sociales ne se produisent pas à partir de rien ni par génération spontanée... Ils requièrent des Mouvements et nous avons les bases autrement dit : nous avons une expérience historique, non seulement de victoires sinon aussi d'échecs (qui nous servent à corriger les erreurs commises dans la Lutte). Pour utiliser une similitude : nous avons la charrue et il nous manque les boeufs. Quiconque dira le contraire ou

voudra se mettre dans de "nouvelles expérimentations" fera défaut à la vérité et à la rigueur historique. C'est comme la théorie de la relativité. Durant des années, nous avons assisté à une attaque contre Einstein et à sa théorie et il en résulte que ces personnes si "intelligentes" avec toute leur technologie ont du faire marche arrière. EINSTEIN a raison, il a établit la base; dès lors, en partant de la relativité avec l'apport des nouvelles technologies : on peut faire avancer l'Humanité mais non pas contre elle. Je dis la même raison : pour l'essentiel, la théorie de la Révolution est ébauchée, de nouvelles reformulations ou Histoire ne sont pas possibles.

(7 novembre 1918. Moscou) Lénine et d'autres Camarades

avant l'inauguration de la Plaque en Mémoire

à ceux et celles qui sont tombées pour la Paix et la Solidarité Internationale...

(7 novembre 1918. Moscou) Lénine avant 'ouverture de la plJe me souviens que quand nous réalisions l'essai sur l'Histoire du Parti Communiste en analysant la partie relative à l'Internationale Communiste et à sa formation : les actes de ces Congrès reflètent les discours de LÉNINE dans le sens où celui-ci apportait la Révolution russe à la I.C (Internationale Communiste) et non pas la Révolution mondiale. Autrement dit, il exposait l'expérience russe comme un exemple du fait que la Révolution était possible au moyen de la Dialectique et qu'il fallait l'appliquer aux conditions concrètes de chaque pays pour réussir à triompher dans chaque pays.

Le plus important de l'ouvrage des classiques ne sont pas les applications pratiques ou propres à un moment dans un pays, sinon ce que nous pouvons extraire d'elles comme expérience et enseignement général pour les autres pays : des méthodes d'organisation et de Lutte, des politiques d'alliances. Il ne faut pas copier ou reprendre une expérience mais il nous faut en tirer ses enseignements pour mener à bon port les prochaines ou futures expériences. En cas contraire, tu coures le risque de reproduire ses erreurs. De plus, dis-moi une chose : par hasard, les relations de Pouvoir auraient-elles changées ? Je veux dire par là, la Bourgeoisie aurait-elle cessé de détenir le Pouvoir et désormais ou actuellement il serait partagé par tout les secteurs sociaux ?

OCTOBRE 1934-37. Révolution de la Classe ouvrière des Asturies

OCTOBRE 1934-37-ASTURIESTu conviendras avec moi qu'un changement dans ces relations ne s'est produit seulement qu'avec les révolutions bourgeoises qui ont mis fin au dit "Vieux Régime" des seigneurs féodaux et que dès lors, l'aristocratie a laissé son lieu privilégié à la bourgeoisie. Le Pouvoir est détenu par les Oligarchies et ce sont elles le plus "select" de la bourgeoisie.

Quand il y aura un véritable changement dans les relations de Pouvoir, nous pourrons réellement parler des reformulations dans la théorie et dans les pratiques révolutionnaires. Ce qu'il faut faire c'est appliquer celles-ci au moment adapté et dans la situation concrète propre à chaque pays et ne pas contourner le contexte International, pour rien au monde. Mais nous ne parlons pas de l'erreur de minimiser les contradictions internes qui sont la base du changement et de toute transformation sociale future."

URRS-Révolution d'octobre 1917Gloire à la Révolution d'Octobre 1917 !

Vive la Classe ouvrière révolutionnaire ! Vive l'Internationalisme !

urss-4URSS Classe ouvrière et paysan(ne)s révolutionnaires construisant le Socialisme

LE TEMPS DES DÉBUTANT(E)S

(1987) Extrait de l'ouvrage

"Dedans et Dehors : Résistance"

Textes et dessins réalisés par

le Collectif des prisonnier(ère)s politiques

du PCE(r), des GRAPO et du SRI

dans la prison de Soria (État espagnol)

(5) DESSIN DE MANUEL ARANG</div>
            <div class=O PCE(r)" height="491" width="600" />Dessin réalisé en prison par Manuel Arango, prisonnier politique du PCE(r)

o-Z.U.R (dentro y fuera Resistencia)(Suite de 3/4) "Le pavé de la rue principale rechignait sous les pas des chaussures "basses" des gestionnaires de la Compagnie qui contemplaient, tantôt indignés, tantôt désolés, le cadre vide et les installations détériorées. Une petite cohorte de contremaîtres en costume les accompagnait au côté de quelques membres de la Police Secrète "de style Maure", selon ce qu'affirmait le peuple. Depuis la fenêtre du 3° étage du baraquement, par cette même fenêtre d'où la grand-mère avait menacé plus d'une fois de jeter la vieille radio Power quand sortaient les discours du plus grand bourreau du pays, celle-ci observait le désert de nos rues avec les fenêtres fermées, les rideaux baissés et les chiens de garde semblables aux moments des enterrements des Mineurs.

L'école du Falangiste était presque vide, ce qui provoquait des accès d'hystérie aux Maîtres. Seuls les enfants des 30 Guardias Civils y avaient assisté avec quelques gamin(e)s des 13 cantiniers ou des 15 contremaîtres. Les autres, les gamin(e)s des baraquements et des bicoques croulantes, nous étions occupés à des recherches fébriles dans les carrés de jardin et dans les prairies ou simplement impressionné(e)s face au calme et à l'étrange état de la localité; nous regardions avec nostalgie nos montagnes, notre milieu le plus naturel, maintenant patrouillées par la Police Anti-émeute. Cependant, nous étions enflammé(e)s face à cette bataille véritable et grandiose parce qu'il s'agissait de notre bataille et de notre Guerre, y compris supérieure aux impressionnantes Campagnes militaires que les livres officiels avaient sortis de l'Antiquité et que nous répétions parfois dans nos jeux entre les nuages de poussière des énormes décombres.

(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le prolétariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

(17 octobre 1961)-7Ils lui ont à peine donné 24 heures pour prendre ses affaires et s'en aller en direction de l’Exil à pas moins de 300km des lieux. Nous l'avons vu partir, comme l'un des Mineurs du Nord, avec ses vêtements attachés sur le dos en grimpant sur la même côte d'où est parti le milicien qui gardait la grand-mère. Le petit gamin traînait son épée de bois sur la côte, à la sortie du village. Nous ne les avons plus jamais revus.

Le machiniste de l'Allemande [locomotive d'Allemagne], l'un des suiveurs le plus fidèle et secret du célèbre Mineur, a contribué à maintenir la cohésion entre ceux et celles qui vivaient dans les 8 baraquements. Il n'a pas cédé, il n'a pas encouragé ses compagne(on)s à entrer dans la Mine pour continuer à traîner leur Misère par les 9 gouffres. Il aimait la machine allemande, il nettoyait ses cuivres et ses bronzes tandis qu'il la faisait courir comme si elle trottait par les méandres qui bordaient la montagne. Il ne nous donnerait plus de l'eau versé de ces cruches en bois, semblables à de petits cubes qu'il transportait dans sa petite locomotive. Nous ne pourrions plus compter sur sa complaisance pour nous emmener à la carrière de la Mine dans les petits wagons et contempler le village avancer accompagné du défilement des arbres.

(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le prolétariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

(17 octobre 1961)-5 Nuit oublieé captureIl a été le 1er banni du village et il a promis de ne pas revenir tant que ne sonneront pas les appels à la Lutte des Mineurs entre "le Castro" et "le Muxiven" [Monts en Leon]. Dirigée par certains civils, la Police Anti-émeute l'a emmené jusqu'à l'un des villages paysans loin du four du bassin minier.

Les Mercenaires continuèrent à employer de plus en plus de moyens pour en finir avec la Grève. Les Mineurs qui avaient des enfants ont été emmenés à la caserne; leurs gamin(e)s s'asseyaient sur les marches d'escalier des baraquements, entassé(e)s du matin jusqu'à la nuit; parfois, il(elle)s chantaient pour tuer la faim et il(elle)s se moquaient de la Police Anti-émeute. Les enfants plus grands leur racontaient des contes interminables qui s'inventaient sans cesse; quand les billes de leurs jeux tombaient en glissant dans les escaliers, il(elle)s les laissaient au milieu de la rue en regardant les policiers avec des yeux pleins de rancœur, disposé(e)s à sauter si ceux-ci se risquaient à les leur enlever; il(elle)s les ramassaient seulement quand la nuit arrivait et il(elle)s se mettaient dans les chambres où il(elle)s s'entassaient en attendant qu'une voisine leur apporte quelque chose à manger.

(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le prolétariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

(17 octobre 1961) ici-on-noie-les-algériensCes Mineurs grimpaient la côte de pins qui dominait et ils étaient reçus dans les bureaux avec du vin et des apéritifs en abondance préparés à cet effet. Alors l'assaut commençait : on leur promettaient un arrangement avec des logements et des baraquements accompagnés d'une aide économique immédiate et d'une augmentation du taux de charbon trimestriel, et aussi, pourquoi non... au passage, une excursion pour la «progéniture» des gamin(e)s jusqu'à des endroits bucoliques régis par des Campements Falangistes de loisirs; ils juraient d'examiner leurs silicoses et de leur rendre justice avec les degrés de maladie qu'ils avaient déjà atteints depuis longtemps jusqu'à leur donner des bourses étatiques pour les écoles salésiennes de la Capitale ["sacré cœur de jésus": au service de l'idéologie Fasciste]. Dans ce cas, les poulies restaient suspendues au plafond de la Mine.

(8 Août 1945. Algérie) Terreur de l'État français Impérialiste

en réponse à la revendication d'Indépendance du Peuple Algérien

formulée le jour de la Victoire de l'URSS contre le Nazisme...

ALGÉRIE. Août 1945.Les privations laissaient le peuple chétif, maigre et plein de toux face à la silicose qui consumait leur corps les plus dépensiers. Nous sommes allés à la bicoque pourrissante pour tuer la chèvre. Désespéré, l'animal rongeait les structures de bois et elle tirait sur la corde en cherchant la lumière du jour et les monts qu'elle ne pouvait pas voir tant que la Police Anti-émeute en patrouille était là car celle-ci finirait par la tuer. Elle était la dernière d'une génération de chèvres transmise depuis la Guerre et grâce à laquelle nous pouvions disposer de lait pour le malt.

(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le prolétariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

(17 octobre 1961)-8Les Vendu(e)s mangeaient et revenaient circuler dans le village. À cette époque-là, être "lucide" était une mauvaise chose : soit tu étais un/e Vendu(e), soit tu étais un/e non solidaire qui gardait la nourriture seulement pour toi. Les Vendu(e)s apportaient le stigmate ignominieux des «lucides» sur leur visage alimentés et égoïstes. Certain(e)s prenaient les mallettes après la

Grève, d'autres s'excusaient avec les circonstances adverses ou bien en faisant de leur fausse innocence ou incompréhension du destin de la Grève leur excuse constante. Certain(e)s seront frappé(e)s, marginalisé(e)s; s'il(elle)s avaient une langue piquante, ils vivront désormais dans l'angoisse des pierres de porphyre lancées par leurs Aides dans l'anonymat d'une quelconque rampe de la Mine; il(elle)s perdront le vice des cartes parce qu'il(elle)s ne trouveront plus d'occasion de jouer des parties; il(elle)s chercheront à apparenter leurs enfants dans d'autres villages; il(elle)s retrouveront leur foi dans le curé ou il(elle)s feront des cours accélérés de gardiens.

(CONGO) La "Grande Oeuvre" colonisatrice de l'État français Impérialiste en Afrique...

CONGO-Impérialisme-Colonialisme de l'État françaisMais le boulanger a répondu. Avec ses différents blés et ses levures, il est passé au côté du peuple. Le boulanger haïssait les Vendu(e)s. Sa boulangerie délabrée a été surveillée nuit et jour par les gardiens en prévision d'une répartition clandestine des miches de pain. Jusqu'à ce qu'un jour il se décide et qu'il s'en aille avec les poches pleines de graines de blé en se dirigeant vers vestiaires. Les Vendu(e)s étaient varié(e)s et il refusait l'affrontement avec eux/elles; alors, il a semé de grains le ciment des poules. Que les "poules" mangent ce que le peuple ne pouvait pas manger ! La peur s'empara de certain(e)s vaincu(e)s qui, de nouveau, retournèrent passer par les montagnes pour se diriger vers les Mines.

(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le prolétariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

17-octobre-1961-metro-concorde-elie-kagan-tous-droits-reserLes Guardias Civiles, le gros et grossier brigadier de Police s'en furent comme des exhalations à la boulangerie; celui-ci était le seul du village qui pouvait jeter le blé parce qu'il en avait en trop et ils l'ont emporté avec eux. Des années passèrent et on continuait toujours à se souvenir des

graves lésions dont il a souffert pendu au toit. Assis sur les marches des baraquements, nous étions déjà loin du siphon de l'eau accaparé par la Police anti-émeutes car on voyait leur chef obliger avec la pointe de son Mauser le cantinier des boules d'anis à ouvrir le local pour étancher sa soif, après la session.

«Les montagnes ont toujours été un allié du village», soutenait le Mineur illustre, «Elles l'ont toujours été depuis que nos paysan(ne)s montaient dans les hauteurs escarpées pour faire face aux bandes spoliatrices des comtes féodaux plusieurs siècles auparavant; et maintenant, plus que jamais, elles ne peuvent pas nous faire défaut !», clamait-il courbé sur le fleuve avec son béret brodé typique chez lui, au contraire des Mineurs du Nord. Pour un petit village comme celui-ci, et isolé, il ne lui reste plus qu'à se tirer à la montagne ou à attendre que la montagne renverse les nouveaux sommets. Il ne quittait pas des yeux les nappes d’eau cristallines.

(17 octobre 1961)-2(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le prolétariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

Jusqu'aux émissions de la radio Power semblaient nous ignorer; «Pour ceux de l'étranger, nous ne devions pas compter ou exister sur la carte», assurait-on dans les baraquements. Notre Grève n'était pas enregistrée dans leurs bulletins, nous étions abandonné(e)s dans notre Résistance.
(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le proléttariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

(17 octobre 1961)-4Le village ne pouvait déjà plus supporter le harcèlement dans ses quartiers et il est sorti dans la rue, lentement. Les oreilles placées par la Police anti-émeute n'importaient plus car avec la Grève tout avait été fiché. Dans les bicoques croulantes, on ne savait pas exactement ce qui se passait parce que nous étions enfermé(e)s comme dans une citadelle.

Finalement, le basalte et les roches de grès se sont décidés à faire pression sur les galeries. Des centaines de boisages craquaient. Sans humains, il n'y avait pas de Mine. Arrivé au 17° jour, les eaux du fleuve ont commencé à couler noires.

(Années 60, Alger)Terreur de l'État français impérialiste contre le Peuple Algérien :

ou l'École française des Escadrons de la Mort exportée auprès des États capitalistes Impérialistes

partout dans le monde -dont les USA- jusqu'à ce jour...

aux-centres-villesLes mécanismes et les installations importantes restaient enterrées, les coupes restaient remplies de décombres, les conduites d'air se tordaient dans des fragments difformes, la pose de rails des trolleys disparut, les galeries supérieures entraient en "faillite". Le cataclysme était déchaîné dans les puits, c'était comme une explosion contrôlée : maintenant une installation, ensuite une autre... il tombait ce qui faisait le plus mal aux contremaîtres, il tombait ce qui était nécessaire, ce qui était vital pour faire en sorte que la production reste paralysée pendant longtemps. La Grève, elle-même, était devenue une explosion à effet dé-multiplicateur; d'abord : l'éclatement bref de 17 jours, ensuite l'éclatement total dont on ne savait pas quand ses effets destructeurs allaient cesser. Les prises, tracées dans les galeries latérales des mines, ont apportées la nouvelle au village avec leur eau noire... La nouvelle a couru comme une décharge électrique.

Assis tranquillement sur les rives du fleuve, le Mineur illustre était en train de se laver les mains avec de l'eau de charbon. La grand-mère a sorti ses longs couteaux et elle regardait avec anxiété le sentier au loin. Le banni déambulait par les rues des baraquements dans une attitude de défi et il criait tantôt aux un(e)s et aux autres, imparable, l'Histoire des graviers : continuer à Résister jusqu'à ce que la mer elle-même devienne noire. Il a finit par s'asseoir sur le siphon avec le béret plus sur le côté que jamais et le sourire du Triomphe sur la bouche et, de nouveau, il chantait les chansons de sa terre qui lui revenait en Mémoire.

(17 octobre 1961.Paris) Terreur de l'État français Impérialiste contre le prolétariat du peuple algérien en Lutte pour la Dignité et la Liberté : plus de 300 manifestant(e)s assassiné(e)s et disparu(e)s...

(17 octobre 1961)-1Que me dira ma mère, une fois cette journée passée ? Qu'est-ce que nous obtiendrons ? Est-ce que ce sera comme ce mois où les piqueurs de la Mine ont arraché péniblement 2 pesetas quotidiennes et où nous autres, les gamin(e)s, on l'a appris par l'action de mécontentement qu'ils ont organisé? Est-ce qu'on reviendrait vivre attachés aux 900 pesetas et quelques, le dernier seuil salarial obtenu par mon père durant ces jours où ceux du 4° baraquement ont souffert l'un des coups qui a le plus démolit les habitant(e)s de la Côte quand nous avons perdu les quatre dans le 3° puits de la mine : «Le piqueur, ce robuste ! Et le marmiton, le pauvre ! Il avait seulement 18 ans, et les autres, les pauvres ! Que penseraient-il en ce moment critique ?...».

(Massacre du 20 Août 1955. Algérie) Plus de 10.000 algérien(ne)s emprisonné(e)s et assassiné(e)s par l'État français Impérialiste dans le stade municipal de Skikda à "Philippeville"

ALGÉRIE-Impérialisme-Colonialisme de l'État françaisL'assaut n'a pas eu lieu à la coopérative aux rayons débordants de chocolat durs comme une pierre; et le Maître Falangiste a continué dans le même lieu. Mais au moins, ces 2 longues semaines m'ont donné la satisfaction de vérifier comment la barrière du salaire de mon père a enfin sauté en morceaux; en quelques pesetas : il avait réussi à passer la barrière des 2.000 pesetas.

Cependant, le temps des Mineurs a voulu tirer furieusement en avant. Brève et gamine comme nous : la 1ère Grève a donné une impulsion à la Vie, elle l'a tirée et arrachée, au moins temporairement, de la pesanteur mortifiante dans laquelle vivait le village. Et c'est là, dans cette cuvette traversée par les 9 Puits de Mine de longitude kilométrique semblable à 9 sommets que s'est réveillée de nouveau la Lutte de ces milliers d'Humains qui descendaient chaque jour jusqu'au cœur même des terres noires.
sabotage

Contre la Prison du Dedans et la Prison du Dehors : RÉSISTER C'EST VAINCRE !

Dès lors, la faim et la douleur ne semblèrent pas leur importer autant que de continuer à montrer leur Force. Beaucoup surent que la douleur continuelle n'avait pas eu lieu en vain, elle les forgeait parce qu'elle n'a pas pu en finir avec eux. Et lors de la Lutte suivante, qui est vite arrivée, ils décidèrent d'un accord tacite que quelques décharges de tirs ou 60 coups de fouets retors des Mercenaires n'était pas plus brutal qu’un soutènement de plusieurs tonnes suspendu dans le vide au-dessus de leurs têtes, durant chaque journée interminable et accroché par le fragile lien végétal qu'est un tronc de chêne vermoulu. Durant ces 2 longues semaines qui ont bouleversées la vie des 8 baraquements et des bicoques, les barres à mines et les normes semblèrent être faites seulement et exclusivement pour qu'on s'en moque. La mise en scène des écussons et flèches [symboles Fascistes]. de la Place auparavant exténuante, impressionnait maintenant beaucoup moins et le joug de l'entrée semblait avoir doublé en peu de temps.
prou desalojamientos

Les Expulsions (de logements, d'Okupas...) : ça suffit !

Le monde de la fournaise paru se dédoubler : celui d'avant le Soulèvement et celui qui est venu ensuite. Les vieux Mineurs ont voulu récupérer une partie de leur jeunesse martyrisée. La grand-mère n'a pas pardonnée à la vieille radio Power l'oubli insultant de notre Grève dans ses bulletins à l'étranger et depuis la Grève : elle montrait de l'indifférence et elle allait chez les voisins pour bavarder. La femme du Mineur illustre n'en pouvait plus avec lui et personne ne pouvait comprendre comment un homme autant dépensé physiquement et qui n'avait déjà plus de souffle pour autre chose que la Mine : non seulement était celui des mitraillettes mais qu'il voulait maintenant enterrer tout(e)s les capitalistes partout où il aura connaissance de leur présence. Le Mineur illustre n'a pas réussi à vivre la 3° Grève.

(1914-1917. 1ère Guerre Mondiale Impérialiste) La "Grande Oeuvre" de l'État français Impérialiste dans ses colonies : une Réserve inépuisable de soldats et main-d'oeuvre à envoyer au Front pour son Profit...

Impérialisme-colonialisme de l'État français-Réserve d'Les Mineurs du Nord furent ceux qui nous ont transmis leur exemple mais à partir de ce bref réveil c'est nous qui avons dû donner l'exemple aux paysan(ne)s de la région voisine qui vivaient «de prêts», selon l'opinion du village; depuis la Grève, nous avons eu la sensation que ceux/celles-ci nous traitaient mieux quand nous allions dans leur villages, il semblait que nos cicatrices bleuies par le rouge du sang mêlé avec le noir du charbon était un motif d'admiration. Les paysan(ne)s se libérèrent des caciques et il(elle)s sont venu(e)s dans les bicoques pour être Mineurs.

Avec le Triomphe de la Grève, à la maison : il(elle)s n'abandonnèrent pas l'idée d'un autre travail moins dangereux, après leur avoir donné cet emploi imaginaire pour me prédestiner à une tâche parce le grand-père avait semé l'inquiétude en nous en jetant une grande quantité de charbon et de sang par la bouche. Et des années plus tard, en partant pour la Capitale pour cet emploi, en partant par le même lieu où le milicien est parti pour le Front, j'aurais aimé avoir la force suffisante pour me promettre à moi-même, avec l'image encore fraîche du machiniste de "l'Allemande" [locomotive allemande], de ne pas revenir jusqu'à ce que les signaux de Révolte des Mineurs résonnent de nouveau parmi les montagnes qui allaient tellement me manquer".

(Depuis Juillet 2012. État espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

(depuis Juin 2912. Asturies) Lutte des Mineurs-8

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
8 août 2012 3 08 /08 /août /2012 01:45

(1848) "Manifeste

du Parti Communiste"

K. MARX et F. ENGELS

(1934. Insurrection des Asturies) Femme Mineur

(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol) Femme Mineur.

LE CAPITAL-KARL MARX(suite de 2/4) "(...) Vous vous indignez que nous voulons abolir la propriété privée. Mais dans votre société actuelle, la propriété privée est abolie pour les 9/10° de ses membres; si elle existe, c'est précisément qu'elle n'existe pas pour 9/10°. Vous nous reprochez donc de vouloir abolir une propriété qui suppose comme condition nécessaire l'absence de propriété pour l'immense majorité de la société. En bref, vous nous reprochez de vouloir supprimer votre propriété. De fait, c'est bien ce que nous voulons. (...)"

 

"(...) Le Communisme n'ôte à personne le pouvoir de s'approprier des produits sociaux, il n'ôte que le pouvoir de s'assujetir le travail d'autrui grâce à cette appropriation. (...)"

 

"(...) Mais ne chicanez pas avec nous, en mesurant l'abolition de la propriété bourgeoise à l'aune de vos idées bourgeoises de liberté, de culture, de droit, etc... Vos idées elles-mêmes sont des produits des rapports bourgeois de production et de propriété, comme votre Droit n'est que la volonté de votre Classe érigée en Loi, volonté dont le contenu est donné dans les conditions matérielles d'existence de votre Classe. (...)"

(2007-Coordinadora Antifascista de Madrid)Ni raza ni patria(Plateforme Antifasciste de Madrid, État espagnol)

"Les Prolétaires : nous n'avons ni Race, ni Patrie !"

Internationalisme de la Classe ouvrière

 

LETTRE OUVERTE DE LA CLASSE DOMINANTE À LA CLASSE DOMINÉE

La Classe Dominante aux exploité(e)s :

“Nous ne te voulons pas ni politisé/e, ni idéologisé/e"

(Par Níkolas Stolpkin)

libertadexpresion amordazada 001Tu ne sais pas combien nous te remercions de rester dans le lieu que nous avons conçu nous-mêmes et choisi pour toi.

 

(2001. Gênes, Etat italien. EUROPE) Manifestation contre le G8

violemment réprimée par les Forces de "l'Ordre" de l'État italien,

l'un des membres du G8

(2001. Gênes, Etat italien) Violence d'Etat contre les Man1. Cela nous plaît tellement de savoir que tu n'es attiré/e ni par la politique ni par l'idéologie et que cela te cause seulement de l'indifférence ou de la répulsion. Nous sommes né(e)s pour nous approprier la politique et l'idéologie pour défendre nos intérêts, principalement, et au passage pour te faire croire que nous défendons les tiens.

 

2. Cela nous plaît tellement de savoir que tu rêves éveillé d'être comme l'un/e d'entre nous avec du Pouvoir et de l'Influence. Tu sais bien que tu ne seras jamais là où nous sommes mais nous te donnons de quoi rêver en achetant à la loterie ou en voyant un film ou une série télévisée.

 

(2001. Gênes, État italien. EUROPE) Hommage à Carlo GIULANI

assassiné par les Forces de Répression

de l'État italien l'un des membres du G8

(2001. Gênes, Etat italien) Assassinat de Carlo Giuliani3. Cela nous plaît tellement de savoir que tu crois être dans un lieu supérieur à celui qui est plus bas que toi et qu'en plus tu as le courage de l'écraser. Sens-toi important tant que tu le peux car de temps en temps nous te ferons savoir combien tu es petit/e face à nous, au cas où ton intention serait un jour de nous incommoder.


4. Cela nous plaît tellement de savoir que cela te rend heureux/euse de montrer à ton entourage les clés de ton automobile spéciale ou de montrer la technologie dernière génération. Ton bonheur est notre plus grande joie. Tant que tu achètes tout nos produits de luxe, nous te causeront le moins de problème. Celui/celle qui peut enfler son égocentrisme avec l'achat de nos produits "phare" et se battre avec ceux/celles qui sont plus bas que lui/elle : nous satisfait beaucoup.

(2001. Gênes, État italien. EUROPE) Manifestation contre le G8

(2001. Genova, Etat italiien) Manifestation contre le G85. Cela nous plaît tellement de savoir que montrer tes vêtements de "marque" te rend heureux/euse ou que tes ami(e)s sachent que tu as acheté quelque chose de "grande valeur". Tant que tu te consacres à enfler ton égocentrisme tout restera en notre faveur. Il est beaucoup plus important que t'occupes avec les "marques" et les objets de "grande valeur" afin que tu ne penses plus à nous.

 

6. Cela nous plaît tellement de savoir que tu t'impliques de façon idéale dans les parties de football, les films, les séries télévisées, la musique, les jeux en ligne, les programmes stupides de télévision ou les fameux "réseaux sociaux" d'internet ou quoi que ce soit d'autre encore d'imbécile. Plus tu es détendu/e et isolé/e, plus nous -les capitalistes- auront d'opportunités pour qu'il ne t'arrive pas de penser et de critiquer tout ces privilèges obtenus grâce à la sueur de vos fronts.

 

(2001. Gênes, État italien. EUROPE) Carlo GIULIANI assassiné

par les Forces de Répression de l'État italien l'un des membres du G8

(2001. Gênes, Etat italien) Assassinat de Carlo -copie-17. Cela nous plaît tellement de savoir que tu crois encore au fait qu'un jour tu puisses gagner le 1er prix de la loterie. Ne te décourages pas, continues de le tenter. Plus tu achètes de tickets de loterie, plus tu auras d'opportunité de remporter le gros lot. De temps en temps, nous t'offrons un "exemple" de "persévérance" sorti de n'importe où, pour que tu ne perdes jamais le rêve d'être un jour quelqu'un/e de supérieur/e aux autres et plus proche de nous.

 

(2001. Gênes, État italien. EUROPE) Manifestation contre le G8

violemment réprimée par les Forces de "l'Ordre"de l'État italien,

l'un des membres du G8

(2001. Gênes, Etat italien) G88. Cela nous plaît tellement de savoir que tu crois encore que la Classe politique gouvernante sont ceux/celles qui détiennent tout le "Pouvoir" et que les changements politiques ou structurels dépendent d'eux/elles. Souviens-toi bien que moins nous sommes la cible de la critique, plus nous aurons de liberté pour continuer d'accroître nos Profits. Les enfants doivent occuper leur temps à jouer et être constamment distrait(e)s. Les valets/servantes doivent bien administrer la maison de leur Maître car il(elle)s savent bien que la paye qu'il leur donne n'est pas une poignée de bonbons comme les tiens.

Non à la Guerre Impérialiste !

Noguerraimperialista9. Cela nous plaît tellement de savoir que tu seras prêt/e à aller à la Guerre pour défendre ce que nous t'avons mis depuis très tôt dans ta pauvre tête : l'amour de la "Patrie". Comme toute famille, nous devons prendre soin de notre maison. Nous ne pouvons pas permettre que l'un/e de ses habitant/es se mette à faire le malin. Mais, par contre, si nous-mêmes voulons faire les malins, ne t'inquiètes pas, il y aura toujours une excuse pour que tu ailles lutter pour la "Patrie". La "Patrie" c'est ta maison même si tu sais très bien que tu ne possèdes quasiment rien de plus que ton petit espace pour que tu puisses jouer et t'entretenir. Tu ne voudrais pas perdre tout tes jeux et ce qui t'entretient, pas vrai ?

manif-grece-mai-2010(Mai 2010. État grec) Manifestation de la Classe ouvrière réprimée

10. Cela nous plaît tellement de savoir que dans ta conscience tu continues à croire que la politique et les militaires sont là pour te défendre et prendre soin de ce qui s'appelle "Patrie". Hélas, au sein de notre maison il ne peut pas y avoir des enfants qui se donnent le luxe de se comporter comme des adultes. Il(elle)s peuvent rêver ou jouer comme des adultes mais il(elle)s ne doivent pas se comporter ou faire des choses comme des adultes, cela n'est pas permis. C'est pourquoi il y aura toujours une main avec un garot pour tu saches bien quelle est la place où tu dois rester.

Chiens se serrant la main11. Cela nous plaît tellement de savoir que sur ton lieu de travail, tu peux te donner le luxe d'humilier ceux/celles qui sont plus bas; et toi, en échange, de sucer ceux/celles qui sont tes supérieur(e)s. Nous possédons tellement que nous pourrions pas même humilier l'un/e d'entre nous. Nous sommes une grande famille dans laquelle "humilier" ou "sucer" n'existe déjà plus entre nos supérieur(e)s et inférieur(e)s. Il existe le respect, comme dans toute grande famille. Evidemment, si quelqu'un/e se “néglige” et se fait “petit/e”, il n'aura pas d'autre choix que de s'en tenir à la Loi du plus Fort.

 

12. Cela nous plaît tellement de savoir que siècles après siècles tu continues de croire dans un tel "Dieu", que tu te fasses à son "image et semblable" et que tu aies l'habitude de l'appeller le "Seigneur Créateur" de tout ce qui t'entoure. Cela devient très précieux ce que tu inculques à tes enfants depuis leur très jeune âge : la croyance en un tel : "vieux pasteur", "papa noël" ou "santa Claus" et que s'il(elle)s se comportent bien un cadeau leur sera offert. Et bien, pour nous aussi, tu es si petit/e que nous t'avons inculqué la croyance en un tel "Dieu". Et si tu te comportes bien, tu iras au Ciel.

Le Capitalisme Monopoliste (l'Impérialisme) : un Jeux d'Assassins

Juego de asesinos13. Cela nous plaît tellement de savoir que génération après génération, tu continues de croire dans le produit de notre Système de production Capitaliste : la Démocratie. C'est incroyable comme tu continues à acheter notre produit phare de la main de nos représentant(e)s qui soi-disant, à ce qu'il paraît, sont là pour te "représenter".

Nous te voyons régulièrement assister fidèlement à la Fête de la Démocratie : les élections. Au fond, tu sais que cela ne va rien changer de significatif dans ta vie mais tu finis toujours par valider avec ton vote secret l'actuel status quo, avec l'espoir qu'il puisse enfin changer un peu ta vie pathétique.

Que ferions-nous -les Capitalistes Monopolistes, le Patronnat- sans les Grands Moyens de Diffusion Massive ? Que serions-nous si nous ne pouvions pas réinventer les jeux et distractions de nos enfants ? Quel enfant n'as pas rêvé de parvenir à être adulte ?

La Fête de la Démocratie sera toujours le jeu des adultes pour que les enfants se sentent régulièrement sur le point d'être des adultes sans jamais parvenir à l'être. Evidemment, il y aura bien un/e enfant mal élevé/e qui voudra se sentir adulte, après la Fête. A ceux/celles-là aussi nous avons préparé leur place : la chambre des Punitions; sans télévision, ni jeux. Pour qu'il(elle)s apprennent à rester à la place qui leur revient en tant qu'enfants.

(1932. État allemand) Manifestation du Front Rouge Antifasciste

mené par la Classe ouvrière

(1932-Allemagne) Manifestation Rouge AntifascistePar conséquent, remercie-nous. Nous ne te voulons pas politisé/e ni idéologisée/e. Souviens-toi que la politique et l'idéologie ne sont pas pour les enfants, c'est pour les grandes personnes comme nous. Pourquoi crois-tu que nous ne parlons jamais de politique ou d'idéologie avec toi ? Cela va plus loin, nous te faisons croire que nous ne sommes pas politisé(e)s et que nous n'utilisons pas d'idéologie. Tu en connais déjà la raison, non ? On ne t'a jamais appris que tu ne dois jamais te mettre dans les conversations d'adultes ? Et bien, fais très attention parce que tu le sais déjà : ceci c'est le garrot et cela c'est la chambre de la Punition. Le mieux que tu puisses faire ou de continuer à faire c'est de continuer d'être un enfant normal : de jouer et te distraire avec tes semblables, jouer à être un/e adulte comme au "papa et à la maman"... Mais ne t'inquiètes pas, régulièrement nous te donnerons le privilège de jouer avec les adultes habillé(e)s en enfants et au comportement infantile. Tu ne vas pas dire que régulièrement les adultes ne s'habillent pas ou ne se comportent pas comme des enfants pour pouvoir t'attirer et que tu puisses jouer à être un/e adulte ? Il(elle)s ne se sont jamais approché(e)s de toi, parfois, avec des cadeaux insignifiants pour pouvoir célébrer en Grand la Fête de la Démocratie ?

Merci de continuer à être comme tu es. Un idiot complet et une idiote complète.

(15.06.2012-Asturies)-(Depuis Juin 2012. État espagnol) Grève Générale

et Lutte des Mineurs en Asturies, Léon et Galiza

 

LA RÉPRESSION...

QUI NOUS ATTEINT TOUT(E)S

Cet écrit a été édité en 1992. Mais il est d'une telle actualité que nous l'éditons intégralement. Il vaut la peine d'être lu :

 

LA MILITARISATION DES OUVRIER(ÈRE)S

EN GRÈVE :

  VALIDITÉ ACTUELLE DE LA

LOI DE MOBILISATION NATIONALE

Texte de Juan Manuel Olarieta Alberdi,

avocat et ex-prisonnier politique du SRI.

Publié dans la Revue : “Jueces para la Democracia”

(Juges pour la Démocratie), N°16-17, 1992, p.35-40.

1934-ocupacion-agraria-en-badajoz(1934. État espagnol) Occupation agraire à Badajoz

(1936. État espagnol) Expropriation de terres à Villamiel

1936-expropiacion-de-tierras-en-villamielA l'occasion de la récente Grève des travailleur(euse)s de l'Entreprise Municipale des Transports de Madrid, le délégué du Gouvernement à Madrid a annoncé publiquement que la possibilité de militariser les transports publics était envisagée. La norme juridique qui soutient cette mesure n'est autre que la Loi 56/69 de Mobilisation Nationale du 26 avril. Depuis l'origine même du Capitalisme, la Grève se présente comme un Délit, en considérant le fait qu'il s'agit d'une mesure de force collective contre une relation de travail conçue de façon individuelle et "libre" sur la base de normes juridiques Libérales. L'incidence du collectif sur ce qui peut être uniquement individuel, altère le développement "spontané" du Marché, engendre une coercition typique. Cependant, pour des raisons historiques et politiques, en Espagne la configuration pénale de la Grève est inclue parmi les formes de la Sédition : un délit d'origine et de racine militaire.

(2-12 Juin 1936. État français) Grève d'Occupation

(2-12 juin 1936. État français) Grève d'Ocupati-copie-1Des antécédents à cette tradition peuvent être trouvés dans la Circulaire de Sagasta dictée en 1872 par laquelle la 1ère Internationale a été interdite. Cependant, ce sont les Régimes Totalitaires ceux qui avec la plus grande rigueur ont comparé ces 2 figures juridiques afin d'imposer un État de Guerre à l'intérieur des centres de travail eux-mêmes et de neutraliser l'action politique de la Classe ouvrière. Les usines en «État de Siège» permettaient la libre intervention des Militaires dans la Répression des conflits du travail : tout cela, en faveur de la bourgeoisie et en se mettant à son service de façon inconditionnelle. En réalité, il ne s'agit pas d'autre chose que d'un exemple de l'instrumentalisation de l'État bourgeois au bénéfice des intérêts privés de la Classe dominante, parmi beaucoup d'autres qui pourraient être énumérés.

(1902. État espagnol) Barricade

lors d'une Grève Générale à Barcelona

1902-huelga-general-barcelonaCe que nous pouvons vérifier ici c'est si ce type de constructions juridiques, nettement Pré Constitutionnelles, subsistent aujourd'hui et, plus concrètement, si elles subsistent toujours en Espagne, ou si au contraire, elles ont disparu avec le "changement politique" de 1978. Une interprétation juridique, pour aussi peu stricte qu'elle soit, ne peut pas écarter une telle possibilité. Mais les pratiques gouvernementales vont par d'autres chemins, ce qui nous alerte sur les graves dangers dans lesquels le Droit de Grève peut désormais se voir cerné à un moment critique de sa régulation.

Ici, comme sur d'autres terrains, peu de choses se sont dépénalisées, démilitarisées, par contre tout les vieux instruments répressifs persistent; ils peuvent être utilisés à tout moment par le Gouvernement en place quand il l'estime opportun et à sa convenance. Le vieil arsenal juridique accumulé en 40 ans de Dictature Militaire n'a pas disparu. Il persiste en réserve dans l'attente de temps plus favorables. Il n'a pas été substitué sinon accumulé au nouveau Dispositif Constitutionnel.

 

1. Antécédents juridiques : Grève et Sédition militaire

(1932. État espagnol) Barricade lors d'une Grève Générale à Valencia

1932-huelga-general-en-valenciaPour aborder les effets qu'il nous intéresse ici de souligner, il est inutile de remonter loin. Il faut situer l'origine de la Crimina-lisation Militaire de la Grève dans l'Article 6-F du 28 Juillet 1939 de l'Arrêté Militaire rédigé par FRANCO [Dictateur Francisco FRANCO : l'un des initiateurs du Coup d'État Fasciste de 1939 contre la 2° République espagnole, mort... dans son lit en 1975]

peu de temps après son assaut contre la République : toutes les Grèves sont des délits de Rébellion Militaire relevant de la compétence des Conseils de Guerre avec un Procès expéditif dans lequel toute Défense est absente. L'Article XI-2 du Code du Travail de 1938 en affirme autant en qualifiant la Grève de «Délit de Lèse-Patrie».

L'Article 2 du Décret de septembre 1960 s'exprime en des termes semblables sur le Banditisme, le Terrorisme et la Rébellion militaire : la Grève se conçoit comme «Une Rébellion Militaire».

"La Constitution espagnole de 1978"

Dessin du Camarade "Vargas" prisonnier politique du PCE'(r)

assassiné par Extermination Lente en "Liberté" conditionnelle

après plus de 20 ans en Isolement  total

dans les prisons de l'État espagnol Monarco-Fasciste

La Constitution espagnole de 1978, par Sánchez casasMais il nous semble plus intéressant de consigner ici l'Article 32.f de la Loi d'Ordre Public de 1959 qui sous l'État d'Exception autorise «avec un caractère exceptionnel» la mobilisation des «ressources du territoire ou des localités dans lesquelles se déclare l'État d'Exception pouvant conduire -si cela s'avère nécessaire pour remédier à la calamité ou pour dominer la perturbation- à disposer d'armes, munitions, véhicules, carburants, vivres, animaux, matériaux de toute sorte avec l'intervention par l'occupation d'industries, usines, ateliers ou exploitations».

Jusqu'alors, l'assimilation de la Grève à la Sédition n'était qu'un effet substantif pénal. Désormais, la qualification passait au niveau du procédé, à la forme d'intervention sur les centres de travail, même si elle plus faisait allusion à la possible affectation sur les biens que sur les travailleur(euse)s.

(1932. État espagnol) Paysan(ne)s en Lutte

détenu(e)s à Toledo par la Guardia Civil

1932-campesinos-detenidos-en-toledoEn 1965, la classi-fication pénale de la Grève change : les Grèves « strictement du travail » cessent d'être un Délit et seules sont incriminées celles qui porteront atteinte à la Sécurité de l'État (nouvel Article 222.2 de 1965 du Code Pénal).

Mais l'Article 222.1 continue de qualifier de séditieux/euses «les fonctionnaires, employé(e)s et les particuliers chargé(e)s de la prestation de tout type de Services Publics ou chargé(e)s d'une nécessité reconnue et inajournable qui se verrait atteinte si cette activité était suspendue ou bien qui, sous n'importe quelle forme, verraient leur régularité altérée».

La notion de «Services Minimums» ou «essentiels» pour la population s'est ainsi introduite dans le Code Pénal pour plus tard finir dans la Constitution (Articles 28.2 et 37.2) et dans les Articles 8.c et 15 du Projet de Loi de Grève du 14 Mai 1992. D'autre part, la Grève continue d'être considérée comme une Sédition. Les Articles 6.6, 13.1 et 299 du Code Justice Militaire de 1945 sont des cas évidents de Militarisation des travailleur(euse)s et de Criminalisation Militaire des conflits du travail.

(15.06.2012-Asturies)-2(Depuis Juin 2012. État espagnol) Grève Générale

et Lutte des Mineurs en Asturies, Léon et Galiza...

2. La «fonctionnarisation» des travailleur(euse)s

(1936. État français) Ouvriers grévistesLe Décret 2525/67 du 20 octobre vient déjà modifier profon-dément la condition juridique des caté-gories déter-minées de travailleurs.

Le Décret régule le statut de personnel civil non fonctionnaire des usines militaires, en excluant la juridiction du travail et en la substituant par une autre purement administrative qui

s'épuise face à la directive générale correspondante (Article 75) ce qui constitue une absolue contradiction : il s'agit de personnel non-fonctionnaire mais «fonctionnarisé» bien que sans accès aux Tribunaux de contentieux administratifs, autrement dit : privé de toute possibilité de recours. Ce statut ne s'applique pas aux cas énumérés dans l'Article 2, excepté «en temps de Guerre ou dans des circonstances d'Exception déclarées par le Gouvernement», lequel peut «accorder l'application des dispositions de la présente Réglementation sur les fautes et les sanctions, juridictions et procédés sur le personnel des Organismes ou Entreprises énumérées dans les alinéas antérieurs».

(1914. État espagnol) Manifestation de protestation à Madrid

1914-protesta-en-madridUn exemple pratique de la façon d'appliquer cette Exception est le Décret 67/76 du 23 janvier du Ministère de l'Environ-nement qui a atteint les travailleur-euse-s de l'entreprise CASA.

 

Dans l'exposition de ses motivations, ce Décret manifeste le fait que les particularités du paraphe final de l'Article 2 du Décret 2525/67 sont assurées mais il ne dit pas lesquelles ni s'il s'agit de l'État de Guerre ou de circonstances d'Exception. Quoi qu'il en soit, l'Article 1 de ce Décret transforme en cause de licenciement : l'incursion des travailleur(euse)s dans des «conduites» déterminées (appartenance à des associations illégales, appels à des Grèves, etc.) qui en réalité sont des délits, sans utiliser ce terme pour éviter le réquisitoire de la condamnation prévue par la voie pénale et autoriser l'imposition de 2 sanctions dans autant d'autres juridictions (pénale et du travail) ou, en cas contraire, la concurrence de résolutions divergentes sur de mêmes faits. Il apparaît ainsi la possibilité d'être absout/e du délit d'association illicite mais en étant néanmoins licencié/e pour ce motif.

(1893. État anglais) Grève des Dockers

(1893-Grande Bretagne) Grève des Mineurs-coal strikeIl faut aussi noter l'Article 3 de ce Décret, selon lequel étant donné que «quand la Direction Générale estime que la nature, portée ou entité des faits n'affectent en aucune façon les intérêts de l'Armée de l'Air, on pourra en réfrener la portée et dans ce cas l'Ordonnance du Travail correspondante s'appliquera à l'entreprise avec les normes de procédures et juridiction ordinaires». Par conséquent, la Juridiction est établie selon le critère d'une Directive Générale. Les mêmes motifs de licenciement subsistent effectivement, selon si les faits portent atteinte à l'intérêt de l'Armée de l'Air mais dans les effets juridictionnels cet intérêt disparaît... Le premier pas a eu lieu avec la «fonctionnarisation» des travailleur(euse)s. Leur «militarisation» sera autorisée seulement 1 an après.

Barricadas-mineras -jpg(Depuis Juin 2012. État espagnol) Grève Générale et Lutte des Mineurs

en Asturies, Léon et Galiza...

3. La Loi de Mobilisation Nationale

(1936. État espagnol) Grévistes de l'Usine El Alquila de Madrid

1936-huelguistas-de-la-empresa-el-aguila-en-madridLa Loi 56/69 du 26 avril de Mobili-sation Nationale établi 2 catégories inter-médiaires entre le personnel civil et militaire : le mobilisé et le militarisé. Toutes les mesures envisagées ici

sont non seulement déjà prévues pour la Défense du pays en cas de Guerre mais aussi pour des «situations exceptionnelles (Article 1) qui pourraient se prolonger pour un temps requis estimé nécessaire avec des fins d'instruction» (Article 7, paragraphe final).

(1936. État français) Grève Générale des Ouvrier(ère)s

pour la défense de ses Droits économiques et politiques

(1936.État français) Grève Générale des ouvrier(ère)sDe plus, ces mesures peuvent être prises par Décret du Gouvernement (Article 4) mais, une fois de plus, la pratique a été très différente comme le prouve le Décret 624/72 du 17 mars

   qui délègue la Militarisation au Ministre de la Marine, en accord avec le Ministère de la Gouvernance et de l'Industrie. La compétence baisse en degré dans l'échelle administrative : 3 Ministères entre eux pouvent décider de militariser une entreprise, en laissant «le personnel mobilisé et militarisé être assujetis au Code de Justice Militaire» (Article 18). Par personnel mobilisé, la Loi entend ce qui reste encadré au sein des Forces Armées, tandis que par Militarisé, il faut entendre, entre autres, «ce qui correspondant à des organismes ou des entreprises mobilisées ou militarisées de façon totale ou partielle».

(1909. État espagnol) Affrontement entre la Classe ouvrière

et les Forces de Répression de l'État espagnol

1909-enfrentamientos-entre-el-pueblo-y-las-fuerzas-del-estaLe travail de dissuation opéré par ces manoeuvres ressort face à certains conflits du travail. Un usage relativement fréquent a été fait de cette Loi (ou de la Menace Publique d'en faire usage), toujours en relation avec des conflits du travail, en constituant un puissant facteur d'intimidation contre l'exercice d'un Droit fondamental des travailleur(euse)s comme en : Juillet 1970 avec le Métro de Madrid, en Mars 1972 avec l'entreprise nationale BAZÁN, en janvier 1976 avec CORREOS; en janvier 1976 avec RENFE, en février 1976 : avec RENFE, la Police Municipale et les pompiers de Barcelone, en octobre 1976 avec les transports de Zaragoza, en décembre 1977 avec les transports de Madrid, en octobre 1978 avec l'entreprise Nationale d'Électricité, en mars 1979 avec l'Union Electrique des Canaries et le Métro de Barcelone, en Août 1979 avec CAMPSA...

(1931. État espagnol) Paysannes détenues

durant un affrontement avec la Guardia Civil

1931-campesinas-detenidas-durante-unas-protestasSelon Baylos Grau, cette Loi est une «technique qui tend à la supression des Grèves», en ajoutant que «Le choix de cette technique met en évidence la nécessité de l'intervention de l'Appareil

d'État dans un Système Capitaliste, l'exercice de la violence de la part de celui-ci pour maintenir le Système de Domination» (1). En réalité, il représente quelque chose de très important. Vicent Fisas dit qu'il s'agit «d'une des Lois les plus anachroniques et médiévales qui ait été inventée par l'Appareil Répressif de l'État» (2), où l'Article 11 impose les travaux forcés (interdits dans les Conventions 29 et 105 de l'OIT : Organisation Interationale du Travail) avec la substitution du salaire par un subside qui varie en fonction des charges familiales, l'imposition de l'obligation de réaliser des heures supplémentaires, l'absence au travail considérée comme un Délit de désertion (3), etc.

(1931. État espagnol) Grève de chômeur(euse)s en Aragon

1931-manifestacion-de-parados-en-aragon Comme le souligne Baylos : «La Militarisation implique l'intervention de l'Armée dans le maintien de la discipline militaire au sein de l'activité productive et de la Direction des ressources obtenues pour leur utilisation de la manière la plus efficace en vue d'atteindre les objectifs poursuivis de Défense du pays, en cas de Guerre ou d'Exception» (4).

(1936. État français) Grève des Mineurs et des Sidérurgistes

(1936-État français) greves des mineurs et des siderurgisQuant à la portée de cette Loi, Fisas écrit que « De façon préventive, l'entraînement d'entreprises déterminées est habituel pour les cas de Mobilisation » (5) au cours desquelles une carte est remise aux travailleur(euse)s avec un poste de travail et un degré militaire correspondant (6). L'Ordre du 7 juillet 1972 a planifié une classification des entreprises et de leurs effets de Mobilisation dont certaines ont obtenu le degré «d'entités essentielles». Cette compétence a été concédée au Service Central de Mobilisation pour qu'il puisse y procéder. Ce Service a répertorié pas moins de 6.000 entreprises qualifiées "d'essentielles" en cas de crise. Cette Loi est le fruit de décennies de Législation Militaire : un reflet du rôle des Militaires dans la vie politique et sociale du pays. Baylos en conclu que : «Par sa propre conformation politique, l'État espagnol à tendance à utiliser l'Armée comme une solution exclusive face aux problèmes que lui créent ses propres contradictions» (7).

(depuis Juin 2912. Asturies) Lutte des Mineurs-11(depuis Juin 2012) Grève Générale et Lutte des Mineurs en Asturies

4. Constitutionalité de la Loi

de Mobilisation Nationale
(1938. État français) Grève chez Citroën : l'ouvrière Rose Zehner

greve-chez-citroen-rose-zehner-1938-willy-ronisActuellement, la Grève apparaît comme un Droit fondamental ( Article 28.2 de la Constitution ) et, entre autres, comme nous l'avons exposé : la Loi de Mobilisation est «Un instrument spécialisé dans la suppression des Grèves» (8). En plus, selon l'Article 117.5, le Code Militaire doit s'en tenir au «domaine strictement militaire» et aux cas hypothétiques où se déclarerait l'État de Siège.

D'autre part, l'Article 55.1 autorise à suspendre le Droit de Grève uniquement en cas d'État d'Exception et de Siège ce pourquoi un Décret du Gouvernement serait Légalement invalide pour procéder à la Mobilisation des travailleur(euse)s.

Il semble donc suffisament clair que cette Loi a totalement cessé d'être en vigueur, après la promulgation de la Constitution de 1978. Cruz Villalón a rejeté catégoriquement le Plan Juridique permettant de procéder à la Mobilisation par Décret du fait d'être manifestement Anti-Constitutionnel (9). En effet, comme l'affirmait Baylos Grau : «Le Régime Politico-juridique implanté par la Militarisation suppose une exclusion constitutive de la relation du travail, en conformant un état juridique caractérisé par un service personnel obligatoire, de travail forcé non libre, soumis au Code de Justice Militaire» (10). Arroyo Zapatero s'est aussi prononcé dans des termes similaires (11).

(1936. État français) Grève avec Occupation d'usine par les ouvrier(ère)s

(2-12 juin 1936. État français) Grève d'Ocupation aux usMais il est facile de vérifier comment des normes différentes de rang très inférieur s'imposent comme étant au-dessus des Principes constitutionnels. Les mêmes Assemblées constituantes élaborent le Projet de Réforme de la Loi d'Ordre Public (12) où il était dit ouvertement que «Le fonctionnement régulier des services publics et des mécanismes économiques du Marché, le respect de la propriété publique et privée et la garantie sur les produits essentiels pour la vie humaine» sont un élément intégrant de l'Ordre Public.

1916-solidaridad-entre-trabajadores(1916. État espagnol) Solidarité dans la Classe ouvrière

Peu de normes juridiques comme celle de la Mobilisation Nationale de 1969 ont reçu un renfort législatif aussi frappant. Premièrement, ce fut la Loi Organique 6/80 de la Défense Nationale dont l'Article14.1 affirme : «Selon les termes établis par la Loi de Mobilisation Nationale : toutes les ressources humaines et matérielles et toutes les activités, quelles que soient leur nature, pourront être mobilisées par le Gouvernement pour satisfaire les nécessité de la Défense Nationale ainsi que celles abordées dans des circonstances exceptionnelles».

DIBUJO QUINONéanmoins, cet Article semble se référer à une nouvelle Loi de Mobilisation qui resterait encore à élaborer et non à celle de 1969. Mais ensuite ce fut le tour de la Loi Organique 9/80 qui a modifié l'Article 13.1 du Code de Justice Militaire dans les termes suivants : «Seront aussi considérés comme militaires : les civils se trouvant dans cette situation par disposition du Gouvernement lesquels sont mobilisés ou militarisés selon n'importe quelle sorte d'assimilation ou considération militaire effective ou honorifique». Plus tard, ce fut la Loi Organique 4/81 sur les États d'Urgence, d'Exception ou de Siège qui déclare expressément la Loi de Mobilisation en vigueur, en lui donnant un caractère supplétif. Finalement, le nouveau Code Pénal Militaire de 1985 affirme dans son Article 8.5 que les Militaires sont aussi ceux/celles qui «rendent service en étant mobilisés ou militarisés par décision du Gouvernement».

IL Y A UN FUTURIl n'est pas surprenant que Javier Galvez ne trouve pas de contradiction entre la Loi de Mobilisation et la Constitution et qu'il soutienne le fait que : «Le Droit de la Communauté à ne pas voir la prestation des services publics interrompue prévaut dans le Droit d'adopter des mesures de conflit collectif. Dans ce cas, les instruments de cette garantie pourront être les prévisions de Militarisation ou Réquisition avec le rétablissement de sanctions en cas de suspension volontaire de tels services» (13).

(Depuis Juin 2012. État espagnol) Répression contre la Lutte des Mineurs

(Depuis Juin 2012-Bembibre, Bierzo) Répression contre la LMais l'effort pour argumenter juridiquement la vigueur de la Loi de 1969 après la Constitution est resté vain. Les raisons sont politiques, elles font allusion à l'inertie du Passé : non seulement le développement législatif mais la pratique elle-même a démontré que la Loi de 1969 continue d'être en vigueur. Il suffit de consulter les Bulletins Officiels de l'État espagnol des 6 et 7 mars 1979 pour trouver 2 Décrets de militarisation relatifs aux collectifs de travailleur(euse)s lesquels dépendent désormais «des effets jurictionnels et de discipline du Capitaine Général de la Région Militaire correspondante» (Article 2). De plus, l'Article 4 autorise le Service de Mobilisation à procèder à «Une militarisation à caractère sélectif des personnes ou de groupes de personnes».

Toutes ces mesures ont été prises postérieurement à la promulgation de la Constitution de 1978. Cet Article 4 suivait une politique législative très significative : commencée en 1976, au moment de l'introduction de la notion «d'État d'Exception sélectif», il constitue un antécédent immédiat à la «suspension individuelle de garanties» de l'Article 55.2 de la Constitution.

 

5. Formes de militarisation des travailleur(euse)s

dans le Droit en vigueur

(Mai 1936. État français) Grève Générale à laquelle p

(Mai 1936. État français) Grève Générale de la Classe ouvrière

Par conséquent, la Mobilisation des travailleur(euse)s n'est pas seulement possible lors des États de Siège comme le soutient Cruz Villalón (15), sinon qu'elle être décretée dans 4 situations distinctes. Premièrement, elle peut être ordonnée de façon autonome, autrement dit, sans déclarer au préalable aucun État d'Urgence (16) car l'Article 1 lui-même différencie clairement les nécessités ordinaires de la Défense Nationale, des «Situations d'Exception». Et le paragraphe final de l'Article 7 dit textuellement : «L'exécution de toutes ces mesures ou d'une partie d'entre elles pourra avoir lieu non seulement dans le cas des situations prévues par le 1er Article sinon pour le temps indispensable requis quand celle-ci sera considéré nécessaire avec des fins d'instruction».

"Ils creusent les Ciments"

Dessin du Camarade "Arenas" du PCE(r)

réalisé en prison

Ils creusent les cimentsEt bien, la possibilité de Militariser les travailleur(euse)s semble possible par simple entraînement et préparation, afin de faire des manoeuvres et sans nécessité de l'existence préalable d'une suspension de garanties. Comme si tout ce qui a été argumenté jusqu'ici ne suffisait pas, cette première possibilité de Mobilisation autonome semble être corroborée dans l'Article 14.1 de la Loi Organique 6/80 de la Défense Nationale et dans l'Article 8.5 du Code Pénal Militaire. Cette interprétation nous paraît donc indiscutable.

De plus, la Militarisation est réalisable en déclarant un quelconque des États d'Alarme (ou d'Urgence), d'Exception et de Siège, étant donné que la Loi de 1969 est supplétive quant à la nouvelle norme en cette matière (Article 12.2) et ces États d'Urgence ont un caractère accumulatif. L'État d'Urgence se conçoit autant pour faire face aux calamités et catastrophes naturelles qu'à de graves conflits du travail qui donnent lieu à des pénuries ou des privations des services publics essentiels. Sous l'État d'Exception : toutes les mesures possibles peuvent être adoptées, propres et caractéristiques y compris celles prises sous l'État d'Urgence, en plus de celles qui lui sont propres et caractéristiques (Article 28).

(Juillet 2012. État espagnol) "Nous sommes tout(e)s des Mineurs"

Solidarité avec les Mineurs, manifestation à Barcelona

SOLIDARITE-Nous sommes tout(e)s des MineursDans l'État de Siège : toutes les mesures sont possibles, en plus d'autres qui lui sont caractéristiques (Article 22.2 de la Loi Organique 6/80 de la Défense Nationale et Article 32.3 de la Loi d'Alarme, d'Exception et de Siège). Le problème consiste à déterminer si malgré de telles facilités de Militarisation, toutes les conséquences juridiques de la Mobilisation sont en vigueur dont tout spécialement l'applicabilité du Droit Pénal Militaire ou s'il y a des dispositions singulières absolumment contraires à la Constitution. Dans le domaine substantif pénal : Arroyo Zapatero s'est manifesté contraire au fait de considérer la Grève comme un Délit de sédition militaire y compris en cas d'État de Siège (17); mais l'obstacle peut être facilement résolu en employant la technique des Factions Militaires : la Faction du Chef Militaire ordonne aux travailleur(euse)s la réintégration au travail; ainsi, le maintien de la Grève ne serait pas formellement un Délit de Sédition mais de Désobéissance à la Faction, un délit traité dans le Code Pénal Militaire de 1985. Les techniques sont interchangeables; le Régime juridique de l'Etat de Siège dépend de la Faction d'un Commandement Militaire dont le contenu reste difficilement précisable et il est naïf de penser que dans des situations critiques il pourrait s'ajuster aux limites juridiques ou qu'il soit contenu par les scrupules d'une Classe [La Classe bourgeoise au Pouvoir et protagoniste de ces Lois correspondant à ses intérêts propres].

"Le Mur" : dessin du Camarade Arenas du PCE(r)

réalisé en prison

Le MurLa possibilité de Militarisation autonome ou sans Déclaration d'Urgence initiale nous révèlerait de plus importantes précisions concrètes quant aux États d'Urgence et d'Exception actuels. Mais il convient de mettre en relief certaines circonstances. Dans l'État d'Urgence, tout(e)s les fonctionnaires et travailleur(euse)s au service des Administrations publiques «resteront sous les ordres directs de l'Autorité compétente quand cela sera nécessaire pour la protection des personnes, des biens et des lieux, en pouvant leur imposer des services extraordinaires par leur durée ou par leur nature» (Article 9.1 de la Loi Organique 4/81), de telle sorte que «L'inaccomplissement ou la Résistance aux Ordres de l'Autorité compétente en cas d'État d'Urgence sera sanctionné conformément aux dispositions dans les Lois» (Article 10.1). Finalemente, non seulement la suspension du Droit de Grève est autorisée sous État d'Exception (Article 23) mais aussi «L'Intervention au sein des industries» (Article 26.1) tout comme la Surveillance et la Protection des installations, des travaux, des services publics, des industries et exploitations jusqu'au point de pouvoir «placer des postes armés dans les lieux les plus appropriés» (Article 27).

(2012. État français) Bourse défendue par les Forces Répressives de l'État

Bourse de l'Etat françaisIl importe aussi de souligner que la reconnaissance du Droit de Grève dans la Constitution et dans son projet régulateur (Article1) est configuré comme un instrument dont disposent les travailleur(euse)s pour la défense de "leurs intérêts et il est facile d'en déduire que la seule Grève Constitutionnelle est celle qui défend des intérêts strictement de travail et syndicaux et que les autres qui contiennent une «intentionnalité politique» comme le disait le vieux Code Pénal tombent hors de ce cadre ainsi que celles qui ont pour objet «de subvertir l'Ordre Constitutionnel» (Article 8 du projet de Loi de Grève).

(1906. État français) Manifestation de la Classe ouvrièr(1906. État français) Bourse du Travail : Manifestation de la Classe Ouvrière

Cette interprétation repose sur l'Article 7 de la Constitution elle-même qui limite l'action syndicale des travailleur(euse)s «à la défense et la promotion des intérêts économiques et sociaux qui lui sont propres». Selon la Constitution, les travailleur(euse)s ne constituent pas une Classe avec des intérêts politiques définis, sinon une espèce de corporation professionnelle comparable aux architectes, notaires ou médecins.

L'activité politique semble réservée à la catégorie informe de «citoyen(ne)s» face à la Loi et dont le canal d'intervention politique seraient les Partis politiques et les Élections : pas les Grèves.

 

6. Les racines Totalitaires

de la Mobilisation Militaire

"Le Cri" : dessin du Camarade Arenas du PCE(r) réalisé en prison

Le CriToutes ces normes ont leur origine dans la théorie juridique propagée par les idéologues de «l'État Total» (18) rattachés clairement à Ernst Junger et Carl Schmitt, une théorie dérivée des conceptions géopolitiques sur «L'espace vital». Schmitt, par exemple, a marqué les expressions de Potentialité Militaire (expression de l'Article 4.2 de la Loi Organique 6/80 de la Défense Nationale) et de Mobilisation Totale. Il écrit ainsi : «La Société qui s'organise par elle-même en État est en train d'abandonner la forme de l'Etat neutre propre au 19° siècle pour se transformer en un État potentiellement Intégral» (19). L'État n'est ni distinct ni neutre face aux Classes sociales et aux Forces politiques. Il n'est pas séparé de la société, ni ouvert aux différents courants sociaux, sinon qu'au contraire : il est un État-Parti, un État-Classe nettement béligérant.

Ces conceptions propres au Fascisme de l'entre-deux Guerres Mondiales semblent redevenir pleinement en vigueur et assumées aujourd'hui par les États capitalistes qui veulent les faire passer pour des idées normales et banales (20). Plus que jamais, l'État est conçu pour et par la Guerre : il est préparé pour la Guerre qu'il ne considère pas comme une ouverture des hostilités sinon comme une période préalable à sa préparation. Il s'agit d'un État toujours vigilant parce qu'il a une vision existentielle du conflit : il y a toujours la Guerre en présence d'un ennemi et il y aura toujours un ennemi présent pour l'État contemporain.

"La Pillule" : dessin du Camarade Arenas du PCE(r) réalisé en prison

La pilluleCette situation de vigilance permanente fait qu'il finit par voir des ennemis de toute part. L'ennemi, ce n'est pas seulement un autre État, l'étranger, sinon qu'il existe aussi à l'intérieur. La Subversion est un chapitre de la Guerre et la Grève est un acte de Force quand il n'est pas aussi un acte de Guerre (21).

C'est dans ce climat, selon moi, qu'il faut situer le maintien de la Guardia Civil espagnole en tant que corps militaire dans les fonctions policières intérieures et par conséquent la considération du citoyen/ne non comme un sujet de Droit Constitutionnel sinon comme un Ennemi potentiel. D'autre part, les nouvelles technologies, le progrès scientifique ont transformé la façon de faire la Guerre; il n'y a plus uniquement des tranchées et des tirs mais toutes les énergies nationales doivent coopérer dans la «victoire» militaire. De telle sorte que «Tout doit être disponible et au service de l'Armée et, en retour, l'Armée doit disponible pour Tout» (22).

"L'ouvrier/ère soudeur inconnu/e"

Dessin du Camarade Arenas du PCE(r), réalisé en prison

L'ouvrier(ère) Soudeur inconnu(e)Mais il serait simpliste d'affirmer que tout doit être à la disposition des Généraux. En réalité, tout, y compris la population, doit se mettre sous leurs Ordres; C. J. Friedrich écrit que : «L'appareil béliqueux et technique actuel est absorbant, global, omniprésent et il exige la participation de tous et chacun d'entre nous dans la lutte» (23). En cas contraire, le potentiel militaire se verrait diminué et réduit, il ne serait pas à 100% de ses possibilités, toutes les énergies possibles ne seraient pas utilisées.

Cela signifie aussi que tou(te)s doivent participer dans la Lutte Antisubversive, dans la «Défense Civile» (24), dans la lutte contre «l'Ennemi Intérieur». Tou(te)s doivent collaborer et, en plus, afin de gagner en efficacité, on doit se mettre d'accord (au consensus) au nom des «Intérêts supérieurs de la Nation» qui, logiquement, sont au-dessus des intérêts et par conséquent des Droits individuels (25). Son reflet juridique le plus clair est l'Article 2 de la Loi organique 6/80 de la Défense Nationale qui dit : «La Défense Nationale c'est la disposition, l'intégration et l'action coordonnées de toutes les énergies, forces morales et matérielles de la Nation, face à toute forme d'agression : étant entendu que tout les espagnols doivent participer à l'accomplissement de cet objectif. Son but est de garantir de façon permanente : l'Unité, la Souveraineté et l'Indépendance de l'Espagne, son intégrité territoriale et l'Ordonnance Constitutionnelle en protégeant la vie et les intérêts de la Patrie dans le cadre de ce qui est stipulé dans l'Article 97 de la Constitution».

Lutte des MineursIl s'agit de la définition parfaite d'un «État Total» déjà exposée très clairement en 1930 par Aunos en vantant les nouvelles normes juridiques qui commençaient à se diffuser alors en Europe lesquelles «montrent de façon éloquente comment le Ministère du Travail est le collaborateur du Ministère de la Défense Nationale dans un ample sens constructif et comment les Lois sociales disciplinent et affirment le Devoir des masses productives en les faisant devenir les Défenses de base du Pays» (26). De même, en pleine fonction de Ministre Franquiste, Girón l'a exposé : «Le travailleur est un Soldat de la Patrie, avec toute la discipline implacable mais avec toute la Gloire de l'être». Ce sont des exemples significatifs de l'incorporation de normes exceptionnelles à l'Ordonnance Juridique commune procurant la possibilité de procéder à la Militarisation des personnes, sans nécessité de déclarer par Décret : l'État de Siège ou l'État de Guerre.

NOTES:

(1)“La militarización de los servicios públicos” (La militarisation des services publics), El Cárabo N°2, septembre-octobre 1976.

(2) "Le Pouvoir militaire en Espagne", Laia, Barcelona, 1979, p.134.

(3) "Vid. un ejemplo en Fuertes: Consejo de Guerra a seis trabajadores" (Vid, un exemple à Fuertes : Conseil de Guerre à 6 travailleurs), Gaceta de Derecho Social N°21, février 1973, p.8.

(4) "La militarización" (La militarisation), El Cárabo, p.28.

(5) "El poder militar en España" (Le Pouvoir militaire en Espagne), Laia, Barcelona, p.139.

(6) Voir l'exemple dans le texte de C. García Valdés : “M de movilización” (M de mobilisation), Gaceta de Derecho social N°27, août 1973. p.12; mais le commentaire de l'auteur face à l'évènement ne répond pas à la Législation en vigueur : «Dans tout les cas» -dit García Valdés- «le plus important pour nous c'est de nous hâter à mettre en avant le fait que la mesure ne doit pas affecter -en pure théorie juridique- les intérêts du travail des travailleurs, lesquels ne doivent pas penser que ceux-ci seront entravés dans leurs justes revendications de travail». Il veut y compris justifier la Militarisation pour que les entreprises effectuent des «services spéciaux» dans des cas tels que les incendies, explosions, inondations et altérations publiques. Non content de soutenir une pareille thèse, García Valdés continue à jouer la même carte en soutenant que «Dans ce cas-là, tout cela n'a rien à voir avec l'activité travailleuse, sa juridiction propre -non Militaire, naturellement- de situations conflictuelles et de berceaux de Protestations». Evidemment, l'auteur ne connaissait pas la Loi à laquelle il se référait...

(7) "La militarización" (La militarisation), El Cárabo, p.34.

(8) Baylos Grau : "Derecho de huelga y servicios esenciales para la comunidad" (Droit de Grève et services essentiels pour la communauté), Tecnos, Madrid, 1987, p.204.

(9) "Estados excepcionales y suspensión de garantías" (États exceptionnels et suspension de garanties), Tecnos, Madrid, 1984, p.79.

(10) "Derecho de huelga" (Droit de Grève), p.204.

(11) “Responsabilidad penal en la huelga y el cierre patronal. Comentarios a la legislación penal" (Responsabilité pénale dans la Grève et la fermeture patronnale. Commentaires à la Législation Pénale), Edersa, Madrid, 1983, Tome N°11, p.230 et ss.

(12) "Diario de Sesiones de las Cortes" (Journal des Sessions des Cortes), 1er février 1978, p.972 et ss.

(13) "Con Garrido Falla, Serrano Alberca y otros: Comentarios a la Constitución" (Avec Garrido Falla, Serrano Alberca et d'autres : Commentaires sur la Constitution), Civitas, Madrid, 1980, p.465.

(14) Fraga Iribarne, lequel n'est pas étranger à la Loi de 1969, s'est montré en faveur de faire du Service Militaire «Un secteur de base d'une idée plus générale du Service Social», aussi bien dans les moments de Paix que de Guerre, en introduisant ouvertement le concept de Mobilisation Générale sélective. "Un objetivo nacional" (Un objectif national), Dirosa, Barcelona, 1975, p.153.

(15) “La protección extraordinaria del Estado”(La protection extraordinaire de l'État), avec García de Enterría, Predieri et d'autres : "La Constitución española de 1978" (La Constitution espagnole de 1978), Civitas, Madrid, 1981, p.693-694.

(16) Contre cette thèse, Baylos Grau : "El derecho de huelga" (Le Droit de Grève), p.206.

(17) Op. cit., p.232.

(18) De cette notion dérive la "Guerre Totale" qui implique en son sein tout les citoyen(ne)s et dans laquelle, par conséquent, disparaissent les frontières entre le Civil et le Militaire; vid. M. y A. Mattelart : "Comunicación e ideologías de la seguridad" (Communication et idéologies de la Sécurité), Anagrama, Barcelona, 1978, p.52-53.

(19) "La defensa de la constitución" (La défense de la Constitution), Labor, Barcelona, 1931, p.100.

(20) Ce sont les mêmes idées exposées par Díez-Alegria qui soutien lui aussi que la Guerre est Totale : "Ejército y sociedad" (Armée et Société), Alianza, Madrid, 2ª Ed., 1973, p.65.

(21) Robert Moss la considère ainsi et en plus, pour lui, c'est toujours le plus Puissant qui gagne la Guerre et non pas celui/celle qui a le plus de Droits : "El colapso de la democracia" (La chute de la démocratie), Cosmos, Madrid, 1977, p.104).

(22) Díez-Alegría, ob. cit., p. 44.

(23) "Gobierno constitucional y democracia" (Gouvernement constitutionnel et démocratie), Instituto de Estudios Políticos, Madrid, 1975, Tome N°11, p.585.

(24) «De plus, la Guerre Moderne ne peut pas se contenter d'un sens si restreint de la contribution que doivent donner les habitants d'un pays quand celui est attaqué. Celui-ci doit se mobiliser entièrement pour orienter d'une façon sûre et convenable les activités de ceux qui y résident et dont le concours général est tellement impératif qu'aucune sorte d'exception n'est admise.» V. Suances : "La seguridad nacional y los servicios informativos" (La Sécurité Nationale et les Services Informatifs), Lima, 1950, p.105.

(à suivre, publication de la partie 4/4, ces jours-ci...)

(depuis Juin 2012) Lutte des Mineurs-2(Depuis Juin 2012. État espagnol) Grève Générale

et Lutte des Mineurs en Asturies, Léon et Galiza

 

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 01:45

Lutte des mineurs-8

(Depuis Juin 2012...) Lutte des Mineurs

dans l'État  espagnol : Asturies, Leon, Galiza...

L'UNIQUE POÈME

DE LÉNINE

LENINE-1En Mai 1973, la Revue "CRISIS" publie pour la 1ère fois, en castillan, le texte complet de l'unique poème écrit par LÉNINE. La traduction est de Waldo Rojas lequel a utilisé la version française de Grégoire Alexinsky. Ce texte ne figure pas dans les Oeuvres Complètes de LÉNINE. Le poème a été écrit au cours du printemps 1907, année durant laquelle son auteur à vécu à Selvista, un petit village de Finlande. Là, il a pu se reposer après une année et demie d'intense activité politique presque toujours en clandestinité. Durant son séjour dans la petite localité finlandaise, il a maintenu de longues discussions sur la littérature révolutionnaire et la création poétique avec "Piotr Al", un alias utilisé par Grégoire Alexinsky, membre du Parti social-démocrate russe, député de Pétersburg à la Douma. Pour illustrer ces discussions, LÉNINE a écrit ce poème en 3 jours. Le travail que nous présentons aurait du être publié dans la revue "Ginebra Raduga" (Arc en ciel) dirigée par "Piotr Al" mais la publication a cessé de paraître avant d'inclure dans ses pages ce poème signé par "Un Russe"...

 

TUMULTUEUSE CETTE ANNÉE-LÀ.

LES OURAGANS LA SURVOLAIENT.

(Printemps 1907. Vladimir I. LÉNINE)

 

Le pays entier. Les gros nuages se déchaînaient,

La tempête se précipitait sur nous avec la grêle et le tonnerre.

Des blessures s'ouvraient

dans les champs et les petits villages sous les coups de fouet terrestres.

La foudre volait en éclat, les éclairs redoublaient de violence.

La chaleur brûlait sans pitié, les poitrines étaient opprimées

et le reflet des incendies éclairait

les ténèbres muettes des nuits sans étoiles.

Enfants ouvriers dans la Mine de La Union(date inconnue. État espagnol) Mine de La Union

 

Bouleversés, les éléments et les humains,

les coeurs opprimés par une inquiétude obscure

les poitrines haletaient dans l'angoisse,

sèches, les bouches se fermaient.

Des martyr(e)s par milliers sont mort(e)s dans les tempêtes sanglantes.

Mais il(elle)s n'ont pas souffert en vain avec leur couronne d'épines.

Dans le Règne du Mensonge et des ténèbres, parmi les esclaves hypocrites,

ceux/celles-là sont passé(e)s comme les torches de l'Avenir.

Avec un trait de Feu, avec un trait indélébile,

il(elle)s ont gravé devant nous : la Vie du Martyr/e

et dans la carte de la Vie, il(elle)s ont imprimé le sceau de l'Opprobe.

Les usines-bastions des bolchéviques(1917. URSS) Réunion d'ouvrier(ère)s bolchéviques dans une usine

 

Sous le joug de l'Esclavage et de la Honte des chaînes

le froid redoublait.

Les heures s'éteignent et elles tombent

prises par le vent, elles tourbillonnent dans une danse macabre.

Vient l'Automne gris et putride,

larmoyant de pluie, enseveli de boue noire.

 

Et pour les Humains, la Vie est devenue détestable et opaque.

Vie et Mort leur furent également insupportables,

la colère et l'angoisse les encerclaient sans trêve.

Leurs coeurs froids, vides et obscurs comme leur foyers.

Et bientôt, le Printemps !

Un Printemps en plein automne putréfié,

Le Printemps Rouge est descendu sur nous, beau et lumineux,

comme un présent des cieux au pays triste et misérable,

comme un messager de la Vie.

(14.03.1906-Etat français) catastrophes de Courrières Mi(10 mars 1906. État français) Catastrophe de la Mine Courrières : 1.099 Mineurs morts officiellement. La Lutte menée par les survivant(e)s et l'ensemble de la Classe ouvrière réussira à obtenir l'instauration du repos hebdomadaire...


Une aurore écarlate comme un matin de Mai

s'est levé dans le ciel terni et triste.

Le soleil rouge, scintillant, avec l'épée de ses rayons

a perforé les nuages et le linceul de la brume s'est effondré.

 

 

Comme le feu d'un phare dans l'abîme du Monde,

comme la flamme du sacrifice sur l'autel de la nature,

incendié pour l'éternité par une main inconnue,

il a apporté la Lumière aux peuples endormis.

 

Des Roses Rouges sont nées du sang ardent,

des fleurs de pourpre se sont ouvertes,

et sur les tombes oubliées

des couronnes de Gloire ont été tressées.

(1906-Etat français) Grève des Mineurs du Pas de Calais(1906. État français) Grève des Mineurs du Pas de Calais

Suivant l'Assaut de la Liberté,

et en brandissant le Drapeau Rouge,

une multitude semblables à des fleuves s'écoulait,

comme le Réveil des eaux avec le Printemps.

 

Les Étendards Rouges palpitaient dans le cortège,

l'Hymne sacré de la Liberté s'est élevé

et le peuple a chanté avec des larmes d'Amour

une marche funèbre pour ses Martyr(e)s.

 

C'était un peuple heureux,

son coeur débordait d'espérances et de rêves,

tou(te)s croyaient dans la Liberté à venir,

tou(te)s, depuis le/la plus ancien/ne jusqu'à l'adolescent/e.

 

Mais le Réveil suit toujours le rêve,

la Réalité n'a pas de pitié,

et après la béatitude des rêveries et l'ébriété

vient l'amère déception.

Révolution Russe de 1905-Le Dimanche Sanglant(1905. Russie) Le dimanche sanglant ou "Dimanche Rouge"

Manifestation d'ouvrier(ère)s violemment réprimée par l'Armée du Tsar.

Les Forces des Ténèbres s'accroupissent dans l'ombre

en rampant et sifflant dans la poussière.

Elles attendaient.

Et soudain, elles plongent leurs dents et leurs couteaux

dans les dos et les talons des Valeureux/euses.

 

Les ennemi(e)s du Peuple avec leurs bouches sales,

buvaient le sang chaud et pur

quand les Ami(e)s innocent(e)s de la Liberté

épuisé(e)s par de pénibles marches,

ont été pris(e)s par surprise, somnolant(e)s et désarmé(e)s.

 

Les jours de Lumière se sont estompés,

une série interminable de jours noirs les ont remplacés.

La Lumière de la Liberté et du Soleil se sont éteintes.

Un regard de serpent guette dans les Ténèbres.

(1905. St-Petersbourg, Russie) Le Dimanche sanglant(1905. Russie) Le dimanche sanglant ou "Dimanche Rouge"

Manifestation d'ouvrier(ère)s violemment réprimée par l'Armée du Tsar.


Les assassins crapuleux/euses, les Pogroms, la boue des dénonciations,

sont proclamés comme des actes de patriotisme,

et le Sombre Troupeau se réjouit

avec un cynisme sans limite.

 

Éclaboussé du sang des victimes de la Vengeance

mortes d'un Coup perfide

sans raison ni pitié

des victimes connues et inconnues.

 

Au milieu de vapeurs d'alcool, maudissant, montrant le poing

avec des bouteilles de vodka dans les mains : des multitudes de pourri(e)s.

 

Il(elle)s courent, comme des troupeaux de bêtes,

en faisant sonner les monnaies de la Trahison,

et il(elle)s dansent une danse des Pourri(e)s.

Catastrophe de Courrières - Découverte de victimes dans u(10 mars 1906. État français) Catastrophe de la Mine Courrières : 1.099 Mineurs morts officiellement. La Lutte menée par les survivant(e)s et l'ensemble de la Classe ouvrière réussira à obtenir l'instauration du repos hebdomadaire...


Mais Yemelia, le pauvre idiot,

que les bombes ont rendu plus fou et peureux, tremble comme un petit rat,

et sur son veston il met avec aplomb

l'insigne des 100 Sombres Troupeaux.

 

Le rire lugubre des hiboux et des chouettes

résonnent dans l'obscurité des nuits,

annonçant la Mort de la Liberté et de la Joie,

et un Hiver cruel avec la neige agitée

arrive du règne des glaces éternelles.

 

Avec ses neiges denses, semblables à un linceul blanc,

l'Hiver est revenu au grand pays.

Attachant le Printemps avec des chaînes de glace,

le Froid-Bourreau a été donné pour Mort avant son heure.

Avec des tâches de boue, par ici et par là, apparaissent

les petites îles noires des misérables petits villages ensevelis sous les neiges.

Lámina Por el cambio, ley de fugas Pour le "Changement" (Constitution de 1978) : Loi d'Évasion

Dessin du Camarade "VARGAS" du PCE(r)

mort par Extermination lente en "liberté" conditionnelle

après plus de 20 ans d'Isolement dans les prisons de l'État espagnol Fasciste


La Faim côtoie la Misère et le Froid pâlit

partout on s'abrite dans les demeures puantes.

Au travers de la plaine de neige sans fin,

au travers des steppes, sans mesure ni limite,

où en Été, le vent ardent apporte avec lui une chaleur torride,

de funestes bourrasques de neige vont et viennent comme de blancs rapaces.

La tempête hurle comme une bête sauvage au pelage emmêlé,

en se précipitant sur tout ce qui conserve une goutte de vie,

Et vole, avec fracas, comme un terrible serpent ailé,

Pour effacer de la face de la Terre tout signe de Vie.

 

La tempête fait fléchir les arbres, elle brise les bosquets,

Elle accumule la neige dans les montagnes gelées.

Les animaux se sont abrités dans leurs tanière.

Les sentiers ont disparu et le/la voyageur/euse est englouti/e sans laisser de trace.

Des Nazis assassinent Volodia Scherbatsevich et M. Bruskina(26 octobre 1941. Minsk, Biélorussie) Assassinat par les Nazis

de 2 communistes : les Camarades Maria "Masha" BRUSKINA

et Volodia SHCHERBATSEVICH

 

De maigres loup(ve)s accourent, affamé(e)s

et il(elle)s errent sur les pas de la Tempête,

féroces, il(elle)s s'arrachent la prise les un(e)s aux autres,

en hurlant à la Lune et tout ce qui vit tremble de Terreur.

 

La chouette rit, "l'esprit" du bois sauvage frappe des mains.

Saouls, les Sombres Démon(e)s tournent en tourbillon

et il(elle)s font claquer leurs lèvres avides : en sentant une grande Tuerie

et il(elle)s attendent le signal sanguinolent.

Le gel couvre tout, c'est la Mort de toutes parts, tout est rigide.

Toute Vie semble avoir disparue,

le monde entier est une fosse commune, une fosse unique.

Pas même l'ombre de la Vie libre et lumineuse.

Execution à Verdun lors des mutineries(1914-1918. 1ère Guerre Mondiale Impérialiste) Assassinats-Exécutions  

de mutins (des membres de la Classe ouvrière envoyé(e)s

comme chair à canon sur le Front)

par l'Armée de l'État français Impérialiste à Verdun

lors des mutineries de 1917 contre la Guerre

 

Mais il est encore trop tôt pour que la Nuit triomphe sur le Jour,

pour que la Tombe célèbre sa fête de Victoire sur la Vie...

Sous les cendres couve encore l'étincelle.

L'Étincelle que la Vie réanimera avec son Souffle.

 

La fleur de la Liberté brisée et déshonorée

a été foulée du pied et elle est Morte pour Toujours.

Les Sombres Troupeaux se réjouissent en voyant à terre le Monde de la Lumière,

mais dans la terre natale, le Fruit de cette fleur attend déjà dans le sous-sol.

 

Dans les entrailles de la Mère : le grain miraculeux

mystérieux se conserve invisible.

Il doit être alimenté par la Terre, il se réanimera dans la terre,

pour renaître à une nouvelle Vie.

(1911-USA) jeunes ouvriers dans les Mines(1911. USA) Mineurs

 

Le germe ardent de la nouvelle Liberté se lèvera,

il fera fondre l'écorce de glace, il la fera éclater,

il grandira et -Arbre gigantesque- il illuminera le monde avec son feuillage Rouge,

le monde entier surgira à sa Lumière et sous son nom il rassemblera tout les Peuples.

Aux armes, frères et soeurs ! Le bonheur est proche ! Courage ! Au combat ! En avant !

Réveillez vos esprits ! Expulsez de vos coeurs la Peur lâche et servile !

Resserrez vos rangs ! Tou(te)s uni(e)s contre les Tyrans et les Maîtres!

Le sort de la Victoire est entre vos puissantes mains de travailleur(euse)s !

Courage ! Le temps des malheurs passera vite !

Levez-vous ensemble comme une seule personne contre les Oppresseur(e)s de la Liberté !

Le Printemps arrivera... il se rapproche... il est déjà là.

La Liberté Rouge, tellement belle, chemine jusqu'à nous !

(19°Siècle-Etat français) enfants ouvriers mineurs

 (date inconnue. État français) Mineurs

Autocratie

Nationalisme

Orthodoxie

Tout cela a déjà démontré irréfutablement ses "hautes" vertus :

en leur nom on nous frappe, on nous frappe, on nous frappe,

jusqu'au sang lui-même.

On punissait les Moujiks,

on leur cassait les dents,

on enterrait les Humains dans les prisons, enchaîné(e)s

on saccageait, on assassinait,

pour notre Bien, selon la Loi,

pour la Gloire du Tsar et la Santé de l'Empire,

les serviteur(e)s du Tsar donnaient à boire aux bourreaux,

avec la vodka de l'État et le sang du Peuple

ses soldats offraient à leurs rapaces des corbeaux.

 

On donnait à boire aux exécuteur(trice)s des Hauts Ordres

on alimentait ses corbeaux avec des rapaces

avec les cadavres encore tièdes de leurs esclaves rebelles

et avec les cadavres dociles de leurs esclaves les plus fidèles.

 

Avec une oraison ardente, les serviteur(e)s du christ

offraient de l'eau bénite à une Forêt de Potences.

(1905 ou 1906) greve des mineurs et métallurgistes à Saul(1905 ou 1906, État français) Grève des Mineurs

dans le Bassin Minier de Longwy

 

Hourra ! Vive notre Tsar !

Avec leur noeud coulant bien saucissonné et mieux béni !

Vive le sbire du Tsar !

Avec son fouet, son sabre et son fusil !

Soldats, noyez vos remords

dans un petit verre de vodka !

Tirez, valeureux, sur les enfants et les femmes !

Tuez le plus grand nombre possible de vos frères et soeurs pour divertir le Puissant.

Et si ton propre père tombe sous tes balles,

qu'il se noie dans son sang, rejeté par ma main de Caïn !

Abruti/e par la vodka du Tsar,

tue ta propre mère, sans pitié !

Qui crains-tu ?

Pas les japonais que tu as devant toi.

Tu ne crains que tes proches, ta propre famille,

et ils sont totalement désarmés.

 

On te donne un Ordre, valet/servante du Tsar.

Sois comment avant une bête de charge, un/e esclave éternel/le,

sèche tes larmes avec ta manche

et frappe le sol avec ton front !

 

Oh, Peuple, fidèle, heureux Bien-aimé du Tsar jusqu'à la Mort,

supportes tout et obéit jusqu'à la Mort...

Et Feu ! Fouet ! Coups !

Dieu : il protège le peuple,

Puissant, majestueux !

(Révolution Russe) Destruction de la statue du Tsar

 (1917. St Petersbourg) Destruction de la statue du Tsar

par la Révolution Bolchévique

(Révolution Russe) Le Tsar tombé à terreQue notre Peuple règne, en faisant suer de Peur les Tsars !

 

Avec ses troupes sans Gloire

notre Tsar est déchaîné,

avec sa Meute de serviteurs/servantes méprisé(e)s

ses laquais font la fête

sans laver le sang de leurs mains.

Dieu : protège le Peuple

durant les Sombres jours !

Et toi : Peuple, protège le Drapeau Rouge !

 

Oppression sans limite !

Coups de la Police !

Tribunaux de sentences subites

comme les salves des mitraillettes !

Châtiments et exécutions par fusillades,

horribles Fôrets de Pendu(e)s

pour châtier vos rébellions !

 

Les prisons débordent,

les déporté(e)s souffrent infiniment,

les salves déchirent la nuit,

les charognards se sont rassasiés.

La douleur et la souffrance

s'étendent sur le pays natal.

Pas une famille loin de la souffrance !

Bolchévisme-Garde Rouge-La Classe ouvrière armée(1917. URSS) L'armée Rouge : la Classe ouvrière armée

 

Trinque avec tes bourreaux,

Despote, ton banquet est sanglant,

dévore, Vampire, la chair du Peuple,

avec tes chien(ne)s insatiables !

 

Sème, Despote, le Feu !

Monstre, boit notre sang !

Lève-toi, Liberté !

Flamboie, Drapeau Rouge !

 

Vengez-vous, châtiez,

torturez-nous une dernière fois !

L'heure du châtiment est proche !

Le Tribunal arrive. Sachez-le !

 

Pour la Liberté

Nous irons à la Mort, à la Mort,

nous prendrons le Pouvoir et la Liberté,

et la Terre sera au Peuple !

(Oct1934) Asturies-9

 (1934. Insurrection des Asturies, État espagnol) Mineurs


Dans le combat inégal

des victimes sans nombre sont tombé(e)s !

Pour le travail libre,

leurs regards flamboient de menaces.

Sonne jusqu'au ciel

éternel carillon du travail !

Frappe, Marteau, frappe pour Toujours.

Pan ! Pan ! Pan !

Marchez, marchez, paysan(ne)s !

Vous ne pouvez pas vivre sans la terre.

Vous écrasez les seigneurs,

ils vont encore vous opprimer longtemps ?

 

Marchez, marchez, étudiant(e)s !

Beaucoup d'entre vous seront fauché(e)s dans la Lutte.

Des Rubans Rouges envelopperont

les cercueils de ceux/celles qui seront tombé(e)s.

Marchez, marchez, les affamé(e)s !

Marchez les opprimé(e)s ! Marchez, les humilié(e)s,

vers la Vie Libre !

(Oct 1934-Asturies) manifestation ouvrière à Mieres(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

Manifestation ouvrière à Mières

 

Le Joug des Bêtes régnantes

c'est notre Honte.

Expulsons les rats de leurs terriers !

Au Combat, Prolétaire !

À bas tout les maux !

À bas le Tsar et son Trône !

L'Aurore de la Liberté étoilée brille déjà

et répand sa flamme.

 

(1934-Asturies) SRILes rayons de la Félicité et de la Vérité

apparaissent face aux yeux du Peuple.

Le Soleil de la Liberté

nous illuminera au travers des nuages.

 

La pourriture du Tsar,

"Sous les pattes des chevaux avec eux !"

dira la puissante voix du glas au Troupeau

glorifiant la Liberté.

Détruisons les voûtes des prisons.

La Juste Colère rugit,

le Drapeau de la Libération

conduit nos Combattant(e)s.

 

Torture, Okhrana*, 

(*Police politique secrète du Tsar)

fouet, Supplice, à bas !

Enlève tes chaînes, Combat d'Humains libres !

Mort aux Tyrans !

 

Extirpons à la racine

le Pouvoir de l'Autocratie.

Mourir pour la Liberté est un Honneur.

Vivre avec les chaînes, une Honte !

Mettons à terre l'Esclavage,

la Honte de la Servitude.

Oh, Liberté, donne la Terre et l'Indépendance !

1919 Erster Kongress der Komintern in Moskau

 

SOLIDARITÉ ACTIVE

AVEC LES MINEURS EN LUTTE

28-Manuel ARANGO RIEGO-militant du PCE(r)Lettre de Manuel Arango Riego

Prisonnier politique du PCE(r)

"(Prison de Zuera. Juin 2012) Cher(ère)s compagne(on)s : depuis cette nouvelle prison où ils m'ont conduit, notre soutien aux Luttes ouvrières et populaires continue. Nous, les communistes, sommes toujours coude à coude avec notre Classe.

Il n'y a pas de Trêve contre l'État Fasciste.

Il n'y a pas de Trêve contre l'Exploitation capitaliste.

Il n'y a pas de Trêve contre l'Impérialisme espagnol.

Recevez un fort Salut Révolutionnaire."

 

LE TEMPS DES DÉBUTANT(E)S

(1987) Extrait de l'ouvrage

"Dedans et Dehors : Résistance"

Textes et dessins réalisés par

le Collectif des prisonnier(ère)s politiques

du PCE(r), des GRAPO et du SRI

dans la prison de Soria (État espagnol)

(Depuis Juin 2012, État espagnol)

Grève et Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, Galiza...

(2012) Lutte des Mineurs en Asturies(Suite de 1/4) Jusqu'à ce qu'ils nous prennent par surprise, l'activité dans les rues était devenue fébrile. Les buvettes commencèrent à souffrir de l'assaut des femmes qui y allaient sur la défensive, opportunistes avec leur petits livrets bourrés de dettes et leurs grands sacs de toile et chaudrons faits de boîtes de conserves. Elles avaient bon espoir que les cantinier(ère)s se mettent du côté du peuple.

(date inconnue, État français) Mineurs

Enfant mineurDes rumeurs provenant de manoeuvres éloignées des baraquements, procuraient des nouvelles de croisements de coups avec les freins des wagons; transformés en une arme universelle, ces petits pieux taillés dans le chêne, durs comme le métal, étaient la nitrogène des surveillants. Ou bien, les nouvelles parlaient des rassemblements de Mineurs pleins de haine face aux lampisteries. Au cours de ces 1ers moments, quelqu'un a entendu des tirs éloignés du village qui ont dû sonner comme un coup de fouet dans la voûte céleste du bassin minier sans recevoir la réponse des regrettés signaux habituels.

Mon père racontait à la maison les 1ers affrontements à une heure à laquelle durant des années j'étais en train de travailler. Tout est devenu différent, il allait jusqu'à affuter les couteaux d'une façon spéciale dans les concavités lisses des vases en verre.

(URSS. Affiche soviétique, Mineurs.

"La dette du charbon doit être payée à notre pays")

(1930-URSS) Mineurs soviétiquesTout donnait la sensation d'avoir souffert d'une altération; jusqu'à la cuisine me semblait être une autre cuisine et la faim brûlait encore plus de Faim et plus rapidement pour nous ennuyer quand le froid arrivait. Ce mois-là, ma mère a dû employer toute sa force persuasive face au cantinier; c'est pourquoi, selon ce qu'ils disaient à la maison : le mieux c'était d'y aller la tête bien haute et en attaquant, ainsi, cela impressionnait. Et dans tout les cas, il faudrait attirer son attention et lui rappeller quand il a commencé avec 4 bouteilles au-dessus de 2 tableaux et les rares fois où on lui a signalé qu'il nous escroquait sur les litres et les kilos. Le transformateur des tibias croisés devint un centre occasionnel et singulier de quelques réunions clandestines, parmi ce murmure ronronnant de l'énergie électrique. Durant les 1ères réunions, le bruit était considérable, on jurait plus qu'on planifiait; chacun/e voulait régler ses propres comptes avec ceux/celles qu'il/elle haïssait parce que son heure était venue.

(1935. URSS) Le Mineur du Donbass :

Stakhanov et toute son équipe de Mineurs.

(1935-URSS) Le mineur du Donbass stakhanov et ses camaradesLes mort(e)s qu'on nous avait fait durant la Guerre et à des époques postérieures sortaient dans les réunions en clamant la vengeance dans les gorges de leurs parents. L'euphorie se notait dedans tandis que nous, les gamin(e)s, étions dehors, exalté(e)s de rendre public entre nous les conquêtes immédiates et concrètes lesquelles la plupart des fois ne l'avaient été que dans nos têtes mêlées à des maisons comme celles des contremaîtres, des pantalons bleus et chocolats, des ambulances extrêmement rapides...

Et pendant ce temps-là, qu'aurions-nous pu faire d'autre ? Pour l'instant, ne plus monter aux arbres ni se rouler dans les prairies avec l'exigence d'une extrême austérité. Aussi, nous vendions les coupons que nous donnait le curé chaque dimanche pour aller à ses sermons de 16 heures; ce curé ivrogne et maintenant coureur de jupons, toujours aigre et tueur durant la Guerre qui avec le baratin de ses coupons nous attirait à l'église. Avec ses coupons, pas moins de 40 à cause de son interminable quarantaine de sermons, nous pourrions voir un jour «La mer des plages» et revenir chargé(e)s de grands coquillages marins. Ceux/celles du 4ème barraquement, nous ne verrions pas la mer avant pas mal d'années, jamais personne n'est parvenu à réunir 40 coupons...

(date inconnue, État français)

Jeune Mineur ("caffu") après sa journée de travail

Jeune Mineur (caffu) après sa journée de travailLes Mineurs dans le transformateur. Nous au-dessus du siphon d'eau, en forme de réplique on faisait recours à tout un vaste répertoire de jurons divins et humains que nous avions appris depuis très petit(e)s. Jurer nous donnait de la force et de l'âge. On s'asseyait là, on parvenait à déduire plus ou moins le sens des conversations : elles tiraient sur pas mal de cantinier(ère)s comme si c'était une espèce de tribut porté sur eux/elles. On rompait les dos de Mineurs haletants par l'effort et on passait ensuite à la buvette des boules d'anis pour étancher sa soif.

Nous regardions depuis très longtemps les Guardias Civils de travers, depuis que la grand-mère, le mineur illustre et le banni nous instruisaient avec leurs explications; depuis qu'il(elle)s nous avaient parlé, par exemple, des «vestes», un euphémisme protecteur utilisé par le peuple pour désigner les coups et les tortures dans la caserne du crassier dominant.

«Un village avec une caserne de la Guardia Civil c'est comme ne pas avoir de village», nous assuraient-il(elle)s, «On ne peut pas se fier à eux, ils sont comme de la fausse monnaie dans les poches».

(1905-Etat français) greve du bassin de Longwy soupe commu(1905, État français) Soupes Communistes.

Grèves des Mineurs Bassin Minier de Longwy.

Bientôt, les Guardias Civils sont arrivés dans les baraquements et pour les mettre sur une fausse piste, les Mineurs du transformateur se sont assis sur les perrons des baraques en parlant des choses les plus banales, des abattages, de truites et de femmes. Ils sont venus avec les "naranjeros", ces mitraillettes à long canon plein d'une grande quantité de trou réfrigérants par lesquels nous, les gamin(e)s, pensions que devaient en sortir des balles en éventail comme s'il s'agissait d'une pompe à eau.

(1989. Russie et Ukraine dans une "URSS"

rongée depuis 1956 par le Réformisme et le Capitalisme)

Grève des Mineurs du Bassin Minier du Donbass

(1989-URSS) Grève des Mineurs du Kouzbass-2Cela faisait depuis plusieurs décennies que ne s'élaboraient plus des listes de revendications. Mais aussitôt le Soulèvement commencé, des listes apparurent dans chaque maison, dans chaque baraquement, dans chaque palier voisin. Des dizaines de listes, cette fois, plus de 1.000 listes d'1 milliard de long des Mineurs du village.

Les traîtres cessèrent de fréquenter les cantines et les rues du village. Ils arrivaient aux puits en faisant des détours compliqués par les crassiers pour éviter tout conflit; ils entraient furtivement, comme les loups, dans n'importe lequel des nouveaux puits.

La méfiance augmentait sans cesse, au moins dans le 4ème baraquement, contre les culs-béni(e)s, les pourri(e)s et les flemmard(e)s de réputation lesquel(le)s, selon l'opinion la plus répandue, avaient l'habitude d'être très fréquemment en contact avec les Guardias Civils.

(1907) soupes communistes des dockers de Nantes en greve(1907, État français) Soupes Communistes. Grève des Dockers de Nantes

 

L'inquiétude augmentait dans le village quand les 1ers Mineurs ont été conduits à la caserne de la Guardia Civil pour être interrogés, et là, en majorité, ils furent : «détruit(e)s sous les coups de fouets» puis pendu(e)s aux toits. Les femmes des Mineurs allaient et venaient d'un côté et de l'autre. Furieuses et avec leurs yeux pleins de haine, elles cherchaient les traîtres qu'elles ne trouvaient pas, elles se souvenaient de leurs mères qui par des cris dans les rues des baraquements juraient de leur couper la langue et les testicules quand elles les trouveraient; elles frappaient les culs-béni(e)s et détruisaient leurs vêtements tendus sur les cordes.

(Juillet 2012) Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Marche de la Grève des Mineurs

(11.07.2012-Madrid) répression de l'Etat espagnol contre lPour la 1ère fois, elle se virent ensemble, fondues dans un même désir, des femmes dont les Luttes étaient pratiquement aussi antiques que le jour où on est arrivé au bassin minier. Tout était résolu et déjà décidé et elles se dirigèrent furieuses jusqu'aux grandes demeures des Contremaîtres; là, elles rompirent leurs jardins et leurs ornements extérieurs, elles détruisirent les vitres et attaquèrent les grosses portes en jurant d'administrer d'imposantes raclées aux employé(e)s privilégié(e)s qui s'étaient réfugié(e)s dans leurs demeures.

1909 greve de Meru les femmes en tete de la manifestation d(1909. État français) Grève de Méru.

Colonne des Grévistes conduite par des ouvrières

La Haine se répandit entre les femmes des Mineurs et les femmes des Contremaîtres. Les «Grandes Dames» ont eu durant la Grève une vie de réclusion obligée, incapables de sortir sans escorte pour faire des courses, incapables de réaliser ces promenades de détentes en soirée et de se placer ensuite sur la terrasse du café de la Place qui n'a jamais eu de nom tout en caquetant des critiques. Désormais recluses, derrière leurs hautes fenêtres ébréchées, elles crachaient des phrases précipitées contre ce village de Mineurs : «soulard(e)s, rustres, vagabond(e)s et inciviques». Une fois la Grève terminée, les saints se mangeaient par poignées durant des sessions de communions intensives.

Lutte des mineurs-12(Depuis Juin 2012)  Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Grève et la Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, et Galiza...

 

(Octobre 1934. Insurrection des Asturies, État espagnol) Mineurs

(Oct1934) Asturies-8 Mineurs asturiensLe fantôme de la Faim commençait à galoper sur les corps secs et usés des Mineurs du village. Elle avait toujours galopé, quelques fois au trot accéléré et d'autres fois à un trot normal; la vérité c'est qu'elle n'était jamais restée tranquille depuis la Guerre. Et ce fut ainsi comment nous avons commencé une recherche frénétique pour la subsistance quotidienne, cherchant encore des centaines de fois dans les terres moissonnées, fouillant avec anxiété les «nids» de patates qui avaient échappé aux yeux des Maîtres de ces terres rampantes. Emporter avec soi le fond fermé d'une boîte de conserve devenait un événement pour la maison qui en avait la chance. La Mémoire Populaire sauva les plantes comestibles qui poussaient sauvages par les prairies, les sentiers ou les montagnes. Jusqu'alors, jamais autant d'arbres n'avaient été escaladés à la recherche de rachitiques fruits sylvestres.

g-lutte des mineurs

(Depuis Juin 2012, Etat espagnol) Grève et Lutte des Mineurs

en Asturies, Léon, et Galiza...

Dans le moral des baraquements, dans leur vie qui n'avait déjà plus rien de quotidien, un esprit de vie commune que nous ignorions jusque-là a commencé à surgir. Avant, les rues étaient seulement remplies du brouhaha de quelques blagues des voisin(e)s, tandis que les attaques contre le brigandage de la Compagnie des Mines était réservé à l'intimité des cuisines. Maintenant, c'était l'inverse; les querelles et les bagarres avec les voisins se réglaient dans les cuisines, laissant aux rues des baraquements les attaques à la Compagnie et à la vie de pure humiliation dans laquelle on nous faisait vivre.

(Avril 1906-Etat français) suite à la catastrophe de cour

(Avril 1906. État français) Grève des Mineurs suite à la catastrophe

de la Mine Courrières : 1.099 Mineurs morts officiellement.

La Lutte menée par les survivant(e)s et l'ensemble de la Classe ouvrière

réussira à obtenir l'instauration du repos hebdomadaire...

 

(Depuis Juin 2012, État espagnol)   

Grève et la Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, et Galiza...

Mineur PiqueurL'illustre vieux Mineur et quelques autres qui étaient auparavant considéré(e)s comme de pauvres idéalistes faisaient maintenant l'objet d'une extrême attention et la bicoque du vieux fut l'objet de pas mal d'allers et venues. Le vieux Mineur n'avait jamais cru, comme tout le monde au fond, en la protection de Santa Barbara; et quand il(elle)s allaient le voir, il assurait que ceux/celles-ci se souvenaient de lui comme de «L'autre» sur son trône.

Depuis que la Grève avait donné le 1er signal sur la première cime, la grand-mère avait commencé à garder des choses qu'elle considérait compromettante, comme le cadre secret de son fils le milicien ou de petites conserves de patates pour les moments critiques; elle fit un petit inventaire pour donner leur dû à tou(te)s ceux/celles qu'elle haïssait; elle fit une provision de quantité suffisante de gaz et d'alcool à cause des menaces de ce médecin à l'attitude de Seigneur Féodal qui était venu; elle mis à disposition de toute la famille les longs couteaux des dépeçages qu'elle avait gardé dans de grossiers papiers huileux.

marche des Mineurs réprimée par la GC

(Juillet 2012) Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Marche des Mineurs...

 

Drapeau de la République Populaire révolutionnaire

de la Classe ouvrière et prolétaires des peuples dans l'État espagnol

republique-populaireElle semblait se préparer pour une longue Campagne. Son enthousiasme augmentait en se mettant au soleil, quand il la voyait contempler, immobile, regardant au loin, la montée escarpée par laquelle, 20 ans plus tôt, elle avait vu pour la dernière fois son fils monter et disparaître en direction du Front. Avec chaque Lutte, avec chaque petite manifestation de protestation, avec chaque parole d'encouragement d'une voisine, dans son coeur fatigué renaissait une espérance qui ne mourira jamais.

Nous, les gamin(e)s, ne comprenions pas comment la Guerre avait pu éclater une nouvelle fois, sans que nous ayons recueilli aucune espérance dans les conversations qui se faisaient dans chaque maison. Il était possible que la Grève vienne en marchant très lentement depuis les lointaines terres du Nord. Mais la Guerre, d'où venait-elle ?

Guardia Civil contre les Mineurs en Lutte

(Juillet 2012) Répression de l'État espagnol Monarco-Fasciste

contre la Grève et la Lutte des Mineurs en Asturies, Léon, et Galiza... 

Ces 1ères nuits, dans le silence de nos chambres, nous imaginions des séquences indescriptibles à voir, de nouveau, les Mineurs s'enfuyant dans les montagnes et occupant une autre fois les anciennes positions de tranchées édentées aux concavités en forme de tentes pierreuses. Ces tranchées dans lesquelles, malgré nos efforts notables, nous n'avons jamais été capables de trouver des restes rouillés de casques, balles ou de bombes.

Marche des Mineurs passant par Leon

(Depuis Juin 2012, État espagnol) Marche des Mineurs

depuis les  Asturies, Léon, Galiza...  

jusqu'au Gouvernement central Fasciste à Madrid

Dans ma Mémoire résonnaient les phrases récentes du Mineur du Nord. Les scènes de la Répression sur sa terre qu'il décrivait tellement clairement me produisaient des frissons de frayeur. Je voyais des Mineurs venus de là-bas, marcher de leurs villages avec les vêtements attachés sur leur dos, bannis ou conduits en direction de la Prison de la Capital. Quand il me rencontrait, il me demandait si j'avais dépensé les clous qu'il m'avait donné le 1er jour de Grève; il était euphorique et il m'a donné ces pesetas pour fêter le Réveil de no tre village. Les clous me servirent pour me souvenir de lui comme de l'un des meilleurs Grévistes que j'ai connu.

revolucion-asturiasLe Mineur du Nord banni par le Régime était petit, contrairement aux géants à l'astuce puissante que je m'étais imaginé; avec un béret penché sur le côté, des mains énormes et tranchées, un visage digne et plein de cicatrices bleues à cause des éclats du charbon lancé à grande vitesse et incandescentes par l'explosion du grisou, rougi par la respiration difficile de la silicose avancée, massacré par les Guardias Civils de sa terre dans de petites casernes et des chemins à l'écart : il était la force de la volonté personnifiée la plus grande que j'ai eu sous mes yeux.

Cette nuit, je l'ai écouté totalement absorbé, rivé au banc de la cuisine. Il planifiait la Grève avec ferveur et il buvait du vin. Sa Haine contre les briseurs de Grève frôlait le viscéral et chaque fois que sortait quelque chose sur eux dans la conversation, il promettait de «leur manger le foie» tandis que son visage se convulsionnait.

(Depuis Juin 2012,  État espagnol)

Grève et Lutte des Mineurs en Astu

ries, Léon et Galiza

"Si nos enfants sont affamé(e)s, le sang des vôtres coulera"

minerosIl buvait et buvait et il donnait des coups à mon père dans le dos, en lui manifestant combien la Mine était encore plus noire. Il montrait ses bras qu'il appelait ironiquement des petits bras et il se promettait sur la mère qui les avaient mis au monde de ne plus piquer dans la Mine même si lui et les siens devaient en manger le gravier de la route.

La grand-mère et lui s'entendaient à la perfection. Ils bouillaient de désirs de réaliser de grands combats animés et, pour la 1ère fois, j'ai entendu parler de la dynamite, de Contremaîtres et de Vigiles «imprimés» contre les toits en basalte obscur des Galeries de Mine. Cette dynamite dont il avait enseigné le maniement à ses enfants pour qu'ils deviennent des «braves» et c'est pourquoi ils leur faisait allumer les mèches et mettre les foudres de cuivre tandis qu'ils tremblaient. Ensuite, avec parcimonie, il faisaient sortir ses enfants du futur lieu de l'explosion en les ayant pris de leurs mains.

Cette nuit-là, nous avons accompagné le Mineur du Nord jusqu'au transformateur dans le cas où il y aurait quelque nouvelles et là, il a juré de nouveau et il nous a répété l'Histoire du gravier. Il a ajusté son béret jusqu'à le laisser de côté et il a commencé à se détendre en chantonnant les éternelles chansons, celles de sa terre remémorée.

(date inconnue, État espagnol)

Mineurs de la Mine El Pison en Asturies

(Asturies) E lPison 1934Avec les clous fortement serrés dans ma main, je pensais au gravier que nous devrions manger et aux «vestes» du gros caporal grossier qui rompait les dos des Mineurs à coups de Mausers. Je pensais à la fin de la longue attente de la grand-mère quand son fils le milicien serait de nouveau avec elle. Je conservais l'espoir que la Grève nous donnerait l'opportunité d'être dans les réunions du transformateur et de participer aux décisions des hommes.

On les a tous vu arriver en regardant le village comme s'il n'existait pas. Ils levaient les bras et ils se regardaient comme en se disant : c'est tout ce qu'il y a. Dès que le Mineur illustre les a vu, il a assuré que ce n'étaient pas des Légionnaires comme ceux du Passé mais qu'ils étaient d'une autre caste. C'étaient des Anti-Émeutes.

(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

 Mineurs asturiens insurgés

prisonniers politiques de la Guardia Civil espagnole

(Oct1934) Asturies-11Avec les fusils réglés sur leurs hanches, ils faisaient des roulades en visant jusqu'en haut des baraquements ou bien ils pratiquaient des gestes nerveux pour tirer jusqu'à des cibles imaginaires situées dans l'épaisseur de la montagne ou d'un danger signalé.

On a de nouveau pensé que les vieilles écoles de la Compagnie des Mines, celles qui avaient servi des décennies auparavant comme Camps de Concentration avec leurs cours et jardins barbelés, seraient de nouveau utilisées pour une nouvelle répétition de l'Histoire. Il serait possible que ceux/celles du 4ème baraquement, nous, les gamin(e)s d'aujourd'hui, devrions passer à la place de ceux/celles d'hier avec des bouteilles de conserves vides pour remplir la soupe des nouvelles troupes Fascistes et que, comme eux/elles, nous regardions une nouvelle fois affamé(e)s : les fumantes casseroles pendues à des trépieds énormes.

(1934. Léon, État espagnol) Mineur de Léon insurgé

prisonnier politique de la Guardia Civil espagnole

(oct 1934-Leon) bembibreDans cette Grève, l'Histoire ne s'est pas répétée sauf pour le fichage du village et le passage par la Caserne d'un nombre considérable de personnes, une nouvelle fois. Auparavant, ils ont parcouru, pas à pas, toutes les installations et les baraques pour les laisser dégagées. Ils nous voulaient tou(te)s dans les baraquements ou dans les bicoques quand la moitié d'entre nous rampaient dans les montagnes. Ils ont fouillé les archives et ils se sont arrêtés sur les noms des ancien(ne)s militant(e)s Antifascistes de l'époque de la Guerre, ceux/celles qui avaient réussi à se sauver des exécutions par fusillades dans les terrains vagues des campagnes de Campo Sagrado ou ceux/celles qui ont réussi à survivre durant des années à San Marcos, dans les oubliettes inondées d'eau pour ensuite revenir au village phtisiques ou estropié(e)s.

Ils les avaient tou(te)s fiché(e)s à un degré ou à un autre : les «blasphémateur(trice)s» récalcitrant(e)s contre les Hiérarchies Policières, ceux/celles qui avaient été soupçonné(e)s d'écraser les os d'un Vigile dans la noirceur d'une galerie de Mine, ceux/celles qui protestaient pour les crédits ou pour la maigreur des bons de charbon, ceux/celles qui refusaient le travail dominical instauré par Décret... Les femmes qui se battaient avec les femmes des Contremaîtres étaient fiché(e)s ou celles qui maintenaient des discussions animées avec les responsables de la coopérative, ceux/celles qui étaient en inimitié avec le curé et qui ne passaient pas par l'église lors des enterrements, ceux/celles qui préféraient payer les amendes plutôt que d'assister aux conférences Fascistes obligatoires.

(à partir de 1939, État espagnol)

Mine en Galiza exploitée par les Nazis durant le Régime Franquiste

Mine galicienne exploitée par les Nazis avec Camp de ConceLa nouvelle Caste a décidé de laisser le village encerclé définitivement, d'en faire une espèce de ghetto, et pour cela ils coupèrent avec leurs patrouilles tout les chemins et les ponts qui allaient jusqu'aux montagnes. Ils craignaient la montagne et c'est pourquoi ils coupèrent le village pour que personne ne puisse forcer la suite de la Grève lors de réunions secrètes dans l'épaisseur des chênes ou dans les galeries en ruines d'une Mine abandonnée. Depuis celle-ci, nous regardions le transformateur solitaire et la coopérative à moitié fermée qui nous abritaient déjà; la terrasse a de nouveau été fréquentée par les «Grandes Dames» des Contremaîtres. Ils ont transformé le village en un endroit vide, aussi vide que les toboggans qui ressemblaient à des rails sans la chair des wagons circulant de façon ininterrompue. La maigre ébullition cessa et les détonations de dynamite, les coups de sifflets des allemands ou le bruit métallique semblèrent rester immensément éloignés dans le temps. Le village ne semblait déjà plus être le village.

(Oct1934) Asturies-10(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

La Classe ouvrière en arme contre le Fascisme

La grand-mère gardait dans les recoins cachés son petit arsenal de longs couteaux. La Power résonnait durant les nuits de façon imperceptible pour ceux/celles des maisons collé(e)s matériellement à la lampe lumineuse; dès qu'il nous semblait entendre l'alarme de l'escalier nous éteignions le récepteur, ces planches usées par les frottements et la vieillesse des décennies devenaient un allié inappréciable avec leurs jointures sensible. On ne manquait pas de circuler sans s'arrêter et pas plus de 2 personnes parce qu'on circulait à peine.

mineros asturianos presos

(1934. Insurrection des Asturies, État espagnol)

Mineurs asturiens prisonniers politiques par la Guardia Civil espagnole

 Les détenu(e)s sont arrivés ensanglanté(e)s comme des «esclaves africain(e)s» a informé la grand-mère et au siphon d'eau : un affrontement s'est engagé avec la Police Anti-Émeute. Le Mineur banni a été pris. Ceux/celles de son perron l'ont ensuite surnommé "le Masqué du 4ème baraquement" à cause des pansements qu'il avait sur tout le visage. Lui, regardait avec obsession vers la montagne coupée par les Anti-Émeutes où il avait sa petite portion de dynamite.

Il ne nous restait plus que les jardins potagers intérieurs pour y être poursuivi(e)s une fois et une autre fois, tandis que là, dans les jachères, il restait des petits fruits sylvestres et nous étions alors escortés par les patrouilles. Le transport par ces autobus ventrus avec galerie ne respectait pas la station. La Poste n'existait déjà plus.

(1939. État espagnol) Prisonnier(ère)s politiques républicain(e)s

dans un Camp de Concentration du Régime Franquiste de l'État espagnol

Prisioneros republicanos en un campo de concentración cerc La Centrale téléphonique avait cessé. Les commerces et les cantines finirent par fermer. Les pas des chaussures «basses» des gestionnaires de la Compagnie résonnaient sur les pavés de la rue principale; ils contemplaient, mi-désolé(e)s, mi-indigné(e)s, le cadre vide et la détérioration des installations. Les gens affirmaient qu'une petite cohorte de chefs bien sapés les accompagnait avec quelques agents de la Police Secrète d'allure Maure.

(Depuis Juin 2012, État espagnol)

Grève et Lutte des Mineurs en Asturies, Léon et Galiza

Lucha-de-mineros-en-asturias-6Depuis la fenêtre du 3° étage du barraquement, par cette fenêtre même d'ou la grand-mère a menacé de tirer plus d'une fois avec la vieille Power quand sortaient les discours du plus important bourreau du pays, il observait le désert de nos rues avec les fenêtres fermées, les rideaux tombés et les chiens de garde de même que lors des enterrements des mineurs. L'école du Falangiste était quasiment vide ce qui provoquait des accès d'histérie du Maître; seulement y assistaient les enfants des 30 Guardias Civils, quelques gamins des 13 cantiniers et ceux des 15 chefs. Les autres, les gamin(e)s des barraquements et des cabanes branlantes, nous étions occupé(e)s dans des recherches fébriles dans les carrés de jardins et dans les terrasses de montagne ou simplement impressionné(e)s face à la quiétude et à l'étrangeté de l'état du village, nous regardions avec nostalgie nos montagnes. Notre milieu le plus naturel où patrouillaient maintenant les Anti-Émeutes. Cependant, nous nous étions enflammé(e)s face à cette Bataille de Vérité, réelle et grandiose parce qu'il s'agissait de NOTRE Bataille et notre Guerre bien supérieure aux impressionantes Campagnes militaires que les livres officiels sortaient de l'Antiquité et que nous reproduisions parfois dans nos jeux parmi les nuages de poussière des énormes décharges de déchets. (...)

SUITE PARTIE 3/4 : cliquer

Minero Picador

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 01:40

e-lutte des mineurs

 Lutte des Mineurs en Asturies et Bierzo-Léon depuisJuin 2012...

1. LES GENS APPRENNENT A SAVOIR

QUI SONT LES TERRORISTES

 

 2. MINEURS... QUE ROULE L'IDÉE !!!!

 

  3. CONVERSATIONS AVEC UN MINEUR...


 

4. LE TRAIN DE BANKIA

 5. VÍDEO DES MINEURS

DANS LE BAR DE FALUYA

(A CORUÑA) cliquer

a-lutte des mineursLutte des Mineurs en Asturies et Bierzo-Léon depuisJuin 2012...

 

 

LE TEMPS DES DÉBUTANT(E)S

(1987) Extrait de l'ouvrage

 "Dedans et Dehors : Résistance"

Textes et dessins réalisés par

le Collectif des prisonnier(ère)s politiques

du PCE(r), des GRAPO et du SRI

dans la prison de Soria (État espagnol)

 

5-(1987) DEDANS ET DEHORS RESISTANCEIls l'avaient prévue (la Grève), c'est pourquoi le Quartier Général des Guardias Civils avait été conduit jusqu'à la plus haute cime émoussée du crassier dominant. Ils l'ont déplacé dès qu'ils ont appris que d'énormes rochers de porphyre rodaient dans les ténèbres à la recherche des figures provocatrices des vigiles postés en permanence dans les vannes des rampes. Après les rochers, viendront les perforations de mines, plus tard les armes seront déterrées et peut-être qu'ils en finiraient dans les montagnes, assurait le Policier syndical qui était toujours en service dans la Capitale.

Ils voulurent en finir avec la Grève avant qu'elle naisse et pour cela ils sortirent tout leur arsenal de Mausers et de poignards avec l'intention d'intimider. Les flots de wagons chargés commencèrent à circuler par ces espèces de toboggans escortés par couples dont la seule présence excitaient la rébellion des groupes qui s'étaient mis dans le noir brouillard des manoeuvres.

Le tour était venu des buvettes éparpillées tout le long de la double file de maisons de la rue principale qui existait au fond du fourneau lui-même du bassin minier lui-même; les civil(e)s en extrayaient leurs bonnes rondes de boissons gratuites. Ils appelèrent les cantiniers pour vérifier de côté ils étaient et s'ils étaient pressés de faire cesser, sans préambules, les crédits sans fin.

Lutte des mineurs-4Les remises d'aliments qui arrivaient à la coopérative était fermées à toutes les formes de crédits, elles étaient pleines de bascules à peser et de "sac-litres" qui faisaient plutôt la moitié d'un kilo chacun, comme le surnom donné à l'un des tenanciers. Face à ce panorama, la grand-mère fit usage de sa Mémoire et elle nous rappela le célèbre 1941 quand ceux et celles de la maison mangeaient des épluchures de patates cuites et que le grand-père «maigre, le pauvre» attrapait de doubles pneumonies en travaillant 18 heures par jour dans l'un de ces bataillons de travail qui les ont conduits jusqu'à ces parages solitaires.

b-lutte des mineursDans les séances de morale officielle surgit, comme pour guérir, un nouveau Diable, le Diable de la Grève; et les Maîtres commencèrent à pontifier sur la vengeance et le banditisme, sur le manque d'esprit patriotique et sur nos parents, qu'il vaudrait mieux aller donner nos os dans un couvent reculé pour échapper à leur Honte et réussir chacun/e à être des personnes de Bien. Ils ne savaient pas que ce Diable appelé Grève était devenu quelque chose de mythique et un rêve pour nous tou(te)s.

Dans les montagnes, cela faisait pas mal de temps que le son de l'appel à la Grève qui enflammait les localités environnantes ne résonnait pas. Il avait cessé de résonner depuis que le paysan, le dernier qui se battait pour cet appel, là-haut, avait exécuté le bourreau dans le dernier virage de la localité, un bourreau de double condition, un milicien adapté à ces terres noires et élevées, un centurion Falangiste qui achevait les personnes sans défense. Maintenant, les Guardias Civils fracassaient les têtes avec leurs gibecières et ils descendaient ensuite furtivement avec des bucherons arrêtés. Ils voulaient que la montagne soit vide. Ils voulaient que tout tombe au fond du bassin minier lui-même, en étant pris dans le dernier mouchoir du fourneau minier.

c-lutte des mineursLutte des Mineurs en Asturies et Bierzo-Léon depuisJuin 2012...


revolucion-asturiasLe Soulèvement a mis du temps à arriver. Il est né petit, bref, parce qu'il lui manquait l'expérience immédiate, il lui manquait l'école de ceux/celles qui sont tombé(e)s deux décennies auparavant. Il a semblé naître subitement, d'un jour à l'autre, sans avertir. Nous étions des débutant(e)s tout comme la 1ère Grève.

Au début, elle semblait de ne pas vouloir arriver, rebrousser chemin comme si elle traînassait. «Nous valons si peu» -jurait un mineur- «que nous n'avons même pas une Grève triste !».

Et chacun/e se mettait à penser que c'était parce que la Grève marchait très lentement, en venant des terres du Nord, en passant par des chaînes montagneuses et des ports inextricables comme celui du légendaire Somiedo où il y a longtemps des mineurs se battaient et leur appel sonore parvenait aux villages de façon précise avec un son plus limpide que celui de la grande cloche quand elle sonnait l'incendie ou l'accident mortel.

Nous avons imaginé avec anxiété les mineurs du Nord, pareils à des géants à la puissante astuce et d'une habileté extraordinaire pour utiliser la barre de dynamite; ces mineurs qui récoltaient des épis de maïs et utilisaient des bérets inclinés pour montrer leur volonté irréductible et que tout le monde sans discussion cataloguait comme les meilleurs grévistes.

Jusqu'à ce que finalement, la Grève escalade les rampes épineuses de Puerto et qu'elle s'introduise dans le village comme une exhalation. Elle trouva les portes des grandes et gigantesques baraques totalement ouvertes et elle prit rapidement parce que la Grève vivait là, latente, depuis le premier écrasement dans les puits et les poumons du village avaient commencé à devenir de la pierre.

Lutte des mineurs

SOMA : l'un des syndicats jaunes associés au Patronnat... selon l'avis des mineurs eux-mêmes

Lutte des Mineurs en Asturies et Bierzo-Léon depuisJuin 2012...

 

h-lutte des mineursTout a commencé à devenir menaçant quand quelques centaines mineurs somnolents se sont égrainés par les chemins tout droit en direction des puits. A l'entrée des vestiaires, les Guardias Civils engoncés dans leurs capes se pelotonnaient immobiles en montrant leurs Mausers et leurs poignards.

Les mineurs qui virent ces masses noires supposèrent un instant que le puits et la lampisterie seraient pris comme l'étaient les poudrières, les ateliers, les chemins des chèvres et les longs plans inclinés. À l'intérieur des vestiaires, dans ce recoin chargé de la sueur des années, d'une teinte obscure qui assombrissait la maigre lumière des lampes agonisantes : surgit la première sorte d'assemblée atténuée par les toux des bronches et les jurons lancés.

«Aucun maître, aucun traître... pas mêmes les balances de ceux qui boivent», circulait de banc en banc. Les banni(e)s et les poursuivi(e)s par la haine des mercenaires des autres bassins miniers répétaient la consigne sans cesse; leur voix de sourdine s'enfonçait comme un stylet parmi la longue centaine des présent(e)s.

Un peu après, accommodé(e)s par des saluts à l'étroitesse rectangulaire de la trentaine de wagonnets que le trolley électrique tirait dans la galerie, avec la complicité des secousses métalliques : il(elle)s décidèrent d'être Solidaires pour les plus nécessiteux/euses. Une Solidarité qui allait s'aiguiser comme un outil tranchant à mesure que le trolley avançait jusqu'à l'intérieur des terres noires, entre de gigantesques pierres de basalte et de grès soutenues -comme volant dans les airs- par des pièces rachitiques.

PicadorDans les ténébreuses parties rivées de clous par les feux de bronze, brillants comme des vers luisants : la Grève a éclaté. Après celle-là, aucune relève n'entrera. Le trolley les ramène de nouveau au dehors. Leur empressement donne l'impression que les mines les rejette de ses entrailles les plus dures, comme si celle-ci leur avait communiqué qu'elle ne voulait plus les voir remuer dans ses veines jusqu'à ce qu'ils aient réussi à imposer leur Force.

La mine cessa d'être une mine et dans ses labyrinthes on entendait seulement le flux de l'eau et la symphonie monotone des claquements sur les pierres souffrant de l'écrasement séculaire de milliers ou, parfois, de millions de tonnes d'eau.

La Solidarité est revenue, démultipliée à la lumière du soleil qui se lève. Cette Solidarité dont chacun/e était convaincu/e à cette époque-là qu'elle était la plus grande et encore la seule qui existait entre les personnes, éperonnée et alimentée de nombreuses fois, par les sauvetages surchargés de ces mineurs qui, morts, blessés ou vivants, avaient été attrapés par la Mine.

 

d-lutte des mineursLe fond du fourneau minier resta tranquille, paralysé. Depuis le 1er jour, nous avons su que nous avions réussi quelque chose. Au moins, il n'y aurait pas de sauvetages ni le sifflement des sirènes des ambulances, des «voitures» lasses qui crispaient pour la énième fois les nerfs du village. Nous n'avons pas non plus eu besoin de nous rassembler, penaud(e)s, dans les prairies du fleuve, en regardant la bouche noire du puits et en retraçant les plus fantastiques sauvetages de mineurs au milieu de discussions passionnantes.

Les coups de griffes des côtiers ont réveillé mon imagination, mes rêves ne seraient pas poursuivis par une de leur avalanche semblables à des fantômes de description difficile, m'écrasant sans hésiter dans l'abîme d'un quelconque puits.

La Frontera, un grand cimetière et un autre à côté, petit, de murs édentés, sans portes, sans croix et avec les broussailles de mitres sauvages sur lesquelles était rendu visible le fait que les personnes n'avaient pas été, pour le moins, catholiques : il ne compterait pas avec notre présence. Il n'y aurait pas d'étrangers qui arriveraient sur ces terres agrestes, ignorants de ce qui arrive ici et qui tomberaient dans une interrogation inquiète en observant : «un village aussi petit avec un cimetière aussi grand».

Lutte des mineurs-11Nous ne verrions pas, comme en cette occasion, celle de notre 1er enterrement, le plastique nébuleux de la charge et la manoeuvre, désertes et étranges, ni le foulard gélatineux, brillant et d'aspect fantomatique. Nous ne reviendrions pas, au moins ces jours-là, pour rester immobiles comme des statues sans à peine respirer pour ne pas rompre le respect face à la majorité de la localité réunie ici. Les 4 heures de l'après-midi n'arriveraient pas : avec les fenêtres fermées, les rideaux descendus, les chiens gardés dans les maisons et les cantines fermées, les rues désertes comme si le village était soudainement mort.

Nous n'aurions pas à contempler les enfants des mineurs, les petits, peigné(e)s et avec leurs meilleurs vêtements, sombres et en les voyant démultipliés dans leurs figures, fermes comme des sentinelles au côté de leur mère déchirée; leur mère parfois pleurant et parfois jurant, invectivant avec ses paroles les consciences réunies là, se souvenant du Régime maudit, du contremaître en chef et de sa mère dans le pavillon, du pauvre type côtier ou du misérable lance-flamme naturel de l'explosion du grisou, se souvenant aussi avec des reproches de la capricieuse Santa Barbara qui les ont abandonné à leur sort. Les vieux mineurs, traînant dans les files des enterrements parce que leurs vieux poumons -de pures pierres non spongieuses- les empêchent de suivre le rythme vif de la jeunesse : ne raconteraient plus pour la énième fois qu'eux n'ont pas peur de la mort et que lorsque viendra le jour qui les emportera dans le labyrinthe de n'importe quel puits : ils ne penseront à faire aucune simagrée.

Lutte des mineurs-8On ne nous comprenait pas, personne n'était capable de savoir jusqu'à quel point nous haïssions les côtiers, parfois plus que les Guardias Civils eux-mêmes. Ils ne comprenaient pas que lorsque nous allions dans les villages paysans proches, nous étions enthousiastes en voyant des personnes qui avaient des cicatrices bleues de charbon sur leur corps et que notre moral trépignait de joie comme si nous avions rencontré un compatriote en terre étrangère. En dehors du Fourneau de la Mine c'étaient d'autres problèmes et d'autres circonstances, cela nous semblait être jusqu'à un autre Monde. C'est pourquoi, dans un lieu comme celui-là, sans Histoire ancienne, sans personnages du Passé, les mineurs étaient l'unique Histoire; une Histoire née avec le 1er puits et la 1ère baraque.

Ici, nous avons forgé nos propres héros comme le piqueur du 15ème puits qui, tel un géant de force et d'audace herculéennes, «mangeait la mine» en arrachant des dizaines de tonnage par jour avec ses bras qui paraissaient être faits de câbles d'acier, tout en se maintenant impavide, serein, entre des avalanches de roches capables d'écraser les wagonnets jusqu'à les laisser comme «du papier à cigarette» fins et imprimés. On les a imaginé habillés, chaque jour, de vêtements déguenillés défiant les furieuses attaques de la nature déchaînée avec la seule protection de leurs casques de bakélite spéciale.

mineros asturianos presos(1934) Mineurs asturiens prisonniers par la Guardia Civile Fasciste

Dès le 1er moment, lui, il a soutenu que nous ne pouvions pas rester tranquilles et il allait et venait, furieux, d'une baraque à l'autre. Il faisait preuve d'une grande confiance en lui en parlant face aux personnes réunies dans le transformateur de la 4ème baraque. Il assurait que lorsque les eaux du fleuve se teindront de nouveau couleur de jais, quand les truites s'enfuiront par bonds vers des eaux cristallines : seulement alors la Compagnie se rendra; seulement alors, le boisage sera éboulé, là-bas à l'intérieur, comme un château de cartes et les cadres tomberont les uns derrière les autres... Seulement alors, la panique s'emparera des «engloutisseuses» et elles cèderont. L'engagement acharné consiste à faire front au boulot qui ne tardera pas à nous tomber dessus, dans l'attente que les puits soient noyés.

mineros-prosiguen-lucha-intereses TINIMA20120615Depuis l'explosion, ses yeux cherchèrent le pigment noir qui teinte de jais par nappes la surface du fleuve. Cependant, il désirait en son fort intérieur que les événements se déchaînent; il abritait l'idée que les choses ne cesseront pas, même quand ils réussiront à faire plier la Compagnie. C'est pourquoi, il ne lui fut pas facile de se résigner au passage des jours et de sentir la nostalgie terrible, l'absence de ces «tambourinages», les signaux résonnant entre le Castro et le Muxiven, comme avant, et elle ne sonnaient pas. Après une si longue attente, il ne lui fut pas facile, non plus, de se faire à l'idée de continuer à contempler ces hauts peupliers noirs vides de tout contremaître pendu.

Le vieux mineur instruit par lui-même : lecteur solitaire dans les fourrés des montagnes de livres défendus par le catalogue officiel ne trouvait personne qui désirait commencer une Résistance en toute règle et dévastatrice; il a vécu agacé durant plusieurs années, déboussolé par ces buvettes, éloigné de tout ce qui se passait dans son entourage. Personne ne lui répliquait quand il assurait que nous ne pouvions pas oublier nos Mort(e)s et le sort de chien de ceux et celles qui restions encore vivant(e)s. Personne ne lui répliquait et c'est pourquoi il grognait et jurait sur la 4ème grand baraquement, accablé d'accès de toux martyrisants et par la silicose galopante qui laissait son corps réduit à de la chair infime.

Lutte des mineurs-12Comme le grand-père, il s'introduisait dans sa misérable baraque délabrée et il coupait du bois durant des heures en crachant du charbon et du sang. Résignée face à son caractère inflexible, sa femme ne se plaignait plus d'une situation autant répétée. Elle déclarait aux voisines qu'elle faisait cela pour calmer son amertume. Il restait là exténué et entouré d'éclats de bois comme s'il était encore à l'intérieur de la tranchée de mine qu'il redoutait tant.

Avec leur paroles : le vieux mineur, la grand-mère qui bouillonnait de Haine contre tout ce qui dépendait du Régime et le mineur du Nord banni réussissaient à incendier notre jeune imagination réceptive à tout ce qui était véhémence et douleur mélangées.

Lutte des mineurs-7Il(elle)s ont été capables de voir plus de Grève que les autres parce qu'il(elle)s le voulaient ainsi. Il(elle)s ont observé le principe de tout cela comme s'il s'agissait d'un tremplin vers une Révolte largement désirée. La Révolte des baraquements gigantesques face aux «engloutisseuses». Sans tenir compte de ce qui se passait au-delà de ces impénétrables montagnes, bien plus loin que le fourneau du bassin minier. Ils luttaient dans un corps à corps destructeur : ou eux, ou nous, ou notre Force ou la leur... Il(elle)s ne déclaraient pas de demi-chemin et il(elle)s confiaient leurs soif de Révolte aux personnes les plus intimes, au milieu d'un grand vent de combats qui leur ramenaient la joie et ce qu'il(elle)s eurent entre leurs mains plusieurs décennies auparavant. Pour eux/elles cela devenait quelque chose d'obsessionnel, de tellement décisif, qu'il(elle)s attendaient le moment où plus aucun des visages de l'ennemi ne serait visible. Ce qui s'est passé après la Révolte pour les débutant(e)s de la 4ème baraque échappait à leur compréhension et cela devenait parfois abstrait.

Quelle ardeur il(elle)s mettaient ! C'est pourquoi il(elle)s ont obtenue la Grève, c'est pourquoi il(elle)s ont réussi à ce que nous haïssions les 30 Guardias Civiles, les 3 ingénieurs, les 10 contremaitres, les culs-béni(e)s, les vendu(e)s et les traîtres que nous avions vu en action jusqu'au Soulèvement, de même que nous haissions aussi, sans les avoir jamais vu : la Haute-Hiérachie divine et humaine.

Se prolonger dans le temps, assurer leur continuité quand eux et elles ne pouvaient déjà plus être parmi nous. Nous laissons l'héritage de l'immatériel parce que «il(elle)s n'avaient pas de lieu où tomber mort(e)s». Nous laissons l'héritage de la Grève et de leurs rêves de Révolte qui ramène la Dignité à la Mine. Nous défaire de l'héritage de la Haine dont il(elle)s ont eux-mêmes pris soin pour que notre moral ne devienne pas rance et stérile. Relier le Passé au Présent et avec l'avenir qu'il(elle)s ne verront pas et que nous représentons. (...)

Lire la suite :

"2/4-ENLEVE TES CHAÎNES,

COMBAT D'HUMAINS LIBRES !" (cliquer)

MineroDessin du "Camarade Arenas" réalisé en prison

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 01:45

(29 JUIN 2012) MESSAGE

D'UN CAMARADE DU COLLECTIF

POUR LA RÉQUISITION, L'ENTRAIDE

ET L'AUTOGESTION

La "justice" des bourgeois(e)s vient de rendre sa sentence : les habitant(e)s du CREA ont 1 mois pour retourner crever à la rue. On s'en fout !

On Résistera et on continue à réquisitionner.

Tout pour tou(te)s, Pouvoir au Peuple !

CREA-1(noir)

CREA-2

CREA-1

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 02:00

 

FACE A LA GRÈVE GÉNÉRALE

DU 29 MARS 2012 DANS L'ÉTAT ESPAGNOL

 

circulos obreros-bisLe Gouvernement de l'État espagnol a annoncé très clairement qu'il poursuivra sa politique Anti-Sociale et Anti-Ouvrière. Que manque-t-il de plus pour que tout le monde soit convaincu que quelque soit le nombre de Grèves Générales que nous fassions : nous ne les ferons pas reculer si nous relions pas la Lutte syndicale à la Lutte contre le Régime politique et ses mesures terroristes ?

Des raisons pour faire une Grève Générale ? il n'y en a que trop mais pas comme le déclarent les syndicats traîtres et subventionnés ! DE CETTE FAÇON-LÀ, ON N'ARRÊTE PAS L'OFFENSIVE DU CAPITAL.

(1914-18 et suite...) Ouvrières travaillant  en France avec des ouvriers issus

des colonies de l'Empire colonial de l'État français

dont les dits "Indochinois "(Vietnamiens)

dans l'Industrie d'armement de l'État français Impérialiste

(1918) femmes et ouvriers indochinois dans une usine d'armeNe nous trompons pas, le lendemain tout restera identique et avec cette Grève Générale, la Bourgeoisie sera dans de meilleures conditions pour donner un nouveau tour de vis à l'Exploitation face à une Classe ouvrière en échec et désarmée.

Dibujo.-Perros-dandose-la-manoLes syndicats auront eux aussi atteint leur projet. Cette Grève-Farce obéit uniquement à leur besoin de contrôler une nouvelle fois le Mouvement Ouvrier et d'obtenir ainsi les subventions qu'ils recoivent. Ils nous conduiront à un échec certain et le sentiment d'impuissance des travailleur(euse)s ne fera qu'augmenter.

Les Grèves Générales sont le culminement d'une étape jalonnée de multiples Luttes et d'arrêts partiels par entreprises et secteurs qui préparent le terrain pour UNE VÉRITABLE GRÈVE GÉNÉRALE LAQUELLE A UNE DATE DE DÉBUT MAIS PAS DE DATE DE FIN. Tout au long de ce processus, la Classe Ouvrière accumule des expériences et acquière la confiance dans ses propres forces pour avancer vers des Luttes plus générales. C'est comme cela que l'ouvrier/ère acquière la conscience de Classe et qu'il/elle comprend que la Lutte n'est pas uniquement contre son/sa patron/ne sinon contre la Classe Capitaliste dans son ensemble.

MINERO1RÉSISTANCE ET DÉSOBÉISSANCE CIVILE doivent être les réponses de la Classe ouvrière face à la Crise Capitaliste mais elles ne sont pas possibles sans un minimum d'organisation.

NOUS DEVONS RÉCUPERER LA LUTTE OUVRIÈRE INDÉPENDANTE présente dans l'Histoire et l'ADN de la Classe travailleuse laquelle a toujours démontré être efficace dans des situations similaires.

(2011. Leon dans l'Etat espagnol) Ouvrier(ère)s en Grève

piquetes-mineros-leoneses-cortan-trafico-tren-carreteraC'est pourquoi :

- Il faut empêcher que les vendu(e)s au Capital utilisent la Grève contre les travailleur(euse)s eux/elles-mêmes en se servant d'elle pour semer la confusion et conduire le Mouvement dans la voie de la «concertation».

- La solution n'est pas de voter les un(e)s ou les autres sinon de : LES ISOLER TOUS, D'ORGANISER LE BOYCOTT DE LEURS INSTITUTIONS, DE NE PAS PARTICIPER À LEURS FARCES ÉLECTORALES QU'ELLES SOIENT POLITIQUES OU SYNDICALES, DE DÉSOBÉIR À LEURS LOIS...

PARO- La solution n'est pas de se soumettre aux syndicats vendus sinon de NOUS ORGANISER DE FAÇON INDÉPENDANTE : dans les usines et les centres de travail dans des collectifs de travailleur(euse)s, des assemblées de chômeur(euse)s...

- La solution n'est pas dans le Légalisme sinon dans la RÉSISTANCE : avec des assemblées dans les usines et entreprises qui élisent des délégué(e)s révocables à tout moment en se substituant aux Comités d'Entreprise corrompus, qui ne respectent pas les services minimums imposés dans les Grèves, qui organisent des sabotages et des piquets en donnant des leçons aux canailles de chef(fe)s d'entreprises, à leur collaborateur(trice)s et aux traîtres...

-TOUTES les formes de Lutte sont valables pour viser et ouvrir LE FEU contre ce Sytème pourri dans lequel nous, les travailleur(euse)s, ne faisons rien d'autre que perdre sans cesse.

RÉSISTANCE OUVRIÈRE FACE AUX LICENCIEMENTS

AUX COUPES DES DROITS DU TRAVAIL ET SOCIAUX !

RÉSISTANCE OUVRIÈRE

CONTRE L'OFFENSIVE PATRONNALE ET DE L'ÉTAT !

RESTITUTION DE NOS DROITS DU TRAVAIL ET SOCIAUX

QUI ONT ÉTÉ ATTEINTS !

LE CAPITALISME NE SE RÉFORME PAS, IL SE DÉTRUIT !

ORGANISE ET ÉTENDS LA RÉSISTANCE !!!

capital(version en basque) MARTXOAREN 29AN

GREBA OROKORRARI BURUZ

(2012. Grèce) Ouvrier(ère)s en Grève

(2012-Grèce) salarié en grève d'une usine d'acier à proGobernuak argi utzi du bere sozial eta langile aurkako politika. Zer gehiago behar da mundu osoa konbentzitzeko greba orokorra asko eginda ere, ez diegu egingo atzera egitea ez badugu elkartzen borroka sindikala erregimenaren neurri terroristen aurkako borrokarekin?

Greba orokorra bat egiteko arrazoi asko daude, baina ez sindikatu traidoreak esaten duten bezala. HORRELA EZ da gelditzen Kapitaleen ofentsiba. Egia esanda, hurrengo egunean dena berdin jarraituko da, eta horrekin, burgesia, porrot egin duen eta desarmatuta dagoen langile klasearekin, hobeto egondo da esplotazioari presioa egiteko.

Sindikatuek ere bere asmoa lortuko dute. Greba- fartsa honek, bakarrik obeditzen du langile mugimendu berria kontrolatzearen beharrari, eta horrekin jasotzen dituzten diru- laguntzak irabastea, porrot ziur batera eramango gaituzte eta langileen ezintasunaren sentimendua gehituko da.

(Avril 1967) Occupations d'usine par des ouvrier(ère)s

du Bassin Minier de Longwy dans l'Etat français

Avril 1967. Occupation d'usine dans le bassin sidérurgiqueGreba orokorrak era askotako borrokaz eta langabezi partzialez beteriko garai baten amaiera dira, empresa eta sektoreen bidez, arloa libratzen dutenak benetako greba orokorra batentzako eta hasierako data duela baina ez amaienarena. Prozesu honen zehar langile klaseak esperientziak pilatzen ditu eta konfiantza hartzen bere indarretan borroka orokorragoara aurreratzeko. Horrela da langileak klaseko kontzientzia hartzen duen moduan eta borroka ez dela bakarrik bere patroiaren aurka, baizik eta klase kapitalista guztiaren aurka dela konprenitzen du.

ERRESISTENTZIA eta DESOBEDIENTZIA ZIBILA izan behar dira langile klasearen erantzunak krisialdi kapitalistaren kontra, baina hauek ez dira posible organizazio minimo bat ez badago.

Historian dagoen langile borroka independentea berreskuratu behar dugu eta langile klasearen ADNa eta hauek beti egiaztatu dute eraginkorrak izatea hau bezalako egoeratan eta horretarako :

(2011) Lutte des mineurs et ouvrier(ère)s du Bierzo dans l'Etat espagnol

MINERO3- Kapitalera garaituak langileen aurka greba erabiltzea, nahasketa sortzeko grebatan baliatzea eta gero mugimendua “adostasunaren” bidetatik eramatea eragotzi behar da.

- Konponbidea ez dago norbaiti bozkatzearen araberan, baizik eta guztiei bakartzean, BOIKOTA organizatzea haien instituzionei, parte ez hartzea haien hauteskunde fartsan, haien legeak DESOBEDITU…

- Konponbidea ez dago legeltasunean, baizik eta ERRESISTENTZIAN: fabriketako eta enpresetako batzarrak (momentu guztian ordezkari ezeztagarriak aukeratzen dutenak eta enpresetako komite ustelak ordeztatzen dutenak) ez errespetatu greban zerbitzu minimoak, sabotajeak, enpresari zitalak eskarmentatzen duten piketeek, salatariak, eskirolak…

Borrokako modu GUZTIAK baliozkoak dira apuntatzeko eta TIRO egiteko sistema ustel honen aurka, langileeok bakarrik galtzen dugun sisteman.

LANGILE ERRESISTENTZIA KALERATZEAK

ETA LAN MURRIZKETAK ETA SOZIALEN AURKA !

LANGILE ERRESISTENTZIA PATRONALA

ETA ESTATUAREN OFENTSIBAREN AURKA !

KENDUTAKO SOZIAL ETA LAN ESKUBIDEEN ITZULTZEA !

KAPITALISMOA EZ DA ERREFORMATZEN,

HONDATZEN DA !

ANTOLA ETA ZABAL EZAZU

EUSKAL HERRIAREN ERRESISTENTZIA !

mineros bierzoOuvrier/ère au chômage, patron/ne pendu(e) !

 

AUTRE ARTICLE

(ANNÉE 2012) SPARTACUS VIT DANS L'USINE !

(1987) Extrait de l'ouvrage "Dedans et Dehors : Résistance"

(lire l'article)


Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article

DYNAMIQUE DE BAIONA

jpg-SR BAIONA-okPLUS D'INFOS (cliquer)

SOLIDARITÉ PCE(r), GRAPO ET SRI!

 AMNISTIE TOTALE !!!

SANS CONDITIONS !

AMNISTIA TOTALE

2013 : ADRESSES

COLLECTIF DES PRESXS DU PCE(r), GRAPO ET SRI

(2013) PRESXS-adresses

ENCORE 1 PROCÈS-FARCE !!!

PROCES FARCE 13.09.2012 (arenas)-azkPROCES FARCE 13.09.2012 (victoria)-azkMADRID, LE 13 SEPT 2012 :

PITOYABLE TRAGI-COMÉDIE !!!

Audios du dernier Procès-Farce contre "Arenas" et Victoria Gómez. Il n'y a rien de mieux pour rompre la Guerre Sale déployée contre le PCE(r) qui tente de le relier au faux amalgame criminalisateur : PCE(r)-GRAPO... que d'écouter leurs propre paroles. Quand "Arenas" parle sur la politique la Juge l'interrompt et l'expulse. L'avocat de la Défense rompt avec des données tranchantes et sans appel les inventions mises dans les Dossiers judiciaires pour impliquer "Arenas" dans les GRAPO.

  NI OUBLI, NI PARDON !

ABELARDOLIBERTÉ POUR LE COLLECTIF

DES PRESXS POLITIQUES

DU PCE(r), DES GRAPO ET DU SRI

DONT LE CAMARADE ARENAS!

camarade ARENAS

République Populaire

CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ AVEC LES PRESXS MALADES

PRESXS MALADESPLUS D'INFOS (cliquer)

7 PRES@S DU COLLECTIF DES COMMUNISTES, ANTIFASCISTES ET SOLIDAIRES DU PCE(R), DES GRAPO ET DU SRI ONT DE GRAVES MALADIES INCURABLES ET ILS/ELLES SONT SÉQUESTRÉ/ES DE FACTO. NOUS EXIGEONS LEUR MISE EN LIBERTÉ IMMÉDIATE!

1-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE-azk

MONTRE  TA SOLIDARITÉ !

IMPRIME LA CARTE ET ENVOIE-LA !

COPIE-LA ET FAIS-LA CIRCULER !

1bis-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE

12-Enrike KUADRA ETXEANDIA-GRAPO

Enrique KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique des GRAPO. Né à Barakaldo (Bizkaia, Pays Basque) le 9 juin 1950. Militant des GRAPO et Historique militant du PCE(r), âgé de 62 ans. En prison 2 fois (22 ans au total). Sauvagement torturé. Mis une nouvelle fois en prison en 1995 : il est devenu gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Daroca (Zaragoza). Opéré d'un cancer à la prostate. Prisión de Daroca Ctra. Nombrevilla 50360 Daroca (Zaragoza)

1-Manuel PEREZ MARTINEZ-PCE(r)-fr

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, prisonnier politique du PCE(r). Né à Melilla le 1er novembre 1944. Secrétaire Général du PCE(r), âgé de 68 ans. En prison 3 fois (19 ans au total). Toujours en situation d'Isolement extrême. Mis une nouvelle fois en prison 2000 : il est devenu un malade chronique. Actuellement, il se trouve dans la Prison de Castellón II. Il souffre de graves problèmes occulaires, de cataractes, migraine chronique, de rhumes continuels qui le maintiennent prostré, d'une hernie du hiatus et de plusieurs maux associés. Prisión de C.P. Castellón II 12140 Albocasser 

11-MARIA JOSE BAÑOS-GRAPO-fr

María José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO. Née dans le Sud-Est de l'État français le 11 novembre 1964. Militante des GRAPO âgée de 48 ans. 18 ans en prison. Mise en prison en 2002 : elle est devenue encore plus gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Valencia II. Foie dans un très mauvais état. VIH. Elle a besoin d'une déviation coronaire. Fortement médicalisée. Prisión de Picassent-Valencia II - a.c. 1002, 46225 PICASSENT (Valencia).

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)

Manuel ARANGO RIEGO, prisonnier politique du PCE(r). Né à Villaseca de Laciana (León) le 12 décembre 1948. Historique militant du PCE(r), âgé de 64 ans. Il a été plus de 20 ans en clandestinité après avoir été détenu et incarcéré à de nombreuses occasions et blessé par les tirs de la Police lors de l'une d'entre elles. Mis en prison une nouvelle fois en 2007 : il est devenu gravement malade. Il est actuellement dans la Prison de Zuera (Zagazoza). Dans cette prison, il manque de physiothérapeute et de plusieurs médicaments dont il a besoin. Il a une sciatique chronique qui l'oblige à marcher en étant aidé; arthrose générale; hépatite chronique avec perte de masse hépatique. Ulcère duodénal chronique car il a été emputé de l'intestin grêle. Hypermédicalisé. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza).

2-ISABEL APARICIO-PCE(r)-fr

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, prisonnière politique du PCE(r). Née à Madrid le 2 février 1954. Militante du PCE(r), âgée de 58 ans. En prison 2 fois (9 ans au total). Incarcérée en 2007 : elle est devenue gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Zuera (Zaragoza). Arthrose générale, ostéoporose, hernies lombaires et discales, sinusite chronique, elle a besoin de plusieurs opérations. Récemment opérée de cataractes aux 2 yeux. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza). 

21-Paco CELA SOANE-PCE(r)Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r). Né à Verin (Ourense) le 29 octobre 1958. Militant du PCE(r), âgée de 56 ans. En prison depuis 26 ans, en 3 fois. Incarcéré en 2007: il est gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Picassent (Valencia). Diabète très problématique. Jusqu'en novembre 2010, il a eu besoin de 5 injections d'insuline par jour. Prisión de Picassent -Valencia II. ac 1002. 46225 PICASSENT (Valencia).

4-Résister c'est vaincre-fr3-adosB

HOMMAGES DÉC 2014

NI OUBLI,NI PARDON! 

xc-29 AOUT 2013 VIGO

BIOGRAPHIE (Lire) 

au-(05.12.1982)-JUAN MARTIN LUNA-PCE(r)NI OUBLI,NI PARDON!

ACTE DE SOLIDARITÉ

ÉLECTIONS BOURGEOISES :

BOYCOTT !!!

LA LUTTE EST DANS LA RUE PAS AU PARLEMENT-2

Lutte et organise-toi avec le SRI ! A l'école, université, usine, entreprise, quartier : partout tu peux Lutter pour abolir le Capitalisme et l'Exploitation de Classe en oeuvrant pour  LA RÉVOLUTION SOCIALISTE afin d'abolir définitivement toute Classe et Exploitation par LE COMMUNISME ! ET N'OUBLIE PAS LA SOLIDARITÉ AVEC LES ANTIFASCISTES ET COMMUNISTES EN PRISON : DEDANS ET DEHORS FACE A LA RÉPRESSION   !

  

  PREKARIOEN GAUA

CONTRE L'EXPLOITATION

Pour l'Unité des prolétaires

jpeg-xuria-KARTELA 08.12.2012-azk

  SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2012

(à partir de 18h.  23bis Rue des Tonneliers. BAYONNE)

(plus d'infos) et Gadafiste Brothers

PHOTOS DE LA SOIRÉE

jpeg-IMP+WEB-rouge-AFFICHE NUIT DES PRECAIRES-BAIPRESOAK KALERA !

PRESOAK ETXERAT !

PRESOAK KALERA

SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012 (BAIONA)

(15h30. Place des Basques)

Manifestation pour la liberté

des prisonnier-ère-s politiques basques

  Aux personnes qui ont Lutté

et qui Luttent contre le Fascisme...

LUCHA ANTIFA

VENDREDI 9 NOVEMBRE 2012

(18h30. Place Louis XIV. ST-JEAN-DE-LUZ)

JOURNÉE INTERNATIONALE : NUIT DE CRISTAL

Rassemblement contre le Fascisme : sexisme,

discriminations et racisme... (plus d'infos)

(9 NOV) KRISTALL NACHT 1938-2012-azk

  ZYED ET BOUNA

NI OUBLI, NI PARDON !

Zyed et BounaLUTTE CONTRE LE NON-LIEU ! (plus d'infos)

 

 

presosenferGrève de la Faim de Solidarité avec Iosu 

Dans les États français et espagnol : plus de 250 prisonnier(ère)s politiques sont en Lutte ouverte avec des Grèves de la Faim, refus des conditions de détention, protestations...

Le prisonnier politique des GRAPO : Enrike Kuadra Etxeandia s’est mis en Grève de la Faim illimitée en Solidarité avec la Grève de la Faim de Iosu Uribetxeberria Bolinaga, un prisonnier politique basque gravement malade en phase terminale dans la prison de Daroca à Zaragoza. Une Grève de la Faim de Solidarité a aussi été commencée par les militants des GRAPO : Nacho Varela Gómez (prison de Puerto I) et Marcos Martín Ponce (prison de Morón de la Frontera, Sevilla). Les autres prisonnier(êre)s du Collectif des prisonnier(ère)s poltiques du PCE(r), GRAPO et SRI informé(e)s rejoignent aussi cette Grève...

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIER(ERE)S POLITIQUES !!!

Si l'Etat espagnol a concédé la "Liberté" conditionnelle à Iosu : celle-ci n'est toujours pas effective. En Italie et depuis le Secours Rouge International : des messages et des cartes de dénonciation de cette situation sont envoyées au Ministre de l'Intérieur  de l'État espagnol à Madrid.

Appel du Comité pour un SRI (Italie) : L'Etat espagnol laisse mourir en prison un prisonnier politique malade en phase terminale. Iosu Uribetxeberria Bolinaga est atteint d'un cancer maintenant en phase terminale. Selon les médecins de la prison elle-même, il ne dispose que d'une chance de 10% de vivre encore une autre année. Néanmoins, les "Autorités" refusent de lui concéder la Liberté et désormais 7 autres personnes de plus sont en prison car elles ont participé à une Marche de Solidarité pour Iosu lequel est incarcéré suite à l'accusation d'avoir tué un employé de la prison... Dans les Etats espagnols, français et turc : plus de 500 personnes sont en Grève de la Faim pour réclamer la liberté de ce prisonnier politique gravement malade. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques Antifascistes espagnol(e)s (1) souscrit à cette grève illimitée. Quiconque veut se solidariser avec Iosu peut envoyer une carte ou un télégramme au Ministre de l'Intérieur de l'État espagnol. Pour le texte il suffit de mettre : «NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ IMMÉDIATE DE Iosu Uribetxeberria Bolinaga» (N'oubliez de mettre la signature et le nom de l'expéditeur/trice !)" (1) PCE(r), GRAPO et SRI

IOSU ASKATULeçon de dessin. (Nizar Qabbani, poète syrien) Mon enfant pose en face de moi sa boîte de peintures et il me demande de lui dessiner un oiseau. Je trempe le pinceau dans la couleur grise et je dessine un carré avec des fermetures et des barreaux. Ses yeux se remplissent d’obscurité : “Mais... c’est une prison, papa ! Tu ne sais pas dessiner un oiseau ? Et je lui dis : “Mon enfant, pardonne-moi... J’ai oublié la forme des oiseaux.” Mon enfant pose alors en face de moi son carnet de dessin et il me demande de lui dessiner un épis de blé. Je prend la plume et je dessine une arme à feu. Mon enfant se moque de mon ignorance et il s’exclame : “Papa ! Tu ne connais pas la différence entre un épis de blé et une arme à feu ?“. Je lui dis : “Mon enfant, oui j’ai connu les formes des épis de blé, celle de la miche de pain, celle de la rose mais dans cette époque très dure que nous vivons actuellement les arbres de la forêt se sont unis à la Résistance pour Lutter.(…)”

Dessin d'AURORA(Juin 2012)(Juin 2012) Dessin d'Aurora Cayetano 

prisonnière politique du PCE(r) en Prison

  

  

(gorria)Résistance-1

(TOULOUSE) : PROCES-FARCE ! Face à la Répression de l'Etat français Solidarité avec le CREA (OKUPA) RÉSISTER C'EST VAINCRE ! (plus d'infos) SOLIDARITÉ !

21 JUIN 2012

JEUDI 21 JUIN 2012 (PARIS) (19H) RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRISON DE LA SANTÉ Concert de dénonciation contre la Terreur d'État Plus d'infos (cliquer)

 

lamine-diengmanifestation-lamine-dieng-2011-avenue-gambettaNI OUBLI ! NI PARDON ! lamIne dieng, Un ouvrier assassinÉ par la Police de l'État français MARCHE COMMÉMORATIVE À PARIS (14h) Samedi 16 Juin 2012 (Plus d'infos)

vérité et justice pour ali ziri-2NI OUBLI ! NI PARDON ! ALI ZIRI, Un ouvrier assassinÉ le 9 Juin 2009 par la Police de l'État français Rassemblement À Argenteuil (14h30) Samedi 9 Juin 2012 (Plus d'infos)

LIBERTÉ POUR DENIZ

VENDREDI 25 MAI 2012 (NUREMBERG, ALLEMAGNE)15H RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CONTRE LE PROCES-FARCE DE DENIZ : UN ANTIFASCISTE (plus d'infos)

 

jpeg-A3 AFFICHE 19-20 MAI 2012-azk

OU SONT-ILS ? OU SONT-ELLES ? CONTRE LA TERREUR D'ETAT SEMAINE CONTRE LES DISPARITIONS POLITIQUES (17-31 MAI 2012)  

Organisée par l'ICAD-Section française PLUS D'INFOS (cliquer)

euskal presoak euskal herriraJEUDI 31 MAI 2012 (devant la mairie de BAIONA) Jour du Procès en appel à Paris (19 H) RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC JON KEPA PAROT prisonnier politique basque d'ETA PRIS EN OTAGE PAR L'ÉTAT FRANCAIS DEPUIS 23 ANS

jpeg-(09.05.1976) ULRIKE MEINHOFazkPlus d'infos (en cours rédaction)

IBAI ASKTATU-1

IBAI ASKTATU-2 IBAI ASKATU ! GUK ZUREKIN ! LIBERTÉ POUR IBAI PEÑA BALANZATEGUI ! ON EST AVEC TOI ! EUROAGINDUEI EZ !  Plus d'infos  et Lutte Antifasciste  (Originaire de Gasteiz et réfugié politique à Baiona.Transféré en Juin 2012 de la prison de Seysses dans l'État français à celle de Soto del Real dans l'État espagnol) Pour lui écrire : IBAI PEÑA BALANZATEGUI - MADRID-V SOTO DEL REAL CENTRO PENITENCIARIO - CARRETERA COMARCAL 611 - 28.791 SOTO DEL REAL (MADRID) ESPAÑA.

 

 

 

HOMMAGE A LA CAMARADE YASEMIN DU MLKP

Yasemin Yoldas-3

La "Camarade Yasemin" du MLKP est morte le 9 février 2012

en luttant contre l'Etat turc fasciste

pour la révolution socialiste et le Communisme

en Turquie et au Kurdistan

PLUS D'INFOS (cliquer)

HOMMAGE, GRÈVE DE LA FAIM ET DÉTENTION

SOLIDARITÉ AVEC MANUEL ARANGO RIEGO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

LE 19 OCTOBRE 2011

FIN DE LA PROTESTATION AVEC

GRÈVE DE LA FAIM

DEPUIS LE 16 SEPTEMBRE 2011

CONTRE LE DÉNI DE LA CONDITION DE PRISONNIER/ÈRE POLITIQUE ET DE MILITANCE

MIS EN OEUVRE PAR L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE ET L'ÉTAT ESPAGNOL

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)-castLA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME ! ÉCRIS-LUI !

Prision de C.P. Madrid VI - Aranjuez

C.P. Madrid VI 28300 Aranjuez (Madrid)

02.10.11-im1(lettre interceptée)

  11 OCTOBRE 2011 (BAIONA). DIFFUSION DE 300 TRACTS SRI* À DES PROLÉTAIRES DURANT UNE MANIFESTATION NATIONALE DANS L'ÉTAT FRANÇAIS CONTRE LA PRÉCARITÉ.

* En Solidarité avec la Grève de la Faim du Camarade Manuel Arango Riego, Prisonnier Politique du PCE(r) et pour rappeler l'existence de la Lutte dans les prisons du Collectif des presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI.

BLOG(Manif 10oct2011)TRACT SRI-jpeg DÉTENTION ET MISE EN "LIBERTÉ" AVEC CHARGES

DE PABLO HASÉL, RAPPEUR DE 22 ANS 

LIBERTÉ POUR CE CAMARADE SOLIDAIRE ET COMBATIF!

pablo Liberté !LIBERTÉ IMMÉDIATE DE PABLO HASÉL !

Il est Communiste, les terroristes c'est vous.

SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASÉL !

-COMMUNIQUÉ DE PABLO HASÉL

ET CAMPAGNE DE SOUTIEN

logo-radio-clash

RADIO CLASH DE LIMOGES

-Émission du 4 octobre 2011

-Émission du 11 octobre 2011

-Emission du 18 octobre 2011