Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 10:45

SOL N°2 

(2ème partie de la version texte)

 

(PAGE 5) - LETTRES DE PRISONNIER(ÈRE)S POLITIQUES ANTIFASCISTES

 

7-LEONCIO CALCERRADA (CIETE)-SRI-castRÉALIMENTER DES CHOIX RADICAUX. LETTRE DE LEONCIO CALCERRADA FORNIELES, PRISONNIER POLITIQUE DU SRI. PRISON DE CÓRDOBA (ESPAGNE). 24 OCTOBRE 2006.

"Ils viennent de me retenir de nombreuses lettres de celles que vous m'avez remises, avec une motivation semblable et absurde: «La lettre retenue ayant été vérifiée, on estime qu'elle contient des slogans et des anagrammes avec pour objectif de modifier la politique pénitentiaire supposant une mesure de pression envers la Direction des Centres Pénitentiaires et jusqu'au Centre Directeur lui-même. On considère que la lettre peut affecter la bonne marche du Régime en vigueur et la vie en commun normale dans le Centre Pénitentiaire, tout en formentant la rétroalimentation de choix radicaux et en conséquence d'exercer une influence nocive sur les internés appartenants à la bande GRAPO

Ah ! Ah ! Mais que m'avez-vous envoyés bande de saligots !? Des fusils, des grenades? Cela devait au moins être une bombe pour provoquer des effets aussi indésirables à la politique pénitentiaire de ce pays démocratique. Comment prétendez-vous me rétroalimenter dans des choix radicaux? Avec une ration de nourriture ? Allez, ce n'est pas ça ?... et au lieu de ça vous m'envoyez de la rétroalimentation de choix ! Eh bien, voyez-vous ça ! Bien que je ne sache pas ce que c'est cette rétroalimentation, cela doit être la crème, à en juger par l'empressement de ces fonctionnaires de prison pour que vous ne nous écriviez pas et quand vous le faites -malgré toutes leurs entraves, pièges et mensonges- nous ne les recevons pas. Dans mon cas, ils ont déjà déterminé pour moi un Droit chemin : tu te repens de ton passé et de ton présent, tu te rends, et quand tu te chies dessus, tu dis qu'il pleut. Mais non, voyons ! Moi, comme le neveu de Silvio RODRIGUEZ (1), comme Iñaki DE JUANA (2) ou comme Iñaki BILBAO (2) l'a dit, plus récemment et moins poétiquement, au Tribunal espagnol de l'Audiencia Nacional: «Je meure comme j'ai vécu».

En plus -et ça suffira pour la Fête- dans la sentence de la condamnation, ils m'accusent de faire du prosélytisme depuis la prison. Attendez avant de rire : et cela est échafaudé dans le pseudo dossier "PCE(r)GRAPO" depuis le jour même où je suis sorti de prison en 2001 jusqu'à ma nouvelle détention en 2002. Allons, ces Rouges ne m'ont laissé libre à aucun moment, pas même le jour de ma sortie de prison pour boire quelque cannette à Madrid sinon qu'aussitôt sorti -d'abord de la prison d'Ocaña puis de Vallekas- j'étais déjà au plus haut de ma forme et actif parmi le personnel du PCE(r) ! Merde, si cela était vrai, au lieu de dizaines d'années de condamnation en prison, ce que je mériterais c'est la Médaille du Mérite au Travail !

Assez de blagues. Ces démocrates nous ont illégalisé(e)s, criminalisé(e)s, torturé(e)s et frappé(e)s sur toutes les parties de nos corps, enfermé(e)s dans d'authentiques geôles, gazé(e)s, obligé(e)s à réaliser des dizaines et des dizaines de Grèves de la Faim... au cours desquelles on nous a violé(e)s avec des tubes nasogastriques, on nous a frappé(e)s en étant sur le point de mourir, on nous a insulté(e)s et mis les mitraillettes sur la tête au bout de 430 jours de Grève de la Faim... Mais évidemment, cela doit être LéGAL et Constitutionnel. Mais quand vous, en tant que proches, ami(e)s ou solidaires vous nous envoyez des coupures de presse, des photocopies de pages web, des lettres, des cartes postales ou simplement des embrassades : là, c'est rétroalimenter des choix radicaux.

On nous oblige à nous soumettre à des Constitutions émanant du Fascisme : avec la Lois des Partis, les Codes Pénaux, les Tribunaux d'Exception, des Reconvertions sauvages, des policier(ère)s à chaque mètre carré, etc, etc... mais qu'on ne nous refuse pas que les nôtres -vous- puissiez nous raconter comment vibre la rue, nous raconter qui a eu un enfant ou la dernière Manifestation ouvrière de votre quartier. Eux, nous et la Rétroalimentation... Tout simplement, moi, je vous invite à continuer à le faire. Écrivez-nous dans les prisons, informez-nous de tout ce qui se mijote là-dehors parce que nous sommes une partie vivante du Mouvement. Et pour revenir à la plaisanterie, pensez à la nourriture... elle ne sera pas mal reçue par nous, non plus."

NOTES: (1) S. RODRIGUEZ : chanteur, guitariste et poète communiste cubain.

(2) Prisonniers politiques de la Gauche Indépendantiste basque.

 


08.08.11-im1LETTRE D'ARANTZA DIAZ, PRISONNIÈRE POLITIQUE DU PCE(r). PRISON DE BRIEVA-ÀVILA (ESPAGNE). OCTOBRE 2009.

"Salut compagnons et compagnes ! La première chose c'est de vous remercier d'être là et par conséquent j'espère que vous allez génialement bien. Allez ! une bière à ma santé, ah ! ah ! et à celle de tout(e)s les prisonnier(ère)s politiques dont plus spécialement à ceux/celles qui sont malades et avec des problèmes de santé, plus ou moins graves. On m'a demandé d'écrire ces lignes précisément sur ce thème de la santé et l'assistance sanitaire en prison, bien qu'il faudrait dire sur la désassistance sanitaire. Même si les motifs ne manquent pas, je ne vais pas me centrer sur moi car je veux vous parler de la situation généralisée sur ce qui se passe dedans et qui -sans l'ombre d'un doute- continuera d'avoir lieu. Car il ne faut pas se leurrer, cette question de la santé se situe au sein d'un Programme prémédité et parfaitement planifié pour tenter d'Exterminer les prisonnier(ère)s politiques.

Je suis certaine que vous connaissez tou(te)s ou que vous avez tou(te)s entendu parler d'un cas dans lequel c'est la santé -et par conséquent la Vie- d'un(e) prisonnier(ère) politique qui est en jeu, ou mieux dit, avec laquelle on tente de jouer. Ici, à Vitoria-Gasteiz [Pays Basque], ma ville, sans aller plus loin : nous avons le cas de Gotzone LOPEZ DE LUZURIAGA qui malgré le fait de devoir être en liberté à cause d'un grave cancer dont elle souffre, ne l'est pas du fait de ne pas accepter le chantage en vue de son repentir et du renoncement à ses idées. Et malheureusement, il y a beaucoup d'autres prisonnier(ère)s politiques malades. Cela est un Programme prémédité et planifié, d'Extermination des Prisonnier(ère)s Révolutionnaires qui commence quand tu vas au médecin pénitentiaire et que celui/celle-ci refuse de faire correctement attention à toi, il/elle te fait attendre pour ne pas t'envoyer à un(e) spécialiste ou il/elle retarde le traitement qui t'a été indiqué.

De plus, le contrôle et le suivi de la santé devient une question fictive, non seulement dans le cas de ces prisonnier(ère)s politiques qui sont gravement malades sinon aussi dans le cas de ceux/celles qui pour des raisons d'âge -et/ou qui, soit dit en passant, en ayant eu une vie remplie de conditions extrêmement dures (clandestinité, tortures, années de prison...)- devraient recevoir une attention sanitaire continue et détaillée. Mais ici, entre ces murs exterminateurs, il n'existe aucun contrôle et suivi sanitaire car si cela était le cas, de nombreuses morts en prison auraient pu être évitées comme, par exemple, la mort de notre Camarade José ORTÍN, décédé d'un infarctus du myocarde dans la prison de Fontcalent, en Mars 2010... après 25 ans de prison, de tortures et d'Isolement... cette mort peut seulement être qualifiée de Crime d'État. Mais sans en arriver à des exemples aussi douloureux, il existe une multitude de cas graves dont nous pourrions ensemble parler un bon moment. Des compagnons et compagnes dans l'attente d'une rééducation qui leur permette de ne pas rester en chaise roulante; ou dans l'attente d'un transplant de rein, ou dans l'attente des séances de chimiothérapie qu'ils/elles devraient recevoir sans retard; ou des examens qui n'ont pas lieu, après une intervention chirurgicale... ou dans l'attente d'un soin adéquat et immédiat relatif à des problèmes psychologiques. La liste est longue et les problèmes sanitaires sont multiples. Je ne veux pas finir ces lignes sans aussi dénoncer le rôle joué par certain(e)s médecins du dehors, en complète connivence avec ce Programme d'Extermination que nous avons signalé. C'est le cas par exemple de notre Camarade Manuel PEREZ MARTINEZ “Arenas” qui court le risque de rester aveugle dans l'attente d'une simple opération de cataractes laquelle est repoussée depuis 9 ans et lorsqu'ils l'emmènent à l'Hôpital, le déploiement policier est tel que les médecins refusent de prendre soin de lui «dans ces conditions-là». Évidemment, s'ils/elles appliquaient le Code Déonthologique, il leur serait exigé de prendre soin de lui et d'imposer eux/elles-mêmes les conditions adéquates. Mais il est plus simple pour eux/elles de dire que «On ne peut pas travailler de cette manière», en étant ainsi complaisant uniquement avec l'État et ses oppresseur(e)s. Et je peux vous assurer qu'il y a un grand nombre de cas comme celui d“Arenas”.

Bon, je ne veux pas m'étendre plus mais seulement signaler que nous devons Lutter pour dénoncer ces situations et la désassistance médicale dont nous souffrons tout(e)s les prisonnier(ère)s politiques et par conséquent d'exiger que notre santé soit respectée. Amour et Force ! Pour la Réunification et l'AMNISTIE ! Contre l'Extermination dans les prisons !"

 

 07.08.11-im1(pancarta arantza)

 

SI ME QUIERES ESCRIBIR... YA SABES MI PARADERO*...

(SECOURS ROUGE INTERNATIONAL. DÉCEMBRE 2010)

*Si tu veux m'écrire... tu sais déjà où je suis... 3ème Brigade Mixte, 1ère Ligne de feu du Front : Chanson de la Guerre Civile en Espagne.

 

DANS LES LETTRES ADRESSÉES AUX PRES@S POLITIQUES, IL FAUT TENIR COMPTE DE :

● Les données du Destinataire et de l'Expéditeur/trice doivent être complètes (Prénoms, 2 Noms et adresse). Les envois avec un expéditeur incomplet -ex, les cartes postales sans enveloppe ou avec un expéditeur/trice sans adresse complète- ne SONT PAS remises, rendues ou plus faciles à "perdre" (c'est très habituel pour les lettres dans les prisons et non par la faute des facteur(trice)s...).


●Depuis le jour de ton envoi : 15 à 35 jours peuvent passer pour arriver dans la main du/de la pres@ politique. Et quelques 10 à 20 jours pour que la lettre sorte des mains de l'Institution Pénitentiaire depuis que le/la pres@ l'a remise à un/e gardien(ne) de prison. Il y a 1 à 2 mois minimum entre ce que tu écris et la réception de la réponse. Néanmoins, l'inconvénient sérieux est que TOU(TE)S les pres@ politiques ont des restrictions et qu'en général ils/elles ne peuvent seulement envoyer que 2 lettres par semaine (8 par mois).


TOUTES les lettres aux prisonnier(ère)s politiques sont ouvertes par la prison, lues, photocopiées et s'ils l'estiment opportun: elles sont saisies et non remises ni retournées à l'expéditeur(trice). Cela signifie qu'il faut faire attention aux formes et aux expressions, donc pour le peu que signifie une hypothétique liberté d'expression, ils délivrent au prisonnier(ère) une notification (différente selon les cas) qui dit: «Contrôlée pour avoir tenté d'altérer les normes et le fonctionnement en plus de la Sécurité Interne de ce Centre pénitentiaire... (bla, bla, bla)». Mais par conséquent, cela ne doit pas influer au moment où nous voulons écrire car, sinon, c'est nous qui aurons créé l'ISOLEMENT TOTAL si angoissant.


● AUCUN TYPE DE fanzine, de revue, d'autocollant... ou de document n'entre en prison s'il n'a pas de Dépôt Légal. Parfois, même ceux qui ont le DL ne sont pas remis, à cause de la condition citée antérieurement.


● Les lettres écrites à la main (stylo) sont moins retenues que celles écrites par ordinateur.

 

● Quand vous accompagnez la lettre de plusieurs choses, il convient de les signaler dans la partie au dos de l'enveloppe. Nous vous donnons un exemple:

REMITENTE (expéditeur/trice):

ALBERTE DUPONT DUCHEMIN

7 RUE DE LA LIBERTÉ

75000 PARIS (FRANCE)

CONTIENE(contient): 

-UNE LETTRE DE DEUX PAGES

-DEUX PHOTOGRAPHIES

-UNE PUBLICATION TMEO AVEC D.L.

-QUATRE COUPURES DE PRESSE QUOTIDIENNE AVEC D.L.

Les lettres en basque, galicien ou catalan sont retardées de plusieurs jours avant d'être remises car elles passent "par Madrid", pour être traduites. Idem avec les lettres écrites en anglais, français ou dans d'autres langues qui ne soient pas l'espagnol (castillan).

 

 

(PAGE6)  BIOGRAPHIES DE PRISONNIER(ÈRE)S POLITIQUES RÉVOLUTIONNAIRES

GEORGESINTERNATIONALISME. GEORGES ABDALLAH, PRISONNIER POLITIQUE COMUNISTE LIBANAIS. EN PRISON DEPUIS 27 ANS EN FRANCE. (MAI 2011. TEXTE DE ZAITCHIK.COMMUNISTE, ASSEMBLÉE SRI DE PAU) "Nous venons ici vous parler d'un homme dont la vie pourrait se résumer à ces mots : Généreux, Dévoué, Résistant, Honnête et bien-sûr Révolutionnaire. Ce Camarade a passé plus de temps derrière les barreaux que beaucoup d'entre nous : les enfants et les jeunes sur la Terre. Oui, il est emprisonné depuis 27 ans. Voilà maintenant 27 ans qu'il subit la Répression. Georges ABDALLAH est un militant Communiste, né au Liban, un fervent defenseur de la Cause Palestinienne. Un grand Révolutionnaire qui combat toujours au coté de milliers d'opprimé(e)s. Résumer sa vie sur un morceau de papier devient alors une tâche quasi impossible. Voilà 27 ans qu'il est derrière les barreaux. Il est juste, là, dans le Sud de la France, à Lannemezan, dans cet État français aux prétentions de "vertus démocratiques". Il est en prison tout en étant innocent, comme l'a jugé le Tribunal de Pau en 2003 mais les Gouvernants de ce monde jugent utile de le laisser croupir au fond d'une cellule. Il est libérable depuis 1999...

Nous savons qu'il vous fait peur, nous savons qu'il est une épine dans vos Plans barbares, surtout à l'heure ou les pays arabes ont fait sonner les sirènes de la Révolution. Alors nous vous imposerons sa Libération parce que demain nous serons plus nombreux(euses) derrière lui, et plus les jours passeront et plus vous serez face à une situation inextricable pour vous et on vous contraindra à s'occuper de ses demandes répétées de Libération. Nous vous l'imposerons par un rapport de force qui sera croissant, qui penchera de notre coté soyez-en sûr. Nous, nous sommes les Communistes pour qui Georges fait partie de notre famille : en tant que militant(e)s de la Cause des Exploité(e)s nous n'acceptons pas qu'un humain soit injustement enfermé pour des idées, nous c'est aussi le peuple travailleur qui reconnaît et défend les sien(ne)s. Il est pour nous inadmissible de rester inactif(ve). Cette année 2011 : Georges aura 60 ans, après avoir passé les débuts de sa vie dans des organisations comme le FPLP (1), après avoir fait la Guerre à Israël (où il a été blessé en 1978), après avoir passé bientôt 27 ans en prison, nous refusons qu'il fête ses 61 ans au Centre Pénitencier de Lannemezan, nous refusons que Georges ne puisse espérer revoir les siens, en Liberté, revoir la terre, les paysages qui lui étaient familliers. À BAS L'IMPÉRIALISME! VIVE LA LUTTE INTERNATIONALE DE LA CLASSE OUVRIÈRE! LIBÉRATION IMMÉDIATE DE NOTRE CAMARADE GEORGES ABDALLAH !" NOTE. (1) Front Pour la Libération de la Palestine.

ÉCRIS-LUI !

GEORGES ABDALLAH - ÉCROU N°2117

CP LANNEMEZAN - 204 RUE DES SALIGUES

BP 70166 / 65307 LANNEMEZAN CEDEX (FRANCE)

 

AFFICHE DRAPEAU PALESTINEBIOGRAPHIE DE GEORGES ABDALLAH. UN OTAGE POLITIQUE DE L'ÉTAT FRANCAIS. CONDAMNÉ DE FAIT À PERPETUITÉ (RÉDIGÉ À PARTIR DU DOCUMENT DU COLLECTIF DE SOLIDARITÉ AVEC GEORGES ABDALLAH. OCTOBRE 2009. PARIS)Voir le document sur Internet <http://liberonsgeorges.over-blog.com>

"L'Origine de son engagement politique. Né le 2 avril 1951 à Kobayat, dans le nord du Liban, Georges ABDALLAH a grandi dans ce pays à une époque où la crise structurelle de l'entité libanaise devenait de plus en plus insurmontable. C'est l'époque où pour conjurer tout changement et contrer la radicalisation du Mouvement des Masses Populaires et de la Jeunesse, la bourgeoisie n'hésita pas à pousser vers la Guerre Civile confessionnelle. L'affirmation de la réalité révolutionnaire palestinienne sur le devant de la scène régionale et libanaise a démultiplié la portée des diverses initiatives de Luttes sociales fleurissant au début des années 70. A la veille de l'éclatement de la Guerre Civile de 1975, la crise du Système a changé de nature et la portée des enjeux. Les "Ceintures de la Misère" autour de Beyrouth, les villes et les villages du Sud et les Camps de réfugié(e)s aux abords des principales villes incarneront dès lors -et pour de longues années- les enjeux locaux, régionaux et internationaux du Mouvement Révolutionnaire...

Dans des moments d'intense humanité face à la Barbarie, cette réalité de Lutte, de Résistance et de Sacrifice a construit la conscience politique de Georges ABDALLAH et déterminé son engagement révolutionnaire. Tout naturellement, il choisit la Résistance face aux Massacres de Masse perpétrés par les bourgeois confessionnalistes de tout bord et leurs alliés israéliens et franco-américains. La Quarantaine, Naba'a, Tal Azza'atar, Sabra et Chatila et combien d'autres tueries sont restées dans nos Mémoires, et c’est à lui seul que les Juges osent exiger l’amende honorable ? Longtemps aux côtés de la Gauche Révolutionnaire arabe, il a résisté quand son pays était occupé par les Israéliens et les Forces Impérialistes. Et alors que de nos jours, l’horizon s’obscurcit dans cette région, il est un des derniers prisonnier(ère)s de la vieille Guerre Civile. (...)"

 

tarjeta171BIOGRAPHIE D'ARANTZA DÍAZ VILLAR, PRISONNIÈRE POLITIQUE DU PCE(r). DEPUIS 2007, CONDAMNÉE À 11 ANS DE PRISON, PAR L'ÉTAT ESPAGNOL (TEXTE DU SRI)

"Elle née à Vitoria-Gasteiz le 23 Mai 1971. Habitante du quartier ouvrier d'Arana à Gasteiz, elle est la plus petite après 4 frères. De famille travailleuse, son père est mort en 1997, peu de mois après avoir pris sa retraite. En 2003, sa mère à souffert d'une paralysie qui la maintient dans un état de dépendance. Elle a étudié la technique forestière et elle a travaillé comme aide-ménagère à domicile auprès de personnes âgées. Sportive, elle a pratiqué le basket, la montagne et la course. Elle est allée au Chiapas mexicain dans une Communauté Zapatiste. Elle est restée 2 mois là-bas. Au retour et avec la réflexion «Là-bas, il y a beaucoup à faire. Ici aussi», elle s'implique dans les Luttes sociales. Elle milite dans l'Organisation féministe Pipi et elle fait partie de la radio libre Hala Bedi Irratia et du Mouvement Internationaliste Solidaire avec le Chiapas et la Turquie. Elle est aussi militante Pro-Amnistie. Elle consacre des dizaines d'heures à l'étude de la Politique Révolutionnaire.

En 1999, elle entre militer au PCE(r) et en 2002, elle passe à la clandestinité. Le 9 juin 2006, au côté de 2 militant(e) du PCE(r), elle est détenue à Reus (Catalogne) par un contingent coordonné par la Guardia Civil avec des agents : de la Police Nationale, des Mossos d'Esquadra (1) et de la Police Locale. Elle est sauvagement torturée : «Ils me frappaient sans cesse sur la tête, d'une façon sauvage, avec les mains ou bien avec des matraques en carton enroulé. Suite à ces séances de torture, j'ai d'énormes douleurs et bleus jusqu'à aujourd'hui. Plusieurs fois, ils m'ont violemment dénudée entièrement et enroulée dans une couverture puis une fois au sol, tandis que d'autres me retenaient, un autre s'asseyait sur ma poitrine et mon estomac et il me pratiquait "le sac" (2).  L'un d'entre eux appelait cette torture "Le jeu de l'apnée". Ils m'ont menacé plusieurs fois de m'introduire une matraque dans l'anus, en allant jusqu'à tout préparer et simuler la tentative de le faire. Une autre pratique à été celle de me conduire jusqu'à l'épuisement absolu en m'obligeant à rester debout ou à genoux avec les bras en l'air».

Le 31 Mai 2007, une dénonciation réalisée par Arantza est recueillie et scellée par le Tribunal de l'Audience Provinciale de Vitoria-Gasteiz (ville dont Arantza est originaire et habitante). On ne sait toujours pas un mot de tout cela. Incarcérée et jugée, elle a été condamnée à 11 ans de prison pour «Appartenance à bande armée» au cours d'un Procès-Farce contre le PCE(r). Une autre année a été ajoutée à sa condamnation pour «Manque de respect au Tribunal». Après avoir parcouru plusieurs prisons, elle se trouve dans celle de Brieva (Ávila), cataloguée en 1er Degré de dangerosité avec la lecture et la copie de sa correspondance et l'écoute de ses appels téléphoniques, sans parloir familial (dans la même pièce) avec ses connaissances les plus proches et encore cent autres punitions par sa catégorie de FIES (3). Elle est séparée de son compagnon, le prisonnier politique du PCE(r) David GARABOA (à la prison de Villena, Alicante) bien qu'elle ait gagné sa requête de "couple de fait" (non marié). Elle est soumise à un complexe et coûteux traitement pour une maladie dentaire qu'elle doit payer au dentiste pénitentiaire. En 2006, le Groupe de Soutien à la prisonnière politique de Gasteiz Arantza Díaz s'est créé et il a réussi à recueillir tout l'argent pour payer son opération dentaire, en réalisant des actes solidaires. Elle a un pécule et les visites assurées. En prison, elle fabrique des pendentifs artisanaux, des livrets, des marque-pages, des cartes qui l'aident à obtenir son pécule et pour diverses autres dépenses."  

NOTES. (1) Police catalane formée par la Guardia Civil.

(2) Sac plastique serré sur la tête pour provoquer l'asphyxie jusqu'à la limite de la mort.

(3) Prisonnier(ère)s considéré(e)s comme les plus dangereux/euses.

ÉCRIS-LUI !

ARANTZA DIAZ VILLAR

CP DE BRIEVA-ÁVILA

A.C. 206 / 05194 ÁVILA (ESPAÑA)

 

tarjeta125BIOGRAPHIE (extrait) DE LEONCIO CALCERRADA FORNIELLES,

PRISONNIER POLITIQUE DU SRI.CONDAMNÉ À 11 ANS DE PRISON (ESPAGNE).

7 fois détenu et torturé. 25 ans de prison. 4 blessures par balle tirées par la Police espagnole.

"Je suis né le 9 octobre 1958 dans un quartier de bidonvilles au nord de Madrid. Je suis le 3ème de 7 frères avec 3 autres qui sont morts. Toute notre famille dépendait alors du salaire de mon père, balayeur municipal et maçon. De nombreux membres de la famille ont été communistes ou cénétistes et ils/elles ont combattu dans l'Armée Républicaine. Quand Madrid est tombée, ils/elles ont souffert des persécutions, des prisons et de l'exil. Mon grand-père maternel a été dans les Camps de Concentration et les prisons espagnoles. L'un de mes oncles a été déporté dans les Camps de Concentration français puis à celui du Camp d'Extermination Nazi de Mauthausen duquel il a réussi à sortir vivant. J'ai commencé à travailler à l'âge de 16 ans dans ce que je trouvais : de valet à aide représentant-commercial, de manoeuvre en décharge de cables à Atocha à manoeuvre dans la construction ou soudeur dans le métal. Durant l'été 1977, je me suis organisé au PCE(r) dont je connaissais déjà la Ligne politique après la détention et l'incarcération d'un des membres de ma famille pour sa militance à l'OMLE (1).

Je fais alors partie d'une Cellule de quartier à Palomeras, Vallecas, intégrée par de jeunes travailleur(euse)s. J'impulse une autre Cellule d'ouvrier(ère)s dans la construction à Entrevías (des ancien(ne)s militant(e)s du PCE qui avaient le double de mon âge). À cette époque-là, le travail politique le plus important que nous avons fait a été de démasquer les véritables intentions de la manoeuvre réformiste du Régime franquiste, au moyen de réunions et d'actes clandestins. Les Campagnes contre le référendum constitutionnel et les élections générales ont été spécialement actives. Celles aussi pour l'Amnistie et les véritables Libertés politiques démocratiques ou les commémorations de la Victoire par les urnes du Front Populaire le 16 février 1936. Nous revendiquions aussi le caractère populaire de la République par opposition aux groupes réformistes qui, comme aujourd'hui, revendiquent la République bourgeoise du 14 avril 1931.

Par tout ce travail politique, j'ai été détenu en janvier et mars 1979, dans ces prises massives en représailles des actions des GRAPO. Dans l'une d'elles, nous sommes détenu(e)s jusqu'à 108 personnes, seulement à Madrid, accusé(e)s de militer, sympathiser ou collaborer avec le PCE(r) ou d'autres Organisations démocratiques comme le Secours Rouge, les Jeunesses Antifascistes, la ODEA étudiante (Organisation des Étudiant(e)s Antifascistes) ou Peuple et Culture. L'immense majorité des détenu(e)s est mise en liberté sans même passer devant le Juge; d'autres sont incarcéré(e)s ou jugé(e)s pour "désordres publics" ou "propagande illégale". Ce à quoi personne n'échappait c'étaient les tortures sauvages qui avaient lieu durant 10 jours dans les bureaux de la DGS de la Puerta del Sol et dont l'objectif n'était autre que de terroriser les détenu(e)s pour qu'ils/elles abandonnent la Lutte et, surtout, pour qu'ils/elles rompent leur lien avec le PCE(r). C'est ainsi que se forgeait la "Transition modèle et pacifique". Et certains des hommes qui l'ont rendue possible à l'aide de ces Brigades de Tortionnaires occupent aujourd'hui d'importants Postes à la tête de la Police "démocratique"... (...) J'ai aussi pris part aux dures Grèves de la Faim de notre Collectif [de prisonnier(ère)s politiques] durant ces années où je suis aussi passé par les prisons de Meco, Badajoz, Córdoba et Ocaña I. J'ai été libéré en Janvier 2001. 18 mois plus tard, en Juillet 2002, j'ai de nouveau été détenu, torturé et incarcéré alors que je développais un travail politique et de solidarité avec les prisonnier(ère)s politiques au travers du Secours Rouge International. Un Procès-Farce m'a condamné à 11 ans de prison en disant que "Tout est GRAPO".(...)"

NOTE. (1) Organisation des Marxistes Léninistes en Espagne.

ÉCRIS-LUI !

LEONCIO CALCERRADA FORNIELLES

PRISIÓN DE CÓRDOBA

A.C. 479

14007 CÓRDOBA (ESPAÑA)

Lire sa biographie entière sur < > (à venir, en cours de réalisation...)

 

 

(PAGE 7) RÉSISTER C'EST VAINCRE : DEDANS ET DEHORS !

<CAMARADE KALACHNIKOV > (Dessin d'Arenas en prison. 2005)

kalachnikovEUROPE. RENVERSER L'ATTAQUE DE LA "JUSTICE"-FAIRE LE PROCÈS AU CAPITALISME ! (AOÛT 2011. TEXTE DU REVOLUTIONÄRER AUFBAU SCHWEIZ.)

Du 28 au 30 septembre 2011 (au moins), devrait se tenir un Procès politique au Tribunal de Bellinzona, centré sur plusieurs actions démonstratives menées contre l'État et le Capital, actions signées «Pour une Perspective Révolutionnaire». Encore une fois, c'est la Camarade Andi du Revolutionärer Aufbau Schweiz (Construction Révolutionnaire Suisse) et de la Commission pour un Secours Rouge International qui a été inculpée et trainée sur le banc des accusé(e)s. On nous attaque individuellement mais c'est une attaque contre nous tou(te)s !

Les actions mises en jugement par le TP de Bellinzona sont avant tout des attaques pyrotechniques. Parmi les chefs d'accusation, on compte des attaques contre la Police cantonale de Zürich, les Services de Sécurité Interne de la Confédération Suisse, la compagnie El-Al, l'agence de voyage et l'Office du tourisme espagnols, ainsi que celui de Grèce, la compagnie aérienne IBERIA, le Secrétariat d'Etat pour l'Économie (SECO). D'autres attaques, contre le Consulat général de l'Inde à Berne et contre la Bourse de Zürich, figuraient aussi initialement dans le dossier mais, comme bien d'autres, elles en ont été retirées.

Toutes ces actions ont été revendiquées par des communiqués politiques signés «Pour une Perspective Révolutionnaire». Sigle sous lequel de nombreuses actions militantes ont été réalisées en Suisse à partir de la fin des années 1990. Actions toujours situées politiquement par rapport à un contexte, en se référant à différentes thématiques et Campagnes. Ce fut le cas des attaques mentionnées contre des institutions espagnoles, menées à l'occasion de Grèves de la Faim des prisonnier(ère)s du PCE(r) et des GRAPO en 2002 et 2004. En général, on peut dire que les actions furent toujours revendiquées contre la Répression, le Capital, les Organismes étatiques, suisses ou autres.

Dans la situation actuelle de crise capitaliste, toujours plus manifeste dans tous les domaines, il n'est pas étonnant que la Contre-Révolution devienne plus présente et agressive. Depuis longtemps désormais, la crise du Capital ne se manifeste plus seulement sur le plan économique, mais aussi dans ses dimensions politiques et culturelles. Au cours du processus social-réactionnaire, en général, les acquis progressistes du Mouvement Ouvrier sont attaqués. L'Attaque contre la sécurité sociale (retraites, invalidité, etc.), les Campagnes de Haine contre les populations immigrées et au chômage, les Coupes dans le système de santé et dans l'enseignement, ainsi que le développement des activités guerrières, sont autant de formes et de moyens de l'Attaque menée "d'en Haut et à Droite". Et puisque la Résistance se développe aussi bien dans la rue que par des actions et dans tous les domaines, la Répression s'amplifie. Ce sont notamment les Luttes pour l'espace public et toute forme de Politique Révolutionnaire qui entrent dans le collimateur des Organes de Répression et de la Justice de Classe.

L'objectif de leurs attaques est de frapper la construction de la Solidarité Internationale de Classe par la criminalisation de certain(e)s militant(e)s ainsi que les projets politiques concrets dans le pays même et par là, en même temps, frapper les formes et les moyens de la politique révolutionnaire au sens large.

L'inculpation actuelle doit être considérée dans la continuité d'agressions politiques contre la Camarade Andi. On n'oublie pas les procès et les séjours en prison pour troubles de l'ordre public, ni l'attention persévérante dont elle est l'objet de la part des flics et de la sûreté de l'État. Dans le même temps, la collaboration internationale dans le cadre de la Contre-Révolution préventive se développe et, avec ça, le besoin d'afficher des "succès". C'est pourquoi cette attaque doit aussi être considérée comme faisant partie de l'Agression Internationale contre les militant(e)s du SRI, au cours de laquelle se produisent perquisitions et arrestations, dans des actions coordonnées entre la Belgique, l'Italie et la Suisse.

La Contre-Révolution préventive démontre, à chaque attaque, qu'elle ne s'appelle pas "préventive" par hasard. L'objectif de ces attaques, c'est toujours, d'un côté, de réduire la capacité d'initiative des militant(e)s et, de l'autre côté, de terroriser les Mouvements de Gauche. Le "vieux" mot d'ordre : «On nous attaque individuellement, mais dans l'intention de nous attaquer tou(te)s» démontre encore une fois sa validité. La tâche de la Gauche Révolutionnaire, c'est toujours de ne pas se cantonner sur la défensive, mais bien plutôt de se porter de manière offensive dans les Procès Politiques, ce que remarque la citation du Collectif des Communistes Prisonniers Aurora, selon laquelle le passage dans les salles de Tribunaux fait partie du processus Révolutionnaire. Nous ne nous laisserons pas rabaisser ni terroriser. Nous devons passer à la Contre-Attaque et nous saisir de la Solidarité comme Arme contre le Capitalisme et sa Justice de Classe. Soutenons politiquement les Procès, avant et pendant, avec tracts, calicots et autres initiatives. Démasquons ce Procès pour ce qu'il est réellement : une attaque contre une camarade irréductible dans une longue continuité militante, et contre tout projet et perspective Révolutionnaire. Passer à la Contre-Attaque – Faisons le Procès au Capitalisme ! Utiliser la Solidarité comme une Arme! Repousser l'Attaque contre Andi !"

 

 

ENTRETIEN. AVEC LE SRI DE EXTREMADURA.

RÉALISÉ PAR LES COMPAGNE(ONS) DE LA REVUE "PRIMERO DE MAYO"*. AOÛT 2011

Voir le site <http://www.primerodemayoextremadura.blogspot.com>

 

Tarjeta155 (17)1.- Qu'est-ce que le Secours Rouge International ?

Le Secours Rouge International est une organisation consacrée à la solidarité avec les presxs politiques depuis une orientation politique révolutionnaire. Il n'est pas une ONG, ni un organisme de simple soutien sinon qu'il se considère comme une partie du Mouvement de Résistance Antifasciste en participant à la Lutte de Classe et en ayant un évident caractère politique Antifasciste et Anti-Impérialiste. Au sein du SRI, il y a des communistes, des anarchistes, des patriotes des nations opprimées etc…

 

2.- Quelles activités développent les différents comités ?

Les activités des Comités pour un Secours Rouge International sont amples. Cela va des tâches reliées au soutien direct aux presxs et leurs proches (visites, lettres, soutien économique etc…), aux activités de dénonciation Antirépressive, à la participation à divers Fronts de Lutte en apportant notre Ligne, des bulletins, à l'organisation de rencontres informatives et formatives, en passant par la page Web et les différents blogs.

Dans le Secours Rouge d'Extremadura, nous avons réalisé de nombreuses Campagnes de dénonciation avec des affiches, des tracts, des fanzines etc…, ainsi que quelques actes ouverts. Parmi ceux-ci, on peut souligner les "Journées SRI" réalisées l'année dernière : malgré le fait d'avoir connu d'importantes erreurs liées à quelques activités (suivies de leurs autocritiques correspondantes) celles-ci ont été satisfaisantes dans d'autres aspects.

De plus, les militant(e)s et sympatisant(e)s du Secours Rouge Extremadura, nous participons dans les Conflits ouvriers de notre ville (depuis la position du Boycott des mafias syndicales bureaucrates), dans le Mouvement écologiste, Antifasciste, contre les Guerres Impérialistes, etc…

 

3.- Comment considérez-vous la Répression dans l'État espagnol?

La Répression dans l'État espagnol est celle d'un État Fasciste : un véritable Appareil de Contrerévolution permanente dans laquelle celui-ci ne cesse pas un instant. Il ne se limite pas à des détentions et des harcèlements contrerévolutionnaires sinon que l'on peut affirmer qu'IL VA CONTRE TOU(TE)S, n'importe quel groupe d'ouvrier(ère)s qui s'organise dans son entreprise, quiconque se soulève pour les Libertés politiques et syndicales ou qui montre une Dissidence réelle face à ses Plans se place dans la ligne de mire de la Répression. Il est évident qu'il fait attention aux maquillages de son essence terroriste en jouant à la tactique du baton et de la carotte et en s'associant avec ses complice réformistes.

Il organise aussi un simulacre d'Élections sous le Régime d'un véritable État de Siège, avec la Loi des Partis et la Loi Antiterroriste bien présentes, mais il est certain que le maquillage est chaque fois moindre et que nous pouvons parler d'un Retour aux Origines du Régime, sans possibilité de donner lieu -par la voie pacifique- à un cadre démocratique minimal.

Plus la crise structurelle du Système capitaliste (et de son Régime politique) s'aggravera, plus la Lutte des Classes avancera et plus le Mouvement Révolutionnaire International dépassera le virage dans lequel il est immergé et plus ce Retour aux Origines Fasciste s'accentuera. C'est pourquoi nous considérons la Lutte Antirépressive comme ayant une importance fondamentale ainsi qu'un Programme Antifasciste de Minimums Démocratiques qui pourrait être celui de notre Organisation.

 

Système4.- Que pensez-vous de l'irruption du Mouvement du 15M ?

Il est l'heure que la Classe ouvrière et les secteurs populaires se soulèvent. Vu comment l'Exploitation augmente, comment ils envoient des milliers de personnes au chômage, comment la Police prend les quartiers, comment ils volent et saccagent les fonds publics avec chaque fois moins de honte : ce n'était plus qu'une question de temps pour qu'une grande masse de gens se rebelle et se soulève comme elle l'a fait.

Cela est extrêmement positif même si bien-sûr il est le perroquet des différents opportunistes et des réformistes qui veulent emmener le Mouvement sur leur terrain et l'utiliser pour de mauvaises fins et il faut les combattre avec force. Nous sommes dans cette tâche là. Parmi les diverses analyses qui sont sorties, nous recommendons celle du prisonnier politique des GRAPO: Marcos MARTÍN PONCE et celle du prisonnier politique du PCE(r) : Juan Martín LUNA (1)

 

5.- Que nous dites-vous des autodénommé(e)s communistes, anticapitalistes, etc… pour lesquel(le)s les prisonnier(ère)s politiques n'existent pas ?

Et bien, ils/elles ne méritent pas de tels qualificatifs. Diverger c'est une chose, y compris avec force, avec la Ligne politique des Prisonnier(ère)s Politiques Révolutionnaires (ce n'est pas notre cas) mais leur refuser la Solidarité : il s'agit d'autre chose...

NOTE. (1) Juan Martín LUNA : assassiné à l'âge de 29 ans le 5 décembre 1982, à Barcelona, par la Police du PSOE au Gouvernement.

 

(PAGE 8) PROCÈS-FARCES : SECOURS ROUGE INTERNATIONAL !

police(EUROPE) DÉFENDONS LES MILITANT(E)S DU SRI ATTAQUÉ(E)S EN SUISSE, BELGIQUE, ITALIE ET ESPAGNE! (JUILLET 2011. REVOLUTIONÄRER AUFBAU SCHWEIZ)

C'est connu : le Capitalisme n'a plus rien à offrir sauf l'augmentation des scénarios de Guerre, la diminution de la qualité du travail et de la vie avec une Lutte de Classe intensifiée par le haut. Non seulement, la crise actuelle se propage depuis lontemps dans l'Économie et différents aspects sociaux mais aussi désormais dans la Politique et la Culture où les valeurs traditionnelles des conquêtes progressistes sont retirées jusqu'à n'être plus que Réactionnaires.

Si la spirale de la crise capitaliste tourne, d'une façon plus ou moins différée dans le temps : ce sont aussi les crans de la Machine de Répression qui tournent avec elle, tandis qu'avance la Résistance sur les postes de travail, dans la rue, contre la Destruction environnementale et pour une alternative Révolutionnaire au règne du Capitalisme ! Contre les différentes formes et contenus de la Résistance en général, la Répression réagit au moyen de plusieurs instruments avec d'abord celui qui vise en particulier l'Organisation Révolutionnaire.

«LE PASSAGE DANS LES SALLES DES TRIBUNAUX DEVIENT UNE PARTIE DU PROCESSUS RÉVOLUTIONNAIRE.» (1)

 Un procès aura lieu en septembre 2011 au tribunal pénal de Bellinzone (dans le sud de la Suisse). Après de très longues et très dispendieuses investigations, menées au niveau international, le Parquet Fédéral Suisse a déposé un dossier d'accusation judiciaire contre une Camarade du Revolutionärer Aufbau (Construction Révolutionnaire) de Suisse et de la Commission pour un SRI.

Concrètement, il s'agit d'attentats pyrotechniques contre des installations de l'État espagnol (Consulat Général et bureaux de voyages étrangers), contre des Agences de voyage à l'étranger grecques, "IBERIA" et "EL AL" (tous dans le même batiment: entre autre, en lien avec les Grèves de la Faim des prisonnier(ère)s politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI au cours des années 2002 et 2004), contre le Service d'Intelligence interne à la Suisse (DAP), contre le SECO : Secrétariat d'État pour l'Économie (2) et contre la Police Cantonale de Zurich. Un autre attentat contre le Consulat Général indien à Berne n'est pour le moment plus mentionné dans les actes du dossier judiciaire.

Les attentats portaient tous la signature “POUR UNE PERSPECTIVE RÉVOLUTIONNAIRE”. Avec ce slogan, depuis 1997, beaucoup d'attentats contre l'État, le Capital, les Guerres Impérialistes, les Sommets comme le WEF (World Economic Forum : Forum économique mondial) et la Contre-Révolution sont revendiqués.

Depuis des années, les Services des États italien et suisse tentent d'arrêter la Camarade Andi. Elle a déjà été mise en prison, plusieurs fois, pour violation de l'Ordre Public. Sous l'ordre des Services italiens, des perquisitions coordonnées au niveau Internationnal se sont répétées contre elle. La dernière en date du 12 février 2007 est liée à la vague d'arrestations contre le Projet Révolutionnaire du PCp-m en Italie (Parti Communiste politico-militaire).

Jusqu'à aujourd'hui, le dossier judiciaire italien ouvert à ce moment-là «pour participation à une association terroriste» n'a toujours pas été officiellement fermé. Aussi le Parquet Judiciaire belge s'est aussi interessé à Andi, quand 4 Camarades du SRI de Belgique ont été arrêtés le 5 juin 2008 pour soutien à une association terroriste (encore le PCp-m !). Ces 2 commissions rogatoires internationales n'apparaissent pas en tant que chefs d'accusation dans le Procès à venir mais leurs Actes sont mis en pièce-jointe aux nombreux classeurs du Procès. Il est typique de la Contre-Révolution préventive Suisse que l'Accusation évite le concept "d'Association Terroriste" ou de "Subversion". Expédient par lequel celle-ci croit contourner la question de l'Ennemi politique interne à son propre pays.

Tarjeta155 (12)COMPORTEMENT DE LA CONTRE-RÉVOLUTION.

Celle-ci fait une distinction claire entre les chefs d'accusation concrets et “la suggestion”, telle que la réalise justement l'Introduction des procédés italiens et belges dans le Dossier d'Accusation principal. Dans le même objectif, la Contre-Révolution préventive Suisse essaye de l'obtenir au moyen d'allusions claires ou cachées relatives à l'Anarchisme et aux anarchistes arrêté(e)s et détenu(e)s en Suisse pour une tentative d'attentat à la dynamite contre le nouveau Laboratoire de Recherche sur les nanotechnologies IBM de Rüschlikon et avec des colis piegés contre le lobby nucleaire qui ont explosé en Suisse. Dans ce contexte, la Contre-Révolution continue à faire des allusions pour suggérer un lien direct ou indirect avec le Procès contre la Camarade Andi du Aufbau et du SRI.  

LES ATTAQUES INTERNATIONALES (EN PARTIE COORDONNÉES COMME CELLES QUI ONT COURS EN BELGIQUE, SUISSE ET ITALIE) ONT EN COMMUN : LA CRIMINALISATION DE MILITANT(E)S, ELLES VEULENT FRAPPER LA CONSTRUCTION DE LA SOLIDARITÉ INTERNATIONALE DE CLASSE TOUT COMME LES PROJETS POLITIQUES CONCRETS, DANS LES PAYS EUX-MÊMES.

Vraiment dans le sens de Mao TSE TUNG : «Si l'ennemi nous combat, alors c'est un bien parce que c'est la preuve qu'on a tracé une claire ligne de division entre nous et l'ennemi. Si l'ennemi nous affronte avec énergie, nous peint avec les couleurs les plus louches et ne fait rien valoir de nous, encore mieux; parce que cela témoigne que nous avons non seulement tracé une ligne nette de division entre nous et l'ennemi, mais que notre travail a aussi du succès (3)».

Et enfin la citation du Collectif des prisonniers politiques italiens Aurora : «On prendra la balle au vol et on tentera de faire du passage par les salles des Tribunaux une petite contribution au Processus Révolutionnaire».

NOTES. (1) Citation du Collectif des prisonniers politiques italiens "Aurora"

(2) Centre de Compétence de la Fédération relatif à toutes les questions économiques centrales

(3) Extrait de "Si l'ennemi nous combat, ceci est un bien et pas un mal" (26 Mai 1939).

 

 

camaradaAPPEL. NOUS AVONS BESOIN D’UN NOUVEAU SECOURS ROUGE INTERNATIONAL !

(C.C. DU PCE(r) AOÛT 2001."RESISTENCIA", Nº 55, SEPTEMBRE 2001)

"En Turquie, l’armée donne l’assaut aux prisons, brûlant vifs ou tirant sur plus de 30 prisonnier-ère-s politiques (1); des dizaines d’entre eux/elles et leurs familles sont déjà mort(e)s au cours d’une très longue Grève de la Faim pour protester contre l’action sauvage et criminelle du Régime Fasciste turc. En Espagne, des centaines de prisonnier(ère)s politiques sont dispersé(e)s et isolé(e)s, et en Euskal Herria se pratique un État d’exception à peine masqué.

La France remplit ses prisons de Communistes et de Révolutionnaires de toutes les parties du monde; l’arrestation et l’emprisonnement de notre Secrétaire général, Manuel Pérez Martínez "Arenas", et d’autres militant(e)s de notre Parti et des Organisations de Guérilla : GRAPO et ETA, nous rappelle la Collaboration du Régime de Vichy avec les occupants nazis.

Le Parlement de l’Union Européenne approuve continuellement de nouvelles Lois de Répression Politique plus étendues, il renforce les Appareils policiers et judiciaires avec une compétence élargie à tout le territoire européen. Comme dans les temps qui précédèrent la Seconde Guerre Mondiale, quand la crise économique les tenaillait et qu’ils devaient la faire supporter à leurs propres travailleur(euse)s : les États Capitalistes ont besoin d’écraser le Mouvement Ouvrier et Populaire et ses Organisations d’avant-garde; un Mouvement qui recommence à bourgeonner et qui cherche à s’organiser pour faire face à l’Assaut du Capitalisme -en crise- contre ses Droits politiques et le Droit du travail.

masseAujourd’hui comme hier, les Impérialistes, toujours plus concentrés sur leurs querelles pour un nouveau Partage du Monde serrent les rangs et s’entraident dans la lutte contre les Communistes et les Révolutionnaires; en même temps, les Impérialistes "nettoient" leur propre maison pour mieux se lancer dans la Grande Boucherie.

Quand la Répression traverse les frontières et se convertit en Axe de la politique des États capitalistes : les Communistes, les Révolutionnaires, les Anti-Impérialistes et Antifascistes du monde entier, nous devons aussi nous organiser à l’échelle Internationale pour y faire Front. En nous basant sur l’expérience de la IIIe Internationale, le PCE(r) propose la création d’un nouveau Secours rouge international capable de dénoncer et de s’opposer à d’aussi vastes plans répressifs, en organisant la Solidarité avec la Résistance au Fascisme et à l’Impérialisme: un Secours rouge lié étroitement au Mouvement Révolutionnaire de la Classe ouvrière et inscrit dans un Mouvement général de Lutte pour la Défense et la Récupération de tous les Droits et Libertés démocratiques.

Cette proposition du PCE(r) a ses racines dans l’Histoire du Mouvement Communiste et Antifasciste international. Né au début des années 20, à l’initiative de l’Internationale Communiste, le Secours Rouge International a atteint un grand développement dans les principaux pays du monde, excellant dans l’appui politique, juridique et économique auprès de toutes les victimes de la Répression. En Espagne, il joua un rôle fondamental sur ce terrain: après l’Insurrection des Asturies de 1934, pendant et après la Guerre de Résistance Antifasciste de 1936-39.

Dans les années 70, le Secours Rouge réapparut dans notre pays en liaison avec le processus de reconstruction du Parti; il édita son propre bulletin "Solidarité" et compta parmi ses collaborateur(trice)s des médecins et infirmières, avocat(e)s et beaucoup d’autres intellectuel(le)s et artistes, en plus des parents et ami(e)s des victimes de la Répression. Comme d’autres Organisations Antifascistes, le SRI a subit une dure Répression durant la Transition "démocratique" [dans l'État espagnol].

presoAujourd’hui, remettre sur pied cette Organisation Antirépressive de Solidarité Internationaliste devient une nécessité urgente qui n’est pas ressentie seulement dans notre pays. En sont la preuve, les tentatives de diverses organisations, comme la TAYAD turque, le Collectif pour un Secours Rouge en France, ou nos propres AFAPP (Association des Ami(e)s des Prisonnier(ère)s politiques), pour coordonner la Solidarité Internationale avec les prisonnier(ère)s et victimes politiques et organiser des actions conjointes. Le Premier Mai 2001 à Paris a été un magnifique exemple de cette collaboration.

Dans ce contexte d’Internationalisation progressive de la Résistance et de la Solidarité, le PCE(r) a impulsé l’édition de la revue "Solidarité". À notre avis, cette publication devrait être une plateforme publique de dénonciation et d’organisation pour ce Secours Rouge International que nous défendons. Elle doit couvrir tous les cas de Répression où qu’ils se produisent; compter parmi ses rédacteur(trice)s et collaborateur(trice)s les membres d’autres Organisations Antirépressives, en particulier, servir de porte-voix aux prisonnier(ère)s politiques eux/elles-mêmes quelle que soit leur nationalité. Comme n’importe quel autre projet qui se met en marche nous pouvons dire qu’il y a presque tout à faire; nos idées ne sont que des propositions lancées au Mouvement Révolutionnaire et Antirépressif International et ouvertes à tout type de modifications qui aident à avancer dans la direction d’une plus grande intégration et unité du dit Mouvement. (...)

Notre Parti ne va pas mesurer ses efforts pour impulser la construction du Secours Rouge International; nous pensons que c’est le chemin et qu’il n’existe pas d’autres voies pour faire front à la grande vague de Fascisme, de terreur et de misère qui nous arrive dessus. Nous lançons un appel pour que d’autres Partis et organisations et tous/tes les Démocrates et Antifascistes, en général, fassent leur cette position véritablement Internationaliste et Solidaire et y participent activement. Il dépend de nous tous/tes et non d’un seul groupe ou Parti que cela devienne une réalité; selon notre secrétaire général, emprisonné en France: «Renforcer et étendre cette Organisation, faire que la connaissent et participent à ses activités le plus grand nombre possible de collectifs d’ouvrier(ère)s, de femmes, de jeunes et autres démocrates qui sont disposé(e)s à apporter leur contribution, stimuler des formes actives, véritablement militantes, la Solidarité avec les prisonnier(ère)s Antifascistes, Anti-Impérialistes et Révolutionnaires de tous les pays jusqu’à en faire un puissant Mouvement International tel est le défi, telle est la voie qui est maintenant ouverte»".

NOTE. (1) Turcs et Kurdes.

SOLIDARITÉ N°2 "SEPTEMBRE 2011"

(Cliquer pour y accéder)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

DYNAMIQUE DE BAIONA

jpg-SR BAIONA-okPLUS D'INFOS (cliquer)

SOLIDARITÉ PCE(r), GRAPO ET SRI!

 AMNISTIE TOTALE !!!

SANS CONDITIONS !

AMNISTIA TOTALE

2013 : ADRESSES

COLLECTIF DES PRESXS DU PCE(r), GRAPO ET SRI

(2013) PRESXS-adresses

ENCORE 1 PROCÈS-FARCE !!!

PROCES FARCE 13.09.2012 (arenas)-azkPROCES FARCE 13.09.2012 (victoria)-azkMADRID, LE 13 SEPT 2012 :

PITOYABLE TRAGI-COMÉDIE !!!

Audios du dernier Procès-Farce contre "Arenas" et Victoria Gómez. Il n'y a rien de mieux pour rompre la Guerre Sale déployée contre le PCE(r) qui tente de le relier au faux amalgame criminalisateur : PCE(r)-GRAPO... que d'écouter leurs propre paroles. Quand "Arenas" parle sur la politique la Juge l'interrompt et l'expulse. L'avocat de la Défense rompt avec des données tranchantes et sans appel les inventions mises dans les Dossiers judiciaires pour impliquer "Arenas" dans les GRAPO.

  NI OUBLI, NI PARDON !

ABELARDOLIBERTÉ POUR LE COLLECTIF

DES PRESXS POLITIQUES

DU PCE(r), DES GRAPO ET DU SRI

DONT LE CAMARADE ARENAS!

camarade ARENAS

République Populaire

CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ AVEC LES PRESXS MALADES

PRESXS MALADESPLUS D'INFOS (cliquer)

7 PRES@S DU COLLECTIF DES COMMUNISTES, ANTIFASCISTES ET SOLIDAIRES DU PCE(R), DES GRAPO ET DU SRI ONT DE GRAVES MALADIES INCURABLES ET ILS/ELLES SONT SÉQUESTRÉ/ES DE FACTO. NOUS EXIGEONS LEUR MISE EN LIBERTÉ IMMÉDIATE!

1-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE-azk

MONTRE  TA SOLIDARITÉ !

IMPRIME LA CARTE ET ENVOIE-LA !

COPIE-LA ET FAIS-LA CIRCULER !

1bis-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE

12-Enrike KUADRA ETXEANDIA-GRAPO

Enrique KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique des GRAPO. Né à Barakaldo (Bizkaia, Pays Basque) le 9 juin 1950. Militant des GRAPO et Historique militant du PCE(r), âgé de 62 ans. En prison 2 fois (22 ans au total). Sauvagement torturé. Mis une nouvelle fois en prison en 1995 : il est devenu gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Daroca (Zaragoza). Opéré d'un cancer à la prostate. Prisión de Daroca Ctra. Nombrevilla 50360 Daroca (Zaragoza)

1-Manuel PEREZ MARTINEZ-PCE(r)-fr

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, prisonnier politique du PCE(r). Né à Melilla le 1er novembre 1944. Secrétaire Général du PCE(r), âgé de 68 ans. En prison 3 fois (19 ans au total). Toujours en situation d'Isolement extrême. Mis une nouvelle fois en prison 2000 : il est devenu un malade chronique. Actuellement, il se trouve dans la Prison de Castellón II. Il souffre de graves problèmes occulaires, de cataractes, migraine chronique, de rhumes continuels qui le maintiennent prostré, d'une hernie du hiatus et de plusieurs maux associés. Prisión de C.P. Castellón II 12140 Albocasser 

11-MARIA JOSE BAÑOS-GRAPO-fr

María José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO. Née dans le Sud-Est de l'État français le 11 novembre 1964. Militante des GRAPO âgée de 48 ans. 18 ans en prison. Mise en prison en 2002 : elle est devenue encore plus gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Valencia II. Foie dans un très mauvais état. VIH. Elle a besoin d'une déviation coronaire. Fortement médicalisée. Prisión de Picassent-Valencia II - a.c. 1002, 46225 PICASSENT (Valencia).

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)

Manuel ARANGO RIEGO, prisonnier politique du PCE(r). Né à Villaseca de Laciana (León) le 12 décembre 1948. Historique militant du PCE(r), âgé de 64 ans. Il a été plus de 20 ans en clandestinité après avoir été détenu et incarcéré à de nombreuses occasions et blessé par les tirs de la Police lors de l'une d'entre elles. Mis en prison une nouvelle fois en 2007 : il est devenu gravement malade. Il est actuellement dans la Prison de Zuera (Zagazoza). Dans cette prison, il manque de physiothérapeute et de plusieurs médicaments dont il a besoin. Il a une sciatique chronique qui l'oblige à marcher en étant aidé; arthrose générale; hépatite chronique avec perte de masse hépatique. Ulcère duodénal chronique car il a été emputé de l'intestin grêle. Hypermédicalisé. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza).

2-ISABEL APARICIO-PCE(r)-fr

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, prisonnière politique du PCE(r). Née à Madrid le 2 février 1954. Militante du PCE(r), âgée de 58 ans. En prison 2 fois (9 ans au total). Incarcérée en 2007 : elle est devenue gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Zuera (Zaragoza). Arthrose générale, ostéoporose, hernies lombaires et discales, sinusite chronique, elle a besoin de plusieurs opérations. Récemment opérée de cataractes aux 2 yeux. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza). 

21-Paco CELA SOANE-PCE(r)Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r). Né à Verin (Ourense) le 29 octobre 1958. Militant du PCE(r), âgée de 56 ans. En prison depuis 26 ans, en 3 fois. Incarcéré en 2007: il est gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Picassent (Valencia). Diabète très problématique. Jusqu'en novembre 2010, il a eu besoin de 5 injections d'insuline par jour. Prisión de Picassent -Valencia II. ac 1002. 46225 PICASSENT (Valencia).

4-Résister c'est vaincre-fr3-adosB

HOMMAGES DÉC 2014

NI OUBLI,NI PARDON! 

xc-29 AOUT 2013 VIGO

BIOGRAPHIE (Lire) 

au-(05.12.1982)-JUAN MARTIN LUNA-PCE(r)NI OUBLI,NI PARDON!

ACTE DE SOLIDARITÉ

ÉLECTIONS BOURGEOISES :

BOYCOTT !!!

LA LUTTE EST DANS LA RUE PAS AU PARLEMENT-2

Lutte et organise-toi avec le SRI ! A l'école, université, usine, entreprise, quartier : partout tu peux Lutter pour abolir le Capitalisme et l'Exploitation de Classe en oeuvrant pour  LA RÉVOLUTION SOCIALISTE afin d'abolir définitivement toute Classe et Exploitation par LE COMMUNISME ! ET N'OUBLIE PAS LA SOLIDARITÉ AVEC LES ANTIFASCISTES ET COMMUNISTES EN PRISON : DEDANS ET DEHORS FACE A LA RÉPRESSION   !

  

  PREKARIOEN GAUA

CONTRE L'EXPLOITATION

Pour l'Unité des prolétaires

jpeg-xuria-KARTELA 08.12.2012-azk

  SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2012

(à partir de 18h.  23bis Rue des Tonneliers. BAYONNE)

(plus d'infos) et Gadafiste Brothers

PHOTOS DE LA SOIRÉE

jpeg-IMP+WEB-rouge-AFFICHE NUIT DES PRECAIRES-BAIPRESOAK KALERA !

PRESOAK ETXERAT !

PRESOAK KALERA

SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012 (BAIONA)

(15h30. Place des Basques)

Manifestation pour la liberté

des prisonnier-ère-s politiques basques

  Aux personnes qui ont Lutté

et qui Luttent contre le Fascisme...

LUCHA ANTIFA

VENDREDI 9 NOVEMBRE 2012

(18h30. Place Louis XIV. ST-JEAN-DE-LUZ)

JOURNÉE INTERNATIONALE : NUIT DE CRISTAL

Rassemblement contre le Fascisme : sexisme,

discriminations et racisme... (plus d'infos)

(9 NOV) KRISTALL NACHT 1938-2012-azk

  ZYED ET BOUNA

NI OUBLI, NI PARDON !

Zyed et BounaLUTTE CONTRE LE NON-LIEU ! (plus d'infos)

 

 

presosenferGrève de la Faim de Solidarité avec Iosu 

Dans les États français et espagnol : plus de 250 prisonnier(ère)s politiques sont en Lutte ouverte avec des Grèves de la Faim, refus des conditions de détention, protestations...

Le prisonnier politique des GRAPO : Enrike Kuadra Etxeandia s’est mis en Grève de la Faim illimitée en Solidarité avec la Grève de la Faim de Iosu Uribetxeberria Bolinaga, un prisonnier politique basque gravement malade en phase terminale dans la prison de Daroca à Zaragoza. Une Grève de la Faim de Solidarité a aussi été commencée par les militants des GRAPO : Nacho Varela Gómez (prison de Puerto I) et Marcos Martín Ponce (prison de Morón de la Frontera, Sevilla). Les autres prisonnier(êre)s du Collectif des prisonnier(ère)s poltiques du PCE(r), GRAPO et SRI informé(e)s rejoignent aussi cette Grève...

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIER(ERE)S POLITIQUES !!!

Si l'Etat espagnol a concédé la "Liberté" conditionnelle à Iosu : celle-ci n'est toujours pas effective. En Italie et depuis le Secours Rouge International : des messages et des cartes de dénonciation de cette situation sont envoyées au Ministre de l'Intérieur  de l'État espagnol à Madrid.

Appel du Comité pour un SRI (Italie) : L'Etat espagnol laisse mourir en prison un prisonnier politique malade en phase terminale. Iosu Uribetxeberria Bolinaga est atteint d'un cancer maintenant en phase terminale. Selon les médecins de la prison elle-même, il ne dispose que d'une chance de 10% de vivre encore une autre année. Néanmoins, les "Autorités" refusent de lui concéder la Liberté et désormais 7 autres personnes de plus sont en prison car elles ont participé à une Marche de Solidarité pour Iosu lequel est incarcéré suite à l'accusation d'avoir tué un employé de la prison... Dans les Etats espagnols, français et turc : plus de 500 personnes sont en Grève de la Faim pour réclamer la liberté de ce prisonnier politique gravement malade. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques Antifascistes espagnol(e)s (1) souscrit à cette grève illimitée. Quiconque veut se solidariser avec Iosu peut envoyer une carte ou un télégramme au Ministre de l'Intérieur de l'État espagnol. Pour le texte il suffit de mettre : «NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ IMMÉDIATE DE Iosu Uribetxeberria Bolinaga» (N'oubliez de mettre la signature et le nom de l'expéditeur/trice !)" (1) PCE(r), GRAPO et SRI

IOSU ASKATULeçon de dessin. (Nizar Qabbani, poète syrien) Mon enfant pose en face de moi sa boîte de peintures et il me demande de lui dessiner un oiseau. Je trempe le pinceau dans la couleur grise et je dessine un carré avec des fermetures et des barreaux. Ses yeux se remplissent d’obscurité : “Mais... c’est une prison, papa ! Tu ne sais pas dessiner un oiseau ? Et je lui dis : “Mon enfant, pardonne-moi... J’ai oublié la forme des oiseaux.” Mon enfant pose alors en face de moi son carnet de dessin et il me demande de lui dessiner un épis de blé. Je prend la plume et je dessine une arme à feu. Mon enfant se moque de mon ignorance et il s’exclame : “Papa ! Tu ne connais pas la différence entre un épis de blé et une arme à feu ?“. Je lui dis : “Mon enfant, oui j’ai connu les formes des épis de blé, celle de la miche de pain, celle de la rose mais dans cette époque très dure que nous vivons actuellement les arbres de la forêt se sont unis à la Résistance pour Lutter.(…)”

Dessin d'AURORA(Juin 2012)(Juin 2012) Dessin d'Aurora Cayetano 

prisonnière politique du PCE(r) en Prison

  

  

(gorria)Résistance-1

(TOULOUSE) : PROCES-FARCE ! Face à la Répression de l'Etat français Solidarité avec le CREA (OKUPA) RÉSISTER C'EST VAINCRE ! (plus d'infos) SOLIDARITÉ !

21 JUIN 2012

JEUDI 21 JUIN 2012 (PARIS) (19H) RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRISON DE LA SANTÉ Concert de dénonciation contre la Terreur d'État Plus d'infos (cliquer)

 

lamine-diengmanifestation-lamine-dieng-2011-avenue-gambettaNI OUBLI ! NI PARDON ! lamIne dieng, Un ouvrier assassinÉ par la Police de l'État français MARCHE COMMÉMORATIVE À PARIS (14h) Samedi 16 Juin 2012 (Plus d'infos)

vérité et justice pour ali ziri-2NI OUBLI ! NI PARDON ! ALI ZIRI, Un ouvrier assassinÉ le 9 Juin 2009 par la Police de l'État français Rassemblement À Argenteuil (14h30) Samedi 9 Juin 2012 (Plus d'infos)

LIBERTÉ POUR DENIZ

VENDREDI 25 MAI 2012 (NUREMBERG, ALLEMAGNE)15H RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CONTRE LE PROCES-FARCE DE DENIZ : UN ANTIFASCISTE (plus d'infos)

 

jpeg-A3 AFFICHE 19-20 MAI 2012-azk

OU SONT-ILS ? OU SONT-ELLES ? CONTRE LA TERREUR D'ETAT SEMAINE CONTRE LES DISPARITIONS POLITIQUES (17-31 MAI 2012)  

Organisée par l'ICAD-Section française PLUS D'INFOS (cliquer)

euskal presoak euskal herriraJEUDI 31 MAI 2012 (devant la mairie de BAIONA) Jour du Procès en appel à Paris (19 H) RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC JON KEPA PAROT prisonnier politique basque d'ETA PRIS EN OTAGE PAR L'ÉTAT FRANCAIS DEPUIS 23 ANS

jpeg-(09.05.1976) ULRIKE MEINHOFazkPlus d'infos (en cours rédaction)

IBAI ASKTATU-1

IBAI ASKTATU-2 IBAI ASKATU ! GUK ZUREKIN ! LIBERTÉ POUR IBAI PEÑA BALANZATEGUI ! ON EST AVEC TOI ! EUROAGINDUEI EZ !  Plus d'infos  et Lutte Antifasciste  (Originaire de Gasteiz et réfugié politique à Baiona.Transféré en Juin 2012 de la prison de Seysses dans l'État français à celle de Soto del Real dans l'État espagnol) Pour lui écrire : IBAI PEÑA BALANZATEGUI - MADRID-V SOTO DEL REAL CENTRO PENITENCIARIO - CARRETERA COMARCAL 611 - 28.791 SOTO DEL REAL (MADRID) ESPAÑA.

 

 

 

HOMMAGE A LA CAMARADE YASEMIN DU MLKP

Yasemin Yoldas-3

La "Camarade Yasemin" du MLKP est morte le 9 février 2012

en luttant contre l'Etat turc fasciste

pour la révolution socialiste et le Communisme

en Turquie et au Kurdistan

PLUS D'INFOS (cliquer)

HOMMAGE, GRÈVE DE LA FAIM ET DÉTENTION

SOLIDARITÉ AVEC MANUEL ARANGO RIEGO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

LE 19 OCTOBRE 2011

FIN DE LA PROTESTATION AVEC

GRÈVE DE LA FAIM

DEPUIS LE 16 SEPTEMBRE 2011

CONTRE LE DÉNI DE LA CONDITION DE PRISONNIER/ÈRE POLITIQUE ET DE MILITANCE

MIS EN OEUVRE PAR L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE ET L'ÉTAT ESPAGNOL

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)-castLA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME ! ÉCRIS-LUI !

Prision de C.P. Madrid VI - Aranjuez

C.P. Madrid VI 28300 Aranjuez (Madrid)

02.10.11-im1(lettre interceptée)

  11 OCTOBRE 2011 (BAIONA). DIFFUSION DE 300 TRACTS SRI* À DES PROLÉTAIRES DURANT UNE MANIFESTATION NATIONALE DANS L'ÉTAT FRANÇAIS CONTRE LA PRÉCARITÉ.

* En Solidarité avec la Grève de la Faim du Camarade Manuel Arango Riego, Prisonnier Politique du PCE(r) et pour rappeler l'existence de la Lutte dans les prisons du Collectif des presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI.

BLOG(Manif 10oct2011)TRACT SRI-jpeg DÉTENTION ET MISE EN "LIBERTÉ" AVEC CHARGES

DE PABLO HASÉL, RAPPEUR DE 22 ANS 

LIBERTÉ POUR CE CAMARADE SOLIDAIRE ET COMBATIF!

pablo Liberté !LIBERTÉ IMMÉDIATE DE PABLO HASÉL !

Il est Communiste, les terroristes c'est vous.

SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASÉL !

-COMMUNIQUÉ DE PABLO HASÉL

ET CAMPAGNE DE SOUTIEN

logo-radio-clash

RADIO CLASH DE LIMOGES

-Émission du 4 octobre 2011

-Émission du 11 octobre 2011

-Emission du 18 octobre 2011