Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 07:00

(18 JUILLET 2011) RETOUR AUX ORIGINES:

BUNKERISATION DU FASCISME

partie 3/3

 

ETOILE18-(LUTTE DE CLASSE-INTERNATIONALISME) L'expérience Historique du Socialisme (13.12.2009. Juan Manuel Olarieta Alberdi, avocat, écrivain, ex-prisonnier politique du SRI en liberté conditionnelle)

"Depuis 20 ans, la chute du mur de Berlin est utilisée par la bourgeoisie et les médias à son service pour donner l'impression que le Socialisme a existé mais que désormais il n'existe plus qu'il ne reviendra jamais plus à l'existence. Ainsi, le Socialisme serait une expérience passée du 20ème siècle et non pas de futur, du siècle présent parce qu'en plus il aurait été une expérience négative bien qu'il ne disent pas pour qui elle a été négative.

Et bien, il s'agit de donner pour achevée une partie de l'Histoire ou, autrement dit, de la présenter ainsi: comme une expérimentation. Ils/elles ont tenté, essayé mais échoué. De cette manière, le Socialisme est relié aux pays socialistes; la chute des pays socialistes serait la chute elle-même du Socialisme.

Le point final de cette manipulation c'est d'éliminer le Socialisme de l'Histoire comme s'il n'avait jamais existé, de l'effacer de la Mémoire collective du prolétariat. Naturellement, comme cela n'est pas possible, quand il ne reste plus d'autre remède que d'en parler, il faut le présenter d'une autre façon: comme une expérience négative, un échec social ou peut-être pire, une forme de barbarie.

Ici, la bourgeoisie est aidé par une Légion de collaborationnistes des plus divers pelages: Capitalisme bureaucratique, goulag, culte à la personnalité, etc. La consigne de ces collaborationnistes est celle-ci: nous aussi, nous sommes socialistes et nous voulons une société sans Classes mais nous ne "confondons" pas le Socialisme avec l'URSS. Ils/elles reviennent au socialisme impossible, irreconnaissable, une abstraction vide de toute signification historique qui ne prend pas en compte les conquêtes du prolétariat, en commençant par la Commune de Paris. En effet, le Socialisme est quelque chose de bien concret: il a existé, dedans et au dehors des pays qui l'ont construit. Les nombreux succès du Socialisme sont historiques, autrement dit, ils ont conditionné le devenir de l'Humanité d'une façon telle que les Capitalistes ne peuvent pas ni ne pourront jamais en finir avec eux même en s'employant de toute leur force à faire marche arrière. Il est certain que la bourgeoisie a liquidé de nombreuses conquêtes sociales: la stabilité du travail, etc., en profitant de la chute du Socialisme et de la confusion qu'elle a semée au sein du Mouvement Ouvrier International.

Mais elle ne les a pas toutes liquidées, loin de là. C'est pourquoi je dis que le Socialisme a été, il est et il sera un phénomène à l'impact historique lequel s'identifie d'une part avec les pays qui l'ont construit et d'autre part, il traverse et atteint l'Histoire d'une manière définitive. Ce fait est un reflet du poids historique acquis par la Classe ouvrière dans le monde entier. La Paix entre les nations, le Droit à l'Autodétermination sont des exemples de cela; l'éducation universelle, les soins sanitaires en sont d'autres.

L'impact historique du Socialisme est d'une telle ampleur que le futur calendrier commencera à compter à partir du 7 novembre 1917 et non pas depuis la naissance de Jésus-Christ. La Révolution Française l'a déjà tenté, sans le réussir. La Révolution d'Octobre a inauguré une nouvelle époque pour toute l'Humanité. Et je le dis bien: non pas pour les Communistes, ni même pour les travailleur-euse-s mais sinon pour toute l'Humanité parce que le Futur de l'Humanité est dans la Classe ouvrière.

La question-clé c'est: qu'est-ce-que le Socialisme? Qu'appelons-nous Socialisme? Et plus concrètement, je demanderais: avec quoi identifions-nous le Socialisme? Le Socialisme est-il un rêve? Mieux dit: le Socialisme continue-t-il à être un rêve? Une utopie, autrement-dit quelque chose d'inatteignable? Pour ma part, personnellement, je n'aime pas les choses inatteignables, je ne perds pas mon temps à penser à quelque chose qui n'a jamais existé et qui ne peut pas exister. Non seulement, le Socialisme n'est pas un rêve, sinon qu'il s'est construit dans plusieurs pays. Par conséquent, il est quelque chose d'atteignable et nous savons -depuis déjà pas mal de temps- que les voies qui conduisent jusque-là –les processus, les parcours et les étapes sont chacune des faits comme cela a été démontré. C'est cela le problème de la bourgeoisie: depuis 1917, le Socialisme a cessé d'être une utopie pour devenir une réalité. Dès lors, ils/elles doivent manipuler cette expérience, cette Mémoire Historique pour la défigurer.

LIBERTADQue nous ont montré les pays qui ont construit le Socialisme? Qu'a été le Socialisme dans le passé et que sera-t-il dans le futur?

C'est un point sur lequel certain-e-s Marxistes deviennent solennel-le-s et ils/elles commencent à balancer une série de concepts embrouillés qui ne sont pas faciles à comprendre: nationalisation des moyens de production, planification, etc. D'autres offrent des graphiques du succès du Socialisme, les impressionnants rythmes de croissance économiques, etc.

Tout cela est très bien mais j'ai une autre opinion: les ouvrier-ère-s ne sacrifient pas leurs vies dans une Révolution pour planifier l'économie ni pour atteindre des succès spectaculaires dans les indices de production industrielle. Oui, je pense que cela c'est le Socialisme mais ce n'est pas tout le Socialisme et je pense même que cela n'est pas le plus important du Socialisme. Je pense que nous confondons les objectifs avec les moyens. Allons plus loin, si l'on me demande -et je crois pour quiconque- de réaliser un effort aussi terrible que l'est une Révolution Socialiste pour réussir ces choses-là, je resterais chez moi.

Là, il y a plus qu'une gigantesque erreur de la part de ces Marxistes: il y a une grande contradiction. Elle consiste en la chose suivante: les Marxistes se remplissent la bouche avec les mot "mobilisation", "mobiliser" et "mouvement". Ces mots viennent du latin "motu" mais de celui-ci dérivent d'autres mots comme "motivation", "émotion" ou "commotion". C'est la motivation qui mobilise. Cependant, beaucoup de Marxistes ont cru qu'ils/elles pouvaient mobiliser en faisant appel aux indices de production industrielle ou d'autres argumentations abstraites.

Ils/elles se trompent beaucoup. Mais vraiment beaucoup...

Les êtres humains, tout les êtres humains, nous luttons pour quelque chose que le Capitalisme ne nous a pas donné et ne nous donnera jamais: le bonheur. C'est cela qui nous motive, c'est cela qui nous plaît et, par conséquent c'est ce qui nous meut et nous émeut.

Non seulement nous voulons être heureux/ses mais aussi nous assumons que le bonheur est indivisible, autrement dit, qu'il est difficile que quelqu'un/e soit heureux/se si ceux/celles qui l'entourent ne le sont pas: le bonheur est indivisible et la l'infélicité est contagieuse.

Il suffit de lire les informations pour savoir que l'infélicité s'accélère dans les actuelles sociétés capitalistes. N'importe quel indice sociologique suffirait pour le prouver. Par exemple, les suicides sont en augmentation surtout dans les sociétés les plus développées; autrement dit, à mesure qu'avance le Capitalisme: l'infélicité s'accroît. Quand le Capitalisme veut apporter le développement aux pays les plus reculés, il apporte aussi l'infélicité et les indices de suicide explosent. C'est ce qui arrive actuellement en Inde avec les paysan-ne-s, on pourrait donner une montagne d'exemple comme ceux-ci.

Par conséquent, le Socialisme est la seule chose qui permet aux être humains d'être heureux/ses. La Révolution n'est pas autre chose que le fait de comprendre que pour être heureux/ses, il faut édifier une société socialiste. Donc la félicité n'est pas une utopie parce que le Socialisme ne l'est pas et il est démontré que dans chacune des étapes nécessaires pour être heureux/ses, ils sont accessibles.

21-SOCIALISMERegardons.

Il suffit de demander à quiconque dans une station d'autobus pour savoir que nous ne sommes pas heureux/se parce qu'une série de conditionnements nous en empêche aujourd'hui tout comme en étaient empêchés les russes en 1917 ou les chinois-e-s en 1949 ou les cubain-e-s en 1959. Quels sont ces conditionnements? Les plus basiques, les plus élémentaires, ceux qui s'oublient avec tellement de facilité.

Ici, nous avons le premier pilier du Socialisme: le Socialisme consiste à demander aux ouvrier-ère-s, à ceux/celles qui sont les plus exploité-e-s, aux plus humbles et aux plus pauvres: de quoi as-tu besoin? Je ne parle même pas en terme de Classe sinon que je demande un-e à un-e, dans les usines, dans les files d'attente du bureau pour l'emploi, dans les quartiers détériorés et marginaux, aux entrées des blocs d'habitations: de quoi as-tu besoin? Qu'est-ce que je peux faire pour toi?

C'est compréhensible cela? Car si c'est compréhensible -et cela semble facile à comprendre- nous avons là le Socialisme en action, de telle sorte que si cela n'existe pas, si l'on ne demande pas aux travailleur-euse-s ce dont ils/elles ont besoin, nous ne verrons le Socialisme nulle part parce que le Socialisme satisfait leurs nécessités de types très divers et qui sont très variées: pain, paix, travail, terre...

Satisfaire ces nécessités ne sont pas un rêve ni une utopie: c'est faisable. Si la nécessité c'est de manger, il y en a pour tous-tes, pour tout le monde; si la nécessité c'est de se vêtir, il y en a pour tous-tes; si c'est le logement, il y en a pour tous-tes; si c'est l'éducation, il y en a pour tous-tes; si c'est du travail, il y en a pour tous-tes, si c'est la santé, il y en a pour tous-tes... Dans le monde, il y en a pour tous-tes et en surplus. Ainsi commence le Socialisme: là où s'achève le Capitalisme lequel n'a pas été capable de satisfaire aucune des nécessités tout au long de son Histoire; et dans le futur, il n'en sera pas capable non plus.

Mais cela ne suffit pas, d'autant moins par un détail important: parce que nous avons dit que la félicité est collective ou bien elle n'est rien; parce que nous disons qu'il y a de tout et pour tous-tes et cela aussi est collectif. C'est le second pilier du Socialisme: il ne s'agit pas de donner à quiconque ce dont il/elle manque sinon qu'il/elle s'organise pour l'obtenir, autrement dit, pour que tous-tes réussissent à satisfaire leurs nécessités par eux/elles-mêmes.

Ce qui est collectif n'exige pas seulement de l'organisation sinon de l'auto-organisation comme le disait le thème de la 1ère Internationale où est aussi l'autre des grandes clés: la Libération de la Classe ouvrière sera la tâche de la propre Classe ouvrière, collectivement, j'ajouterais moi: organisée en tant que Classe.

C'est une autre chose qui semble claire mais parfois j'ai l'impression que cela ne l'est pas autant parce que l'auto-organisation du prolétariat en tant que Classe signifie 2 choses: premièrement, la Liberté; l'auto-organisation c'est la Liberté en action, en mouvement; deuxièmement: la formation, la conscience, l'éducation ou comme on voudra l'appeler. MARX le disait d'une façon plus recherchée: il parlait de Classe "en soi" et de Classe "pour soi".

Il n'y a pas de Liberté sans Conscience, ni de Conscience sans Liberté. C'est pourquoi il est logique que la bourgeoisie ne comprenne pas -ou ne veuille pas comprendre- rien de tout cela malgré le fait que cela soit déjà incorporé dans notre langage habituel. Quand nous disons d'une personne qu'elle est une personne consciente à quoi nous référons-nous? À ce qu'elle fasse ce qui lui donne envie? Non. C'est ainsi que l'entend la bourgeoisie. La véritable Liberté c'est tout le contraire. Quand quelqu'un-e fait ce qui lui donne envie, ce qu'elle aime à chaque moment, il ne s'agit pas d'une personne consciente; au contraire, c'est une personne inconsciente; mais une personne inconsciente n'est pas -ni ne peut être- jamais une personne libre: elle croit seulement qu'elle est libre, elle a une liberté illusoire. La personne véritablement libre est celle qui fait à chaque moment ce qu'elle doit faire, ce qu'elle est obligée de faire parce que sa conscience le lui dicte.

Ce peut sembler être une contradiction mais existe-t-il quelque chose dans la vie qui donne plus de satisfaction que ce que nous appelons "le devoir accomplit"? Quand nous avons accompli avec notre obligation, nous sommes libre de toute responsabilité; c'est alors que nous sommes réellement libres; personne ne peut nous demander autre chose de plus que celle-là.

6-SRINaturellement, je dois insister sur un aspect de ce que j'ai dit: personne ne nous impose le devoir sinon nous-mêmes, non pas le devoir qui nous est étranger parce que quand nous croyons que la conscience étrangère -celle que d'autres nous inculquent- autrement dit que l'idéologie bourgeoisie est la nôtre alors nous ne sommes pas conscient-e-s: comme le disait MARX, nous sommes aliéné-e-s. C'est cela en quoi consiste le fait d'être une Classe "en soi" même et "pour soi" même. L'unique conscience réellement libre est la conscience de Classe.

Je répète la question: existe-t-il quelque chose dans cette vie qui donne plus de satisfaction que cela que nous appelons le "devoir accompli"? La réponse a été donnée par le grand poète russe MAIAKOVSKI: «La Révolution a été une explosion de joie. Autant celle de 1917 que celle du 14 avril 1931. Les révolutions ont apporté le sourire aux humbles, aux exploité-e-s et aux opprimé-e-s. Les ouvrier-ère-s étaient contant-e-s parce qu'ils/elles avaient accompli avec leur devoir de Classe. Tout le reste est la conséquence de cela. Si les indices de production industrielle ont augmenté cela a été par l'enthousiasme des ouvrier-ère-s; si les Nazi-e-s ont mis-e-s en déroute cela a été par l'enthousiasme des soldat-e-s soviétiques».

Au 20ème siècle, les pays socialistes ont été les pays de la Liberté, ceux dans lesquels la Liberté a fleurie, elle s'est développée dans toutes ses dimensions possibles: liberté de réunion, d'expression, d'association, de manifestation... Il n'y a pas de Liberté hors de la Révolution. Les Contrerévolutions se déchaînent pour en finir avec la Liberté et l'enthousiasme des masses opprimées. Par exemple, le Fascisme en Espagne a été et il est, selon les paroles du poète galicien Celso EMILIO FERREIRO, une «longa noite de pedra», un cauchemar obscur.

Si le Socialisme a été aussi aussi excellent et s'il s'identifie avec les pays socialistes, la question est inévitable: pourquoi les pays socialistes sont-ils tombés? Il n'est pas facile de répondre à cette question, ni non plus à d'autres: quand les pays socialistes sont-ils tombés? En 1956? En 1990? Avec le mur de Berlin? Il n'est pas possible que cela ait été un phénomène instantané. Les phénomènes historiques sont des processus, normalement, très dilatés dans le temps.

Pour des raisons de temps, je vais simplement noter quelque raisons que nous pourrons reprendre lors d'un débat ultérieur:

1. La corrélation des forces avec l'Impérialisme a toujours été très défavorable pour les pays socialistes, malgré la victoire de la 2ème Guerre Mondiale. Dans le monde entier, la Classe ouvrière était quantitativement très peu importante, très récente dans certains des pays et elle manquait de la longue expérience qu'elle possède aujourd'hui.

2. L'échec du Socialisme n'a pas un succès militaire. L'Impérialisme a plus réussi avec la paix (coexistence pacifique) qu'avec la Guerre. Le Socialisme n'a pas été vaincu de l'extérieur sinon de l'intérieur dans ses propres files par ceux/celles qui se sont fait passer pour ses authentiques défenseur-e-s: les révisionnistes. Dès lors, le processus de décomposition du Socialisme a commencé en 1956 durant le 20ème Congrès du PCUS [Parti Communiste de l'Union Soviétique].

3. L'ascension des révisionnistes en en 1956 exprimait, d'une part, les doutes, les vacillations et le dégoût souffert par l'URSS durant le long cercle impérialiste et la Guerre et, d'autre part, la puissante influence que l'idéologie bourgeoise maintient encore sur le prolétariat.

4. Sous le Socialisme, la Lutte de Classes continue à exister et cette lutte adopte la forme d'une lutte interne à la Classe ouvrière elle-même et au Parti Communiste lui-même. Par conséquent, les contradictions externes se transforment en internes et la lutte militaire en controverses politiques et idéologiques.

Ce que démontre la chute des pays socialistes c'est que nous nous ne sommes pas à la fin sinon au début d'un processus. Cela n'a fait que commencer. Il est nécessaire de faire attention à cela parce que c'est justement ce qui explique la chute du Socialisme dans toute une série de pays: parce que la Classe ouvrière était au début d'un processus qui a commencé en 1917, autrement dit, parce qu'elle était une Classe très faible en comparaison avec la bourgeoisie, inexperte, qui a seulement réussit à vaincre dans un groupe réduit de pays lesquels étaient en plus eux-mêmes des pays faibles et arriérés sous de nombreux aspects.

C'est ma conclusion: la chute des pays socialistes n'est pas un final sinon le début du Socialisme. Aujourd'hui, c'est le moment où nous sommes en conditions de développer le Socialisme dans le monde entier. Désormais, c'est le moment où nous avons un cumul d'expériences que nous n'avions pas auparavant. Aujourd'hui, c'est le moment où nous devons nous mettre en marche."

 

acabemos con el fascio19-(CAPITALISME) Quelques repères dans la Démocratie Bourgeoise...

19a-(ÉTAT ESPAGNOL) Bénéfices des politiques et des entreprises (31.12.2010. Article d'Ignacio ESCOLAR paru dans le quotidien espagnol "PÚBLICO")

Mesdames et Messieurs: avec vous tous-tes, le fabuleux IBEX 35: TELEFÓNICA: 8.835 millions d'euros de bénéfices dans les 3 premiers trimestres de la néfaste année 2010, 65,6% de plus. BANCO SANTANDER: 6.080 millions d'euros de bénéfices, 9,8% de plus. BBVA: 3.668 millions, 12,2% de plus. IBERDROLA: 2.069 millions, 2% de plus. REPSOL: 1.786 millions, 32,5% de plus. INDITEX: 1.179 millions, 42% de plus… Il y a aussi ceux/celles qui gagnent moins mais la balance globale c'est comme trinquer avec du champagne. Il manque encore de comptabiliser le dernier trimestre de 2010 mais jusqu'en septembre, les entreprise du IBEX 35 ont gagné 38.156 millions d'euros, 16,7% de plus. À ce rythme, quand l'année comptable de 2010 se clôturera, les bénéfices s'approcheront des 50.000 millions d'euros.

Et la crise, où est-elle? Bon, certain-e-s l'auront noté, mais non pas parce qu'ils/elles auraient des pertes sinon parce qu'ils/elles ont empoché un peu moins que d'habitude. En 2006, les 35 de l'IBEX ont gagné 41.892 millions d'euros, 27,4% de moins qu'en 2005. En 2007, les bénéfices continueront à monter: 49.246 millions d'euros, 14,88% de plus. En 2008, la première baisse est arrivée après 5 années consécutives de bénéfices record, d'à peine 6%. Et en 2009, oui on a pu noter une chute dans les bénéfices 26%, jusqu'à en rester dans les humbles 42.531 millions d'euros. Les bénéfices des grandes entreprises ont baissé avec la crise mais les salaires des Hautes Directions n'ont pas cessé de croître. En 2009, (le pire de la crise) ceux-ci ont augmenté de plus de 16%. Le salaire moyen de chacun des membres des conseils de l'IBEX a été l'année passé de 699.000 euros annuels; celui des Hauts Exécutifs, de 2,7 millions d'euros.

19b-(EUROPE, ÉTAT ESPAGNOL) Nous devons savoir que... (2010. Comités pour un SRI)

1.- Avec ce que gagne RAJOY en 1 mois, une retraitée avec 4 enfants vit durant 2 ans et demie.

2.- L'absence de contrôle est tel qu'en Espagne il n'y a pas une seule institution qui connaisse autant de politiques qui touchent de l'argent de l'État.

3.- Un-e espagnol-e a une retraite minime de 32.000 euros annuels mais les politiques ont le droit à des pensions viagères très supérieures. 74.000 euros dans le cas des premières épées de La Caste. De plus, ces pensions ne sont pas incompatibles avec d'autres salaires de l'Administration ou avec d'autres activités économiques. Un-e député-e ou un-e sénateur-trice doit seulement être 7 ans en charge pour choisir la retraite maximale tandis qu'un-e travailleur-euse autonome ou à son propre compte nécessite de 35 années de cotisation.

4.- La retenue sur les feuilles de paye de député-e-s et sénateur-trice-s est seulement de 4,5%

5.- Saviez-vous que vous payez de votre poche les amendes que la DGT (Direction Générale du Trafic) impose aux politiques? Et qu'en plus vous les payez avec des charges?

6.- Des voyages inutiles? Une commission du Congrès demande la permission pour que 60 député-e-s voyagent 4 jours aux Canaries pour étudier la culture du platane.

7.-ZAPATERO est l'unique Président de l'Union Européenne qui charge ses dépenses de vacances sur les budgets étatiques. Il voyage avec 100 personnes durant 3 semaines.

8.- José María AZNAR: il est l'unique Président du Gouvernement espagnol qui a sollicité le salaire viager induit par un siège au Conseil d'État: 74.000 euros annuels. Une feuille de paye qu'il prétendait ajouter à celle de l'Exécutif du magnat de la presse Rupert MURDOCH. Cela lui a été refusé mais lui a été profitable. AZNAR y a renoncé pour un salaire de 220.000 euros par an, 3 fois plus que ce qu'il touchait en tant que Conseiller de l'État. (Il est difficile de chiffrer clairement, comme dans le cas des autres ex-Présidents quelle quantité d'argent s'ajoute avec ses activité privées et publiques).

9.-ABSENTÉISME: il n'existe pas de chiffres officiels sur le travail des politiques ou tout au moins il n'ont pas été rendus publics.

10.-AVIONS: les député-e-s peuvent utiliser selon leur caprice, les coffres de l'État pour prendre des avions, trains ou bateaux. Ils/elles disposent de 5.000.000 de euros par an pour les voyages.

11.- José BONO: entre le salaire et les compléments, le Président du Congrès touche 13.856 euros par mois: 3.126 par député, 3.605 comme complément, 3.915 pour des dépenses de représentation et 3.210 en libre disposition. Les deux dernières parties additionnent plus de 6.000 euros mensuels pour des repas, des cadeaux et des actes de protocole. Tout cet argent sans compter les indemnisations prévues par la Loi pour financer des «dépenses qui sont indispensables pour l'exercice de leur fonction».

12.- José BOTELLA: le neveu de José María AZNAR a été placé à Bruxelles dans les bureaux du PP [Parti Populaire: parti politique espagnol d'Extrême-Droite] dans cette capitale. Dans le Tribunal qui l'a examiné en tant que fonctionnaire, était présent un membre déterminant: Gerardo GALEOTE lequel présidait la délégation du PP en Europe. En moins de 2 ans, le frère d'Ana BOTELLA s'est blindé avec un salaire européen à vie.

13.- Jesús CALDERA: l'ex-Ministre du Travail et des Affaires Sociales reçoit 6.319 euros mensuels pour son siège à la chambre basse où il arrondit son salaire en tant que porte-parole de la Députation Permanente et de Président d'une Commission. Quand il était Ministre, le salaire minimal atteignait les 600 euros. 4 ans après, son salaire est 10 fois supérieur à ce chiffre qu'il reçoit simplement pour ne pas ouvrir la bouche. CALDERA n'a pas présenté une seule fois une seule initiative ni il n'est intervenu au Congrès depuis le début de l'actuelle législature. Finalement, il a touché en 2009 plus de 120.000 euros pour les services rendus.

14.-CHARGES: Il y a 8.112 maires, 65.896 conseiller-ère-s, 1.206 parlementaires autonomiques, 1.031 député-e-s provinciaux, 650 député-e-s et sénateur-trice-s, 139 responsables de Cabildos et des Conseiller-ère-s insulaires et 13 conseiller-ère-s du Vall d'Arán.

15.-CHÂTIMENT: aucun-e politique n'a jamais été sanctionné pour n'avoir pas accompli le Code du Bon Gouvernement dont on suppose qu'il contrôle les bonnes pratiques de l'Exécutif.

16.-VOITURES: le luxe de nombreux-euse-s dirigeant-e-s des Communautés Autonomes les conduit à mettre dans les automobiles plus de 100.000 euros. GALLARDÓN, le maire de Madrid se déplace dans une Audi A8 de 591.624 euros. Elle a été louée jusqu'en 2011 et le maire gagne 150.000 euros par an de la poche de ses concitoyen-nes pour se déplacer dans la ville et dans ses environs. 14 sur les 17 Présidents des Communautés Autonomes utilisent une Audi. Le valencien Francisco CAMPS en a plusieurs à sa disposition (cette Communauté dispose de 200 véhicules pour les Hautes Charges, la majorité d'entre eux sont des Volvo S80 de 40.000 euros), la même chose est arrivée CHAVES en Andalousie dont le Gouvernement compte avec 234 voitures officielles.

17.- Manuel CHAVES: il touche par an 81.155 euros du fait d'être Ministre et en plus une indemnisation de 46.000 à l'année pour abandonner la Présidence de l'Andalousie. Autrement dit, 127.155 euros annuels. 2 salaires de l'État compatibles seulement pour les Hautes Charges. Pour les autres espagnol-e-s cela est interdit par la Loi.

18.- GASPILLAGE: le Congrès dépense chaque année 160.000 euros en cadeaux de noël. 11.000 chargé-e-s publiques reçoivent des présents durant ces dates, une dépense qui additionne à l'année 2.200.000 euros.

19.-DETTES: chaque espagnol-e doit aux banques 566 euros pour la dette des municipalités.

20.-ABSENCE DE CONTRÔLE: absolu dans l'administration des fonds publics de l'État.

21.-INDEMNITÉS: les parlementaires qui ne vivent pas à Madrid reçoivent, en plus du salaire, encore 1.823 euros par mois pour leurs supposées dépenses de manutention et logement. Les locaux, 870 euros pour les dépenses, libres d'impôts. La somme de ces simples compléments dépasse le salaire de 12 millions d'habitant-e-s. De plus, ils/elles touchent 150 euros chaque jour s'ils/elles vont à l'étranger et 12o euros s'ils/elles voyagent dans le pays.

22.-PISTONNÉ-E-S: jusqu'à il y a 3 mois, chaque eurodéputé-e disposait de 17.140 euros par mois pour embaucher des membres de la famille. L'ex-Président del PP de Catalogne (Parti Populaire, d'Extrême-Droite) et vice-président de la chambre européenne, Alejo VIDAL-QUADRAS, a nommé comme secrétaire à Bruxelles: Albert FUERTES, le frère de son épouse. Et l'eurodéputé du PP, originaire de Caceres, Felipe CAMISÓN (décédé en mai 2009) a embauché son conjoint comme assistant, comme l'a fait aussi la députée du PP: Cristina GUTIÉRREZ-CORTINES avec sa fille. Et le socialiste Enrique BARÓN a fait la même chose avec la fille d'un militant analogue. (actuellement, les familles directes ont été éliminées des bureaux des député-e-s espagnol-e-s. Cependant, les parents de sang ont été remplacés par un personnel proche du Parti).

23.-FONDATIONS: 52 politiques nationaux occupent des charges dans 74 fondations distinctes: 31 pour le PSOE(Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol), 28 pour le PP (Parti Populaire, d'Extrême-Droite) et 4 pour le reste des groupes. La conservatrice Soledad BECERRIL semble être la plus active: elle est membre du patronat de 6 fondations. Toutes ne sont pas marquées par un caractère politique.

24.- Alfonso GUERRA REINA: fils de l'ex-vice-présidente du Gouvernement, Alfonso GUERRA. Il a été élu à main levé en tant qu'assistant du vice-président du Gouvernement Européen, le socialiste Miguel Ángel MARTÍNEZ. Plus de 140 millions à l'année vont dans les salaires de 1.200 recommandé-e-s. Avec cet argent, les services d'une ville espagnole de 115.000 habitant-e-s pourraient être maintenus durant 1 année.

25.-LOGEMENT: la retenue sur les fiches de paye des député-e-s et sénateur-trice-s est seulement de 4,5%.

26.-HEURES SUPPLÉMENTAIRES: en 2008, Le Gouvernement de La Rioja a payé 200.000 euros en heures supplémentaires à ses conducteurs. Ils ont réalisé 870.182 kilomètres, environ 2.300 par jour, ce qui est suffisant pour traverser 3 fois l'Espagne d'Est en Ouest. Une dépense curieuse car c'est la Communauté Autonome la plus petite du pays et que sa population est inférieure à celle de n'importe quelle ville dortoir de Madrid. L'usage de voitures officielles pour des sujets particuliers est une pratique aussi commune que souterraine.

27.- Juan José IBARRETXE: l'ex-lehendakari (Président) du Gouvernement Basque reçoit environ 45.000 euros à l'année, la moitié de ce qu'il touchait quand il était Président. Et il le touchera à vie, de même que tout-e-s les membres de son exécutif. Ce type de retraite est très au-dessus de la limite légale pour le reste des espagnol-e-s qui ne peuvent pas toucher plus de 32.000 euros annuels quelque soit le nombre d'années cotisées durant toute leur vie.

28.-IMPÔTS: un habitant, par exemple de Madrid, entretien avec ses impôts le salaire de 27 conseiller-ère-s, 120 parlementaires de l'Assemblée madrilène, 264 sénateur-trice-s, 350 député-e-s nationaux et 54 du Parlement Européen. Au total, 815 charges élues avec un salaire de base qui dépasse les 3.000 euros. Et sans compter les postes de confiance arraché par chacun-e d'entre eux/elles.

29.-RETRAITE EN OR: après avoir abandonné le FMI (Fonds Monétaire International), Rodrigo RATO est revenu en Espagne avec une retraite viagère de 80.000 dollars annuels. Ajoutés au salaire de l'ex-Ministre, en 2006, il percevait 37.070 euros mensuels. (Un-e español-e a besoin de cotiser au moins 25 ans, 15 sur la base la plus haute, pour pouvoir toucher la retraite maximale de 32.000 euros par an).

30.-PLATEAUX DE FRUITS DE MER: il n'y a pas de limite légale pour les repas de représentation des politiques espagnol-e-s. Il n'y a pas non plus de fiscalisation prévue au moment d'acheter du jambon, du champagne ou des cigares de grande cave. Un exemple d'absence de contrôle c'est le socialiste valencien Vicent COSTA. Il venait de perdre les élections municipales en faveur du PP (Parti Populaire, d'Extrême-Droite) mais il continuait à être maire en fonction. Et en tant que tel, il dépense presque 500 euros de l'argent publique en gambas, langoustines, couteaux de mer, jambon et caldereta (viande porc et de chèvre). Une bon gaspillage.

31.-MOBILES: les sénateur-trice-s comptent avec 1,7 millions d'euros par an pour des dépenses en téléphone. La municipalité de San Lúcar de Barrameda avait 270 dados de alta. Entre les services qu'elle payait figuraient les téléchargements de jeux, appels à Cuba et plusieurs lignes érotiques.

32.-IMPAYÉS: les membres de La Caste ont investi 66,6 millions d'euros dans la célébration des élections générales de 2008. Sur cet argent, 44 millions ont été prêtés aux banques espagnoles pour financer des campagnes publicitaires mégalomanes. En cette année de crise, les mêmes entités ont saisi les maisons à 60.000 familles pour défaut de liquidité. 180.000 personnes sont restées sans toit. Cependant, les partis de La Casta (vérifier?) doivent aux banques 144,8 millions de euros.

33.-AFFAIRES: seulement 33% des député-e-s du Congrès se consacrent de façon exclusive à leur travail politique. Le reste engraisse ses comptes courants avec la participation d'entreprises privées, de fondations et de collaborations variées. Certain-e-s, comme le député du PP (Parti Populaire, d'Extrême-Droite): Miguel Ángel CORTÉS agglutinent jusqu'à 12 activités extra-parlementaires.

34.- FICHES DE PAYE: les salaires des politiques élu-e-s (80.000 membres de La Casta qui rempliraient quasiment un stade comme celui du Real Madrid) coûtent aux habitant-e-s environ 720 millions d'euros par an, plus que le budget annuel de tout le réseau ferroviaire, 3 fois supérieur à l'argent consacré à la protection du patrimoine national et 60 fois plus que ce que dépense le pays en santé bucco-dentaire pour les jeunes.

35.- Leire PAJÍN: en 2000, elle s'est couronnée comme la députée la plus jeune d'Espagne. 8 ans après, à l'âge de 33 ans, elle a droit à une indemnisation de 85.000 euros annuels de l'État. Elle reçoit 5.500 euros par mois pour son travail au front du PSOE (Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol), elle a droit à 80% de son salaire comme ex-secrétaire de l'État de Coopération, 103.000 euros annuels avec tout les compléments ce à quoi il faut ajouter 3.126 euros en tant que sénatrice.

36.-RETRAITE DE SCANDALE: les ex-Ministres maintiennent durant 2 ans une retraite pour cessation d'activité de 58.000 euros annuels, un chiffre 6 fois supérieur à la retraite moyenne espagnole. Actuellement, 4 ex-Ministres comptabilisent cet argent avec le salaire de député: José Antonio ALONSO, Fernández BERMEJO, María Antonia TRUJILLO et Jesús CALDERA.

37.-PROSTITUÉ-E-S: le conseiller de Palma de Mallorca, Rodrigo DE SANTOS, gagne plus de 50.000 euros en prostitué-e-s et bars d'ambiance. À Estepona, plusieurs membres municipaux font l'objet d'une enquête du fait de toucher 42.000 euros d'un réseau lui-même soumis à une enquête par le Tribunal de l'Audiencia Nacional en vue d'ouvrir un local d'hôtesses de alterne. En 2002, l'ex-maire de Dolores (Alicante) a été condamné à 6 mois de prison pour avoir abonné la facture d'une local de alterne auquel il s'est rendu avec 7 convives. Et il y a des centaines de cas de plus, pour beaucoup d'entre eux avec des convives policiers comme dans le cas du “sheriff de Coslada”.

38.-CADEAUX: il n'existe pas de Loi concrète sur les cadeaux que peuvent accepter ou non les politiques. Aux États-Unis, par exemple, ils passent à l'État. L'année dernière, Condolezza RICE a reçu dans ses voyages officiels des joyaux pour une valeur de 360.000 euros. Ici personne n'a l'obligation de les déclarer. Ils/elles peuvent les garder. Sans plus.

39.- Pedro SOLBES: après avoir laissé la politique en avril 2009, l'ex-Ministre de l'Économie s'est retrouvé avec un retrait d'environ 12.000 euros mensuels (une retraite de 2.725 euros du fait d'être fonctionnaire, sa retraite viagère en tant qu'ex-commissaire européen et d'autres 5.700 euros par mois comme compensation, durant 2 ans, du fait d'être un ex-Ministre). Et bien, une retraite 12 fois supérieure à celle des espagnol-e attendait SOLBES.

40.-SECRETS: l'obscurantisme sur les dépenses atteint l'absurde. Le Parlement Européen compte avec un Bureau de Lutte contre la Fraude (OLAF avec ses sigles en anglais). Cependant, ses informations sont confidentielles et son contenu complet est seulement connu des parlementaires. Les électeur-trice-s peuvent connaître les bonnes actions des politiques mais seule La Casta connaît les chiffres sur la fraude.

41.-SANS LIMITES: chaque Parlement des Communautés Autonomes fixe le salaire des chargé-e-s aux fonctions qui sont élu-e-s sans limite ni aucun barème. José BOLARÍN, le maire d'Ulea (Murcia), avec 900 habitant-e-s, touche environ 4.000 euros. Celui de Ricote, proche de la localité antérieure, emporte 40.000 euros à l'année dans une population qui n'atteint pas 1.300 habitant-e-s. Et la maire de Marbella, Marisol YAGÜE touchera plus que le Président du Gouvernement: 84.462 euros à l'année dans une municipalité qui était en banqueroute.

42.-TAXIS: la commodité de ces seigneuries pour réaliser leur travail est tel que le Congrès offre à ceux/celles qui n'ont pas de voiture une carte personnalisée avec un solde de 250 euros mensuels pour qu'ils/elles voyagent en taxi dans Madrid.

 

ESPANA-Salaires et compléments de salaire des politiques espagnol-e-s:

Un-e député-e du Congrès touche 3.126,52 euros par mois en salaire de base, ce à quoi il faut ajouter 1.823,86 euros si le/la parlementaire n'est pas élu-e par Madrid (5.000 € par mois!!!) et 870,56 euros s'il/elle est élu-e par Madrid (4.000 euros par mois!!!).

Autrement dit, un-e député-e de Cuenca au Congrès touche au minimum 4.950 euros, un salaire qui peut augmenter en fonction du travail qu'il exerce dans la Chambre Basse la Cámara Baja (expliquer?).

Ces seigneuries ont le droit à des compléments dans le cas où il/elle appartienne à un groupe de travail lesquels varient aussi en fonction de la charge qu'il/elle y occupe (président-e, vice-président-e, secrétaire, etc). Il y aussi des compléments dans le cas d'être porte-parole d'un groupe (1.978 euros en dépenses de représentation et 1.052 en libre disposition).

Par exemple, le complément d'un-e président-e en tant que membre d'un groupe de travail est de 3.605,38 euros -supérieur au salaire de base- ce à quoi viennent s'ajouter les dépenses de représentation (3.915,16 euros) et en libre disposition (3.210,08 euros).

Au total, le/a président-e d'un groupe –il y en a 38- au Congrès dispose, parmi le salaire de base, les indemnisations et les compléments de 14.727,7 euros par mois (s'il/elle a été élu-e par Madrid) et de 15.681 euros (s'il/elle procède en dehors de Madrid).

*Les compensations financières sont exemptes de la fisc. (et précisément elles ne sont pas basses sinon astronomiques)

*Dans le cas des député-e-s et sénateur-trice-s, on suppose que celles-ci sont entre 21% et 31% de leur rémunération totale.

*49% du salaire des parlementaires ne se déclare pas.

 

(2009-2010) TOP TEN DES SALAIRES ANNUELS PERSONNALISÉS DE CERTAIN-E-S POLITIQUES

-CES SALAIRES SONT SANS DIETAS (Ils/elles peuvent aussi vivre seulement d'elles comme cela est démontré plus bas)

1. Président de la Generalitat de Catalogne, José MONTILLA 164.043,54 euros

2. Président de la Députation de Barcelona, Celestino CORBACHO 144. 200 euros

3. Maire de Barcelona (Catalogne), Jordi HEREU 117.398 euros

4. Président de la Députation de Lleida (Pays Valencien), Jaume GILABERT 108.220 euros

5. Maire de Madrid, Alberto RUIZ GALLARDÓN 100.743 euros

6. Président du Pays Basque, Patxi LÓPEZ 99.574 euros

7. Président de la Diputation de Bizkaia (Pays Basque), José Luis BILBAO 99.540 euros

8. Présidente de Madrid, Esperanza AGUIRRE 98.700 euros

9. Président de la Députation de Girona (Catalogne), Enric VILERT 98.000 euros

10. Président de la Députation de Palencia (Extremadura), Enrique MARTÍN 97.339 euros

 

-MAIRES LES MIEUX PAYÉ-E-S DU PAYS

1. Barcelona - Jordi HEREU 117.398 euros

2. Madrid – Alberto RUIZ GALLARDÓN 100.743 euros

3. Bilbao – Iñaki AZCUNA 92.873 euros

4. Zaragoza – Juan Alberto BELLOCH 92.414 euros

5. Valladolid – Francico Javier LEÓN DE LA RIVA 91.000 euros

6. Valencia – Ritá BARBERÁ 90.296 euros

7 .Castellón – Alberto FABRA 88.000 euros

8. Vitoria – Patxi LAZCOZ 85.570 euros

9. Oviedo – Gabino DE LORENZO 84.588 euros

10. Tenerife – Miguel ZEROLO 84.445 euros

11. San Sebastián – Odón ELORZA 82.091 euros

12. Huelva – Pedro RODRÍGUEZ 81.014 euros

13. Lleida – Ángel ROS 80.645 euros

14. Málaga – Francisco DE LA TORRE 77.678 euros

15. Badajoz – Miguel Ángel CELDRÁN 73.500 euros

16. Santander – Iñigo DE LA SERNA 72.416 euros

17. Alicante – Luis DIAZ ALPIERI 72.000 euros

18. Murcia – Miguel Ángel CÁMARA 72.000 euros

19. Ourense – Francisco RODRÍGUEZ 72.000 euros

20. Almería – Luis R. RODRÍGUEZ COMENDADOR 71.005 euros

21. Salamanca – Julián LANZAROTE 70.872 euros

22. Las Palmas – Jerónimo SAAVEDRA 68.148 euros

23. Cuenca – Francisco Javier PULIDO 68.000 euros

24. A Coruña – Javier LOSADA 66.942 euros

25. Burgos – Juan Carlos APARICIO 66.942 euros

26. Cádiz – Teofila MARTÍNEZ 66.942 euros

27. Guadalajara – Antonio ROMÁN 66.492 euros

28. Ciudad Real – Rosa ROMERO 66.476 euros

29. Granada – José TORRES 65.977 euros

30. Zamora – Rosa BALDEÓN 64.950 euros

31. Sevilla – Alfredo SÁNCHEZ MONTESEIRÍN 64.450 euros

32. Albacete – Manuel PÉREZ 63.434 euros

33. Córdoba – Rosa AGUILAR 63.260 euros

34. León – Francisco FERNÁNDEZ 63.206 euros

35. Lugo – José LÓPEZ OROZCO 63.000 euros

36. Palma de Mallorca – Aina CALVO 62.356 euros

37. Pamplona – Yolanda BARCINA 61.982 euros

38. Girona – Anna PAGANS 60.924 euros

39. Segovia – Pedro ARAHUETES 60. 824 euros

40. Toledo – Emiliano GARCÍA 60.389 euros

41. Cáceres – María Carmen HERAS 60.200 euros

42. Pontevedra – Miguel Ángel FERNÁNDEZ 60.000 euros

43. Soria – Carlos MARTÍNEZ 60.000 euros

44. Jaén – Carmen Purificación PEÑALVER 59.044 euros

45. Logroño – Tomás SANTOS 58.000 euros

46. Ávila – Miguel Ángel GARCÍA 58.000 euros

47. Huesca – Fernando ELBOJ 48.688 euros

48. Teruel – Miguel FERRER 47.000 euros

49. Palencia – Heliodoro GALLEGO 45.057 euros

50. Tarragona – Joseph Félix BALLESTEROS 33.264 euros

 

Président-e-s de Communautés Autonomes

1. José MONTILLA – Cataluña 164.043,54 euros

2. Patxi LÓPEZ – País Vasco 99.574 euros

3. Esperanza AGUIRRE – Madrid 98.700 euros

4. Marcelino IGLESIAS – Aragón 87.000 euros

5. Emilio PÉREZ TOURIÑO – Galicia 83.374 euros

6. Paulino RIVERO – Canarias 79.963 euros

7. Manuel CHAVES – Andalucía 78.791 euros

8. Juan Vicente HERRERA- Castilla y León 78.791 euros

9. José María BARREDA – Castilla La-Mancha 78.791 euros

10. José Luis VALCÁRCEL – Murcia 78.791 euros

11. Miguel SANZ – Navarra 78.227,94 euros

12. Francisco CAMPS – C. Valenciana 77.988,24 euros

13. Francesc ANTICH – Baleares 70.657,86 euros

14. Miguel Ángel REVILLA – Cantabria 68.666 euros

15. Vicente ÁLVAREZ ARECES – Asturias 68.002 euros

16. Pedro SANZ – La Rioja 63.376,32 euros

17. Guillermo FERNÁNDEZ VARA – Extremadura 54.244,56 euros

 

Président-e des députations provinciales (nous rappellons le salaire annuel)

1. Barcelona – Celestino CORBACHO 144.200 euros

2. Lleida – Jaume GILABERT 108.220 euros

3. Vizcaya – José Luis BILBAO 99.540 euros

4. Girona – Enric VILERT 98.000 euros

5. Palencia – Enrique MARTÍN 97.339 euros

6. Álava – Xabier AGUIRRE 92.596 euros

7. Castellón – Carlos FABRA 92.400 euros

8. Tarragona – Josep POBLET 92.000 euros

9. Málaga – Salvador PENDÓN 89.000 euros

10. Teruel – Antonio ARRUFAT 85.000 euros

11. Ávila – Agustín GONZÁLEZ 83. 521 euros

12. Toledo – José Manuel TOFIÑO 82.908 euros

13. Gran Canaria – José Miguel PÉREZ 81.538 euros

14. León – Isabel CARRASCO 80.920 euros

15. Almería – Juan Carlos USERO 79.660 euros

16. Zaragoza – Javier LAMBÁN 78.000 euros

17. Valencia – Alfonso RUS 77.988 euros

18. Pontevedra – Rafael LOUZÁN 77.988 euros

19. Coruña – Jesús Salvador FERNÁNDEZ 77.988 euros

20. Salamanca – Isabel JIMÉNEZ 77. 591 euros

21. Tenerife – Ricardo MELCHIOR 76.968 euros

22. Cádiz – Francisco GONZÁLEZ 76.000 euros

23. Lanzarote – Manuela ARMAS 75.995 euros

24. Ciudad Real – Nemesio DE LARA 72.991 euros

25. Segovia – Javier SANTAMARÍA 72.568 euros

26. Ourense – José Luis BALTAR 72.408 euros

27. Alicante – José Joaquín RIPOLL 72.061 euros

28. Valladolid – Ramiro F. RUIZ 70.000 euros

29. Fuerteventura – Mario CABRERA 69.566 euros

30. Albacete – Pedro Antonio RUIZ 68.600 euros

31. Cáceres – Juan Andrés TOVAR 68.236 euros

32. Badajoz – Valentín CORTÉS 68.236 euros

33. Cuenca – Juan Manuel ÁVILA 68.002 euros

34. Mallorca – Francina ARMENGOL 68.000 euros

35. Huelva – Petronila GUERRERO 67.490 euros

36. Ibiza – Xico TARRÉS 66.000 euros

37. Jaén – Felipe LÓPEZ 66.000 euros

38. Soria – Efrén MARTÍNEZ 63.639 euros

39. Menorca – Joana BARCELÓ 63.100 euros

40. Granada – Antonio MARTÍNEZ 62.493 euros

41. Zamora – Fernando MARTÍNEZ 61.734 euros

42. Córdoba – Francisco PULIDO 61.336 euros

43. Burgos – Vicente ORDEN 59. 990 euros

44. Guadalajara – María Antonia PÉREZ 59.336 euros

45. Sevilla – Fernando RODRÍGUEZ 51.936 euro

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 08:15

0-PROCESDOSSIER SRI "Solidarité de Classe contre le Terrorisme d'État":

1-Nouvelles sur les prisonnier-ère-s politiques communistes et antifascistes (01.07.2011. Comités pour un SRI)

2-Le 5 juillet 2011: Procès-Farce à Madrid de Xurxo GARCIA VIDAL prisonnier politique antifasciste des GRAPO (01.07.11. Comités pour un SRI)

3-Solidarité avec le Camarade Arenas

3a. Poème du "Camarade Arenas" en hommage à Francisco EIZAGUIRRE assassiné le 28 juin 1979 à Paris par le BVE et autres poèmes de Lutte Révolutionnaire

3b-(ÉTAT ITALIEN) De nombreux-euse-s jeunes italien-ne-s sont censuré pour faire parvenir leur soutien à Arenas (01.07.2011. Secours Rouge Italie)

3c-(ÉTAT ESPAGNOL) Appel à la solidarité de Nega: membre du groupe de musique "Los Chikos del Maiz" par "Acción Comunista" (28.06.2011. Forum Comunista)

4-(GALICE) Paco Cela sans visites et avec le téléphone limité à 5 minutes par semaine (05.07.2011. Solidariedade, comité SRI de Galice)

5-(MÉMOIRE HISTORIQUE). Sur ces falsifications criminelles, boues de sang et de torture: la Presse bourgeoise et la Police désignent, le BVE (Bataillon Basco-Espagnol) tire. (04.07.11-Comités pour un SRI)

6-Les GAL en prison par leurs propres Lois (05.07.2011. Comités pour un SRI)

7-(ÉTAT SUISSE) La Suisse criminalise. Manifestations du 18 au 22 Juillet 2011 à l'occasion du Procès contre 3 anarchistes Billy, Silvia et Costa* (05.07.2011. Comités por un SRI)

8-(EUROPE) Défendons les militant-e-s du SRI attaqué-e-s en Suisse, Belgique, Italie et Espagne! (04.07.2011. Commission pour un SRI)

9-(EUROPE) Le cas FLICK, 30 ans après (03.07.2011. Juan Manuel Olarieta Alberdi. Avocat, écrivain et réprimé politique du SRI)

10-(ÉTATS-UNIS) Mort de Geronimo PRATT, un ex-Black Panther qui a passé 27 ans en prison (01.07.2011. Comités pour un SRI)

11-(ÉTAT ESPAGNOL) L'expérimentation perverse du Professeur ZIMABARDO (02.07.2011. Comités pour un SRI)

 

1-PROCESMémoire Historique du 05.07.2011:

-1925: 23 communistes condamné-e-s à mort par un Tribunal militaire, en Bulgarie.

-1958: Débarquement de 5.000 Marines yanquis à Beyrouth (Líban).

-1979: Un maire du Baix Llobregat (Catalogne) reste paralysé suite à un tir de la Guardia Civil.

-Répression fasciste au Chili, Argentine, Pérou, Bolivie et Colombie avec l'aide des USA: 150.000 mort-e-s.

 

Phrase du 04.07.1937:

Dans les circonstances qui marquent notre époque, la seule chose qui peut conserver vivante l'espérance de temps meilleurs c'est la Lutte héroique du peuple espagnol pour la Liberté et la Dignité humaine"Albert Einstein. Message de soutien et Solidarité au Congrès International des Écrivain-e-s Antifascistes, Juillet 1937.

 

1-Nouvelles sur les prisonnier-ère-s politiques communistes et antifascistes (01.07.2011. Comités pour un SRI)

Voir presxs politiques:<http://sribaiona.over-blog.com/pages/ECRIRE_AUX_PRESXS_POLITIQUES_-5310103.html>

 

PROCES FARCE XURXO2-Le 5 juillet 2011: Procès-Farce à Madrid de Xurxo GARCIA VIDAL prisonnier politique antifasciste des GRAPO (01.07.11. Comités pour un SRI)

-XURXO GARCÍA VIDAL, prisonnier politique antifasciste des GRAPO, depuis 4 ans en prison.

Aujourd'hui, mardi 5 juillet 2011, Xurxo GARCÍA VIDAL a un procès-farce à Madrid dans les salles de Jugements de la rue c/Julián Camarillo, relatif à un dossier pour “injures” à l'encontre du Procureur Miguel ÁNGEL CARBALÍ lors d'un procès datant de 2009. Il se trouve ces jours-ci à la prison de Valdemoro.

-Voir Procès-Farce: <http://sribaiona.over-blog.com/article-proces-farce-d-un-antifasciste-grapo-78390196.html>

-Voir Les mots sont des armes: Ils ont désarticulé les GRAPO (chanson de Pablo HASEL)<http://sribaiona.over-blog.com/article-les-mots-sont-des-armes-chansons-de-pablo-hasel-78294673.html>

-Àécouter: Un café avec Gundrun ENSSLIN (CD de Pablo HASEL à télécharger et écouter)

dans la rubrique "LIENS" (Pablo Hasel ) sur la page d'accueil de SRI BAIONA: <http://sribaiona.over-blog.com/>

Description: Chansons de protestation crachant haut et fort ce que beaucoup savent mais ne se risquent pas à raconter ou taisent pour ne pas avoir de problème où ne pas mettre en péril leur carrière. Sans plus d'aspiration qu'à faire penser plus loin que ce qui est établit et emmerder ceux/celles qui ne veulent pas que la réalité toute crue altère leur bulle de niaiserie, égoisme, couardise et fausseté. Le titre est un hommage à la Guerrillera fondatrice de la RAF ("Rote Armee Fraktion": Fraction Armée 2-PROCESRouge) une guérrilla urbaine communiste et anarchiste qui a opéré en Allemagne des années 70 à 90, mettant en échec l'État impérialiste et bourgeois. La RAF a bénéficié d'un grand soutien populaire et ses actions avaient entre autres objectifs, de freiner la Guerre Impérialiste au Vietnam et de faire payer pour leur Génocide les Nazi-e-s qui continuaient à avoir des postes privilégiés.

 

3-Solidarité avec le Camarade Arenas

-3a. Poème du "Camarade Arenas" en hommage à Francisco EIZAGUIRRE assassiné le 28 juin 1979, à Paris, par le BVE et autres poèmes de Lutte Révolutionnaire.

Voir les poèmes: <http://sribaiona.over-blog.com/article-poemes-et-ecrits-du-camarade-arenas-78298550.html>

3b-(ÉTAT ITALIEN) De nombreux-euse-s jeunes italien-ne-s sont censuré pour faire parvenir leur soutien à Arenas (01.07.2011. Secours Rouge Italie)

"Arenas, combien de censures t'imposent-ils? TOUS les courriers? Les lettres envoyées d'Italie (peu importe la ville) et adressées à Arenas, REVIENNENT à leurs destinataires... Il ne s'agit PAS de lettre du Secours Rouge International ou d'un quelconque organisme "subversif" sinon de lettres écrites par de nombreux-euse-s jeunes intéressé-e-s pour débattre avec lui et qui veulent lui faire savoir qu'ils/elles le soutiennent à distance..."

3c-(ÉTAT ESPAGNOL) Appel à la solidarité de Nega: membre du groupe de musique "Los Chikos del Maiz" par "Acción Comunista" (28.06.2011. Forum Comunista)

(Extrait de l'entretien) “(…) Sur le Camarade Arenas: cela me blesse beaucoup l'abandon de la part de la Gauche quant à sa situation carcérale, c'est une honte. Que l'on soit d'accord ou pas avec ses approches théoriques (personnellement je pense qu'elles sont trop déterministes et économicistes), le devoir de toute personne qui décemment et clairement se considère solidaire est de dénoncer son cas. Il est intolérable qu'une personne sans un seul délit de sang prouvé porte la quantité d'années de prison qu'Arenas réalise en détention. (...)"

Voir version originale (castillan): <http://www.forocomunista.com/t11450-accion-comunista-entrevista-a-nega-componente-de-los-chikos-del-maiz#152203>

 

10-LUTTER4-(GALICE) Paco CELA sans visites et avec le téléphone limité à 5 minutes par semaine (05.07.2011. Solidariedade, comité SRI de Galice)

"Paco CELA, pris onnier politique du PCE(r) confiné depuis 10 jours dans le module d'isolement de la prison de Valladolid est enfin revenu à sa cellule mais il continue d'être pratiquement totalement isolé de tout contact avec l'extérieur. Il peut uniquement réaliser un appel de 5 minutes par semaine. Ils lui ont également suspendu toutes les visites au parloir. Désormais, il devra les solliciter de nouveau avec la longueur du traitement administratif que cela suppose. Dans le cas des prisonnier-ère-s politiques, les listes d'autorisation se renouvellent tout les 6 mois et le nombre de personnes pour les visites est limité à 8. Les appels téléphoniques sont de 8 par semaine au lieu des 10 concédés au reste des prisonnier-ère-s. Les prisonnier-ère-s révolutionnaires ne peuvent pas non plus recevoir de visites de personnes qui ont des antécédents politiques et toutes les communications (parloirs, téléphones, courriers) font l'objet d'interventions*.

Nous rappelons que cet habitant de A Coruña (Galice) avait été isolé en cellule de châtiment du fait d'avoir utilisé le téléphone pour réciter un poème dédié à la Mémoire de 4 Antifascistes, lors d'un acte qui s'est célébré à A Coruña, le 18 Juin 2011. L'enregistrement téléphonique [qui peut être écouté ici:<http://www.goear.com/listen/db89b2a/poema-a-los-caidos-paco-cela-seoane> ]n'a même pas pu être utilisé à cause de la basse qualité du son. Le poème a été transcrit et lu par une compagne du Comité à la fin de l'Hommage rendu aux galicien-ne-s: Roberto LIÑEIRA (dont les restes reposent au cimetière de San Amaro à A Coruña), Albino LÓPEZ, Dolores CASTRO et le catalan Antonio CABEZA, tous assassinés-e par la Guardia Civil: le 17 Juin 1981.

En plus de l'isolement, il faut prendre en compte le fait que Paco CELA souffre d'un diabète sévère qui l'oblige à réaliser lui-même des piqures d'insuline plusieurs fois par jour. Une maladie incompatible avec le Régime alimentaire et les  conditions de vie générales dans lesquelles il vit depuis sa détention, il y a 4 ans, en Juin 2006.

L'habitant de A Coruña a une trajectoire d'engagement presque sans équivalent. Prisonnier et incarcéré au début des années 80 pour avoir participé à une action armée à A Coruña, il a été détenu de nouveau en 1985 quand il formait déjà partie d'un commando opérationnel des GRAPO. Condamné à plusieurs centaines d'années de prison, il est sorti en liberté en 2005 après avoir accompli la peine maximale imposée, un peu plus de 20 ans de prison. Récemment, il a été condamné à 11 ans et 8 mois de prison du fait de militer au PCE(r). Au total, il a déjà réalisé 25 ans dans les chaînes de l'État espagnol."

*Contrôles avec mises sur écoute -voire film- des visites avec copies des courriers entrants et sortants de la prison.

Écris ta solidarité !

PACO CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r)

prisión de villanubla

47071 villanubla (valladolid)

Voir le blog solidariedade:<http://comitedesolidariedade.wordpress.com/2011/06/19/castigan-a-paco-cela-por-usar-o-telefono-para-recitar-un-poema/>

 

3-PROCES5-(MÉMOIRE HISTORIQUE). Sur ces falsifications criminelles, boues de sang et de torture: la Presse bourgeoise et la Police désignent, le BVE (Bataillon Basco-Espagnol) tire. (04.07.11-Comités pour un SRI)

Extrait du quotidien espagnol "El País", année 1977, jamais en aussi peu de phrases, autant de manipulation:

Le PCE(r) dans la Province de Biscaye est désarticulé ("El Pais", 1977). 16 membres du Parti Communiste reconstitué PC(r) et leurs filiales, GRAPO, ODEA (Organisation Démocratique des Étudiants Antifascistes) et Secours Rouge ont été détenu ces derniers jours en Biscaye, selon ce qu'affirme une note du Cabinet de Presse de la Direction Supérieure de Police à Bilbo. Les 16 détenus sont considérés dans la note citée comme des membres "libérés" du PC(r), GRAPO, ODEA et Secours Rouge. Parrallèlement, la Police a découvert 2 appartements de refuge où habitaient deux des détenus [bla, bla, bla...] Une voiture utilisée par les membres du Parti a aussi été saisie à Sestao. À l'intérieur, des numéros de "Gaceta Roja" -l'organe des GRAPO- a été retrouvé en abondance ainsi que des autocollants signés par la même organisation. Il y a 3 jours, 8 des 16 détenus -les récents capturés avec moins d'antécédents que les autres- sont passés devant le Juge qui a ordonné leur liberté.

NOTE DE LA POLICE ESPAGNOLE. Selon la note de la Direction Supérieure de la Police de Bilbo, les détenus sont:

1-A.F.E., 26 ans, libéré. Milite au PC(r) depuis 1976. À Lejona.

2-M.M.M., 22 ans, libéré. Il entre au GRAPO en s'incorporant au service militaire, sous les ordres de I.M.I. Auquel il passe de l'information sur les officiers et l'armement de son régiment. À Lejona.

3-J.L.M, femme, 19 ans. Santurce. Enrôlée dans le Secours Rouge d'où elle passe à l'appareil de propagande.

4-A.S.F., femme. Bilbao, professeure de EGB. Propagande et hébergement à son domicile de plusieurs "libérés" du PC(r).

5-J.M.O., 21 ans. Baracaldo. Il a créé et impulsé l'ODEA dans la région et plus tard il est enrôlé au Secours Rouge.

6-R.A.T.H., femme, 18 ans. Gallarta. Responsable de la distribution de propagande à l'ODEA.

7-M.S.T.G., femme, 19 ans. Ortuella. Elle était enrolée à l'ODEA mais elle a abandonné son activité en apprenant que le Parti avait réalisé les attentats avec explosifs du 18 juin dernier.

8-M.L.L.V., femme, 17 ans. Gallarta. Comme la précédente, elle a abandonné son activité en sachant que son Parti réalisait des actions terroristes.

9-L.A.G.P., 18 ans. Ortuella. Il était en période de captation.

10-J.I.O.G., 21 ans. Baracaldo. Il était responsable de propagande de l'ODEA et il était aussi chargé de faciliter des appartements de refuge pour les "libérés".

11-A.C.A.S., 23 ans. Las Carreras. Il a participé à diverses ventes de propagande.

12-E.R.P., 23 ans. Baracaldo. Il a appartenait au comité national du Secours Rouge et il était responsable de distribution de propagande.

13-R.G.G., 20 ans. Las Carreras. Enrôlé à l'ODEA, il a distribué de la propagande.

14-M.M.P.A., femme, 20 ans. Las Carreras. Membre du comité national du Secours Rouge.

15-J.I.O.A., 19 ans. Baracaldo, responsable de l'ODEA à l'Université.

16-J.M.L.Y., 18 ans. Las Carreras, il vendait de la propagande pour le Secours Rouge.”

Notes des Comités pour un SRI.Les informations publiées par le quotidien espagnol "El País" font apparaître la filiation complète, le prénom, les deux noms de famille, l'état civil, la profession et plusieurs autres informations. Seulement quelques questions: si le Juge fasciste lui-même et le T.O.P.* a laissé en liberté 8 des détenu-e-s, pourquoi le quotidien démocrate "El País" cite les 6 détenu-e-s avec tout leur état-civil malgré le fait qu'ils/elles soient déjà libres? Pourquoi mélanger 4 organisations différentes -GRAPO, PCE(r), ODEA et SR- comme des "filiales"? Pourquoi citer des dirigeant-e-s du PCE(r) comme étant des militant-e-s des GRAPO? Pourquoi mélanger encore une fois les différents sigles dans une soupe criminalisatrice?

Les réponses: celles-là le quotidien "El País" ne les publie pas. Nous citerons seulement les brutales tortures dénoncées par plusieurs personnes, les postérieures et répétées détentions policières de plusieurs d'entre eux/elles, l'élimination physique de 2 militants du PCE(r) à Paris par le B.V.E.** seulement 2 ans après...

*"Tribunal de Orden Publico": Tribunal de l'Ordre Public, un instrument d'exception franquiste aujourd'hui désigné sous le terme de "Audiencia Nacional (Audience Nattionale).

** "Bataillon Vasco Español": Bataillon Basco-Espagnol.

 

6-Les GAL en prison par leurs propres Lois (05.07.2011. Comités pour un SRI)

Le 29.06.2011, propos de Ricardo MARTÍN, membre social-fasciste -d'abord d'Intereconomía (Groupe de communication espagnol fasciste) et maintenant de la défunte Veo7 ("El Mundo" et Pedro J.)- adressé à Hermann TERSTCH (un autre semblable):«Je ne négocie rien parce que je t'ai déjà dit plus d'une fois que je suis partisan des GAL, aussi, ne me parles pas de négociation. Si tu cherches un dur, je suis un dur».

Qu'il aille à la prison immédiatement, pour claire apologie du Terrorisme d'État et de 28 assassinats, sequestrations, bombes et Guerre Sale! Ricardo MARTÍN a été un ancien chef de Cabinet de Joaquín ALMUNIA*. Évidemment, ainsi, nous comprenons enfin sa connaissance et son soutien relatif au Terrorisme d'État.

* Membre du PSOE, ancien commissaire de l'Économie de l'Union Européenne (avril 2004-novembre 2009).

 

5-PROCES7-(ÉTAT SUISSE) La Suisse criminalise. Manifestations du 18 au 22 Juillet 2011 à l'occasion du Procès contre 3 anarchistes: Billy, Silvia et Costa (05.07.2011. Comités por un SRI)

ÀBellinzona (Suisse), le procès contre 3 solidaires anarchistes: Billy, Silvia et Costa va avoir lieu. Chaque jour, leurs compagne-on-s seront présent-e-s dans la salle du procès. Chaque après-midi, des manifestations auront lieu pour informer la population sur ces militant-e-s anarchistes. L'importante Journée de Rencontre du 21 juillet 2011 parlera de l'importance de la Solidarité dans le Mouvement Révolutionnaire.

Voir le blog de soutien à Sylvia, Billy et Costa et pour télécharger le dossier "Contribution à la Lutte", en français (en bas): <http://www.silviabillycostaliberi.tk/>

-Parmi les procès qui auront lieu en Suisse, nous rappellons l'importance de celui du 28 septembre 2011 qui accuse le Secours Rouge International et une compagne de l'organisation AUFBAU.

Voir le blog de Aufbau:<http://www.aufbau.org/>

 

8-(EUROPE) Défendons les militant-e-s du SRI attaqué-e-s en Suisse, Belgique, Italie et Espagne! (04.07.2011. "REVOLUTIONÄRER AUFBAU", suisse)

"C'est connu: Le Capitalisme n'a plus rien à offrir sauf l'augmentation des scénarios de Guerre, la diminution de la qualité du travail et de vie et la Lutte de Classe intensifiée par le haut. La crise actuelle se propage non seulement depuis lontemps dans l'économie et différents aspects sociaux mais desormais aussi dans la politique et la culture où les valeurs traditionnelles sont ôtées des conquêtes progressistes jusqu'à n'être plus que réactionnaires.

Si la spirale de la crise capitaliste tourne, avec elle -plus ou moins differé dans le temps- ce sont aussi les crans de la machine de Répression tandis qu'avance la Résistance sur le poste de travail, dans la rue, contre la destruction environnementale et pour une alternative révolutionnaire au Capitalisme en vigueur! La Répression réagit au moyen de plusieurs instruments contre les différentes formes et contenus de la Résistance, en général dont tout d'abord et en particulier contre l'Organisation Révolutionnaire.

5BIS-PROCES«Le passage dans les salles des Tribunaux devient une partie du Processus Révolutionnaire.»*

"Un procès aura lieu du 19 au 23 septembre 2011 au tribunal pénal de Bellinzone (dans le sud de la Suisse). Après de très longues et très dispendieuses investigations, menées aussi bien au niveau international, le Parquet Fédéral Suisse a deposé un dossier d'accusation judiciaire contre une camarade de "Revolutionärer Aufbau" de Suisse (Construction Révolutionnaire) et de la Commission pour un SRI. Concrètement, il s'agit d'attentats pyrotechniques contre des installations de l'État espagnol (Consulat Général et bureaux de voyages étrangers), contre des Agences de voyage à l'étranger grecques, "IBERIA" et "EL AL" (tous dans le même batiment: entre autre en lien avec les grèves de la faim des prisonnier-ère-s politiques du PCE(r) et des GRAPO au cours des années 2002 et 2004), contre le Service d'Intelligence interne à la Suisse (DAP), contre le Secrétariat d'État pour l'Économie (SECO)** et contre la Police Cantonale de Zurich. Un autre attentat contre le Consulat Général indien à Berne n'est pour le moment plus mentionné dans les actes du dossier judiciaire. Les attentats portaient tous la signature “POUR UNE PERSPECTIVE RÉVOLUTIONNAIRE”. Avec ce slogan, depuis 1997, beaucoup d'attentats contre l'État, le Capital, les Guerres Impérialistes, les Sommets comme le WEF et la ContreRévolution sont revendiqués.

Depuis des années, les services de l'État italien et suisse essayent d'arrêter la Camarade. Elle a déjà été mise en prison plusieurs fois pour violation de l'Ordre Public. Sous l'ordre des Services italiens, des perquisitions coordonnées au niveau internationnal se sont répétées contre elle. La dernière en date du 12 février 2007 est liée à la vague d'arrestations contre le projet révolutionnaire du PCp-m en Italie (Parti Communiste politico-militaire). Le dossier judiciaire italien qui a été ouvert à ce moment-là «pour participation à une association terroriste»n'a toujours pas été officiellement fermé, jusqu'à ce jour. Aussi le Parquet Judiciaire belge s'est aussi interessé à elle, quand 4 camarades du SRI de Belgique ont été arrêtés le 5 juin 2008 pour soutien à une association terroriste (encore le PC p-m !).

Ces 2 commissions rogatoires internationales n'apparaissent pas en tant que chefs d'accusation dans le Procès à venir mais ces actes sont mis en pièce-jointe aux nombreux classeurs du Procès. Il est typique de la Contre-Révolution préventive Suisse que l'Accusation évite le concept "d'association terroriste" ou "subversive". Expédient par lequel elle croit contourner la question de l'ennemi politique interne au pays.

Comportement de la Contre-Révolution

Celle-ci fait une distinction claire entre les chefs d'accusation concrets et “la suggestion”, comme le réalise justement l'introduction des procédés italiens ou belges dans le dossier principal. Dans le même objectif, la Contre-Révolution préventive Suisse essaye de l'obtenir au moyen d'allusions claires ou cachées relatives à l'Anarchisme et aux anarchistes arreté-e-s en Suisse qui sont en prison pour une tentative d'attentat à la dynamite contre le nouveau laboratoire de recherche sur les nanotechnologies IBM de Rüschlikon et avec des colis piegés contre le lobby nucleaire qui ont explosé en Suisse. Dans ce contexte, celle-ci continue à faire des allusions pour suggerer un lien direct ou indirect avec le procès contre la camarade de Aufbau et du SRI.

Les attaques internationales (en partie coordonnées comme celles qui ont cours en Belgique, Suisse et Italie) ont en commun: la criminalisation de militant-e-s, elles veulent frapper la Construction de la Solidarité Internationale de Classe tout comme les projets politiques concrets, dans les pays eux-mêmes. Vraiment dans le sens de Mao TSE TUNG: «Si l'ennemi nous combat, alors c'est un bien parce que c'est la preuve qu'on a tracé une claire ligne de division entre nous et l'ennemi. Si l'ennemi nous affronte avec energie, nous peint avec les couleurs les plus louches et ne fait rien valoir de nous, encore mieux; parce que cela témoigne que nous avons non seulement tracé une ligne nette de division entre nous et l'ennemi, mais que notre travail a aussi du succès***». Et enfin la citation du collectif des prisonnier-ère-s politiques italien-ne-s Aurora: «On prendra la balle au vol et on tentera de faire du passage par les salles des Tribunaux une petite contribution au Processus Révolutionnaire».

*Citation du Collectif des prisonnier-ère-s politiques italien-ne-s "Aurora".

**Centre de Compétence de la Fédération relatif à toutes les questions économiques centrales.

***Extrait de "Si l'ennemi nous combat, ceci est un bien et pas un mal" (26 mai 1939)

Voir le blog de AUFBAU:

<http://www.aufbau.org/index.php?option=com_content&task=view&id=1124&Itemid=149>

 

4-PROCES9-(EUROPE) Le cas FLICK, 30 ans après (03.07.2011. Juan Manuel Olarieta Alberdi. Avocat, écrivain et réprimé politique du SRI)

"Au début des années 80, FLICK était le symbole de la corruption politique en Europe. Entre 1969 et 1980, celui-ci avait financé les Partis politiques allemands de toutes les couleurs avec un total de 1.300 millions d'euros. Le gérant de son Consortium: Eberhard von Brauchitschl'appelait cyniquement «l'infirmier du paysage politique». Bien qu'alors il ne faisait pas partie de l'Union Européenne, ce "paysage" incluait l'Espagne et, plus concrètement, le PSOE (Parti "Socialiste Ouvrier" Espagnol). L'argent provenait de Friedrich Karl Flickqui durant des decennies avait dirigé l'un des plus importants Monopoles industriels d'Allemagne. FLICK avait hérité de la fortune de son père, principal fournisseur d'armement à HITLER ce pourquoi la conclusion est évidente: l'argent NAZI a financé la création du PSOE durant la Transition et sa première victoire électorale en 1982.

Le cas FLICK a éclaté en 1981 quand une inspection du fisc allemand a découvert un document comptable qui recueillait les paiements en espèce aux politiques de tout les Partis représentés au Bundestag, y compris les Ministres de l'Économie: Hans Friderichs et Otto Lambsdorfflesquels ont effacé au profit du Consortium de FLICK des impôts d'une valeur d'environ 450 millions d'euros. La corruption lave plus blanc: elle transforme en Démocratique le Nazi et en Privé ce qui est Public. Les subordinations de FLICK sont devenus le plus grand scandale de corruption de l'Allemagne occidentale. Quatre Fondations allemandes ont mis en oeuvre le financement des Partis, spécialement celle de Friedrich Ebert, relié à la socialdémocratie qui servaient de couverture au réseau de corruption politique et financière.

Le processus postérieur est plus que connu. Chaque fois qu'éclate un scandale, il se constitue une commission parlementaire correspondante "d'investigation" pour calmer les énergies, les esprits et jeter la cochonnerie sous le paillasson. Dans l'interminable "investigation" qui s'est ouverte en Allemagne, personne ne se souvenait de rien. Von Brauchitscha déclaré qu'il ne s'agissait pas de subordination, sinon de donations. Le même FLICK a aussi perdu la mémoire. Il a du comparaître face à une commission parlementaire de son pays qui a commencé l'investigation sur le cas. Le magnat a dit ne rien savoir sur les transferts d'argent. Il a sacrifié son lieutenant: von Brauchitschet après lui toute une série de politiques et banquier-ère-s renommé-e-s a aussi été obligé de démissionner, parmi eux/elles, le Ministre de l'Économie d'alors: le libéral Otto Graf Lambsdorff.

L'Histoire de la Dynastie FLICK est celle de l'Allemagne elle-même. Avec l'ascension des Nazi-e-s en 1933, son père a été celui qui a établit les piliers du puissant Monopole qui a réussit à se consolider comme second Empire sidérurgique du IIIème Reich en commandant 48.000 travailleur-euse-s forcé-e-s venu-e-s des Camps de Concentration. Au terme de la Seconde Guerre Mondiale, le Tribunal de Nuremberg qui a condamné les crimes nazis l'a condamné à 7 ans de prison. Pour laver ses mains de néo-Nazi dans la post-Guerre de l'Allemagne Fédérale, il a promulgué une Loi pour indemniser les victimes des Camps de Concentration durant la Seconde Guerre Mondiale. Mais "celui qui fait la Loi fait le piège", dit la sagesse populaire.

Bien que la famille FLICK ait été étroitement liée aux Nazi-e-s, bien qu'elle ait accumulé sa fortune sur l'Exploitation des Antifascistes irréductibles dans les Camps de Concentration, personne n'a obligé FLICK a payer un centime comme compensation aux Antifascistes. La solution n'était pas l'Indemnisation sinon l'Expropriation des Monopoles et c'est ce qui a été fait dans l'autre partie de l'Allemagne, en République Démocratique. Quand le Capitalisme allemand a accepté de payer des aumônes au fond commun destiné aux Antifascistes réprimé-e-s, FLICK l'a refusé. Il n'était pas disposé à donner un centime à ses ennemi-e-s de Classe. Il a argumenté que l'aumône pour les travailleur-euse-s forcé-e-s, à part égales entre le Gouvernement et les entreprises privées allemandes, n'était pas une obligation pour les particuliers. Il a aussi signalé que les entreprises qui se trouvaient entre les mains de la famille FLICK durant le IIIème Reich ou qui avaient participé dans celles-ci –comme Daimler Benz*et Dynamit Nobel**- avaient déjà payé leur part à ce fond.

Après le scandale, FLICK a décidé de se retirer des affaires. En 1985, il vend à la Deutsche Bank ses entreprises sidérurgiques, chimiques, d'armement et automotrice (son paquet d'actions dans Daimler Benz) pour 970 millions d'euros. La banque a démembré le Monopole en plusieurs entreprises et elle les a mis en bourse. Les gains de la vente ont été investis en biens immobiliers, actions et fonds aux États-Unis, en Europe et en Asie. En 1994, FLICK a transféré le siège administratif de ses affaires de Düsseldorf (Allemagne) à Vienne (Autriche) où il a vécu les dernières années de sa vie avec sa 3èmeépouse, Ingrid Ragger,sa secrétaire, de 33 ans plus jeune que lui. Il est mort placidement en 2006.

L'ancien dirigeant démocrate-chrétien: Rainer Barzel est lui aussi mort la même année. En 1984, il a démissioné de la Présidence du Bundestag quand le soupçon a surgit depuis la commision "d'investigation" du cas qu'il avait, lui aussi, reçu de l'argent de FLICK. Avec ce paiement, maquillé en forme d'honoraires de conseiller, FLICK avait acheté pas moins que le retrait de BARZEL de la Présidence du Parti et du Groupe Parlementaire démocrate-chrétien pour laisser la voie libre à Helmut Kohl. Le nom de KOHL figurait dans la relation des subordonné-e-s. Von Brauchitschne l'a pas seulement payé avec de l'argent sinon aussi avec du caviar. Il doit sa carrière à FLICK autrement dit à la corrution politique. Pour varier, dans sa déclaration, le futur Chancellier allemand a dit ne se souvenir de rien. En arrivant au Gouvernement, la coalition démocratechrétienne-libérale qui a présidé à tenté d'amnistier les corrompu-e-s mais la tentative a échouée à cause de l'énorme indignation publique qui s'est déchaînée.

6-PROCESLe chapitre espagnol de la trame a tardé un peu plus à être découvert mais il n'a pas été découvert en Espagne où tous/tes ont regardé de l'autre côté. Cela est arrivé, en 1984, quand le député social-démocrate allemand: Peter Struck a déclaré à la presse de son pays qu'un autre député du même Parti: Hans Jürgen Wischnewskiavait remis un million de marks au réseau espagnol de corruption dirigé par Felipe Gonzálezdepuis le Gouvernement. En 1990, la revue allemande “Der Spiegel” a assuré que les premières livraisons de FLICK en Espagne procédaient des fonds réservés des Services Secrets allemands créés durant le Gouvernement socialdémocrate-libéral d'Helmut Schmidt(1974-1982), avec le consentement de tout les Partis parlementaires.

Durant la Transition, pour la livraison caché des subordonné-e-s, les Services Secrets allemands ont utilisé quatre Fondations politiques différentes, spécialement celle de Friedrich Ebert. Pour effacer les traces de l'origine de l'argent, ils ont aussi falsifié la documentation. Entre 1978 et 1981, les donations en Espagne et au Portugal ont atteint environ 3,3 millions d'euros, selon le quotidien allemand “Der Spiegel”. 

Que tentaient de cacher les Services Secrets et la social-democratie? L'explication est apparue quand le Représentant de FLICK: von Brauchitscha comparu à la Commission du Congrès. CARRILLO*** lui a demandé: «J'ai entendu dire que Mr. FLICK a été condamné par le Tribunal de Nuremberg en tant que Criminel de Guerre Nazi. Je crois que vous êtes le fils du Général qui fut chef de l'État-Major d'HITLER... Alors, comment expliquez-vous que vous ayez financé le PSOE?». Von Brauchitschn'a pas vascillé dans sa réponse: «Nous tentions de fermer le passage au Communisme et le Parti le mieux situé pour le faire était le PSOE».

Acculé, Felipe González, alors Président du Gouvernement du PSOE a prononcé cette phrase célèbre: «Je n'ai pas même reçu un centime, ni une peseta, ni de FLICK ni de FLOCK». Naturellement, c'était un mensonge: dans la Commission Parlementaire d'Investigations, les impliqué-e-s se sont mis d'accord pour admettre que la Fondation Friedrich Ebert avait destiné à l'Espagne un million de marks mais ils ont trouvé un trou par lequel s'échapper: ils/elles l'avaient touché une année avant l'interdiction aux Partis politiques espagnols de recevoir des donations étrangères. Le Congrès des Député-e-s a alors absous Felipe González av ec 263 votes en sa faveur, en approuvant les conclusions élaborées par la Commission relatives à l'inexistence de preuves et à la fausseté des déclarations. Ensuite Felipe González a reconnu avoir reçu de l'argent provena nt d'Allemagne: «C'était de l'argent pour une noble cause», a-t-il dit. Cela, ils l'appellent noblesse. Cette "noble" Cause était la sienne propre et celle du Parti qu'il présidait. C'est quelque chose que nous les Républicain-e-s ne comprenons  pas car nous ne croyons pas dans les titres de noblesse."

*Entreprise d'automobiles devenue plus tard MERCEDEZ-BENZ.

**Entreprise de Chimie et d'Armement.

***Santiago CARRILLO SOLARES, secrétaire général du PCE-Parti Communiste Espagnol et l'un des principaux protagonistes de sa transformation réformiste et Eurocommuniste (anticommuniste) tout en pactisant avec la Transition de l'État espagnol Monarcho-fasciste.

 

7-PROCES10-(ÉTATS-UNIS) Mort de Geronimo PRATT, un ex-Black Panther qui a passé 27 ans en prison (01.07.2011. Comités pour un SRI)

"L'ex-Black Panthers* et prisonnier politique Geronimo “Ji Jaga” PRATT est mort à l'âge de 63 ans. En 1972, PRATT a été condamné injustement pour l'homicide de Caroline OLSEN. Il a passé 27 années en prison dont 8 d'entre d'elles en isolement. Il a été libéré en 1997, après qu'un Juge annule sa condamnation. Geronimo PRATT a été l'un des prisonnier-ère-s politiques qui a passé le plus de temps en prison aux États-Unis. Ils l'ont condamné dans un procès-farce jusqu'à presque 27 ans parce qu'il était révolutionnaire et dirigeant du Parti des Black Panthers. Comme l'a expliqué le Juge DICKEY dans sa décision, il n'a pas eu un jugement impartial. Le Système a fait tout son possible pour enterrer à vie ce compagnon révolutionnaire: il a menti, déformé la Vérité, falsifié certaines preuves et caché d'autres. Ils l'ont accusé d'un crime qu'il n'a pas commis.

Son principal témoin était un informateur policier et le Procureur l'a occulté. Ils l'ont jeté en prison à vie et ils ont fait tout leur possible pour le détruire. Ils l'ont laissé des années entières au cachot. Ils ont rejeté 16 fois les demandes de liberté conditionnelle. Quatre Tribunaux d'Appel ont donné leur signature en approbation à cette conspiration. Mais Geronimo s'est maintenu ferme et 25 ans après, son innocence a dû être reconnue."

* Black Panthers Party: Parti des Panthères Noires (1962-2011...), mouvement révolutionnaire afro-américain

Voir le blog Black Panthers: <http://www.blackpanther.org/>

 

8-PROCES11-(ÉTAT ESPAGNOL) L'expérimentation perverse du Professeur ZIMABARDO (02.07.2011. Comités pour un SRI)

"Durant l'été 1971, Philip Zimbardo, professeur de psychologie à l'Université de Stanford s'est préparé à mettre en oeuvre une simple expérimentation dans laquelle serait démontré la fragile et mince ligne qui sépare le bien du mal. Pour la mettre en marche, il a reçu une bourse de l'Officine d'Investigation Navale (ONR) du Gouvernement des États-Unis et dont l'argent devait servir à financer toutes les dépenses qui seraient générées durant les 2 semaines de fonctionnement du projet. Celui-ci est connu sous le nom de: "L'expérimentation de la prison de Stanford” et ce qui devait être une preuve de conduite et de résistance humaine a fini par se convertir en une expérimentation perverse remplie d'actes sadiques et cruels.

Gardien-ne-s de prison. Philip Zimbardoa abordé les questions suivantes: qu'arrive-t-il quand on met des personnes bonnes dans un mauvais environnement? L'humanité arrive à vaincre le mal ou alors le mal triomphe? Pour pouvoir donner la solution, il a cherché un grand nombre d'étudiant-e-s disposé-e-s à participer à cet étrange expérimentation en même temps que pleine d'émotions. Il a publié une annonce dans la presse dans laquelle il offrait une gratification de 15 dollars par jour à ces étudiant-e-s qui voudraient faire partie de l'étude. 70 aspirant-e-s se sont présenté-e-s de différentes localités environnantes et qui n'avaient rien à avoir avec l'Université de Stanford. Une série de test ont été réalisés sur eux/elles et finalement, après sélection, 24 candidat-e-s ont élue-s lesquel-le-s ont été divisé en 2 groupes: l'un sera celui des policier-ère-s et l'autre celui des détenu-e-s. Le professeur Zimbardo et son équipe a compté avec la collaboration du corps de Police pour le premier jour de l'expérimentation.

Agent-e-s de police. Le 14 août 1971, de réel-le-s agent-es de la Police se sont déplacé-e-s pour détenir les volontaires à qui l'on avait assigné le rôle de délinquant/es. L'opération était parfaitement coordonnée pour que tout semble réel. La Police s'est présentée dans les maisons des "délinquant/es" et ceux/celles-ci ont été détenu-e-s après qu'on leur ait lu leurs Droits puis ils/elles ont été conduit au commissariat. Une fois là-bas, ils/elles ont été fiché et on a masqué leurs yeux en les faisant monter dans des voitures pour les conduire dans le souterrain de l'édifice du Département de Psychologie de l'Université, lieu où des cellules avaient été aménagées comme s'il s'agissait d'une véritable prison, une chose qui était méconnue des "détenu-e-s".

La “prison de Stanford” était surveillée par un groupe de volontaires que l'on avait vêtu d'uniformes, fourni en matraques et lunettes noires avec l'intention que l'on ne voit pas leurs yeux. La majorité de ces "policier-ère-s" avaient été choisi-e-s pour leurs tendances pacifistes. Beaucoup d'entre eux/elles appartenaient aux mouvements hippies qui à cette époque-là avaient comme consigne et mode de vie le "faites l'amour, pas la Guerre". On leur a donné une série de consignes relative au traitement des prisonnier-ère-s et à l'autorité qu'ils/elles devaient exercer sur ceux/celles-ci. Parmi ces consignes, il y avait celle de les dénuder, de se moquer d'eux/elles, de les humillier... et ils/elles l'ont tellement pris au pied de la lettre que beaucoup d'entre eux/elles sont allé jusqu'à pratiquer une authentique violence psychologique disproportionnée. Les détenu-e-s ont été arrosé de spray anti-parasites, leurs cheveux coupés et la tête revêtue de sacs, dépourvu-e-s de vêtements. Ils/elles ont aussi été obligé de porter comme bonnet une culotte de femme et une chaîne pesante était accrochée à leurs chevilles. Avec tout cela, ils/elles voulaient accélerer le processus pour que les détenu-e-s se sentent humillé-e-s et véritablement emprisonné-e-s. Les cellules étaient pourvues d'une série de microphones et de caméras cachées par lesquelles ils/elles espionaient tout ce que les détenu-e-s faisaient et disaient entre eux/elles.

Avec son expérimentation, ZIMBARDO proposait de démontrer que n'importe quelle personne à qui l'on donne une série d'instructions en l'exposant à une situation limite est capable de franchir la ligne qui sépare "le bien du mal". Le 2èmejour, les premiers problèmes importants ont eu lieu. Certain-e-s reclus-e-s ont quitté les bonnets et ils/elles ont arraché les numéros d'identification qu'ils/elles portaient cousus sur le sac qu'ils portaient comme vêtement. Ils/elles se sentaient humillié-e-s et atteint-e-s par le traitement disproportionné qu'ils recevaient de la part des gardien-ne-s de prison. De leur côté, ceux/celles-ci prennaient chaque jour plus au sérieux le rôle qu'ils/elles devaient représenter, en oubliant qu'il s'agissait d'une représentation. Le groupe de prisonnier-ère-s qui a organisé une mutinerie a été réprimé d'une façon tranchante avec l'Isolement de ceux/celles qui ont dirigé la rébellion et en offrant au reste de petites "récompenses" s'ils/elles obéissaient aux autorités et ne s'ajoutaient pas à l'Insoumission.

Les jours sont passés et certain-e-s prisonnier-ère-s ont commencé à montrer des désordres émotionnels profonds. L'expérimentation n'a pas pu s'achever. Le 20 août 1971, 6 jours après s'être mis en marche, il a du être interrompu après que Christina Maslach, une Docteure de l'Université -non familiarisée avec l'étude qui était en train de se réaliser- ait accédé à la "Prison de Stanford” pour réaliser des entretiens autant des gardien-ne-s que des prisonnier-ère-s et qu'elle se soit rendu compte des très mauvaises conditions dans lesquelles ils/elles se trouvaient. Scandalisée, elle a demandé que l'expérimentation soit donnée pour conclue.

La cinquantaine de personnes qui avait observé toute l'étude du dehors, tout au long de ces jours, était devenue immunisée par toutes les images et comportements qui se déroulaient à l'intérieur en considérant comme "normal" ce qui s'y passait. L'unique personne qui a donné l'alarme a été la Docteure MASLACH. Á ce moment-là, le professeur ZIMBARDO a donné pour achevée l'une des études les plus controversée qu'il ait réalisée: “L'expérimentation de la prison de Stanford”."

Voir le site sur l'expérimentation (castillan): <http://www.prisonexp.org/espanol/>

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
28 juin 2011 2 28 /06 /juin /2011 07:00

1-LUTTERDOSSIER SRI "La Solidarité de Classe est une Arme! (28.06.2011)"

1-(INTERNATIONAL) Hommage au dirigeant et l'un des fondateur-trice-s du PCE(r): Francisco Javier MARTIN EIZAGIRRE ouvrier basque assassiné à 42 ans par le BVE à Paris avec la participation des États français et espagnol (28.06.11-Comités pour un SRI)

2-(ÉTAT ITALIEN) Actes pro-prisonnier-ère-s politiques en Italie (27.06.11.Secours Rouge Italie)

3-(ÉTAT ESPAGNOL) Détention de 12 Anti-Espécistes (contre le racisme envers les espèces animales) détenu-e-s dans l'État espagnol dont Olaia FREIRÍA (27.06.2011. Comités pour un SRI)

4-(ANTIFASCISME) Entretien avec un proche d'un prisonnier politique Antifasciste qui a souffert d'un accident dû à la dispersion pénitentiaire (26.06.2011. Comités pour un SRI)

5-(SOLIDARITÉ) Lettre d'un solidaire de Santander, en Cantabria (27.06.11. Comités pour un SRI)

6-(RÉSISTANCE) Par les couilles (Juan Manuel OLARIETA ALBERDI, Avocat, écrivain et réprimé politique du SRI)

7-(ÉTAT FRANÇAIS) Non ! les vieux-vieilles migrant-e-s ne sont pas des fraudeur-euse-s ! (19.06.2011. Transmis par "El Ghorba". Lyon)

8-(ÉTAT FRANÇAIS, prison de Lannemezan) Communiqué-analyse de Georges ABDALLAH, prisonnier politique communiste libanais (Collectif Georges Abdallah)

9-(ÉTAT FRANÇAIS) Rencontre "Les Luttes populaires au Maghreb" Co-organisée par le collectif "Coup Pour Coup 31" et le "Secours Rouge Arabe" (15.04.2011, Toulouse)

10-(MÉMOIRE HISTORIQUE) Impérialisme (1922). L'Espagne utilise les armes chimiques. ("Extrait de "Breve Memoria-Historia (subjetiva) del siglo XX y XXI": Brève Mémoire-Histoire (Subjective) du siècle XX et XXI, de Erlantz CANTABRANA BERRIO*. Edition "Templando el Acero", février 2010. 10 euros) *militant du SRI, en liberté provisoire.

11-(ÉTAT ESPAGNOL) Répression policière, discrimination et Fascisme (Juin 2011. Comités pour un SRI)

-11a. Un jeune marocain meurt dans les cachots de la Police à Aranjuez (19.06.2011. Agence EFE)

-11b. Dénonciation: un habitant meurt à Miranda de Ebro après un incident avec la Police locale (10.06.2011. Comités por un SRI)

12-(MAGHREB ET MOYEN-ORIENT) Lutte de Classe (Secours Rouge Arabe)

-12a. Présentation de la Plateforme du Secours Rouge Arabe (27.06.11. Secours Rouge Arabe)

-12b. Solidarité avec les peuples du Mahgreb et du Moyen-Orient (20.02.2011. "Comité Maroc 20 février" de Bruxelles)

 

Mémoire Historique du jour (28.06.2011):

-1861: Insurrections paysannes à Loja (Granada) et Iznájar (Córdoba).

-1936: Le peuple galicien approuve massivement le Statut d'Autonomie assassiné à feu et à sang 20 jours plus tard.

-1979: Le "Batallón Vasco Español" (Bataillon Basco Espagnol) assassine le dirigeant du PCE(r) Francisco Javier MARTÍN EIZAGIRRE à Paris et le lendemain, un autre militant du PCE(r) et solidaire SRI: Aurelio FERNÁNDEZ CARIO.

 

"La Lutte de Classes en France" Karl MARX (extrait): "Les ouvriers/ères n'avaient pas le choix: ou mourir de faim ou commencer la Lutte. Ils/elles ont répondu le 22 Juin avec cette formidable Insurrection par laquelle une grande bataille s'est livrée entre deux Classes de la société moderne. Ce fut une Lutte pour la conservation ou la destruction de l'Ordre bourgeois. Le voile qui enveloppait la République est resté déchiré. On sait que les ouvriers/ères, avec un courage et une génialité sans exemple, sans chefs, sans un plan commun, sans moyens, en carence d'armes dans la majeure partie, ont mis en échec durant 5 jours l'Armée, la Garde Mobile, la Garde Nationale de Paris et celle qui a accouru en désordre des provinces. Et il est connu que la bourgeoisie s'est vengée avec une brutalité inédite de la peur mortelle qui n'était plus présente, en exterminant plus de 3.000 prisonniers/ères."

 

1-(INTERNATIONAL) Hommage au dirigeant et l'un des fondateur-trice-s du PCE(r): Francisco Javier MARTIN EIZAGIRRE ouvrier basque assassiné à 42 ans par le BVE à Paris avec la participation des États français et espagnol (28.06.11-Comités pour un SRI)

28 juin 1979: Le "Batallón Vasco Español" (Bataillon Basco-Espagnol) assassine à Paris le dirigeant du PCE(r): Francisco Javier MARTÍN EIZAGIRRE, un ouvrier basque âgé de 42 ans et originaire d'Erandio (Bizkaia). Il assumait à ce moment-là la fonction de Secrétaire Général du PCE(r) du fait de l'emprisonnement du "Camarade Arenas" (Manuel PEREZ MARTINEZ). Le lendemain, le 29 juin 2011, le BVE a assassiné un autre militant du PCE(r) et solidaire SRI: Aurelio FERNÁNDEZ CARIO, un ouvrier andalou âgé de 28 ans originaire de Sevilla.

VOIR Antifa N°5 (Hommages 1979-2011)

 

-Lettre sur le 30ème anniversaire de José CRESPO GALENDE "kepa" (26.06.2011. Alex): "Nous sommes quelques-un-e-s à nous souvenir de ceux-celles qui sont tombé-e-s (et non pas mort-e-s) tandis que d'autres mendient une Démocratie, un Capitalisme... plus juste!!!?? Quelque chose en commun (il y en a beaucoup d'autres...) entre les Communistes et les Anarchistes... c'est que nous ne mangeons pas de cette invention du 15-M!!! Jusqu'au Roi des tortionnaires les appuie... GARZON!!! tandis que tout acte de rébellion est condamné par ces gens... quelque chose ne sent pas bon!!! Mais ils ne s'en rendent pas compte... et ils-elles l'appellent révolution!!! Quelle merde!!! Salut!!!"

 

2-(ÉTAT ITALIEN) Actes pro-prisonnier-ère-s politiques en Italie (27.06.11.Secours Rouge Italie) Voir Secours Rouge Italie  

 

3-LUTTER3-(ÉTAT ESPAGNOL) Détention de 12 Anti-Espécistes (contre le racisme envers les espèces animales) détenu-e-s dans l'État espagnol dont Olaia FREIRÍA (27.06.2011. Comités pour un SRI)

"Eladio FERREIRA, Olaia FREIRÍA, David HERRERO, Sara LAGO, José Ramón MALLÉN, Javier MORENO, Sharon NÚÑEZ, Eneko PÉREZ, Jose VALLE et 3 autres compagne-on-s anti-espécistes ont été détenu-e-s la semaine dernière à Madrid, à A Coruña (Galice) et dans d'autres localités. On les accuse d'attentas contre des magasins de fourrure, des fermes d'élevage d'animaux et des industries chimiques qui font usage des expériences en laboratoire sur les animaux.

Détenu-e-s à Madrid, Jose VALLE, Sharon NÚÑEZ et David HERRERO ont été transfér-e-s face au Juge à Santiago de Compostela, le jeudi 23 juin 2011. Ils-elles ont informé être en Grève de la Faim et qu'ils-elles revendiquent le Droit de ne pas déclarer. Ensuite, ils-elles sont passé à la disposition judiciaire. Le motif de la Grève de la Faim est relatif au fait qu'ils-elles demandent leur libération immédiate. «Nous allons bien. Il s'agit d'une attaque très claire contre les Organisations anti-espécistes et contre le travail d'investigation qui révèle les horreurs de l'exploitation animale». Un autre des activistes détenu-e-s, José Ramón MALLÉN a lui aussi pu envoyer un message au travers de son avocat: «Ceux-celles qui sommes dedans, nous résistons. 4 des activistes détenu-e-s à A Coruña (Galice) sont déjà en Grève de la Faim. On tente de nous réprimer, il est évident que l'activisme que nous réalisons -ceux-celles qui sommes prisonnier-ère-s- ce n'est pas le type d'activisme pour lequel nous sommes réprimé-e-s. Il s'agit d'un montage policier. Du dedans, nous faisons ce que nous pouvons. Nous avons besoin que vous vous unissiez, que vous protestiez, que vous organisiez des manifestations exigeant notre liberté. Ils tentent de détruire notre Mouvement. Démontrons-leur dedans et dehors qu'ils ne le pourront pas.».

Dans plusieurs villes, des manifestations auront lieu cette fin de semaine en soutien aux détenu-e-s. Beaucoup dans l'État espagnol, d'autres à Toronto, Milán, Bruxelles, La Haye, Santiago de Chile, Prague, New York, Washington DC, San Francisco, Lima, Buenos Aires, Londres et Varsovie. Plusieurs activistes ont été mis-e-s en liberté avec des charges mais Olaia FREIRÍA est entrée en prison. Ils-elles poursuivent la Grève de la Faim pour «la libération immédialte, le retrait de toutes les charges judiciaires et la remise de tout le matériel saisi.»."

 

4-(antifascisme) Entretien avec un proche d'un prisonnier politique Antifasciste qui a souffert d'un accident dû à la dispersion pénitentiaire (26.06.2011. Comités pour un SRI) Voir Témoignage 

 

5-(SOLIDARITÉ) Lettre d'un solidaire de Santander, en Cantabria (27.06.11. Comités pour un SRI) Voir l'article  

"Salut, je suis resté stupéfait quand j'ai lu sur le blog le compte-rendu sur l'acte de Mémoire en Ipar Euskal Herria avec l'intervention d'Angel MADARIAGA DE LA CAMPA, historien non seulement bourgeois sinon réactionnaire et fascisant. Quel dommage de ne pas avoir été là pour lui faire avaler son cynisme et son insolence. De plus, il a le culot de déclarer (dans un environnement qui ne le connaît pas) sa militance dans une organisation monté par un ancien maire fasciste, la UPCA, une Organisation mafieuse et consacrée exclusivement par et pour le corrompu ex-maire de Santander: HORMAECHEA dont la sénilité politique a été démontrée en donnant une conférence organisée par le "Frente Nacional" [Front National: Parti d'Extrême-Droite espagnol fondé en 2006] il y a quelques mois.

Ce MADARIAGA est le type de personnage qui pullule par ici mais qu'il voyage en plus comme "Historien", c'est le comble. J'ai du le lire deux fois pour m'en assurer. C'est incroyable. Et très probablement, ici à Santander, cette canaille n'aurait pas pu se présenter comme "Historien" et Juge (facette que je méconnaissais) dans un acte sur cette Mémoire manipulée et déformée, dans la bouche d'authentiques porcs. Il faut leur reconnaître une audace qui parfois nous fait défaut, non par couardise, sinon par le sens du ridicule et de la convenance pour maintenir de bonnes relations et des choses comme ça.

J'en profite pour vous transmettre mon désaccord avec l'approche que je vois réalisée dans le blog sur le thème du 15-M. Il ya beaucoup de d'aspects à traiter, beaucoup de choses à éclaircir, beaucoup de charges profondes contre les parti et les syndicats en tant qu'uniques organisations prolétaires valables... Mais en tant que sujet de discussion, cette fois il est un peu tôt pour donner des informations et des analyses solides. Nous verrons cela. Dans tout les cas, cela est discutable et peut être discuté. Saluts Communistes. Un Solidaire. (Cantabria)"

*Note de PRES.O.S. Ce qui a été édité sur le 15-M a été tellement varié et pluriel qu'après beaucoup d'analyses, nous restons sur celle de Marcos MARTÍN PONCE. Nous attendons l'apport du Solidaire de Cantabrie car nous ne comprenons pas où sont les désaccords: Analyse de Marcos (version originale, en castillan) 

 

6-(RÉSISTANCE) Par les couilles (Juan Manuel OLARIETA ALBERDI, Avocat, écrivain et réprimé politique du SRI) Voir Mémoire Historique  

 

5-CHIBANIS-LUTTER7-(ÉTAT FRANÇAIS) Non ! les vieux-vieilles migrant-e-s ne sont pas 6-CHIBANI-LUTTERdes fraudeur-euse-s ! (19.06.2011. Transmis par "El Ghorba". Lyon)

-"La dynamique SRI de Baiona fait part de sa Solidarité avec les migrant-e-s lesquel-le-s sont parmi les plus exploité-e-s... qui contribuent aux économies nationales et trans-nationales capitalistes en étant traité-e-s comme des sous-humain-e-s invisibles."

Information transmise par "El Ghorba" (Lyon). Voir le BLOG  


 8-(ÉTAT FRANÇAIS, prison de Lannemezan) Communiqué-analyse de Georges ABDALLAH, prisonnier politique communiste libanais (Collectif pour la Libération de Georges Abdallah) Voir le Blog du CLGIA  

3-rassemblemet-G"Cher-ère-s camarades, Cher-ère-s ami-e-s, Après tant d'années de captivité, certainement, je ne peux qu'être ému à l'idée de vous adresser quelques mots vous exprimant la chaleur et la force que votre mobilisation solidaire m'apporte aujourd'hui ici, derrière ces abominables murs.

Un peu plus d'un quart de siècle camarades, dans ces sinistres lieux, c'est vraiment assez long ; le moins qu'on puisse dire. Tout au long de ces années, votre solidarité ne m'a jamais fait défaut et elle m'a été d'une importance capitale. Et aujourd'hui, elle l'est encore plus. Face au climat délétère d'oppression et de manipulation, la solidarité s'avère pour ce qu'elle est : une arme indispensable pour tous ceux et celles qui résistent et refusent de se renier. C'est justement pour cela camarades que votre mobilisation solidaire ne prend son plein sens que dans la mesure où elle s'inscrit dans la mobilisation globale des masses populaires en Lutte contre la Répression généralisée et les diverses manifestations de la barbarie du Capital.

Camarades, vous savoir rassemblé-e-s aujourd'hui tout près d'ici, me remplit de force et d'enthousiasme. À vous tous-tes, mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires ... Tout naturellement camarades, vous n'êtes pas sans savoir, que pour tenir debout, il faut beaucoup de force et surtout il faut la ferme conviction que l'avenir nous appartient et que la victoire est à notre portée. Et elle l'est réellement camarades...

Par ces temps de crise, ces temps de grandes luttes, tout est fonction de l'activité révolutionnaire et de la ferme résolution des protagonistes de la Lutte en cours. La crise du système ne cesse de s'approfondir de plus en plus ... les conditions objectives des masses populaires, ici dans les centres ou ailleurs dans les périphéries, ne cessent d'empirer... la précarisation, le chômage et la guerre s'offrent au quotidien comme de banales réalités que les tenants du Système mondialisé à son stade avancé, ne cherchent même plus à cacher ou camoufler.

La bourgeoisie impérialiste ne cesse de renforcer toujours plus son arsenal répressif, fomentant des débats douteux pour stigmatiser de nouvelles catégories de strates populaires, décrétant de nouvelles lois et de nouvelles résolutions toujours plus absurdes les unes que les autres, encerclant et affamant sans vergogne des populations entières jugées en quelque sorte excédentaires, déclarant guerre et embargo contre tel pays ou tel autre qui s'oppose quelque peu aux desideratas des multinationales ...

Pour contrer la mobilisation des masses populaires et terroriser les protagonistes de la Lutte contre la barbarie du capital, la bourgeoisie aujourd'hui fait feu de tout bois dans la répression et la manipulation. Pour justifier si nécessaire, telle agression ou telle intervention, ici ou ailleurs dans les périphéries lointaines, elle s'embarrasse très peu de la pertinence des arguments avancés. Et de toute façon démagogie et mystification ont toujours fait partie de son arsenal de guerre ... Surveiller, réprimer, enfermer et au besoin, entre autres, transformer les prisonnier-ère-s révolutionnaires «récalcitrant-e-s», en véritables otages enterré-e-s vivant-e-s. Pour les plus «téméraires»selon elle, à savoir ceux et celles qui refusent de céder au chantage, des nouvelles lois peuvent être pondues à tout moment. Le chantage de la bourgeoisie impérialiste n'a pas de limite que celle exprimant la ferme résolution des protagonistes révolutionnaires que ce soit derrière les murs ou ailleurs et l'inébranlable solidarité que vous développez à travers vos diverses initiatives ...

La barbarie du capital, ses guerres dévastatrices dans les périphéries du Système et la misère qu'elle génère désormais partout, ne peuvent que susciter la mobilisation et la combativité des masses populaires et attiser toujours plus, révoltes et protestations à l'échelle planétaire.

Ce qui se passe aujourd'hui en Palestine, camarades, ne peut pas nous laisser indifférents ... Depuis plus d'une soixantaine d'années, et avec quel héroïsme et quelle obstination, les masses populaires palestiniennes et leurs avant-gardes combattantes font face à l'une des dernières entités de colonisation de peuplement. Faisons confiance aux masses populaires et à leurs diverses expressions de lutte qui, comme nous le voyons aujourd'hui, s'affirment de plus en plus avec l'aggravation de la crise, un peu partout dans le monde: du Moyen-Orient à l'Afrique et au Sud-est asiatique, de l'Europe aux Antilles et à l'Amérique du Sud !

C'est aussi pour tout cela Camarades que face aux diverses agressions impérialistes, les diverses initiatives solidaires se conjuguent et s'inscrivent d'emblée dans un mouvement global aussi bien régional que mondial.

Certainement camarades, c'est toujours en assumant la Solidarité avec les Luttes des Masses Populaires que l'on apporte la solidarité la plus significative aux prisonnier-ère-s révolutionnaires.

À bas l'Impérialisme et ses chiens de garde sionistes et leurs complices réactionnaires arabes ! Honneur aux Martyrs et aux Peuples en lutte! Ensemble Camarades, nous vaincrons. À vous tous-tes Camarades, mes plus chaleureuses salutations révolutionnaires. Georges Abdallah, le 12/03/2010"  

 

9-(ÉTAT FRANÇAIS) Rencontre "Les Luttes populaires au Maghreb" Co-organisée par le collectif "Coup Pour Coup 31" et le "Secours Rouge Arabe" (15.04.2011, Toulouse)

1-Interventions d'Abdelaziz MENEBHI, co-fondateur du Mouvement Marxiste-Léniniste Marocain "Ilal Alamam" (En Avant!), ancien président de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc (UNEM), ancien prisonnier et exilé politique, frère de la martyre Saida MENEBHI. LIRE

2-Intervention de Tahar Moez, militant communiste tunisien LIRE

3- Intervention de Georges Ibrahim ABDALLAH (en audio) : militant libanais, prisonnier politique en France depuis 1984. LIRE

4-Intervention du collectif de soutien à Georges ABDALLAH: le CLGIA LIRE et Interventions en arabe LIRE  

 

10-(MÉMOIRE HISTORIQUE) Impérialisme (1922). L'Espagne utilise les armes chimiques. (Extraits de "Breve Memoria-Historia (subjetiva) del siglo XX y XXI": Brève Mémoire-Histoire (Subjective) du siècle XX et XXI, de Erlantz CANTABRANA BERRIO, militant du SRI, en liberté provisoire.

Édition "Templando el Acero", février 2010. 10 euros)

Voir le blog de Templando el Acero 

 

8-LUTTER11-(ÉTAT ESPAGNOL) Répression policière, discrimination et Fascisme. (Juin 2011. Comités pour un SRI)

-11a. Un jeune marocain meurt dans les cachots de la Police à Aranjuez (19.06.2011. Agence EFE)

"Un homme de 22 ans d'origine marocaine est décédé dans la matinée du vendredi 17 juin 2011 au commissariat de la Police Nationale d'Aranjuez, dans lequel il avait été transféré après avoir causé du tapage dans un local, dans des circonstance dont la famille veut qu'elles fassent l'objet d'une enquête. Selon la Police Nationale, le corps du jeune a été trouvé pendu vers 4 heures du matin. Il était entré en cellule quelques heures auparavant, après avoir été arrêté par la Police Municipale accusé de délits de menaces, résistance et désobéissance car avec des amis ils avaient causé du tapage dans un local. Selon la Police, le jeune a été trouvé pendu à une toile ou une ceinture de coton autour du cou que pour des raisons qu'il reste à élucider les agents de Police n'ont pas détecté en le laissant dans la cellule. Un oncle du jeune a dit qu'il était un gars «normal, tranquille et sans problèmes» et il croit comme l'ont dit ses ami-e-s que «La Police l'a frappé»."

-11b. Dénonciation: un habitant meurt à Miranda de Ebro après un incident avec la Police locale (10.06.2011. Comités pour un SRI) Communiqué de l'Observatoire Citoyen pour le Contrôle de la Police du 6 juin 2011. (Miranda de Ebro, publié par l'Agence EFE) "Dans la nuit du samedi au dimanche 5 juin 2011 un affrontement s'est produit entre la Police locale et un groupe d'habitant-e-s équatorien-ne-s dans le stade de football du quartier des las Matillas (Miranda de Ebro, Burgos). Selon les informations qui sont parvenues à l'Observatoire, à cause de cet incident, un habitant de 45 ans est tombé et il s'est frappé contre un rebords, décédant peu de temps après à l'Hôpital Santiago Apóstol. Une autre personne qui était en train de filmer les faits avec son téléphone mobile a lui aussi été blessé et on lui a arraché son téléphone. Malheureusement, dans notre ville, les agressions policières n'ont rien de nouveau mais dans ce cas les faits sont particulièrement graves car une personne a perdu sa vie mais depuis l'Observatoire Citoyen pour le Contrôle de la Police nous exigeons une enquête sur ces faits, l'épuration des responsables, la Justice. De même, nous voulons manifester notre Solidarité aux familles et ami-e-s du défunt et nous exigeons la fin de l'Impunité avec laquelle viennent d'agir les corps policiers dans notre ville".

 

9-LUTTER12-(MAGHREB ET MOYEN-ORIENT) Lutte de Classe (Secours Rouge Arabe)

-12a. Présentation de la Plateforme du Secours Rouge Arabe (27.06.11. Secours Rouge Arabe)

Blog du Secours Rouge Arabe (الإنقاذ الأحمر العربي Al Inkad Al Ahmar Al Arabi)

"Présentation de la plateforme du Secours Arabe

1°-Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) est une organisation internationale en Europe de soutien aux prisonnier-ère-s politiques des Mouvements/militant-e-s révolutionnaires, progressistes arabes et de libération nationale qui luttent contre le Capitalisme, l’Impérialisme, le Sionisme, la Réaction, la Colonisation et les Régimes réactionnaires arabes: persécuté-e-s et emprisonné-e-s dans les geôles réactionnaires, bourgeoises ou sionistes à cause de leurs engagements pour l’émergence d’une nouvelle société sans Exploitation et sans Répression.

2°-Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) considère le soutien aux prisonnier-ère-s politiques révolutionnaires arabes comme une partie de la lutte générale contre l’Impérialisme, le Sionisme, et les Régimes réactionnaires arabes.

Le Secours Rouge Arabe soutiendra les prisonnier-ère-s révolutionnaires et progressistes arabes en assurant une information sur leurs situations et, en général, sur la Résistance à la répression dans le monde arabe.

Le Secours Rouge Arabe apportera aussi le soutien matériel et moral aux prisonnier-ère-s et à leurs familles, en organisant seul ou avec d’autres collectifs des manifestations et des meetings…. en faveur des prisonnier-ère-s politiques arabes.

3°- Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) considère que l’acharnement répressif envers les prisonnier-ère-s politiques révolutionnaires et progressistes est la face la plus visible de l’ensemble de la politique répressive des Régimes réactionnaires arabes ce qui exige la Solidarité absolue avec les victimes de cette politique dont les fractures et divergences politiques et idéologiques doivent être les moins influentes.

Le Secours Rouge Arabe considère que sa lutte et sa solidarité n’est ni humanitaire ni caritative mais politique. il n’est pas neutre car il fait partie intégrante de la lutte contre la Réaction, le Sionisme, l’Impérialisme et la Colonisation.

4°- Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) ne soutiendra en aucun cas les prisonniers/ères sur la base de causes réactionnaires, obscurantistes et anti-populaires (chauvinisme, éthnicisme, religion…).

- Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) considère que le projet animé par "la Commission pour un Secours Rouge International" de Reconstruction d’un Secours Rouge International est actuellement la seule initiative porteuse d’avenir de cette perspective.

Le Secours Rouge Arabe adopte donc sans restriction le "Programme pour le Secours Rouge International" qui sert de référence à cette reconstruction et tentera de contribuer à cette reconstruction dans la sphère d’activité qui est le sien.

6°-Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) insiste sur la Solidarité Internationale contre la répression menée par la Réaction arabe et considère que la Solidarité est parmi les armes utilisées contre l’ennemi.

7°-Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) organisera chaque année une journée internationale pour le soutien et la solidarité avec les prisonnier-ère-s politiques révolutionnaires et progressistes arabes contre la Répression.

8°- Le Secours Rouge Arabe (Al Inkad Al Ahmar Al Arabi) publiera ultérieurement le niveau organisationnel et le règlement.

Vives et affectueuses salutations à tout-e-s les militant-e-s et les prisonnier-ère-s révolutionnaires et progressistes pour leurs Résistances et leurs contributions à la Cause Révolutionnaire."

-12b. Solidarité avec les peuples du Mahgreb et du Moyen-Orient (20.02.2011. "Comité Maroc 20 février" de Bruxelles)

"La base de l’insurrection populaire en Tunisie, en Égypte et des manifestations en Jordanie, Yémen, Libye, au Maroc, ce sont les travailleur-euse-s, les ouvrier-ère-s et paysan-ne-s, appuyé-es par les progressistes et les Révolutionnaires.

Les organisations syndicales, réformistes sont liées au Pouvoir dictatorial et elles n’ont pas pu empêcher la Lutte de Classe de s’exprimer, ni les revendications populaires de s’affirmer: "Pain, Travail, Liberté". Un processus révolutionnaire s’engage, caractérisé aussi par la dénonciation de l'Impérialisme, du Néo-Colonialisme et du Sionisme.

C’est toujours l’État d’urgence en Tunisie et en Égypte. La Junte militaire au pouvoir en Égypte tente d’interdire la Grève et les Organisations syndicales. Il est évident que les appareils d'État, tant en Tunisie qu’en Égypte, et ailleurs, sont quasiment intacts. En particulier l’Armée et tous les dispositifs de contrôle et de répression dont dispose la bourgeoisie compradore, dispositifs qui sont encadrés par le bras armé des Impérialismes, les Régimes réactionnaires arabes et du Sionisme. En Égypte on assiste bien à un coup d’État pour préserver et garantir les intérêts impérialistes et sionistes.

La "Transition démocratique" est le nouveau masque de l’Oppression Impérialiste. Rétablir des droits formels quand les Droits réels n’ont jamais existé? Le Droit de Grève, le Droit d’Expression les travailleur-euse-s le prennent !

Ici, Solidarité active !

Il faut savoir gré aux Peuples tunisiens et égyptiens de mettre au jour la réalité de la politique menée par les gouvernements belges et ceux de l’Union européenne. En ce qui concerne la Tunisie, plusieurs centaines d’entreprises belges exploitent les travailleur-euse-s dans ce pays. Des initiatives syndicales doivent être prises, avec ou sans les bureaucraties syndicales.

Ici, au Maroc, les travailleur-euse-s immigré-es, les jeunes, sont victimes d’une double oppression. Celle de l’Exploitation capitaliste, organisée tant ici qu’au Maroc et la Discrimination. Sur eux pèse la Répression organisée ici et celle du Régime féodal marocain. Les relations policières, économiques, politiques entre l’Oligarchie belge et marocaine sont étroites.

D’autre part, le Maroc de M6 est un partenaire important de l’OTAN. L’Impérialisme Nord-Américain a constitué son dispositif d’intervention militaire en Afrique et au Maghreb –AFRICOM- qui compte déjà une base dans le Sahara algérien. La collaboration du régime marocain avec les Services Sionistes est étroite et cette collaboration est aussi un élément de la répression contre le peuple marocain.

Hier, le peuple Algérien était dans la rue et il a été réprimé. Le 17 ça était le peuple Libyen ! Et ce 20, le peuple Marocain !

(...) Nous soutenons le combat mené par les Mouvements de Lutte au Maroc (ANDCM, UNEM, Comités contre la hausse de prix, Comités des habitant-e-s des quartiers populaires, Comités de lycéen-e-s). Et mouvement généralisé contre la corruption et les spoliations. Nous soutenons les manifestations, les rassemblements... du 20 février dans toute les villes et les villages du Maroc et leur mot d'ordre est : "À bas le Régime réactionnaire ! Vive la Lutte du peuple marocain!".

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 10:30

  LUTTE DE CLASSE: ROUE DE L'HISTOIRE

 

9-KEPADOSSIER SRI 20.06.2011. "LA LUTTE DE CLASSE: ROUE DE L'HISTOIRE"

1-(EUSKAL HERRIA ET ITALIE).19 juin 1981-2011. Hommage au Camarade KEPA du PCE(r) mort en grève de la Faim collective (Comités pour un SRI)

2-(ÉTAT ESPAGNOL) Ils châtient Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r) pour utiliser le téléphone afin de réciter un poème (19.06.2011. Comité SRI Solidariedade de Galice)

3-(ÉTAT ESPAGNOL). Lettre et dessin d'Aurora Caetano Navarro, prisonnière politique du PCE(r)

4-(ASTURIES ET BARCELONA) Répression envers le PCPE (Parti Communistes des Peuples d'Espagne) en Asturies et à Barcelona (19.06.2011. Comités pour un SRI)

5-(VALENCIA) OPINION. "Assemblées du 15M: Maintenant je me sens préparé" (20.06.2011. Un lecteur. Valencia)

6-(INTERNATIONALISME). Mémoire Historique

7-(ÉTAT ESPAGNOL). Mémoire Historique: le RIF... (09.06.2011. Comités pour un SRI)

8-(KENIA). “Armée de la Liberté et de la Terre du Kenia” (01.06.2011. Comités pour un SRI)

 

Mémoire Historique du jour (20.06.2011):

-1956: La "Bataille d'Alger" commence.

-1981: Soulèvement populaire contre la misère à Casablanca (Maroc): 637 mort/es.

-1985: Grève Générale en Espagne.

-1990/1997: Massacres en Somalie, Liberia, Rwanda, Burundi, Sierra Leone, Congo, Zaire; victimes de la famine et abandon sanitaire au Sahel, Somalie et Ethiopíe. 4.000.000 mort/es.

Phrase du jour:

"Tu es comme ceux/celles qui se jettent au feu pour éviter de mourir noyé/es" Nazim HIKMET, poète communiste turc (1902-1963)

La phrase du 19.06.2011:

"Si quelqu'un ne sait pas s'adapter, s'il/elle n'est pas prêt/e à être dans la boue, il/elle n'est pas révolutionnaire mais un/e charlatan; car on ne choisit pas un chemin parce qu'il nous plaît mais parce que de nombreuses fois il n'y en a pas d'autre." LÉNINE

La phrase du 17.06.2011):

"Maudit/es démocrates qui assassinez, torturez et séquestrez au nom de la Paix pourrie des cimetières"

(Peinte dans un w.c. D'un bar d'Usera)

 

19-KEPA1-(EUSKAL HERRIA). 19 juin 1981-2011. Hommage au Camarade KEPA du PCE(r) mort en grève de la Faim collective (Comités pour un SRI)

-19.06.1981: Juan José CRESPO GALENDE, militant du PCE(r) et habitant de Las Karreras (Bizkaia), meurt après 90 jours de grève de la faim contre la politique d'extermination des presxs politiques. À Madrid, transféré depuis la prison d'Herrera de la Mancha dans un hôpital "Kepa” meurt à l'âge de 28 ans. Le livre: "Combatiente contra la injusticia, herri baten urguilua” (Combattant contre l'Injustice, Honneur d'un peuple) a été édité lors du 25ème anniversaire de son décès, en 2006. Durant ses funérailles, de nombreuses personnes ont été détenu/es au cours de manifestations de protestation: 3 à Bilbo, 3 à la Margen Izquierda (Bilbo), 2 en Gipuzkoa.

-17, 18 et 19 Juin 2011:Banderoles, affiches et actes populaires en Euskal Herria pour le 30èmeanniversaire de la mort de Kepa CRESPO GALENDE, militant du PCE(r) prisonnier en grève de la faim. Du 14 au 19 juin à Rome, plusieurs actes pour exiger la liberté d'Arenas.

Voir l'article. <http://sribaiona.over-blog.com/article-19-juin-1981-2011-omenaldi-hommage-au-camarade-kepa-du-pce-r-77069051.html>

Et voir l'album. <http://sribaiona.over-blog.com/album-1893509.html>

Version originale (en castillan).<http://www.presos.org.es/ARCHIVOS/caidos.php?idc=0041>

 

2-Ils châtient Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r) pour utiliser le téléphone afin de réciter un poème (19.06.2011. Comité SRI Solidariedade de Galice)

-Voirl'article: <http://sribaiona.over-blog.com/article-19-06-2011-repression-contre-paco-cela-seoane-pce-r-pour-un-poeme-de-resistance-77357791.html>

-Pour écouter Paco CELA réciter téléphoniquement le poème à cause duquel les Institutions Pénitentiaires l'ont châtié:

<http://www.goear.com/listen/db89b2a/poema-a-los-caidos-paco-cela-seoane>

 

3-Lettre et dessin d'Aurora Caetano Navarro, prisonnière politique du PCE(r) (20.06.2011. Comités pour un SRI)

-Voir l'article:

<http://sribaiona.over-blog.com/article-20-06-2011-carte-postale-d-aurora-caetano-navarro-pce-r-77357073.html>

 

4-Répression contre le PCPE (Parti Communiste des Peuples d'Espagne) en Asturies et à Barcelona (19.06.2011. Comités pour un SRI)

"En Asturies, cette semaine, 3 militant/es du PCPE ont été detenu/es. L'un d'entre eux: José IVAN FERNANDEZ est membre du Comité Central du PCPE et avec Vanesa RODRIGUEZ, ils étaient tout les deux au siège du PCPE à Candás et le troisième: Sergio NAVES s'est présenté à la Police. Trois réprimé/es politiques qui s'ajoutent à la déjà très longue liste existante. La manoeuvre policière a lancé une accusation de "terrorisme" contre ces membres du PCPE accusé/es d'avoir lancé des coctails molotov contre des distributeurs bancaires lors d'une protestation pro-DURO FELGUERA [Multinationale dont le siège est à Oviedo, en Asturies spécialisée dans le secteur de l'énergie dont la pétrochimie] le 15 janvier 2011, dans une localité des Asturies.

Les militant/es détenu/es ont été mis à la disposition du Tribunal espagnol de l'Audiencia Nacional. Là, le Juge les a laissé en liberté avec des charges judiciaires et adressé vers le Tribunal d'Instruction de l'Audiencia Provincial à Langreo (Asturies). Il ne voit pas de «délits terroristes sinon desdommages».Ce n'est pas un hasard si ces détentions se produisent dans les deux conseils municipaux où le PCPE des Asturies a obtenu une représentation lors des dernières élections municipales dans les conseils municipaux de Carreño, tout juste après une quinzaine de jours. "Au cas où...". De plus, nous rappelons qu'un autre Procès-Farce est en attente contre 3 autres militants du PCPE et des CJC ("Colectivos de Jóvenes Comunistas": Collectifs de Jeunesses Communistes): il aura lieu le 1erdécembre 2011 prochain à Barcelona.

Les Comités pour un SRI, nous soutenons ces dénonciations et nous faisons appel à participer aux mobilisations qui s'organisent en solidarité avec les compagne/ons détenu/es et en dénonciation de la Guerre Sale des Appareils de l'État. Pour l'instant, il y a eu des mobilisations en Asturies, Logroño, Barcelona, Bilbo, Zaragoza, Torrelavega, Alicante, Madrid...

Notre solidarité totale et l'offre de notre soutien dans la mesure de nos humbles forces...

LA SOLIDARITÉ, c'est montrer de l'empathie pour les proches, l'éprouver seulement pour les sien/nes, c'est du corporatisme."

 

5-OPINION: "Assemblées du 15M: Maintenant je me sens préparé" (20.06.2011. Un lecteur. Valencia)

"L'État espagnol continue d'être une réalité administrative, un Régime fasciste, un gestionnaire des monopoles financiers: cela est une réalité qui ne surprendra personne avec un jugement sain. Quand je vais aux assemblées du 15M dans les localités où les habitant/es se rapprochent pour exprimer librement leurs inquiétudes, leurs intérêts, leurs problèmes, leurs apports comme celui d'améliorer les choses, je m'identifie à tous/tes parce que cela fait partie de mes inquiétudes et j'apprend à entrer en relation avec les gens, à respecter l'opinion de chacun/e aussi valable que la mienne, et je me rend compte que je progresse dans mes connaissances parce que chaque jour est une bouffée d'air frais, plus souple, plus ample et efficace. J'apprend comment se développe une assemblée, à respecter les tours, à écouter en silence et à prendre la parole quand c'est mon tour. J'hallucine quand j'entends des protestations qui ne me seraient jamais passées par la tête.

Je me forme comme citoyen et comme personne. Je travaille dans les commissions et l'esprit d'équipe m'apporte plus que toute ma seule raison. Je veux dire que je me sens préparé pour de nouvelles tâches, de nouveaux objectifs, j'ai appris à parler en public, ah!ah!ah!ah!.

Maintenant je me sens fort pour parler de Révolution, en 4 jours, j'ai avancé plus que dans des décennies de charlatanerie gauchiste parlementaire. Maintenant, je suis préparé pour parler dans un Asemblée constituée véritablement démocratique, maintenant je suis préparé pour parler de Révolution, maintenant je me sens fort pour diriger tout mon regard vers le Chateau de Cartes à jouer qu'est l'État des Monopoles, véritables gestionnaires du Capital. Il nous reste beaucoup de batailles à parcourir, beaucoup de Fronts dans lesquels lutter, soyons attentif/ves et prudent/es, ne nous précipitons pas, soyons astucieux/euses et prenons en compte tout les Fronts ouverts, aussi bien les violents que les pacifiques, tous et chacun d'entre eux. Ne les jugeons pas par les sensations et les apparences, sinon par la connaissance scientifique. Nous aurons plus de force, plus de connaissance et plus de perspective d'Organisation conséquente."

6-AFRIQUE 

 

 

 

 

 

 

 

 

5-(INTERNATIONALISME). Mémoire Historique des Luttes

-Page de "AHAZTUAK–LES OUBLIÉ/ES 1936–1977": <http://ahaztuak1936-1977.blogspot.com/>

-AFRIQUE. Rien ne nous surprend déjà plus: <http://www.youtube.com/watch?v=pj0Y41La43Y>


 

-EUSKAL HERRIA. -Prisonnier/ères Politiques Basques:

Vídéo de dénonciation de la situation répressive et appel aux affiches chaque dernier vendredi du mois (ETXERAT d'Araba, collectif des familles et proches des presxs politiques basques).

  <http://www.youtube.com/watch?v=YMpScs_XsMc>

 

2a-OTAN=FASCISME6-(ÉTAT ESPAGNOL). Mémoire Historique: le RIF... (09.06.2011. Comités pour un SRI)

"Le 9 juin 1909, une Insurrection populaire et armée commence dans le Rif marocain. Immédiatement, le Gouvernement espagnol appelle les files des réservistes pour les envoyer là-bas. Deux jours après, les socialistes remplissent le meeting à Madrid contre la Guerre. Le 18 juillet 1909, à Barcelone, des centaines d'ouvrier/ères s'afrontent aux forces répressives pour empêcher que le "Batallón Cazadores Reus" (Bataillon de Chasseurs de Reus) embarque jusqu'au Maroc. Le 26 juillet 1909, la Semaine Tragique commence sous la forme d'une Grève Insurrectionnelle à Barcelone, Sabadell et d'autres agglomérations industrielles et le 28 juillet 1909, l'État d'Exception est décrété dans tout l'État espagnol. Le Parti Radical de LERROUX profite de la rage du peuple contre l'Église et il incite à brûler des églises et des couvents. La Répression se déchaîne.

La Semaine Tragique se termine le 1eraoût 1909 avec des centaines d'ouvrier/ères mort/es, des Jugements expéditifs, des condamnations à mort et la prison à perpétuité. Le 4 août 1909: les exécutions par fusillade commencent par l'assassinat d'un ouvrier barcelonais: José MARIA BARO et l'ordre est donné de fermer 34 centres culturels ouvriers dans tout Barcelone. En réponse, au mois de septembre 1909, la "Conjunción Republicano-Socialista" (Conjonction Républicano-Socialiste) se forme. Le 13 octobre 1909: ils fusillent Francesc FERRER i GUARDIA un ferme défenseur de l'exclusion de la religion dans l'enseignement. Le jour suivant, à Paris, Londres, Rome et 7 autres villes européennes de grandes manifestations sont célébrées contre la fusillade, contre MAURA et contre la Monarchie qui l'a exécuté. Les Gouvernements européens ont très très mal vu les choses car le 1ernovembre 1909: les députés français de Droite ont demandé la création d'une armée coloniale de 100.000 hommes noirs pour intervenir dans un conflit européen. Le 28 novembre 1909, à Madrid, la Maison du Peuple est inaugurée avec un insistant hommage à tout/es les compagne/ons catalan/nes. Il s'agissait évidemment d'un autre PSOE (Parti Socialiste Ouvrier Espagnol). Une autre leçon: les ouvrier/ères catalan/nes tournèrent le dos à l'opportuniste LERROUX et ils se tournèrent vers l'anarco-syndicalisme.

L'anecdote infâmante est donné par les dames de la Bourgeoisie qui le 18 juillet 1909, dans le port de Barcelone ont offert des cigarillos et des médailles aux soldats -par obligation- tous pauvres car les riches se libéraient de l'armée en payant un tribut métallique. Ces soldats jettèrent les médailles à la mer et des centaines d'ouvrier/ères qui étaient là pour les quitter en revendiquant commencèrent à crier à l'unisson: «Jetez les fusils ! À bas la Guerre ! Que les riches s'en aillent !» . L'étincelle a pris feu. Un avertissement pour les équipages."

Ils nous traînent jusqu'au Maroc pour tuer des frères.” Josep GRAÇIA ("Semana Trágica, poemario". (Semaine Tragique, recueil de poèmes) Barcelona, 1999)

 

7-(KENIA). “Armée de la Liberté et de la Terre du Kenia” (01.06.2011. Comités pour un SRI)5-Armée de Libération de la Terre du KENIA

"-Ils/elles ont été désigné/es de façon burlesque comme les "Mau Mau" par la machine de propagande britannique dans une tentative de représenter ces Combattant/es pour la Liberté comme un culte tribal primitif et anti-blanc.

-1,5 million de Kikuyus et d'autres groupes ont fait un serment d'Unité contre les colons blancs et leur Domination.

-90.000 kenian/nes furent exécuté/es, mutilé/es ou torturé/es, 160.000 dans des camps de détention colonialistes.

La barbarie coloniale de "l'homme blanc" au KENIA

L'Impérialisme tente de donner au monde l'impression que la barbarie s'est abattue sur le continent noir quand les blancs se sont retirés. Cependant, quatre anciens kenian/nes Combattant/es pour la Liberté "Mau Mau" exigent des réparations et ils/elle sont en train de forcer la Grande-Bretagne à reconnaître la sauvagerie des soldats et colons blancs: «La génération des africain/es qui a lutté contre le Colonialisme est en train de mourir sans la reconnaissance de leur Lutte et de leur souffrance aux mains du colonialisme raciste».

Début avril 2011, quatre anciens combattant/es kenian/nes ont comparu face au Tribunal Suprême de Londres pour accuser l'Angleterre de torture systématique durant le siège des dits "Mau Mau" et demander des indemnisations pour le traitement dont ils furent l'objet. L'un des hommes a été castré par les forces du Gouvernement colonial au Kenia. Menotté et maintenu contre le sol avec ses jambes ouvertes, ses parties génitales ont été seccionées par les officiers blancs. Ils l'ont ensuite laissé durant des jours sans attention médicale jusqu'à ce qu'il soit libéré par les rebelles kenian/nes. L'une des plaignant/es, une femme, a été soumise à des tortures sexuelles. Des soldats blancs lui ont inséré de façon répétée des bouteilles d'eau bouillantes dans son vagin. En plus de ces cas, des milliers de kenian/nes ont été mutilé/es, linché/es et suavegement assassiné/es par les britanniques au cours du 20ème siècle.

Des milliers d'autres furent soumis/es à des viols, des travaux forcés, de graves abus et des tortures en camp de détention. Ce fut une partie d'une politique délibérée du Gouvernement britannique colonial pour désarticuler une population civile qu'ils se représentaient comme des «babouins», des «barbares»et «terroristes»et qu'il voyait comme une menace à l'Ordre Colonial en Afrique Orientale.

Le nom adéquat pour les Forces de Libération qui ont lutté contre le Colonialisme britannique et l'appropriation des terres en Afrique Orientale était Armée de la Liberté et de la Terre du Kenia. Le Mouvement a été appelé de façon burlesque "Mau Mau" par la machinerie de propagande britannique dans une tentative de représenter ces Combattant/es Africain/es pour la Liberté comme un culte tribal primitif et antiblanc.

En réalité, le Mouvement a été une Unité de croyances, de serments et disciplines créés expréssement avec la proposition de renforcer la Lutte contre l'Impérialisme britannique, sa domination économique, politique et militaire et, en particulier, le christianisme.

La Terre était au centre de la dite révolte "Mau Mau" contre le Colonialisme britannique et non pas les croyances "tribales" africaines. L'invasion coloniale du Kenia central a commencé à la fin des années 1880. Elle s'est formalisée au travers de la conquête militaire particulièrement contre le groupe ethnique le plus important, les Kikuyu, en même temps que contre les Embu et les Meru. En 1903, le Gouvernement colonial britannique a envoyé des vagues de colons blancs depuis l'Afrique du Sud et l'Angleterre avec l'espérance de créer un autre «Pays pour l'homme blanc»au Kenia. Ils ont volé entre 60.000 et 1 million d'acres de terre en installant les blancs dans les régions les plus fertiles avec les climats les plus frais. Une aire qu'il ont finalement appelée les "Highlands Blanches" (en référence à l'Ecosse).

En 1920, quand le Kenia commencé à exister en tant que colonie, plus de 10.000 blancs s'étaient installés sur 25% du meilleur territoire du Kenia. En même temps, la population africaines, principalement les Kikuyus mais pas seulement, ont été poussé dans les réserves ou forcé à travailler comme des metayers. Dès lors, au travers des impositions du suffrage et du cheptel (*), les restrictions de mouvements au travers de l'expédition de Kipandesou de sauf-conduits et limitations à la production agricole, les africain/es se trouvaient systématiquement attrapé/es dans le Système colonial kenian raciste. Ajouté à cela le Pouvoir chaque fois plus grand des colons blancs et des missionnaires chrétien/nes: le Kenia était prêt pour une Révolution.

Bien que tout les groupes ethniques aient été affectés par l'expulsion de leurs terres et l'appropriation coloniale britannique, les Kikuyus en ont souffert d'une façon plus aigue. Ils n'ont pas pris à la légère le grand vol de terres. Quand, en 1943, le Gouvernement colonial a menacé un groupe de Kikuyus avec une nouvelle expulsion de leurs terres, ceux/celles-ci ont décidé d'agir. Leur Lutte a commencé avec une Résistance passive ouverte mais elle a rapidemment pris racine.2b-ONU

Des factions du Mouvement ont commencé des attaques armées de guerilla contre les propriétés des colons blancs et africains qui soutenaient le Régime britannique. Au moment culminant de la Révolte, on estime à 1,5 millions de Kikuyus et d'autres groupes kenians qui ont prêté serment d'Unité pour lutter contre les colons blancs et la Domination coloniale. On leur a répondu avec une Répression armée brutale. À la fin de 1952, le Gouvernement colonial de Kenia a déclaré un État d'Urgence. Le Gouvernement colonial a établi et imposé des chatiments collectifs, des couvre-feux, des schémas pour confisquer les propriétés africaines, la censure pour les publications, détentions sans jugement, contrôle des marchés africains, migrations forcées et détentions dans les camps de travail.

Fin 1954, il a été dit que la Révolte avait été mise en déroute militairement par l'armée britannique mais l'État d'urgence n'a été levé qu'en 1960. Durant les 6 années d'intervalle, la Lutte de la ALTK a continué tandis que le Gouvernement britannique établissait un État terroriste. L'assaut contre les Africain/es a continué au travers de la Campagne d'arrestations et de liquidation de la supposée Direction "Mau Mau" et les camps de détention, les prisons et les «localités d'urgence». Fondamentalement, les britanniques se sont concentrés pour forcer le peuple Kikuyu à renconcer à son serment d'Unité par les moyens les plus brutaux.

Selon la Commission des Droits Humains du Kenia quand le Gouvernement colonial a levé l'État d'Urgence: 90.000 kenian/nes avaient été exécuté/es, mutilé/es ou torturé/es tandis que 160.000 étaient maintenu/es dans des Camps de Détention. D'autres ont dit que ce nombre a été plus important. Il existe de nombreux documents sur le fait que les fonctionnaires coloniaux n'avaient aucun rival dans leur sauvagerie. Ils ont castré et abusé sexuellement, tué par la faim et mutilé les détenu/es pour les forcer à de supposés serments et à se confesser. Ils ont utilisé des électrochocs, des cigares et du feu, des bouteilles brisées, les canons d'armes à feux, des couteaux, des serpents, des bêtes et des oeufs bouillants mis dans le rectum des hommes et le vagin des femmes. L'assaut s'est achevé seulement lorsque la population Kikuyu a été décimée physiquement et brisée psychologiquement.

Sans l'ouverture de ce cas légal contre le Gouvernement britannique par les survivant/es, dont quatre kenian/nes, nous n'aurions rien su du trésor caché des Archives Coloniales Secrètes qui renseignent sur la nature systématique de leur torture des Africain/es. La génération des Africain/es qui a lutté contre le Colonialisme est en train de mourir sans la reconnaissance de leur Lutte et de leur souffrance aux mains du Colonialisme raciste. Dans le contexte actuel où les Africain/es sont désigné comme responsables de «Crimes contre l'Humanité», cela vaut la peine de rappeler le travail corrompu des européens en Afrique. Les demandes de réparations peuvent commencer avec quatres vieux/vieilles kenian/nes voyageant au coeur de l'Empire britannique mais l'Archive coloniale informe certainement contre les 75.000 héritier/ères et les Namaquas exterminé/es en Namibie par les colons Allemands ainsi que les Congolais/es, les Zambien/nes, les Zimbabween/nes et beaucoup d'autres victimes du Colonialisme européen. Nous ne devrions pas oublier leurs Luttes.

(*) Le "hut tax" était une taxe sur le métayage, un type d'impôt introduit par les colonialistes britanniques en Afrique que chaque foyer devait payer de façon variable en argent, travail, grain ou gain et qui bénéficiait aux Autorités Coloniales. Celles-ci récoltaient l'argent qui servait de soutien à la monnaie et pour étendre l'économie basée sur l'argent en aidant à une plus forte Exploitation et elles forcaient les africain/nes à travailler dans l'économie coloniale. Les foyers qui avaient vécu de l'élevage de bétail et menaçaient ainsi la richesse des Autorités Coloniales devaient désormas envoyer des membres de la famille travailler pour les colons afin de réussir à payer l'impôt. L'économie coloniale dépend du travail des africain/nes noir/es pour construire de nouvelles villes et voies ferrées et en Afrique du Sud pour travailler dans les mines."

------------***********-------------

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 17:51

RASHRASH

IPEH ANTIFAXISTA

ipeh-logo

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 10:19

LA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME !

03.02.13-im1ASSEZ D'IMPUNITÉ !

 

 

 

OCTOBRE 2014

(OCCITANIE) 17 OCTOBRE 2014. CRIMINALISATION DE L'ANTIFASCISME : JUGEMENT AU TRIBUNAL DE PAU DE 5 CAMARADES ANTIFASCISTES OCCITANS DE L'ORGANISATION LIBERTAT. 17 OCTOBRE 2014 (PAU)

(EUSKAL HERRIA) 6 OCTOBRE 2014. CRIMINALISATION DE L'ANTIFASCISME : JUGEMENT AU TRIBUNAL DE BAIONA DE NOTRE CAMARADE JOËL ANTIFASCISTE LIBERTAIRE ET EX-PRISONNIER POLITIQUE BASQUE. 

6 OCTOBRE 2014 (BAIONA)JUILLET 2014

(EUSKAL HERRIA) 17 JUILLET 2014. DÉTENTION DE JOKIN, PORTE-PAROLE DES RÉFUGIÉ-E-S POLITIQUES BASQUES. 

JOKIN ASKATU


 
 MAI 2014

(ÉTAT ESPAGNOL) 28. MAI 2014. DÉTENTION PAR LA GUARDIA CIVIL DE 21 PERSONNES ACCUSÉES D'APOLOGIE DU TERRORISME SUR LES RÉSEAUX INTERNET 

libertadAitorCuervo  Aitor Cuervo, poète communiste fait partie des 21 personnes détenues puis "libérées".

Dans la matinée du lundi 28 avril 2014, 21 personnes ont été détenues dans l'État espagnol au motif de l'accusation lancée contre eux/elles par celui-ci: «d'usage des réseaux sociaux pour réaliser l'apologie du terrorisme». Parmi ces 21 détentions arbitraires se trouvait le jeune poète communiste: Aitor Cuervo Taboada qui a été relâché quelques heures plus tard. Durant sa détention, une manifestation lancée à l'initiative d'un groupe de solidaires a eu lieu dans l'après-midi devant le Commandement de la Guardia Civil d'Astorga (Léon) où il était retenu.

Ce rassemblement a réunit une cinquantaine de personnes qui ont montré leur soutien avec ce compagnon et leur rejet face à cette détention et tentative de criminalisation mise en oeuvre par l'État fasciste espagnol. Au cours de cette manifestation, des prises d'identité ont eu lieu en étant associées à des menaces de toute sorte telles que: «Ce ne sera pas la seule détention!». Plus la solidarité et l'éveil des consciences augmente, plus la répression s'intensifie...

EXTRAIT D'ÉCRITS D'AITOR CUERVO

"C'est mieux d'être une putain de chèvre que d'être la brebis du troupeau"

Lundi 28 avril 2014. Fausse liberté, de nouveau un autre lundi, au soleil et avec un costume à rayures d'inculpé-e, nous sommes presque tou-te-s des prisonnier-ère-s de droit commun de la précarité et du désemploi.

28 avril 2014. Je viens de sortir en liberté, quelle comédie ils m'ont préparés! Ils disent que de façon présumée mes poèmes font «l'apologie du terrorisme»... Je vais bien par rapport à ce qui m'arrive, merci à tou-te-s pour la solidarité, plus particulièrement aux dizaines de personnes qui se sont rassemblées face à la Commandance (de la Guardia Civil) pour exiger ma liberté. On veut me réduire au silence mais après la détention d'aujourd'hui, je reste plus que jamais la tête bien haute et à me battre. La lutte est le seul chemin!

Mardi 29 avril 2014. Une chose importante, hier on ne m'a pas seulement détenu, moi. Selon ce qu'on m'a dit, au total, nous avons été 20 personnes détenues. Que je sois le visage le plus reconnu parmi les réprimé-e-s ne veut pas dire que la solidarité doive se focaliser exclusivement sur ma personne; nous méritons tou-te-s le même soutien! Liberté et tout mon soutien pour le reste des compagne-on-s détenu-e-s hier dans le ténébreux État espagnol!

29 avril 2014. Voici certains des vers pour lesquels on va me juger au Tribunal : "Pour chaque expulsion un bombe, c'est sûr qu'elle tombe, tombe, tombe...", "L'idée de la prison ne m'effraye pas, s'il s'agit d'une bataille juste", "Ce qui est arrivé à Miguel Angel Blanco (1) ne me fait pas de peine, par contre la situation de la famille expulsée par la banque, oui." Mais où est donc ici leur merdique «Apologie du terrorisme» ?...

Jeudi 1° mai 2014. Dans l'Etat espagnol, les jeunes de gauches, nous avons plus de possibilité de finir comme prisonnier-ère-s politiques que de trouver du travail

1° mai 2014. Et même si on me met en taule et que j'y passe des années, je continuerai à crier: Liberté pour le Camarade Arenas!

(1) Miguel Angel Blanco, conseiller municipal du Parti Populaire fasciste espagnol à Ermua au Pays Basque. Pris en otage par ETA et mort suite à ses blessures, le 12 juillet 1997.

 MARS 2014
(ÉTAT ALLEMAND) 24 MARS 2014. CRIMINALISATION DES LUTTES ANTIFASCISTES. SOLIDARITE AVEC GUS,CHANTEUR COMMUNISTE DE RPG7

SOLIDARITE AVEC GUS(RPG7)

MARS 2014: SOLIDARITÉ ANTIFASCISTE

AVEC GUS, CHANTEUR DE RPG7

Le Camarade antifasciste Gus, chanteur du célèbre groupe madrilène RPG7 a été mis en Procès politique, ce mardi 24 mars à Stuttgart, en Allemagne. Ce compagnon a toujours montré sa solidarité avec les prisonnier-ère-s politiques en participant à de multiples concerts; maintenant c'est lui qui s'affronte à la répression à cause de son engagement antifasciste. Gus raconte lui-même ce qui s'est passé: «Au mois d'Octobre dernier, dans la localité allemande de Göppingen une manifestation nazie convoquée par différents groupes fascistes allait être célébrée. Depuis diverses coordinations antifascistes allemandes et différents collectifs de gauches: un blocus de la ville avait été préparé pour que les nazi-e-s ne puissent pas réaliser leur manifestation. Dès la 1° heure de la matinée, la ville a été prise par plus de 2.000 policiers contrôlant l'identité de toute personne qui voulait entrer ou bouger dans la ville. Grâce à la persévérance des antifascistes déjà présent-e-s, finalement les nazi-e-s n'ont pas pas marcher dans la ville car celle-ci était déjà totalement encerclée en empêchant ainsi leur passage dans les rues. Les nazi-e-s ont du rester sur une place un bon moment jusqu'à ce qu'il-elle-s décident de renter chez eux/elle s. Durant tout ce temps, la Police a contrôlé l'identité de très nombreuses personnes qui ont été fichées. Ce fut mon cas, du simple fait de marcher dans la ville et j'ai été contrôlé et retenu durant 2 heures et fiché policièrement en étant photographié au sein du fourgon policier après m'avoir enlever des gants de protection. Quand ils ont décidé de me relâcher, les policiers m'ont donné une carte de la ville avec des délimitations interdites à franchir durant 24 heures avec en cas de non-respect: l'imposition immédiate d'une amende de 6.000 euros.

Au bout de 4 mois, j'ai reçu une lettre de la police politique allemande me disant qu'un procès avait déjà eu lieu sans ma présence -dans lequel on me demande 1.500 euros, ou 1 mois de prison- en m'accusant de porter une arme blanche et d'empêcher le droit à une manifestation (celle des nazi-e-s) en me donnant un délai de 15 jours pour présenter un recours en allemand. Rapidement, je me suis mis en contact avec les compagne-on-s du SRI (Secours Rouge International) de Stuttgart et ceux/celles-ci m'ont préparé un recours que j'ai immédiatement présenté. Au bout de 2 semaines, ils m'ont de nouveau envoyé une autre lettre me disant qu'un procès contre moi va finalement être réalisé. Il aura lieu le 24 mars 2014 à 10h dans la ville de Stuttgart. Grâce aux compagne-on-s du SRI, je vais avoir un avocat qui parle en castillan et va pouvoir me défendre». Gus a porté son engagement au-delà des frontières de l'État espagnol, faisons désormais en sorte que la solidarité traverse ces frontières : en diffusant et dénonçant sa situation. SOLIDARITÉ AVEC GUS!!!

Solidaridad con Gus  (ÉTAT GREC) 10 MARS 2014. HOMMAGE A LAMBROS FONDAS MILITANT DE LUTTE RÉVOLUTIONNAIRE LIRE 

LR
(ÉTAT ESPAGNOL) 10 MARS 2014. PROCES-FARCE. SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASEL
UN RAPPEUR ARMÉ COMMUNISTE
PROCES PABLO HASEL

NOVEMBRE 2013

(ÉTAT TURC) CONDAMNATION À 3.000 ANS DE PRISON PAR LA "JUSTICE" FASCISTE DE L'ÉTAT TURC DE 26 MILITANT-E-S SOCIALISTES... 

LIRE   LE COMMUNIQUÉ DE AVEG-KON

2-POLICE FASCISTE TURQUE

3-POLICE FASCISTE TURQUE

  Mur déployé par la Police fasciste contre tout manifestant-e

(05.11.2013. Istambul, État turc. Agence de presse ETKIN) Des socialistes condamné-e-s à des milliers d'années de prison. À l’issue du procès engagé à l’encontre de 26 socialistes dont des journalistes et 9 détenu-e-s, le Tribunal d'Exception de l'État turc fasciste a rendu son verdict: 8 d’entre eux sont condamné-e-s à la perpétuité et les autres à des peines de prison cumulant des milliers d’années au total. Les militant-e-s socialistes ont accueilli le verdict sous les slogans: «À bas le fascisme, vive notre combat!».

ISTANBUL- Le tribunal a rendu le verdict dans le procès engagé à l’encontre de 26 socialistes dont des journalistes et 9 détenus. La 10ème Chambre de la Cour d’Assises d’Istanbul a condamné les socialistes à des peines de prison cumulant des milliers d’années dont 8 perpétuités.

Ali Hidir Polat, Naci Güner, Ziya Ulusoy, Bayram Namaz, Arif Çelebi, İbrahim Çiçek, Füsun Erdoğan ont écopé chacun et chacune de la prison à vie. Ces 7 militant-e-s socialistes ont par ailleurs écopé approximativement de 3.000 d’emprisonnement pour 155 actions menées par le Parti Communiste M-L; en outre, ces derniers ont également été condamné-e-s chacun à 24 années d’emprisonnement, en plus. Un mandat d’arrêt a été lancé à l’encontre de Ziya Ulusoy. Erkan Özdemir, condamné à la perpétuité, a également écopé de 3 années 1 mois et 15 jours d’emprisonnement. Voici la liste des autres peines infligées aux socialistes :

- Serkan Gündoğdu: 13 années, 1 mois et 15 jours

- Arzu Torun, 14 années 3 mois

- Bilgi Tağaç, 11 années 9 mois

- Elif Almakça, 29 années 1 mois15 jours (Mandat d’arrêt lancé)

- Erkan Salduz, 21 années 9 mois15 jours (Mandat d’arrêt lancé)

- Fatma Siner, 10 années 7 mois15 jours

- Fethiye Ok, 10 années 7 mois15 jours

- Hasan Ozan, 14 années 4 mois15 jours

- Hatice Bolat, 29 années 1 mois15 jours (Mandat d’arrêt lancé)

- Mehmet Ali Polat, 31 années 5 mois 15 jours

- Meral Siner, 7 années 6 mois

- Riza Bozkurt, 7 années 6 mois

- Sedat Şenoğlu, 7 années 6 mois

- Seyfi Polat, 37 années 9 mois

- Soner Çiçek, 10 années 7 mois15 jours

- Sultan Ulusoy, 14 années, 4 mois 15 jours (Relâchée)

- Turaç Solak, 30 années, 1 mois, 15 jours

- Uğur Kayaci, 10 années, 1 mois 15 jours.

Les militant-e-s condamné-e-s ont accueilli le verdict par des slogans. Après la lecture du jugement, ils ont scandé tous ensemble «À bas le fascisme, vive notre combat!». Des dizaines de policiers en tenue de combat ont été introduits dans la salle d’audience. Un véritable mur en chair et en os a ainsi été érigé entre les détenu-e-s et leurs familles.

 OCTOBRE 2013

(PAU) SOLIDARITÉ GEORGES ABDALLAH

RÉPRESSION POLICIÈRE

ET DÉTENTION DE 8 MILITANT-E-Ssolidaritat palestina-occitania

À Pau (Occitanie), ce jeudi 24 octobre 2013, 2 jours avant la Manifestation unitaire à Lannemezan "30 ANS DE PRISON, 30 ANS DE RÉSISTANCE!" pour la libération de Georges Abdallah, prisonnier politique communiste révolutionnaire libanais: 8 militant-e-s progressistes et antifascistes ont été interpellé-e-s à Pau pour avoir manifesté leur solidarité avec ce Camarade pris en otage par l'État français depuis 1984.24oct2013-PAU

Les militant-e-s de LIBERTAT, de l'Action Antifasciste de Pau, et une militante de l'OCFR se sont enchaîné-e-s au local du PS qui a été occupé durant 30 minutes avant l'interpellation. La Police a coupé les chaînes puis a interpellé les militant-e-s avant de les conduire au commissariat pour un contrôle d'identité.

Ces interpellations font suite à diverses actions anti-impérialistes (une action contre l'intervention en Syrie et des actions contre l'Université de la Défense à l'initiative de Libertat -en collaboration avec le Comité pour un SRI de Baiona- dont une marche à laquelle s'est jointe d'autres organisations locales avec des collectifs et individus solidaires...).

Plus de détail prochainement sur l'action réalisée en septembre

"Bain de sang contre l'Université de la Défense"

de LIBERTAT et du SRI BAIONA

 

 (SYRIE) RÉVOLUTION DE ROJAVA

SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE KURDE!!!

RÉPRESSION ET DISPARITIONS POLITIQUES

CONTRE L'AUTOGESTION DU PEUPLE

Appel de ICOR

(19octobre2013)RÉVOLUTION ROJAVA

(EUSKAL HERRIA) HERRIRA: SOLIDARITÉ!!!

18 SOLIDAIRES DÉTENU-E-S

PAR L'ÉTAT ESPAGNOL

HERRIRA 

  (3 OCTOBRE 2013, BAIONA) CONFÉRENCE DE PRESSE DE HERRIRA

HERRIRA(BAIONA)(02.10.2013) Comités pour un Secours Rouge International*

*Euskal Herria, Galice, Catalogne, Extremadure,

Région de Madrid, Léon et Bierzo, Andalousie, Canaries...

À propos des tentacules, de la répression et de la riposte. HERRIRA est un organisme populaire, très ample, formé de solidaires qui luttent pour le respect des droits des prisonnier-ère-s politiques basques. Par conséquent, il-elle-s doivent se coordonner car le travail à réaliser auquel il-elle-s doivent s’astreindre est énorme. Visites dans les prisons, attention et pécule, diffuser leur situation, protestations ou bienvenue aux personnes qui ont accompli intégralement leurs condamnations et qui sont reçues dans les habitant-e-s de leur localité, mettre des kutxa (tirelires) ou vendre des txistorra (charcuterie) dans des fêtes populaires.

Nous avons toujours aimé HERRIRA, sa solidarité avec l’AFAPP ou le SRI, les “aitatxi” et “amatxi” des prisonnier-ère-s politiques, les groupes de jeunes qui décident d’employer leurs efforts et nouvelles idées dans le travail solidaire en faveur des prisonnier-ère-s politiques. Des gens solidaires, ordinaires, “du quartier”, oui, beaucoup des quartiers. De bonnes personnes.

Dans l’État espagnol, soudain débarquent ceux de la Guardia Civil et ils disent qu’Herrira est une «tentacule d’ETA». Ils diffusent de fausses informations totalement déformées sur leur travail et une nouvelle fois, ils entonnent la chanson du “Tout est ETA”. Celle-ci a été employée avec Askatasuna, les Gestoras Pro-Amnistie... En 2008: elle a été employée avec le “Tout est GRAPO” contre le SRI (Secours Rouge International)... Les exemples sont si nombreux!!! Une condition les réunit toutes: les organismes, associations et personnes qui travaillent dans le champ de la solidarité avec les prisonnier-ère-s politiques et dans la dénonciation de la répression mise en oeuvre par les États.  Des dizaines et des dizaines de solidaires avec les prisonnier-ère-s politiques passent des années en prison du fait d’être eux/elles-mêmes: SOLIDAIRES. On coupe les cheveux en quatre, on sort de nouveau l’artillerie sur les dites “tentacules”, sur "les fronts civils de fronts armés", sur l‘apologie du terrrorisme...

La répression et la criminalisation de la solidarité reviennent sur la scène, récemment. Entre autre, elles cachent pour quelques jours l’impunité totale de LEURS tortionnaires désormais inculpés… en Argentine! Tout cela, sans parler des scènes de brutalité policière contre les solidaires à Hernani ou Bilbo, ou la fermeture forcé de centaines de blogs, twitter et de comptes d’autant de solidaires avec les solidaires…  Et au passage, en Euskal Herria, EGI (Euzko Gaztedi Indarra: Force Jeunesse Basque, les jeunes du PNV) et la Police du PNV (Parti National Basque, réactionnaire et collaborateur avec le fascisme) se mettent au niveau, en ne perdant pas le rythme du pas répressif.

Quant à la riposte, elle a été abordée depuis longtemps par les prisonnier-ère-s politique: depuis 1977. Les prisons sont pleines de personnes qui ont pris un jour la decisión d’envisager leur vie de façon politique, en conduisant la lutte, la solidarité, la recherche de la liberté. Et par conséquent, en étant traité-e-s par l’État comme leur plus grand ennemi politique. Leur condition de prisonnier-ère-s politiques c'est ce qui atteint l’État: d’où la brutale répression et criminalisation des personnes solidaires ou des collectifs qui les regroupent. Et c’est pourquoi il-elle-s continuent d’exiger et de vivre en accord avec l’unique solution qui n’est autre que l’AMNISTIE. Les terroristes, ce sont les États espagnol et français! SOLIDARITÉ AVEC HERRIRA! SOLIDARITÉ ANTIREPRESSIVE. AMNISTIE POUR LES PRISONNIER-ÈRE-S POLITIQUES!

SEPTEMBRE 2013

(GALICE) RÉPRESSION CONTRE LA SOLIDARITÉ !

Le Tribunal d'Exception fasciste -l'Audiencia NAZIonal- et la Police répriment l'Acte de Bienvenue aux Camarades exprisonnières politiques du PCE(r):

Iolanda Fernandez et Aurora Cayetano

(28sept2013)RÉPRESSION GALICE

Police Nationale assiégeant le Bar Faluya (A Coruna, en Galice)

("Solidariedade", Comité pour un SRI de Galice) Le 28 septembre 2013, dans la ville de A Coruna (en Galice), un fort dispositif policier a empêché la célébration de l'Acte de Bienvenue prévu pour les exprisonnières politiques du Parti Communiste d'Espagne (reconstitué): Aurora Cayetano et Iolanda Fernández libérées en juillet dernier, après avoir passé 11 ans en prison.

Un peu avant 18h, la Police judiciaire a pris l'identité des organisateurs de l'acte en les informant de l'existence d'un Arrêt d'accusation émis par le Tribunal N°5 de l'Audiencia Nacional lequel interdit expressément la célébration de tout acte qui aurait comme fin: «L'apologie du Terrorisme» ce qui, selon les propos de la Police elle-même, inclu le fait de crier des slogans en faveur des prisonnier-ère-s politiques ou de l'Amnistie.

Plusieurs personnels de la Police nationale ont pris d'assaut les rues de Orzán et Sano Andrés dans la ville de A Coruna avec l'objectif de faire peur et menacer les personnes qui se dirigaient vers le Bar Faluya où l'acte était prévu. Des douzaines de personnes ont eu leur identité contrôlée dont y compris de simples passant-e-s qui ignoraient les motifs d'un tel dispositif policier. La présence policière s'est prolongée durant plus de 4 heures.

Malgré tout, il convient de souligner le fait que ni le Tribunal d'Exception de l'Audiencia NAZIonal, ni la Police n'ont réussi à éviter le fait que plus de 50 personnes se sont approchées du Bar Faluya pour exprimer personnellement leur solidarité et sympathie à Iolanda et Aurora. Il n'y a pas eu de banderoles, ni de slogans... mais beaucoup d'indignation et surtout beaucoup de SOLIDARITÉ ce qui était, en définitive, ce dont il s'agissait. C'est pourquoi nous pouvons dire que bien que n'ayant pas pu réaliser l'acte de Bienvenue de ces combattantes en liberté, l'État fasciste espagnol: ses Juges et sa Police n'ont réussi à atteindre aucun de leur objectifs.

xd-28SEPT2013(A CORUNA)

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 14:41

1. CULTURA DE CLASE-LUCHARAGENDA SOLIDARITÉ

CULTURE ET LUTTE DE CLASSE

RÉAPPROPRIATION DE LA MÉMOIRE HISTORIQUE

DES LUTTES ANTIFASCISTES...

 

 

 

DÉCEMBRE 2014

Samedi 6 Décembre (BAIONA)

16.00 place de la Liberté    N°1 MANIFA ANTIFA 06.12.2014(BAIONA)N°2 MANIFA ANTIFA 06.12.2014(BAIONA)NOVEMBRE 2014

Samedi 22 Novembre (TOULOUSE)

14.00 place du Capitole

22 NOV 2014 (TOULOUSE)Samedi 8 Novembre (TOULOUSE)

14.00 place Jean-Jaurès

8 NOV 2014 (TOULOUSE)

Vendredi 7 Novembre (BAIONA)

18.00 devant la ss-Préfecture

7 DEC 2014(BAIONA)

Samedi 1° Novembre (BAIONA)

17.30 devant la mairie

1NOV2014-BILBO

OCTOBRE 2014

Jeudi 30 Octobre (BAIONA)

Décision du Tribunal relative à la liberté

conditionnelle de Ibon

30 OCT 2014(BAIONA)Samedi 25 Octobre 

(LANNEMEZAN)

25OCT2014 (LANNEMEZAN)Mercredi 22 Octobre (BAIONA)

kg-AFFICHE 22 OCT 2014

22 OCT 2014(BAIONA)Dimanche 19 Octobre (ITXASOU)

19 OCTOBRE 2014 (ITXASOU)Vendredi 17 Octobre (PAU) 

17 OCTOBRE 2014 (PAU)Lundi 6 Octobre (BAIONA)

6 OCTOBRE 2014 (BAIONA)

SEPTEMBRE 2014

  Samedi 27 Septembre (IRUNEA) 

27 SEPT 2014 (IRUNEA)AOÛT 2014 

Hommage 5 Août 1939-2014 LIRE

HOMMAGE AUX 13 ROSES COMMUNISTESDimanche 10 Août (GARAZI) 

10 AOÛT2014 (GARAZI)Samedi 1° Août (BAIONA)

BORTIZKERI SEXISTARIK EZ !

NON AUX VIOLENCES SEXISTES !

Rassemblement à 18h30 devant la mairie de Bayonne à l'appel des féministes d'Ipar Euskal Herria.

"Ipar Euskal Herriko feministek salatzen ditugu Baionako pestetan izan diren bi bortxaketak eta bortxaketa onargarritzat hartzen dituzten hitzak! Féministes d'Ipar Euskal Herria, nous nous unissons pour dénoncer les 3 viols enregistrés durant les Fêtes de Baiona ainsi que les mots inadéquats prononcés par les différentes autorités bayonnaises lors du bilan des fêtes!"

01.08.14.FEMENISMOAJUILLET 2014

 Jeudi 31 Juillet (BAIONA)

    Lire Annonce + analyse du ROCML  

31.07.14(BAIONA) ELKARTASUNA PALESTINA

Samedi 26 Juillet et

Dimanche 27 Juillet (BAIONA)

    Stand Antifasciste Lire  

is1-BAIONAko BESTAK 2014Vendredi 18 Juillet (BAIONA)

 Appel   + Lien N°1 et N°2 

17 JUILLET 2014(BAIONA)Dimanche 13 Juillet (GURS)

Note  et Plus d'INFOS

13 JUILLET 201413.07.2014(AUTOBUS GURS)

Samedi 12 Juillet (PARIS)

APPEL  et Plus d'INFOS

12 JUILLET 2014-PALESTINE(SRA)JUIN 2014

Samedi 21 Juin (PARIS)

LAMINE DIENG (NON-LIEU)Samedi 21 Juin (MIARRITZE)

21.06.14-MIARRITZESamedi 14 Juin (ST-ETIENNE)

avec la participation du Comité pour un SRI de Baiona (exposition) LIRE

14 JUIN 2014-ST ETIENNE

6 et 7 juin (PARIS)

  LIRE7 JUIN 2014-PARIS(clément)7 JUIN 2014-PARIS

   AGENDA SOLIDARITÉ 2014(avril-mai)

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
7 décembre 2009 1 07 /12 /décembre /2009 09:59

 LA MÈRE...

 HOMMAGE AUX MÈRES DES PRISONNIER-ÈRE-S POLITIQUES

zc-LA MÈRE

"LA MÈRE" de GORKI (1907, URSS)

"(EXTRAIT) «... Ce n'est pas avec du sang qu'on noie la raison!». On la poussait dans le dos, dans le cou, on la frappait à la tête, à la poitrine; tout vacillait et s'évanouissait dans le sombre tourbillon des cris, des hurlements, des coups de sifflets. Quelque chose d'épais et d'assourdissant pénétrait dans ses oreilles, remplissait sa gorge et l'étouffait. Le sol s'effondrait sous ses jambes qui ployaient, son corps frémissait sous les brûlures de la douleur; alourdie, affaiblie, la mère chancelait. Mais elle apercevait autour d'elle des yeux nombreux brillant du feu jardi qu'elle connaissait bien et qui était cher à son coeur. On la poussa vers la porte. Elle dégagea une de ses mains et s'accrocha au montant. «... Vous n'amasserez que de la rancune, fous que vous êtes! et cette rancune, cette haine vous submergera! ...». Le gendarme la saisit à la gorge d'une étreinte toujours plus violente. Elle râla: «Les malheureux...». Quelqu'un lui répondit par un sanglot prolongé." 

ab-PEPITAPÉPITA, LA MÈRE

de tout-e-s les révolutionnaires!

 RÉVOLUTIONNAIRE EN ESPAGNEzb-LUCHAR

DÉCEMBRE 2013

GUERRE SALE: MENACES CONTRE UNE MÈRE COURAGE ET SA FAMILLE DU FAIT D'ÊTRE DES COMBATTANT-E-S ANTIFASCISTES

(28.12.2013) Désormais, les menaces passent par lettre après que toute sa biographie, des données concrètes, adresses aient été publiées dans la presse falangiste pour étaler les cibles de la Guerre Sale. Cette fois, celle-ci prend la forme d'une lettre sale adressée à Pepita Seoane Vaz en visant au passage sa famille car la lettre a été envoyée au bar de Carlos, son fils. Qu'il s'agisse des méthodes employées en 1936, en 1977, en 2013: les mêmes ombres sales sont derrière elles. Toute notre solidarité à Pepita, Suso, Carlos et Paco. La Guerre Sale, c'est le fascisme qui la réalise: aujourd'hui et depuis toujours.

12-LA MÈRELEURS PROCHES S'EN VONT ET LES PRISONNIER-ÈRE-S POLITIQUES NE PEUVENT PAS LES SALUER...

(Comités pour un SRI) Le 21 novembre 2013, Lola Etxeandia De la Maza, la mère d'Enrike Kuadra Etxeandia: prisonnier politique des GRAPO est partie à 3 heures du matin. Repose en paix, Lola! Elle est partie à l'âge de 91 ans avec un vécu énorme de la répression par ses deux fils prisonniers politiques dont la perte d'Iñaki... LIRE. Ainsi, non seulement Enrike Kuadra Etxeandia n'a pas pu voir sa mère vivante une dernière fois mais l'institution pénitentiaire de l'État espagnol lui a refusé jusqu'à sa présence pour accompagner les derniers instants de sa mère lors de la dispersion de ses cendres...

Ironie avec la mort des parents des prisonnier-ère-s politiques. Cette semaine (1° semaine de décembre 2013), offensé, Enrike nous a raconté par téléphone qu'après le décès de sa mère, quelques jours plus tard, les Institutions Pénitentiaires ont enfin répondu à sa demande de transfert (qu'il avait envoyé quelques semaines auparavant afin de se rapprocher pour les visites en prison de sa mère très malade). Celles-ci lui ont fait parvenir un document dans lequel il est écrit que: "2 jours (de transfert) lui sont concédés pour la visite à son parent malade". Il semblerait aussi que celles-ci lui offraient jusqu'à un transfert spécial: direct à la Prison de Basauri, sans avoir à attendre les autobus laissés aux prisonnier-ère-s au cours de leur transfert... MAINTENANT!!!!

OFFENSES DANS LES PRISONS

DE L'ÉTAT ESPAGNOL

CONTRE LES RÉVOLUTIONNAIRES

ET FAVEURS POUR LES FASCISTES

zd-RÉSISTANCE-Les médias bourgeois eux-mêmes ont propagé comment les GAL (Guerre Sale de l'État espagnol monarco-fasciste) qui ont été quelques mois en prison pouvaient en sortir pour aller à des consultations médicales externes dès qu'ils le demandaient.

Par contre, c'est leur silence absolu sur l'extermination des prisonnier-ère-s politiques au moyen d'une atteinte grave à leur santé par un suivi nul, le refus de toute visite auprès de spécialistes externes et des éternels reports d'opérations chirurgicales obligatoires.

Et les médias s'étalent sur les indulgences accordés à LEURS prisonniers -fascistes- en "mauvais état de santé": les visites pour quiconque en a envie -jusqu'à des prostituées- et conditions avantageuses dans leurs cellules de prison dorées...

-Les parents des prisonnier-ère-s politiques se meurent et il leur est refusé de les voir une dernière fois: cela, les médias bourgeois le taisent.

za-LUCHARMais, malheureusement pour les fascistes, nous avons beaucoup de Mémoire Historique. Un seul exemple, Carmiña Cayetano: prisonnière politique du PCE(r) depuis 24 ans a non seulement été empêchée de réaliser ses derniers adieux à sa fille, après son décès, mais elle a aussi été punie par le mitard. De nombreux parents et proches sont parti-e-s et les prisonnier-ères politiques n'ont pas pu les saluer.

Et nous voulons expliquer aussi le dernier cas. Lola: la mère d'Enrike Kuadra, âgée de 91 ans était déjà très malade depuis plusieurs mois, avant de mourir. Des rapports médicaux très tranchants rédigés par des spécialistes qui prenaient soin de Lola Etxeandia ont été envoyés par ceux-ci en prison afin que soit permis à son fils: Enrike, prisonnier politique des GRAPO, son transfert à la Prison de Basauri (Bizkaia, en Euskal Herria) pour qu'il puisse être à ses côtés durant ses derniers jours de vie. Des mois ont passé et la prison n'a pas répondu au transfert nécessaire.

Il y a quelques mois, les médecins sont revenus à la charge en rédigeant un rapport de plusieurs pages alertant sur le fait que la mort était imminente. Ce n'est que quelques jours après le décès de sa mère Lola qui a eu lieu le 21 novembre 2013 qu'Enrike a eu entre ses mains ce nouveau rapport médical alors que toute visite avec sa mère en vie était déjà impossible, au milieu de toute cette paperasse bureaucratique. Mais cela, les médias ne taisent. Tout comme, ils sont restés silencieux sur le fait qu'Iñaki Kuadra Etxeandia, ex-prisonnier politique des GRAPO -le petit frère d'Enrike- est mort très jeune et qu'il n'est sorti de prison que très malade et sous la pression d'une tr-s forte Campagne populaire de solidarité pour sa libération et qu'il est mort seulement après quelques semaines durant lesquelles il a du aller signer la "liberté" conditionnelle dans laquelle il se trouvait.

Une multitude de souffrance gratuite et intentionnelle qui vient s'ajouter. Il existe des milliers de façon pour vouloir leur arracher leur dignité, leur Résistance en tant qu'être humains et révolutionnaires. Et le fait que les familles et les proches eux-mêmes aient à souffrir d'une partie de ce châtiment nous semble un fait extrêmement agravant car il-elle-s n'ont pas été condamné-e-s à aucune sentence judiciaire et cependant, ils doivent payer les plats casés avec tout ce que signifie la dispersion pénitentiaire, les conditions draconiennes pour les prisonnier-ère-s politiques et leur propre dsituation en tant que parents et proches des prisonnier-ère-s.

Les "bontés" vendues en même temps que les prisons "apportées par la "Transition" (dite "démocratique") du franquisme au fascisme couronné sont telles que nous invitons les lecteur-trice-s à lire les livres de prisonnier-ère-s politiques sous Franco et de les comparer avec les prisons démocratiques. Les ressemblances sont telles qu'il nous semble lire des récits jumeaux. Tortures, coups, mitards (cellules de châtiment), isolements absolus durant jusqu'à des années entières, nourriture poubelle, négligence médicale, morts de prisonnier-ère-s politiques sous les coups ou par "pendaison" en empêchant toute relation avec les familles ou ami-e-s, criminalisation des proches, nombreux barrages et interdictions de leur visite quand ils sortent de prison, etc, etc.

Et la seule différence, ce sont les années passées en prison.

Aucun-e prisonnier-ère du fascisme franquiste -durant presque 40 ans- n'a passé autant d'années de prison que les prisonnier-ère-s politiques de la "démocratie" en moins de presque 40 ans. Désormais, il-elle-s sortent en ayant fait 31, 30, 29,28,27... années de prison et l'État espagnol qualifie de délit le fait de nommer pour ce qu'il-elle-s sont: des prisonnier-ère-s politiques! De 1939 à 2013, il n'y a pas eu un seul jour, pas une seule minute, sans prisonnier-ère-s politiques dans les prisons de l'État espagnol.

En suivant la logique mathématique, quand les médias bourgeois caquettent que ceux/celles d'ETA, et des GRAPO... auraient tué à 900 occasions por lesquelles il-elle-s ont été condamné-e-s à des dizaines de milliers d'années de prison -intégralement accomplies (en plus de la prise d'otage illégale qui vient s'ajouter via la Doctrine Parot) ou en être de l'être- quelle arithmétique pouvons-nous appliquer pour les dizaines et dizaines de milliers de personnes qui ont été assassinées par le fascisme espagnol? !!! Lequel/laquelle, combien, de ces coupables -dont la plupart sain et sauf dans l'État actuel lui-même- sont prisonnier-ère-s ou ont passé ne serait-ce qu'1 seul jour en prison? Qui les a jugé-e-s? Quand ont-il-elle-s changés pour cela les Juges et Procureurs de fascistes en démocrates? Quand l'ont-il-elles fait pour les tortionnaires et les policiers modèles? Quand l'ont-il-elle-s fait aussi pour le militaire nazi transformé en illustrissime Général "démocrate" de toujours? Quand l'ont-il-elle-s fait pour le banquier putschiste transformé en chef d'entreprise modèle? Oui, il s'agit bien d'insultes ajoutées qui devraient faire s'ouvrir tellement d'yeux..."

 

CHRONIQUE DE FIN DE SEMAINE SOLIDAIRE

(Lettre d'un solidaire, Euskal Herria): "Ce vendredi 22 novembre 2013, notre groupe de solidaires sommes allés jusqu'à Laudio où se déroulaient les 2° Journées Anticapitalistes. Parmi d'autres actes intéressants, il y a eu une discussion avec l'avocat: Juan Manuel Olarieta, Suso Cela Seoane: ex-prisonnier politique des GRAPO et le poète communiste: Aitor Cuervo.

Une demi-heure avant de commencer le débat, nous prenons part à un rassemblement solidaire avec les prisonnier-ère-s politiques basques de la Prison de Sevilla II, jusqu'alors en grève de la faim 24 heures par jour pour protester contre les conditions d'indignité, d'abus constant et de tension exercé par cette prison. Là, nous avons appris qu'un hommage allait être rendu le lendemain au tanatorium de Portugalete pour la mère du prisonnier politique communiste: Enrique Kuadra, morte la veille: à 91 ans.

Une fois que la discussion commencée, avec un auditoire dans lequel il ne restait pas un seul espace vide (la majorité des personnes étaient très jeunes), l'ex-prisonnier politique des GRAPO: Suso Cela Seoane a pris la parole pour partager avec nous son histoire et vision personnelle du panorama actuel.

Il en ressortait qu'il ne voit pas de changement entre le franquisme et aujourd'hui, les mêmes raisons qui existaient à l'époque pour développer la Lutte continuent d'être là, identiques. Par conséquent, celle-ci est plus nécessaire que jamais, sans écarter aucune méthode. Il a aussi fait face à la propagande-mensonge, tant de fois propagée, sur le fait que les GRAPO (Groupes de Résistance Antisfaciste Premier Octobre 1975) étaient des agents de la CIA (théorie de la Guerre Sale dans les années 70 et au début des années 80) ou à des illuminé-e-s, en mettant en évidence le fait qu'aussi bien les fondateur-trice-s de l'organisation que les militant-es sont humbles et de familles ouvrières.

Il a voulu terminer sa brève intervention en rappelant le fait que le jour où la Victoire arrivera -ce dont il ne doute pas- ce sera grâce à l'effort de ceux/celles qui nous ont précédé et qui sont tombé-e-s au cours de leur tentative puis en demandant au poète: Aitor Cuervo de déclamer un poème de son frère Paco (Prisonnier politique du PCE(r)) "Este dia sera porque vosotros sois" (Ce jour-là sera parce que vous existez) suivi d'une grande ovation émouvante qui a surgit de la salle.

L'avocat Juan Manuel Olarieta a lui aussi pris la parole pour nous expliquer que la Lutte pour l'Amnistie dans l'État espagnol ne vient pas d'aujourd'hui et qu'elle n'atteint pas seulement les organisations qui ont des militant-e-s en prison, sinon qu'elle remonte loin dans le temps, plus concrètement: depuis la répression de 1934 du mouvement des mineurs en Asturies et qu'elle se répercute sur nous tou-te-s car la répression qui s'exerce contre les prisonnier-ère-s n'est que le début et la démonstration de ce qui attend toute personne qui fait face à ce Régime d'une manière consciente.

Il a aussi rappelé que des prisonnier-ère-s sont sorti-e-s de prison non pas grâce à une démocratie crapule du Régime mais parce que celui-ci y a été obligé car ceci est le fruit de la combinaison des mobilisations de masses et de toute sorte d'actions, y compris celles armées. Ensuite, il s'est produit un débat intéressant où ont été exposés différentes questions et points de vue différentes questions et points de vue se référant à la situation actuelle, les différentes perspectives, etc... De même, la solidarité avec les intervenants et la sincère reconnaissance de leur Lutte s'est manifestée chaleureusement.

Dans les réponses données aux nombreuses questions, il a été rendu évident que les gens ne vont pas supporter plus de coups, ni de misère, en étant prêt-e-s à tout donner et qu'une phase de résistance, rébellion et d'indigestion a commencé. Suite à la question posée à Suso Cela sur ce que furent ses années de militance dans les GRAPO, il s'est produit un moment magnifique quand il a dit: «Ce furent des années durant lesquelles je me suis senti bien parce que j'agissais guidé par ma conscience et en faisant ce que je pensais qu'il fallait faire. Je vous le recommande!», suivi d'un grand éclat de rire général et d'applaudissements.

Une fois les discussions terminées, il restait tout juste le temps d'écouter Aitor déclamer certains de ses poèmes (étant donné la durée prolongée du debat: plus de 2h30) qui forment son dernier ouvrage: "Poemas, bombas, y otras necesidades" (Poèmes, bombes et autres nécessités). Je ne me fatiguerai pas de voir la sincérité, l'engagement et la passion avec lesquelles ce jeune poète développe son travail. Il réussi toujours à émouvoir l'auditoire.

Le lendemain, nous nous déplaçons jusqu'au tanatorium de Portugalete, lieu élu pour manifester la peine et la douleur de la perte de Lola Etxeandia, la mère du prisonnier politique: Enrique Kuadra et du récemment défunt: Iñaki; nous nous réunissons un groupe de solidaires et d'ex-prisonniers politiques, en plus des proches de ceux-ci.

Sur ce point, je voudrais manifester ma reconnaissance et mon hommage le plus sincère à Lola Etxeandia De la Maza et aux dites "petites mères pour l'Amnistie" (en plus des autres parents et proches impliqué-e-s dans cette Lutte: frères et soeurs, enfants et couples) comme c'est le cas de Milagros: la mère du prisonnier politique basque des GRAPO Laureano Ortega. Vous êtes l'Histoire vivante et le miroir permanent dans lequel nous regarder et la source où nous ne cesserons pas de boire jusqu'au jour de la Victoire, ni nous ni les générations à venir, dont nous nous chargerons. Allons, pour vous tou-te-s ma plus sincère affection, hommage et reconnaissance. Vous serez toujours dans ma mémoire et mon coeur. Vous êtes indispensables et votre apport et ouvrage resteront pour toujours dans les mémoires avec admiration. Ainsi concluait une fin de semaine, une de plus, marquée par l'avancée de la solidarité. Que continue à croître la marée solidaire!"

 

 

Pablo Neruda

(Canto General)

X. LE FUGITIF (1948)

Pablo Neruda, communiste chilien

(Extrait du recueil de poésies, Canto General)

XII. À tou-te-s, à vous

les êtres de la nuit et du silence

qui avez pris ma main dans les ténèbres,

à vous, lampes de la lumière impérissable,

lignes d'étoile, pain des vies, mes frères secrets,

à tou-te-s, à vous,

je dis: Point de merci,

rien ne pourra remplir les coupes

de la pureté,

rien ne peut

contenir tout ce soleil sur les drapeaux

du printemps invincible,

comme vos muettes dignités.

Pourtant

je pense

avoir été peut-être digne de tant de simplicité,

digne d'une fleur aussi pure,

et que je suis peut-être vous, oui, cela: vous,

cette mie de terre, de farine et de chant,

cette pâte naturelle qui sait

d'où elle sort et où se tiennent ses attaches.

Je ne suis pas clochette si lointaine,

ni cristal si profondément enseveli

que tu ne puisses le déchiffrer, je suis

peuple et rien d'autre, porte cachée, pain obscur,

et quand tu me reçois c'est toi

que tu reçois, cet-te hôte

si souvent malmené-e

et si souvent

ressuscité-e.

 

À tout, à tou-te-s,

à ceux/celles que je ne connais pas,

à tou-te-s ceux/celles qui jamais

n'ont entendu mon nom,

à ceux/celles qui vivent

au long de nos longues rivières,

au pied de nos volcans, à l'ombre

sulfurique du cuivre, aux pêcheurs et aux paysan-ne-s,

aux Indien-ne-s bleu-e-s sur le rivage

de lacs étincelants comme des vitres,

au cordonnier qui en cet instant s'interroge

en clouant le cuir, de ses vieilles mains,

à toi, à celui/celle qui sans le savoir m'a attendu,

j'appartiens. Je vous reconnais et je vous chante.

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 17:23

ABATTRE LES MURS DE LA PRISON

DU DEDANS ET DU DEHORS!

FAIRE TOMBER LES MURS DES PRISONS-1  

 

DÉCEMBRE 2013

arenas(30.12.2013) UNE MONTAGNE DE CARTES DE PROTESTATIONS ENVOYÉES À LA PRISON DE CASTELLON II...

(30.12.2013) LE CAMARADE "ARENAS" VA ENFIN ÊTRE OPÉRÉ DE SES CATARACTES ! Cette semaine, Manuel a enfin été osculté correctement par un ophtamologue. L'étude de son cas avère certaine la programmation d'une opération chirurgicale en Juin 2014, après une période d'adaptation médicale. Le Camarade "Arenas" a dit à sa famille qu'il était content du traitement reçu et de l'explication relative à l'opération chirurgicale et à son dispositif.

Il a aussi mentionné le fait que quelque jours auparavant, le Chef de Sécurité de la Prison de Castelló II lui a transmis la grande colère de la Directrice de cette Prison suite à la réception d'une montagne de lettres de protestations relatives à "Arenas" et qu'elle continue de recevoir. Le Camarade "Arenas" lui a alors répondu que la revendication ne pouvait être plus claire et que la solution se trouve entre leurs mains.

  CAMPAGNE CONTRE LA NÉGLIGENCE MÉDICALE EXERCÉE

SUR LE CAMARADE "ARENAS"

ARENAS

LIRE LE COMMUNIQUÉ DU SRI (DÉCEMBRE 2013)

IMPRIMER   LA CARTE DE DÉNONCIATION

Depuis des années, Manuel Pérez Martínez: le Camarade "Arenas” a de graves problèmes oculaires avec des cataractes extrêmement avancées qui lui permettent à peine de voir, sans parler de lire ou dessiner... Après avoir beaucoup insisté auprès du médecin pénitentiaire, il a récemment été transferé à l'Hôpital de Castellón mais seulement de passage, jusqu'à présent.

Après que les agents de la Guardia Civil lui aient demandé où il devait aller à l'Hôpital car aucun document ne leur avait été remis pour le conduire auprès de spécialistes, "Arenas" leur répond qu'il pense que cela doit être l'ophtalmologue.

L'un des policiers va voir ce spécialiste lequel lui rétorque que personne de la prison ne lui a donné aucun rendez-vous avec Manuel. Pourquoi l'avoir transféré dans un hôpital? Pour continuer à démontrer -d'après ce qu'il semble- que c'est bien la Direction de la prison et celle des Institutions Pénitentiaires qui lui refusent tout suivi médical.

Ses problèmes occulaires durent depuis des années et Arenas cours le risque réel de rester aveugle ou à moitié aveugle. Est-ce cela ce qu'ils veulent faire au Secrétaire Général du PCE(r) (Parti Communiste d'Espagne, reconstitué depuis le 8 juin 1975). Les parents, proches et solidaires de M.P.M. ont réalisé des cartes pour les envoyer à la Direction de la Prison de Castelló II, signées, avec le texte suivant au dos de la carte envoyée à cette adresse : Sra. Directora del C.P. Castelló II Paraje Muscarell 12140 ALBOCASSER Castelló

Sra. Directora. "Como usted bien sabe Manuel Pérez Martínez tiene un grave problema de visión debido a las cataratas, sin embargo ustedes le están negando sistemáticamente la atención oftalmológica, por lo que nos vemos obligados a llevar a cabo una amplia campaña de denuncia sobre esta cuestión. Firmado: -----------------" (Comme vous le savez bien, Manuel Pérez Martínez a un grave problème de vue dû aux cataractes, cependant vous lui refusez systématiquement le suivi ophtalmologique ce pourquoi nous sommes obligez de mettre en oeuvre une Campagne de dénonciation relative à ce sujet. Signature: ------------------------) Reproduit ou photocopie-la puis signe-la. Colle ensuite un timbre postal de 0.37 € et envoie-la! Il faut continuer à dénoncer, de toutes les façons possibles la tentative, d'annihiler "Arenas" avec la condamnation à perpétuité de fait à laquelle l'État espagnol monarco-fasciste l'a condamné, jusqu'à lui refuser tout soin sanitaire fondamental.a-rectoCARTAarenas

a-versoCARTAarenasLES REPENTI-E-S CESSENT

D'ÊTRE DES

PRISONNIER-ÈRE-S POLITIQUES !

ABELARDO-galiza

COMMUNIQUÉ (Vigo, novembre 2013) Comité por un SRI de Galiza "Solidariedade". Nous, les Comités pour un Secours Rouge International de Galice, rendons public, pour les travailleurs et travailleuses, ami-e-s et solidaires avec les Prisonnier-ère-s Politiques du PCE(r) et des GRAPO, la dénonciation suivante relative au repentir de Telmo Varela.

Face à la provocation qu'il vient de réaliser avec la parade d'être un ex-prisonnier des GRAPO et jusqu'ici sur notre terre, en voulant représenter ni plus ni moins qu'Abelardo Collazo (1), le SRI manifeste que:

1º. Telmo Varela a cherché à obtenir sa liberté individuelle en trahissant ses compagne-on-s prisonnier-ère-s du PCE(r) et des GRAPO en pleine grève de la faim, en 1989. Alors que la situation était extrême avec un danger de mort imminente pour leurs vies tout en étant soumis-es à l'alimentation forcée, Telmo traficotait avec le Ministre de la "Justice" de l'État espagnol: Enrique Mugica Herzog et donnait raison au Gouvernement en entrant dans une Campagne d'intoxication contre la lutte juste des prisonnier-ère-s. Au cours de cette grève de la faim: "Sevillano" est mort et plusieurs prisonnier-ère-s sont resté-e-s avec de graves séquelles à vie pour leur santé.

2º. La grève de la faim visait à obtenir des conditions humaines dignes en prison, elle n'avait pas d'autre objectif que la lutte pour la RÉUNIFICATION et contre la dispersion, la torture blanche de l'isolement, les coups et la privation des relations avec les proches et ami-e-s.

Il n'y a rien eu et il n'y aura rien d'autre de ce provocateur, aventurier et démagogue qui n'ait été et ne sera: son repentir et sa trahison de ses camarades avec leur grève de la faim dans les années 1990.

3º. Face à cette attitude provocatrice, nous dénonçons ce fait car nous ne pouvons pas rester silencieux/euses et voulons donner la voix à ceux/celles auxquel-les on la leur enlève: les prisonnier-ère-s politiques du PCE(r) et des GRAPO.

L'attitude actuelle de cette personne, en 2013, est très grave car il la réalise depuis une position voulant être légitime tandis que les prisonnier-ère-s politiques de la Résistance portent 30 ans de prison! Ceux/celles-ci continuent d'être mis-es en isolement par ce Gouvernement de l'État espagnol sans scrupules.

Nous ne permettrons jamais que l'Honneur et la Lutte soient séquestrés par cet indésirable qui, en plus, veut légitimer cette "démocratie" pourrie qui continue d'exploiter et de réprimer les travailleur-euse-s, en étant la cause de l'existence des Prisonnier-ère-s Politiques."

NOVEMBRE 2013

SOLIDARITÉ POUR BRISER L'ISOLEMENT!25-SANTIAGO RODRIGUEZ-GRAPO

(22.10.2013) Santi Rodríguez Muñoz
transféré à la Prison de Jaén

Après l'Isolement de courrier dont il a souffert à la Prison de Huelva et l'extrême résistance dont il a fait la preuve en restant plus de 6 mois sans transmission de son courrier, Santi a été transféré à la Prison de Jaén où il a déjà été détenu plusieurs années auparavant.

Envoyons-lui une carte postale!

Santiago Rodriguez Munoz

C.P. Jaén

23071 JAÉN

(début novembre 2013) nouvelle censure
de courrier à la Prison de Huelva

De nouveau, Santi Rodriguez doit refuser le courrier pour dénoncer et protester contre sa manipulation par les Institutions Pénitentiaires de l'État espagnol. Au début de cette année, le militant antifasciste et prisonnier politique des GRAPO (Groupes de Résistance Antifasciste Premier Octobre 1975): Santi Rodríguez Muñoz était complètement isolé dans la Prison de Huelva dans l'État espagnol.

Une nouvelle censure lui est imposée qui consiste à lui donner le courrier qu'il reçoit éparpillé sur un plateau avec les pages séparées des lettres remises chaque fois en partie... C'est pourquoi il refuse de le prendre dans de telles conditions de tyranie et pression.
SantiPour dénoncer cette situation, des centaines de lettres de protestation ont été envoyées à la Direction de la Prison de Huelga entre février et mars 2013. La situation s'est de nouveau normalisée avec la remise du courrier sans ces artifices de pure vengeance.

Mais durant l'été, les mêmes entraves lui ont été de nouveau imposées sur le courrier: les pages de diverses lettres lui ont remises dans le désordre à différentes dates avec une censure directe sur celles où sa qualité de prisonnier politique est mentionnée sur l'enveloppe, etc. Plus récemment, il a du, une nouvelle fois, prendre la décision de refuser tout courrier en mesure de dénonciation et de protestation. Faisons de nouveau parvenir notre protestation adressée à la Direction Pénitentiaire de la Prison de Huelva pour que cesse ces mesures fascistes et particulièrement perverses.

CARTE À ENVOYER À:

SANTI RODRIGUEZ MUNOZ

PRISION DE HUELVA

CTRA. DE LA RIBERA S/N

21.610 HUELVA (ESPANA)

"Sr. Director del C.P. de Huelva, queremos denunciar el aislamiento que sufre el preso politico Santiago Rodriguez Munoz, que llega al extremo de no poder recibir correo del exterior. Firmado: --------------

(Mr. Le Directeur du Centre Pénitentiaire de Huelva, nous voulons dénoncer l'isolement dont souffre le prisonnier politique Santiago Rodriguez Munoz qui atteint l'extrême de ne pas pouvoir recevoir de courrier de l'extérieur. Signataire:--------------)


Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 14:54

OCTOBRE 2013

CONCERT DE SOLIDARITÉ

AVEC GEORGES ABDALLAH

À BORDEAUX

"30 ANS DE PRISON,

30 ANS DE RÉSISTANCE!"

  MIRIAM DU GROUPE O.P.A.

(Orchestre Poétique d'Avant-guerre)

Repost 0
Published by sribaiona - dans LUTTE DE CLASSE
commenter cet article

DYNAMIQUE DE BAIONA

jpg-SR BAIONA-okPLUS D'INFOS (cliquer)

SOLIDARITÉ PCE(r), GRAPO ET SRI!

 AMNISTIE TOTALE !!!

SANS CONDITIONS !

AMNISTIA TOTALE

2013 : ADRESSES

COLLECTIF DES PRESXS DU PCE(r), GRAPO ET SRI

(2013) PRESXS-adresses

ENCORE 1 PROCÈS-FARCE !!!

PROCES FARCE 13.09.2012 (arenas)-azkPROCES FARCE 13.09.2012 (victoria)-azkMADRID, LE 13 SEPT 2012 :

PITOYABLE TRAGI-COMÉDIE !!!

Audios du dernier Procès-Farce contre "Arenas" et Victoria Gómez. Il n'y a rien de mieux pour rompre la Guerre Sale déployée contre le PCE(r) qui tente de le relier au faux amalgame criminalisateur : PCE(r)-GRAPO... que d'écouter leurs propre paroles. Quand "Arenas" parle sur la politique la Juge l'interrompt et l'expulse. L'avocat de la Défense rompt avec des données tranchantes et sans appel les inventions mises dans les Dossiers judiciaires pour impliquer "Arenas" dans les GRAPO.

  NI OUBLI, NI PARDON !

ABELARDOLIBERTÉ POUR LE COLLECTIF

DES PRESXS POLITIQUES

DU PCE(r), DES GRAPO ET DU SRI

DONT LE CAMARADE ARENAS!

camarade ARENAS

République Populaire

CAMPAGNE DE SOLIDARITÉ AVEC LES PRESXS MALADES

PRESXS MALADESPLUS D'INFOS (cliquer)

7 PRES@S DU COLLECTIF DES COMMUNISTES, ANTIFASCISTES ET SOLIDAIRES DU PCE(R), DES GRAPO ET DU SRI ONT DE GRAVES MALADIES INCURABLES ET ILS/ELLES SONT SÉQUESTRÉ/ES DE FACTO. NOUS EXIGEONS LEUR MISE EN LIBERTÉ IMMÉDIATE!

1-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE-azk

MONTRE  TA SOLIDARITÉ !

IMPRIME LA CARTE ET ENVOIE-LA !

COPIE-LA ET FAIS-LA CIRCULER !

1bis-CARTE DIRECTEUR INSTITUTIONS PENITENTIAIRE

12-Enrike KUADRA ETXEANDIA-GRAPO

Enrique KUADRA ETXEANDIA, prisonnier politique des GRAPO. Né à Barakaldo (Bizkaia, Pays Basque) le 9 juin 1950. Militant des GRAPO et Historique militant du PCE(r), âgé de 62 ans. En prison 2 fois (22 ans au total). Sauvagement torturé. Mis une nouvelle fois en prison en 1995 : il est devenu gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Daroca (Zaragoza). Opéré d'un cancer à la prostate. Prisión de Daroca Ctra. Nombrevilla 50360 Daroca (Zaragoza)

1-Manuel PEREZ MARTINEZ-PCE(r)-fr

Manuel PÉREZ MARTÍNEZ, prisonnier politique du PCE(r). Né à Melilla le 1er novembre 1944. Secrétaire Général du PCE(r), âgé de 68 ans. En prison 3 fois (19 ans au total). Toujours en situation d'Isolement extrême. Mis une nouvelle fois en prison 2000 : il est devenu un malade chronique. Actuellement, il se trouve dans la Prison de Castellón II. Il souffre de graves problèmes occulaires, de cataractes, migraine chronique, de rhumes continuels qui le maintiennent prostré, d'une hernie du hiatus et de plusieurs maux associés. Prisión de C.P. Castellón II 12140 Albocasser 

11-MARIA JOSE BAÑOS-GRAPO-fr

María José BAÑOS ANDUJAR, prisonnière politique des GRAPO. Née dans le Sud-Est de l'État français le 11 novembre 1964. Militante des GRAPO âgée de 48 ans. 18 ans en prison. Mise en prison en 2002 : elle est devenue encore plus gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Valencia II. Foie dans un très mauvais état. VIH. Elle a besoin d'une déviation coronaire. Fortement médicalisée. Prisión de Picassent-Valencia II - a.c. 1002, 46225 PICASSENT (Valencia).

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)

Manuel ARANGO RIEGO, prisonnier politique du PCE(r). Né à Villaseca de Laciana (León) le 12 décembre 1948. Historique militant du PCE(r), âgé de 64 ans. Il a été plus de 20 ans en clandestinité après avoir été détenu et incarcéré à de nombreuses occasions et blessé par les tirs de la Police lors de l'une d'entre elles. Mis en prison une nouvelle fois en 2007 : il est devenu gravement malade. Il est actuellement dans la Prison de Zuera (Zagazoza). Dans cette prison, il manque de physiothérapeute et de plusieurs médicaments dont il a besoin. Il a une sciatique chronique qui l'oblige à marcher en étant aidé; arthrose générale; hépatite chronique avec perte de masse hépatique. Ulcère duodénal chronique car il a été emputé de l'intestin grêle. Hypermédicalisé. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza).

2-ISABEL APARICIO-PCE(r)-fr

Isabel APARICIO SÁNCHEZ, prisonnière politique du PCE(r). Née à Madrid le 2 février 1954. Militante du PCE(r), âgée de 58 ans. En prison 2 fois (9 ans au total). Incarcérée en 2007 : elle est devenue gravement malade. Elle se trouve actuellement dans la Prison de Zuera (Zaragoza). Arthrose générale, ostéoporose, hernies lombaires et discales, sinusite chronique, elle a besoin de plusieurs opérations. Récemment opérée de cataractes aux 2 yeux. Prisión de Zuera-Zaragoza - CN 338, km . 539, 50800 ZUERA (Zaragoza). 

21-Paco CELA SOANE-PCE(r)Paco CELA SEOANE, prisonnier politique du PCE(r). Né à Verin (Ourense) le 29 octobre 1958. Militant du PCE(r), âgée de 56 ans. En prison depuis 26 ans, en 3 fois. Incarcéré en 2007: il est gravement malade. Il se trouve actuellement dans la Prison de Picassent (Valencia). Diabète très problématique. Jusqu'en novembre 2010, il a eu besoin de 5 injections d'insuline par jour. Prisión de Picassent -Valencia II. ac 1002. 46225 PICASSENT (Valencia).

4-Résister c'est vaincre-fr3-adosB

HOMMAGES DÉC 2014

NI OUBLI,NI PARDON! 

xc-29 AOUT 2013 VIGO

BIOGRAPHIE (Lire) 

au-(05.12.1982)-JUAN MARTIN LUNA-PCE(r)NI OUBLI,NI PARDON!

ACTE DE SOLIDARITÉ

ÉLECTIONS BOURGEOISES :

BOYCOTT !!!

LA LUTTE EST DANS LA RUE PAS AU PARLEMENT-2

Lutte et organise-toi avec le SRI ! A l'école, université, usine, entreprise, quartier : partout tu peux Lutter pour abolir le Capitalisme et l'Exploitation de Classe en oeuvrant pour  LA RÉVOLUTION SOCIALISTE afin d'abolir définitivement toute Classe et Exploitation par LE COMMUNISME ! ET N'OUBLIE PAS LA SOLIDARITÉ AVEC LES ANTIFASCISTES ET COMMUNISTES EN PRISON : DEDANS ET DEHORS FACE A LA RÉPRESSION   !

  

  PREKARIOEN GAUA

CONTRE L'EXPLOITATION

Pour l'Unité des prolétaires

jpeg-xuria-KARTELA 08.12.2012-azk

  SAMEDI 8 DÉCEMBRE 2012

(à partir de 18h.  23bis Rue des Tonneliers. BAYONNE)

(plus d'infos) et Gadafiste Brothers

PHOTOS DE LA SOIRÉE

jpeg-IMP+WEB-rouge-AFFICHE NUIT DES PRECAIRES-BAIPRESOAK KALERA !

PRESOAK ETXERAT !

PRESOAK KALERA

SAMEDI 10 NOVEMBRE 2012 (BAIONA)

(15h30. Place des Basques)

Manifestation pour la liberté

des prisonnier-ère-s politiques basques

  Aux personnes qui ont Lutté

et qui Luttent contre le Fascisme...

LUCHA ANTIFA

VENDREDI 9 NOVEMBRE 2012

(18h30. Place Louis XIV. ST-JEAN-DE-LUZ)

JOURNÉE INTERNATIONALE : NUIT DE CRISTAL

Rassemblement contre le Fascisme : sexisme,

discriminations et racisme... (plus d'infos)

(9 NOV) KRISTALL NACHT 1938-2012-azk

  ZYED ET BOUNA

NI OUBLI, NI PARDON !

Zyed et BounaLUTTE CONTRE LE NON-LIEU ! (plus d'infos)

 

 

presosenferGrève de la Faim de Solidarité avec Iosu 

Dans les États français et espagnol : plus de 250 prisonnier(ère)s politiques sont en Lutte ouverte avec des Grèves de la Faim, refus des conditions de détention, protestations...

Le prisonnier politique des GRAPO : Enrike Kuadra Etxeandia s’est mis en Grève de la Faim illimitée en Solidarité avec la Grève de la Faim de Iosu Uribetxeberria Bolinaga, un prisonnier politique basque gravement malade en phase terminale dans la prison de Daroca à Zaragoza. Une Grève de la Faim de Solidarité a aussi été commencée par les militants des GRAPO : Nacho Varela Gómez (prison de Puerto I) et Marcos Martín Ponce (prison de Morón de la Frontera, Sevilla). Les autres prisonnier(êre)s du Collectif des prisonnier(ère)s poltiques du PCE(r), GRAPO et SRI informé(e)s rejoignent aussi cette Grève...

LIBERTÉ POUR LES PRISONNIER(ERE)S POLITIQUES !!!

Si l'Etat espagnol a concédé la "Liberté" conditionnelle à Iosu : celle-ci n'est toujours pas effective. En Italie et depuis le Secours Rouge International : des messages et des cartes de dénonciation de cette situation sont envoyées au Ministre de l'Intérieur  de l'État espagnol à Madrid.

Appel du Comité pour un SRI (Italie) : L'Etat espagnol laisse mourir en prison un prisonnier politique malade en phase terminale. Iosu Uribetxeberria Bolinaga est atteint d'un cancer maintenant en phase terminale. Selon les médecins de la prison elle-même, il ne dispose que d'une chance de 10% de vivre encore une autre année. Néanmoins, les "Autorités" refusent de lui concéder la Liberté et désormais 7 autres personnes de plus sont en prison car elles ont participé à une Marche de Solidarité pour Iosu lequel est incarcéré suite à l'accusation d'avoir tué un employé de la prison... Dans les Etats espagnols, français et turc : plus de 500 personnes sont en Grève de la Faim pour réclamer la liberté de ce prisonnier politique gravement malade. Le Collectif des prisonnier(ère)s politiques Antifascistes espagnol(e)s (1) souscrit à cette grève illimitée. Quiconque veut se solidariser avec Iosu peut envoyer une carte ou un télégramme au Ministre de l'Intérieur de l'État espagnol. Pour le texte il suffit de mettre : «NOUS EXIGEONS LA LIBERTÉ IMMÉDIATE DE Iosu Uribetxeberria Bolinaga» (N'oubliez de mettre la signature et le nom de l'expéditeur/trice !)" (1) PCE(r), GRAPO et SRI

IOSU ASKATULeçon de dessin. (Nizar Qabbani, poète syrien) Mon enfant pose en face de moi sa boîte de peintures et il me demande de lui dessiner un oiseau. Je trempe le pinceau dans la couleur grise et je dessine un carré avec des fermetures et des barreaux. Ses yeux se remplissent d’obscurité : “Mais... c’est une prison, papa ! Tu ne sais pas dessiner un oiseau ? Et je lui dis : “Mon enfant, pardonne-moi... J’ai oublié la forme des oiseaux.” Mon enfant pose alors en face de moi son carnet de dessin et il me demande de lui dessiner un épis de blé. Je prend la plume et je dessine une arme à feu. Mon enfant se moque de mon ignorance et il s’exclame : “Papa ! Tu ne connais pas la différence entre un épis de blé et une arme à feu ?“. Je lui dis : “Mon enfant, oui j’ai connu les formes des épis de blé, celle de la miche de pain, celle de la rose mais dans cette époque très dure que nous vivons actuellement les arbres de la forêt se sont unis à la Résistance pour Lutter.(…)”

Dessin d'AURORA(Juin 2012)(Juin 2012) Dessin d'Aurora Cayetano 

prisonnière politique du PCE(r) en Prison

  

  

(gorria)Résistance-1

(TOULOUSE) : PROCES-FARCE ! Face à la Répression de l'Etat français Solidarité avec le CREA (OKUPA) RÉSISTER C'EST VAINCRE ! (plus d'infos) SOLIDARITÉ !

21 JUIN 2012

JEUDI 21 JUIN 2012 (PARIS) (19H) RASSEMBLEMENT DEVANT LA PRISON DE LA SANTÉ Concert de dénonciation contre la Terreur d'État Plus d'infos (cliquer)

 

lamine-diengmanifestation-lamine-dieng-2011-avenue-gambettaNI OUBLI ! NI PARDON ! lamIne dieng, Un ouvrier assassinÉ par la Police de l'État français MARCHE COMMÉMORATIVE À PARIS (14h) Samedi 16 Juin 2012 (Plus d'infos)

vérité et justice pour ali ziri-2NI OUBLI ! NI PARDON ! ALI ZIRI, Un ouvrier assassinÉ le 9 Juin 2009 par la Police de l'État français Rassemblement À Argenteuil (14h30) Samedi 9 Juin 2012 (Plus d'infos)

LIBERTÉ POUR DENIZ

VENDREDI 25 MAI 2012 (NUREMBERG, ALLEMAGNE)15H RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ CONTRE LE PROCES-FARCE DE DENIZ : UN ANTIFASCISTE (plus d'infos)

 

jpeg-A3 AFFICHE 19-20 MAI 2012-azk

OU SONT-ILS ? OU SONT-ELLES ? CONTRE LA TERREUR D'ETAT SEMAINE CONTRE LES DISPARITIONS POLITIQUES (17-31 MAI 2012)  

Organisée par l'ICAD-Section française PLUS D'INFOS (cliquer)

euskal presoak euskal herriraJEUDI 31 MAI 2012 (devant la mairie de BAIONA) Jour du Procès en appel à Paris (19 H) RASSEMBLEMENT DE SOLIDARITÉ AVEC JON KEPA PAROT prisonnier politique basque d'ETA PRIS EN OTAGE PAR L'ÉTAT FRANCAIS DEPUIS 23 ANS

jpeg-(09.05.1976) ULRIKE MEINHOFazkPlus d'infos (en cours rédaction)

IBAI ASKTATU-1

IBAI ASKTATU-2 IBAI ASKATU ! GUK ZUREKIN ! LIBERTÉ POUR IBAI PEÑA BALANZATEGUI ! ON EST AVEC TOI ! EUROAGINDUEI EZ !  Plus d'infos  et Lutte Antifasciste  (Originaire de Gasteiz et réfugié politique à Baiona.Transféré en Juin 2012 de la prison de Seysses dans l'État français à celle de Soto del Real dans l'État espagnol) Pour lui écrire : IBAI PEÑA BALANZATEGUI - MADRID-V SOTO DEL REAL CENTRO PENITENCIARIO - CARRETERA COMARCAL 611 - 28.791 SOTO DEL REAL (MADRID) ESPAÑA.

 

 

 

HOMMAGE A LA CAMARADE YASEMIN DU MLKP

Yasemin Yoldas-3

La "Camarade Yasemin" du MLKP est morte le 9 février 2012

en luttant contre l'Etat turc fasciste

pour la révolution socialiste et le Communisme

en Turquie et au Kurdistan

PLUS D'INFOS (cliquer)

HOMMAGE, GRÈVE DE LA FAIM ET DÉTENTION

SOLIDARITÉ AVEC MANUEL ARANGO RIEGO

PRISONNIER POLITIQUE DU PCE(r)

LE 19 OCTOBRE 2011

FIN DE LA PROTESTATION AVEC

GRÈVE DE LA FAIM

DEPUIS LE 16 SEPTEMBRE 2011

CONTRE LE DÉNI DE LA CONDITION DE PRISONNIER/ÈRE POLITIQUE ET DE MILITANCE

MIS EN OEUVRE PAR L'ADMINISTRATION PÉNITENTIAIRE ET L'ÉTAT ESPAGNOL

28-Manuel R. ARANGO-PCE(r)-castLA SOLIDARITÉ DE CLASSE EST NOTRE ARME ! ÉCRIS-LUI !

Prision de C.P. Madrid VI - Aranjuez

C.P. Madrid VI 28300 Aranjuez (Madrid)

02.10.11-im1(lettre interceptée)

  11 OCTOBRE 2011 (BAIONA). DIFFUSION DE 300 TRACTS SRI* À DES PROLÉTAIRES DURANT UNE MANIFESTATION NATIONALE DANS L'ÉTAT FRANÇAIS CONTRE LA PRÉCARITÉ.

* En Solidarité avec la Grève de la Faim du Camarade Manuel Arango Riego, Prisonnier Politique du PCE(r) et pour rappeler l'existence de la Lutte dans les prisons du Collectif des presxs politiques du PCE(r), des GRAPO et du SRI.

BLOG(Manif 10oct2011)TRACT SRI-jpeg DÉTENTION ET MISE EN "LIBERTÉ" AVEC CHARGES

DE PABLO HASÉL, RAPPEUR DE 22 ANS 

LIBERTÉ POUR CE CAMARADE SOLIDAIRE ET COMBATIF!

pablo Liberté !LIBERTÉ IMMÉDIATE DE PABLO HASÉL !

Il est Communiste, les terroristes c'est vous.

SOLIDARITÉ AVEC PABLO HASÉL !

-COMMUNIQUÉ DE PABLO HASÉL

ET CAMPAGNE DE SOUTIEN

logo-radio-clash

RADIO CLASH DE LIMOGES

-Émission du 4 octobre 2011

-Émission du 11 octobre 2011

-Emission du 18 octobre 2011