Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 01:30

  LES PROBLÈMES ET REVENDICATIONS

DES TRAVAILLEUSES DE TURQUIE

ET KURDISTAN NORD

Texte de Aysé, communiste Marxiste-Léniniste Kurde ex-prisonnière politique dans l'État turc

Texte lu pour la 1ère fois lors du meeting du collectif “FEMMES EN LUTTE 93” le 18 février 2012 à St-Denis. Publié ensuite dans la Revue internationaliste basque EKAITZA (spécial 8 mars), sur la proposition de la Dynamique de Baiona des Comités pour un SRI.

 

EKAITZA 8 MARS 2012-suite (1)“Bonjour à toutes et à tous. Je vais faire un exposé sur les problèmes et revendications des travailleuses de Turquie. Je voudrais d’abord préciser pourquoi je suis exilée en France, après avoir vécu 40 ans en Turquie. Je suis une militante communiste révolutionnaire, depuis l’âge de 19 ans.

Avant de venir en France, j’ai passé une vie révolutionnaire dans de longues grèves et Luttes de Résistance dans la Classe ouvrière.

J’ai commencé ma vie ouvrière dans un atelier de textile en 1986 : au rez de chaussée d’un immeuble. Dans les années 1990 : j’ai eu ma première expérience de Résistance devant une usine.

En 1994 : je suis devenue syndicaliste, puis vice-présidente de DISK Textile Istambul, première section. De 2003 à 2009 : j’ai été à la direction du syndicat Textil-sen. Etant une ouvrière, j’ai pris place dans la lutte des femmes.

J’ai été incarcérée 6 fois et je suis restée en prison plus de 3 ans.

EKAITZA 8 MARS 2012-suite (2)Le 7 mars 1999 : j’ai perdu mon époux Süleyman Yeter, syndicaliste et leader prolétaire, mis en garde à vue et tué sous la torture par la police. J’ai poursuivi le combat contre la torture, cette arme politique de l’État fasciste, en demandant des comptes au Tribunal pendant 5 ans. Moi non plus je n’ai pas renoncé à mes idéaux de Révolution et de Socialisme bien que j’aie subi d’atroces tortures. J’ai donc dû m’exiler en France à cause de la peine de 6 ans et demi que l’État fasciste m’avait infligée. Je vis en France depuis juillet 2011, je désire apprendre le français, faire partie de la lutte des femmes aussi bien dans mon pays que dans le monde entier, lutter pour apporter des solutions. Bien évidemment, si dans mon pays, je suis amnistiée, je souhaite y retourner; je ne dois pas oublier de dire que j’ai hâte de retrouver mon nouveau compagnon qui se trouve depuis 6 ans en prison en Turquie. Ici, je suis des cours de français, et je tiens à remercier la camarade Marie pour son aide.

Photo 2 (article Ayse)

  Peinture de Ersan Cagatay sur les Disparitions politiques : la mère de Hasan OCAK avec le portrait de son fils, militant communiste du MLKP sequéstré le 21 mars 1995, torturé et assassiné par l'État turc. Disparu puis retrouvé par sa famille et Camarades dans une fosse commune. Depuis cette date, les Mères du Samedi se réunissent chaque semaine en contribuant ainsi à étendre et renforcer la Résistance face au Programme de Terreur d'Etat...  

 

Quelle est la situation générale des travailleuses en Turquie ?

HASAN OCAKLa Turquie se trouve parmi les pires pays au monde concernant les conditions de travail des femmes : les capitalistes courent derrière le profit et ont besoin du travail bon marché et de qualité des femmes dans la production et dans les services.

En Turquie et au Kurdistan Nord, le nombre de travailleurs déclarés est de 16 millions dont plus de 10 millions d’ouvriers. Quant aux femmes salariées, leur nombre officiel de 6 millions, mais comme seulement une sur 5 bénéficie de la sécurité sociale, elles sont en réalité plus nombreuses.

Les secteurs où sont les femmes: nettoyage, tourisme, santé, éducation; elles y sont à des postes peu qualifiés et sans sécurité sociale, à temps variable. Les privatisations ont aggravé ces conditions.

Ouvrières de l'Industrie textile dans l'Etat turc.

Usine textile en TurquieEn Turquie, il existe une grande différence entre le milieu rural et le milieu urbain : dans l’agriculture, pratiquement un travailleur sur deux est une femme, alors qu’elles ne sont que 17% dans les villes, dont plus de la moitié sont diplômées. Dans la fonction publique, un emploi sur trois est occupé par une femme. Mais à cause des politiques agricoles impérialiste et de la Guerre Sale au Kurdistan, le travail agricole est en recul et beaucoup de femmes doivent passer dans les services. Selon des études faites en 2011, le nombre des travailleuses est en augmentation; en ce qui concerne les ouvrières en production, une sur trois est dans les secteurs du cuir et du textile, c’est là que se trouvent la plupart de celles qui ont la sécurité sociale.

La politique économique et la stratégie industrielle de la Turquie sont conditionnées par la Guerre menée au Kurdistan : même si des investissements se font dans cette région, du fait de la Guerre de nombreuses femmes ont dû migrer vers l’Ouest, et le nombre des travailleuses y est limité; ajoutons à cela que plusieurs femmes qui souhaitent travailler doivent demander l’autorisation de l’époux, du père, du frère ! Mais au Kurdistan, comme les mairies sont sous le contrôle du mouvement kurde, elles ont pris des décisions importantes, surtout dans les conventions collectives contre les traditions et la culture patriarcales, le conservatisme, les valeurs féodales, et elles les ont mises en application. Par exemple, si un mari est violent, son salaire sera versé à son épouse.


Où en sont le Droit du travail et le temps de travail ?

ouvrières du textile en turquieAvec la mondialisation, la notion de temps de travail a beaucoup changé : les impérialistes ont mis en place le travail flexible, sans règle, profitant de la main d’œuvre bon marché. Selon la loi, le temps de travail est de 45 heures, mais le travail au noir s’est développé, et alors, on atteint les 60 à 70 heures. Comme on ne prend aucune précaution pour la santé du travailleur, les accidents et maladies du travail augmentent.                      Ouvrières de l'Industrie textile dans l'Etat turc.

Beaucoup de femmes acceptent alors de travailler à domicile, avec une machine à coudre, et pour elles, la vie devient insupportable, car à ce travail, il faut ajouter les tâches ménagères. Les femmes doivent produire et travailler sous le joug patriarcal, mettre au monde les jeunes ouvrier(ère)s pour l’avenir du Capitalisme, leurs meilleurs moments sont gaspillés.

Les salaires : Dans plusieurs secteurs, les salaires sont fixés suivant les rôles sexistes attribués par la société capitaliste, même si selon le code du travail, hommes et femmes sont égaux. La Turquie a adhéré en 1951 à la Convention du travail de l’Organisation Internationale du Travail, sur l’égalité salariale, mais la réalité est différente, l’écart de salaire varie de 3 à 20%. Le salaire minimum est de 302 euros.

Photo 1 (article Ayse)"La Camarade Yasemin" du MLKP ouvrière communiste turque âgée de 25 ans

morte le 9 Février 2012 en luttant

pour le Socialisme et le Communisme en Turquie et Kurdistan Nord.

(Lire l'article sur la Camarade Yasemin)

Quels sont la place et le rôle des femmes en Turquie ?

Selon la tradition, la place de la femme est à la maison, son rôle est avant tout d’être une épouse et une mère. Quand elle travaille, on continue à attendre qu’elle assume son rôle traditionnel, et son salaire vient juste s’ajouter à celui du mari. La travailleuse se libère d’une partie des 4 murs, de sa prison en étant dans le milieu social du travail. Elle commence alors à prendre des décisions concernant l’économie familiale, elle est contente du changement qui intervient dans sa position sociale et prend confiance en elle. Son assiduité au travail augmente. Mais les jeunes travailleuses qui ont dû émigrer et se trouvent dans des secteurs durs comme le textile, n’ont souvent qu’une idée : retourner à la maison en se mariant, quitter les difficiles conditions de travail. Et les travailleuses syndiquées hésitent mille fois quand il s’agit de s’affirmer syndicaliste ou de devenir déléguée.


Pourquoi est-il si difficile d’être syndicaliste ?

ouvrières turques en usine textileEn 1980, le Code des Syndicats (2821) et le Code des Grèves et conventions collectives, est entré en vigueur, suivi du coup d’État militaire.

Ouvrière de l'Industrie textile dans l'Etat turc.

Il est clair que ce Code va évoluer selon les besoins de l’Impérialisme. Je voudrais citer en exemple trois obstacles que rencontrent les travailleur(euse)s pour exercer une activité syndicale : le premier barrage est celui des 10%, c'est-à-dire que si 10% des travailleur(euse)s ne sont pas syndiqué-e-s dans le secteur, vous ne pouvez pas faire de convention collective ; le deuxième barrage est celui des 51% : si dans une entreprise, il n’y a pas 51% de syndiqué, il n’y a pas de négociation avec le patron. Enfin, troisième obstacle, le/la travailleur/euse qui se syndique ou qui donne sa démission, doit payer un juriste.

On voit bien que le Code du Travail et le Code des Syndicats sont garants de l’Exploitation des travailleur(euse)s en général et de l’organisation des travailleuses. Il faut dire que pour une femme, être syndiquée est un pas qui lui fait prendre conscience de faire partie de la Classe ouvrière, et parfois, une prise de conscience dans le domaine de la sexualité et de sa vie de femme. Mais il faut ajouter que les problèmes sont plus importants du fait de l’obligation d’avoir l’autorisation du père, de l’époux, ou du frère. Quant aux ouvrières non syndiquées, beaucoup ne connaissent pas leurs Droits, ou travaillant sans être déclarées, n’en ont pas.


Quels sont les droits spécifiques des femmes ?

IstambulLe Code du Travail fixe qu’à partir de 100 à 150 travailleur(euse)s dans une entreprise, il faudrait une crèche à proximité, mais cela n’est pas appliqué. Beaucoup de femmes ne savent même pas que ce Droit existe et, malheureusement, malgré les Campagnes des Mouvements de femmes en Turquie, ni les travailleuses ni les syndicats ne revendiquent ce Droit. Des améliorations ont été obtenues grâce aux luttes des femmes concernant la durée du congé maternité qui est passé de 6 à 8 semaines. Le père a droit à 10 jours à la naissance. Mais les capitalistes ont développé nombre de contrôle honteux pour limiter la durée de congé des femmes enceintes. Quartier d'Istambul

Concernant les travaux pénibles dans le textile, les femmes ont obtenu en 2004 que 5 jours de congés pour règles soient accordés, mais un patron de textile à Gaziantepte qui fait travailler 4000 ouvrières a dit que cela portait un coup dur au secteur et menacé de licencier les ouvrières ! L’article 24 du Code du Travail permet de dénoncer le harcèlement sexuel, mais cela est difficile à annoncer et à prouver.

 

Quelles sont les principales revendications des associations féministes pour les femmes turques ?

Les femmes turques revendiquent de ne plus être la main d’œuvre de réserve dans les conditions de l’Exploitation capitaliste.

Que les discriminations à l’embauche soient supprimées.

Que l’égalité des salaires soit appliquée.

Que l’on mette fin aux licenciements des ouvrières.

Que l’on supprime le travail flexible. Que tous les travailleur-euse-s aient la sécurité sociale.

Que l’on développe le nombre de crèches d’entreprises et facilite l’accès des femmes. Que l’on en finisse avec la surcharge d’heures de travail dans les secteurs à risque.

Pour les 35 heures hebdomadaires. La sécurité du travail et la sécurité sociale pour les travailleuses à domicile.

Que la discrimination et le harcèlement soient punis. Priorité aux femmes divorcées dans l’attribution des logements et d’un travail.

Ouverture rapide de foyers pour les femmes, foyers de solidarité accueillant un nombre limité et reconnu de femmes, dans chaque ville et chaque sous-préfectorat.

Que des foyers soient gérés par les femmes.

Syndicalisation : suppression de tous les obstacles et parité dans les syndicats. Parité obligatoire au Parlement, dans les associations et partis.

Déclaration officielle du 8 MARS comme jour férié payé en tant que Journée Internationale des Travailleuses.

Fin de toute discrimination, sexuelle, syndicale, nationale et de Classe !

Dans nos activités au sein de l’Union des Femmes Socialistes, en France et en Europe, nous disons : «Révolution des femmes,les femmes marchent au cœur de la politique, nous quittons les cuisines !»...”

zone industrielle à Antalya (Turquie)Expansion de la zone industrielle à Antalaya (Etat turc)

 

1. AUTRES ARTICLES FEMMES ANTIFASCISTES

8 MARS 2012: LUTTE DE CLASSE ! INTERNATIONALISME !

TEXTE DE "LA CAMARADE BETTA"

DES COMITES POUR UN SRI DANS L'ETAT ESPAGNOL

 

ANTIFA N°11 (HOMMAGE 14.01.80-2012)

HOMMAGE À LA CAMARADE ANTIFASCISTE JOSEFA JIMENEZ ZAMORA DES GRAPO, ASSASSINÉE LE 14.01.1980 PAR L'ÉTAT ESPAGNOL MONARCO-FASCISTE, SUITE À DES BLESSURES PAR BALLES LORS D'UN AFFRONTEMENT ARMÉ

AVEC LA POLICE ET APRES AVOIR ÉTÉ TORTURÉE

DANS L'HÔPITAL LUI-MÊME OÙ ELLE AVAIT ÉTÉ TRANSFERÉE.

 

2. PLUS D'INFOS

-  PRES.O.S 

- MLKP

- UNION DES FEMMES SOCIALISTES

- FEMMES EN LUTTE 93

bandeau FeL93-2-

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 01:00

AURORA : 30 ANS DE DÉTENTION

DU FAIT D'ÊTRE COMMUNISTE

Photo 1 (article Betta) Texte de la "Camarade Betta", membre du SECOURS ROUGE ROME, des COMITÉS POUR UN SRI dans l'État espagnol

et de la Commision Internationale SRI

Contribution pour le 8 Mars 2012 dans "EKAITZA" (1)

(1) "Tempête" : revue basque internationaliste du Pays Basque Nord.

EKAITZA-logo

EKAITZA N°1265 spécial 8 MARS 2012“En réalité, le 8 mars n’est pas “né” comme un jour de fête mais plutôt pour rappeler une série d’évènements historiques qui ont marqué le début d’un tournant dans l’affirmation des Droits des femmes et en particulier des travailleuses. Signalons cependant qu’il existe diverses sources en ce qui concerne l’origine de cette “Journée internationale de la femme ” ou “Fête des femmes”. La première source, la plus reconnue, semble remonter aux évènements de 1908, quand un groupe d’ouvrières de l’entreprise textile Cotton à New-York entreprit une grève de plusieurs jours pour obtenir l’amélioration de leurs conditions de travail. Le 8 mars, le propriétaire de l’entreprise fit fermer les portes de l’usine avec les manifestantes à l’intérieur et déclencha un incendie (dont l’origine criminelle fut ensuite reconnue) qui entraîna la mort de 129 ouvrières. Il existe d’autres versions semblables, liées à la Lutte du monde ouvrier féminin employé dans l’industrie textile et ayant de nombreuses ressemblances les unes avec les autres. Il est donc difficile de remonter à l’origine effective de cette récurrence, d’autant que certains savants en voient l’origine dans la Deuxième Journée Internationale des femmes (1910), quand les déléguées des 14 pays participants décidèrent que les femmes socialistes de chaque nation, soutenues par les syndicats, devaient organiser une journée de la femme pour relancer le Droit de vote des femmes. Malgré ces origines incertaines, la tendance à célébrer la journée des femmes s’affirma petit à petit dans diverses parties du monde.

EKAITZA-article de BettaActuellement cette journée fait partie de ces “fêtes” largement commerciales dont se nourrit notre société. Pour certain-e-s, toutefois, la journée est un appel à la Lutte et à la Résistance. Et en parlant de Lutte et de Résistance, nous ne pouvons pas ne pas penser aux nombreuses femmes (et aux nombreux hommes) qui sont enfermées dans les prisons pour des raisons politiques. En Europe, le nombre des prisonnières politiques est désormais faible, sauf dans l’État espagnol…

Et c’est justement à la plus “ancienne” des prisonnières politiques, non pour son âge mais pour ses années de détention, AURORA CAYETANO NAVARRO que nous voulons dédier notre petite intervention à la Journée de la femme, journée que, un jour ou l’autre, nous espérons vraiment pouvoir fêter sans chaînes, non seulement avec Aurora mais avec toutes (et tous) les Camarades.

 

Photo 2 (article Betta)AURORA est détenue dans l’État espagnol et, à ce jour, elle a effectué quelque TRENTE ans de prison… parce qu’elle EST COMMUNISTE.

Aurora est née à Vigo, en Galice, en 1957 et a grandi dans le “Campo de la Feria”, un quartier modeste, habité par des familles de travailleur-euse-s qui lui ont montré, dans les faits, les souffrances et les privations subies, ce qui l’a évidemment sensibilisée sur ce sujet déjà toute petite. Comme elle le raconte elle-même, de ces travailleur-euse-s fatigué-e-s et exploité-e-s, elle a apprécié leur vie courageuse, leur générosité, leur honnêteté, leur solidarité.

À 14 ans, elle est partie travailler dans une usine de conservation de poisson et là elle a appris à ses dépends ce que signifie l’Exploitation et les abus des patrons. Dans le même temps, elle a compris l’importance de l’unité entre ouvrier-ère-s et donc aussi, très jeune, elle a pris conscience de la nécessité de faire quelque chose pour modifier cette situation. En outre, à la lumière de l’expérience transmise par la Grève Générale Révolutionnaire de 1972, elle prit contact avec l’Organizacion Obreira (Organisation ouvrière) et commença à militer dans la OMLG (Organisation des Marxistes Léninistes de Galice). En 1975, elle entre dans le tout jeune PCE(r) (Parti Communiste d'Espagne reconstitué le 8 Juin 1975) qui venait de se créer. En décembre 1976, elle est arrêtée pour la première fois et reste en prison pendant deux mois. Elle vit la répression dans sa chair et si à cela on ajoute les évènements du 27 septembre 1975 avec 5 antifascistes fusillés par la Dictature de Franco puis le 3 mars 1976 à Vitoria l'assassinat de 5 ouvriers assassinés avec plus de 100 blessé-e-s : sa décision de s’unir à la guérilla antifasciste GRAPO (Groupes de Résistance Antifasciste Premier Octobre 1975) dès sa sortie de prison est bien compréhensible.

Photo 4 (article Betta)En 1978, elle est de nouveau emprisonnée alors qu’elle fait partie d’un commando actif des GRAPO, organisation avec laquelle elle a développé une importante activité de Résistance armée contre l’État monopoliste espagnol. Elle est torturée de façon barbare par la Brigade Politique Sociale de “Billy el Niño” et d’autres. Elle fait 20 ans de prison au cours desquels elle est transférée 15 fois ; elle participe à 21 grèves de la faim dont une de 465 jours avec ses Camarades. Entre 1992 et 1994, les transferts d’une prison à l’autre s’intensifient. De nouveau libre en 1998, après 20 ans, elle reprend son activité politique. À cause de la criminalisation et de la répression qui sont la conséquence de son travail de communiste, en 2000 : elle décide d’entrer dans la clandestinité avec le PCE(r).

Arrêtée le 18 juillet 2002 à Madrid, lors d’un “coup de filet” qui coûte la liberté à 19 militant-e-s (GRAPO, PCE(r) et SRI), elle est de nouveau emprisonnée, avec une condamnation de 12 ans à cause de son militantisme de communiste, tout comme les autres membres du PCE(r) ou du Secours Rouge International. Elle continue à passer d’une prison à l’autre et se trouve actuellement à plus de 1 000 km de sa famille et de sa terre natale.”

Photo 3 (article Betta)(Été 1983. Prison espagnole de Haute Sécurité d'Herrera de la Mancha) Bibliothèque organisée par la Commune en prison des prisonniers politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI. Le 1er à droite avec la pipe dans la bouche est José Maria Sanchez Casas le "Camarade Vargas"; le seul avec lunettes est le "Camarade Arenas".


Notes. Dessins de José Maria Sanchez Casas, le "Camarade Vargas" (GRAPO) mort le 27.01.2011 par Extermination lente en "liberté" conditionnelle, dans l'attente d'une transplantation du coeur.

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 01:00

HOMMAGE À LA CAMARADE YASEMIN

MILITANTE COMMUNISTE DU MLKP*

Yasemin Yoldas-3MORTE EN LUTTANT

CONTRE LE RÉGIME FASCISTE TURC

POUR LA RÉVOLUTION SOCIALISTE

ET LE COMMUNISME

*Marksist-Leninist Komünist Partisi

Parti Communiste Marxiste-Léniniste

de Turquie et du Kurdistan Nord

<info@mlkp.info>

MLKPLa camarade Yasemin est vivante, le MLKP lutte !

 INFO DU MLKP :  Nous avons perdu notre Camarade Yasemin Ciftci, durant la nuit du 9 février 2012, au cours d'une explosion dans le district Sancaktepe d'Istambul. La Camarade Yasemin est devenue une martyre durant les préparatifs d'une action qu'elle a lancée avec l'objectif et la conscience de demander des comptes à la Dictature Fasciste colonialiste de l'État turc et d'augmenter la Lutte Révolutionnaire contre l'État bourgeois turc. A l'égal d'un chant de Dignité, elle était militante et courageuse. La façon dont la Camarade Yasemin a vécu sa courte vie en tant que jeune femme communiste a rejoint pour l'éternité la Lutte pour la Révolution et le Socialisme. Son martyre illumine le chemin à suivre pour la Victoire. Des milliers de jeunes coeurs de Cukurova, Karadeniz, Ege, Mármara y du Kurdistan rempliront les files de combattant-e-s avec un grand courage, volonté et enthousiasme ! Les femmes travailleuses assumeront la Lutte pour le Communisme, celle pour laquelle Yasemin a sacrifié sa vie, sur les barricades comme l'a fait ! Notre Parti continuera de demander des comptes à celui contre lequel elle dirigeait son action. Nos martyr-e-s sont notre serment pour la Victoire. Sa mémoire illuminera notre chemin et elle vivra dans nos chants de Victoire.

Yasemin Yoldas-2

Les milices du MLKP saluent la Camarade Yasemin

INFO DU MLKP : En hommage à la Camarade Yasemin Çiftçi qui est morte le 9 février 2012, les forces de la milice du MLKP ont réalisé une action dans la nuit du 11 février 2012 dans le quartier de “1 Mayis” à Atasehir (Istambul) avec une banderole où il était écrit : "La Camarade Yasemin est immortelle !” et en criant les slogans : “Le Parti demandera des comptes aux assassins !” “Dans les files du MLKP!”, “Nos martyr-e-s sont vivant-e-s, le MLKP lutte !”, “Vive notre Lutte armée !” et “Ouvrier-ère-s, entre dans les rangs du Parti !”, les forces de la milice de notre Parti ont réalisé une marche dans la rue 3001 et celles-ci ont réalisé le serment de la Révolution en mémoire à la Camarade Yasemin.

 

(13.02.2012) Déclaration du Quartier Général des HPG

Femme sympathisante du PKK«Nous, les HPG (Forces de Défense du Peuple, forces armées du PKK) rendons hommage avec un grand respect à Yasemin Çiftçi, la martyre de l'Unité démocratique des peuples contre le Fascisme»

INFO DU MLKP : Le quartier général des HPG (Forces de Défense du Peuple, forces armées du PKK: Parti des Travailleur-euse-s du Kurdistan) a fait une déclaration sur le martyr de notre Camarade Yasemin Çiftçi. Le texte de la déclaration de nos Camarades en arme des HPG est le suivant :

"À la presse et aux médias, la membre du MLKP : Yasemin Çiftçi a poursuivi la Lutte dans les rangs du Mouvement Révolutionnaire de Turquie avec une grande détermination; elle voulait poursuivre sa Lutte révolutionnaire avec une grande action significative contre le Régime du Fascisme génocidaire du Gouvernement AKP (1) qui vise les peuples du Kurdistan et de Turquie. Yasemin Çiftçi est devenue une martyr durant la préparation de cette action dans sa magnifique marche avec la certitude d'augmenter la Lutte des peuples libres et démocratiques de Turquie. Nous commémorons son martyr avec un grand respect et nous savons que la Jeunesse de Turquie et du Kurdistan qui défendent la libre Union des Peuples et disent “NON” au Fascisme assumeront sa Lutte de Résistance.”

NOTE. (1) AKP : “Parti de la “Justice” et du Développement” d'Extrême-Droite.

 

(Istambul) Hommage à la Camarade Yasemin

INFO DU MLKP : Dans l'après midi du 11 février 2012, une action d'hommage à notre Camarade Yasemin Ciftci a été réalisée dans le district “1 mayis” à Estambul en répondant à l'appel de la Plateforme “La Voix des Immortel-le-s et des Incarcéré-e-s”. Les manifestant-e-s ont déployé des banderoles où il était écrit : "Yasemin Çiftçi est immortelle !", "Notre Lutte continue de toute part, compagne-on-s ! Vous êtes toujours avec nous !” et “Augmentons la Lutte pour la Liberté, la Justice et l'Egalité des Peuples” tout en commençant leur action avec une minute de silence en mémoire de la Camarade Yasemin au nom de tou-te-s ceux/celles qui sont tombé-e-s dans la Lutte pour la révolution et le Socialisme. Dans leurs discours, il-elle-s ont promis de continuer la Lutte jusqu'à ce que les drapeaux rouges flottent dans le ciel de ce territoire.

im4 

<(09.02.2012. Istambul) Action en Hommage à la Camarade Yasemin du MLKP>

La solidarité de Classe est notre arme !

(Dynamique de Baiona des Comités pour un SRI)

"La dynamique de Baiona s'associe à l'Hommage rendu à la Camarade Yasemin du MLKP en soulignant que cette jeune femme communiste turque est un exemple de Lutte pour tout les Exploité-e-s dans le monde entier. Elle reste vivante parmi nous et son exemple nous donne des enseignements y compris dans un pays de l'Europe tel que l'État impérialiste français qui favorise et maintien un État turc au service du Capitalisme Monopoliste"

Yasemin Yoldas

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 01:00

  LÉNINE : QU'EST-CE QUE

LE POUVOIR SOVIÉTIQUE ?

Voix de LENINE

    (Vidéo sous-titrée en castillan,

 traduction française en cours...)


DISCOURS DE STALINE DU 7 NOVEMBRE 1941

VOIX de STALINE

(Vidéo sous-titrée en castillan,

traduction française en cours...)

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 07:30

(1987) Extrait de l'ouvrage

 "Dedans et Dehors : Résistance"

5-(1987) DEDANS ET DEHORS RESISTANCETextes et dessins réalisés par

le Collectif des prisonnier(ère)s politiques

du PCE(r), des GRAPO et du SRI

dans la prison de Soria (État espagnol)

 

a-spartacus (dentro y fuera Resistencia)Depuis le premier jour où j'ai commencé à travailler, j'ai noté que quelque chose changeait; on s'était enfin libéré des punitions du Maître et d'être obligé de s'efforcer à approuver des choses dont on a toujours pensé qu'elles ne serviraient à rien et en ayant le visage rouge à la moindre négligence et précisément pas de honte... qu'on lui demande à lui !

C'est pourquoi quand son frère lui a dit qu'à l'usine ils ont besoin de travailleur(euse)s, il a pensé qu'il devenait déjà un Homme, qu'il pourrait arriver le vendredi à la maison et donner une enveloppe avec son nom écrit à la machine avec quelques billets et monnaies à l'intérieur comme paiement à ses efforts.

Et c'est pour ça que la nuit précédente, il n'a pas réussit à fermer les yeux; son excitation était telle qu'il s'imaginait monter aux rideaux, en réglant des aiguillages ou en mettant des fils aux machines.

Il se voyait comme un Empereur enveloppé dans des soies fines et dirigeant la production, son imagination infantile transformait les oeuvres de la graisse en esclaves qui lui apportaient de splendides plateaux de liqueurs et de fruits, de belles femmes caressées par des tulles douces et transparentes, des tulles qui remplissaient l'air avec les parfums de leurs corps, les machines étaient les piliers d'un trône et pour se divertir il avait ordonné à quelqu'un de vêtir une blouse blanche et de se mettre à sauter au milieu de la pièce et il réglait tout ça et il riait...

Lorsque son frère interrompt soudain son Empire d'une claque en lui disant qu'il a 5 minutes pour être lavé et habillé sinon l'autobus de 4 heures et ½ du matin leur échappera et qu'arriver en retard le 1er jour de son arrivée dans l'usine ne pourra pas être plus triomphal.

Il met ses mains sous le jet d'eau froide et il regarde dans le miroir ses yeux ensanglantés par les excès de fin de semaine, tandis qu'il pense qu'il vient de se lever alors que la moitié de l'Humanité est déjà crevée de travailler...

d-Tiempo de guajes (dentro y fuera Resistencia)Un verre de lait que son frère lui approche avec une datte, vite ! Nous allons régler les choses : regarder le miroir recouvert d'un reste crémeux et blanchâtre l'avertissant qu'à cette heure-là son estomac ne travaille pas encore; la porte est fermée et en descendant les escaliers quatre par quatre en s'accrochant à son frère, tout cela lui fait comprendre qu'il doit arriver à un pacte avec ses tripes, et il s'arrête à un recoin et le verre de lait régurgite par sa salive buccale et sans en connaître la raison il lui vient en tête que dans de tels cas les chiens sont têtus et ils le réingèrent...

Et c'est pour ça que son frère ne lance qu'un «Bonne journée !» qui ressemble plus à un grognement, il l'imite en fermant les yeux avec l'espoir de tromper son malaise et de lui donner un bon coup de tête, mais d'une poussée son frère le met dans l'autobus qui semble plein de zombis, d'hommes et de femmes avec leurs sacs sur les épaules... avec leurs yeux gonflés, assis(e)s en dormant, et en donnant envie à tout ceux/celles qui doivent s'efforcer de se tenir debout en s'agrippant à la barre tout en se tenant en équilibre.

Ce qui lui a plu, c'est qu'il n'a pas dû marcher pour aller jusqu'au fond de l'autobus, les gens sont tellement gentils qu'ils l'ont pressé jusqu'à ce qu'il tombe dans le couloir...

C'est alors qu'il se réveille, il regarde la rue et elle lui paraît être comme s'il était d'un autre lieu. La ville est dans l'obscurité, les gens sont sérieux et silencieux, tout donne l'impression que ce n'est pas sa ville, que s'en est une autre... submergée... qu'il s'agit d'une ville submergée sous celle qu'il a toujours connue; c'est le hasard, pense-t-il, maintenant.

Là, il(elle)s passent devant le bar où quelques heures auparavant il célébrait avec ses ami(e)s celui qui allait être un Homme... mais maintenant le bar est fermé. Tout est dans l'obscurité et il demande à une fille plus ou moins de son âge : «Il manque beaucoup ?» . Elle le regarde surprise et elle répond que ça dépend; il essaye de comprendre sa propre pensée et il s'efforce de se maintenir debout...

femmes marocaines dans une usine textile<2011. Ouvrières marocaines en usine textile>

«Descends maintenant ! Imbécile!», entend-t-il à l'extérieur de l'autobus, c'est son frère. Il sent bien l'air en descendant, il respire avec envie et il se rend compte qu'il entend des bruits de machines, comme si chaque usine tentait de faire sa publicité aux ouvrier(ère)s.

Enfin, il aperçoit l'entrée, son frère lui explique la fiche pour pointer et ensuite il le conduit aux vestiaires. Il remarque un vêtement bizarre autant par son tissu tellement rugueux que par sa couleur bleu obscur violacée, ses lettres rouges et une espèce d'insigne avec la marque de l'usine. Ils s'approchent de portes d'où proviennent un bruit qu'il reconnaît comme étant celui des ateliers.

<1917. Ouvrières dans une usine d'armement dans l'État français>

femmes usine munition 1917Ils ouvrent les portes et, face à ses yeux, apparaissent 12 machines ensorceleuses, menaçantes comme les moulins de Don Quichotte qui naissent du sol comme des champignons géants, de couleurs et de sons différents, et au milieu d'elles on y bouge de façon incessante comme des nains.

Ils s'approchent et les nuances prennent alors de l'importance. Les champignons s'articulent avec une infinité de mécaniques chargées de petites lumières rouges, des dizaines de bobines de fil mélangent leurs couleurs quand les machines ouvrent leurs gosiers et un peu plus bas on voit sortir le tissu avec des dessins attrayants qui s'enroulent entre des rouleaux.

«Réveille-toi mon gars !» , lui reproche son frère, «Celui-là, c'est mon frère et lui, c'est Antonio».

Et celui qui lui avait semblé être l'un des minuscules nains était un homme de la trentaine, fort, avec de la barbe, un grand sourire, les mains et les vêtements pleins de graisse. Il lui serre une bonne poignée de mains et lui dit : «Ici, nous sommes de bonnes personnes, en 2 jours tu vas être un tisserand et nous allons être de bons amis».

 

<2011. Collage-dessin de David Garaboa, prisonnier politique du PCE(r)>

20.12.11-im3(carta david)L'arrivée lui paraît bien accueillante même si ce n'est pas celle dont il avait rêvé... Là où il a imaginé un Empereur, maintenant, c'est lui qui est passé de l'autre côté du miroir... Les tissus sont un peu plus gras et obscurs et on ne lui apporte pas de fruits ni de liqueurs aphrodisiaques sinon qu'on lui fait des signes et qu'on lui envoie des sourires pleins d'allusion, y compris on lui crie «Mon enfant ! Viens ! Que tu es jeune et tu es toujours vierge !» et cette fois son visage ne devient pas rouge sous la main de son père mais à cause d'une femme rousse qui parmi les fils et les machines lui envoie une phrase qui l'incendie jusqu'aux sourcils...

Durant le moment du sandwich, il raconte son rêve à son frère et à Antonio et après avoir éclaté de rire, Antonio l'invite à un cigare et il lui dit d'un air à moitié sérieux et à moitié blagueur : «Maintenant tu commences. Peu à peu, tu domineras ton travail. Tu te rendras compte que la vie est très injuste, que chaque sou que tu sues te coûte des centimes. Tu dois voir beaucoup de choses. Tu sauras ce qu'est la Grève, ce qu'est un(e) briseur de Grève. Tu sauras ce qu'est un(e) compagne(on). Tu comprendras que la vie est très merdique pour nous les ouvrier(ère)s... mais reste toujours parmi tes compagne(on)s ! Ne te laisses pas conduire par les rêves. La vie est ce que tu as et ce qu'à partir de maintenant tu pourras obtenir. Ne stagnes jamais, chemine toujours... mais, surtout, pense que dans tes rêves il est préférable d'être Spartacus qu'un Empereur romain.».

2bis-Mujer Antifascista(Trabajadora Maestranza Artilleria)<1936. Femme antifasciste maître en artillerie>

La sirène se met à sonner. Vous vous levez tout les deux pour mettre en marche les machines tandis que les dernières paroles d'Antonio restent gravées dans ton esprit...

Spartacus te rappelle les cours d'Histoire à l'école et ce nom te plait mais tu n'arrive pas à le mettre en relation avec l'usine autant que tu le voudrais.

Tu changes ta montre de main pour penser à le demander à Antonio, quand ce sera la fin de la journée. Pour toi, c'est ta première journée et tu as déjà commencé à apprendre des choses, jusqu'à de l'Histoire; c'est certain, l'usine te plaît plus que l'école, il n'y a aucun doute là-dessus.

 

Et tu as continué à marcher, en te faisant homme, tisserand, compagnon et en mettant de côté les vieux rêves de trônes, de soies et d'odalisques... après de dures années, de montres inflexibles, de machines insatiables et d'hommes en blouses blanches qui t'assaillent à la moindre négligence.

C'est pourquoi tu continues à chercher Spartacus et que tu gardes pour lui une place pour tes nouveaux rêves où se mêle un monde sans aube, sans contrôle, sans contremaître et avec les caresses et les baisers de cette brunette que tu as vu l'autre jour dans la section des filages...

<2012."Pour une année 2012 Rouge et Combative !"

Lettre de Concha, Arantza et Isabelle prisonnières politiques du PCE(r)>

01.01.12-im3(isabel,aran, concha)Et ce matin, sur le chemin de l'usine, tu sens plus que jamais le vide produit par le fait de ne pas avoir encore rencontré ce lien qui existe entre Spartacus et l'usine parce qu'aujourd'hui la matinée a commencée plus froide et noire, plus menaçante, sa sombre présence est frémissante. Elle asphyxie nos poumons en mettant en évidence dans nos pores qu'aujourd'hui ce n'est pas la neige qui nous glace les os... Aujourd'hui non.

Aujourd'hui, le jour se lève cruellement en réveillant les espoirs. Aujourd'hui, le matin s'habille de soif bestiale de sang et il ouvre sa gorge en dévorant les regards fatigués et routiniers à la station d'autobus de 5 heures moins 20 minutes...

Tu marches vers l'usine sans quasiment ouvrir les yeux parce que cela te fait peur parce que tu désires aujourd'hui que le temps s'éteigne, que la vie soit tendre comme les baisers de tes rêves avec la nouvelle fille de la section des filages...

Et tu veux tromper le matin en fermant les yeux mais il est tellement dense que tu le mastiques. Tu n'en es jamais arrivé à penser qu'une matinée puisse être chargée d'autant d'angoisses et de questions sans réponses comme si le mois de septembre était maudit.

 

C'est peut-être pour ça que l'autobus roulait en étant ému. Bien que plein de regards endoloris qui se croisaient, impuissants, des regards qui dénoncent la nuit sans dormir et bien que plein de murmures : il était honteux de voir autant de force inutilisée. L'autobus roulait muet et tu penses que ce n'est pas juste.

Tu introduis la fiche dans l'appareil mais tu ne comprends pas le «NON» qui troue ta pensée, tandis que tu sens se fixer sur ta nuque le regard méfiant du Gardien de l'entrée, un regard traître que tu supportes chaque matin mais qui aujourd'hui sont comme deux couteaux qui se plantent. Et c'est pourquoi tu te presses pour ramasser le sac et que tu marches vers les vestiaires... En mettant les vêtements de travail tout froids et tâchés de graisse, c'est le moment où tu sens que tes défenses s'effondrent totalement et où tu sens tout le poids de ce jour qui commence...

3-Mujeres antifascistas comunistas (Madrid 1936 Velatorio H<1939. Femmes antifascistes communistes>

Dans ta tête résonne le «NON» en martelant, c'est un battement dont tu sais déjà qu'il s'accompagnera bientôt d'une décharge de tir et tu te dis que la vie ne peut pas être ainsi, ne doit pas être ainsi.

Le déguisement est resté au guichet. Aujourd'hui tu es toi : des mains et des vêtements rugueux de couleur bleue tachés de sueur et de graisse. Une partie de plus, sortie de la machine qui crache des mètres de tissu, insensible et lointaine à tout ce qui arrive à un mètre au-delà de la porte de l'usine. Et le miroir te confirme tes pensées en anticipant sur ce que va être ce jour, dans très peu de temps.

Tandis que tu es là, tout confus avec le sandwich dans la main en épuisant la dernière minute, avant le vrombissement des machines...

Tu te perds dans cette jungle de fils qui t'absorbe à chaque pas. Ce jour-là, avec les compagnons du tour de nuit, tu ne parles pas du rouleau n°5 auquel il manque 50 tours avant de finir parce qu'il est mal purgé. Et tu n'oublies pas non plus que le compteur marche en étant cassé ou qu'au n°12, le fil est mal purgé et qu'il fait des siennes.

Aujourd'hui 5 vies ont été rompues et c'est quelque chose que personne ne peut ignorer... et avec elles, nos vies se rompent tou(te)s un peu. Eux(elles) te regardent parce qu'il(elle)s sentent la même impuissance. Et tou(te)s contiennent la rage d'appeler le Gardien : «Vendu !» parce que c'est le seul dans l'usine qui est heureux.

Et les minutes pèsent comme une pierre tombale et chaque fois le mépris que tu ressens est plus grand et tu le partages avec les autres, parce qu'en cet instant cinq Révolutionnaires, cinq humains de ceux/celles que tu admirais tant, de ceux/celles dont tu as toujours parlé avec orgueil, sont face à un peloton d'exécution en criant à leurs tortionnaires « Vive la Liberté ! ».

<2012. (...) Je chante la Liberté séquestrée de mon Peuple (...)>

01.01.12-im1(enero2012)Et tu es incapable de mettre le feu à l'usine... durant un jour comme celui-ci ! Le soleil lui-même a refusé d'être complice de ces crimes et le ciel tente de se déchirer et de nous arracher l'âme pour nous briser sec, face à notre impuissance honteuse. Et tu regardes ton compagnon et tu ne lui dis rien parce que son regard a la même couleur que le ciel.

Au moment du sandwich, on ne s'est pas risqué à descendre pour du vin, aujourd'hui NON... Et la gorge s'est nouée à la 1ère morsure et tu as jeté le sandwich... mais tu sais que cela ne change rien. Tu sais que cela ne détruit pas les éclairs qui font couler ce sang généreux et cependant tu pense que tu as au moins réussi à rompre avec ton égoisme mesquin, que tu n'es pas éloigné de ce qui aujourd'hui mord ton coeur.

 

Cette passivité impuissante qui te lacère l'âme te préoccupe et tu te dis que quelque chose est en train de changer en toi, qu'aujourd'hui tu aimerais parler avec celui du "reconstitué" de l'autre section qui te passe clandestinement un tract de temps en temps, pour lui demander pourquoi nous sommes ainsi, pourquoi nous ne sommes pas capables de tout arrêter et de sortir dans la rue quand aujourd'hui tou(te)s -sauf le Gardien- nous ressentons les mêmes sensations, la même rage et la même douleur mais qu'il nous manque quelque chose, il nous manque précisément de le foutre dehors, de cracher notre haine et de démontrer qu'aujourd'hui tout est différent, qu'aujourd'hui nous pourrions rendre un peu plus concrète notre Classe, être Spartacus pour un jour : quand l'imagination nous fait sentir à chaque moment les mains assassines en train de tirer des balles, quand les décharges résonnent à chaque instant c'est comme si aujourd'hui on nous fusillait tou(te)s parce qu'on n'a pas besoin de savoir beaucoup de politique pour exprimer notre Solidarité pour ces hommes, parce qu'en les assassinant : eux, ils tentent de nous assassiner : nous.

Cela OUI, tu le comprends. C'est pourquoi les visages étaient tendus, attentifs et que le bruit des tissages nous dérange parce qu'aujourd'hui le Silence est Solidaire, les gestes parlent et les regards.

À chaque instant, les décharges résonnent et on nous fusille tou(te)s, sauf le Gardien. Et nous restons sans être capables d'incendier notre passivité, avalant la haine au lieu de la cracher, rendu(e)s tout(e)s petit(e)s par la peur et de ne pas savoir comment faire...

Aujourd'hui ton impuissance et ta peur ont servi pour appuyer sur la détente et cela te déchire.

1bis-Mujeres antifascistas comunistas (Desfile Plaza Toros)<1936. Femmes antifascistes défilant>

C'est pourquoi en te couchant, de retour à la maison, tu ne réussis pas à t'endormir. Tu te retournes et tu dis «NON». Tu allumes un cigare et le «NON» revient. Ça suffit ! Tu ne peux pas continuer à t'affronter à ta conscience. Non ! Tu ne peux pas! Et cependant, aujourd'hui, en automne 1975, ils les ont fusillés...

<2011. Dessin de Manuel Arango, prisonnier politique du PCE(r)>

04.12.11-im4(manuel arango riego)...Et cependant, aujourd'hui tu as été celui qui as sauté sur le réveil, avant qu'il t'arrache des caresses des ouvrières des filages à l'usine. Tu te lances pour étrangler son cri avant qu'il ne s'en rende compte parce qu'aujourd'hui, malgré la gelée qui commence à imposer sa rigidité, tu es totalement sûr que cette journée est avec nous tou(te)s.

Et l'émotion est telle que tu t'es lavé le visage et pour la 1ère fois, le «Bonne journée !» lancé à l'arrêt d'autobus est sorti clairement et non pas comme un grognement... malgré le doute qui t'assaille.

Parce qu'il semble qu'aujourd'hui tout l'autobus est réveillé et les gens parlent joyeusement. Ou bien, peut-être qu'aujourd'hui, tu vas avec la certitude de ta joie. Et c'est pour ça que même la fille qui descend au même arrêt que toi, celle qui travaille dans l'usine de derrière, elle t'a laissé un petit bout de son siège. Et de sentir la chaleur ténue de son corps encore enveloppé parmi les draps t'a mis de bonne humeur et cela est allé jusqu'au fait que tu as brisé ton habituel mutisme dans l'autobus.

<2001. "La Bataille de toutes les nuits" Poème du Camarade Arenas écrit dans la prison de Fresnes.>

16.12.11-im4(arenasdíaadía)Mais ce fut surtout cette attitude de provocation récréative face à la pointeuse en te sachant observé par le portier et ton sourire ironique face au grognement aigre qu'il a sorti en ouvrant la porte...

Et tu vas en courant au vestiaire, sans te préoccuper de la sueur et de la froideur du vêtement de travail qui t'attend et te presse pour que tu t'intègres parmi les autres qui sont déjà arrivé(e)s et qui sont en groupes et parlent avec ceux/celles du tour de nuit...

Les machines se sont arrêtées, mais peu importe. Personne ne rompt la conversation, ni ne prête la moindre attention au fait que le vaisseau reste dans un silence assourdissant et tu sais qu'il(elle)s sont en train de parler de ce qui s'est passé hier à Madrid. Tu le remarques dans leurs expressions, dans leurs gestes, dans celui qui parle à voix haute et qui dit : «Qu'ils aillent à la merde !».

À cet instant-là, tu es avec eux/elles et ton sourire s'ouvre d'une façon démesurée... Et l'éclat de rire est collectif quand quelqu'un raconte que, durant la nuit, il est descendu pour boire un coca-cola et qu'il a dit au portier qu'à Madrid quatre Policiers ont "eu leur compte", qu'il s'est mis à rire et que le cou du portier est devenu comme celui d'un taureau...

01.12.11-im1Et il a pensé que le Gardien allait lui sauter dessus, «Allons ! ce sont des choses qui arrivent !». Cela a été le coup de grâce aux coupables, ils ne s'y attendaient pas mais, à dire vrai, nous non plus.

C'est pour ça qu'aujourd'hui est une journée de fête. Il semblerait qu'on va manger le sandwich avec une double ration de vin ! Et quand la section du filage passera, je vais donner mon meilleur sourire à la brunette et au mieux j'irai jusqu'à lui dire : «Salut !».

Et maintenant, je vais au toilette pour lire le tract que m'a passé l'autre de la section, celui du licenciement. Cela m'a plu ce qu'il m'a dit. Je ne sais pas, il y a quelque chose dans sa façon d'être qui fait que je souhaite qu'il parle, peut-être qu'il peut donner une réponse à mes interrogations et me faire réussir à comprendre ce que je suis incapable de voir.

Je pressens qu'il pourra me dire pourquoi l'autre jour nous étions impuissant(e)s face aux choses et pourquoi aujourd'hui nous sommes tellement content(e)s et confiant(e)s. Peut-être qu'il peut l'expliquer et réussir à nous donner une issue aux choses qui se passent et qui nous font penser, à comprendre un peu tout et voir ce qui peut être fait.

<2011. Dessin de Manuel Arango prisonnier politique du PCEr()>

(2) DESSIN DE MANUEL ARANGO PCE(r)Écoute ! Je suis resté avec lui cette nuit pour lui donner mon opinion sur le tract. Je vais le lire à l'instant même. Je m'en fout de savoir si le marqueur se rend compte que les machines se sont arrêtées, il faut bien qu'ils s'habituent au fait que les choses peuvent aussi changer, ici, à l'intérieur de l'usine...

Je l'ai déjà découvert, à l'époque du Condamné à Mort... mais finalement j'ai réussi à rencontrer Spartacus dans l'usine. Le bon Antonio me parlait de vieilles histoires d'esclaves héroïques et d'Empereurs romains et bien d'autres encore, mais elles ne m'ont pas même laissé cette Espérance-là.

J'ai lu un poète qui disait que Spartacus était un homme mort dé-fi-ni-ti-ve-ment, un homme dont les muscles, les veines et les os sont aujourd'hui de la poussière sur le chemin, un mythe littéraire de plus.

Oui, des veines et des muscles c'est déjà bien ! Du moins, c'est l'impression que ça me donne parce que les poètes décrivent rarement la vie, la force qu'atteint une Grève ouvrière. Des veines et des muscles parce que Spartacus est vivant et c'est quelque chose d'encore plus beau et profond.

De toute façon, il est impossible que le fait d'être solidaires ne vienne pas en tête, à l'esprit des femmes et des hommes d'une même Classe ! Je pense qu'il existe très peu de poètes qui se lèvent à 4 heures du matin et qui passent 8 heures devant une machine au côté d'une ouvrière aux cheveux recouverts d'un foulard et d'une salopette bleu ciel qui le regarde avec les yeux doux et sincères chaque fois que tu passes à ses côtés et qui partage la bière et le sandwich quand tu oublies ton argent dans ta précipitation matinale, bien qu'elle ne soit pas la fille-objet de la télé et qu'elle ait les hanches un peu pleines...

o-Z.U.R (dentro y fuera Resistencia)Non, non, elle ne soulève pas un torrent d'envies, elle est une nécessité parce que tu sais bien qu'il y a peu de sensations qui te comblent et te donnent une satisfaction autant que la force qui s'agite et se libère dans une Grève semblable à celle que nous venons de finir maintenant en raison de la Convention collective. Et parler de cela doit être quelque chose d'important pour les poètes du peuple. Cela devrait l'être et ainsi ces poètes ne signeraient pas le certificat de mort de Spartacus avec autant de joie.

Parce que quand on paralyse une usine et que des dizaines d'hommes et de femmes se réunissent en assemblée et que leurs mains s'expriment unanimement pour aller à la Grève selon leur propre modèle, Classiste et terriblement combatif et pratique de démocratie, on rompt avec la sacro-sainte harmonie d'une ville et d'un Système de Classe où règne la Loi de la nécessité des uniformes en mitraillettes à chaque recoin. Nous levons nos bras et nous sentons tou(te)s un changement dans notre comportement. Tu parles avec un(e) compagne(on) d'une autre section de l'usine que tu ne vois qu'occasionnellement et presque toujours dans les assemblées et pas dans la Grève...

Tu n'as besoin que de ça : d'être d'accord face aux mêmes problèmes, pour te sentir solidaire. C'est comme si nous nous connaissions depuis toujours et alors tout change quand le fait de s'efforcer de donner ton opinion aux compagne(on)s se fixe dans ton esprit. Tu dois leur dire qu'arrêter les machines n'est pas suffisant, qu'il faut sortir dans la rue et s'unir aux autres secteurs. C'est le 1er pas et ce n'est pas la peur qui se reflète sur les visages graves qui traversent les rues au lever du jour.

Non, ces visages expriment une détermination forte; il faut s'arrêter pour la Convention collective. Il faut arracher de nouveau au patronnat un pourcentage suffisant pour réussir à boucler l'année jusqu'à la prochaine Convention collective.

DESSIN DE MANUEL ARANGO PCE(r)

<Dessin de Manuel Arango, prisonnier politique du PCE(r)>

C'est pourquoi à 5 heures moins le quart du matin, le silence des machines s'entend de nouveau dans tous les coins, en laissant surgir les voix animées de groupes d'hommes et de femmes qui blaguent parce que la Grève est aussi une occasion de mieux se connaître pour partager les problèmes et y compris pour tomber amoureux/euse.

Oui, comme tu l'entends, poète. Pendant que toi et ton corps restent avachis dans des couettes commodes et des chaussons caressants, après avoir erré jusqu'à l'étourdissement sur le pavement gris de la ville à la recherche d'une muse dans chaque recoin, une muse qui te craches dessus et ensuite tu crois qu'il s'agit de ton meilleur poème... pendant ce temps-là, dans les usines : il existe des personnes qui savent s'occuper du quotidien, de faire sortir deux sous au lieu d'un... Et de trouver le monde sincèrement beau et plein d'amour jusqu'au coeur de cette bataille.

<Juillet 2011. Dessin de Aurora Cayetano, prisonnière politique du PCE(r)>

DESSIN SRI D'AURORA CAYETANO PCE(r) 2011Et je te dirais que si un jour au coin d'une usine, tôt le matin, tu rencontres une femme simple vêtue d'une blouse mauve : ne crois pas qu'elle soit ta muse. Tu tenterais de lui mentir ou de te mentir à toi-même. Approche-toi d'elle et apprends que les muses véritables travaillent 8 heures par jour. Elles se salissent de graisse et aussi elles suent et ensuite elles cherchent le bonheur dans ces gars un peu bêtes qui les regardent quand leur coeur à elle s'ouvrent.

C'est pour ça que c'est moi qui l'ai rencontrée et pas toi. Parce qu'on a déjà vécu une semaine de Grève et que la situation chauffe avec la Grève Générale de Solidarité. Et alors que toi tu fronces ton front incompréhensiblement alarmé par le sujet, elle s'est mise d'accord avec moi pour aller ensemble au même piquet de Grève, pour fermer ce qui ne devrait pas rester ouvert.

Et celui qui paraissait timide, une semaine auparavant, s'est effondré parce qu'il faut étendre la Grève pour qu'ils voient la Force que nous avons et nous ne cesserons pas jusqu'à obtenir les revendications.

Tu le sais ? Je me suis rapproché d'elle ces jours-ci et je sens sa force au côté des autres compagne(on)s mais en la distinguant mieux, elle. Je sens son bras enlacé au mien dans chaque manifestation où sa voix revendique fermement jusqu'à devenir aphone. Et ensuite, courir avec elle. Arriver tard à la maison, cela a été la connaître dans sa plénitude maximale en l'aidant quand les autobus brûlent durant la Grève Générale et que la Police frappe tout ceux/celles qui arrivent à sa portée.

Bien-sûr, tout ça peut te paraître peu poétique, «Cela ne l'est pas» : diras-tu. Mais qu'allons-nous faire ? Pour moi, des mains de porcelaine qui te caressent à l'aube ne servent à rien. Tout comme ta vision mythique et savante de Spartacus ne me sert pas non plus.

Les mains dont je suis amoureux ont les ongles carrés et elles sont rugueuses par le frottement du fil mais ce sont des mains fermes qui ne se rompent pas en jetant des raisons comme des pierres. Ce sont des mains pleins de vie, douces dans leur aspérité, chaudes, dans lesquelles chaque pore est un appel, des mains qui m'aident, m'enseignent et apprennent avec moi, capables de porter le mât dans lequel nous ferons s'envoler le drapeau Rouge.

Oui, faire s'envoler le drapeau Rouge, cela ne devrait pas te surprendre à ce niveau-là ! Parce que cela a beaucoup à voir avec ma découverte du fait que tu n'avais pas raison. Spartacus vit dans mon usine.

<Dessin d'Aurora Cayetano, prisonnière politique du PCE(r)>

DESSIN D'AURORA CAYETANO PCE(r) Mai 2011Et avant, je dois te dire que les veines et les muscles sont seulement une partie, l'autre, la plus importante, c'est la Conscience de Classe : Spartacus est une idée, une attitude, un futur et une Classe. Et cela, tu le comprendras quand tu verras l'énorme force que nous avons les ouvrier(ère)s et que nous dépensons pour obtenir une certaine augmentation dans le salaire ou pour des améliorations dans le travail alors que le jour suivant, les prix montent et c'est pire qu'avant...

Ce cercle vicieux, cette chaîne nous rend esclave mais c'est aussi l'issue de ce torrent d'hommes et de femmes qui sommes obligé(e)s de Lutter chaque jour pour la susbsistance la plus primaire et je suis heureux de pouvoir te dire que cette Grève a été un pas en avant. Demain, nous serons deux de l'usine à parler d'un Futur Rouge et Socialiste. Il y en aura d'autres. Elle sera là parmi eux/elles car le Mai français ne nous a pas traumatisé et nous ne sommes pas non plus engoncés dans de la philosophie universitaire ou avec de vieilles momies.

Ce qui est nôtre, nous qui nous levons avant le lever du jour, notre poésie et nos mythes sont dans les mains calleuses de la femme qui serre les miennes dans les assemblées... Parce que ces milliers de mains qui te dérangent l'ego, ce sont les nôtres. De ces mains vont naître et naissent déjà le plus beau et poétique de toute l'Humanité et cela ne se trouve pas dans la rue mais dans les usines, devant chaque machine. Ses mains me donnent de la force c'est pour ça que je les aime et que j'en ai besoin.

Pour que le drapeau Rouge fasse des vagues dans le vent avec un peu plus de fermeté, pour que nous nous rapprochions un peu plus de notre destin, plus loin de ces chaînes, de cet Empire soutenu par la force des mitraillettes. Tu vois ? Comme Spartacus.


Prologue.

LA PRISON EST L'UNIVERSITÉ

DES ÊTRES HUMAINS LIBRES

(Rafael Gómez Parra)

10 ans de prison sont beaucoup d'années. Peut-être le 6ème de la vie d'une personne. Chacun(e) se sentirait physiquement et moralement détruit(e) par 10 ans de prison. Quiconque, sauf ces hommes et ces femmes prisonnier(ère)s politiques du PCE(r) et des GRAPO pour lesquel(le)s 10 ans de prison ne sont rien de plus qu'une étape dans leur longue Lutte Révolutionnaire. Ces hommes et ces femmes écrivent l'un des épisodes politiques les plus importants de l'Histoire moderne en Espagne. Il(elle)s ne l'écrivent pas dans les journaux qui préfèrent parler des personnages "en vue" ou du "postmodernisme", ni dans les actes officiels du Congrès où tout héroisme est considéré comme "démodé", ni dans les films à la mode où le héros est un personnage cynique, peu scrupuleux avec la morale ou bien Fasciste. Il(elle)s écrivent ce morceau d'Histoire en prison, sans rien d'autre que leurs propres forces.

<2011. Dessin de Manuel Arango, prisonnier politique du PCE(r)>

(3) DESSIN DE MANUEL ARANGO PCE(r)On saura un jour qui furent, ceux/celles qui en 1981 ont réussi toute une prouesse non recueillie par les caméras, ni par les journalistes : celle de paralyser le projet du Gouvernement UCD (Union Centre Démocratique) de monter la prison de Haute Sécurité d'Herrera de la Mancha, selon le modèle allemand. La Grève de la Faim a duré plus de 2 mois et un Révolutionnaire en est mort : "Kepa" Crespo Galende, un travailleur basque que rien ni personne n'a jamais vaincu, jusqu'à la mort. Il(elle)s furent aussi les uniques prisonnier(ère)s politiques qui ont réussi à organiser dans la prison de Zamora l'évasion la plus spectaculaire de l'Histoire moderne espagnole. Les coupables de cette évasion réussie avec beaucoup d'ingéniosité et sans aucun moyen sont toujours là. Aucune personne les a visité en prison durant ces 10 années ne peut dire qu'elle les a trouvé pessimistes ou déprimé(e)s, sinon tout le contraire. Beaucoup d'entre eux/elles ont faire leur parcours militant dans la prison et aucun(e) n'a laissé passer un seul jour sans consacrer 8 heures au travail et à l'étude.

Ces dernières années, dans la prison de Soria, les poètes, les écrivain(e)s, les artistes et jusqu'aux philosophes ont proliféré mais surtout il(elle)s sont tou(te)s devenu(e)s ce qu'il souhaitaient : des militant(e)s politiques Révolutionnaires. Justement, il(elle)s ont réussi ce que l'État tentait d'empêcher, ce Système qui les a incarcéré(e)s, ce Fascisme déguisé en «Jeune Démocratie», ce capitalisme déguisé en «État moderne». Il voulait les noyer, les massacrer, les enterrer à vie pour que personne ne les connaisse, pour que les gens les haïssent sous le nom de «terroristes» et c'est tout le contraire qui se passe... C'est cela leur grande victoire.

<2011. Dessin de Manuel Arango, prisonnier politique du PCE(r)>

(6) DESSIN DE MANUEL ARANGO PCE(r)Je discutais avec un groupe d'ouvrier(ère)s et d'étudiant(e)s galicien(ne)s sur ces hommes et femmes révolutionnaires quand quelqu'un s'est lamenté sur le mal vécu en prison, sur tellement d'années et tellement de souffrances. Et un autre lui a répondu : «Je leur ai dit la même chose la dernière fois que je suis allé les voir en prison et tu sais ce qu'il(elle)s m'ont répondu ? Il(elle)s m'ont dit que les véritables problèmes sont ceux que nous vivons dans la rue et que l'important c'est de savoir si tu te rends ou pas face aux Exploiteur(trice)s ou si tu continues à Lutter. Celui/celle qui se rend est aussi mal dans la rue que dans la prison. Et celui/celle qui continue à Lutter le fait de la même façon dans la prison que dans la rue, il/elle profite de tout et tout lui sert pour Lutter».

Cet état d'esprit est celui qui a maintenu vivant(e)s ces hommes et ces femmes durant ces 10 dernières années. Curiosité du destin, il s'agit précisément des plus ancien(ne)s qui sont entré(e)s en prison pour avoir tenté de réaliser l'enlèvement de deux magnats du Régime franquiste, le financier : Antonio de Oriol et le Président du Congrès Suprême de Justice Militaire : Emilio Villaescusa pour obtenir en échange la Liberté de tout(e)s les prisonnier(ère)s politiques d'alors, pour l'Amnistie. Beaucoup de ceux/celles qui ont bénéficié de la Lutte de ceux/celles qui ont obtenue l'Amnistie avec les poings et les barricades, se trouvent aujourd'hui dehors, en pleine activité politique mais sans se souvenir de ceux/celles qui ont risqué leur vie pour tenter de les sortir de la prison.

LIBERTE D'EXPRESSIONIl existe de nombreuses hommes et femmes qui passent une grande partie de leur vie dans les prisons, et, curieusement, il(elle)s sont Libres; et il existe de nombreuses autres qui passent toute leur vie au dehors... et il(elle)s sont esclaves, prisonnier(ère)s. La prison divise la société en 2 groupes parfaitement définis. Au Dehors : les Exploiteur(trice)s, les dictateurs et ceux/celles qui les servent, leurs laquais, leurs servant(e)s (et leurs ennemi(e)s pour ceux/celles qui n'ont pas pu être attrapé-e-s). Dedans : la prison, les Révolutionnaires, les combattant(e)s contre l'Exploitation, ceux/celles qui refusent d'être des esclaves, des serfs, des laquais. La Liberté est dedans et la Dictature dehors.

Ces hommes et ces femmes détenu(e)s dans la prison de Soria ont écrit des dizaines de contes, de récits, de poésies, d'oeuvres de théâtre... Il(elle)s en sont arrivé à gagner des prix culturels qui ne sont rien d'autre qu'une partie de leur activité, une reconnaissance de leur travail. Ce livre est une sélection d'un peu de tout. Il fallait choisir. Ce sont des oeuvres littéraires, libres et éprouvées par les sens, où l'esprit vagabonde entre les lignes sans aucun piège avec le coeur ouvert et la simplicité comme thème. Certain(e)s racontent leur propre vécu et d'autres... laissent s'envoler librement l'oiseau de leurs sentiments, jusqu'au point où il est difficile de les lire sans s'émouvoir.

Même pour de brefs instants, ces récits nous font respirer les brises de la Liberté qui reste encore dans ce monde. Des brises qui viennent du seul lieu où aujourd'hui sont rassemblé(e)s les hommes et les femmes Libres : la prison, ou comme on l'appelle au dehors "L'Université des êtres humains Libres".

dessin d'arenas<Dessin du Camarade Arenas>

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
25 décembre 2011 7 25 /12 /décembre /2011 07:00

(24.12.2011) COMITÉS POUR UN SRI

NOUS N’OUBLIONS PAS LES PRISONNIER(ÈRE)S,

SURTOUT LES POLITIQUES,

QUI NOUS ONT LAISSÉ UN SILLAGE A EMPRUNTER

POUR LUTTER DE FAÇON ENGAGÉE ET DÉCISIVE

POUR UNE VIE MEILLEURE

POUR TOUTE LA CLASSE OUVRIÈRE

ET LES COUCHES POPULAIRES.

ARENAS-3

(24.12.2011) DYNAMIQUE SRI DE BAIONA

POUR VOUS TOU(TE)S LES CAMARADES ET ANTIFASCISTES :

CEUX/CELLES DE DEDANS ET DE DEHORS

POUR LE COMMUNISME, NOUS VAINCRONS !

 

HOMMAGE AUX COMBATTANT(E)S

ANTIFASCISTES SOVIÉTIQUES

QUI ONT VAINCU(E)S LE NAZISME ALLEMAND

Bataille de Stalingrad

(17 juillet 1942 - 2 février 1943) 

  PABLO NERUDA - CHANT D'AMOUR  À STALINGRAD

En 1942, le poète communiste Pablo Neruda écrit le poème «Canto de amor a Stalingrado» (Chant d’amour à Stalingrad). Le 30 septembre 1942, à Cuba, il réalise une 1ère lecture du poème "Chant d’amour à Stalingrad » et ce poème sera alors reproduit sous la forme d’affiches puis collé sur les murs de México. En 1943, il écrit le second poème «Nuevo canto de amor a Stalingrado» (Nouveau chant d’amour à Stalingrad), toujours en mémoire de la glorieuse Victoire des peuples soviétiques sur la barbarie nazie. Celui-ci sera publié à México en 1943 par la Societé des Ami(e)s d’URSS… En reconnaissance à la contribution des défenseur(euse)s de Stalingrad, au triomphe sur le Nazisme allemand, des places et des rues portent le nom de Stalingrad à París, Londres et d’autres pays en Europe et en Amérique.

 

CHANT D'AMOUR À STALINGRAD (1942)

de Pablo NERUDA (1904-1973), poète communiste chilien

Ma voix a été avec tes grand(e)s mort(e)s

écrasé(e)s contre tes propres murs

ma voix a sonné comme une cloche et le vent

en te regardant mourir, Stalingrad.

 

Les bandes invahisseuses deviennent des mains qui

triturent les yeux du soldat(e),

les chaussures qui ont foulé ta porte

sont pleines de sang, Stalingrad.

 

Ton acier bleu d'orgueil construit,

ton poil de planètes couronnées,

ton bastion de pains divisés,

ta frontière sombre, Stalingrad.

 

Les décorations que tes mort(e)s

ont mis sur la poitrine transpersée

de la terre, et l'ébranlement

de la mort et de la vie, Stalingrad

 

Le sel profond que tu apportes de nouveau

Au coeur de l'Humain angoissé

avec la branche de Rouges capitaines

sorti(e)s de ton sang, Stalingrad.

 

L'espérance qui se rompt dans les jardins

comme la fleur de l'arbre qui attend,

sur la page gravée de fusils,

les lettres de la lumière, Stalingrad.

 

La tour que tu conçois dans la hauteur,

les autels de pierre ensanglantées,

les défenseur(euse)s de ton âge mûr,

les enfants de ta peau, Stalingrad.

 

Les aigles ardents de tes pierres,

les métaux par ton âme allaités,

les adieux de larmes immenses

et les vagues d'amour, Stalingrad.

 

Les os d'assassins blessés grièvement,

les envahisseurs paupières fermées,

et les conquérants fugitifs

derrière ton éclair, Stalingrad.

 

Honneur à toi par ce que l'air apporte,

par ce qui doit se chanter et ce qui est chanté,

honneur pour tes mères et tes enfants

et tes petits-enfants, Stalingrad.

Honneur au combattant(e) de la brume,

honneur au Commissaire et au soldat(e),

honneur au ciel derrière ta lune,

honneur au soleil de Stalingrad.

 

Garde pour moi un morceau de violente écume,

garde-moi un rifle, garde pour moi une charrue,

et qu'ils le mettent dans ma sépulture

avec un épi Rouge de ton état,

pour qu'ils sachent, s'il y a un doute,

que je suis mort(e) en t'aimant et que tu m'as aimé(e),

et si je n'ai pas combattu(e) dans ta ceinture

je laisse dans ton honneur cette grenade obscure,

ce chant d'amour à Stalingrad.

 

L'IMPÉRIALISME EN OEUVRE

CONTRE LES PEUPLES

"LES ESCADRONS DE LA MORT.

L’ÉCOLE FRANÇAISE."


 

Aujourd'hui, en 2011, continuité de l'Ecole française de la Contre-Insurrection exportée et enseignée dans le monde entier visant à éradiquer le Communisme (sans jamais le nommer ou en l'assimilant au Nazisme : comme dans le discours d'investiture d'OBAMA à la Présidence des USA qui le désigne comme l'Ennemi principal à combattre dans le Monde)

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 07:00

19 DÉCEMBRE 2011 : 11° ANNIVERSAIRE DU MASSACRE

EN PRISON CONTRE LES RÉVOLUTIONNAIRES

TURCS ET KURDES

COMMIS PAR LES FORCES DE RÉPRESSION

DE L'ÉTAT TURC FASCISTE

Disparu(e)s-2

APPEL À PARTICIPATION DE L'ICAD* (SECTION EN FRANCE)

*(Comité International contre les Disparitions en Garde à Vue)

ICAD-2"Le 12 Mars 1971 : un coup d'État militaire instaure en Turquie un Régime fasciste.

Depuis 1972 : des milliers de Révolutionnaires communistes passent par la Torture, la plupart sont arrêté(e)s et les Peines capitales sont de nouveau appliquées sur le modèle de la pendaison de Deniz Gezmis.

Le 6 mai 1972 : Deniz Gezmis, un Révolutionnaire Marxiste-Léniniste turc est pendu au Centre pénitencier d'Ankara (Il est l'un des fondateurs du groupuscule armé d'extrême gauche THKO : Armée de Libération du Peuple de Turquie). Beaucoup de femmes et d'hommes Révolutionnaires se voient ainsi privé(e)s du Droit à la vie en étant condamné(e)s à la Peine de mort.

En 2011 : la Turquie est toujours dirigée par la Dictature fasciste. Les Peines capitales ont été supprimées mais elles sont remplacées par des Peines aggravées de prison. Dans chaque prison surviennent des massacres carcéraux.

Le 19 Décembre 2000, Massacre de Révolutionnaires turcs et kurdes dans 20 prisons turques : les Forces de Répression de l'État turc attaquent simultanément 20 prisons turques par toute sorte d’armes y compris des armes chimiques. 127 femmes et hommes Révolutionnaires sont assassiné(e)s, des centaines restent infirmes à vie. Nous, Révolutionnaires qui vivons en Europe, nous avons formé le «Comité de Solidarité avec les prisonnier(ère)s libres» pour nous solidariser avec les prisonnier(ère)s politiques en prison. Notre Solidarité politique et morale avec eux et elles est en alerte et répond à tout moment.

Depuis le coup d’état du 12 Mars 1971,  Assassinats et disparitions en garde à vue (séquestration politique) : des assassinats dont les auteurs sont inconnus et des Disparitions en garde à vue ont lieu.


Hasan Oçak-6En 1992 : depuis l'enlèvement puis l’assassinat en garde à vue de Hüseyin Toraman (un jeune de 25 ans disparu le 27 octobre 1991) le «Comité de Solidarité avec les prisonnier(ère)s libres» organise toute une série d’actions et d’activités tandis que les Révolutionnaires n'ont jamais cessé d'exercer une pression constante sur l’État turc.

1995 : C'est essentiellement cette année-là, suite à l'enlèvement puis à la Disparition en garde à vue du Camarade Hasan Ocak à cause de son identité politique, que sa famille et nous, ses Camarades Révolutionnaires avons lancé la Campagne de «Vous avez pris vivant Hasan Ocak ! Nous le réclamons vivant !». Grâce à cette Campagne initiée en Mars 1995, l’État a dû reconnaître le crime et nous avons trouvé le cadavre de Hasan Ocak au mois de Mai 1995. L’État turc a été pris en flagrant délit, et il a fait un pas en arrière.

hasan oçak-2 Les Mères du Samedi

Cette Lutte s’est créée d’autres moyens. L’un d’entre eux est «Les Mères du Samedi». Depuis l’année de la Disparition d'Hasan Ocak en 1995, les proches des Disparu(e)s font un rassemblement en portant à la main les photographies de ceux et celles-ci sur la place de Taksim (Istanbul). Cela continue toujours.

Manifestation contre les DisparitionsEn 1995 : les Camarades de Hasan Ocak organisent à Istanbul une 1ère "Conférence Internationale contre les Disparitions en garde à vue". Sur la décision de cette Conférence, nous fondons l'ICAD (Comité International contre les Disparitions en Garde à Vue) et au cours la semaine du 17 au 31 Mai (celle durant laquelle le cadavre de Hasan Ocak a été découvert) l'annonce est faite de la création de la «Semaine de la Lutte Internationale contre les Disparitions en garde à vue». Durant cette semaine, différentes activités sont organisées, jusqu'à ce jour.

Hasan Oçak-4En Décembre 2010 : la 6ème Conférence contre les Disparitions est réalisée. Après cette conférence réussie, des demandes d’aide contre les Disparitions des différents pays commencent à parvenir à l'ICAD. Nous, les militant(e)s de l'ICAD, nous souhaitons Lutter avec vous contre la politique de suppression d’Opposition au Système Impérialiste. Et nous voulons débattre avec vous de ce que pouvons faire ensemble. Nous attendons vos visions et vos propositions. Merci."

kenan bilgin<Kenan Bilgin, mort en atomne 1994, après trois semaines de tortures dans les locaux de la section anti-terroriste de la direction de la sûreté d'Ankara. La Police a nié les accusations alors que 11 témoins ont affirmé avoir vu Kenan Bilgin et avoir entendu ses cris de détresse et ses gémissements alors qu'eux/elles-mêmes étaient en garde à vue dans les mêmes locaux, entre le 12 septembre et le 3 octobre 1994.>

ICAD (SECTION EN BELGIQUE)

Manifestation contre les Disparitions

ICAD-Huseyin Toraman nerede

LES FUNÉRAILLES DU CAMARADE HASAN OCAK

(par le MLKP : voir la vidéo)

"Le Camarade Hasan Ocak était un homme de sa Cause, un militant courageux, un symbole de pensée et de volonté qui respirait l'air de la Révolution 24 heures par jour, le membre fondateur de notre Parti le MLKP (Parti Communiste Marxiste-Léniniste de Turquie). Immédiatement après notre Révolution unitaire des 12 au 15 Mars 1995 dans le quartier de Gazi (Istambul) en réaction face au massacre fasciste, il a été l'un des leaders du Soulèvement qui a eu lieu au cours duquel il a reçu le titre de «Commandant Gazi».

12-15 mars 1995 quartier de gazi19 mars 1995 quartier de gazi (funérailles de hasan oçak)Le 21 Mars 1995 : après ce Soulèvement, le Camarade Hasan est enlevé par la Police.

Le 26 Mars 1995 : après avoir été torturé à l'extrême, il est assassiné en étant étranglé avec un fil. Il rejoint ainsi la longue liste des personnes Disparu(e)s en garde à vue.

Suite à une puissante Lutte menée par notre Parti, la famille de notre Camarade et les proches d'autres Disparu(e)s en garde à vue : le corps du Camarade Hasan est trouvé le 19 Mai 1995.

Durant une magnifique cérémonie funéraire dans le quartier de Gazi (Istanbul), 10.000 personnes disent adieu au Camarade Hasan. L'image souriante de notre bien-aimé "Commandant Gazi" devient un drapeau de notre Lutte pour arrêter la Disparition des personnes au cours d'une garde à vue."

 

Hasan Oçak-5Voir l'album du MLKP

Soulèvement et funérailles d'Hasan Ocak

dans le quartier de Gazi

19 mars 1995 quartier de gazi (funérailles de has-copie-1

LA SOLIDARITÉ DE CLASSE

EST NOTRE ARME ! 

 

(Extraits) DÉCLARATION DU 19 JUIN 2010.

BUREAU INTERNATIONAL DE L'ICAD

 

QUE LE DÉNOUEMENT DES DISPARITIONS LORS DES GARDES À VUE SOIT REVÉLÉ ET QUE LES RESPONSABLES SOIENT JUGÉ(E)S !

ICAD-copie-1Nous attendons la révélation du dénouement des milliers de disparitions de militant(e)s lors des gardes à vue réalisées par les Forces de l’Ordre de l'État turc en Turquie et au Kurdistan. Plusieurs dizaines de charniers ont été découvert au Kurdistan. De nombreux ex-membres des Équipes Spéciales ou des Équipes du Centre de Renseignement de la Gendarmerie et de la Lutte Antiterroriste (JİTEM), autrement dit des réseaux criminels de l’État turc, ont avoué avoir commis des crimes non élucidés et être à l’origine de Disparitions de militant(e)s lors de garde à vue. Cependant, malgré les témoins et les preuves, aucune enquête n’a été ouverte contre les responsables. Les meurtrier(ère)s sont toujours en liberté et commettent de nouveaux crimes.

 

Les Disparitions de personnes lors des gardes à vue,

toujours d’actualité en Turquie et au Kurdistan.

huseyin toramanEntre les années 1991 à 1996 : cette méthode a constamment été utilisée par l’État turc comme un instrument de la Guerre Sale et des milliers d’opposant(e)s ont été tué(e)s lors de leur garde à vue. La Lutte s’est développée avec l’ouverture d'une enquête pour retrouver Hasan OCAK (1) porté disparu en 1995 et qui a permis la formation du Mouvement «Les Mères du Samedi» (2).

Grâce au Mouvement «Les Mères du Samedi» : la Lutte a dépassée ses propres frontières et l’organisation en Turquie du «1er Congrès des Personnes Disparues en Garde à vue» a permis la fondation de l’ICAD en 1996. Tout cela a permis de faire reculer nettement les attaques effectuées par l’État contre les personnes en garde à vue. Néanmoins, depuis 1995, malgré la Lutte des proches des disparu(e)s, les Disparitions de militant(e)s lors des gardes à vue (mises au secret illégales) n’ont pas cessé, la révélation du dénouement des Disparitions n’a toujours pas eu lieu de même que le Jugement des responsables. (...)

 

Un symbole de cette Lutte,

la marche des proches des disparu(e)s d'Istanbul à Ankara.

ICAD-Londres 2011<Décembre 2010. Rassemblement des "Mères du Samedi" à Londres durant la 6° Conférence de l'ICAD sur les Disparitions>

Le 12 Juin 2010 : les proches des disparu(e)s ont commencé leur marche à İstanbul.

Le 19 Juin 2010 : ceux/celles-ci se sont regroupé(e)s à Ankara avec les proches des disparu(e)s venant du Kurdistan. Les proches des disparu(e)s Turcs et Kurdes joignent leurs voix et leurs âmes à Ankara et appellent l’État Turc à se confronter à ses actes inhumains. Ceux/celles-ci demandent la révélation du dénouement des Disparitions lors des garde à vue et le Jugement des responsables.

 

L’ICAD appelle à :

-rester attentif(ve) et à soutenir la Lutte des proches de disparu(e)s en Turquie et Kurdistan

-à faire le maximum pour que ce problème soit constamment présent dans les pages des médias

-les organisations et personnes sensibles aux Droits de l’Humain à s'approprier nos disparu(e)s et être solidaires avec leurs proches (...)

 

L'ICAD invite :

tout(e)s les artistes, écrivain(e)s, intellectuel(le)s, défenseur(euse)s des Droits de l’Humain, les Forces de la Liberté et de la Démocratie qui résistent contre les Oppressions et l’Exploitation et qui sont déterminé(e)s à faire cesser les Disparitions lors de garde à vue et à obtenir la révélation de leurs dénouements avec la condamnation de leurs auteurs (...).

ICADNotre invitation est pour les femmes et les hommes qui souhaitent être associé(e)s aux hurlements des proches des disparu(e)s, augmenter leur espoir et rendre présent ces disparu(e)s parmi nous. Notre invitation est pour ceux/celles qui souhaitent demander des comptes concernant nos disparu(e)s.

Nous n’oublierons pas nos disparu(e)s,

Oublier c’est trahir !

Que tous les dénouements des Disparitions soient révélés !

Que les coupables soient condamné(e)s !

Vive la Solidarité Internationale !

 

NOTES.

(1) Hasan Oçak : militant communiste marxiste-léniniste fondateur du MLKP (Parti Communiste Marxiste-Léniniste de Turquie)

(2) Mouvement «Les Mères du Samedi» : rassemblements chaque samedi devant le "Galatasaray " (édifice public sur une place très passante d'Istanbul).

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 11:00

(29 MAI 2011) LETTRE DE LUCIO GARCÍA BLANCO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

ÉCRIT-LUI !:

LUCIO GARCÍA BLANCO

C.P. TOPAS

37799 SALAMANCA

3-LUCIO GARCIA BLANCO-PCE(r)-fr“Topas, le 29 mai 2011. Salut tronko ! Comment vont la santé et le moral? Et bien, comme il fallait s'y attendre, des indigné(e)s et ceux/celles qui en ont ras le bol de la grave situation politique et économique dont nous souffrons ont pris la rue. Par le caractère spontané du Mouvement et son apparente hétérogénéité politique et idéologique, il faudra encore attendre un peu avant de pouvoir l'évaluer dans toute sa dimension et avec justesse. Cependant, je crois que l'on peut déjà affirmer qu'il s'agit d'un petit saut dans la conscientisation générale, tout comme dans le degré d'organisation indépendante des travailleur(euse)s et d'autres secteurs populaires.

La consigne : “Vous nous avez beaucoup enlevé. Maintenant nous voulons tout" qui s'est vue sur la place de la Puerta del Sol à Madrid reflète d'une façon suffisament claire l'esprit de la Révolte. Autrement dit que ceux/celles d'en Bas ne supportent déjà plus la situation que leur imposent ceux/celles d'en Haut et qu'ils/elles se lancent dans la Lutte.


Tout indique que le ressac causé par la trahison du Révisionnisme Carrilliste (1) commence à être dépassé avec le fait de ne pas réussir à forcer la rupture avec l'étape antérieure du Fascisme, avec tout ce que cela suppose de désenchantement généralisé, démoralisation, désarroi et désorganisation. Indépendamment de ceux/celles qui l'impulsent, le Mouvement actuel ne surgit pas de rien sinon qu'il recueille l'esprit et de nombreuses expériences de cette étape, tout comme des précédentes.

Le fait que le dit “Mouvement du 15-M” ait choisit consciemment la date des Élections Municipales pour prendre les places de notre pays en l'unissant à la dénonciation de l'absence de Libertés et de Droits démocratiques suppose en réalité un boycott actif, aussi bien de la farce électorale, en elle-même, que de l'ensemble du Régime, ses institutions, ses Partis politiques, etc. Une désobéissance civile organisée tranchante qui si elle continue à se développer pourrait mettre l'État espagnol dans les cordes et dans de véritables problèmes à moyen ou long terme.

 

Dibujo. Perros dándose la manoLes comptes relatifs à l'abstention ne cadrent d'aucun côté. On va jusqu'à nous faire croire qu'elle a été moindre que dans d'autres occasions. Mais l'importance de ce boycott électoral ne s'appuie pas tant sur le quantitatif que sur le qualitatif, surtout que son contenu politique et son organisation se sont notablement élevés. Il est évident aussi que dans les chiffres "le Parti de l'abstention" a gagné par des cartons. Un aspect réellement important de ce Mouvement, à prendre en compte et renforcer, c'est son caractère en assemblée et indépendant, ce qui va certainement favoriser le développement de la Lutte en marge des étroites marges que nous impose la Légalité d'Exception. Il ne fait aucun doute que cela lui donne une grande force pour pouvoir faire face au Régime et au Système capitaliste lui-même. En ce sens, il rappelle le puissant Mouvement que le Franquisme a maintenu en échec.

Mais une fois dit cela, le fait que ce Mouvement manque encore d'un Programme minimal clair et consolidé et qu'il parte de consignes réellement légères, faibles et ambigües comme "Démocratie réelle", "Défense des Droits sociaux" ne peut pas passer inaperçu à nos yeux. Si ces consignes se renforcent dans la Ligne du Programme minimal du Mouvement de Résistance, il ne faudrait pas écarter le fait qu'elles puissent être manipulées et vidées de contenu jusqu'à devenir inoffensives pour le Régime et que les impulseur(e)s du 15-M deviennent un groupe réformiste de plus. La question est que ce Mouvement assimile des consignes politiques comme la Dérogation de toutes les Lois répressives et des Tribunaux d'Exception, l'Amnistie, etc.

Quant à l'alternative pour freiner les effets de la crise économique d'épuisement du Capitalisme, certaines revendications en vue de l'amélioration de la situation à court terme pourraient être assumées. Mais là, l'idée doit s'imposer qu'il n'existe pas de solution réelle et durable tant que nous n'en finissons pas avec le Capitalisme et que nous implantons pas une société socialiste.

 

POLICIAD'autre part, il est vraiment nécessaire de dénoncer avec force les éléments de IU (Izquierda Unida: Gauche unie) et d'autres Partis réformistes (en plus des opportunistes de toujours) qui tentent de s'approprier le Mouvement pour le canaliser dans les marges du Régime, en limitant les revendications à une Réforme électorale et un peu plus.

L'important c'est qu'une magnifique situation politique est en train de se créer qui va faciliter le développement de l'ensemble du Mouvement de Résistance.

Changeons de sujet. Tu m'offres des livres et c'est vrai que j'en ai besoin maintenant. J'ai laissé tout les miens dans la prison d'Herrera pour Xurxo GARCÍA VIDAL (Prisonnier politiques des GRAPO). On nous les apporte de Vigo et maintenant il va être difficile qu'ils m'arrivent par cette voie-là. Ce qui me plairait désormais c'est de compléter les oeuvres basiques du M-L (Marxisme-Léninisme) que j'ai tellement révisées. J'aimerais étudier “Approche de la critique de l'économie politique” de MARX. Pour l'instant, comme je n'ai pas autre chose, je lis des livres d'Histoire que je sors de la bibliothèque, ce qui est une bonne discipline pour compléter les classiques du M-L. Je lis aussi de la littérature classique. J'ai terminé “La Regenta” (La Régente) de mon compatriote CLARÍN, une grande oeuvre. Ici, je pratique le multiculturalisme car il y a une montagne d'étrangers, ce qui est très positif. Prends soin de toi le plus que tu peux. Une embrassade.”


NOTE. (1) En référence à Santiago CARRILLO, secrétaire général du PCE -Parti Communiste d'Espagne- devenu réformiste et eurocommuniste (anticommuniste) et l'un des Partis collaborateurs qui a scellé le pacte de la “Réconciliation national” en 1956 et de la “Transition démocratique” avec le Régime Monarco-Fasciste espagnol à partir de 1975.

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 08:00

(18 JUILLET 2011) RETOUR AUX ORIGINES: 

LA BUNKERISATION DU REGIME FASCISTE

partie 1/3


0-EXILE REPUBLICAINS1-(EUROPE-ANTIFASCISME) Suisse: Solidarité Internationale de Classe (15.07.2011. RHI-SRI de Suisse)

2-(ANTIFASCISME) “Retour à leurs origines”: Lettre d'Israel CLEMENTE LÓPEZ, Prisonnier Politique Antifasciste des GRAPO (30.04.2011, prison d'Algeciras)

3-(RÉSISTER C’EST VAINCRE) Lettre sur le 15-M de Lucio GARCÍA BLANCO, prisonnier politique communiste du PCE(r) (10.07.2011. Prison de Topas)

4-(RÉSISTER C'EST VAINCRE) Ecrire aux prisonnier-ère-s politiques (18.07.11-Comités pour un SRI)

4a-Campagne de soutien à Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r)

4b-Manuel PEREZ MARTINES, prisonnier politique et secrétaire général du PCE(r)

4c-Mari José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO: abandonnée à l'hôpital, la semaine dernière

5-(RÉSISTER C'EST VAINCRE) L'État du Canada détient des Communistes  (10.07.11. Comités pour un SRI)

6-(RÉSISTER C'EST VAINCRE) Livres (07.07.11. Comité pour un SRI de Gasteiz

7-(MÉMOIRE HISTORIQUE) Le Fascisme du 21ème siècle. L'actuelle Formule 1 est aux mains des Nazis de la 2ª G.M. (11.07.11. Juan Manuel OLARIETA ALBERDI, Avocat, écrivain, réprimé politique du SRI)

8-(GUERRE SALE-FASCISME) Ils se sont lassés d'assassiner, de mettre des bombes, des actes de Guerre Sale... durant 4 ans. Dans quelle prison se trouvent-ils en 2011? (07.07.2011. Comités pour un SRI)

9-(GUERRE SALE-FASCISME) Felipe GONZALEZ: un Phalangiste à la Chemise Bleue (Comités pour un SRI)

10-(GUERRE SALE-FASCISME) Le Conseil de l'Europe choisit le Juge du Tribunal d'Exception fasciste espagnol l'Audiencia National: Baltasar GARZÓN comme nouveau membre du Comité de Prévention de la Torture  (08.07.2011. Comité pour un SRI de Catalogne)

11-(ANTIFASCISME, MADRID) Projections Antirépressives de films documentaires (06.07.11. Comités pour un SRI)

12-(ANTIFASCISME) Journée à Madrid du 23.07.2011: 75 ans de Résistance Antifasciste, No Pasarán! (13.07.2011. Comités pour un SRI)

13-(VÉRITABLE MÉMOIRE HISTORIQUE) Un irremplaçable: José DEL CASTILLO SÁEZ DE TEJADA (12.07.11. Comités pour un SRI)

14-(MÉMOIRE HISTORIQUE) La Loi fasciste des Partis (Juan Manuel OLARIETA ALBERDI, Avocat, écrivain et réprimé politique du SRI)

15-(MÉMOIRE HISTORIQUE) État espagnol: Loi de Mémoire Historique, 3 ans* (2010. Comités pour un SRI)

16-(LUTTE DE CLASSE-INTERNATIONALISME) Révolution Amérique Latine (16.07.2010. Séminaire International des Problèmes de la Révolution en Amérique Latine, Quito)

17-(CAPITALISME) Violence apolitique ? (30.05.2011. Pablo ARCINIEGAS AVILA)

18-(LUTTE DE CLASSE-INTERNATIONALISME) L'expérience Historique du Socialisme (13.12.2009. Juan Manuel Olarieta Alberdi, avocat, écrivain, ex-prisonnier politique du SRI en liberté conditionnelle)

19-(CAPITALISME) Quelques repères dans la Démocratie Bourgeoise...

19a-(ÉTAT ESPAGNOL) Bénéfices des politiques et des entreprises (31.12.2010. Article d'Ignacio ESCOLAr paru dans le quotidien espagnol "PÚBLICO")

19b-(EUROPE, ÉTAT ESPAGNOL) Nous devons savoir que... (2010. Comités pour un SRI)

 

Mémoire Historique du 18.07.2011:

-1909: À Barcelone les ouvrier-ère-s s'affrontent aux forces répressives pour empêcher que le Bataillon des Chasseurs Reus embarque vers le Maroc.

-1936: Soulèvement militaire fasciste contre la République Populaire en Espagne. Déchaînement des Fascistes patriotes, appuyé-e-s par les Nazi-e-s allemand-e-s et les fascistes italien-ne-s et portugais-e-s et facilité par la criminelle politique de "non intervention", jusqu'au 1er avril 1939: 700.000 mort-e-s.

-1943: Les guerriller@s du Regroupement d'Andalousie à Málaga exécutent les administrateurs du financier Fasciste: Juan MARCH.

-1961: À Donostia (Euskal Herria), la Police assassine au cours de tortures: María Mercedes ANTXETA. Civile et originaire du Vénézuela.

-1976: 32 bombes placées par les GRAPO explosent dans des édifices officiels de Gouvernements Civils et Militaires, de syndicats-verticaux et de Commissariats de Police à Madrid, Sevilla, Vigo, A Coruña, Cádiz, Barcelona, Bizkaia, etc. En revendication de l'Amnistie pour les prisonnier-ère-s politiques. Le 31 Juillet, 9 bombes explosent de nouveau. Dans l'une d'elle réalisée contre un monument fasciste à Séville meurent les 2 premiers militants des GRAPO: José LOPEZ RAGEL et Fausto PEÑA MORENO morts en action.

-1977: Les GRAPO entrent à "Radio Madrid" pour tenter d'émettre un message exigeant l'Amnistie et revendiquant les attentats contre des centres officiels des USA, de l'État français, "Diario 16" à Madrid, le Tribunal de Menores à Valencia et la mort dans l'attentat de 2 Guardias Civil à Barcelona, où l'un de leurs militant-e-s est gravement blessé. Cette nui-là, volent en éclat une douzaine de monuments fascistes et des centres officiels du Régime. (Chronologie extrait du livre: “GRAPO, los hijos de Mao” (GRAPO, les fils de MAO) de Rafael GOMEZ PARRA. Editorial Fundamentos)

 

-Lien intéressant:

Page de travail et syndicale Internationaliste: <http://www.labourstart.org/es/>

 

0-SRI1-(EUROPE-ANTIFASCISME) Suisse: Solidarité Internationale de Classe (15.07.2011. RHI-SRI de Suisse)

"Sur la signification de la solidarité comme arme! Parce que contre vous cela veut aussi dire contre nous. La solidarité avec les prisonnier-ère-s politiques est le lieu où les contradictions politiques devraient avoir le moins d'importance; quand il s'agit de prisonnier-ère-s politiques et de la répression exercée par la bourgeoisie l'Unité devient évidente! Vu que la Classe dominante avec ses appareils d'intelligence et de répression intervient toujours avec plus de violence et chaque fois plus fréquemment en outrepassant toute frontière, on ne peut pas renoncer à l'organisation ou aux réseaux de la solidarité internationale de Classe.

Dans la relation dialectique entre Révolution et contrerévolution, les attaques de la contrerévolution préventive sont toujours une banque de données pour les deux parties. La réponse à la question «que provoquent ces attaques?» est cruciale: terreur et paralysie ou alors encore plus de force pour la Mobilisation et la consolidation politique. Les réponses sont une expression de la situation actuelle de la Lutte de Classes tout comme des conditions objectives dans lesquelles intervient le coup répressif. Plus clairement, l'approfondissement de la crise sociale, la tendance vers la droitisation de la société et la polarisation entre les Classes ou entre les opprimé-e-s et les dominations impérialistes de Guerre ont une influence positive sur l'accroissement de la Solidarité Internationale de Classe.

En Italie, Belgique, Suisse, Espagne ou Allemagne: les attaques contre les Antifa, anarchistes, communistes ou le Secours Rouge International (SRI) ont apporté jusqu'à aujourd'hui une forte consolidation des respectifs processus d'auto-construction tout comme elle se consolide aussi avec la consigne du SRI “Construire et défendre la Solidarité de Classe – passer à la contre-attaque”. Déjà, que ce soient les prisonnier-ère-s politiques organisé-e-s en collectifs (comme le collectif communiste des prisonniers AURORA en Italie, le EPPK des prisonnier-ère-s politiques basques ou celui du PCE(r), des GRAPO et du SRI dans l'État espagnol), ou des prisonnier-ère-s politiques anarchistes selon leur affinité ou des prisonnier-ère-s politiques Antifa non organisé-e-s, ce qui nous unit c'est que nous sommes d'accord avec ce qui suit:

L'identité révolutionnaire ne prend pas fin en prison sinon qu'elle s'exprime d'une autre manière, adéquate à la nouvelle situation objective; l'agression de l'État contre les prisonnier-ère-s a pour objectif concret la déstabilisation et l'annihilation de l'identité révolutionnaire pour démontrer triomphalement que la recherche d'une alternative révolutionnaire au système capitaliste existent ne convient pas car il ne s'agirait plus que d'une question de temps pour la résignation se substitue à la Résistance ou à l'Organisation Révolutionnaire; l'intégrité des prisonnier-ère-s politiques qui réalisent de nombreuses années de prison ne représente pas seulement l'Histoire des Luttes de Classes révolutionnaires et de la Libération de tous/tes sinon que leur intégrité et continuité font partie de la perspective révolutionnaire dans la Lutte contre le Capitalisme et l'Impérialisme car grâce à eux/elles on peut aussi concevoir que dans la prison aussi la Résistance contre ce qui existe et pour une alternative révolutionnaire est possible et inévitable; que l'ennemi commun c'est l'État, le Capital et ses organes répressifs; la solidarité internationale concrète est une base importante pour la Lutte ainsi que pour et avec les prisonnier-ère-s politiques pour maintenir et développer leur identité.

Cette attitude de solidarité révolutionnaire avec les prisonnier-ère-s politiques dans le monde entier et qui est commune aux différentes positions existe depuis que la Solidarité de Classe elle-même existe. La construction d'un réseau et l'organisation au niveau mondial est leur protection la plus efficace!

Mais la meilleure Solidarité et la plus juste avec les militant-e-s révolutionnaires prisonnier-ère-s c'est le développement de la Lutte Révolutionnaire elle-même! Au dehors, c'est seulement à partir de ce moment que de nouveaux chemins se divisent autrement dit dans l'application concrète de la théorie et de la pratique dans les projets de Lutte anarchistes, anti-impérialistes, antifascistes ou communistes. Chacun/e se concentre sur son propre terrain où les tâches qui sont abordées dans l'actuelle phase historique du processus révolutionnaire sont assumées de la meilleure façon possible. Celui/celle qui suivant ce chemin se retrouve en prison compte avec notre solidarité. Autrement dit: d'en bas à Gauche contre le haut à Droite – Classe contre Classe!

1BIS-SRI SUISSEInverser l'attaque de la "justice" – juger le Capitalisme!

Du 28 jusqu'au 30 septembre 2011 -au moins- un procès politique devrait avoir lieu face au Tribunal pénal de Bellinzona pour différentes actions punitives contre l'État et le Capital. Toutes ces actions ont été revendiquées comme "Pour une alternative révolutionnaire". Et une fois de plus, ils/elles attaquent Andi, une compagne du "Revolutionärer Aufbau Schweiz" (Construction Révolutionnaire Suisse) mais à travers elle c'est une attaque contre nous tous/tes!

Les actions qui devraient être jugées par le TP de Bellinzona sont avant tout des attaques pyrotechniques. Comme charges d'accusation  s'ajoutent des attaques contre la Police Cantonale Suisse, les Services Internes Suisses, EL AL: l'agence de voyages et contre l'agence de voyages extérieure d'Espagne, l'agence de voyages extérieurs de Grèce, la compagnie aérienne IBERIA et le Secrétaire d'État pour l'Économie (SECO). Une attaque contre le Consulat Général de l'Inde à Berne et une autre contre la Bourse de Zurich lesquelles figuraient aussi initialement dans le dossier du procès pénal mais comme tant d'autres accusations elles ont été effacées avec le temps.

Toutes ces actions ont été accompagnées de déclarations politiques signées "Pour une alternative révolutionnaire". Avec ce sigle, en Suisse, de nombreuses actions militantes ont été réalisées à partir de la fin des années 90. Elles ont toujours été politiquement contextualisées au sein de thèmes et campagnes des plus variés. Par exemple, les attaques citées contre les institutions espagnoles ont été réalisées dans le cadre de la grève de la faim des prisonnier-ère-s du PCE(r) et des GRAPO dans les années 2002 et 2004. En général, on peut dire que les actions ont toujours été revendiquées contre la Répression et contre le Capital tout comme contre les organes de l'État suisse et des États étrangers.

Dans l'actuelle situation de crise capitaliste qui se manifeste dans tout les domaines, il n'est pas surprenant que la contre-révolution soit plus profonde et concrète: depuis déjà très longtemps la crise du Capital ne se manifeste pas seulement économiquement mais aussi chaque fois plus clairement dans sa dimension politique et culturelle. Durant ce processus social, en général réactionnaire, les conquêtes progressistes du Mouvement Ouvrier sont attaquées. L'attaque contre la prévention sociale comme les retraites et l'invalidité, en semant la haine contre les immigré-e-s et les chômeur-euse-s, les coupes dans la santé et l'éducation et l'augmentation des activités militaristes sont seulement certaines formes et certains moyens de l'Attaque. Étant donné l'évidente augmentation de la Résistance aussi bien dans les rues que dans les actions, la Répression aussi continue à se renforcer. La Lutte pour les espaces publiques et toute forme de politique révolutionnaire entrent particulièrement dans le point de mire des organes de Répression et de la Justice de Classe. L'objectif de ses attaques est de frapper la construction de la Solidarité Internationale tout comme les projets politiques concrets dans le pays lui-même, au moyen de la criminalisation de militant-e-s connu-e-s, et avec cela en même temps de faire peur au plus grand nombre de formes et de moyens politique révolutionnaire qu'ils le peuvent.

L'actuelle accusation doit être vue comme la continuité de nombreuses agressions politiques contre Andi. Nous ne pouvons pas oublier les procès et les périodes de prison pour «violation de la paix publique» ou la constante attention des policier-ère-s et autres services de l'État. En même temps, la collaboration internationale de la contre-révolution préventive augmente et avec elle la nécessité d'exhiber un "succès". Cette attaque doit être aussi considérée comme une partie de l'agression internationale contre des militant-e-s du SRI durant laquelle des fouilles et des détentions sont réalisées avec des actions coordonnées entre la Belgique, l'Italie et la Suisse.

Avec chaque attaque, la contre-révolution préventive démontre qu'elle ne s'appelle pas "préventive" par hasard. D'une part, l'objectif de ces attaques est toujours la réduction de la capacité d'action des individus et d'autre part, de terroriser les Mouvements de Gauche.

La "vieille" consigne: «On nous attaque individuellement – on nous attaque tous/tes» démontre chaque fois plus son actualité. Il est toujours un Devoir de la Gauche Révolutionnaire de ne pas se laisser pousser à être sur la défensive sinon d'établir des relations de manière offensive quand il s'agit de procès judiciaires. La citation du Collectif des prisonnier-ère-s communistes AURORA souligne le fait selon lequel le passage par les salles des Tribunaux fait partie du processus révolutionnaire.

Nous ne nous laisserons pas ni réduire ni terroriser.

Nous devons passer à la contre-attaque et employer la solidarité comme une arme contre le Capitalisme et sa Justice de Classe. Nous accompagnons politiquement les procès, avant et durant, avec des tracts, des banderoles et d'autres actions. Nous démasquerons ce procès pour ce qu'il est réellement: une attaque autant contre une compagne qui continue à être irréductible que contre des projets et alternatives révolutionnaires. PASSE À LA CONTRE-ATTAQUE - JUGER LE CAPITALISME! UTILISER LA SOLIDARITÉ COMME UNE ARME – REJETER L'ATTAQUE CONTRE ANDI!"

Voir le blog de Aufbau, article sur le RHI-SRI (en suisse allemand):

<http://www.aufbau.org/index.php?option=com_content&task=view&id=1113&Itemid=82>

 

13-Israel CLEMENTE LOPEZ-GRAPO-fr2-(ANTIFASCISME) “Retour aux origines”: Lettre d'Israel CLEMENTE LÓPEZ, Prisonnier Politique Antifasciste des GRAPO (30.04.2011, prison d'Algeciras)

"Salut compagnon: comment ça va? J'espère qu'avec l'arrivée de ces lettres tu te sentiras bien. Permets-moi de te dire que dans notre cas (dans le tien et le mien) il est à chaque fois moins évident de savoir si ce qui nous opprime le plus: c'est la contradiction principale à la base de l'Oppression capitaliste ou bien la contradiction fondamentale et dans notre cas spécifique: les étroites tailles de la ceinture de nos pantalons! Dans mon cas, j'ai dépassé cette question. C'est mon secret: je n'utilise que des pantalons avec une ceinture élastique... Je le sais déjà, je suis un peu salopard. Maintenant, sérieusement, fait un peu attention à toi bonhomme car tu dois encore durer, ne te laisse pas aller. Prends soin de toi mais je ne veux pas être pesant car c'est ensuite contre-productif. Pour que tu rigoles, regarde, Marcos MARTIN PONCE m'a envoyé une lettre dans laquelle il m'accable tout au long de 12 feuilles, en plan bolchévique, en faisant appel à ma conscience révolutionnaire pour que je cesse de fumer, que je mange bien, que je fasse du sport, etc, etc. Et tandis que j'étais en train de lire cette lettre, il me venait des envies folles de fumer un bureau de tabac entier et de boire quelques litres de café ! (...)

J'ai appris la grève de la faim d'Arenas, après-coup, par la presse. Je suis heureux que ses conditions se soient améliorées. Cela a beaucoup à voir avec la prise de température collective et il ne faut écarter le fait qu'ils reviennent à la charge par un autre côté. La situation de Laureano Ortega Ortega à la prison de Puerto III me préoccupe, reçoit-il l'attention que sa santé requiert... Il est évident que cet isolement n'est pas le lieu le plus adéquat pour récupérer d'un infarctus.

Il y a peu de temps, j'ai lu un texte d'Egoitz Larrañaga (1) qui critiquait les positions d'OTEGI (2) et un autre de Paco Cela Seoane qui analysait le "processus". Les deux textes m'ont plu et je me réjouis qu'ils soient apparus car cela était nécessaire. Sans entrer dans les détails, le texte de LARRAÑAGA me paraît très positif du fait qu'il marque un point ou un cadre général et qu'il aide à uniformiser et homogénéiser la nécessaire posture critique avec la dérive réformiste et possibiliste du secteur d'OTEGI. À partir de là, selon comment les choses mûriront, il sera possible d'avoir une incidence sur différents aspects partiels, certains de grande importance pour le développement du Mouvement de Résistance Antifasciste et la nécessaire question des forces politico-militaires.

Je suis déjà fatigué du feuilleton télévisé des SORTU (3), BILDU (3) ou autres et de leur renonciation face à la Loi des Partis. De nombreuses fois, je me demande quelles sont les clés réelles qui conditionnent une position tellement grossière de la part des Fascistes dans cette conjoncture. Manque de marge de manoeuvre réelle ou supposée? Une pure pose? S'agit-il de réelles différences entre le PP [Partido Popular: Parti Populaire d'Extrême-Droite] et le PSOE [Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol au Gouvernement] sur cette question ou une simple répartition des rôles face à une mise en scène pour forcer la question quasiment sans contreparties?

La thèse importée par les oiseaux du SINN FEIN (4) autour d'une supposée stratégie des "sécurocrates" (lobby antiterroriste) destinée à forcer une excision dans ETA, cela m'amuse. Je pense que cela n'intéresse pas du tout l'État car ils veulent conduire toutes les eaux à leur moulin (à la liquidation) et cela ne leur convient pas d'alimenter des scissions -plus ou moins minoritaires- qui peuvent continuer à élever le drapeau de la Résistance et de la Lutte conséquente pour les Droits nationaux. Cette thèse insistante des éditorialistes de GARA ressemble beaucoup au fait de se mettre le bandage avant la blessure, en accusant ceux/celles qui ne cèdent pas de faire le jeu de l'État. Je pense que ce n'est pas un hasard si ces analyses sont en augmentation ainsi que d'autres dans lesquelles sont critiqué-e-s ceux/celles qui sont critiques avec le processus (auxquel/les ils continuent de ne pas donner la parole, bien-sûr).

Curieuse époque que celle dans laquelle le Réformisme des "indépendantistes” catalan-e-s et leur mystification révérencielle de la Légalité Fasciste est devenu le miroir dans lequel se regardent tout-e-s les possibilistes du MLNV [Mouvement de Libération National Basque]. Le monde à l'envers. Au lieu d'évoluer vers une dénonciation politique rupturiste conséquente avec un cadre de la Légalité chaque fois plus étroit et de défendre le BOYCOTT ACTIF sous toutes formes: désormais le plus haut degré, ce sont les "référendums" catalans. Au moins, le bon aspect d'autant de génuflexion et d'entretien dans les médias c'est qu'ils/elles sont chaque fois plus expansif-ve-s et qu'ils/elles parlent avec une plus grande clarté.

Les derniers virages contorsionnistes et pirouettes dialectiques des BILDU, SORTU, etc. dans leur empressement pour enlever tout lien avec la violence populaire ont été très mal ressenti par un secteur du MLNV dans l'on perçoit un malaise croissant, bien qu'il soit minoritaire, et lié à l'appareil militaire d'ETA. Aussi bien dehors que dans les prisons. (…)

Récemment, j'ai écrit à V. en lui donnant mon opinion sur le thème de la Loi des Partis. Je lui disais que, selon moi, je vois une focalisation excessive dans la dénonciation politique de cette Loi. Je vais m'expliquer. Si nous parlons de période, je pense qu'il faut situer son commencement vers 1997. En tentant de la contextualiser, c'est là que s'ancre l'escalade Fasciste répressive contre les organisations politiques du MRA[Mouvement de Résistance Antifasciste] et le MLNV qui n'a pas cessée depuis lors. Au début, elle a des contours imprécis, peu définis.

-En 1997, le processus de la table d'HERRI BATASUNA (5) est une période charnière dans laquelle plusieurs options s'ouvrent au Régime de la façon et comme le PCE(r) l'analyse dans sa propagande.

-En juin 1997: le Plénum du Comité Central du PCE(r) frappe le concept de "Retour du Régime à ses origines" et dans le IVème Congrès du Parti nous continuons à contempler les options qui s'ouvrent au Régime: faire des concessions ou le retour à ses origines.

-En 1998: des pas se réalisent déjà dans cette direction: la fermeture d'Egin [Journal basque de Gauche] suppose le coup de feu de départ pour le démantèlement progressif des structures légales du MLNV.

-2002: Loi des Partis.

-2003: Illégalisation du PCE(r).

Autrement dit, depuis 14 ans: le Régime développe une escalade répressive qui constitue un véritable point d'inflexion en comparant les organisations politiques résistantes avec celles qui sont armées. Ce que nous avons dénoncé comme «Tout est GRAPO», «Tout est ETA».

Cela, selon ce que je pense, c'est une stratégie globale du Régime dans laquelle la Loi des Partis est seulement une partie et je pense qu'elle n'est même pas la plus "effective" contre le Parti car elle semble spécifiquement conçue contre des organisations légales de la IA (Izquierda Abertzale: Gauche nationaliste basque) pour empêcher leur participation électorale, tandis que le PCE(r) n'a jamais été légal, à aucun moment.

1-SRILe véritable soutien de la Loi des Partis c'est la théorie juridico-policière de «l'entourage», sa prolongation et son fondement qui a créé une jurisprudence spécifique relative aux sentences du Tribunal de l'Audiencia Nacional et du Tribunal Suprême. Ainsi, en 2003, la "dissolution" du PCE(r) est décrétée «du fait de constituer, au côté des GRAPO, une unique organisation terroriste».

Y compris aujourd'hui avec son application récente à SORTU, la Loi des Partis a dû être interprétée à partir de la "Théorie de l'entourage" pour les exclure de la participation électorale car en eux-mêmes les statuts de SORTU accomplissaient la fameuse Loi.

Nous ne pouvons pas caractériser une étape si étendue et avec autant de conséquences exclusivement sur la base de cette Loi car ce serait confondre la PARTIE avec le TOUT avec tout ce que cela implique. Cela me paraît être une erreur et je considère que ce qui serait adéquat, correct, ce serait de la qualifier de RETOUR AUX ORIGINES ou de BUNKÉRISATION DU RÉGIME FASCISTE qui est beaucoup plus que la Loi des Partis. Supposons que demain (et c'est beaucoup supposer car je pense que la Loi des Partis a surgit pour rester en place et encore plus après que le MLNV ait cédé) ils dérogent à la Loi en question: qu'est-ce que cela supposerait par exemple pour le Parti? Rien. Je m'explique. Tant que ne sont pas renversés la "Théorie de l'Entourage" avec la Jurisprudence du Tribunal de l'Audiencia Nacional et du Tribunal Suprême qu'elle a générées –une authentique autorisation d'actes illégaux dans la répression spécifiquement Anticommuniste- les militant-e-s du PCE(r) continueront à être condamné-e-s à 12 ans de prison car c'est cette aberration juridico-policière qui a unit dans l'escalade répressive deux organisations complètement différentes en les rendant égales.

De plus, dans toute cette étape étendue, le reste de la Législation du Régime s'est aussi bunkérisée, encore plus renforcée en artillerie, passant de Fasciste à Ultra-Fasciste et hormis la Législation spécifique de Répression Politique, d'Exception, il existe une multitude d'articles dans des Lois administratives qui visent la dissolution de municipalités «pour leur soutien au terrorisme» comme par exemple celle des Bases du Régime Local, sans parler de la Loi Électorale, etc, etc. L'Exception s'est faite norme et il ne s'agit pas uniquement de la Loi des Partis. Elle est déjà suffisante pour te donner une raclée. Dénoncer politiquement avec de la propagande la Loi des Partis et exiger sa dérogation me paraît bien mais cela ne suffit pas. Elle disculpe des incohérences et des lapsus... Sur le plan international, tu vois déjà comment sont les choses, chaudes, très chaudes. L'intervention en Lybie a mis en évidence le virage de SARKOZY dans la politique extérieure française envers les britanniques et les yankis. Nous verrons combien de temps cela dure et si cela se consolide comme un choix à long terme ou si c'est quelque chose de conjoncturel d'un secteur de la bourgeoisie impérialiste française. Son virage et ses perspectives ne semble pas très naturel étant donné les intérêts avec les yankis en Afrique pour leurs respectives sphères d'influence. Les yankis viennent à peine de répartir quatre miettes avec leurs associés britanniques aussi j'imagine mal que les Vichystes puissent en sortir gagnant avec le commerce. Cela étant dit, prends-soin de toi. À bientôt. Une étreinte chargée de RÉSISTANCE."

(1)Voir Débat autour du MLNV: <http://sribaiona.over-blog.com/article-debat-autour-du-mlnv-79124814.html>

(2)Arnaldo OTEGI: porte-parole de BATASUNA, Parti politique basque indépendantiste de Gauche.

(3)SORTU et BILDU: "Naître" (9 février 2011, illégalisé le 23 mars 2011) et "se réunir" (3 avril 2011-...), Partis politiques de la Gauche nationaliste basque.

(4)SINN FEIN: Parti politique irlandais républicain de Gauche.

(5)HERRI BATASUNA: L'Unité Populaire (1978-1986), coalition politique de la Gauche nationaliste basque, précédant le Parti politique "BATASUNA" (2011, illégalisé en 2003).

 

3-LUCIO GARCIA BLANCO-PCE(r)-fr3-(RÉSISTER C’EST VAINCRE) Lettre sur le 15-M de Lucio GARCÍA BLANCO, prisonnier politique communiste du PCE(r) (10.07.2011. Prison de Topas)  

"Prison de Topas, le 10 Juillet 2011. (...) Où en est l'ambiance du 15-M par ici? (…) c'est que les indigné-e-s ont pris la rue inopinément, fatigué-e-s déjà de la grave situation politique et sociale dont nous souffrons. Et avec tout ce qui me parvient, il y a une idée générale de scepticisme sur le surgissement et le développement du mouvement. Et je sors de mémoire: «c'est dirigé par des révisionnistes ou des trotskistes», «ils n'ont aucune approche révolutionnaire», «ces revendications ne valaient rien», etc, etc;  mais cela m'amène à penser que la faute est celle du mouvement politique lui-même qui n'a pas eu d'influence dans les orientations pour gagner les éléments avancés. Il était prévisible que tout cela irait dans cette direction.

Selon moi, il est évident qu'ici dans l'État espagnol on a parlé de rejet de l'ensemble du Régime, de ses Partis politiques et institutions et jusqu'aux enquêtes du CSI (Centre d'Investigation Sociologique) ont du reconnaître que les espagnol-e-s mettent en 3ème place de leurs problèmes celui de la Classe politique; que le sens général d'indigestion de la politique et des politiciens dans le sens "anarchiste" que beaucoup lui adjugeaient n'a pas eu lieu et que par contre, celui-ci apparaît dans d'autres zones de l'Europe. Parce qu'a aussi été notable l'intérêt des travailleur-euse-s pour la Politique et leur indignation pour les coupes salariales… qu'on leur imposait. Mais le fait que nous étions face à un mouvement à caractère fondamentalement politique qui n'était pas guidé par de simples aspirations économiques concrètes ou le malaise des coupes sociales n'a pas été valorisé. Il s'agit de quelque chose de "supérieur" aux réponses données jusque-là dans d'autres pays européens et le fait que les appels d'ici n'aient pas pris dans d'autres lieux n'est pas un hasard.

Depuis le 15-M où environ 100.000 personnes sont sorties dans les rues de 60 villes, on a pu voir qu'il s'agissait d'un mouvement spontané et pas manipulé par des "revi" ou des "troskos”, bien que certains de ces groupuscules aient été parmi ceux/celles qui ont fait l'appel et qu'ils aient été une partie de ceux/celles qui ont élaboré les premières consignes. Je pense que ces secteurs et d'autres secteurs plus retirés du mouvement ont été dépassés par des dizaines de milliers de personnes en quelques jours, bien que logiquement y soient présentes les revendications réformistes qui ont été proposées et qui continuent de l'être. Et il faut aussi prendre en compte le fait que la protestation n'a pas eu la même tournure (surtout politique) à la Plaza del Sol que dans les quartiers dans tout l'État espagnol. Et qu'en général, il s'ensuit une Ligne progressive d'assise et d'une certaine radicalisation.

Selon moi, le mouvement se fait remarquer en premier lieu par son caractère politique de dénonciation de l'absence de Droits et de Libertés sociales en revendiquant un meilleur cadre démocratique. Il est évident que nous ne pouvons pas perdre de vue son hétérogénéité, son immaturité, la faiblesse et l'ambiguïté des ses premières consignes. Le fait que nous sommes face à un mouvement spontané de masses dont certaines sont assez avancées ne peut pas non plus passer inaperçu et qu'avec le travail du Mouvement de Résistance, de la Solidarité, des collectifs Antifascistes... nous pourrons développer la dénonciation de l'essence fasciste de la dite Réforme politique et du Régime lui-même et en impulsant la demande des véritables libertés d'expression, de manifestation, d'association… l'exigence de l'Amnistie, la dérogation de la Loi des Partis, etc. Là, il est nécessaire que nous soyons conscient-e-s qu'il s'agit seulement d'un premier pas qui a eu lieu et qu'un processus relativement long sera nécessaire.

Le second aspect ou caractéristique du 15-M c'est que s'il ne vise pas directement le Système avec des consignes ou revendications concrètes (nous sommes face à un mouvement spontané), il a néanmoins une ample composante idéologique et politique anticapitaliste dont une grande partie de gens avancés qui voit la nécessité de la Lutte pour atteindre le Socialisme. Il est évident que les choses peuvent aussi évoluer dans la direction de l'acceptation progressive d'un Programme stratégique révolutionnaire.

La question c'est qu'en le considérant dans son ensemble et dans ses traits essentiels, le 15-M impulse certains aspects politiques et organiques révolutionnaires, ce qui sans aucun doute facilitera la connexion des révolutionnaires avec les personnes les plus avancées ainsi que le passage à un puissant Mouvement Politique de Résistance. Il me semble que l'on peut déjà affirmer qu'un nouveau cycle, étape politique et idéologique a commencé avec la production d'un saut autant dans la conscience que dans le développement des méthodes de Lutte indépendante de la part de nombreux-euse-s travailleur-euse-s et d'autres secteurs populaires.

Tout vise à ce que soit dépassé le ressac qui a causé la trahison du révisionnisme carrilliste [en référence à CARRILLO, secrétaire général du PCE (1956-1982) et l'un des promoteurs de la Transition] et le fait de n'avoir pas réussi à forcer la rupture avec le Franquisme avec tout ce que cela comporte de déception, démoralisation, désorganisation et passivité. Mais comme on peut l'apprécier, le mouvement actuel recueille aussi l'esprit de nombreuses expériences de cette étape antérieure et il est la conséquence en bonne partie de la Lutte conséquente que le Mouvement Politique de Résistance a développé durant plus de 35 ans, en contribuant à développer l'actuelle et grave crise de l'État.

Le fait que ce mouvement élise de façon consciente la date des élections municipales pour littéralement prendre les places de notre État en dénonçant l'absence de Libertés et de Droits démocratiques ainsi que des manifestations de protestation face aux Parlements et municipalités en criant aux député-e-s et maires «qu'ils/elles ne les représentent pas», cela suppose en réalité un boycott actif à la farce du Régime, des Partis politiques, des institutions, des élections…

0-abstencion activaUne désobéissance civile organisée qui vise à ce qu'elle se développe et par conséquent, à moyen ou long terme, qui pourrait mettre l'État dans de vrais embarras. En ce sens, la Lutte contre les évictions et expulsions de logements freinant ainsi celle de centaines d'autres est réellement positive, tout comme les réponses de quartiers comme Carabanchel, Lavapiés... pour faire cesser les coups de filets policiers contre les immigré-e-s, réaliser des assauts collectifs dans les grands supermarchés ou donner aux familles nécessiteuse des aliments de base. Et les initiatives dans cette direction continuent de s'étendre.

Un autre aspect réellement positif et extrêmement important dans tout ce qui est relatif au 15-M c'est son organisation en assemblées avec le développement des méthodes de Lutte indépendante, en marge des rives de la Légalité en vigueur, du Régime, des Partis politiques et des mafias syndicales. Cela contribuera très favorablement à mettre en difficulté le contrôle policier, la répression du mouvement et facilitera son renforcement, son indépendance politique et le développement des Luttes. Mais, de plus, cela a été et cela sera la médecine contre les réformistes de tout poil. Désormais, la question c'est que ces méthodes de Lutte indépendante s'étendent sous l'impulsion du Mouvement syndical, des Cercles Ouvriers. Si cette Ligne se consolide, les marchand-e-s d'ouvrier-ère-s resteront totalement relégué-e-s, sans influence réelle entre les travailleur-euse-s dont la capacité de la Lutte augmentera.

Ceux/celles de IU [Izquierda Unida: Gauche Unie], de groupuscules et plateformes de la Gauche réformiste ont tenté de s'approprier du mouvement pour le canaliser dans les marges du Régime Fasciste en limitant les revendications à celle d'une Réforme de la Loi électorale et un peu plus. Cependant, comme on a pu le vérifier avec la huée reçue par Cayo LARA [membre du PCE réformiste et coordinateur général de IU] quand le mouvement protestait contre le délogement d'une famille, cela ne va pas leur être facile. Les importantes expériences vécues par le Mouvement ouvrier et populaire dans notre pays depuis 50 ans n'ont pas été oubliées, elles continuent d'être latentes, avec des dizaines d'exemple durant ces jours-ci. Depuis le 15-M, les masses populaires ont déjà ouvert un chemin avec leur Lutte dans lequel on entrevoit la possibilité d'avancer à la conquête de ses Droits légitimes et il sera difficile que quiconque puisse les en faire dévier. De même, l'aggravation de la crise générale du Capitalisme (à caractère irréversible) favorisera chaque fois plus une riposte par une Lutte radicale avec la demande de changements profonds et révolutionnaires. De même, les éléments les plus avancés seront mis à la tête du Mouvement. Et le PCE(r). Chaque jour qui passe, la situation devient plus intéressante et il est important que nous échangions nos points de vue. Une énorme étreinte.”

Lucio GARCÍA BLANCO

Prisonnier politique du PCE(r)

C.P. TOPAS (MÓDULO 12)

37799 TOPAS. SALAMANCA

 

4-(RÉSISTER C'EST VAINCRE) Solidarité avec les presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI (15.07.11-Comités pour un SRI)

4a-Campagne de soutien à Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r):

Voir Écrire aux presxs politiques:

 <http://sribaiona.over-blog.com/pages/ECRIRE_AUX_PRESXS_POLITIQUES_-5310103.html>

4b-Nouvelle Internationaliste - Manuel PEREZ MARTINEZ, prisonnier politique et secrétaire général du PCE(r) Voir Écrire aux presxs politiques:

 <http://sribaiona.over-blog.com/pages/ECRIRE_AUX_PRESXS_POLITIQUES_-5310103.html>

 

4c-Mari José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO: abandonnée à l'hôpital, la semaine dernière Voir Écrire aux presxs politiques:

 <http://sribaiona.over-blog.com/pages/ECRIRE_AUX_PRESXS_POLITIQUES_-5310103.html>

 

5-PCR5-(RÉSISTER C'EST VAINCRE) L'État du Canada détient des Communistes  (10.07.11. Comités pour un SRI)

Le 29 Juin 2011, 4 militant-e-s du PCR-Canada ont été détenu-e-s à Montreal. Le Parti Communiste Révolutionnaire du Canada a émis une note dans laquelle il dénonce l'arrestation à Montréal de 4 militant-e-s et sympathisant-e-s du Parti ainsi que les fouilles de leurs domiciles censées être réalisées «dans le cadre d'une investigation sur la marche convoquée par la Convergence des Luttes Anticapitalistes de Montréal (CLAC)». Dans son communiqué, le PCR affirme qu'il s'agit d'une Campagne d'intimidation de l'État bourgeois canadien contre les organisations qui rejettent et dénoncent cet État et il demande la libération immédiate des compagne-on-s détenu-e-s.

-Lire plus d'information sur le blog du PCR-Canada: <http://pcr-rcp.ca/fr/>

 

6-PUNK6-(RÉSISTER C'EST VAINCRE) Livres (08.07.11. Comité pour un SRI de Gasteiz)

Le jeudi 7 Juillet 2011 à Zapateneo (Vitoria-Gasteiz) était présent Joni D. l'auteur du livre: "Que pagui Pujol!" (Que paye PUJOL!*), une chronique punk à Barcelona sur le mouvement punk à Barcelona dans les années 80, racontant quelques anecdotes sur ce mouvement en Euskal Herria. Il est aussi l'auteur de "NFD" ("Niños drogados por Frank Sinatra": Enfants drogué-e-s par Franck Sinatra), l'un des fanzines pionniers du Barcelona punk des années 80. Joni D. a publié son premier livre: "Que pagui Pujol!" -titre d'une chanson du groupe de musique "OdioSocial"- où il raconte à la première personne comment était cette ville de maisons occupées, radios libres, athénées populaires, presse antisystème et groupes punk. Il s'agit de l'Histoire de 10 années qui commence avec les premières émissions des radios libres et qui finit avec la naissances de divers projets autogérés reliés aux mouvements sociaux du barcelonese.

*Jordi PUJOL: ex-Président du Gouvernement la Communauté Autonome de Catalogne (1980-1999) et fondateur du Parti politique nationaliste catalan de Droite: "Convergència i Unió" (Convergence et Union).

 

  SUITE DE L'ARTICLE VOIR PARTIE 2/3

  <http://sribaiona.over-blog.com/article-2-3-retour-aux-origines-bunkerisation-du-regime-fasciste-79722774.html>

 

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 07:15

(18 JUILLET 2011) RETOUR AUX ORIGINES:

BUNKERISATION DU REGIME FASCISTE

partie 2/2

 

8a-LOUIS RENAULT ET HITLER7-(MÉMOIRE HISTORIQUE) Le Fascisme du 21ème siècle. L'actuelle Formule 1 est aux mains des Nazis de la 2ª G.M. (11.07.11. Juan Manuel OLARIETA ALBERDI, Avocat, écrivain, réprimé politique du SRI)

"En 2008, le Président de la Fédération Internationale de l'Automobilisme: Max MOSLEY s'est découvert en organisant une orgie sexuelle vêtu avec des uniformes nazis. MOSLEY est le fils d'Ostwald MOSLEY, le dirigeant britannique du Parti Nazi des “chemises noires" qui a prétendu être utilisé comme cheval de Troie pour que le IIIème Reich règne sur les îles. En seconde noce, MOSLEY s'est marié dans la maison de GOEBBELS [Ministre de la Propagande et de l'Information du 3ème Reich Nazi] et HITLER lui-même a assisté à la cérémonie. En 1937, le Parti Fasciste a été interdit et peu de temps après MOSLEY est entré en prison, bien qu'en 1977 il ait été nommé Recteur de l'Université de Glasgow comme si rien ne s'était passé. Les premières écuries automobiles qui ont critiqué l'orgie nazie-sexuelle de MOSLEY ont été les allemandes MERCEDES et BMW. Elles ont ainsi imaginé qu'elles pourraient laver leur origine qui est la même que celle de MOSLEY: le Nazisme.

L'année suivante le patron de la Formule 1: Bernie ECCLESTONE faisait l'éloge d'HITLER au cours d'un entretien dans le périodique britannique “The Guardian”. Pour ECCLESTONE, son modèle d'Homme d'État, c'est son chef Max MOSLEY qu'il a proposé pour diriger le Royaume-Unis: «Je préfère les dirigeants forts. Margaret THATCHER a pris de nombreuses décisions sur la marche du pays et celui-ci a été construit lentement. Maintenant, nous l'avons laissé aller une autre fois. Tout ces mecs, Gordon (BROWN) et Tony (BLAIR) tentent tout le temps de faire plaisir à tout le monde. Je crois que Max (MOSLEY) ferait un travail incroyable, c'est un bon dirigeant».

Le Fascisme Formule 1 a désormais son prolongement en France avec l'écurie RENAULT bien que cette fois presque sans scandale. Comme MOSLEY et ECCLESTONE, Louis RENAULT a été un autre fasciste et collaborateur du IIIème Reich mais quand quelqu'un prétend sauver la Mémoire Historique il/elle est condamné-e à l'échec. C'est ce qui vient d'arriver à l'organisation anarchiste “Jura Libertaire” et au site internet “hapoel.fr” qui a été fermé. Comme le clan des ROSÓN en Galice, les petits-enfants de RENAULT sont à la recherche pour capture de l'Historien pour diffamation. Mais il ne s'agit pas seulement d'écrire une autre Histoire mais aussi d'argent. Le 9 mai 2011, la mafia RENAULT a présenté un recours face aux Tribunaux français pour réfuter le Décret de Nationalisation des entreprises RENAULT durant la Guerre Mondiale. Le blog "Hapoel" a publié un article impeccable en analysant l'arrière-boutique des empoignes monopolistes qui en pleine crise industrielle expliquent le recours judiciaire tout comme l'ascension du Fascisme et du Chauvinisme parmi la bourgeoisie française.

Dans tout pays européen, les grandes oligarchies et monopolistes n'ont pas rectifié leurs alignements de 1939. Ils ont seulement attendus patiemment leur moment propice pour revenir à leurs habitudes. Nous ne pouvons pas les accuser d'incohérence et ils démontrent de toute part qu'ils sont disposés à mettre pour tous/tes le "Cara al sol" [(Visage au soleil) hymne fasciste de la Phalange espagnole]... si nous ne nous réveillons pas. Il ne s'agit pas de rhétorique: le 12 Mai 2011, le Sénat belge a approuvé une proposition de Loi du Parti Fasciste “Vlaams Belang” qui a été acceptée par tout les Partis politiques flamands (excepté les Verts) pour annuler les effets des condamnations et des sanctions pour les faits commis entre 1940 et 1945 et pour créer une Commission pour indemniser les victimes de la "répression de la post-Guerre" et leurs descendant-e-s pour les préjudices subis. Ils ont refait l'Histoire également en Belgique; ceux/celles qui ont faits des victimes sont devenu-e-s des victimes. Le Fascisme du 21ème Siècle est servi.

7b-RENAULT+HITLER (berlin1939)En France, la mafia RENAULT ne s'est pas contentée du fait que “hapoel.fr” rectifie son article car elle a fait fermé le site internet en invoquant la Loi pour la Confiance en l'Économie Digitale. Le recours judiciaire a été réalisé pour «diffamation» parce que l'Histoire est un mensonge. La vérité c'est ce que eux/elles disent. L'avocat des RENAULT démontre une autre tradition historique qui se répète: les alignements pervers ne sont pas ce qu'ils disent être. Celui qui signe la requête judiciaire au nom des monopolistes c'est Thierry LEVY, un avocat qui réunit les meilleurs ingrédients: juif et gauchiste. C'est la meilleure manière de réhabiliter la Mémoire Historique de RENAULT de la façon et comme il lui aurait plu que cela soit. En France, la compétence de RENAULT s'appelle CITROËN, un autre nom illustre de la saga d'André CITROËN que RENAULT appelait «Le petit juif». La concurrence entre eux deux ne fut pas non plus aussi féroce; ils se sont partagés le gâteau. CITROËN réparait les chars de combat que RENAULT produisait pour le IIIème Reich en France. Le cas CITROËN illustre assez clairement ce que le Fascisme signifie pour les juifs, l'un des sujets les plus manipulé du siècle dernier. La persécution fasciste ne s'est pas exercée contre les juifs sinon contre le prolétariat juif, de telle façon que tandis que le Gouvernement de Vichy conduisait certain-e-s aux Camps de Concentration, un neveu de CITROËN était secrétaire d'État de Production Industrielle, autrement dit, complice des Déportations massives des "sien-ne-s".

11-MITTERAND ET PETAINL'Histoire est écrite par la bourgeoisie et les Tribunaux l'aident à la rédiger, il serait convenable d'expliquer comment ils le font. Le 13 Juillet 2010, le Tribunal d'Appel de Limoges (France) a condamné un Centre de la Mémoire à retirer d'une exposition permanente maintenue depuis 1999: une photo de RENAULT sur laquelle il apparaît au côté de HITLER et GOERING dans le salon de l'automobile de Berlin en 1939. Cette photo serait-elle truquée? La sentence judiciaire ne le dit pas; par conséquent, l'arrêt du jugement indique qu'elle est véritable bien qu'«anachronique». Dans tout les cas, elle est diffamatoire. De plus, la sentence condamne le "Centre de la Mémoire" à payer 2.000 euros aux héritier-ère-s de RENAULT qui doivent être juste en ressources en ce moment de crise...

En France, la sentence a été le détonateur d'une vaste campagne médiatique de manipulation de l'Histoire. Le 8 janvier de cette année 2011 “Le Monde Magazine” se souvenait de l'énorme souffrance accumulée par la famille RENAULT durant des décennies, injustement accusée de Collaboration avec les Nazi-e-s. La chaîne de télévision publique "France 2" s'est dédiée à réparer une telle injustice de taille et les tentatives pour rectifier les "informations" de la part des ouvrier-ère-s qui ont travaillé dans les usines, de l'Historienne LACROIX-RUIZ et de 4.000 signataires ont finalement été inutiles: la vérité n'a pas besoin d'être contredite.

La diffamation contre RENAULT soutient, entre autre, que celui-ci personnellement et le patronat français ont maintenu des liens étroits avec la “Cagoule”, l'organisation clandestine qui depuis 1935 a mis en œuvre des manœuvres de déstabilisation et d'agressions violentes contre les communistes, les syndicalistes et les solidaires avec notre République [en Espagne]. Quand le 24 novembre 1938, les ouvrier-ère-s du métal, y compris ceux/celles des usines de RENAULT, se sont déclaré-e-s en grève, les dirigeant-e-s syndicaux ont été accusé-e-s lors d'un Procès judiciaire de «Rébellion militaire» et le secrétaire du syndicat: Jean-Pierre TIMBAUD a été fusillé. Que la bourgeoisie fusille le prolétariat, c'est une infamie; que le prolétariat fusille la bourgeoisie et c'est le goulag."

 

8-(GUERRE SALE-FASCISME) Ils se sont lassés d'assassiner, de mettre des bombes, des actes de Guerre Sale... durant 4 ans. Dans quelle prison se trouvent-ils en 2011? (07.07.2011. Comités pour un SRI)

"En Juillet 1981, au moyen d'une note officielle, la Police a informé qu'elle avait détenu ou donné pour enfuis les militants Fascistes du Front de la Jeunesse et d'autres sigles parapoliciers: Rafael GÓMEZ ÁLVAREZ, Ramiro Alejandro RODRÍGUEZ-BORLADO ZAPATA, Jesús Javier BLANCO GARCÍA, Pedro DE HARO PAVÓN, Pedro BEL FERNÁNDEZ, José DE LAS HERAS HURTADO, Joaquín LÓPEZ MARTÍNEZ, Iñigo ARAGONESES SAN PEDRO, Leocadio JIMÉNEZ CARAVACA et Tomás ANTÓN TORREGROSA (qui s'est suicidé peu de jours après sa détention) lesquels sont les auteurs et collaborateurs nécessaires des assassins à sang froid du jeune Carlos Javier IDIGORAS NAVARRETE, de 22 ans «du fait d'être un drogué» et qui a eu lieu à Madrid et de l'assassin du mendiant Tuis ARRIBAS SANTAMARÍA alors qu'il se trouvait allongé sur un banc de la voie publique à Madrid, le 5 Juillet 1981. Ils agissaient dans l'impunité depuis 4 ans, en plaçant des dizaines de bombes dans des locaux populaires, des boutiques de Gauches, en réalisant des Campagnes sectaires et de Guerre Sale, des coups... avant que soit réquisitionné un énorme arsenal de Guerre en partie cédé par des Guardias Civiles... Pour la Mémoire Historique explicative, il faut se souvenir qu'à Elche et d'autres lieux du Levante (Communauté autonome de Valencia), ils ont placé des bombes dans les sièges de leurs propres compagne-on-s fascistes de "Fuerza Nueva" (Force Nouvelle) pour que «l'édifice vole en éclat afin de pouvoir toucher l'assurance et l'indemnisation pour terrorisme». Dans quelle prison sont-il en 2011? Nous le disons parce que plusieurs des prisonnier-ère-s politiques d'ETA et des GRAPO qui ont été détenu-e-s au cours des mêmes dates en 1981 continuent d'être en prison. Sont-ils à Miami, sur les plages de Mallorca ou sont-ils des fonctionnaires dans un Ministère?"

13-FELIPE GONZALEZ FASCISTE

9-(GUERRE SALE-FASCISME) Felipe GONZALEZ: un Phalangiste à la Chemise Bleue (Comités pour un SRI)

"(VOIR LA PHOTO CI-DESSUS) Si je ne le vois pas, je ne le crois pas. IM-PRE-SSIONNANT: comme il portait bien l'uniforme le camarade Felipe! Si bien qu'au final ils renient tous-tes leur Mémoire Historique. Cela aussi, c'est la Mémoire Historique... J'espère que vous savez reconnaître le cadet.

Quand il était jeune, il ne dédaignait pas la "camiza azul"* et la main en l'air. Que te suggère cette photo? Mais non, tu ne te trompes pas, il s'appelle GONZÁLEZ (de prénom Felipe)**. Cette photographie provient d'un livre intitulé "Falange"*** qui a été publié par la maison d'édition "la Esfera de los Libros". Au moyen de la présentation d'une demande, notre cher ex-Président a obligé que ce livre soit retiré de la vente (c'est égal, quasiment toute la première édition a déjà été vendue) car il y apparaît (très vociférant et serré dans les rangs) malgré le fait que la photographie ait été prise ce jour-là par l'Agence de photographie EFE et que les Droits reviennent à cette dernière. Dans la seconde édition, cette photographie a été retirée. Vive la Démocratie, la Liberté de la Presse et d'Expression!"

*Chemise bleue des mouvements fascistes surgies dans les années 1930 dans l'État espagnol.

**Felipe GONZALEZ, le "Monsieur X" du Programme de la Guerre Sale initié durant la Transition Démocratique par le Gouvernement PSOE-Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol de l'État Monarco-Fasciste espagnol dont il a été le Président de 1982 à 1996.

***Falanga Española de las JONS (FE de las JONS): Phalange Espagnole des Juntes d'Offensive Nationale-Syndicaliste est un parti politique espagnol d'Extrême-Droite d'idéologie fasciste né en 1933.

-Voir la version originale (castillan) sur le blog PRES.O.S (Menu General- Denuncia): <http://www.presos.org.es>

 

10a-(EUROPE-FASCISME) Le Conseil de l'Europe choisit le Juge du Tribunal d'Exception fasciste espagnol l'Audiencia Nacional: Baltasar GARZÓN comme nouveau membre du Comité de Prévention de la Torture (08.07.2011. Comité pour un SRI de Catalogne)

"Hier, le PSOE-Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol a réussit que le Comité pour la Prévention de la Torture et des Traitements Inhumains ou Dégradants du Conseil de l'Europe choisisse comme nouveau membre espagnol le Juge Balthasar GARZON en le plaçant dans un organisme judiciaire continental. Après des tentatives répétées sans aucune sorte de succès, hier, les parlementaires du PSOE à Strasbourg ont réussit à faire en sorte que le Comité des Ministres du Conseil de l'Europe consente au fait que le Juge le plus médiatique du Tribunal d'Exception espagnol de l'Audiencia Nacional soit nommé membre espagnol du Comité pour la Prévention de la Torture et des Traitements Inhumains et Dégradants.

14-GARZON FASCISTELe Juge qui s'est rendu fameux par la Lutte Antiterroriste, la persécution des ex-dictateurs latino-américains et comme un symbole de garant des Droits d'un État Oppresseur porte sur les épaules la fermeture de 2 journaux basques (Egin et Egunkaria), d'une radio (Egin Irratia), le registre du siège des écoles d'alphabétisation et d'apprentissage du basque pour adultes (AEK), la suspension du Parti politique "BATASUNA" (Unité) de l'Eskerra Abertzale (Gauche nationaliste basque) que soit élaborée la Loi qui permette son illégalisation, idéologue de la théorie "Tout est ETA" [et "Tout est GRAPO"] en réalisant des enquêtes sur des organisations de vastes bases sociales comme Xaki, Ekin, Jarrai, Haika et Segi et en mettant aussi en Procès leurs militant-e-s et les membres de ces entités et organisations pour appartenance à bande armée.

Entre 1994 et 1997, 117 citoyen-ne-s basques détenu-e-s sous la Loi Antiterroriste avec le Régime d'Incommunication [autrement dit la torture] sont passé-e-s face à cette personne qui désormais réalisera une enquête impartiale, méthodique et exhaustive. 117 personnes qui lui ont raconté les vexations reçues, les pratiques de l'application de la baignoire, du sac en plastique, des abus sexuels et des différentes humiliations souffertes. Face à tout cela, GARZON a seulement su faire une chose: regarder de l'autre côté et ne pas mettre en doute un seul instant le témoignage malgré la Loi qu'il aime tellement appliquer ainsi que l'ordonner.

Mais dans le curriculum vitae scabreux de Balthasar GARZON il y a aussi eu très clairement divers épisodes vécus par des catalan-e-s. En 1992, en pleine effervescence olympique et de la main de ce grand Défenseur des Droits Humains: 38 Indépendantistes ont été détenu-e-s et beaucoup d'entre elles ont été jugées bien que les 15 personnes aient relaté des tortures, presque 10 ans après, le Tribunal de Strasbourg condamne l'État espagnol pour ne pas avoir réalisé d'enquête sur ces faits malgré le fait d'avoir suffisamment de motifs plus qu'évidents sur le fait que ces sujets avaient été torturé-e-s. A qui revenait le fait de mettre en œuvre cette enquête si ce n'est le Juge GARZON.

Tout comme les cas des 3 de Gràcia, ou des 5 personnes détenues à Vilanova i la Geltrú accusées d'appartenir à Al-Qaeda sont passés devant son instruction grossière, sans recueillir les mauvais traitements dont ils/elles ont souffert durant l'Incommunication. Un long etcétéra de lamentables anecdotes pleines des Gloires de ce personnage qui lamentablement aujourd'hui est membre du Comité pour la Prévention de la Torture et des Traitements Inhumains ou Dégradants. On s'attendait à ce que le Gouvernement espagnol n'écoute pas la société civile ni nos organisations où depuis des années nous dénonçons et luttons contre la torture, contre qui l'ordonne, contre qui l'applique et contre qui la protège. Mais cette fois, les intérêts politiques peuvent placer l'une des personnes qui a le plus fréquemment favorisé et protégé la torture dans l'État espagnol ces derniers temps en tant que membre d'un Comité précisément chargé d'enquêter sur la torture et de la dénoncer ce que Monsieur Baltasar GARZON n'a jamais fait, pas même quand on le lui expliquait en face à face avec des traces plus qu'évidentes. (Source. Alerta Solidària)"

-Voir le blog du Comité pour un SRI de Catalogne: <http://www.reixa-sri.blogspot.com/>

-Voir le blog de Alerta Solidària (Catalogne): <http://www.alertasolidaria.org/>

 

15-DEDANS-DEHORS11-(ANTIFASCISME, MADRID) Projections Antirépressives de films documentaires (06.07.11. Comités pour un SRI)

Durant les mois de Juillet et Août 2011, un cycle de projection se réalisera qui culmineront avec des Journées durant les fins de semaines au mois de septembre 2011. Deux ans auparavant, des conférences et des colloques se sont réalisés sur la place Xosé TARRIO durant les Journées "Dedans, dehors, dedans...". Ces conférences visaient à approcher les conséquences de l'enfermement dans notre quotidienneté, autrement dit, nous voulions analyser celui-ci comme un problème qui d'une certaine manière nous affecte tous-tes et qui se trouve inséré sous de nombreuses formes dans le Système démocratique et capitaliste. Si l'objectif de ces journées a été de porter le débat dans la rue, cette fois nous voulons continuer ce débat et approfondir plus le thème depuis les divers domaines qui ont été abordé la fois précédente: la prison, les centres de mineur-e-s, la psychiatrisation, l'immigration et les CIE ["Classificación Internacional de las Enfermedades": classification internationale des maladies], l'exploitation animale et le contrôle social. Nous considérons d'une importance vitale le fait de récupérer les liens sociaux qui se sont fracturés tandis que le Système capitaliste s'est fait plus complexe. C'est pour ça que les projections et les journées qui vont de nouveau se réaliser sur la place Xosé Tarrío (située au croisement de la rue del Calvario et de la rue Ministriles), dans la rue car nous considérons que c'est le seul endroit qui nous rapproche tous-tes et où personne ne peut se sentir exclu.

Samedi 9 Juillet 2011 (21:30)

-“Fugarse del infierno. Un pequeño homenaje a Xosé Tarrío” (S'échapper de l'Enfer. Un petit hommage à Xosé TARRIO). Documentaire qui donne à connaître la réalité carcérale et plus concrètement celle qu'à vécu Xosé TARRIO, assassiné par l'État espagnol le 2 janvier 2005. Ce documentaire lui est dédié en forme d'hommage, pour les Luttes qu'il a réalisé. (…) 6 ans après la mort de Xosé TARRIO, son souvenir ineffaçable continue a être profondément vivant. La Lutte continue.

-“Pres@s de la Democracia” (Prisonnier-ère-s de la Démocratie). Documentaire qui au travers du témoignage de 2 personnes incarcérées pour leur activisme politique vise à faire connaître le fonctionnement des prisons. «Continuer à rêver pour que la Lutte ne meure pas parce que vivre en luttant est la meilleure façon de vivre»: Xosé TARRIO.

Samedi 16 Juillet 2011 (21:30)

“Mary & Max” (Mary et Max). Ce film d'animation nous raconte l'Histoire d'une enfant australienne qui pour échapper à sa solitude commence une amitié par correspondance avec un inconnu de New York qui souffre du syndrome d'Asperger*. Les 2 personnages partagent un environnement absolument hostile ainsi que des caractéristiques qui les expulsent hors de la normalité sociale.

*Syndrome d'Asperger: trouble qualifié d'autistique.

Samedi 23 Juillet 2011 (21:30)

“Menores y guardianes” (Mineur-e-s et Gardien-ne-s de prison). Documentaire réalisé par "Documentos TV" dans lequel ils tentent de relater la chronique du parcours qui sépare un/e enfant dangereux/euse d'un/e mineur/e en danger. Il recueille aussi les dénonciations des familles, éducateur-trice-s… pour abus, mauvais traitement et isolement soufferts par ces gamin-e-s dans les Centres pour Mineurs.

Samedi 30 Juillet (21:30)

“La mirada circular” (Le coup d'œil circulaire). Une famille conventionnelle. Un lieu merveilleux. Une bonne journée. Un cauchemar parfait.

El testigo” (Le Témoin). Dans ce documentaire, Eddie LAMA nous raconte comment vivre avec un chat change sa perception envers les autres animaux et comment il a décidé de faire parvenir ce vécu aux gens, par ses propres moyens, aussi bien dans sa vie professionnelle que personnelle, un message de respect. Il se concentre surtout sur des campagnes contre l'usage de peaux.

Voir le blog Dentro-Fuera-Dentro: <http://dentrofueradentro2011.blogspot.com/>

 

16-75 ANS ANTIFASCISME12-(ANTIFASCISME) Journée à Madrid du 23.07.2011: 75 ans de Résistance Antifasciste, No Pasarán! (13.07.2011. Comités pour un SRI)

75 ans de Résistance Antifasciste. No Pasarán! (Commission Anti-Monarchique + Commissions Antirépressive de la Coordination Antifasciste de Madrid). Le triomphe du Front Populaire était déjà loin du 14 avril 1931. Le triomphe des forces progressistes sur la base de son Unité ouvrait d'amples perspectives pour ceux/celles qui furent soumis-e-s durant le Gouvernement de la CEDA ["Confederación Española de Derechas Autónomas": Confédération Espagnole des Droits Autonomes]. Mais le Fascisme enragé de n'avoir pas été capable de contenir les angoisses populaires se lançait sur le champ de bataille contre tout ce qui représentait l'imparable avancée de l'Histoire.

La Résistance populaire contre le coup militaire a débouché non pas en une guerre entre frères et sœurs, une formule commune dans la rhétorique régnante et promut par le Franquisme lui-même, sinon en un affrontement entre l'Espagne Réactionnaire des patron-ne-s, le clergé et les propriétaires terrien-ne-s face à l'Espagne des travailleur-euse-s, des journalier-ère-s et des forces qui aspiraient à un ordre social juste.

Pour la première fois, la Classe ouvrière et les secteurs populaires sont sortis dans la rue pour défendre l'unique gouvernement qui représentait clairement leurs intérêts et qu'ils considéraient comme le leur. Et ils/elles ont payé un haut prix pour une telle audace: non seulement avec les prisons et les fosses communes avec les camps de travail et l'exil sinon aussi avec le silence enraciné imposé à sang et à feu dans la dite Transition démocratique avec l'amnésie sociale forcée à coup d'informations et de manuels dans la supposée démocratie. Aujourd'hui, ce livre de comptes reste plus ouvert que jamais bien que quelques-un-e-s prétendent l'asphyxier pour étendre sa flamme, une flamme qui brûle dans le cœur de tout ceux/celles qui détestent la barbarie et l'infamie que représente le Fascisme.

En tant qu'Antifascistes, nous devons nous considérer comme la suite de cette Lutte sans caserne qui se met en œuvre depuis déjà 75 ans. Mais cela ne doit pas être une simple pose rhétorique tellement commune à cette époque, sinon un comportement inébranlable avec la Lutte contre le Fascisme, quelque soit les expressions qu'il puisse adopter, en sachant que parfois le prix à payer peut être très haut. Mais plus haut sera le prix si nous agissons passivement, si nous acceptons, si nous ne nous souvenons pas de ceux/celles qui avant nous ont vécu et sont morts en mettant en œuvre ce même engagement inébranlable que nous partageons aujourd'hui. Le cri de tant de gorges à l'unisson avec une ferme décision: "Vaincre ou mourir!" retombe encore avec force dans les rues de Madrid. NO PASARÁN ! MADRID SERA LA TOMBE DU FASCISME"

Samedi 23 juillet 2011

CSO LA CASIKA. MÓSTOLES

14:00h Repas vegan.

17:00h Vidéo-forum: "¡No Pasarán!" avec la participation de Juan Manuel OLARIETA (Avocat)

20:00h Concert: Kaos Urbano + Sten + Rebel Workers

4 €, rifle surprise incluse

Voir le blog de la Coordinación Antifascista de Madrid: <http://madrid.antifa.es/convocatorias/jornadas/jornada-75-anos-de-resistencia-antifascista-no-pasaran>

 

17-JOSE DEL CASTILLO antifasciste13-(VÉRITABLE MÉMOIRE HISTORIQUE) Un irremplaçable: José DEL CASTILLO SÁEZ DE TEJADA (12.07.11. Comités pour un SRI)

"Socialiste déclaré et convaincu, il souffre d'une condamnation pour ses braves agissements durant la Révolution de 1934. Il refuse de réprimer les ouvrier-ère-s qui se sont soulevé-e-s en alléguant du fait que: «Je ne tire pas sur le peuple». Soumis à un conseil de Guerre pour cet acte de désobéissance, ils le condamnent à un an de prison militaire. En sortant de prison, il prend une attitude en plus résolue pour la défense de ses idéaux de Gauche et Républicains.

Après le triomphe du Front Populaire, le 16 février 1936, il sollicite son passage à la Garde d'Assaut. Durant quelques semaines et jusqu'au Coup d'État Fasciste, la brigade de CASTILLO a été une ferme défenseuse de la légalité républicaine et populaire.

À cette époque, de violentes provocations permanentes de Falangistes et Carlistes se produisent tout comme une vague d'attentats contre les militaires qui appartiennent à l'Union Militaire Républicaine Antifasciste (UMRA) à laquelle CASTILLO s'était affiliée après être sorti de prison et dans laquelle il a été chargé de l'instruction des milices des Jeunesses Socialistes. Il a souffert de 2 autres tentatives d'assassinat de la part des mercenaires Falangistes. Mais le 12 Juillet 1936, ceux-ci réussissent à l'assassiner. Il était âgé de 35 ans.

Et la rage populaire est sortie dans les rues de Madrid et (en moindre importance) dans d'autres villes. L'arrestation des auteurs est réalisée par les gardes d'assaut socialistes avec la postérieure apparition -le 13 Juillet 1936- du corps sans vie de José CALVO SOTELO, un dirigeant de l'Ultra-Droite, auteur du Coup d'État et ex-ministre sous la dictature de PRIMO DE RIVERA [1923-1930].

Des dizaines d'actions de défense d'actions directes contre des pistoleros Falangistes et Carlistes connus ont lieu. Ces derniers avaient élevé la tension dans de nombreuses villes de l'État -Madrid, Valladolid...- et dans les peuples de Galice et de Navarre, jusqu'à l'affrontement de ces matons contre des Communistes, Anarchistes et Socialistes.

Quatre jours plus tard, FRANCO entamait la Terreur ouverte, les détentions et les exécutions politiques, l'application continue des Lois Fascistes qui ont empêché et empêchent actuellement -75 ans après- que la dernière décision populaire véritablement démocratique gagnée le 16 février 1936 puisse continuer la petite Grande Révolution qu'elle implique; laquelle a sorti les prisonnier-ère-s politiques de la prison en quelques jours, laquelle a commencé à partager la terre entre ses véritables maîtres, laquelle a promulgué des Lois tellement, tellement démocratique... que ceux/celles qui aujourd'hui s'auto-intitulent démocrates ont laissé «Toutes attachées et bien attachées» comme l'a dit avec une totale raison historique le cruel dictateur fasciste FRANCO. La blague populaire disait de la fausse Transition démocratique que: «Si FRANCO relevait la tête...» au fond, elle flipperait. Et bien oui, elle doit être flippée avec une immense joie."

 

0-FEMMES DANS LES PRISONS FRANQUISTES14-(MÉMOIRE HISTORIQUE) La Loi fasciste des Partis (Juan Manuel OLARIETA ALBERDI, Avocat, écrivain et réprimé politique du SRI)

"En 1939, les champs de bataille étaient encore inondés de sang quand les fascistes ont promulgué la première Loi des Partis désignée comme la Loi des Responsabilités Politiques. Jusqu’à ce que l’Histoire soit réécrite pour la énième fois, ce que nous savons jusque-là c’est qu’en 1939 il n’y avait aucun Parlement mais que les Fascistes n’avaient pas besoin d’un Parlement pour rédiger des Lois comme celle des Responsabilités Politiques.

Beaucoup s’ennuient avec les histoires et ils/elles me disent que je perds mon temps en regardant toujours en arrière mais le problème c’est que la Transition ["démocratique" espagnole] n’a pas dérogé la Législation Fasciste de sorte que nous qui ajustons la robe à chaque pas, nous devons prendre en compte ces choses. En effet, la Loi de Responsabilités de 1939 continue d’être en vigueur, autrement dit, elle est pleinement d’actualité, c’est une Loi “démocratique”.

Ceux/celles qui ne perdent pas leur temps à regarder le passé ne savent pas que rien n'est ce qu'il paraît: les républicain-e-s se sont lancé-e-s en armes contre les Fascistes mais ils/elles ont échoué puis ensuite accusé-e-s, jugé-e-s et condamné-e-s pour le crime de "rébellion militaire", selon des Lois comme celle que nous venons de mentionner laquelle dans son article 2 interdit quasiment tout, spécialement les Partis politiques, les syndicats et autres organisations qui ont fait partie du Front Populaire. Depuis lors, avec divers déguisements, les mêmes sont toujours en rébellion militaire contre les mêmes, une situation qui, comme toutes les maladies mal soignées, est devenue chronique.

40 ans ont passé au travers desquels par l'effet du dit syndrome de Stockholm [soutien des otages pour leurs geôlier-ère-s] à l'envers, il s'est passé quelque chose d'étrange: les vainqueurs ont dit qu'ils/elles souhaitaient passer dans les files des vaincu-e-s. Ils/elles ont voulu être démocrates mais d'une manière elle aussi étrange parce que si leur désir avait été sincère, ils/elles auraient du en donner des preuves, le démontrer avec des faits. Par exemple, ils/elles pouvaient avoir légalisé les Partis démocratiques et pas seulement les leurs (qui n'étaient pas démocratiques). Mais rien de tout cela n'a eu lieu, sinon tout le contraire: ils/elles n'ont pas effacé les vieilles Lois Fascistes comme celle de 1939 et ils/elles en ont approuvé d'autres égales à celles-ci (également fascistes).

Bien que les vieilles Histoires ne leur plaisent pas, les plus vieux/vieilles du lieu se souviendront de la première Loi des Associations Politiques de 1976, une autre Loi Fasciste. Il a été dit que cette Loi a été approuvée pour légaliser les associations politique mais, comme ceux/celles-ci le verront, ils ne parlaient même pas de Partis politiques, une mauvaise augure qui s'est confirmée: la Loi interdisait ces "associations" politiques soumises à une discipline internationale, autrement dit, celles qui n'étaient pas authentiquement espagnoles, celles vendues à l'oeil de Moscou.

En 1976, quand la Police détenait un-e communiste, l'interrogatoire reproduisait le dialogue de sourd suivant:

- Tu es communiste?

Le/la détenu-e était remplie d'orgueil et affirmait: "Oui". Alors, inévitablement, le/la policier-ère lui conseillait:

- Et bien, si là-bas on y vit aussi bien et que cela te plaît autant pourquoi est-ce que tu ne te tires pas à Moscou et que ne nous pas laisse tranquille, nous autres ?

À cette époque est née la théorie de "l'entourage" qui devrait vous dire quelque chose: en 1976, le PCE [Parti Communiste d'Espagne devenu méconnaissable réformiste et Anticommuniste avec CARILLO] est considéré comme la marque électorale du KGB [Comité pour la Sécurité de l'État en URSS], de la même façon que "Bildu" est considéré comme la marque électorale d'ETA, le PCE® celle des GRAPO, etc. Depuis, la Transition nous vivons étouffés par une société où règnent dans le supermarché –autant commercial qu'électoral- des marches et des franchises qui –malgré leurs efforts publicitaires- ne dupent personne. Jusqu'au plus imbécile sait que le lait de la marque "Clesa" est le même que celle de "Puleva"; en fin de compte tout est du petit lait.

En 1976, qu'est-ce qui s'est passé avec le PCE-KGB? A-t-il été illégalisé? Que les marquent ne les confondent pas; les choses ne sont pas ce qu'elles paraissent être. Le Gouvernement de Adolfo SUÁREZ [UCD: Union Centre Démocratique (1976-1981)] a fait la même chose qu'aujourd'hui ZAPATERO avec les Partis politiques qui, comme "Bildu", prétendent encore récupérer leur Légalité depuis 70 ans de "rébellion militaire" permanente: il n'a rien légalisé sinon qu'il a envoyé les papiers aux Tribunaux. De ce fait, jamais les décisions n'ont été politiques sinon techniques, autrement dit, du fait de la non-existence de la démocratie le problème continue à se poser aujourd'hui dans les mêmes termes qu'en 1939: ces Partis politiques qui prétendent être légalisés sont-il des criminels ou ont-ils un quelconque Droit dans ce qu'ils demandent? Quelle est la différence entre un Crime et un Droit? Existe-t-il une différence?

Depuis 1939, tout est revenu à l'envers. Si la Transition avait été un processus démocratique, les Gouvernements auraient du démontrer un certain intérêt pour légaliser ces Partis qui durant des décennies avaient lutté pour la démocratie. Mais il est arrivé tout le contraire: ce furent les Partis démocratiques ceux qui ont montré de l'intérêt pour être légalisés. À cette époque, nous appelions cela “le guichet”: ce n'était les Fascistes ceux/qui devaient passer au guichet pour acquérir la patente démocratique sinon, au contraire, les démocrates qui ont du démontrer qu'ils/elles l'étaient. Les batailles livrées à feu et à sang durant 40 ans ne suffisaient pas.

Certains Partis politiques sont passés au guichet, autrement dit, ils sont passé par l'Arche que les Fascistes leur ont présenté face à eux: changement de Statuts, changement des noms, changement des drapeaux… les Fascistes ont fait tout ce que le Gouvernement en place a exigé d'eux/elles. Mais personne n'a jamais rien exigé d'aucun Gouvernement Fasciste, personne n'a exigé des responsabilités ni à la Monarchie, ni à la Banque, ni à la Police, ni aux Juges. C'est cela l'essence de la Transition: ce ne furent pas les Fascistes qui se sont incorporé-e-s à la Démocratie mais les démocrates qui se sont incorporé-e-s au Fascisme.

Les fascistes ont toujours cru que les problèmes se résolvent avec des coups, en transformant le politique en judiciaire, autrement dit, avec des Procès, des détentions, des prisons et autres. Parfois, on réussi ainsi à retarder l’explosion, jamais à l'empêcher. C'est pourquoi les problèmes se sont accumulé sans être résolus; de nouveaux problèmes sont venus s'ajouter aux anciens; Alors que les indigné-e-s nous parlent de participation politique, il convient de se souvenir que parmi les multiples sujets en attente de résolution dans ce pays, l'un d'entre eux est celui de la Légalisation des Partis politiques sans laquelle personne ne pourra jamais parler sérieusement ni de démocratie ni de participation. Cela est aussi simple que la clarté du verre. Il suffit d'approuver une véritable Loi démocratique avec seulement 3 articles: le 1er en disant que la Loi Fasciste contre les Parti politiques est dérogée, le 2ème que la Loi les légalisera et le 3ème que les ceux/celles qui ont défendu les articles antérieurs seront libéré-e-s de prison."

 

17-EL VALLE DE LOS CAIDOS15-(DÉBAT, MÉMOIRE HISTORIQUE) État espagnol: Loi de Mémoire Historique, 3 ans* (2010. Comités pour un SRI)

(*Loi de l'Etat espagnol Monarco-Fasciste approuvée par le Congrès des Député-e-s le 31 octobre 2007.)

"Trois ans après l'entrée en vigueur de la Loi de la Mémoire Historique, l'État continue à ne pas rechercher les disparu-e-s et ne pas empêcher la diffusion du Fascisme assassin de la "Falange". Toutes, absolument toutes les villes et des dizaines de milliers de localité de toute l'Espagne maintiennent des rues, des places, des monuments et des symboles qui exaltent la dictature fasciste de l'assassin et génocidaire le Général FRANCO. Le monument "Valle de los Caídos" (Vallée des Tombé-e-s)* continue d'être un lieu de culte catholique fasciste qui ignore dans son récit les milliers d'esclaves politiques républicain-e-s qui ont été obligé de le construire et auquel l'État espagnol a récemment offert plus de 100.000 € en travaux. Il n'existe pas non plus de cartographie des fosses communes en Espagne ni de protocole d'exhumations qui étaient des engagements du Gouvernement. Et des centaines de milliers de plaques de la Falange décorent des dizaines de milliers de portails de milliers de quartiers ouvriers de tout l'État espagnol. Comme en 1975, voilà.

Plus de 3 années se sont déjà écoulées depuis l'entrée en vigueur de la dite Loi de la Mémoire Historique qui a commencé officiellement sa marche le 27 décembre 2077. Le bilan que l'on peut faire de ces 3 années est très négatif, néfaste. «Dans son préambule, la Loi assure que "La mémoire des victimes du Franquisme est personnelle et familiale". À quelle victime d'un délit violent aussi grave l'Etat va-t-il dire que son souvenir n'est pas public, que c'est un sujet qui concerne sa famille?», assure Emilio SILVA, le président de la ARMH "Asociación para la Recuperación de la Memoria Histórica" (Association pour la Récupération de la Mémoire Historique).

Au cours de ces plus de 3 années, l'État continue de ne pas se rendre responsable de la recherche des disparu-e-s et de charger les familles d'une solution partielle à un délit aussi grave sur les dos des victimes. «Il nous parvient des cas», assure SILVA, «qui sont transmis par des administrations publiques qui donnent aux familles notre numéro de téléphone. Comment est-il possible que quelqu'un qui appelle une administration en dénonçant et demandant une aide pour un délit aussi grave soit confié à une association pour résoudre le problème?».

L'un des autres paragraphe de la Loi c'est l'existence de rues, places, monuments, symboles et y compris de noms de localités qui restent intacts malgré le fait que celle-ci considère illégales les exaltations de la dictature: «Nous vivons dans un État qui ferme des locaux du fait d'exposer des photographies d'ex-prisonnier-ère-s et en même temps qui permet que des places, des fondations et des rues consacrées aux assassins de dizaines de milliers de civiles», affirme le président de la ARMH, le collectif qui a initié depuis 10 ans la recherche de disparu-e-s par la Répression Franquiste avec des techniques scientifiques.

Le Gouvernement n'a pas accompli sa responsabilité dans l'élaboration de la carte des fosses communes parce qu'au lieu de le faire, il a délégué ce devoir aux Communautés Autonomes ce qui génère une bagarre politique qui n'existerait pas si cela était mis en œuvre par les institutions de l'État lui-même. Il n'a pas fait non plus le protocole des exhumations de fosses communes. Et il a permis de laisser dans des mains particulières le retrait des plaques d'exaltation fasciste au portail des “appartements de la Falange”. Quand leurs symboles ne sont pas re-décoré et réparés.

16-SOLIDARITE (SRI)Quant au monument de la "Valle de los Caídos" (Vallée des Tombé-e-s), il continue d'être un lieu de culte catholique dans lequel l'exaltation du Franquisme est permise en toute impunité, au travers de la pratique religieuse et de l'occultation de la tragédie de milliers d'esclaves républicain-e-s qui ont été obligé de le construire. Et le cas des récentes réhabilitations officielles de maisons et d'édifices qui ont laissé intact les plaques ou les symboles fascistes, falangistes, racistes... Deux exemples très simples: la façade du siège des Loteries et Jeux de gains de l'État de la rue Guzmán el Bueno de Madrid, dépendant du Ministère de l'Économie et de la Construction. “Curieusement” sur la façade, deux écussons fascistes se trouvent face à la porte de l'entrée de la Direction Générale de la Guardia Civil. La tant “lauréate” Municipalité de Vitoria ("Ville Verte", Capitale des milles évènements...) a officiellement “réhabilité” des maisons dans le vieux centre-ville de cette ville en 2011 mais elle a laissé intactes les plaques de la Falange.

La Loi de la Mémoire Historique est un mensonge comme toutes et chacune des promesses des démocrates qui nous dirigent pour nous obliger à oublier et par conséquent à rappeler les milliers et milliers d'assassiné-e-s, de blessé-e-s, de torturé-e-s, de rasé-e-s, de disparu-e-s, de réprimé-e-s, de jeté-e-s dans les fosses communes, de ratissé-e-s, d'exilé-e-s, d'enfants séquestré-e-s... du Régime Fasciste depuis l'année 1936 jusqu'en 1977 et ses successeur-e-s direct-e-s postérieur-e-s. Pourquoi? Où en est-on de la dissolution des corps répressifs? S'ils ont été un peu démocrates même dans le cas d'une simple épuration d'éléments fascistes, tortionnaires ou impliqué-e-s dans le Régime, comme des politiques, des curés, des Juges, bureaucrates, "techniques", etc, etc: où en est-ton de tout cela? Ne continuons pas... Tout cela n'est pas passé dans le four de la "liberté d'expression" même pas pour des brioches, ni même pour des miettes. Mais en consultant l'hémérothèque, tout est déjà presque dit, la vérité..."

*"Valle de los Caídos" (Vallée des Tombé-e-s): gigantesque monument franquiste construit de 1940 à 1958 par des prisonnier-ère-s politiques puis assassiné-e-s sur place, une fois l'œuvre achevée si ce n'est avant. Sa réalisation a été commandée par FRANCO pour rendre hommage aux «héros et martyrs de la Croisade» désignant par là les combattants franquistes morts pendant la guerre d'Espagne (1936-1939...

-Voir la version originale (castillan) sur le blog PRES.O.S (Menu General- Denuncia): <http://www.presos.org.es>

 

16-(LUTTE DE CLASSE-INTERNATIONALISME) Révolution Amérique Latine (16.07.2010. Séminaire International des Problèmes de la Révolution en Amérique Latine, Quito)

"Déclaration Finale du XIV Séminaire International des Problèmes de la Révolution en Amérique Latine* (16.07.2010. Quito, Équateur). Avec la présence de délégations de 13 pays d'Amérique Latine, Europe et Asie, le 14ème Séminaire International des Problèmes de la Révolution en Amérique Latine culmine aujourd'hui en étant réunit depuis le lundi 12 Juillet 2010 dans la ville de Quito (Équateur). À cette occasion, l'évènement a réunit plus de 40 organisations internationales et un nombre plus important d'organisations nationales dont la discussion a porté sur: Révolution ou le Réformisme? Avec la conclusion du séminaire, la Déclaration que nous transcrivons ici à la suite a été approuvée.

Malgré les efforts désespérés de la bourgeoisie internationale pour mettre fin à la crise du Système Capitaliste et en dépit des analyses optimistes des économistes bourgeois-e-s qui depuis des mois avisaient de la fin de celle-ci et du début d'une récupération économique, aujourd'hui nous les témoins d'un nouveau moment d'approfondissement de la crise du Système suite de celle commencée fin 2008 aux États-Unis qui a vite attrapé les plus grandes économies de la planète et dont les effets se sont fait sentir partout dans le monde.

Le cours du développement de ce phénomène a créé l'impression qu'il a eu son origine dans le secteur financier mais il s'agit d'une crise de superproduction relative aux biens de consommation et comme nous l'avons signalé dans le séminaire antérieur, sa cause réside dans la contradiction existante entre le caractère social de la production et l'appropriation privée des biens et des richesses produites qui se présente comme la contradiction fondamentale du Système Capitaliste-Impérialiste régnant.

Dans les pays comme les nôtres, par l'effet de la crise internationale, cela a accéléré un processus de destruction des forces productives, des capitaux natifs, des industries nationales et des sources de travail. Des milliers de compatriotes ont été obligé d'abandonner leurs foyers pour vendre leur force de travail dans les pays capitalistes les plus développés ou ils/elles sont victimes de la super production et de politiques xénophobes et racistes. De même que dans le passé, la bourgeoisie internationale cherche à charger sur les épaules des travailleur-euse-s et des peuples les mécanismes pour réussir la récupération économique du Système et de ses entreprises. Un exemple clair de tout cela, ce sont les mesures d'ajustement abordées par le Fonds Monétaire International, la Banque Centrale de l'Union Européenne et les Gouvernements de Grèce et d'Espagne qui frappent avec dureté les travailleur-euse-s de ces pays.

Plus encore, les peuples ne concilient pas ces mesures: ils les combattent. Ces jours-ci, de façon particulière, en Europe la Classe ouvrière joue un rôle fondamental dans la Résistance et elle se mobilise sous la consigne: "Que les capitalistes paient la crise, ce sont eux/elles les responsables, pas les travailleur-euse-s". L'Amérique, l'Asie et l'Afrique sont aussi le scénario des combats populaires contre la crise et ses bénéficiaires. Par son ampleur et son intensité, celle-ci est la plus grave dans l'Histoire du Capitalisme cependant ce n'est pour autant que le Système ne s'effondrera pas de lui-même. L'expérience historique nous montre sa capacité de récupération mais il est évident que les effets négatifs de la crise provoque la méfiance des peuples envers le Capitalisme qui s'accroît et ils génèrent de meilleures conditions pour le travail révolutionnaire, pour que les masses comprennent qu'il 19-ouvrier-ère-sn'y a pas d'issue dans le cadre de ce Système décadent et que le Socialisme est l'alternative pour le développement et le progrès de l'humanité. Sans doute, cette crise est une opportunité pour que les forces révolutionnaires avancent.

Avec cet ensemble d'évènements en Amérique Latine, il y a un important processus de développement de la conscience politique des peuples lesquels -à différents niveaux- a su identifier et isoler les exposant-e-s et défenseur-euse-s du néolibéralisme rapace. À la chaleur de son combat, une tendance démocratique, progressiste, et de Gauche a pris forme et elle a provoqué un changement de corrélation de forces sociales et politiques dans la région. Les Gouvernements démocratiques et progressistes ici existants sont le résultat et l'expression de ce nouveau scénario; cependant, leurs limites sont évidentes car au-delà de leurs discours, leurs réalisations, excepté quelques exception, ils ne font rien d'autre que de désigner le Système régnant.

Les conditions politiques en Amérique Latine sont favorables pour la Révolution c'est pourquoi ce n'est pas hasard que la bourgeoisie cherche divers mécanismes pour freiner la Lutte des masses ou pour la faire dévier de ses objectifs. De vieilles théories sont rafraîchies dans cette intention au sein du Mouvement Populaire comme s'il était issu de lui (y compris de la part de Gouvernements considérés comme progressistes), on annonce publiquement la nécessité urgente d'atteindre des changements sociaux qui doivent se réaliser par la voie des réformes dans le cadre de l'institutionnalité, en respectant les mécanismes et canaux démocratiques. Évidemment, d'une Institutionnalité et d'une Démocratie conçues et manipulées par les banquiers, les grandes industries, les propriétaires, autrement dit la Classe exploitrices.

Le discours constitutionnaliste, pacifiste, qui parle de la conciliation sociale et nationale cherche que la conscience des masses n'atteigne pas des niveaux révolutionnaires, il fait en sorte que celles-ci choisissent les Réformes dans le cadre du Capitalisme comme voie pour résoudre ses maux. Les révolutionnaires nous comprenons que sans le pouvoir aux mains des travailleur-euse-s les Réformes n'accomplissent pas un rôle révolutionnaire et il n'est pas possible d'en finir avec l'exploitation de l'humain par l'humain et par conséquent, la Libération sociale n'est pas possible. Nous luttons pour les Réformes comme les revendications matérielles et politiques des masses, circonstantiellement nécessaires pour améliorer les conditions de vie des peuples mais en aucune manière comme une solution définitive à leurs problèmes.

Se limiter à la Lutte pour les Réformes équivaut à s'en remettre au Capitalisme c'est faire le jeu des détenteur-trice-s du Pouvoir, c'est tomber dans le Réformisme et dans la politique social-démocrate qui sont des instruments de la Classe dominante. D'un point de vue politique, nous luttons pour les Réformes comme un mécanisme pour accumuler des forces pour la Révolution.

Les travailleur-euse-s et les peuples doivent surpasser les chants des sirènes qui nous parlent de révolutions pacifiques, de révolutions citoyennes ou de "socialisme du 21ème siècle" qui constituent les approches politiques fonctionnelles au Capitalisme car elles ne prennent aucune mesures pour affecter la pierre angulaire sur laquelle s'élève ce Système: la propriété privée sur les moyens de production. Nous devons mettre fin, de manière révolutionnaire, au Pouvoir de la bourgeoisie et cela implique de conquérir le Pouvoir. Pour cela, nous en appelons à toutes les formes de lutte et nous travaillons pour incorporer toutes la Classe, les couches et secteurs sociaux affectés par le Capitalisme et intéressés par la Révolution Sociale.

20-internationalismeLe développement de la Lutte des masses est une importante tendance présente dans la vie politique des pays d'Amérique Latine. Les travailleur-euse-s, la jeunesse et les peuples en général luttent pour le changement social, ils font pression sur les Gouvernements progressistes pour qu'ils avancent et radicalisent leur programmes, qu'ils combattent la politique interventionniste de l'Impérialisme –principalement des États-Unis- ils rejettent la présence des bases militaires yanquis et anglaises, ils refusent le saccage des ressources naturelles mis en œuvre par les monopoles étrangers, ils demandent la reconnaissance des Droits nationaux des peuples originaires, etc, des actions réprimées avec violence par les différents Gouvernements. Nous avertissons qu'en tant que partie de l'Offensive Anticommuniste se trouve en cours la criminalisation de la protestation populaire et des dirigeant-e-s politiques et sociaux pour terroriser les masses et freiner leur Lutte: l'Argentine, le Chili, l'Équateur et le Pérou vivent ce processus. Dans d'autres cas, la Classe dominante fait recours à l'action de groupes et d'appareils paramilitaires qui frappent et font disparaître des dirigeant-e-s et combattant-e-s populaires comme cela arrive en Colombie, au Honduras, au Mexique, et au Brésil dans notre continent ou dans d'autres latitudes aux Philippines et en Russie.

La bourgeoisie sociale-démocrate ou néolibérale satanise le combat populaire sous la dénomination d'actions terroristes, déstabilisatrices ou de sabotage: celui/celle qui se soulève contre le statu quo est qualifié de terroriste; au nom de la Paix, elle nie le Droit des peuples à la Rébellion sous le prétexte de rejeter la violence quand, en réalité, elles l'exercent à tout moment contre les peuples. La Classe dominante créole et l'Impérialisme Les Classes dominantes créoles et l'Impérialisme sont les responsables de la faim, du chômage, de l'arriération des peuples, de la dépendance étrangère c'est pourquoi ce sont nos ennemis et ces cibles de l'attaque de la Révolution. Pour les affronter et les mettre en échec, nous avons besoin de la plus ample Unité des travailleur-euse-s et des peuples, des démocrates et des Gauches, des Révolutionnaires et de toutes les forces sociales et politiques intéressées dans la transformation sociale et dans la fin de la dépendance. La Lutte de Libération sociale que nous livrons requière aussi l'Unité Anti-impérialiste dans un grand Front des peuples qui -surtout- se manifeste dans le combat contre toute forme de domination étrangère dans la défense des principes et des droits souverains de nos pays.

Les participant-e-s de ce 14ème Séminaire International nous réitérons notre vocation Internationaliste, nous nous engageons à travailler pour la fraternité et la solidarité avec les peuples, à travailler pour conduire la victoire de la Révolution dans nos pays respectifs avec la meilleure contribution à la Révolution mondiale. Dans cet évènements nous sommes diverses forces politiques à nous être jointes ensemble et qui avons eu la possibilité d'exposer et de débattre d'une façon ouverte et franche sur nos points de vie, un exercice de grande valeur qui doit se reproduire dans nos pays respectifs. Nous avons beaucoup de points à débattre dans le futur, c'est pourquoi nous convoquons à ce que le 15ème Séminaire International des Problèmes de la Révolution en Amérique Latine ait lieu dans ce même territoire."

*Partido Comunista Revolucionario de Argentina (Parti Communiste Révolutionnaire d'Argentine) / Partido Revolucionario Marxista-Leninista-República Argentina (Parti Révolutionnaire Marxiste-Léniniste de la République Argentine) / Partido Comunista Revolucionario.Brasil (Parti Communiste Révolutionnaire du Brésil) / Partido Comunista Marxista-Leninista de Colombia (Parti Communiste de Colombie Marxiste-Léniniste) / Umbrales TV Popular-Chile (Umbrales TV Populaire du Chili) / Partido Comunista Marxista-Leninista del Ecuador (Parti Communiste Marxiste-Léniniste de l'Équateur) / Movimiento Popular Democrático-Ecuador (Mouvement Populaire Démocratique de l'Équateur) / Juventud Revolucionaria del Ecuador (Jeunesse Révolutionnaire de l'Équateur) / Unión General de Trabajadores del Ecuador (Union Générale des Travailleur-euse-s de l'Équateur) / Confederación Ecuatoriana de Mujeres por el Cambio-Ecuador (Confédération Équatorienne des Femmes pour le Changement de l'Équateur) / Frente Popular-Ecuador (Front Populaire de l'Équateur) / Frente Demo

crático Revolucionario Nacional de Filipinas (Front Démocratique Révolutionnaire National des Philipines) / Comité Continental de Solidaridad con el Pueblo Haitiano (Comité Continental de Solidarité avec le Peuple Haitien) / Frente Popular para la Liberación de Haití (Front Populaire pour la Libération de Haiti) / Partido Comunista Marxista Leninista de México (Parti Communiste Marxiste-Léniniste du Mexique) / Partido Popular Socialista de México (Parti Populaire Socialiste du Mexique) / Frente Popular Revolucionario-México (Front Populaire Révolutionnaire du Mexique) / Partido Marxista-Leninista del Perú (Parti Marxiste-Léniniste du Pérou) / Partido Proletario del Perú (Parti Prolétaire du Pérou) / Unión de Mujeres Solidarias-Perú (Union des Femmes Solidaires du Pérou) / Partido Comunista del Trabajo de República Dominicana (Parti Communiste du Travail de la République Dominicaine) / Movimiento Independencia Unidad y Cambio-República Dominicana (Mouvement Indépendance Unité et Changement de République Dominicaine) / Justicia Global-República Dominicana (Justice Globale de République Dominicaine) / Coordinadora Patriótica (República Dominicana) / Partido Comunista (Bolchevique) de la Unión Soviética (Parti Communiste Bolchévique de l'Union Soviétique) / Movimiento Manuelita Sáenz-Sucre/Venezuela (Mouvement Manuelita Sáenz de Sucre/Venzuela) / Movimiento Gayones-Venezuela (Mouvement Gayones du Venezuela) / Asamblea de los Socialistas-Venezuela (Assemblée des Socialistes du Vénézuela) / Organización de Mujeres Ana Soto-Venezuela (Organisation des Femmes Ana Soto du Venezuela) / Movimiento de Educación para la Emancipación-Venezuela (Mouvement de l'Éducation pour l'Émancipation du Vénézuela) / Juventud del Consejo Político Obrero-Venezuela (Jeunesse du Conseil Politique Ouvrier du Vénézuela) / Centro de Formación e Investigación Prof. Franklin Giménez-Venezuela (Centre de Formation et d'Investigation Prof. Giménez du Vénézuela) / Partido Comunista Marxista-Leninista de Venezuela (Parti Communiste Marxiste-Léniniste du Vénézuela).

-Voir version originale (castillan) dans le blog des Comités pour un SRI (Menu general: Internacionalismo-America): <http://www.presos.org.es>

 

1-SRIbis17-(CAPITALISME) Violence apolitique? (30.05.2011. Pablo ARCINIEGAS AVILA)

"L'un des visages du Capitalisme du 21ème siècle se définit bien dans l'existence de grands ghettos urbains dans lesquels des millions de personnes représentent le nouveau prolétariat du monde. En acceptant la possibilité que cette affirmation soit critiquée en aras de signaler que sans erreur possible c'est la Classe ouvrière laquelle accompli le rôle de protagoniste des journées de libération, il est nécessaire de connaître les critères de ces nouvelles réalités politiques qui s'incorporent dans les processus sociaux. L'une de ces réalités c'est l'existence des ghettos mentionnés présents dans la totalité des pays de l'Amérique Latine avec des caractéristiques particulières en accord avec chaque contexte; cependant, en majeure partie communes dans leur nature sociale.

La chose la plus représentative qui les identifie c'est leur position dans l'échelle sociale capitaliste, leur rôle dans le modèle et leur apparente position déclassée et par conséquent sans conscience politique. Ce que les faits paraissent confirmer car il n'est pas besoin d'accéder aux études sur ces groupes sociaux pour voir , il est facile d'avertir la population sur ceux-ci, les autres capitales du Capitalisme, qu'il s'agit d'une population marquée par une frustration et un ressentiment de Classe basé sur sa victimisation dans le contexte d'un consumisme qui se vend et qui s'offre, en utilisant tout l'arsenal de la publicité, tandis qu'économiquement se ferment les possibilités d'accéder aux biens de consommation mis en promotion. La conséquence c'est un état de paranoïa en masse dont le symptôme le plus visible c'est une violence démentielle qui a débordé dans certains cas la nature humaine.

De plus, ce sont des groupes humains dont la conduite est éloignée de la participation politique, ils ont lieu dans un état d'anomie sociale. C'est la conséquence intentionnelle qui va en accord avec un plan de vol des consciences; peut-être que les psychologues du Système n'ont pas attendu pour créer une bombe à retardement qui puisse agir contre eux/elles-mêmes.

Les favelas, les sous-quartiers, les villes, la misère, les quartiers populaires qui emmuraillent la modernité des villes devront tôt ou tard être l'épicentre d'une Révolution culturelle et politique qui leur assigne un rôle déterminant dans les journées de Résistance contre la Démocratie bourgeoise. En transformant les actuelles violences délinquantes en violence organisée dans la défense de leurs conditions d'existence. Tâche dans laquelle les Gouvernements à caractère progressiste devraient mettre de l'emphase, si véritablement ils tentent de positionner la Justice Sociale et la participation politique des exclu-e-s comme la référence et la base de la transformation vers le Socialisme.

La situation actuelle de violence n'échappe en aucune manière à une réponse politique, bien que les médias profitent morbidement de celle-ci dans l'intention de présenter cette réalité comme quelque chose de naturel. La violence délinquante est une réponse naturelle à une système irrationnel qui parfois semble alimenter cette réalité. Par conséquent, la réponse n'est pas apolitique quand les causes sont politiques; ce qui arrive c'est qu'il s'agit d'une réponse politique manifestée au moyen de pathologies sociales, les mêmes qui doivent être extirpées avec éducation politique et militance dans la Résistance Anticapitaliste."

-Diffusé dans le blog des Comités pour un SRI (Menu General: Guerra Sucia): <http://www.presos.org.es>

-Voir version originale (castillan) <http://resistenciadelsur.blogspot.com/>

SUITE DE L'ARTICLE, VOIR LA PARTIE 3/3

<http://sribaiona.over-blog.com/article-3-3-retour-aux-origines-bunkerisation-du-regime-fasciste-79725473.html>

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article

DYNAMIQUE DE BAIONA

jpg-SR BAIONA-okPLUS D'INFOS (cliquer)

SOLIDARITÉ PCE(r), GRAPO ET SRI!

 AMNISTIE TOTALE !!!

SANS CONDITIONS !

AMNISTIA TOTALE

2013 : ADRESSES

COLLECTIF DES PRESXS DU PCE(r), GRAPO ET SRI

(2013) PRESXS-adresses

ENCORE 1 PROCÈS-FARCE !!!

PROCES FARCE 13.09.2012 (arenas)-azkPROCES FARCE 13.09.2012 (victoria)-azkMADRID, LE 13 SEPT 2012 :

PITOYABLE TRAGI-COMÉDIE !!!

Audios du dernier Procès-Farce contre "Arenas" et Victoria Gómez. Il n'y a rien de mieux pour rompre la Guerre Sale déployée contre le PCE(r) qui tente de le relier au faux amalgame criminalisateur : PCE(r)-GRAPO... que d'écouter leurs propre paroles. Quand "Arenas" parle sur la politique la Juge l'interrompt et l'expulse. L'avocat de la Défense rompt avec des données tranchantes et sans appel les inventions mises dans les Dossiers judiciaires pour impliquer "Arenas" dans les GRAPO.

  NI OUBLI, NI PARDON !

ABELARDOLIBERTÉ POUR LE COLLECTIF

DES PRESXS POLITIQUES

DU PCE(r), DES GRAPO ET DU SRI

DONT LE CAMARADE ARENAS!

camarade ARENAS

République Populaire

CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ AVEC LES PRESXS MALADES

PRESXS MALADESPLUS D'INFOS (cliquer)

7 PRES@S DU COLLECTIF DES COMMUNISTES, ANTIFASCISTES ET SOLIDAIRES DU PCE(R), DES GRAPO ET DU SRI ONT DE GRAVES MALADIES INCURABLES ET ILS/ELLES SONT SÉQUESTRÉ/ES DE FACTO. NOUS EXIGEONS LEUR MISE EN LIBERTÉ IMMÉDIATE!

1-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE-azk

MONTRE  TA SOLIDARITÉ !

IMPRIME LA CARTE ET ENVOIE-LA !

COPIE-LA ET FAIS-LA CIRCULER !

1bis-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE

12-Enrike KUADRA ETXEANDIA-GRAPO

Enrique KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique des GRAPO. Né à Barakaldo (Bizkaia, Pays Basque) le 9 juin 1950. Militant des GRAPO et Historique militant du PCE(r), âgé de 62 ans. En prison 2 fois (22 ans au total). Sauvagement torturé. Mis une nouvelle fois en prison en 1995 : il est devenu gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Daroca (Zaragoza). Opéré d'un cancer à la prostate. Prisión de Daroca Ctra. Nombrevilla 50360 Daroca (Zaragoza)

1-Manuel PEREZ MARTINEZ-PCE(r)-fr

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, prisonnier politique du PCE(r). Né à Melilla le 1er novembre 1944. Secrétaire Général du PCE(r), âgé de 68 ans. En prison 3 fois (19 ans au total). Toujours en situation d'Isolement extrême. Mis une nouvelle fois en prison 2000 : il est devenu un malade chronique. Actuellement, il se trouve dans la Prison de Castellón II. Il souffre de graves problèmes occulaires, de cataractes, migraine chronique, de rhumes continuels qui le maintiennent prostré, d'une hernie du hiatus et de plusieurs maux associés. Prisión de C.P. Castellón II 12140 Albocasser 

11-MARIA JOSE BAÑOS-GRAPO-fr

María José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO. Née dans le Sud-Est de l'État français le 11 novembre 1964. Militante des GRAPO âgée de 48 ans. 18 ans en prison. Mise en prison en 2002 : elle est devenue encore plus gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Valencia II. Foie dans un très mauvais état. VIH. Elle a besoin d'une déviation coronaire. Fortement médicalisée. Prisión de Picassent-Valencia II - a.c. 1002, 46225 PICASSENT (Valencia).

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)

Manuel ARANGO RIEGO, prisonnier politique du PCE(r). Né à Villaseca de Laciana (León) le 12 décembre 1948. Historique militant du PCE(r), âgé de 64 ans. Il a été plus de 20 ans en clandestinité après avoir été détenu et incarcéré à de nombreuses occasions et blessé par les tirs de la Police lors de l'une d'entre elles. Mis en prison une nouvelle fois en 2007 : il est devenu gravement malade. Il est actuellement dans la Prison de Zuera (Zagazoza). Dans cette prison, il manque de physiothérapeute et de plusieurs médicaments dont il a besoin. Il a une sciatique chronique qui l'oblige à marcher en étant aidé; arthrose générale; hépatite chronique avec perte de masse hépatique. Ulcère duodénal chronique car il a été emputé de l'intestin grêle. Hypermédicalisé. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza).

2-ISABEL APARICIO-PCE(r)-fr

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, prisonnière politique du PCE(r). Née à Madrid le 2 février 1954. Militante du PCE(r), âgée de 58 ans. En prison 2 fois (9 ans au total). Incarcérée en 2007 : elle est devenue gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Zuera (Zaragoza). Arthrose générale, ostéoporose, hernies lombaires et discales, sinusite chronique, elle a besoin de plusieurs opérations. Récemment opérée de cataractes aux 2 yeux. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza). 

21-Paco CELA SOANE-PCE(r)Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r). Né à Verin (Ourense) le 29 octobre 1958. Militant du PCE(r), âgée de 56 ans. En prison depuis 26 ans, en 3 fois. Incarcéré en 2007: il est gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Picassent (Valencia). Diabète très problématique. Jusqu'en novembre 2010, il a eu besoin de 5 injections d'insuline par jour. Prisión de Picassent -Valencia II. ac 1002. 46225 PICASSENT (Valencia).

4-Résister c'est vaincre-fr3-adosB

HOMMAGES DÉC 2014

NI OUBLI,NI PARDON! 

xc-29 AOUT 2013 VIGO

BIOGRAPHIE (Lire) 

au-(05.12.1982)-JUAN MARTIN LUNA-PCE(r)NI OUBLI,NI PARDON!

ACTE DE SOLIDARITÉ

ÉLECTIONS BOURGEOISES :

BOYCOTT !!!

LA LUTTE EST DANS LA RUE PAS AU PARLEMENT-2

Lutte et organise-toi avec le SRI ! A l'école, université, usine, entreprise, quartier : partout tu peux Lutter pour abolir le Capitalisme et l'Exploitation de Classe en oeuvrant pour  LA RÉVOLUTION SOCIALISTE afin d'abolir définitivement toute Classe et Exploitation par LE COMMUNISME ! ET N'OUBLIE PAS LA SOLIDARITÉ AVEC LES ANTIFASCISTES ET COMMUNISTES EN PRISON : DEDANS ET DEHORS FACE A LA RÉPRESSION   !

  

  PREKARIOEN GAUA

CONTRE L'EXPLOITATION

Pour l'Unité des prolétaires

jpeg-xuria-KARTELA 08.12.2012-azk

  SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2012

(à partir de 18h.  23bis Rue des Tonneliers. BAYONNE)

(plus d'infos) et Gadafiste Brothers

PHOTOS DE LA SOIRÉE

jpeg-IMP+WEB-rouge-AFFICHE NUIT DES PRECAIRES-BAIPRESOAK KALERA !

PRESOAK ETXERAT !

PRESOAK KALERA

SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012 (BAIONA)

(15h30. Place des Basques)

Manifestation pour la liberté

des prisonnier-ère-s politiques basques

  Aux personnes qui ont Lutté

et qui Luttent contre le Fascisme...

LUCHA ANTIFA

VENDREDI 9 NOVEMBRE 2012

(18h30. Place Louis XIV. ST-JEAN-DE-LUZ)

JOURNÉE INTERNATIONALE : NUIT DE CRISTAL

Rassemblement contre le Fascisme : sexisme,

discriminations et racisme... (plus d'infos)

(9 NOV) KRISTALL NACHT 1938-2012-azk

  ZYED ET BOUNA

NI OUBLI, NI PARDON !

Zyed et BounaLUTTE CONTRE LE NON-LIEU ! (plus d'infos)

 

 

presosenferGrève de la Faim de Solidarité avec Iosu 

Dans les États français et espagnol : plus de 250 prisonnier(ère)s politiques sont en Lutte ouverte avec des Grèves de la Faim, refus des conditions de détention, protestations...

Le prisonnier politique des GRAPO : Enrike Kuadra Etxeandia s’est mis en Grève de la Faim illimitée en Solidarité avec la Grève de la Faim de Iosu Uribetxeberria Bolinaga, un prisonnier politique basque gravement malade en phase terminale dans la prison de Daroca à Zaragoza. Une Grève de la Faim de Solidarité a aussi été commencée par les militants des GRAPO : Nacho Varela Gómez (prison de Puerto I) et Marcos Martín Ponce (prison de Morón de la Frontera, Sevilla). Les autres prisonnier(êre)s du Collectif des prisonnier(ère)s poltiques du PCE(r), GRAPO et SRI informé(e)s rejoignent aussi cette Grève...

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIER(ERE)S POLITIQUES !!!

Si l'Etat espagnol a concédé la "Liberté" conditionnelle à Iosu : celle-ci n'est toujours pas effective. En Italie et depuis le Secours Rouge International : des messages et des cartes de dénonciation de cette situation sont envoyées au Ministre de l'Intérieur  de l'État espagnol à Madrid.

Appel du Comité pour un SRI (Italie) : L'Etat espagnol laisse mourir en prison un prisonnier politique malade en phase terminale. Iosu Uribetxeberria Bolinaga est atteint d'un cancer maintenant en phase terminale. Selon les médecins de la prison elle-même, il ne dispose que d'une chance de 10% de vivre encore une autre année. Néanmoins, les "Autorités" refusent de lui concéder la Liberté et désormais 7 autres personnes de plus sont en prison car elles ont participé à une Marche de Solidarité pour Iosu lequel est incarcéré suite à l'accusation d'avoir tué un employé de la prison... Dans les Etats espagnols, français et turc : plus de 500 personnes sont en Grève de la Faim pour réclamer la liberté de ce prisonnier politique gravement malade. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques Antifascistes espagnol(e)s (1) souscrit à cette grève illimitée. Quiconque veut se solidariser avec Iosu peut envoyer une carte ou un télégramme au Ministre de l'Intérieur de l'État espagnol. Pour le texte il suffit de mettre : «NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ IMMÉDIATE DE Iosu Uribetxeberria Bolinaga» (N'oubliez de mettre la signature et le nom de l'expéditeur/trice !)" (1) PCE(r), GRAPO et SRI

IOSU ASKATULeçon de dessin. (Nizar Qabbani, poète syrien) Mon enfant pose en face de moi sa boîte de peintures et il me demande de lui dessiner un oiseau. Je trempe le pinceau dans la couleur grise et je dessine un carré avec des fermetures et des barreaux. Ses yeux se remplissent d’obscurité : “Mais... c’est une prison, papa ! Tu ne sais pas dessiner un oiseau ? Et je lui dis : “Mon enfant, pardonne-moi... J’ai oublié la forme des oiseaux.” Mon enfant pose alors en face de moi son carnet de dessin et il me demande de lui dessiner un épis de blé. Je prend la plume et je dessine une arme à feu. Mon enfant se moque de mon ignorance et il s’exclame : “Papa ! Tu ne connais pas la différence entre un épis de blé et une arme à feu ?“. Je lui dis : “Mon enfant, oui j’ai connu les formes des épis de blé, celle de la miche de pain, celle de la rose mais dans cette époque très dure que nous vivons actuellement les arbres de la forêt se sont unis à la Résistance pour Lutter.(…)”

Dessin d'AURORA(Juin 2012)(Juin 2012) Dessin d'Aurora Cayetano 

prisonnière politique du PCE(r) en Prison

  

  

(gorria)Résistance-1

(TOULOUSE) : PROCES-FARCE ! Face à la Répression de l'Etat français Solidarité avec le CREA (OKUPA) RÉSISTER C'EST VAINCRE ! (plus d'infos) SOLIDARITÉ !

21 JUIN 2012

JEUDI 21 JUIN 2012 (PARIS) (19H) RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRISON DE LA SANTÉ Concert de dénonciation contre la Terreur d'État Plus d'infos (cliquer)

 

lamine-diengmanifestation-lamine-dieng-2011-avenue-gambettaNI OUBLI ! NI PARDON ! lamIne dieng, Un ouvrier assassinÉ par la Police de l'État français MARCHE COMMÉMORATIVE À PARIS (14h) Samedi 16 Juin 2012 (Plus d'infos)

vérité et justice pour ali ziri-2NI OUBLI ! NI PARDON ! ALI ZIRI, Un ouvrier assassinÉ le 9 Juin 2009 par la Police de l'État français Rassemblement À Argenteuil (14h30) Samedi 9 Juin 2012 (Plus d'infos)

LIBERTÉ POUR DENIZ

VENDREDI 25 MAI 2012 (NUREMBERG, ALLEMAGNE)15H RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CONTRE LE PROCES-FARCE DE DENIZ : UN ANTIFASCISTE (plus d'infos)

 

jpeg-A3 AFFICHE 19-20 MAI 2012-azk

OU SONT-ILS ? OU SONT-ELLES ? CONTRE LA TERREUR D'ETAT SEMAINE CONTRE LES DISPARITIONS POLITIQUES (17-31 MAI 2012)  

Organisée par l'ICAD-Section française PLUS D'INFOS (cliquer)

euskal presoak euskal herriraJEUDI 31 MAI 2012 (devant la mairie de BAIONA) Jour du Procès en appel à Paris (19 H) RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC JON KEPA PAROT prisonnier politique basque d'ETA PRIS EN OTAGE PAR L'ÉTAT FRANCAIS DEPUIS 23 ANS

jpeg-(09.05.1976) ULRIKE MEINHOFazkPlus d'infos (en cours rédaction)

IBAI ASKTATU-1

IBAI ASKTATU-2 IBAI ASKATU ! GUK ZUREKIN ! LIBERTÉ POUR IBAI PEÑA BALANZATEGUI ! ON EST AVEC TOI ! EUROAGINDUEI EZ !  Plus d'infos  et Lutte Antifasciste  (Originaire de Gasteiz et réfugié politique à Baiona.Transféré en Juin 2012 de la prison de Seysses dans l'État français à celle de Soto del Real dans l'État espagnol) Pour lui écrire : IBAI PEÑA BALANZATEGUI - MADRID-V SOTO DEL REAL CENTRO PENITENCIARIO - CARRETERA COMARCAL 611 - 28.791 SOTO DEL REAL (MADRID) ESPAÑA.

 

 

 

HOMMAGE A LA CAMARADE YASEMIN DU MLKP

Yasemin Yoldas-3

La "Camarade Yasemin" du MLKP est morte le 9 février 2012

en luttant contre l'Etat turc fasciste

pour la révolution socialiste et le Communisme

en Turquie et au Kurdistan

PLUS D'INFOS (cliquer)

HOMMAGE, GRÈVE DE LA FAIM ET DÉTENTION

SOLIDARITÉ AVEC MANUEL ARANGO RIEGO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

LE 19 OCTOBRE 2011

FIN DE LA PROTESTATION AVEC

GRÈVE DE LA FAIM

DEPUIS LE 16 SEPTEMBRE 2011

CONTRE LE DÉNI DE LA CONDITION DE PRISONNIER/ÈRE POLITIQUE ET DE MILITANCE

MIS EN OEUVRE PAR L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE ET L'ÉTAT ESPAGNOL

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)-castLA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME ! ÉCRIS-LUI !

Prision de C.P. Madrid VI - Aranjuez

C.P. Madrid VI 28300 Aranjuez (Madrid)

02.10.11-im1(lettre interceptée)

  11 OCTOBRE 2011 (BAIONA). DIFFUSION DE 300 TRACTS SRI* À DES PROLÉTAIRES DURANT UNE MANIFESTATION NATIONALE DANS L'ÉTAT FRANÇAIS CONTRE LA PRÉCARITÉ.

* En Solidarité avec la Grève de la Faim du Camarade Manuel Arango Riego, Prisonnier Politique du PCE(r) et pour rappeler l'existence de la Lutte dans les prisons du Collectif des presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI.

BLOG(Manif 10oct2011)TRACT SRI-jpeg DÉTENTION ET MISE EN "LIBERTÉ" AVEC CHARGES

DE PABLO HASÉL, RAPPEUR DE 22 ANS 

LIBERTÉ POUR CE CAMARADE SOLIDAIRE ET COMBATIF!

pablo Liberté !LIBERTÉ IMMÉDIATE DE PABLO HASÉL !

Il est Communiste, les terroristes c'est vous.

SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASÉL !

-COMMUNIQUÉ DE PABLO HASÉL

ET CAMPAGNE DE SOUTIEN

logo-radio-clash

RADIO CLASH DE LIMOGES

-Émission du 4 octobre 2011

-Émission du 11 octobre 2011

-Emission du 18 octobre 2011